Skip to main content
Internet Archive's 25th Anniversary Logo

Full text of "La Sainte Bible : qui comprend l'Ancien et le Nouveau Testament traduits sur les textes originaux Hébreu et Grec"

See other formats


w///m//mm///////m////////m/m/////////////////w 

I  V-W'«/w/////////'/////////////////////>y////y//////^^^^ 

y///////////'///////////////////////////////////////////////A/^^^ 


LIBRARY    or    THE 
JM-assacnusetts 
-Diole   Oociety 


CatalogNo.A  é3a   5-/^    iS^il 
Family  JT  M  â>0   -   ÇuR.OPe^fv/ 
SuD-F amily    Xt/S  C  »  ^ 
BrancJi        L  f\T  f  f^  /AN 

Group  RoyvvA^'ce. 

Language       FK6.NCH     

JJialect  

Ijocality 

Contents     O  »  23  *-.^ 
Version            t'  r^t  -^  <^ 'f  ioy\i^lJ> 
Translator    Lo»^''^    ^  6  ^9  NJJ 
PuLlislieJ  ty  IPe  les jierl" 

Place T'cvr  I  i 

Date lO? 

Accession  ^o.  B3 

Accession  Date  Jy  I.  y     /^     ff^^ 
Price  èjl.S-Q 


!"*■'■' 

te 
I* 


REGISTRE   DE   FAMILLE 


'  L'Éternel  est  avec  vous  quand  vous  êtes  avec  lui  ;  si  vous  le 
cherchez,  vous  le  trouverez  ;  mais  si  vous  l'abandonnez,  il  vous 
abandonnera.' — a  Chron.  xv.  2. 


Nom,  date  et  lieu  de  naissance  de  répoux. 


Nom,  date  et  lieu  de  naissance  de  l'épouse. 


Unis 

le ig 

par 


a.. 


REGISTRE    DE    FAMILLE. 


Pève  et  mère,  frères  et  sœurs  de  répoux. 


■  Proverbes  de  Salomon. 

Un  fils  sage  fait  la  joie  d'un   père. 

Et  un  fils  insensé  le  chagrin  de  sa  mère.' 

Prov.  X.  I. 
>  «  < 


REGISTRE    DE    FAMILLE. 


Pève  et  inève,  frères  et  sœurs  de  l  épouse. 


— >-•-« — 

'  Honore  ton  père  et  ta  mère  (c'est  le  premier  commande- 
ment avec  une  promesse).' — Éphés.  vi.  2. 


REGISTRE    DE   FAMILLE. 


Enfants. 


'Jésus,  voyant  cela,  fut  indigné,  et  leur  dit:  Laissez  venir 
à  moi  les  petits  enfants,  et  ne  les  en  empêchez  pas  ;  car  le 
royaume  de  Dieu  est  pour  ceux  qui  leur  ressemblent.' — 
Marc  x.   14. 


REGISTRE    DE    FAMILLE. 


Enfants. 


*  Comme  un  père  a  compassion  de  ses  enfants, 

L'Eternel  a  compassion  de  ceux  qui  le  craignent.' 

Psaume  ciii.  13. 


REGISTRE   DE    FAMILLE. 


Mariages. 


'  Si  l'Éternel  ne  bâtit  la  maison. 

Ceux  qui  la  bâtissent  travaillent  en  vain  ; 
Si  l'Éternel  ne  garde  la  ville, 

Celui  qui  la  garde  veille  en  vain.' 

Psaume  cxxvii. 


REGISTRE    DE    FAMILLE. 


Décès. 


'Jésus  lui  dit:  Je  suis  la  résurrection  et  la  vie.     Celui  qui 
croit  en  moi  vivra,  quand  même  il  serait  mort.' — Jean  xi.  25. 


REGISTRE    DE   FAMILLE. 


A  titres  événements  de  la  famille. 


*  Tous  les  sentiers  de  l'Éternel  sont  miséricorde  et  fidélité, 
Pour  ceux  qui  gardent  son  alliance  et  ses  commandements.' 

Psaume  xxv.  io. 
>-«-< 


LA 


SAINTE  BIBLE 


LA 


SAINTE  BIBLE 

QUI  COMPREND 

L'ANCIEN  ET  LE  NOUVEAU  TESTAMENT 

TRADUITS  SUR  LES  TEXTES  ORIGINAUX 
HÉBREU  ET  GREC 


PAR 

LOUIS   SEGOND 

DOCTEUR    EN    THÉOLOGIE 


PARIS 
DELESSERT,  4  RUE  ROQUÉPINE 

1899 


LA 


SAINTE  BIBLE 


AIs^CIEN    TESTAMENT 


TRADUCTION    NOUVELLE    D'APEÈS    LE    TEXTE    HEBEEU 


PAU 


LOUIS    SEGOND 


DOCTEUR    EN    THEOLOGIE 


PARIS 
DELESSERT,  4  RUE  ROQUÉPINE 

1899 


TABLE 

DES 

LIVRES   DE    L'ANCIEN    TESTAMENT 


LE  PENTATEUQUE 


CHAP. 

Genèse 50 

Exode 40 

Lévitique   .     .     .     .     27 


OES 
1 

Nombres    .     .     . 

CHAP. 

.      36      . 

PAGES 

.     147 

61 

Deutéronome 

.     34     . 

.     198 

11 

LES   LIVRES   HISTORIQUES 


CHAP. 

Josué 24 

Juges 21 

Ruth 4 

1  Samuel    .     .     .     .  31 

2  Samuel    ....  24 
1  Rois 22 


245 
274 
304 
308 
347 
381 


2  Rois  .  .  . 

1  Chroniques 

2  Chroniques 
Esdras   .     .     . 
Néhémie     .     . 
Esther    .     .     . 


LES  LIVRES   POÉTIQUES 


CHAP. 

Job 42 

Psaumes     .     .     .     .150 
Proverbes  ....     31 


PAGES 

571 
623 

760 


Ecclésiaste      .     . 
Cantique  des  canti- 
ques   8 


LES  PROPHETES 


CHAP. 

Ésaïe 66 

Jérémie       ....  52 
Lamentations        de 

Jérémie       ...  5 

Ézéchiel     ....  48 

Daniel 12 

Osée 14 

Joël 3 

Amos 9 


PAGES 

831 
932 


1029 
1041 
1118 
1137 
1150 
1157 


Abdias  . 
Jonas  . 
Miellée  . 
Nahum  . 
Habakuk 
Sophonie 
Aggée  . 
Zacharie 
Malachie 


CHAP. 

PAGES 

25     . 

.     419 

29     . 

.      456 

36     . 

.      490 

10     . 

.     532 

13     . 

.     544 

10     . 

.     561 

CHAP. 

PAGES 

12     . 

.     812 

CHAP. 
1 

4 
7 
3 
3 
3 
2 
14 
4 


821 


PAGES 

1168 
1170 
1173 
1181 
1185 
1190 
1195 
1198 
1211 


VII 


AVANT-PROPOS   DU    TRADUCTEUR 

PLACÉ  EN  TÊTE  DE  LA  PREMIÈRE  ÉDITION 


L'Ancien  Testament  est  écrit  en  hébreu,  langue  que  parlait 
jadis  le  peuple  d'Israël.  Les  livres  qu'il  renferme,  au  nombre  de 
trente-neuf,  appartiennent  à  divers  auteurs  et  à  différents  âges: 
les  uns  ont  été  composés  pendant  les  siècles  qui  précédèrent  la 
captivité  de  Babylone,  les  autres  sont  postérieurs.  Rien  n'est 
plus  varié  que  le  contenu  :  histoire,  législation,  doctrine  religieuse, 
morale,  poésie,  révélations  proj^hétiques.  Les  Juifs  attribuaient 
à  la  plupart  de  ces  livres  une  autorité  divine,  et  leurs  docteurs 
en  faisaient  le  point  de  départ  des  enseignements  qu'ils  donnaient 
au  peiiple.  Aussi  quand  la  langue  hébraïque  eut  cessé  d'être 
une  langue  parlée,  furent-ils  les  premiers  à  éprouver  le  besoin 
d'avoir,  pour  leur  usage,  des  traductions  dans  les  idiomes  des 
peuples  au  milieu  desquels  ils  vivaient  dispersés. 

Ainsi  prit  naissance  la  version  dite  des  Septante  ou  d'Alexandrie, 
la  plus  célèbre  de  toutes  et  en  même  temps  la  plus  ancienne, 
composée  en  grec  par  des  savants  Juifs  établis  en  Egypte,  et  très- 
probablement  achevée  cent  cinquante  ans  environ  avant  Jésus- 
Christ.  Faite  à  une  époque  où,  par  suite  des  conquêtes  d'Ale- 
xandre le  Grand,  la  langue  grecque  était  généralement  répandue, 
elle  a  rendu  des  services  incontestables  et  a  été  longtemps 
entourée  d'une  grande  considération.  Ce  n'est  pas  ici  le  lieu  d'en 
discuter  les  origines  plus  ou  moins  douteuses,  ni  d'émettre  une 
appréciation  critique  sur  sa  valeur  réelle.  Rappelons  seulement 
quelques  faits  propres  à  constater  l'influence  qu'elle  exerça.  Les 
Septante  ont  servi  de  base  à  un  grand  nombre  de  versions  écrites 
dans  plusieurs  des  dialectes  de  l'Orient  ;  c'est  d'après  les  Septante, 
et  non  d'après  l'hébreu,  qiie  sont  habituellement  faites  les  citations 
de  l'Ancien  Testament  dans  le  Nouveau;  les  Chrétiens  des  pre- 
miers siècles,  ne  sachant  pas  l'hébreu,  furent  conduits  à  se  servir 

ix 


AVANT-PK0P08. 

de  la  version  des  Sei)tante,  et  allèrent  môme  jnsqu'à  croire  à  son 
inspiration  ;  enfin,  toutes  les  versions  latines  usitées  dans  l'Église 
d'Occident  jusqu'à  l'époque  d'Augustin  étaient  des  reproductions, 
généralement  assez  imparfaites,  de  celle  des  Septante. 

Tel  était  l'état  des  choses  lorsque  parut  Jérôme,  l'un  des  plus 
remarquables  parmi  les  Pères  de  l'Église.  A  l'inverse  d'Augustin 
et  autres  docteurs  de  ce  temps  qui  ignoraient  l'hébreu,  Jérôme  se 
livra,  dès  sa  jeimesse,  à  l'étude  de  cette  langue  sacrée.  Puis, 
séjournant  en  Palestine,  il  prit  à  Jérusalem  des  leçons  d'un  rabbin 
nommé  Barhanina,  qui  lui  donnait  instruction  pendant  la  nuit,  par 
crainte  de  ses  compatriotes  ;  il  eut  encore  pour  maîtres  deux 
savants  rabbins,  dont  l'un  lui  enseigna  le  chaldéen,  et  dont  l'autre 
le  fortifia  dans  l'hébreu.  Ainsi  mimi  de  ces  connaissances  philo- 
logiques, Jérôme  se  mit  à  comparer  le  texte  original  de  l'Ancien 
Testament  avec  la  version  grecque  des  Septante  et  avec  la  meilleure 
des  versions  latines  (la  vêtus  Itala)  exécutées  sur  les  Septante.  Il 
fut  bientôt  convaincu  des  fautes  évidentes  et  des  nombreuses 
imperfections  de  l'une  comme  de  l'autre  ;  et,  encouragé  par 
quelques  amis,  il  prit  la  résolution  de  traduire  à  nouveau  la  Bible 
en  latin  immédiatement  d'ajirès  l'hébreu.  Cette  œuvre,  qui  a 
coûté  à  son  auteur  vingt  années  de  travaux  assidiis,  fut  commencée 
vers  l'an  385  et  achevée  l'an  405.  Si  nous  l'avons  mentionnée  avec 
quelques  détails,  c'est  à  cause  du  rôle  inunense  qu'elle  a  joué  dans 
l'histoire  de  toutes  les  versions  qui  suivirent,  et  notamment  des 
versions  protestantes  en  langue  française,  connue  on  va  le  voir. 

Deux  mots  auparavant  sur  les  destinées  du  travail  de  Jérôme, 
et  sur  la  forme  finale  qui  lui  fut  donnée  par  l'Église  romaine. 
Ce  travail,  bien  accueilli  par  quelqxies-uns,  surtout  par  les  Juifs, 
qui  rendirent  hommage  à  sa  fidélité,  rencontra  dès  l'abord  de 
nombreux  adversaires,  entre  autres  Augustin  ;  et  des  accusations 
d'hérésie  circulèrent  même  contre  la  personne  de  Jérôme.  Toute- 
fois, ce  n'étaient  ni  la  science  de  cet  homme  d'élite  ni  l'exactitude 
du  résultat  de  ses  recherches  qui  étaient  mises  en  suspicion  ;  mais 
on  censurait  par-dessus  tout  la  hardiesse  de  celui  qui  avait  osé 
traduire  autrement  que  ne  l'avaient  fait  les  Septante.  Depuis  la 
mort  de  Jérôme,  les  ennemis  de  sa  version  allèrent  de  jjlus  en 
plus  en  diminuant  ;  au  bout  de  deux  siècles,  elle  était  à  Rome  sur 
le  même  j)ied  que  l'ancienne  version  latine,  et  l'on  finit  par 
l'employer  de  préférence  pour  le  service  divin.  De  là  le  nom  de 
Vulffate,  q\ii  plus  tard  lui  fut  donné.  Malheui'eusement,  plus  elle 
acquérait  de  faveur  et  se  répandait  i^ar  des  copies  multii^liées, 
plus  elle  s'altérait  sous  la  plume  de  ceux  (jui  la  transcrivaient  de 
manuscrits  en  manuscrits.  Elle  devint  alors  l'objet  de  corrections 
successives,  à  dater  de  Charlemagne  qui   s'était  adressé  dans  ce 

X 


AVANT-PROi'OtS. 

but  au  félèbrc  Alcuiii.  Et,  quand  arriva  l'invention  de  rinipri- 
merie,  on  eut  bientôt  des  éditions  ott'rant  entre  elles  les  ])lus 
grandes  diversités,  selon  les  nianuserits  dont  on  s'était  servi. 
Néanmoins,  le  coneile  de  Trente  déclara  la  Vulgate  seule  version 
officielle  de  l'Église  (1546),  et  le  pouvoir  pontitical  se  chargea, 
moyeiuiant  de  nouvelles  corrections,  de  publier  une  édition 
authentique,  qui  parut  vers  la  fin  du  seizième  siècle.  Qui  dira 
jusqu'à  quel  point  elle  reproduit  l'œuvre  primitive  de  Jérôme  ? 

Nous  touchons  au  mouvement  religieux  qui  donna  naissance 
au  protestantisme,  tirant  presque  toute  sa  force  du  contenu  de  la 
Parole  Sainte,  et  assurant  par  là  ses  meilleurs  succès.  Un  fait 
regrettable,  mais  à  signaler,  c'est  qu'aucun  de  nos  grands  Réfor- 
mateurs de  langue  française  n'associa  son  nom.  connue  Luther  en 
Allemagne,  à  une  traduction  de  la  Bible  en  langue  vulgaire  et 
nationale.  Calvin  ne  nous  a  laissé  que  des  préfaces  et  des  com- 
mentaires, indépendiimment  de  tout  ce  qui  du  reste  servit  de  jjoint 
d'application  à  son  génie. 

La  version  qu'on  a  l'habitiule  de  considérer  comme  la  plus 
ancienne  dans  le  sein  des  Églises  réformées  est  celle  de  Pierre- 
Robert  Olivetan,  de  Noyou  eu  Picardie,  parent  de  Calvin.  Elle 
parut  en  1535.  Mais,  si  l'on  veut  avoir  un  point  de  départ  plus 
exact  de  nos  versions  protestantes,  il  faut  remonter  à  la  Bible  de 
Lefèvre  d'Étaples,  dont  la  j^remière  édition  complète  fut  publiée 
à  Anvers  en  1530.  Il  faut  même  remonter  j^lus  haut,  et  bien 
antérieurement  à  la  Réformation,  quand  on  veut  se  rendre  compte 
du  travail  de  Lefèvre,  et  avoir  une  juste  idée  des  remaniements 
postérieurs.  A  dater  du  douzième  siècle,  dans  les  pays  de  langue 
romane,  on  eut  une  série  de  Bibles  historiées  et  glosées,  les 
premières  dans  lesquelles  le  fond  scrii^turaire  se  trouvait  noyé 
au  milieu  d'additions  souvent  bizarres  et  étrang-ères  aux  faits 
bibliqixes,  les  secondes  dans  lesquelles  le  texte  était  mélangé  de 
notes  et  commentaires  de  diverse  nature.  Tous  ces  recueils, 
greffés  les  uns  sur  les  autres,  jjartaient  d'une  souche  toujours  la 
même,  la  Vulgate,  plus  ou  moins  comprise,  défigurée,  ou  en- 
veloppée d'additions.  Lefèvre,  tout  en  reproduisant,  avec  quel- 
qvies  modifications,  l'œuvre  de  ses  devanciers,  fit  disparaître  du 
texte  les  gloses  pour  les  reléguer  dans  des  notes  distinctes,  ne 
voulant  "  rien  ajouter  ni  retrancher  aiix  paroles  dii  Livre."  C'est 
là  le  service  éminent  qu'il  rendit  à  la  cause  biblique,  et  qui  a  pu 
le  faire  envisager  comme  le  premier  auteur  des  versions  pro- 
testantes, malgré  ces  mots  qu'il  inscrivit  sur  le  titre  de  sa  Bible  : 
"  Translatée  en  français  selon  la  pure  et  entière  traduction  de 
sainct  Hierome." 

La  Bible  d'Olivetan,  qui  ne  consacra  guère  plus  d'une  année 

xi 


AVANT-PROPOS. 

à  son  travail,  a  pour  base  celle  de  Lefèvre  d'Etaiîles.  Calvin  la 
recommanda,  sans  en  dissimuler  les  fautes,  et  invitant  à  l'indxdgence. 
Il  entreprit  lui-même  des  corrections,  mais  il  ne  se  lit  aucune 
illusion  sur  la  portée  de  semblables  retouches  ;  car,  dans  un  avis 
placé  en  tête  de  l'édition  de  1561,  la  dernière  avant  sa  mort,  Calvin 
exprime  le  vœu  "  que  quelque  savant  homme,  garni  de  tout  ce  qui 
est  requis  dans  une  telle  œuvre,  se  consacre  tout  entier  pendant 
une  demi-douzaine  d'ans  à  la  traduction  de  la  Bible." 

La  Conqjagnie  des  Pasteurs  de  Genève,  sollicitée  en  outre 
par  plusieurs  pasteurs  des  Églises  réformées  de  langue  française, 
s'employa  d'une  manière  active  à  réaliser. le  vœu  de  Calvin.  A 
défaut  d'un  homme  unique,  elle  remit  la  tâche  à  quelqvies-uns  de 
ses  membres,  parmi  lesquels  Théodore  de  Bèze.  Enfin,  en  l'année 
1588,  parut  cette  version  officielle  et  impatiemment  attendue,  la 
première  que  publièrent  collectivement  les  pasteurs  et  professeurs 
de  l'Eglise  de  Genève. 

C'était,  en  réalité,  une  simple  révision  de  la  Bible  d'Olivetan, 
diversement  amendée  dans  les  éditions  qui  s'étaient  succédé  dej^uis 
1535  ;  elle  adopta  les  variantes  tantôt  de  l'une,  tantôt  de  l'autre 
de  ces  éditions,  et,  comme  élément  nouveau,  elle  était  enrichie 
d'un  grand  nombre  de  notes  marginales.  Dans  une  épître,  placée 
en  tête  du  volume,  les  auteurs,  sans  prétendi'e  qu'on  ne  puisse 
faire  mieux,  émettent  le  désir  qu'on  s'en  tienne  à  leur  œuvre. 
Somme  toute,  répondant  à  des  instances  réitérées  et  partant  d'un 
Corps  vénéré,  la  version  genevoise  de  1588  se  présenta  avec  une 
telle  autorité  et  fut  si  bien  accueillie  des  Eglises  réformées  qu'elle 
ferma  jusqu'à  nos  jours,  pour  ainsi  dire,  l'accès  à  toute  tentative 
de  traduction  indépendante,  d'après  les  textes  originaux  et  en 
conformité  avec  les  progrès  dans  les  études  historiques,  philologi- 
ques et  exégétiques.  Les  éditions  se  multiplièrent  soit  à  Genève, 
soit  à  l'étranger,  à  peu  près  sans  autres  changements  que  ceux 
nécessités  par  les  règles  et  les  usages  de  la  langue  française  :  et 
encore  resta-t-on  sous  ce  rapport  toujours  en  arrière. 

On  se  tromperait  si  l'on  pensait  que  les  Bibles  de  Martin  et 
d'Ostervald  renferment  des  traductions  nouvelles,  ou  même  diffèrent 
notablement  de  la  version  genevoise.  Elles  ne  firent,  à  l'origine, 
que  reproduire  Genève  1588.  Leurs  auteurs  ne  s'en  cachèrent 
pas,  comme  on  peut  le  lire  sur  les  titres  de  la  première  édition 
de  Martin  (Amsterdam  1707)  et  de  la  première  édition  d'Ostervald 
(Amsterdam  1724),  et  comme  il  est  facile  de  s'en  convaincre  par 
la  comparaison  du  contenu.  C'est,  du  reste,  grâce  à  cette  cir- 
constance qu'elles  obtinrent  le  transeat  dans  les  Eglises,  et  ceci 
atteste  une  fois  de  plus  l'autorité  dont  a  si  longtemps  joui  la 
version  de  Genève.     Ce  qui  constituait  le  mérite  réel  des  publi- 

xii 


AVANT-PROPOS. 

cations  de  3Iartin  et  d'Ostervald,  c'étaient  les  notes  et  préfaces  du 
premier,  les  arguments  et  réflexions  du  second.  Si  les  éditions 
actuelles  s'écartent  d'une  manière  plus  ou  moins  sensible  de  1588, 
c'est  l'ouvrage  des  reviseurs  de  reviseurs,  et  aflaire  de  forme  plus 
que  de  fond.  Les  difiérences  qu'on  observe  entre  Martin  et 
Ostervald  proviennent  en  partie  de  modifications  assez  nom- 
breuses que  le  pasteur  neuchâtelois  introduisit  dans  l'édition 
(1744)  qui  précéda  sa  mort,  avec  le  but  d'adoucir  certaines  ex- 
pressions, de  rendre  plus  clair  et  de  faire  mieux  aimer  le  Livre 
sacré. 

Malgré  l'immense  succès  de  la  version  de  1588,  succès  qui  se 
prolonge  encore,  nous  venons  de  le  dire,  sous  les  noms  de  Martin 
et  d'Ostervald,  on  éprouva  de  bonne  heure  à  Genève  le  désir  de 
l'améliorer.  Mais  la  chose  devenait  impossible  en  face  d'iuie 
opposition  énergiquement  dessinée  parmi  les  fidèles  :  tout  ce  qui 
dépassait  les  limites  d'une  légère  retoviche  ou  d'un  simple  redres- 
sement de  la  langue  était  frappé  de  réprobation.  Les  ministres 
genevois  n'étaient  plus  les  maîtres  de  leur  œuvre,  bien  qu'ils  eu 
sentissent  les  imperfections.  Ainsi  se  passa  quelque  chose  d'ana- 
logue à  ce  qui  s'était  passé  pour  la  version  des  Septante.  En  1721 
seulement,  sous  l'influence  de  J.-A.  Turretin,  on  prit  courage, 
on  travailla  presque  tout  un  siècle,  et  l'on  mit  au  jour  la  version 
de  1805,  la  seconde  et  la  dernière  que  publièrent  collectivement 
les  pasteurs  et  professeurs  de  l'Église  de  Genève. 

Nous  n'avons  pas  à  entrer  ici  dans  l'appréciation  des  qualités 
ou  des  défauts  qui  distinguent  cette  version  :  peut-être  n'a-t-elle 
pas  encore  été  impartialement  jugée.  C'est  plus  qu'une  simple 
révision  ;  mais  ce  n'est  pas,  dans  son  ensemble,  une  traduction 
émanant  en  ligne  directe  du  texte  hébreu.  Elle  n'a  pas  eu  le  sort 
prospère  de  sa  sœur  aînée  ;  on  l'a  repoussée  plutôt  qu'accueillie  ; 
les  sociétés  bibliques  lui  ont  été  défavorables;  et,  quoique  dès 
longtemps  épuisée,  elle  n'a  pas  été  réinij^rimée.  La  Compagnie 
des  Pasteurs  donna  à  une  commission  permanente  le  mandat  de 
la  revoir  ;  mais,  après  plusieurs  années  d'un  travail  dont  les 
difficultés  allaient  croissant,  la  commission  s'est  dissoute,  et  la 
Compagnie  ne  l'a  pas  renouvelée. 

Résumons.  Toutes  nos  versions,  unies  entre  elles  par  une 
étroite  filiation,  découlent  de  la  Vulgate  latine,  reproduction  en 
quelque  mesure  incertaine  du  travail  prmiitif  de  Jérôme.  Ainsi, 
les  Églises  réformées  de  langue  française  n'ont  jamais  possédé 
une  traduction  de  la  Bible,  faite  en  entier  sur  les  textes  originaux. 
Les  circonstances  diverses  qui  ont  pesé  sur  ces  Eglises,  bien  plus 
que  le  manque  d'hommes  capables,  suffisent  amplement  pour 
domier  l'explication  de  ce  phénomène. 

xiii 


AVANT-PEOPOS. 

Il  était  réservé  à  notre  époque  de  s'affranchir  de  cette  crainte 
pusillanime,  tendant  à  faire  considérer  une  version,  œuvre  tout 
humaine,  comme  une  espèce  d'arche  sainte  à  laquelle  il  n'est  pas 
permis  de  toucher  sans  être  accusé  de  profanation.  Aujourd'hui, 
grâce  à  un  courant  plus  libéral  et  à  des  appréciations  plus  judi- 
cieuses, il  n'y  a  pas  à  risquer  la  censure  ou  le  bûcher  pour  qui, 
s'écartant  de  ses  devanciers,  essaie  de  donner  à  ses  frères  une 
interprétation  plus  fidèle  des  choses  qui  nous  ont  à  tous  été 
révélées. 

Loin  de  là.  Dans  les  divers  rangs  de  la  société  religieuse 
protestante,  on  a  senti  l'insuffisance  des  versions  actuellement  en 
usage,  et  qui  sont  au  milieu  de  nous  comme  un  précieux  héritage 
de  la  piété  de  nos  pères.  De  toutes  parts  aussi,  on  a  compris 
qu'il  y  avait  des  inconvénients  majeurs  à  procéder  indéfiniment 
par  la  voie  des  révisions  ;  de  toutes  parts,  on  a  réclamé  ime  version 
nouvelle,  qui,  travaillée  d'après  les  textes  sacrés,  fût  im  reflet  plus 
direct  de  leur  véritable  contenu.  Et  en  même  temps,  par  une 
étonnante  disi)ensation  de  la  Providence,  des  ouvriers  étaient 
suscités  par  elle  pour  répondre  largement  à  ce  besoin.  Quatre 
versions,  au  lieu  dune,  seront  désormais  à  la  disposition  de 
chacun.  Trois  d'entre  elles  ont  été  déjà  publiées,  à  Neuchâtel, 
à  Lausanne,  à  Paris  ',  toutes  les  trois  remarquables,  élaborées  par 
des  hommes  de  foi  et  de  science.  Celle-ci  est  la  quatrième.  Ces 
quatre  versions,  assez  divergentes  d'asjject  et  de  style,  conçues 
à  part  et  mises  à  exécution  presque  sinuiltanément  par  leurs 
auteurs,  concordent  néanmoins  jjour  les  résultats  essentiels.  Nos 
Eglises  et  les  membres  de  nos  Églises  povirront  ainsi  faire  leur 
choix  en  pleine  liberté. 

II 

Les  personnes  qui  liront  attentivement  notre  traduction  de 
l'Ancien  Testament,  surtout  si  elles  ont  quelque  notion  de  la 
langue  hébraïque,  reconnaîtront  par  elles-mêmes  les  principes  qui 
noiis  ont  servi  de  guide.  Il  est  bon  néanmoins  de  les  rappeler 
sommairement,  pour  qu'il  ne  reste  à  cet  égard  aucune  équivoque. 

Une  condition  préliminaire  indispensable,  c'est  une  indépen- 
dance d'esprit  et  de  situation,  qui  place  le  tradvicteur  en  dehors 
de  toute  influence  propre  à  le  détom-ncr  du  soin  exclusif  de 
rechercher  et  d'exprimer  le  vrai  sens  du  Livre  sacré.  Qii'il  se 
dégage  des  i^réoccupations  dogmatiques,  sans  avoir  souci  de  ce  qui 
peiit  plaire  ou  déplaire  aux  partis  théologiques  qui  divisent  les 
chrétiens.     La  Bible  a  été  écrite  pour  tous  les  hommes  :    c'est 

^  La  version  de  Paris  n'est  pas  encore  achevée  :  huit  livraisons  ont  paru. 

xiv 


AVANT-FKOrOS. 

pour  tous,  et  en  conscience,  que  le  traducteui'  doit  accomplir 
sa  tâche.  Il  est  sous  le  regard  du  Dieu  de  vérité  :  c'est  la  vérité 
seule  qui  sera  la  suprême  ambition  de  ses  efïbrts.  S'il  échoue, 
qu'il  se  résigne  par  avance  ;  s'il  réussit,  qu'il  en  rapporte  la  gloire 
à  Dieu  seul. 

Cette  condition  jiréalable,  nécessaire  à  nos  yeux,  étant  réalisée, 
de  quelle  manière  le  traducteur  poiu-suivra-t-il  son  œuvre  ? 

Exactitude,  clarté,  correction:  telles  sont  les  trois  qualités 
auxquelles  il  est  essentiel  de  viser,  si  l'on  veut  à  la  fois  être  lidèle 
et  s'exprimer  en  français.  C'est  presque  une  lutte  de  géant. 
Mais  il  faut  la  soutenir,  dans  les  limites  du  possible.  Faire  bon 
marché  de  la  correction  comme  chose  secondaii'e  ou  superflue, 
c'est  oublier  que  toute  langue  a  ses  droits,  c'est  fournir  aux 
personnes  cultivées  un  genre  de  distraction  nuisible  à  l'édification. 
Prétendre  que  la  clarté  n'est  pas  rigoureusement  requise  parce 
qu'on  rencontre  dans  l'original  des  passages  obscurs,  c'est  un 
accommodement  de  conscience  à  rejeter.  Altérer  sciemment 
l'exactitude  du  sens,  ne  fût-ce  que  d'une  nuance,  afin  de  flatter 
le  lecteur  par  une  forme  littéraire  plus  élégante,  c'est  manquer  de 
respect  à  ce  même  lecteur  et  encore  plus  à  la  Parole  sainte. — Pour 
revêtir  dans  leur  ensemble  ces  trois  qualités,  ime  version  ne  doit 
être  ni  littérale  ni  libre.  Précisons  les  termes.  Elle  ne  doit  pas 
être  littérale,  c'est-à-dire  "  faite  mot  à  mot,"  selon  la  définition  du 
dictionnaire  '  ;  ce  serait  énerver  le  sens  même,  et  risquer  de  le 
rendre  inintelligible,  sans  parler  des  lois  de  la  grammaire  et  de  la 
syntaxe  qu'on  a  toujours  tort  de  braver  volontairement.  Elle  ne 
doit  pas  non  plus  être  libre,  c'est-à-dire,  offrir  des  additions 
ou  des  suppressions  qui  ne  sont  ])as  strictement  motivées,  affaiblir 
ou  renforcer  la  valeur  d'une  phrase  ou  d'un  mot  quand  les 
expressions  qui  correspondent  à  l'original  ne  font  pas  défaut, 
substituer  au  langage  biblique  des  explications  qui  appartiennent 
à  la  conception  particulière  de  l'interprète.  Qu'il  y  ait  place  hors 
du  texte  pour  les  commentaires,  extraits,  résumés,  parai)hrases, 
imitations,  etc.,  c'est  bien  ;  mais  que  la  som-ce  reste  pure,  et  ne  se 
transforme  pas  elle-même  en  imitation,  paraphrase,  o\\  commen- 
taire.— Si  une  bonne  version  de  la  Bible  ne  doit  être  ni  littérale  ni 
libre,  aux  divers  points  de  vue  qui  viennent  d'être  mentionnés, 
que  doit-elle  être?  Comme  réponse,  et  en  l'absence  d'un  quali- 
ficatif iinique,  qu'il  soit  permis  de  répéter  :  exacte,  claire,  correcte. 

Ce  n'est  pas  tout.  Il  faudrait  encore,  sans  la  moindre  atteinte 
portée  à  aucune  de  ces  qualités,  qu'elle  se  distinguât  sous  le 
rapport  littéraire  par  des  mérites  de  style,  qui,  n'étant  pas  une 

'   Dans  une  acception  plus  généralement  admise,  notre  traduction  sei'a  certainement,  et 
à  juste  titre,  classée  parmi  les  versions  littérales. 

XV 


AVANT-PROPOS. 

conséquence  logique  de  l'exactitucle,  de  la  clarté,  de  la  correction, 
réclament  un  écrivain  d'un  talent  supérieur.  Il  faudrait,  enfin 
et  par-dessus  tout,  un  homme  qui,  à  la  fois  savant  philologue, 
poète  et  littérateur  éminent,  possédât  le  sens  religieux  suffisant 
pour  donner  à  son  œuvre  une  véritable  empreinte  biblique,  et 
placer  les  lecteurs  comme  en  la  présence  directe  des  révélations 
divines,  dont  il  ose  se  rendre  l'interprète. 

Voilà  les  principes.  Reste  l'exécution.  Voilà  l'idéal,  idéal 
dont  la  vue  sourit  et  électrise.  mais  inqîossible  à  réaliser.  Est-il 
besoin,  en  effet,  de  proclamer  à  nouveau  qu'une  version  à  tous 
égards  parfaite  est  chose  qui  dépasse  les  forces  humaines,  in- 
dividuelles ou  collectives  ?  Qu'on  veuille  bien  j  réfléchir.  Les 
ressources  d'interprétation  dont  peut  disi3oser  un  traducteur, 
si  remarquablement  qualifié  soit-il,  connaissances  linguistiques, 
ethnographiques,  archéologiques,  étude  et  comparaison  des  tra- 
vaux antérieurs,  etc.,  ces  ressources  sont  purement  humaines, 
sujettes  par  conséquent  à  des  chances  d'erreur,  malgré  les 
progrès,  disons  mieux,  en  vertu  même  des  progrès  dont  elles 
sont  susceptibles.  Sans  doute,  celui  qui  croit,  celui  pour  qui 
la  Bible  n'est  pas  un  livre  ordinaire,  n'entreprendra  pas  et  ne 
poursuivra  pas  une  œuvre  d'aussi  longue  haleine  et  d'une 
nature  aussi  grave  que  la  version  des  saintes  Ecritures,  dépôt 
des  révélations  du  Tout-Puissant,  en  négligeant  de  s'appuyer 
sur  le  secours  de  DieiT  et  de  l'invoquer  itérativement  au  milieu 
de  ses  incertitudes  et  de  ses  défaillances.  Mais  qui  dira  dans 
quelles  limites  et  sous  quelles  formes  le  secours  divin  se  manifeste 
en  pareille  circonstance?  Peut-on  s'attendre  à  une  force  sur- 
naturelle qui  préserve  de  toute  inexactitude,  à  une  sorte  d'inspira- 
tion infaillible  qui  n'a  pas  même  été  le  privilège  des  copistes 
auxquels  nous  sommes  redevables  du  texte  original  dont  il  s'agit 
de  rei^roduire  le  sens  dans  nos  langues  modernes  ?  Aux  prises 
avec  les  difficultés  (et  pourquoi  ne  pas  l'avouer?),  on  se  sent  vaincu 
dans  plus  d'un  cas,  incapable  de  rendre  d'une  manière  satisfaisante 
dans  sa  propre  langue  ce  dont  on  a,  ou  croit  avoir,  la  perception 
nette  dans  la  langvie  sacrée.  Et  là  même  où  on  pense  le  mieux 
réussir  en  serrant  de  très-près  le  texte  scripturaire,  pour  en 
conserver  avec  scrupvile  les  tours,  les  images,  la  couleur,  ne 
va-t-on  jamais  trop  loin,  ne  fait-on  jamais  fausse  route?  Puis, 
que  de  choses  inaperçues,  glissées  j^eut-être  sous  la  plume  contre 
toute  intention  et  malgré  les  principes  ! 

En  dehors  de  ces  imperfections,  dont  aura  son  inévitable  part 
la  traduction  nouvelle  que  nous  offrons  au  public  religieux, 
ce  qui  frappera  plus  rapidement  le  lecteur,  ce  sont  les  passages 
interprétés  autrement  qu'ils  ne  le  sont  dans  les  versions  usuelles. 

xvi 


AVANT-PllOPOS. 

Mais  ceux  qui  sont  an  courant  du  mouvement  de  la  science  et  des 
progrès  de  la  philologie  sacx'ée  n'éprouveront  à  cet  égard  aucun 
étonnenient  pénible.  Il  y  avait  dans  les  versions  antérieures  des 
inexactitudes  à  faire  disparaître,  signalées  par  les  hommes  les 
plus  compétents  de  toutes  les  nuances  théologiques  :  aussi 
n'est-ce  en  aucune  façon  le  désir  d'innover  qui  a  poussé  le 
traducteur  à  sortir  de  la  voie  traditionnelle,  il  s'y  est  vu  contraint 
par  un  sentiment  de  fidélité.  Observons,  en  outre,  que  les 
changements  adoptés  ne  sont  pas  tous  des  rectifications  d'erreurs 
incontestables.  Il  en  est  qui  doivent  être  attribués  à  une 
simple  préférence  entre  deux  ou  plusieurs  interprétations  pos- 
sibles, dont  l'une  a  paru  réunir  en  sa  faveur  la  plus  grande 
somme  de  probabilités.  On  comprend  qu'il  s'agit  ici  de  ces 
difficultés  tenant  à  l'état  matériel  du  texte,  ou  à  d'autres  circon- 
stances propres  à  exercer  la  sagacité  des  linguistes  et  à  les 
conduire  à  des  résultats  différents. 

A  tout  ce  qui  précède  nous  avons  hâte  maintenant  d'ajoiiter 
une  réflexion.  Si  la  vérité  nous  a  imposé  le  devoir  de  parler  en  toute 
franchise,  nous  ne  voudrions  point  par  là  ébranler  outre  mesure 
la  confiance  que  bien  des  personnes  pieuses  ont  conservée 
jusqu'à  ce  jour  pour  nos  anciennes  versions,  qui  ont  nourri  la 
foi  et  le  sentiment  religieux  de  plusieiu-s  générations.  Les 
divergences,  si  nombreuses  qu'elles  soient  pour  le  style  et  môme 
pour  le  fond  des  choses,  portent  la  plupart  sur  des  points  secon- 
daires; et,  dans  les  cas  oii  elles  ont  une  réelle  importance,  elles 
ne  sont  pas  de  nature  à  effrayer  les  consciences  et  à  faire  chanceler 
la  foi.  Tout  lecteur  bien  disposé  trouve  et  trouvera  toiijours 
dans  la  Parole  sainte,  plus  ou  moins  correctement  exprimée, 
l'aliment  siiirituel  qui  lui  suffit,  et  n'aura  pas  de  peine  à  recon- 
naître les  vues  miséricordieuses  de  l'Eternel,  se  manifestant  à 
travers  les  âges  pour  le  salut  de  l'humanité  péchei'esse. 

Que  Dieu,  le  souverain  Pasteur  des  âmes,  qui  dirige  tous  les 
événements,  accorde  à  notre  œuvre,  si  telle  est  sa  volonté,  une 
part  d'influence  pour  l'avancement  de  son  règne  ! 

Genève,  31  octobre  1873. 

LOUIS  SEGOND 


xvu 


REMARQUES 

Le  texte  massorétique,  transmis  à  nous  par  les  Juifs,  a  servi  de 
base  à  cette  traduction.  On  s'en  est  écarté  seulement  dans  des 
cas  exceptionnels  et  indispensables,  et  d'après  les  autorités  les 
plus  accréditées  ;  mais  on  a  rejeté  toute  variante  ne  reposant 
que  sur  une  opinion  particulière. 

La  ponctuation,  si  importante  pour  la  détermination  du  sens, 
a  été  l'objet  d'un  soin  tout  spécial.  Linstrument  le  plus  utile 
à  cet  effet,  bien  qu'il  ne  soit  pas  infaillible,  ce  sont  les  accents 
hébreux,  dont  l'une  des  fonctions  consiste  à  marquer  les  rapports 
de  chaque  mot  avec  la  phrase  entière  sous  le  point  de  vue  des 
liens  et  des  pauses. 

La  division  du  texte  en  versets,  telle  que  nous  l'avons  aujour- 
d'hui, n'est  pas  antérieure  au  septième  siècle;  mais  diverses 
séparations  ont  une  origine  plus  antique.  La  division  en  cha- 
pitres, comme  elle  existe  dans  nos  Bibles,  date  du  milieu  du 
treizième  siècle  :  elle  est  loin  d'être  irréi^rochable  et  à  tous 
égards  rationnelle.  Tout  en  conservant  à  la  marge  cette  double 
indication  des  versets  et  des  chapitres,  le  traducteur  a  divisé  le 
texte  en  fragments  plus  conformes  au  contenu,  et  les  a  fait 
précéder  de  sommaires  courts  et  précis. 

Les  noms  propres  ont  été  rectitiés  dans  leur  orthographe,  re- 
produite exactement  la  même  dans  tous  les  passages  oii  ils  se 
rencontrent.  Mais  les  plus  connus,  comme  Mdise,  Salomon,  Ésaïe, 
Jérusalem,  etc.,  ont  été  maintenus  tels  que  l'usage  les  a  consacrés, 
quoiqu'ils  soient  écrits  d'une  tout  autre  manière  en  hébreu. 

Les  notes,  au  nombre  d'environ  six  cents,  qui  figurent  au  bas 
des  pages,  ne  doivent  nullement  être  considérées  comme  donnant 
à  notre  œuvre  le  caractère  d'une  version  avec  des  notes.  Elles 
constituent  un  timide  essai,  qui  témoigne  de  nos  vœux  en  faveur 
d'éditions  de  l'Ancien  Testament,  présentant  des  notes  en  quantité 
suffisante  et  composées  avec  assez  de  discernement  pour  faciliter 
l'intelligence  du  texte,  sans  entrer  dans  la  voie  des  commentaires 
ni  donner  lieu  à  des  discussions  théologiques. 

Enfin,  pour  ce  qui  concerne  le  mode  de  transcription  des 
fragments  poétiques,  nous  renvoyons  à  l'Avertissement  qui  va 
suivre. 


xvni 


AVERTISSEMENT 

CONCERNANT  LES   FRAGMENTS   POÉTIQUES 


Un  grand  nombre  de  fragments  de  l'Ancien  Testament,  et 
même  des  livres  entiers,  ont  nn  caractère  poétique  impossible 
à  méconnaître.  Dans  le  but  de  les  distinguer  nettement  de  la 
prose,  et  de  faciliter  en  même  temps  l'intelligence  du  contexte, 
on  a  recouru  à  un  artifice  typographique,  au  sujet  duquel  certaines 
explications  paraissent  nécessaires. 

La  poésie  hébraïque  offre-t-elle  des  vers  proprement  dits, 
avec  un  système  métrique  déterminé  ?  Cette  question,  débattue 
depuis  des  siècles,  n'a  pas  encore  reçu  de  solution  péremptoire. 
Toutefois,  dans  l'état  actviel  de  la  science,  le  manque  de  faits  et 
d'arguments  décisifs  porte  plutôt  à  conclure  d'ime  manière 
négative. 

Le  trait  le  plus  incontestable  de  cette  poésie,  et  le  seul  qu'on 
a  tenté  de  reproduire  aux  yeux  du  lecteur,  dans  cette  nouvelle 
traduction,  c'est  ce  qu'on  appelle  \e  parallélisme  des  membres,  qui 
se  manifeste  soit  par  un  contraste,  soit  par  une  réj^étition  ou  par 
un  développement  de  la  pensée. 

En  vertu  de  ce  phénomène,  tout  verset  se  présente  ordinaire- 
ment comme  formé  de  deux  parties  ;  et  chacune  de  ces  parties 
renferme  un  ou  plusieurs  membres,  constituant  le  parallélisme. 
Dans  l'exécution  typographique,  on  a  réservé  une  ligne  pour 
chaque  membre.  Le  commencement  du  verset  est  indiqué  par 
une  ligne  sans  renfoncement,  le  début  de  la  seconde  partie  par 
un  renfoncement,  et  les  autres  membres  par  un  double  ren- 
foncement. 

Eclaircissons  par  quelques  exemples. 

Le  cas  le  plus  simjîle  est  celui  de  deux  membres,  dont  un 
pour  chaque  partie  du  verset. 

La  justice  élève  une  nation, 

Mais  le  péché  est  la  honte  des  peuples. 

Prov.  XIV,  34. 
xix 


AVERTISSEMENT. 

Lorsqu'il  y  a  trois  membres,  c'est  tantôt  la  première  partie 
qui  eu  renferme  deux,  tantôt  la  seconde. 

Les  liens  de  la  mort  m'avaient  environné, 

Et  les  angoisses  du  sépulcre  m'avaient  saisi  ; 
J'étais  en  proie  à   la  détresse  et  à  la  douleur. 

Ps.  CXVI,  3. 

Pourquoi  t'abats-tu,  mon  âme,  et  gémis-tu  au  dedans  de  moi  ? 
Espère  en  Dieu,  car  je  le  louerai  encore  ; 
Il  est  mon  salut  et  mon  Dieu. 

Ps.  XLII,  12. 

Enfin,  la  période  est  susceptible  de  proportions  encore  plus 
grandes.  Dans  l'exemple  qui  suit,  il  y  a  cinq  membres,  trois 
pour  la  première  partie  du  verset,  et  deux  pour  la  seconde. 

Les  ennemis  de  l'Eternel  trembleront  ; 

Du  haut  des  cieux  il  lancera  sur  eux  son  tonnerre, 
L'Eternel  jugera  les  extrémités  de  la  terre  ; 
Il  donnera  la  puissance  à  son  roi, 
Et  il  relèvera  la  force  de  son  oint, 

1  Sam.  II,  10. 

Le  parallélisme  chez  les  prophètes  est  loin  d'être  aussi 
caractérisé  que  chez  les  poètes  lyriques  ou  didactiques,  comme 
les  auteurs  des  Psaïunes,  des  Proverbes,  de  Job,  du  Cantique 
des  Cantiques.  Parfois,  il  est  vrai,  le  prophète  prend  un  élan 
qui  le  rapproche  de  ces  derniers  ;  et  il  est  facile  alors  de  découper 
la  période  de  la  manière  que  nous  avons  indiquée.  Mais,  bien 
souvent,  le  langage  prend  des  formes  oratoires,  qui  ont  toute 
l'animation  rythmique,  sans  laisser  subsister  le  parallélisme  des 
membres.  Il  se  trouve  aussi,  dans  les  écrits  des  prophètes, 
des  portions  historiques  ou  narratives,  pour  lesquelles  un 
arrangement  métrique  ne  saurait  convenir,  et  que  le  lecteur 
pourra  distinguer  des  autres  sans  aucun  effort.  L'Ecclésiaste, 
enfin,  bien  que  classé  parmi  les  livres  poétiques,  est  composé  dans 
un  style  qiii  ne  diftèrë  pas  sensiblement  de  celui  de  la  prose. 


XX 


LE  PENTATEUQUE 


GENÈSE,  EXODE, 

LÉVITIQUE, 

NOMBRES,  DEUTÉRONOME 


,a:<T 


ANCIEN  TESTAMENT 


LA  GENESE 


LES  TEMPS  ANCIENS  DEPUIS  LA  CREATION  JUSQU  A  ABRAHAM 

{Chap.  1-11,  9.) 


Création  du  monde. 


Chcip.  I.  'Au commencement,  Dieu 
créa  les  cieiix  et  la  terre. 

^La  terre  était  informe  et  vide  ;  il  y 
avait  des  ténèbres  à  la  surface  de  l'a- 
bîme, et  l'esprit  de  Dieu  se  mouvait 
au-dessus  des  eaux. 

^Dieu  dit  :  Que  la  lumière  soit!  Et 
la  lumière  fut.  ''Dieu  vit  que  la  lumière 
était  bonne  ;  et  Dieu  sépara  la  lumière 
d'avec  les  ténèbres.  'Dieu  appela  la 
lumière  jour,  et  il  appela  les  ténè- 
bres nuit.  Ainsi,  il  y  eut  un  soir,  et  il  y 
eut  un  matin  :  ce  fut  le  premier  jour. 

^Dieu  dit  :  Qu'il  y  ait  une  étendue 
entre  les  eaux,  et  qu'elle  sépare  les 
eaux  d'avec  les  eaux.  'Et  Dieu  fit  l'é- 
tendue, et  il  sépara  les  eaux  qui  sont 
au-dessous  de  l'étendue  d'avec  les 
eaux  qui  sont  au-dessus  de  l'étendue. 
Et  cela  fut  ainsi.  *Dieu  appela  l'éten- 
due ciel.  Ainsi,  il  y  eut  un  soir,  et  il  y 
eut  un  matin  :  ce  fut  le  second  jour. 

'Dieu  dit  :  Que  les  eaux  qui  sont  au- 
dessous  du  ciel  se  rassemblent  en  un 
seul  lieu,  et  que  le  sec  paraisse.  Et  cela 
fut  ainsi.  '"Dieu  appela  le  sec  terre,  et 


il  appela  l'amas  des  eaux  mers.  Dieu 
vit  que  cela  était  bon.  "  Puis  Dieu  dit  : 
()ue  la  terre  produise  de  la  verdure, 
de  l'herbe  portant  de  la  semence,  des 
arbres  fruitiers  donnant  du  fruit  selon 
leur  espèce  et  ayant  en  eux  leur  se- 
mence sur  la  terre.  Et  cela  fut  ainsi. 
'*La  terre  produisit  de  la  verdure,  de 
l'herbe  portant  de  la  semence  selon 
son  espèce,  et  des  arbres  donnant  du 
fruit  et  ayant  en  eux  leur  semence  se- 
lon leur  espèce.  Dieu  vit  que  cela  était 
bon.  "Ainsi,  il  y  eut  un  soir,  et  il  y 
eut  un  matin  :  ce  fut  le  troisième  jour. 
'••Dieu  dit  :  Qu'il  y  ait  des  luminai- 
res dans  l'étendue  du  ciel,  pour  sépa- 
rer le  jour  d'avec  la  nuit  ;  que  ce  soient 
des  signes,  pour  marquer  les  époques, 
les  jours  et  les  années;  ''et  qu'ils  ser- 
vent de  luminaires  dans  l'étendue  du 
ciel,  pour  éclairer  la  terre.  Et  cela  fut 
ainsi.  '*Dieu  fit  les  deux  grands  lumi- 
naires, le  plus  grand  luminaire  povir 
présider  au  jour,  et  le  plus  petit  lumi- 
naire pour  présider  à  la  nuit  ;  il  fit  aussi 
les  étoiles.  ''Dieu  les  plaça  dans  l'é- 


Chap.  l,  is-^,  10. 


GENESE. 


tendue  du  ciel,  pour  éclairer  la  terre,  de  la  semence  :  ce  sera  votre  nourri- 
'^pour  présider  au  jour  et  à  la  nuit,  et  ture.  ^"Et  à  tout  animal  de  la  terre,  à 
pour  séparer  la  lumière  d'avec  les  té-  tout  oiseau  du  ciel,  et  à  tout  ce  qui 
nèbres.  Dieu  vit  que  cela  était  bon.  se  meut  sur  la  terre,  ayant  en  soi  un 
''Ainsi,  il  y  eut  un  soir,  et  il  y  eut  un  souffle  de  vie,  je  donne  toute  herbe 
matin  :  ce  fut  le  quatrième  jour.  verte  pour  nourriture.  Et  cela  fut  ainsi. 

^"Dieudit:  Que  les  eaux  produisent  ^'Dieu  vit  tout  ce  qu'il  avait  fait;  et 
en  abondance  des  animaux  vivants,  et  voici,  cela  était  très  bon.  Ainsi,  il  y 
que  des  oiseaux  volent  sur  la  terre  vers      eut  un  soir,  et  il  y  eut  un  matin  :  ce 

fut  le  sixième  jour. 

Chap.  II.     'Ainsi  furent  achevés  les 

cieux  et  la  terre,  et  toute  leur  armée. 

^Dieu  acheva  au  septième  jour  son  œu- 


l'étenducdu  ciel.-'  Dieu  créa  les  grands 
poissons  et  tous  les  animaux  vivants 
qui  se  meuvent,  et  que  les  eaux  pro- 
duisirent en  abondance  selon  leur  es- 


pèce; il  créa  aussi  tout  oiseau  ailé  se-  vre,  qu'il  avait  faite  ;  et  il  se  reposa  au 
Ion  son  espèce.  Dieu  vit  que  cela  était  septième  jour  de  toute  son  œuvre, 
bon.  *-Dieu  les  bénit,  en  disant  :  Soyez     qu'il  avait  faite.  ^Dieu   bénit  le   sep- 


féconds,  multipliez,  et  remplissez  les 
eaux  des  mers  ;  et  que  les  oiseaux  mul- 
tiplient sur  la  terre.  ^^Ainsi,  il  y  eut  un 
soir,  et  il  y  eut  un  matin  :  ce  fut  le 
cinquième  jour. 

**Dieu  dit  :   Que   la  terre  produise 
des  animaux  vivants  selon  leur  espèce. 


tièmc  jour,  et  il  le  sanctifia,  parce  qu'en 
ce  jour  il  se  reposa  de  toute  son  œuvre 
qu'il  avait  créée  en  la  faisant. 

For/nation  de  1  Jiomnie  et  de  la  femme. 

■•Voici  les  origines  des  cieux  et  de 
du  bétail,  des  reptiles  et  des  animaux  la  terre,  quand  ils  furent  créés. 
terrestres  selon  leur  espèce.  Et  cela  ^Lorsque  l'Eternel  Dieu  fit  une  terre 
fut  ainsi.  "Dieu  fit  les  animaux  de  la  et  des  cieux,  aucun  arbuste  des  champs 
terre  selon  leur  espèce,  le  bétail  se-  n'était  encore  sur  la  terre,  et  aucune 
Ion  son  espèce,  et  tous  les  reptiles  de  herbe  des  champs  ne  germait  encore  : 
la  terre  selon  leur  espèce.  Dieu  vit  que  car  l'Eternel  Dieu  n'avait  pas  fait  pleu- 
cela  était  bon.  ^''Puis  Dieu  dit  :  Fai-  voir  sur  la  terre,  et  il  n'y  avait  jioint 
sons  l'homme  à  notre  image,  selon  d'homme  pour  cultiver  le  sol.  "Et  une 
notre  ressemblance,  et  qu'il  domine  vapeur  s'élevait  de  la  terre,  et  arrosait 
sur  les  poissons  de  la  mer,  sur  les  oi-  toute  la  surface  du  sol. 
seaux  du  ciel  et  sur  tous  les  reptiles  'L'Eternel  Dieu  forma  l'homme  de 
qui  rampent  sur  la  terre.  ^'Dieu  créa  la  poussière  de  la  terre,  il  souffla  dans 
l'homme  à  son  image,  il  le  créa  à  l'i-  ses  narines  un  souffle  de  vie,  et  l'hom- 
mage de  Dieu,  il  créa  l'homme  et  la  me  devint  un  être  vivant, 
femme".  ^''Dieu  les  bénit,  et  Dieu  leur  *Puis  l'Eternel  Dieu  planta  un  jar- 
dit  :  Soyez  féconds,  multipliez,  rem-  din  en  Eden,  du  côté  de  l'orient,  et  il 
jjlissez  la  terre,  et  l'assujettissez;  et  y  mit  l'homme  qu'il  avait  formé.  "L'É- 
dominez  sur  les  poissons  de  la  mer,  ternel  Dieu  fit  pousser  du  sol  des  ar- 
sur  les  oiseaux  du  ciel,  et  sur  tout  ani-  bres  de  toute  espèce,  agréables  à  voir 
mal  qui  se  meut  sur  la  terre.  ^'Et  Dieu  et  bons  à  manger,  et  l'arbre  de  la  vie 
dit  :  Voici,  je  vous  donne  toute  herbe  au  milieu  du  jardin,  et  l'arbre  de  la 
portant  de  la  semence  et  qui  est  à  la  connaissance  du  bien  et  du  mal.  '"Un 
surface  de  toute  la  terre,  et  tout  arbre  fleuve  sortait  d'Eden  pour  arroser  le 
ayant  en  lui  du  fruit  d'arbre  et  portant  jardin,  et  de  là,  il  se  divisait  en  quatre 

a.  Littéralement  :  il  les  créa  mâle  et  femelle. 


GENESE. 


Chap.  S,  u-3,  il. 


bras.  "Le  nom  du  premier  est  Pischon; 
c'est  celui  qui  entoure  tout  le  jiays  de 
Havila,  où  se  trouve  l'or.  '-L'or  de 
ce  pays  est  pur;  on  y  trouve  aussi  le 
bdellium  et  la  pierre  d'onyx.  '^Le  nom 
du  second  ileuve  est  Guihon  ;  c'est  ce- 
lui qui  entoure  tout  le  pays  de  Cusch. 
**Le  nom  du  troisième  est  Iliddékel"; 
c'est  celui  qui  coule  à  l'orient  de  l'As- 
syrie. Le  quatrième  fleuve,  c'est  l'Eu- 
phrate. 

'•"^L'Eternel  Dieu  prit  l'homme,  et  le 
plaça  dans  le  jardin  d'Eden  pour  le 
cultiver  et  pour  le  garder.  '^L'Eternel 
Dieu  donna  cet  ordre  à  l'homme  :  Tu 
pourras  manger  de  tous  les  arbres  du 
jardin;  '"mais  tu  ne  mangeras  pas  de 
l'arbre  de  la  connaissance  du  bien  et 
du  mal,  car  le  jour  où  tu  en  mangeras, 
tu  mourras. 

"*L'Eternel  Dieu  dit  :  Il  n'est  pas  bon 
que  l'homme  soit  seul  ;  je  lui  ferai  une 
aide  semblable  à  lui.  ''•'L'Eternel  Dieu 
forma  de  la  terre  tous  les  animaux  des 
champs  et  tous  les  oiseaux  du  ciel,  et 
il  les  fit  venir  vers  l'homme,  pourvoir 
comment  il  les  appellerait,  et  afin  que 
tout  être  vivant  portât  le  nom  que  lui 
donnerait  l'homme.  -"Et  l'homme  don- 
na des  noms  à  tout  le  bétail,  aux  oi- 
seaux du  ciel  et  à  tous  les  animaux  des 
champs  ;  mais ,  pour  l'homme ,  il  ne 
trouva  point  d'être  semblable  à  lui. 
^'Alors  l'Eternel  Dieu  fit  tomber  un 
profond  sommeil  sur  l'homme,  qui 
s'endormit;  il  prit  une  de  ses  côtes,  et 
referma  la  chair  à  sa  place.  ^^L'Eter- 
nel Dieu  forma  une  femme  de  la  côte 
cpi'il  avait  ]>rise  de  l'homme,  et  il  l'a- 
mena vers  l'homme.  ^'Et  l'homme  dit  : 
Voici  cette  fois  celle  qui  est  os  de  mes 
os  et  chair  de  ma  chair  !  on  l'aiipellera 
femme*,  parce  qu'elle  a  été  prise  de 
l'homme.  ^* C'est  pourquoi  l'homme 
quittera  son  père  et  sa  mère,  et  s'atta- 
chera à  sa  femme,  et  ils  deviendront 
une  seule  chair. 


a.  Le  Tij^rc 


b.  Le  mol  hébreu,  traduit  j)ar  ft'miiie 


Le  jardin  d'iîdcn,  et  le  péché  d'Adam. 

-^L'homme  et  sa  femme  étaient  tous 
deux  nus,  et  ils  n'en  avaient  point 
honte. 

Chap.  III.  '  Le  serpent  était  le  plus 
rusé  de  tous  les  animaux  des  champs, 
c|ue  l'Eternel  Dieu  avait  faits.  Il  dit  à 
la  femme  :  Dieu  a-t-il  réellement  dit  : 
Vous  ne  mangerez  pas  de  tous  les  ar- 
bres du  jardin  ?  ^La  femme  répondit 
au  serjient  :  Nous  mangeons  du  fruit 
des  arbres  du  jardin.  ^Mais  quant  au 
fruit  de  l'arbre  qui  est  au  milieu  du 
jardin.  Dieu  a  dit  :  Vous  n'en  mange- 
rez point  et  vous  n'y  toucherez  point, 
de  peur  que  vous  ne  mouriez.  ^Alors 
le  serpent  dit  à  la  femme  :  Vous  ne 
mourrez  point;  ^mais  Dieu  sait  que,  le 
jour  où  vous  en  mangerez ,  vos  yeux 
s'ouvriront,  et  que  vous  serez  comme 
des  dieux,  connaissant  le  bienetlemal. 

*La  femme  vit  que  l'arbre  était  bon 
à  manger  et  agréable  à  la  vue,  et  qu'il 
était  ])récieux  pour  ouvrir  l'intelli- 
gence ;  elle  prit  de  son  fruit,  et  en  man- 
gea; elle  en  donna  aussi  à  son  mari, 
(|ui  était  auprès  d'elle,  et  il  en  mangea. 
'Les  yeux  de  l'un  et  de  l'autre  s'ouvri- 
rent, ils  connurent  qu'ils  étaient  nus, 
et  ayant  cousu  des  feuilles  de  figuier, 
ils  s'en  firent  des  ceintures.  *Alors  ils 
entendirent  la  voix  de  l'Eternel  Dieu, 
qui  parcourait  le  jardin  vers  le  soir,  et 
l'homme  et  sa  femme  se  cachèrent  loin 
de  la  face  de  l'Eternel  Dieu,  au  milieu 
des  arbres  du  jardin. 

^Mais  l'Eternel  Dieu  appela  l'hom- 
me, et  lui  dit  :  Où  es-tu  ?  '"Il  répondit  : 
J'ai  entendu  ta  voix  dans  le  jardin,  et 
j'ai  eu  peur,  parce  que  je  suis  nu,  et  je 
me  suis  caché.  "  Et  l'Eternel  Dieu  dit  : 
Oui  t'a  a])pris  que  tu  es  nu  ?  Est-ce  que 
tu  as  mangé  de  l'arbre  dont  je  t'avais 
défendu  de  manger  ?  '-L'homme  ré- 
pondit :  La  femme  que  tu  as  mise  au- 
près de  moi  m'a  donné  de  l'arbre,  et 

(ischaj,  dérive   du  mot  qui  signifie  Itonime  (iscltj. 


Chap.  3,ri-i,, 


GENESE. 


j'en  ai  mangé.  ''Et  l'Éternel  Dieu  dit  à 
la  femme  :  Pourquoi  as-tu  fait  cela? 
La  femme  répondit  :  Le  serpent  m'a 
séduite,  et  j'en  ai  mangé. 

"L'Eternel  Dieu  dit  au  serpent  : 
Puisque  tu  as  fait  cela,  tu  seras  mau- 
dit entre  tout  le  bétail  et  entre  tous  les 
animaux  des  champs,  tu  marcheras  sur 
ton  ventre,  et  tu  mangeras  de  la  pous- 
sière tous  les  jours  de  ta  vie.  '^  Je  met- 
trai inimitié  entre  toi  et  la  femme, 
entre  ta  postérité  et  sa  postérité  :  celle- 
ci  t'écrasera  la  tête,  et  tu  lui  blesseras 
le  talon. '^11  dit  à  la  femme  :  J'augmen- 
terai la  souffrance  de  tes  grossesses, 
tu  enfanteras  avec  douleur,  et  tes  dé- 
sirs se  porteront  vers  ton  mari,  mais 
il  dominera  sur  toi.  ''Il  dit  à  l'homme  : 
Puisque  tu  as  écouté  la  voix  de  ta  fem- 
me, et  que  tu  as  mangé  de  l'arbre  au 
sujet  duquel  je  t'avais  donné  cet  or- 
dre :  Tu  n'en  mangeras  point  !  le  sol 
sera  maudit  à  cause  de  toi.  C'est  à  force 
de  peine  que  tu  en  tireras  ta  nourri- 
ture tous  les  jours  de  ta  vie  ;  '*il  te  pro- 
duira des  épines  et  des  ronces,  et  tu 
mangeras  de  l'herbedes  champs. '^G'est 
à  la  sueur  de  ton  visage  que  tu  mange- 
ras du  pain,  jusqu'à  ce  que  tu  retour- 
nes dans  la  terre,  d'où  tu  as  été  pris; 
car  tu  es  poussière,  et  tu  retourneras 
dans  la  poussière. 

^'Adam  donna  à  sa  femme  le  nom 
d'Eve"  :  car  elle  a  été  la  mère  de  tous 
les  vivants. 

^'L'Eternel  Dieu  fit  à  Adam  et  à  sa 
femme  des  habits  de  peau,  et  il  les  en 
revêtit. 

^"L'Éternel  Dieu  dit  :  Voici,  l'homme 
est  devenu  comme  l'un  de  nous,  pour 
la  connaissance  du  bien  et  du  mal.  Em- 
pêchons-le maintenant  d'avancer  sa 
main,  de  prendre  de  l'arbre  de  vie,  d'en 
manger,  et  de  vivre  éternellement. 
-■^Et  l'Eternel  Dieu  le  chassa  du  jai'din 
d'Eden,  pour  qu'il  cultivât  la  terre, 
d'où  il  avait  été  pris.  -'C'est  ainsi  qu'il 

a.  Eté  signifie  l'ie.         b.  Tu  seras  satisfait,  content 


chassa  Adam;  et  il  mit  à  l'orient  du 
jardin  d'Eden  les  chérubins  qui  agitent 
une  épée  flamboyante,  pour  garder  le 
chemin  de  l'arbre  de  vie. 

Caïn  et  Abel.  —  Descendants  de  Caïn. 

Chap.  IV.  'Adam  connut  Eve,  sa 
femme;  elle  conçut,  et  enfanta  Caïn, 
et  elle  dit  :  J'ai  formé  un  homme,  avec 
l'aide  de  l'Eternel.  -Elle  enfanta  son 
frère  Abel.  Abel  fut  berger,  et  Caïn  fut 
laboureur. 

•*Au  bout  de  quelque  temps,  Caïn  fit 
à  l'Eternel  une  offrande  des  fruits  de 
la  terre;  *et  Abel,  de  son  côté,  en  fit 
une  des  premiers-nés  de  son  troupeau 
et  de  leur  graisse.  L'Eternel  porta  un 
regard  favorable  sur  Abel  et  sur  son 
offrande;  ^mais  il  ne  porta  pas  un  re- 
gard favorable  sur  Caïn  et  sur  son 
offrande.  Caïn  fut  très  irrité,  et  son  ■ 
visage  fut  abattu.  *Et  l'Eternel  dit  à 
Caïn  :  Pourquoi  es-tu  irrité,  et  pour- 
quoi ton  visage  est-il  abattu  ?  "Certai- 
nement, si  tu  agis  bien,  tu  relèveras 
ton  visage*;  et  si  tu  agis  mal,  le  péché 
se  couche  à  la  porte,  et  ses  désirs  se 
portent  vers  toi  :  mais  toi,  domine  sur 
lui. 

^Cependant,  Caïn  adressa  la  parole  à 
son  frère  Abel  ;  mais,  comme  ils  étaient 
dans  les  champs,  Caïn  se  jeta  sur  son 
frère  Abel,  et  le  tua. 

"L'Éternel  dit  à  Caïn  :  Où  est  ton 
frère  Abel  ?  11  répondit  :  Je  ne  sais  pas  ; 
suis-je  le  gardien  de  mon  frère?  '"Et 
Dieu  dit  :  Qu'as-tu  fait  ?  La  voix  du  sang 
de  ton  frère  crie  de  la  terre  jusqu'à  moi. 
"Maintenant,  tu  seras  maudit  de  la 
terre  qui  a  ouvert  sa  bouche  pour  re- 
cevoir de  ta  main  le  sang  de  ton  frère. 
'* Quand  tu  cultiveras  le  sol,  il  ne  te 
donnera  plus  sa  richesse.  Tu  seras  er- 
rant et  vagabond  sur  la  terre.  ''Caïn 
dit  à  l'Éternel  :  Mon  châtiment  est  trop 
grand  pour  être  supporté.  '''Voici,  tu 
me  chasses  aujourd'hui  de  cette  terre; 

de  toi-même. 


GENESE. 


Chap.  4,  ir,-5, 16. 


je  serai  caché  loin  de  ta  face,  je  serai  dra  Mehujaël,  Mehujaël  engendra  Me- 
errant  et  vagabond  sur  la  terre,  et  qui-  tuschaël,  et  Metuschaël  engendra  Lé- 
conque  me  trouvera  me  tuera.  '^L'E-  mec. 

ternel  lui  dit  :  Si  quelqu'un  tuait  Caïn,  '"Lémec  prit  deux  femmes  :  le  nom 

Gain  serait  vengé  sept  fois.  Et  l'Éter-  de  l'une  était  Ada,  et  le  nom  de  l'autre 

nel  fit  connaître  à  Gain  (pie  quiconque  Tsilla.  -"Ada  enfanta  Jabal  :  il  fut  le 

le  trouverait  ne  le  tuerait  point.  père  de  ceux  qui  habitent  sous  des  ten- 

"^Puis,  Gain  s'éloigna  de  la  face  de  tes  et  près  des  troupeaux.  -'Le  nom  de 

l'Éternel,  et  habita  dans  la  terre  de  son  frère  était  Jubal  :  il  fut  le  père  de 

Nod",  à  l'orient  d'Éden.  tous  ceux  qui  jouent  de  la  harpe  et  du 

''Gain  connutsa  femme;  elleconcut,  chalumeau. '--Tsilla,  de  son  côté,  en- 

et  enfanta  llénoc.  11  bâtit  ensuite  une  fanta  Tubal-Gaïn,  qui  forgeait  tous  les 

ville,  et  il  donna  à  cette  ville  le  nom  instruments  d'airain  et  de  fer.  La  sœur 

de  son  lils  Hénoc.  de  Tubal-Gaïn  était  Naama. 

''^Hénoc  engendra  Irad,  Irad  engen-  -^Lémec  dit  à  ses  femmes  : 

Ada  et  Tsilla,  écoutez  ma  voix! 
Femmes  de  Lémec,  écoutez  ma  parole! 

J'ai  tué  un  homme  pour  ma  blessure, 
Et  un  jeune  homme  pour  ma  meurtrissure. 

-''Gain  sera  vengé  sept  fois. 
Et  Lémec  soixante-dix-sept  fois. 

-^Adam  connut  encore  sa  femme;  ^Tous  les  jours  qu'Adam  vécut  furent 
elle  enfanta  un  fils,  et  l'appela  du  nom  de  neuf  cent  trente  ans  ;  puis  il  mourut, 
de  Seth*,  car,  dit-elle,  Dieu  m'adonne  *Seth,  âgé  de  cent  cinq  ans,  engen- 

un  autre  fils  à  la  place  d'Abel,  que  Gain  dra  Enosch.  'Seth  vécut,  après  la  nais- 
a  tué.  sauce  d'Enosch,  huit  cent  sept  ans  ;  et 

-''Seth  eut  aussi  un  lils,  et  l'appela  il  engendra  des  fils  et  des  filles.  '^Tous 
du  nom  d'Enosch.  G'est  alors  que  l'on  les  jours  de  Seth  furent  de  neuf  cent 
commença  à  invoquer  le  nom  de  l'E-     douze  ans;  puis  il  mourut. 

^Enosch,  âgé  de  quatre-vingt-dix 
ans,  engendra  Ivénan.  '"Enosch  vécut, 
après  la  naissance  de  Kénan,  huit  cent 
quinze  ans  ;  et  il  engendra  des  fils  et 
des  filles.  "Tous  les  jours  d'Enosch  fu- 
rent de   neuf  cent  cinq   ans  ;  puis  il 


ternel 

Postérité  d'Adam,  par  Seth,  jusqu'à  Noé. 


Chap.  V.      'Voici  le  livre  de  la  pos- 
térité d'Adam. 

Lorsque  Dieu  créa  l'homme,  il  le  fit  mourut, 

à  la  ressemblance  de   Dieu.  -Il   créa  '-Kénan,  âgé  de   soixante-dix  ans, 

l'homme  et  la  femme,  il  les  bénit,  et  il  engendra  Mahalaleel.  "Ivénan  vécut, 

les  appela  du  nom  d'homme,  lorsqu'ils  après  la  naissance  de  Mahalaleel,  huit 

furent  créés.  cent  quarante  ans;  et  il  engendra  des 

^Adam,  âgé  de  cent  trente  ans,  en-  fils  et  des  filles.  '^Tous  les  jours  de 

gendra  un  fils  à  sa  ressemblance,  selon  Kénan  furent  de  neuf  cent  dix  ans  ;  puis 

son  image,  et  il  lui  donna  le  nom  de  il  mourut. 

Seth.  ■♦Les  jours  d'Adam,  après  la  nais-  '^Mahalaleel,  âgé  de  soixante-cinq 

sance  de  Seth,  furent  de  huit  cents  ans,  engendra  Jéred. '«Mahalaleel  vé- 

ans  ;  et  il  engendra  des  fils  et  des  filles,  eut,  après  la  naissance  de  Jéred,  huit 

a.  .\o<l  signifie  fuite,  exil.         b.  Seth  dc'rive  d'un  mol  qui  signifie  mettre,  placer. 


Chap.  5,  n-6, 15. 


GENESE. 


cent  trente  ans;  et  il  engendra  des  fils 
et  des  filles.  "Tous  les  jours  de  Maha- 
laleel  furent  de  huit  cent  quatre-vingt- 
quinze  ans;  puis  il  mourut. 

'^Jéred,  âgé  de  cent  soixante-deux 
ans,  engendra  Hénoc.  '^Jéred  vécut, 
après  la  naissance  d'Hénoc,  huit  cents 
ans;  et  il  engendra  des  fils  et  des  fil- 
les. ^"Tous  les  jours  de  Jéred  lurent  de 
neuf  cent  soixante-deux  ans;  puis  il 
mourut. 

*' Hénoc,  âgé  de  soixante-cinq  ans, 
engendra  Metuschélah.  --Hénoc,  après 
la  naissance  de  Metuschélah,  marcha 
avec  Dieu  trois  cents  ans;  et  il  engen- 
dra des  fils  et  des  filles.  "Tous  les  jours 
d'Hénoc  furent  de  trois  cent  soixante- 
cinq  ans.  -^Ilénoc  marcha  avec  Dieu; 
puis  il  ne  fut  plus,  parce  que  Dieu  le 
prit. 

*^ Metuschélah,  âgé  de  cent  quatre- 
vingt-sept  ans,  engendra  Lémec.  **Me- 
tuschélah  vécut,  après  la  naissance  de 
Lémec,  sept  cent  quatre-vingt-deux 
ans  ;  et  il  engendra  des  fils  et  des  filles. 
*'Tous  les  jours  de  Metuschélah  furent 
de  neuf  cent  soixante-neuf  ans  ;  puis  il 
mourut. 

^* Lémec,  âgé  de  cent  quatre-vingt- 
deux  ans,  engendra  un  fils.  -'11  lui 
donna  le  nom  de  Noé,  en  disant  :  Celui- 
ci  nous  consolera  de  nos  fatigues  et  du 
travail  pénible  de  nos  mains,  prove- 
nant de  cette  terre  que  l'Eternel  a  mau- 
dite. '"Lémec  vécut,  api'ès  la  naissance 
de  Noé,  cinq  cent  quatre-vingt-quinze 
ans  ;  et  il  engendra  des  fils  et  des  filles. 
"'Tous  les  jours  de  Lémec  furent  de 
sept  cent  soixante-dix-sept  ans  ;  puis  il 
mourut. 

^*Noé,  âgé  de  cinq  cents  ans,  engen- 
dra Sem,  Cham  et  Japhet. 

Corruption  du  genre  liuinain.  —  Le  déluge. 

Chap.  VI.  'Lorsque  les  hommes 
eurent  commencé  à  se  multiplier  sur 
la  face  de  la  terre,  et  que  des  filles  leur 
furent  nées,  *les  fils  de  Dieu  virent 


que  les  filles  des  hommes  étaient  bel- 
les, et  ils  en  prirent  pour  femmes  parmi 
toutes  celles  qu'ils  choisirent.  ''Alors 
l'Eternel  dit  :  Mon  esprit  ne  restera  pas 
à  toujours  dans  l'homme,  car  l'homme 
n'est  que  chair,  et  ses  jours  seront  de 
cent  vingt  ans. 

*Les  géants  étaient  sur  la  terre  en 
ces  temps-là,  après  que  les  fils  de  Dieu 
furent  venus  vers  les  filles  des  hom- 
mes, et  qu'elles  leur  eurent  donné  des 
enfants  :  ce  sont  ces  héros,  qui  furent 
fameux  dans  l'antiquité. 

^  L'Eternel  vit  que  la  méchanceté  des 
hommes  était  grande  sur  la  terre,  et 
que  toutes  les  pensées  de  leur  cœur  se 
portaient  chaque  jour  uniquement  vers 
le  mai.  "L'Eternel  se  repentit  d'avoir 
fait  l'homme  sur  la  terre,  et  il  fut  af- 
fligé en  son  cœur.  "Et  l'Eternel  dit  : 
J'exterminerai  de  la  face  de  la  terre 
l'homme  que  j'ai  créé,  depuis  l'homme 
jusqu'au  bétail,  aux  reptiles  et  aux  oi- 
seaux du  ciel  ;  car  je  me  repens  de  les 
avoir  faits. 

*Mais  Noé  trouva  grâce  aux  yeux  de 
l'Éternel. 

'Voici  la  postérité  de  Noé. 
Noé  était  un  homme  juste  et  intègre, 
dans  son  temps  ;  Noé  marchait  avec 
Dieu. 

'."Noé  engendra  trois  fils:  Sem,  Cham 
et  Japhet. 

"La  terre  était  corrompue  devant 
Dieu,  la  terre  était  pleine  de  violence. 
'^Dieu  regarda  la  terre,  et  voici,  elle 
était  corrompue  ;  car  toute  chair  avait 
corrompu  sa  voie  sur  la  terre. 

'"Alors  Dieu  dit  à  Noé  :  La  fin  de 
toute  chair  est  arrêtée  par  devers  moi  ; 
car  ils  ont  rempli  la  terre  de  violence  ; 
voici,  je  vais  les  détruire  avec  la  terre. 
'■•Fais-toi  une  arche  de  bois  degopher; 
tu  disposeras  cette  arche  en  cellules, 
et  tu  l'enduiras  de  poix  en  dedans  et  en 
dehors.  '^Voici  comment  tu  la  feras  : 
l'arche  aura  trois  cents  coudées  de  lon- 
gueur, cinquante  coudées  de  largeur 


GEN'ESE. 


dut  p.  0,  in-7  ,n. 


et  trente  coudées  de  hauteur.  '*Tu  fe- 
ras à  l'arche  une  fenêtre,  que  tu  rédui- 
ras à  une  coudée  en  haut  ;  tu  établiras 
une  porte  sur  le  côté  de  l'arche  ;  et  tu 
construiras  un  étage  inférieur,  un  se- 
cond et  un  troisième.  '■'Et  moi,  je  vais 
faire  venir  le  déluge  d'eaux  sur  la  terre, 
pour  détruire  toute  chair  ayant  souffle 
de  vie  sous  le  ciel  ;  tout  ce  qui  est  sur 
la  terre  périra.  '^Mais  j'établis  mon  al- 
liance avec  toi;  tu  entreras  dans  l'ar- 
che, toi  et  tes  fils,  ta  femme  et  les  fem- 
mes de  tes  fils  avec  toi.  "De  tout  ce 
qui  vit,  de  toute  chair,  tu  feras  entrer 
dans  l'arche  deux  de  chaque  espèce, 
pour  les  conserver  en  vie  avec  toi  :  il 
y  aura  un  màle  et  une  femelle.  ^'Des 
oiseaux  selon  leur  espèce,  du  bétail  se- 
lon son  espèce,  et  de  tous  les  reptiles 
de  la  terre  selon  leur  espèce,  deux  de 
chaque  espèce  viendront  vers  toi,  pour 
que  tu  leur  conserves  la  vie.  -'Et  toi, 
prends  de  tous  les  aliments  que  l'on 
mange,  et  fais-en  une  provision  auprès 
de  toi,  afin  qu'ils  te  servent  de  nourri- 
ture ainsi  qu'à  eux. 

*- C'est  ce  que  fit  Noé  :  il  exécuta  tout 
ce  que  Dieu  lui  avait  ordonné. 

Chap.  VII.  'L'Éternel  dit  à  Noé  : 
Entre  dans  l'arche,  toi  et  toute  ta  mai- 
son ;  car  je  t'ai  vu  juste  devant  moi 
parmi  cette  génération.  -Tu  prendras 
auprès  de  toi  sept  couples  de  tous  les  • 
animaux  purs,  le  màle  et  sa  femelle; 
une  paire  des  animaux  qui  ne  sont  pas 
purs,  le  mâle  et  sa  femelle;  ^sept  cou- 
ples aussi  des  oiseaux  du  ciel,  màle  et 
femelle,  afin  de  conserver  leur  race  en 
vie  sur  la  face  de  toute  la  terre.  ''Car, 
encore  sept  jours,  et  je  ferai  pleuvoir 
sur  la  terre  quarante  jours  et  quarante 
nuits,  et  j'exterminerai  de  la  face  de  la 
terre  tous  les  êtres  que  j'ai  faits. 

^Noé  exécuta  tout  ce  que  l'Eternel 
lui  avait  ordonné. 

^Noc  avait  six  cents  ans,  lorsque 
le  déluge  d'eaux  fut  sur  la  terre.  'Et 
Noé  entra  dans  l'arche  avec  ses  fils,  sa 


femme  et  les  femmes  de  ses  fils,  pour 
échapper  aux  eaux  du  déluge.  *D'entre 
les  animaux  purs  et  les  animaux  qui  ne 
sont  pas  purs,  les  oiseaux  et  tout  ce 
qui  se  meut  sur  la  terre,  ^il  entra  dans 
l'arche  auprès  de  Noé,  deux  à  deux, 
un  màle  et  une  femelle,  comme  Dieu 
l'avait  ordonné  à  Noé. 

'"Sept  jours  après,  les  eaux  du  dé- 
luge furent  sur  la  terre.  "L'an  six  cent 
de  la  vie  de  Noé,  le  second  mois,  le 
dix-septième  jour  du  mois,  en  ce  jour- 
là  toutes  les  sources  du  grand  abîme 
jaillirent,  et  les  écluses  des  cieux 
s'ouvrirent.  '^La  pluie  tomba  sur  la 
terre  quarante  jours  et  quarante  nuits. 
'^Ce  même  jour,  entrèrent  dans  l'arche 
Noé,  Sem,  Cham  et  Japhet,  fils  de  Noé, 
la  femme  de  Noé  et  les  trois  femmes 
de  ses  fils  avec  eux  :  '^eux,  et  tous  les 
animaux  selon  leur  espèce,  tout  le  bé- 
tail selon  son  espèce,  tous  les  reptiles 
qui  rampent  sur  la  terre  selon  leur  es- 
pèce, tous  les  oiseaux  selon  leur  es- 
pèce, tous  les  petits  oiseaux,  tout  ce 
qui  a  des  ailes.  '^Ils  entrèrent  dans 
l'arche  auprès  de  Noé,  deux  à  deux,  de 
toute  chair  ayant  souffle  de  vie.  "'Il  en 
entra,  màle  et  femelle,  de  toute  chair, 
comme  Dieu  l'avait  ordonné  à  Noé. 
Puis  l'Eternel  ferma  la  porte  sur  lui. 

'"Le  déluge  fut  quarante  jours  sur  la 
terre.  Les  eaux  crûrent  et  soulevèrent 
l'arche,  et  elle  s'éleva  au-dessus  de  la 
terre.  '*Les  eaux  grossirent  et  s'accru- 
rent beaucoup  sur  la  terre,  et  l'arche 
flotta  sur  la  surface  des  eaux.  "Les 
eaux  grossirent  de  plus  en  plus,  et  tou- 
tes les  hautes  montagnes  qui  sont  sous 
le  ciel  entier  furent  couvertes.  -"Les 
eaux  s'élevèrent  de  quinze  coudées  au- 
dessus  des  montagnes  qui  furent  cou- 
vertes. 

-'Tout  ce  qui  se  mouvait  sur  la  terre 
périt,  tant  les  oiseaux  que  le  bétail  et 
les  animaux,  tout  ce  qui  rampait  sur 
la  terre,  et  tous  les  hommes.  **Toutce 
quiavaitrespiration,  souffledevie  dans. 


Chap.  7,  ■23-9,  Q. 


GENESE. 


ses  narines,  et  qui  était  sur  la  terre 
sèche,  mourut.  ^^Tous  les  êtres  qui 
étaient  sur  la  face  de  la  terre  furent 
exterminés,  depuis  Thomme  jusqu'au 
])étail,  aux  reptiles  et  aux  oiseaux  du 
ciel  :  ils  furent  exterminés  de  la  terre. 
Il  ne  resta  que  Noé,  et  ce  qui  était  avec 
lui  dans  l'arche.  -■'Les  eaux  furent  gros- 
ses sur  la  terre  pendant  cent  cinquante 
jours. 

Chap.  VIII.  'Dieu  se  souvint  de 
Noé,  de  tous  les  animaux  et  de  tout  le 
bétail,  qui  étaient  avec  lui  dans  l'arche; 
et  Dieu  fît  passer  un  vent  sur  la  terre, 
etleseauxs'apaisèrent.^Les  sources  de 
l'abîme  et  les  écluses  des  cieux  furent 
fermées,  et  la  pluie  ne  tomba  plus  du 
ciel.  'Les  eaux  se  retirèrent  de  dessus 
la  terre,  s'en  allant  et  s'éloignant,  et 
les  eaux  diminuèrent  au  bout  de  cent 
cinquante  jours.  *Le  septième  mois,  le 
dix-septième  jourdu  mois,  l'arche  s'ar- 
rêta sur  les  montagnes  d'Ararat.  ^Les 
eaux  allèrent  en  diminuant  jusqu'au 
dixième  mois.  Le  dixième  mois,  le  pre- 
mier jourdu  mois,  apparurent  les  som- 
mets des  montagnes. 

^Au  bout  de  quarante  jours,  Noé  ou- 
vrit la  fenêtre  qu'il  avait  faite  à  l'arche. 
Ml  lâcha  le  corbeau,  qui  sortit,  partant 
et  revenant,  jusqu'à  ce  que  les  eaux 
eussent  séché  sur  la  terre.  Ml  lâcha 
aussi  la  colombe,  pour  voir  si  les  eaux  ■ 
avaient  diminué  à  la  surface  de  la  terre. 
*Mais  la  colombe  ne  trouva  aucun  lieu 
pour  poser  la  plante  de  son  pied,  et 
elle  revint  à  lui  dans  l'arche,  car  il  y 
avait  des  eaux  à  la  surface  de  toute  la 
terre.  Il  avança  la  main,  la  prit,  et  la 
fit  rentrer  auprès  de  lui  dans  l'arche. 
'"Il  attendit  encore  sept  autres  jours, 
et  il  lâcha  de  nouveau  la  colombe  hors 
de  l'arche.  "La  colombe  i-evint  à  lui 
sur  le  soir;  et  voici,  une  feuille  d'oli- 
vier arrachée  était  dans  son  bec.  Noé 
connut  ainsi  que  les  eaux  avaient  di- 
minué sur  la  terre.  '-Il  attendit  encore 

a.  Sous-entendu  :  de  la  vie  de  Noé. 


sept  autres  jours,  et  il  lâcha  la  co- 
lombe. Mais  elle  ne  revint  plus  à  lui. 

*'L'an  six  cent  un",  le  premier  mois, 
le  premier  jour  du  mois,  les  eaux 
avaient  séché  sur  la  terre.  Noé  ôta  la 
couverture  de  l'arche;  il  regarda,  et 
voici,  la  surface  de  la  terre  avait  séché. 
'''Le  second  mois,  le  vingt-septième 
jour  du  mois,  la  terre  fut  sèche. 

'^Alors  Dieu  parla  à  Noé,  en  disant  : 
'^Sors  de  l'arche,  toi  et  ta  femme,  tes 
fils  et  les  femmes  de  tes  fils  avec  toi. 
'"Fais  sortir  avec  toi  tous  les  animaux 
de  toute  chair  qui  sont  avec  toi,  tant 
les  oiseaux  que  le  bétail  et  tous  les 
reptiles  qui  rampent  sur  la  terre  :  qu'ils 
se  répandent  sur  la  terre,  qu'ils  soient 
féconds  et  multiplient  sur  la  terre.  '^Et 
Noé  sortit,  avec  ses  fils,  sa  femme,  et 
les  femmes  de  ses  fils.  '^Tous  les  ani- 
maux, tous  les  reptiles,  tous  les  oi- 
seaux, tout  ce  qui  se  meut  sur  la  teri'e, 
selon  leurs  espèces,  sortirent  de  l'ar- 
che. 

-"Noé  bâtit  un  autel  à  l'Eternel;  il 
prit  de  toutes  les  bêtes  pures  et  de 
tous  les  oiseaux  purs,  et  il  offrit  des  ho- 
locaustes sur  l'autel.  ^'  L'Eternel  sentit 
une  odeur  agréable,  et  l'Eternel  dit  en 
son  cœur  :  Je  ne  maudirai  plus  la  terre, 
à  cause  de  l'homme,  car  les  pensées 
du  cœur  de  l'homme  sont  mauvaises 
dès  sa  jeunesse;  et  je  ne  frapperai  plus 
tout  ce  qui  est  vivant,  comme  je  l'ai 
fait.  ^-Tant  que  la  terre  subsistera,  les 
semailles  et  la  moisson,  le  froid  et  la 
chaleur,  l'été  et  l'hiver,  le  jour  et  la 
nuit  ne  cesseront  point. 

Noé  et  ses  fils. 

Chap.  IX.  'Dieu  bénit  Noé  et  ses 
fils,  et  leur  dit  :  Soyez  féconds,  multi- 
pliez, et  remplissez  la  terre.  -Vous  se- 
rez un  sujet  de  crainte  et  d'effroi  pour 
tout  animal  de  la  terre ,  pour  tout  oi- 
seau du  ciel,  pour  tout  ce  qui  se  meut 
sur  la  terre,  et  pour  tous  les  poissons 


S 


GENESE. 


Chu  p.  0,:i-10,5. 


clc  la  mer  :  ils  sont  livrés  entre  vos  Dieu  dit  à  Noé  :  Tel  est  le  signe  de  Tal- 
mains.  'Tout  ce  qui  se  meut  et  qui  a  liance  que  j'établis  entre  moi  et  toute 
vie  vous  servira  de  nourriture  :  je  vous  chair  qui  est  sur  la  terre, 
donne  tout  cela,  comme  riierbe  verte.  '*Les  fils  de  Noé,  qui  sortiront  de 
■•Seulement,  vous  ne  mangerez  point  l'arche,  étaient  Seni,  Cham  et  Japhet. 
de  chair  avec  son  àme,  avec  son  sang.  Cham  fut  le  père  de  Canaan.  '''Ce  sont 
^Sachez-le  aussi,  je  redemanderai  le  là  les  trois  fils  de  Noé,  et  c'est  leur 
sang  de  vos  âmes,  je  le  redemanderai  à  postérité  qui  peupla  toute  la  terre, 
tout  animal  ;  et  je  redemanderai  l'àme  -"Noé  commença  à  cultiver  la  terre, 
de  l'homme  à  l'homme,  à  l'homme  qui  et  planta  de  la  vigne.  -'Il  but  du  vin, 
est  son  frère.  *Si  quelqu'un  verse  le  s'enivra,  et  se  découvrit  au  milieu  de 
sang  de  l'homme,  ])ar  l'homme  son  sa  tente.  **Cham,  père  de  Canaan,  vit 
sang  sera  versé  ;  car  Dieu  a  fait  l'hom-  la  nudité  de  son  père,  et  il  le  rapporta 
me  à  son  image.  'Et  vous,  soyez  fé-  dehors  à  ses  deux  frères.  -"Alors  Sem 
conds  et  multipliez,  répandez-vous  sur  et  Japhet  prirent  le  manteau",  le  mi- 
la  terre  et  multipliez  sur  elle.  rent  sur  leurs  épaules,  marchèrent  à 
*Dieu  parla  encore  à  Noé  et  à  ses  fils  reculons,  et  couvrirent  la  nudité  de 
avec  lui,  en  disant  :  ^Voici,  j'établis  leur  père;  comme  leur  visage  était 
mon  alliance  avec  vous  et  avec  votre  détourné,  ils  ne  virent  point  la  nudité 
postérité  après  vous;  '"avec  tous  les  de  leur  père.  ** Lorsque  Noé  se  réveilla 
êtres  vivants  qui  sont  avec  vous,  tant  de  son  vin,  il  apprit  ce  que  lui  avait 
les  oiseaux  que  le  bétail  et  tous  les  ani-  fait  son  fils  cadet.  -^Etildit:  Maudit 
maux  de  la  terre,  soit  avec  tous  ceux  soit  Canaan!  qu'il  soit  l'esclave  des 
qui  sont  sortis  de  l'arche,  soitavec  tous  esclaves  de  ses  frères  !  -^11  dit  encore: 
les  animaux  de  la  terre.  "J'établis  mon  Béni  soit  l'Éternel,  Dieu  de  Sem,  et 
alliance  avec  vous  :  aucune  chair  ne  que  Canaan  soit  leur  esclave  !  ^''Que 
sera  plus  exterminée  par  les  eaux  du  Dieu  étende  les  possessions  de  Japhet, 
déluge,  et  il  n'v  aura  plus  de  déluge  qu'il  habite  dans  les  tentes  de  Sem,  et 
pour  détruire  la  terre.  '-Et  Dieu  dit  :  que  Canaan  soit  leur  esclave  ! 
C'est  ici  le  signe  de  l'alliance  que  j'é-  ^*Noé  vécut,  après  le  déluge,  trois 
tablis  entre  moi  et  vous,  et  tous  les  cent  cinquante  ans. -^Tous  les  jours  de 
êtres  vivants  qui  sont  avec  vous,  pour  Noé  furent  de  neuf  cent  cinquante  ans  ; 
les  générations  à  toujours  :  "j'ai  placé  puis  il  mourut, 
mon  arc  dans  la  nue,  et  il  servira  de 
signe  d'alliance  entre  moi  et  la  terre. 
'■•Ouand  j'aurai  rassemblé  des  nuages 
au-dessus  de  la  terre,   l'arc  paraîtra 


Postérité  des  trois  fils  de  Noé. 

Chap.  X.       'Voici  la  postérité  des 


dans  la  nue;  '^et  je  me  souviendrai  de      fils  de  Noé,  Sem,  Cham  et  Japhet. 

Il  leur  naquit  des  fils  après  le  dé- 
luge. 

-Les  fils  de  Japhet  furent:  Gomer, 
Magog,  Madaï,  Javan,  Tubal,  Méschec 
et  Tiras.  —  ^Les  fils  de  Gomer  :  Asch- 
me  souvenir  de  l'alliance  perpétuelle  kenaz,  Riphat  et  Togarma.  —  ''Les  fils 
entre  Dieu  et  tous  les  êtres  vivants,  de  de  Javan:  Elischa,  Tarsis,  Kittim  et 
toute  chair  qui  est  sur  la  terre.  '"Et      Dodanim. — ^C'est  par  eux  (pi'ont  été 

a.    Le   manteau   (sous-entcndu  :    de   Noé),    (fr:inde  pièce  d'étoffe  dont  on   s'enveloppiiit  le  corps,  et  qui  servait 
aussi  de  couverture  pend:tnl  la  nuit. 


mon  alliance  entre  moi  et  vous,  et  tous 
les  êtres  vivants,  de  toute  chair,  et  les 
eaux  ne  deviendront  plus  un  déluge 
pour  détruire  toute  chair.  '* L'arc  sera 
dans  la  nue;  et  je  le  regarderai,  pour 


Chap.  10,6-1  î,  8. 


GENESE. 


peuj)lées  les  îles"  des  nations  selon 
leurs  terres,  selon  la  langue  de  cha- 
cun, selon  leurs  familles,  selon  leurs 
nations. 

"Les  fils  de  Chani  furent:  Cusch, 
Mitsraïm,  Puth  et  Canaan.  —  'Les  fils 
de  Cusch  :  Saba,  Havila,  Sabta,  Raema 
et  Sabteca.  Les  fils  de  Raema  :  Sébaet 
Dedan.  ''Gusch  engendra  aussi  Nim- 
rod;  c'est  lui  qui  commença  à  être 
puissant  sur  la  terre.  *I1  fut  un  vaillant 
chasseur  devant  l'Eternel;  c'est  pour- 
quoi l'on  dit:  Comme  Nimrod,  vail- 
lant chasseur  devant  l'Eternel.  '"11  ré- 
gna d'abord  sur  Babel,  Erec,  Accad  et 
Calné,  au  pays  de  Schinear.  "De  ce 
pays-là  sortit  Assur;  il  bâtit  Ninive, 
Rehoboth-Hir,  Calach,  '*et  Résen  en- 
tre Ninive  et  Calach  :  c'est  la  grande 
A'ille.  —  "Mitsraïm  engendra  les  Lu- 
dim,  les  Anamim,  les  Lehabim,  les 
Naphtuhim,  '''les  Patrusim,  les  Caslu- 
him,  d'où  sont  sortis  les  Philistins,  et 
les  Caphtorim.  — -  ''Canaan  engendra 
Sidon,  son  premier-né,  et  Heth;  '"et 
les  Jébusiens,  les  Amoréens,  les  Guir- 
gasiens,  '"les  Héviens,  les  Arkiens,  les 
Siniens,  '*les  Arvadiens,  les  Tsema- 
riens,  les  Hamathiens.  Ensuite,  les 
familles  des  Cananéens  se  dispersè- 
rent. '^Les  limites  des  Cananéens  al- 
lèrent depuis  Sidon,  du  côté  de  Gué- 
rar,  jusqu'à  Gaza,  etducôtédeSodome, 
de  Gomorrhe,  d'Adma  et  de  Tseboïm, 
jusqu'à  Léscha.  —  ^"Ce  sont  là  les  fils 
de  Cham,  selon  leurs  familles,  selon 
leurs  langues,  selon  leurs  pays,  selon 
leurs  nations. 

^'  11  naquit  aussi  des  fils  à  Sem,  père 
de  tous  les  fils  d'iléber,  et  frère  de 
Japhet  l'aîné.  **Les  fils  de  Sem  furent: 
Elam,  Assur,  Arpacschad ,  Lud  et 
Aram.  — *^Les  fils  d'Aram  :  Uts,  Hul, 
Guéter  et  Masch.  —  -''Arpacschad  en- 
gendra Schélach;  et  Schélach  engen- 
dra Héber.  ^'11  naquit  à  Héber  deux 
fils  :  le  nom  de  l'un  était  Péleg*,  parce 


que  de  son  temps  la  terre  fut  partagée, 
et  le  nom  de  son  frère  était  Jockthan. 
^"Jockthan  engendra  Almodad,  Sché- 
leph,  Hatsarmaveth,  Jérach,  "Hado- 
ram,  Uzal ,  Dikla,  *^Obal ,  Abimaël, 
Séba,  ^^Ophir,  Havila  et  Jobab.  Tous 
ceux-là  furent  fils  de  Jockthan.  '"Ils 
habitèrent  depuis  Méscha,  du  côté 
de  Sephar,  jusqu'à  la  montagne  de 
l'orient.  —  ''  Ce  sont  là  les  fils  de 
Sem,  selon  leurs  familles,  selon  leurs 
langues,  selon  leurs  pays,  selon  leurs 
nations. 

'^Telles  sont  les  familles  des  fils  de 
Noé,  selon  leurs  générations,  selon 
leurs  nations.  Et  c'est  d'eux  que  sont 
sorties  les  nations  qui  se  sont  répan- 
dues sur  la  terre  après  le  déluge. 

La  tour  de  Babel. 

Chap.  XI.  'Toute  la  terre  avait 
une  seule  langue  et  les  mêmes  mots. 

*  Comme  ils  étaient  partis  de  l'o- 
rient, ils  trouvèrent  une  plaine  au 
pays  de  Schinear,  et  ils  y  habitèrent. 
'Ils  se  dirent  l'un  à  l'autre:  Allons! 
faisons  des  briques,  et  cuisons-les  au 
feu.  Et  la  brique  leur  servit  de  pierre, 
et  le  bitume  leur  servit  de  ciment.  ^Ils 
dirent  encore  :  Allons!  bàtissons-nous 
une  ville  et  une  tour  dont  le  sommet 
touche  au  ciel,  et  faisons-nous  un  nom, 
afin  que  nous  ne  soyons  pas  dispersés 
sur  la  face  de  toute  la  terre.  'L'Eter- 
nel descendit  pour  voir  la  ville  et  la 
tour,  que  bâtissaient  les  fils  des  hom- 
mes. "Et  l'Éternel  dit:  Voici,  ils  for- 
ment un  seul  peuple  et  ont  tous  une 
même  langue,  et  c'est  là  ce  qu'ils  ont 
entrepris  ;  maintenant  rien  ne  les  em- 
pêcherait de  faire  tout  ce  qu'ils  au- 
raient projeté.  "Allons  !  descendons, 
et  là,  confondons  leur  langage,  afin 
qu'ils  n'entendent  plus  la  langue  les 
uns  des  autres.  *Et  l'Eternel  les  dis- 
persa loin  de  là  sur  la  face  de  toute  la 


a.  Les  lies,  les  contrées  maritimes.         A.  l'éleg  dérive  d'un  mot  qui  signifie  partager,  diviser. 

10 


GENESE. 


Chop.    11.9-i2,'i. 


terre;  et  ils  cessèrent  de  bâtir  la  ville,  fondit  le  langage  de  toute  la  terre,  et 
'C'est  pourquoi  on  l'ajjpela  du  nom  de  c'est  là  que  l'Eternel  les  dispersa  sur 
Babel",  car  c'est  là  que  l'Eternel  con-      la  face  de  toute  la  terre. 


LES  ANCETRES  DU  PEIPLE  D  ISRAËL  DEPCIS  ABRAHAM  JUSQU  A  JOSEPH. 

{Chop.  11,  10-50.) 


Postérité  de  Sent. 


"Voici  la  postérité  de  Sem. 

Sem,  âgé  de  cent  ans,  engendra 
Arpacscbad,  deux  ans  après  le  déluge. 
"Sem  vécut,  après  la  naissance  d'Ar- 
pacschad,  cinq  cents  ans;  et  il  engen- 
dra des  fds  et  des  filles. 

'^Arpacscbad,  âgé  de  trente-cinq 
ans,  engendra  Scbélacb.  '^Arpacscbad 


gendra  Téracb.  -^Nacbor  vécut,  après 
la  naissance  de  Téracb,  cent  dix-neuf 
ans  ;  et  il  engendra  des  fils  et  des  filles. 

-^Téracb,  âgé  de  soixante-dix  ans, 
engendra  Abram,  Nacbor  et  Ilaran. 

^' Voici  la  postérité  de  Téracb. 

Téracb  engendra  Abram,  Nacbor  et 
Ilaran.  —  Ilaran  engendra  Lot.  '-"^Et 


vécut,  après  la  naissance  de  Scbélacb,  Haran  mourut  en  présence  de  Téracb, 

quatre  cent  trois  ans;  et  il  engendra  son  père,  au  pays  de  sa  naissance,  à 

des  fils  et  des  filles.  Ur  en  Cbaldée.  —  -'Abram  et  Nacbor 

'^Scbélacb,  âgé  de  trente  ans,  en-  prirent  des   femmes  :    le   nom    de   la 

gendra  Héber.  '^Scbélacb  vécut,  après  femme  d'Abram  était  Saraï,  et  le  nom 

la  naissance  d'IIéber,  quatre  cent  trois  de   la  femme  de   Nacbor  était  Milca, 

ans;  et  il  engendra  des  fils  et  des  fil-  fille  d'Haran,  père  de  Milca  et  père  de 

les.  Jisca.  ^"Saraï  était  stérile  :  elle  n'avait 

'"Iléber,  âgé  de  trente-quatre  ans,  point  d'enfants, 

engendra  Péleg. ''Héber  vécut,  après  ^'Téracb  prit  Abram,    son   fils,   et 

la  naissance   de   Péleg,    quatre   cent  Lot,  fils  d'IIaran,  fils  de  son  fils,  et 

trente  ans;  et  il  engendra  des  fils  et  Saraï,  sa  belle-fille,  femme  d'Abram, 

des  filles.  son  fils.    Ils  sortirent  ensemble  d'Ur 

'*Péleg,  âgé  de  trente  ans,  engendra  en  Cbaldée,  pour  aller  aiu  pays  de  Ca- 

Rebu.  "Péleg  vécut,  après  la  naissance  naan.  Ils  vinrent  jusqu'à  Cbaran,  et  ils 

de  Rebu,  deux  cent  neuf  ans;  et  il  en-  y  babitèrent. 

gendra  des  fils  et  des  filles.  ^-Les  jours  de  Téracb  furent  de  deux 

-"Rebu,  âgé  de  trente-deux  ans,  en-  cent  cinq   ans;   et  Téracb   mourut  à 

gendra  Serug.  ^'Rcbu  vécut,  après  la  Cbaran. 
naissance  de   Serug,  deux   cent   sept 

ans  ;  et  il  engendra  des  fils  et  des  filles.  Abram.  —  Son  arrU'ée  au  pays  de  Canaan. 

^^Serug,  âgé  de  trente  ans,  engen-  *'^''""'  ""  ''syP'<^- 

dra   Nacbor.   -^Serug  vécut,    après  la  Chap.XII.     'L'Éterneldità Abram: 

naissance  de  Nacbor,  deux  cents  ans;  Va-t'en  de  ton  pays,  de  ta  patrie,  et 

et  il  engendra  des  fils  et  des  filles.  de  la  maison  de  ton  père,  dans  le  pays 

^^Nacbor,  âgé  de  vingt-neuf  ans,  en-  que  je  te  montrerai.  *Je  ferai  de  toi 

o.  Babel  (Babylone),  dérive  d'un  mot  qui  signifie  mêler,  confondre. 

Il 


Chop.    î 2,  3-1  S,  9. 


GENESE. 


une  grande  nation,  et  je  te  bénirai  ;  je 
rendrai  ton  nom  grand,  et  tu  seras 
une  source  de  bénédiction.  ^Je  bénirai 
ceux  ({ui  te  béniront,  et  je  maudirai 
ceux  qui  te  maudiront  ;  et  toutes  les 
familles  de  la  terre  seront  bénies  en 
toi. 

■•Abram  partit,  comme  l'Éternel  le 
lui  avait  dit,  et  Lot  partit  avec  lui. 
Abram  était  âgé  de  soixante-quinze 
ans,  lorsqu'il  sortit  de  Charan.  ^Abram 
prit  Saraï,  sa  femme,  et  Lot,  fds  de 
son  frère,  avec  tous  les  biens  qu'ils 
possédaient  et  les  serviteurs  qu'ils 
avaient  acquis  à  Charan.  Ils  partirent 
pour  aller  dans  le  pays  de  Canaan,  et 
ils  arrivèrent  au  pays  de  Canaan. 

*Abram  parcourut  le  pays  jusqu'au 
lieu  nommé  Sichem,  jusqu'aux  chênes 
de  More.  Les  Cananéens  étaient  alors 
dans  le  pays.  'L'Eternel  apparut  à 
Abram,  et  dit:  Je  donnerai  ce  pays  à 
ta  postérité.  Et  Abram  bâtit  là  un  au- 
tel â  l'Eternel,  qui  lui  était  apparu.  *I1 
se  transporta  de  là  vers  la  montagne, 
â  l'orient  de  Béthel,  et  il  dressa  ses 
tentes,  ayant  Béthel  â  l'occident  et  Aï 
à  l'orient.  Il  bâtit  encore  là  un  autel  à 
l'Eternel,  et  il  invoqua  le  nom  de  l'E- 
ternel. ''Abram  continua  ses  marches, 
en  s'avançant  vers  le  midi. 

'"Il  y  eut  une  famine  dans  le  pays; 
et  Abram  descendit  en  Egypte  pour  y 
séjourner,  car  la  famine  était  grande 
dans  le  pays.  "Comme  il  était  près 
d'entrer  en  Egypte,  il  dit  à  Saraï,  sa 
femme:  Voici,  je  sais  que  tu  es  une 
femme  belle  de  figure.  '-Quand  les 
Egyptiens  te  verront,  ils  diront  :  C'est 
sa  femme!  Et  ils  me  tueront,  et  te 
laisseront  la  vie.  '^Dis,  je  te  prie,  que 
tu  es  ma  sœur,  afin  que  je  sois  bien 
traité  à  cause  de  toi,  et  que  mon  âme 
vive  grâce  à  toi.  '■'Lorsque  Abram  fut 
arrivé  en  Egypte,  les  Égyptiens  virent 
que  la  femme  était  fort  belle.  '^Les 
grands  de  Pharaon  la  virent  aussi,  et 
la  vantèrent  à  Pharaon;  et  la  femme 


fut  emmenée  dans  la  maison  de  Pha- 
raon. '*I1  traita  bien  Abram  à  cause 
d'elle;  et  Abram  reçut  des  brebis,  des 
bœufs,  des  ânes,  des  serviteurs  et  des 
servantes ,  des  ànesses  et  des  cha- 
meaux. '"Mais  l'Eternel  frappa  de  gran- 
des plaies  Pharaon  et  sa  maison,  au 
sujet  de  Saraï,  femme  d'Abram.  '*  Alors 
Pharaon  appela  Abram,  et  dit:  Qu'est- 
ce  que  tu  m'as  fait?  pourquoi  ne  m'as- 
tu  pas  déclaré  que  c'est  ta  femme  ? 
'^Pourquoi  as-tu  dit:  C'est  ma  sœur? 
Aussi  l'ai-je  prise  pour  ma  femme. 
Maintenant,  A^oici  ta  femme,  prends- 
la,  et  va-t'en  !  -"Et  Pharaon  donna  or- 
dre à  ses  gens  de  le  renvoyer  lui  et  sa 
femme,  avec  tout  ce  qui  lui  apparte- 
nait. 

Abram  de  retour  en  Canaan.  —  Séparation 
d'avec  son  neveu  Lot.  —  Promesses  de  i Eternel. 

Chap.  XIII.  'Abram  remonta  d'E- 
gypte vers  le  midi,  lui,  sa  femme,  et 
tout  ce  qui  lui  appartenait,  et  Lot  avec 
lui.  -Abram  était  très  riche  en  trou- 
peaux, en  argent  et  en  or.  ^11  dirigea 
ses  marches  du  midi  jusqu'à  Béthel, 
jusqu'au  lieu  où  était  sa  tente  au  com- 
mencement, entre  Béthel  et  Aï,  *au 
lieu  où  était  l'autel  qu'il  avait  fait  pré- 
cédemment. Et  là,  Abram  invoqua  le 
nom  de  l'Éternel. 

^Lot,  qui  voyageait  avec  Abram, 
avait  aussi  des  brebis,  des  bœufs  et 
des  tentes.  *Et  la  contrée  était  insuffi- 
sante povir  qu'ils  demeurassent  en- 
semble, car  leurs  biens  étaient  si  con- 
sidérables qu'ils  ne  pouvaient  demeu- 
rer ensemble.  'Il  y  eut  cjuerelle  entre 
les  bergers  des  troupeaux  d'Abram  et 
les  bergers  des  troupeaux  de  Lot.  Les 
Cananéens  et  les  Pliérésiens  habitaient 
alors  dans  le  pays.  ^'Abram  dit  à  Lot  : 
Qu'il  n'y  ait  point,  je  te  prie,  de  dis- 
pute entre  moi  et  toi,  ni  entre  mes 
bergers  et  tes  bergers  ;  car  nous  som- 
mes frères.  "Tout  le  pays  n'est-il  pas 
devant  toi  ?  Sépare-toi  donc  de  moi  : 


12 


GENESE. 


Chap.  13,10-14^,15. 


si  tu  vas  à  gauche,  j'irai  à  droite;  si  tu 
vas  à  droite,  j'irai  à  gauche.  "Lot  leva 
les  yeux,  et  vit  toute  la  plaine  du  Jour- 
dain, qui  était  entièrement  arrosée. 
Avant  que  rEternel  eût  détruit  So- 
dome  et  Gomorrhe,  c'était,  jusqu'à 
Tsoar,  comme  un  jardin  de  l'Eternel, 
comme  le  pays  d'Egypte.  "Lot  choisit 
])our  hii  toute  la  plaine  du  Jourdain, 
et  il  s'avança  vers  l'orient.  C'est  ainsi 
qu'ils   se   séparèrent  l'un   de   l'autre. 


mer  Salée.  ^Pendant  douze  ans,  ils 
avaient  été  soumis  à  Kedorlaomer; 
et  la  treizième  année,  ils  s'étaient  ré- 
voltés. 

^Mais,  la  quatorzième  année,  Ke- 
dorlaomer et  les  rois  qui  étaient  avec 
lui  se  mirent  en  marche,  et  ils  batti- 
rent les  Rephaïm  à  Aschteroth-Kar- 
naïm,  les  Zuzim  à  Ham,  les  Emim  à 
Schavé-Kirjathaïm,  ^et  les  Horiens 
dans  leur  montagne  de  Séir,  jusqu'au 


'-Abram  habita  dans  le  pays  de  Ca-  chêne  de  Paran,  qui  est  près  du  dé- 
sert. "Puis  ils  s'en  retournèrent,  vin- 
rent à  En-Mischpatlî,  qui  est  Kadès, 
et  battirent  les  Amalécites  sur  tout 
leur  territoire,  ainsi  que  les  Amoréens 
établis  à  Ilatsatson-Thamar.  ^\lors 
s'avancèrent  le  roi  de  Sodome,  le  roi 
de  Gomorrhe,  le  roi  d'Adma,  le  roi  de 
Tseboïm ,  et  le  roi  de  Bêla ,  qui  est 
Tsoar;  et  ils  se  rangèrent  en  bataille 
contre  eux,  dans  la  vallée  de  Siddim, 
^contre  Kedorlaomer,  roi  d'Elam,  Ti- 
deal,  roi  de  Gojim,  Amraphel,  roi  de 
Schinear,  et  Arjoc,  roi  d'ElIasar:  qua- 
tre rois  contre  cinq. 

'"La  vallée  de  Siddim  était  couverte 
de  puits  de  bitume;  le  roi  de  Sodome 
et  celui  de  Gomorrhe  prirent  la  fuite, 
et  y  tombèrent;  le  reste  s'enfuit  vers 
la  montagne.  "Les  vainqueurs  enlevè- 
rent toutes  les  richesses  de  Sodome  et 
de  Gomorrhe,  et  toutes  leurs  provi- 
sions; et  ils  s'en  allèrent.  '-Ils  enlevè- 
rent aussi,  avec  ses  biens,  Lot,  fils  du 
frère  d'Abram,  qui  demeurait  à  Sodo- 
me; et  ils  s'en  allèrent. 

''Un  fuyard  vint  l'annoncer  à  Abram, 
l'Hébreu  ;  celui-ci  habitait  parmi  les 
chênes  de  Mamré,  l'Amoréen,  frère 
d'Eschcol  et  frère  d'Aner,  qui  avaient 
fait  alliance  avec  Abram.  '■'Dès  c|u'A- 
bram  eut  appris  que  son  frère  avait  été 
fait  prisonnier,  il  arma  trois  cent  dix- 
huit  de  ses  plus  braves  serviteurs,  nés 
dans  sa  maison,  et  il  poursuivit  les  rois 
jusqu'à  Dan.  'Ml  divisa  sa  troupe,  pour 
les  attaquer  de  nuit,  lui  et  ses  servi- 


naan  ;  et  Lot  habita  dans  les  villes  de 
la  plaine,  et  dressa  ses  tentes  jusqu'à 
Sodome.  '^Les  gens  de  Sodome  étaient 
méchants,  et  de  grands  pécheurs  con- 
tre l'Eternel. 

'^L'Eternel  dit  à  Abram,  après  que 
Lot  se  fut  séparé  de  lui  :  Lève  les  yeux, 
et,  du  lieu  ovi  tu  es,  regarde  vers  le 
nord  et  le  midi,  vers  l'orient  et  l'occi- 
dent; '^car  tout  le  pays  que  tu  vois, 
je  le  donnerai  à  toi  et  à  ta  postérité 
jiour  toujours.  '^Je  rendrai  ta  postérité 
comme  la  poussière  de  la  terre,  en 
sorte  que,  si  quelqu'un  peut  compter 
la  poussière  de  la  terre,  ta  postérité 
aussi  sera  comptée.  '^Lève-toi,  par- 
cours le  pays  dans  sa  longueur  et  dans 
sa  largeur;  car  je  te  le  donnerai. 

'"Abram  leva  ses  tentes,  et  vint  ha- 
biter parmi  les  chênes  de  Mamré,  qui 
sont  près  d'Hébron.  Et  il  bâtit  là  un 
autel  à  l'Eternel. 

Abram  vainqueur  de  plusieurs  rois. 
Melcliisédek. 

Chap.  XIV.  'Dans  le  temps  d'Am- 
raphel,  roi  de  Schinear,  d'Arjoc,  roi 
d'EUasar,  de  Kedorlaomer,  roi  d'Elam, 
et  de  Tideal,  roi  de  Gojim,  -il  arriva 
qu'ils  firent  la  guerre  à  Béra,  roi  de 
Sodome,  à  Birscha,  roi  de  Gomorrhe, 
à  Schineab,  roi  d'Adma,  à  Schêmcê- 
ber,  roi  de  Tseboïm,  et  au  roi  de  Bêla, 
qui  est  Tsoar. 

^Ces  derniers  s'assemblèrent  tous 
dans  la  vallée  de  Siddim,  qui  est  la 


13 


Chap.  J4, 16-15,18. 


GENESE. 


leurs  ;  il  les  battit,  et  les  poursuivit  jus- 
qu'à Choba,  qui  est  à  la  gauche  de  Da- 
mas. "Il  ramena  toutes  les  richesses; 
il  ramena  aussi  Lot,  son  frère,  avec  ses 
biens,  ainsi  que  les  femmes  et  le  peuple. 

'^Après  qu'Abram  fut  revenu  vain- 
queur de  Kedorlaomer  et  des  rois  qui 
étaient  avec  lui,  le  roi  de  Sodome  sor- 
tit à  sa  rencontre  dans  la  vallée  de 
Schavé,  qui  est  la  vallée  du  roi. 

'^Melchisédek,  roi  de  Salem",  fit  ap- 
porter du  pain  et  du  vin  :  il  était  prêtre 
du  Dieu  Très-Haut.  "*I1  bénit  Abram, 
et  dit  :  Béni  soit  Abram  par  le  Dieu 
Très-Haut,  maître  du  ciel  et  de  la  terre  ! 
^"Béni  soit  le  Dieu  Très-Haut,  qui  a  li- 
vré tes  ennemis  entre  tes  mains  !  Et 
Abram  lui  donna  la  dîme  de  tout. 

^'Le  roi  de  Sodome  dit  à  Abram  : 
Donne-moi  les  personnes,  et  prends 
pour  toi  les  richesses.  -'Abram  répon- 
dit au  roi  de  Sodome  :  Je  lève  la  main 
vers  TEternel,  le  Dieu  Très-Haut,  maî- 
tre du  ciel  et  de  la  terre  :  ■'■'je  ne  pren- 
drai rien  de  tout  ce  cpii  est  à  toi,  pas 
même  un  fil,  ni  un  cordon  de  soulier, 
afin  que  tu  ne  dises  pas  :  J'ai  enrichi 
Abram.  Rien  pour  moi!  ^''Seulement, 
ce  qu'ont  mangé  les  jeunes  gens,  et  la 
part  des  hommes  qui  ont  marché  avec 
moi,  Aner,  Eschcol  et  Mamré  :  eux,  ils 
prendront  leur  part. 

Le  pays  de  Canaan  promis  à  la  postérité 
d' Abram. 

Chap. XV.  'Après  ces  événements, 
la  parole  de  l'Eternel  fut  adressée  à 
Abram  dans  une  vision,  et  il  dit  : 
Abram,  ne  crains  point;  je  suis  ton 
bouclier,  et  ta  récompense  sera  très 
grande.  ^Abram  répondit  :  Seigneur 
Eternel,  que  me  donneras-tu? Je  m'en 
vais  sans  enfants  ;  et  l'héritier  de  ma 
maison,  c'est  Eliézer  de  Damas.  ^Et 
Abram  dit  :  Voici,  tu  ne  m'as  pas  donné 
de  postérité,  et  celui  qui  est  né  dans 
ma  maison  sera  mon  héritier. 

a.  Jérusalem. 


*Alors  la  parole  de  l'Eternel  lui 
fut  adressée  ainsi  :  Ce  n'est  pas  lui 
qui  sera  ton  héritier,  mais  c'est  celui 
qui  sortira  de  tes  entrailles  qui  sera 
ton  héritier.  ^Et,  après  l'avoir  conduit 
dehors,  il  dit  :  Regarde  vers  le  ciel, 
et  compte  les  étoiles ,  si  tu  peux  les 
compter.  Et  il  lui  dit  :  Telle  sera  ta 
])ostérité.  *Abram  eut  confiance  en 
l'Eternel,  qui  le  lui  imputa  à  justice. 

'L'Eternel  lui  dit  encore  :  Je  suis  l'E- 
ternel, qui  t'ai  fait  sortir  d'Ur  en  Chal- 
dée,  pour  te  donner  en  possession  ce 
pays.  ''Abram  répondit  :  Seigneur  Eter- 
nel, à  quoi  connaîtrai-je  que  je  le  pos- 
séderai? '^Et  l'Eternel  lui  dit  :  Prends 
une  génisse  de  trois  ans,  une  chèvre 
de  trois  ans,  un  bélier  de  trois  ans, 
une  tourterelle  et  une  jeune  colombe. 
'"Abram  prit  tous  ces  animaux,  les  cou- 
pa par  le  milieu,  et  mit  chaque  mor- 
ceau l'un  vis-à-vis  de  l'autre;  mais  il 
ne  partagea  jioint  les  oiseaux.  "Les  oi- 
seaux de  proie  s'abattirent  sur  les  ca- 
davres; et  Abram  les  chassa. 

'^Au  coucher  du  soleil,  un  profond 
sommeil  tomba  sur  Abram;  et  voici, 
une  frayeur  et  une  grande  obscurité 
vinrent  l'assaillir.  '^Et  l'Eternel  dit  à 
Abram  :  Sache  que  tes  descendants  se- 
ront étrangers  dans  un  pays  qui  ne 
sera  point  à  eux;  ils  y  seront  asservis, 
et  on  les  opprimera  pendant  quatre 
cents  ans.  '•'Mais  je  jugerai  la  nation  à 
laquelle  ils  seront  asservis,  et  ils  sor- 
tiront ensuite  avec  de  grandes  riches- 
ses. "^Toi,  tu  iras  en  paix  vers  tes  pères, 
tu  seras  enterré  après  une  heureuse 
vieillesse.  '"A  la  quatrième  génération, 
ils  reviendront  ici  ;  car  l'inicjuité  des 
Amoréens  n'est  pas  encore  à  son  com- 
ble. ''Quand  le  soleil  fut  couché,  il  y 
eut  une  obscurité  profonde;  et  voici, 
ce  fut  une  fournaise  fumante,  et  des 
flammes  passèrent  entre  les  animaux 
partagés. 

'*En  ce  jour-là,  l'Eternel  fit  alliance 


14 


GENÈSE.  Chap.  15,i.,-t7.-. 

avec  Abram,  et  dit  :  Je  donne  ce  pays  lui  dit  :  Je  multij)lierai  ta  postérité,  et 
à  ta  postérité,  dejniis  le  fleuve  d'É-  elle  sera  si  nombreuse  qu'on  ne  pourra 
ffvpte  jusqu'au  grand  fleuve,  au  fleuve  la  compter.  "L'ange  de  l'Éternel  lui 
d'Euphrate,  '•'le  pays  des  Kénicns,  des  dit  :  Voici,  tu  es  enceinte,  et  tu  enfan- 
Keniziens,  des  Kadmoniens,  -"des  lié-  teras  un  fils,  à  qui  tu  donneras  le  nom 
thiens,  des  Phéréziens,  des  Repbaïm,  d'ismaël";  car  l'Eternel  t'a  entendue 
^'des  Amoréens,  des  Cananéens,  des      dans  ton  affliction. '-11  sera  comme  un 

âne  sauvage  ;  sa  main  sera  contre  tous, 
et  la  main  de  tous  sera  contre  lui  ;  et 
il  habitera  en  face  de  tous  ses  frères. 
'^Elle  appela  Atta-El-roï  *  le  nom  de 


Guirgasiens  et  des  Jébusiens. 

Agar.  —  Naissance  d'Ismaël. 

Chap.  XVI.      'Saraï,  femme  d'Ab- 


ram,  ne  lui  avait  pas  donné  d'enfants.      l'Éternel  qui  lui  avait  parlé;  car  elle 
Elle  avait  une  servante  égyptienne,      dit  :  Ai-je  rien  vu  ici,  après  qu'il  m'a 


nommée  Affar.  ^Et  Saraï  dit  à  Abram  : 
N'oici ,  l'Eternel  m'a  rendue  stérile  ; 
viens,  je  te  prie,  vers  ma  servante; 
))eut-êlre  aurai-je  par  elle  des  enfants. 
Abram  écouta  la  voix  de  Saraï.  'Alors 
Saraï ,    femme    d'Abram ,    ])rit    Agar 


vue?  '''C'est  pourquoi  l'on  a  appelé  ce 
puits  le  puits  de  Lacbaï-roï  '  ;  il  est 
entre  Kadès  et  Bared. 

'^Agar  enfanta  un  fils  à  Abram;  et 
Abram  donna  le  nom  d'Ismaël  au  fils 
qu'Agar  lui  enfanta.  '*Abram  était  âgé 


l'Égyptienne,  sa  servante,  et  la  donna     de  quatre-vingt-six  ans  lorsque  Agar 
]iour  femme  à  Abram,  son  mari,  après      enfanta  Ismaël  à  Abram. 
qu'Abram  eut  habité  dix  années  dans 
le  pays  de  Canaan. 

'Il  alla  vers  Agar,  et  elle  devint  en- 


ceinte. Quand  elle  se  vit  enceinte,  elle 
regarda  sa  maîtresse  avec  mépris.  ^Et 


Le  nom  d'Abram  citangé  en  celui  d'Ahraliam. 
La  circoncision  instituée. 

Chap.  XVII.  'Lorsque  Abram  fut 
âgé  de  quatre-vingt-dix-neuf  ans, 
Saraï  dit  à  Abram  :  L'outrage  qui  m'est  l'Éternel  apparut  à  Abram,  et  lui  dit  : 
fait  retombe  sur  toi.  J'ai  mis  ma  ser-  Je  suis  le  Dieu  tout-puissant.  Marche 
vante  dans  ton  sein;  et,  quand  elle  a  devant  ma  face,  et  sois  intègre. -J'éta- 
vu  qu'elle  était  enceinte,  elle  m'a  rc-  blirai  mon  alliance  entre  moi  et  toi,  et 
gardée  avec  mépris.  Que  l'Eternel  soit  je  te  multiplierai  à  l'infini, 
juge  entre  moi  et  toi!  "Abram  répondit  'Abram  tomba  sur  sa  face;  et  Dieu 


à  Saraï  :  Voici,  ta  servante  est  en  ton 
pouvoir;  agis  à  son  égard  comme  tu  le 
trouveras  bon.  Alors  Saraï  la  maltraita  ; 
et  Agar  s'enfuit  loin  d'elle. 

'L'ansre  de  l'Éternel  la  trouva  près 


lui  parla,  en  disant  :  *Voici  mon  al- 
liance, que  je  fais  avec  toi.  Tu  devien- 
dras père  d'une  multitude  de  nations. 
^On  ne  t'apjiellcra  plus  Abram;  mais 
ton   nom   sera   Abraham'';   car  je  te 


d'une  source  d'eau  dans  le  désert,  près  rends  père  d'une  multitude  de  nations, 

de  la  source  qui  est  sur  le  chemin  de  *Je  te  rendrai  fécond  à  l'infini,  je  ferai 

Schur.  ^11  dit  :  Agar,  servante  de  Sa-  de  toi  des  nations;  et  des  rois  sortiront 

raï,  d'où  viens-tu,  et  où  vas-tu?  Elle  de  toi.  "J'établirai  mon  alliance  entre 

répondit  :  Je  fuis  loin  de  Saraï,  ma  moi  et  toi,  et  tes  descendants  après 

maîtresse. 'L'ange  de  l'Éternel  lui  dit  :  toi,  selon  leurs  générations  :  ce  sera 

Retourne  vers  ta  maîtresse,  elhumilie-  une  alliance  perpétuelle,  en  vertu  de 

toi  sous  sa  main.  '"L'ange  de  l'Éternel  laquelle  je  serai  ton  Dieu  et  celui  de 


o.   Ismaël.   de  deux  mots  qui   siguifieul  Dieu   entend,  b.   AUa-EI-roi  signifie   Tu   es   le  Dieu   qui  me   mil. 

c.  Laehai-roï  signifie  <îu   Vivant  t/ui  me  voit.  Yoy.  encore  24,  62.         tt.  Abram  peut  dt-river  de  deux  mots  qui 
signifient /<f;e  élevé,   patiiarche ;  et  Abraham,   de  deux  mots  qui  signifient /'(Ve  il  une  multitude. 

15 


Chap.  17,  H- 18, 


GENESE. 


ta  postérité  après  toi.  *Je  te  donnerai, 
et  à  tes  descendants  après  toi,  le  pays 
que  tu  habites  comme  étranger,  tout 
le  pays  de  Canaan,  en  possession  per- 
pétuelle, et  je  serai  leur  Dieu. 

^Dieu  dit  à  Abraham  :  Toi,  tu  garde- 
ras mon  alliance,  toi  et  tes  descendants 
après  toi ,  selon  leurs  générations. 
'"C'est  ici  mon  alliance,  que  vous  gar- 
derez entre  moi  et  vous,  et  ta  posté- 
rité après  toi  :  tout  mâle  parmi  vous 
sera  circoncis.  "Vous  vous  circonci- 
rez, et  ce  sera  un  signe  d'alliance  en- 
tre moi  et  A'ous.  '-A  Tàge  de  huit  jours, 
tout  mâle  parmi  vous  sera  circoncis, 
selon  vos  générations,  qu'il  soit  né 
dans  la  maison,  ou  qu'il  soit  acquis  à 
prix  d'argent  de  tout  fils  d'étranger, 
sans  appartenir  à  ta  race.  "On  devra 
circoncire  celui  qui  est  né  dans  la  mai- 
son et  celui  qui  est  acquis  à  prix  d'ar- 
gent; et  mon  alliance  sera  dans  votre 
chair  une  alliance  perpétuelle.  '*Un 
mâle  incirconcis,  qui  n'aura  pas  été 
circoncis  dans  sa  chair,  sera  exterminé 
du  milieu  de  son  peuple  :  il  aura  violé 
mon  alliance. 

'^Dieu  dit  à  Abraham  :  Tu  ne  don- 
neras plus  à  Saraï,  ta  femme,  le  nom 
de  Saraï;  mais  son  nom  sera  Sara". 
'^Je  la  bénirai,  et  je  te  donnerai  d'elle 
un  fils;  je  la  bénirai,  et  elle  devien- 
dra des  nations  ;  des  rois  de  peuples 
sortiront  d'elle.  '''Abraham  tomba  sur 
sa  face;  il  rit,  et  dit  en  son  cœur  :  Naî- 
trait-il un  fils  à  un  homme  de  cent  ans  ? 
et  Sara,  âgée  de  quatre-vingt-dix  ans, 
enfanterait-elle  ?  "*Et  Abraham  dit  à 
Dieu  :  Oh!  qu'Ismaël  vive  devant  ta 
face!  '^Dicu  dit  :  Certainement  Sara, 
ta  femme,  t'enfantera  un  fils;  et  tu 
l'appelleras  du  nom  d'Isaac*.  J'établi- 
rai mon  alliance  avec  lui  comme  une 
alliance  perpétuelle  pour  sa  postérité 
après  lui.  -°A  l'égard  d'Ismaël,  je  t'ai 
exaucé.  Voici,  je  le  bénirai,  je  le  ren- 


drai fécond,  et  je  le  multiplierai  à  l'in- 
fini ;  il  engendrera  douze  princes,  et  je 
ferai  de  lui  une  grande  nation.  *' J'éta- 
blirai mon  alliance  avec  Isaac,  que  Sara 
t'enfantera  à  cette  époque-ci  de  l'an- 
née prochaine. 

"Lorsqu'il  eut  achevé  de  lui  parler,        1 
Dieu  s'éleva  au-dessus  d'Abraham. 

-^Abraham  prit  Ismaël,  son  fils,  tous 
ceux  qui  étaient  nés  dans  sa  maison  et 
tous  ceux  qu'il  avait  acquis  à  prix  d'ar- 
gent, tous  les  mâles  parmi  les  gens  de 
la  maison  d'Abraham;  et  il  les  circon- 
cit ce  même  jour,  selon  l'ordre  que 
Dieu  lui  avait  donné.  -■'Abraham  était 
âgé  de  quatre-vingt-dix-neuf  ans,  lors- 
qu'il fut  circoncis.  -^Ismaël,  son  fils, 
était  âgé  de  treize  ans,  lorsqu'il  fut 
circoncis.  -^Ce  même  jour,  Abraham 
fut  circoncis,  ainsi  qu'Ismaël,  son  fils. 
-'Et  tous  les  gens  de  sa  maison,  nés 
dans  sa  maison,  ou  acquis  à  prix  d'ar- 
gent des  étrangers,  furent  circoncis 
avec  lui. 

Intercession  d'Alira/iani  en  faveur  de  Sodome. 

Chap.  XVIII.  'L'Éternel  lui  appa- 
rut parmi  les  chênes  de  Mamré,  comme 
il  était  assis  à  l'entrée  de  sa  tente, 
pendant  lachaleur  du  jour.  -Il  leva  les 
yeux,  et  regarda  :  et  voici,  trois  hom- 
mes étaient  debout  près  de  lui.  Quand 
il  les  vit,  il  courut  au-devant  d'eux,  de- 
puis l'entrée  de  sa  tente,  et  se  pros- 
terna en  terre.  ^Et  il  dit  :  Seigneur,  si 
j'ai  trouvé  grâce  à  tes  yeux,  ne  passe 
point,  je  te  prie,  loin  de  ton  servi- 
teur. ^Permettez  qu'on  apporte  un  peu  | 
d'eau,  pour  vous  laver  les  pieds;  et  re- 
posez-vous sous  cet  arbre.  '^J'irai  pren- 
dre un  morceau  de  pain,  pour  fortifier 
votre  cœur;  après  quoi,  vous  conti- 
nuerez votre  route  ;  car  c'est  pour  cela 
que  vous  passez  près  de  votre  servi- 
teur. Ils  répondirent  :  Fais  comme  tu 
l'as  dit. 


a.  Sara  signifie  princesse ^  et  Saraï  peut  a\oir  le  sens  de  nobie,  distingué,        b.  Isaac  dérive  d'un  mot  qui  si- 
gnifie rire. 

16 


GENESE. 


Chap.  18,6-31. 


^\I)i-aham  alla  promptenient  clans  sa  vcur  d'Abraham  les  promesses  qu'il 
tente  vers  Sara,  et  il  dit  :  Vite,  trois  lui  a  faites...  '"Et  l'Eternel  dit:  Le  cri 
mesures  de  tleur  de  farine,  pétris,  et  contre  Sodome  et  Gomorrhe  s'est  ac- 
t'ais  des  gâteaux.  "Et  Abraham  courut  cru,  et  leur  péché  est  énorme.  -'C'est 
à  son  troupeau,  prit  un  veau  tendre  et  pourquoi  je  vais  descendre,  et  je  ver- 
bon,  et  le  donna  à  un  serviteur  qui  se  rai  s'ils  ont  agi  entièrement  selon  le 
hâta  de  l'apprêter.  "^Il  prit  encore  de  bruit  venu  jusqu'à  moi;  et  si  cela  n'est 
la  crème  et  du  lait,  avec  le  veau  qu'on  pas,  je  le  saurai. 

avait  apprêté,  et  il  les  mit  devant  eux.  ^'-Les  hommes  s'éloignèrent,  et  allè- 

11  se  tint  lui-même  à  leurs  cotés,  sous  rent  vers  Sodome.  Mais  Abraham  se 

l'arbre.  Et  ils  mangèrent.  tint  encore  en  présence  de  l'Eternel. 

''Alors  ils  lui  dirent  :  Où  est  Sara,  ta  "^Abraham  s'approcha,  et  dit  :  Feras-tu 

femme  ?  Il  répondit  :  Elle  est  là,  dans  aussi  périr  le  juste  avec  le  méchant? 


la  tente.  '"L'un  d'entre  eux  dit  :  .Je  re- 
vien lirai  vers  toi  à  cette  même  épo- 
<|ue;  et  voici,  Sara,  ta  femme,  aura  un 
lils.  Sara  écoutait  à  l'entrée  de  la  tente, 
cpii  était  derrière  lui. 

"Abraham  et  Sara  étaient  vieux, 
avancés  en  âge  ;  et  Sara  ne  pouvait  plus 
espérer  d'avoir  des  enfants.  '-Elle  rit 


-'Peut-être  y  a-t-il  cinquante  justes  au 
milieu  de  la  ville  :  les  feras-tu  périr 
aussi,  et  ne  pardonneras-tu  pas  à  la 
ville  à  cause  des  cinquante  justes  qui 
sont  au  milieu  d'elle?  -^ Faire  mourir 
le  juste  avec  le  méchant,  en  sorte  qu'il 
en  soit  du  juste  comme  du  méchant, 
loin  de  toi  cette  manière  d'agir!  loin 


en  elle-même,  en  disant  :  Maintenant  tle  toi!  Celui  qui  juge  toute  la  terre 

<pie  je  suis  vieille,  aurais-je  encore  des  n'exercera-t-il  pas  la  justice?  ^''Et  l'E- 

désirs  ?  Mon  seigneur  aussi  est  vieux,  ternci  dit  :  Si  je  trouve  dans  Sodome 

'•^L'Eternel  dit  à  Abraham  :  Pourquoi  cinquante  justes  au  milieu  de  la  ville, 

donc  Saraa-t-elle  ri,  en  disant  :  Est-ce  je  pardonnerai  à  toute  la  ville,  à  cause 

que  vraiment  j'aurais  un  enfant,  moi  d'eux. 

qui  suis  vieille?  '■*¥  a-t-il  rien  qui  soit  -'Abraham  reprit,  et  dit  :  Voici,  j'ai 

étonnant  de  la  part  de  l'Éternel?  Au  osé  parler  au   Seigneur,   moi  qui   ne 

temps  fixé  je   reviendrai  vers   toi,  à  suis  que  poudre  et  cendre. -'* Peut-être 

cette  même  époque;  et  Sara  aura  un  des  cin((uante  justes  en  manquera-t-il 

fils.  '^Sara  mentit,  en  disant  :  Je  n'ai  cinq  :  pour  cin(j,  détruiras-tu  toute  la 

|)as  ri.  Car  elle  eut  ])eur.  Mais  il  dit  :  ville?  Et  l'Eternel  dit  :  Je  ne  la  détrui- 

Au  contraire,  tu  as  ri.  rai  point,  si  j'y  trouve  quarante-cinq 

"^Ces  hommes  se  levèrent  pour  par-  justes, 

tir,  et  ils  regardèrent  du  côté  de  So-  -'■'Abraham  continua  de  lui  parler,  et 

dôme.  Abraham  alla  avec  eux,  pour  les  dit  :  Peut-être  s'y  trouvera-t-il  quarante 

accompagner.  justes,  et  l'Éternel  dit  :  Je  ne  ferai  rien, 

"Alors  l'Eternel  dit  :  Cacherai-je  à  à  cause  de  ces  quarante. 

Abraham  ce  que  je  vais  faire  ?...'^Abra-  ^"Abraham  dit  :  Que  le  Seigneur  ne 

ham  deviendra  certainement  une  na-  s'irrite  point,  et  je  jiarlerai.  Peut-être 

tion  grande  et  puissante,  et  en  lui  se-  s'y  trouvera-t-il  trente  justes.  Et  l'É- 

ront  bénies  toutes  les  nations  de  la  ternel  dit  :  Je  ne  ferai  rien,  si  j'y  trouve 

terre.  ''■'Car  je  l'ai  choisi,  afin  qu'il  or-  trente  justes. 

donne  à  ses  fils  et  à  sa  maison  après  "'Abraham  dit  :  Voici,  j'ai  osé  parler 

lui  de  garder  la  voie  de  l'Éternel,  en  au  Seigneur.  Peut-être  s'y  trouvera-t-il 

pratiquant  la^droiture  et  la  justice,  et  vingt  justes.  Et  l'Éternel  dit  :  Je  ne  la 

qu'ainsi  l'Eternel  accomplisse  en  fa-  détruirai  point,  à  cause  de  ces  vingt. 

17  2* 


Chap.  18,32-19, 


20. 


GENESE. 


^-Abraham  dit  :  Que  le  Seigneur  ne 
s'irrite  point,  et  je  ne  parlerai  plus  que 
cette  fois.  Peut-être  s'y  trouvera-t-il 
dix  justes.  Et  l'Eternel  dit  :  Je  ne  la  dé- 
truirai point,  à  cause  de  ces  dix  justes. 

"•''L'Eternel  s'en  alla,  lorsqu'il  eut 
achevé  de  parler  à  Abraham.  Et  Abra- 
ham retourna  dans  sa  demeure. 

Sodome  et  Goinorrlie.  —  Origine  des  Moabitcs 
et  des  Ammonites. 

Chap.  XIX.  'Les  deux  anges  arri- 
vèrent à  Sodome  sur  le  soir;  et  Lot  était 
assis  à  la  porte  de  Sodome.  Quand  Lot 
les  vit,  il  se  leva  pour  aller  au-devant 
d'eux,  et  se  prosterna  la  face  contre 
terre.  ^Puis  il  dit  :Voici,  mes  seigneurs, 
entrez,  je  vous  prie,  dans  la  maison  de 
votre  serviteur,  et  passez-y  la  nuit  ;  la- 
vez-vous les  pieds  ;  vous  vous  lèverez 
de  bon  matin,  et  vous  poursuivrez  vo- 
tre route.  Non,  répondirent-ils,  nous 
passerons  la  nuit  dans  la  rue.  ^Mais  Lot 
les  pressa  tellement  qu'ils  vinrent  chez 
lui  et  entrèrent  dans  sa  maison.  Il  leur 
donna  un  festin,  et  fit  cuire  des  pains 
sans  levain.  Et  ils  mangèrent. 

*Ils  n'étaient  pas  encore  couchés  que 
les  gens  de  la  ville,  les  gens  de  Sodo- 
me, entourèrent  la  maison,  depuis  les 
enfants  jusqu'aux  vieillards  ;  toute  la 
population  était  accourue,  ^lls  appelè- 
rent Lot,  et  lui  dirent  :  Où  sont  les 
hommes  qui  sont  entrés  chez  toi  cette 
nuit  ?  Fais-les  sortir  vers  nous,  pour 
que  nous  les  connaissions.  ''Lot  sortit 
A' ers  eux  à  l'entrée  de  la  maison,  et 
ferma  la  porte  derrière  lui.  "Et  il  dit  : 
Mes  frères,  je  vous  prie,  ne  faites  pas 
le  mal  !  *  Voici,  j'ai  deux  filles  qui  n'ont 
point  connu  d'homme  ;  je  vous  les  amè- 
nerai dehors,  et  vous  leur  ferez  ce  qu'il 
vous  plaira.  Seulement,  ne  faites  rien 
à  ces  hommes,  puisqu'ils  sont  venus  à 
l'ombre  de  mon  toit.  'Ils  dirent  :  Re- 
tire-toi !  Ils  dirent  encore  :  Celui-ci  est 
venu  comme  étranger,  et  il  veut  faire  le 
juge  !  Eh  bien,  nous  te  ferons  pis  qu'à 


eux.  Et,  pressant  Lot  avec  violence,  ils 
s'avancèrent  pour  briser  la  porte.  '"Les 
hommes  étendirent  la  main,  firent  ren- 
trer Lot  vers  eux  dans  la  maison,  et 
fermèrent  la  porte.  "Et  ils  frappèrent 
d'aveuglement  les  gens  qui  étaient  à 
l'entrée  de  la  maison,  depuis  le  plus 
petit  jusqu'au  plus  grand,  de  sorte 
qu'ils  se  donnèrent  une  peine  inutile 
pour  trouver  la  porte. 

'-Les  hommes  dirent  à  Lot  :  Qui  as- 
tu  encore  ici  ?  Gendres,  fils  et  filles,  et 
tout  ce  qui  t'appartient  dans  la  ville, 
fais-les  sortir  de  ce  lieu.  ''Car  nous  al- 
lons détruire  ce  lieu,  parce  que  le  cri 
contre  ses  habitants  est  grand  devant 
l'Eternel.  L'Eternel  nous  a  envoyés 
pour  le  détruire.  '^Lot  sortit,  et  parla 
à  ses  gendres  qui  avaient  pris  ses  fil- 
les :  Levez-vous,  dit -il,  sortez  de  ce 
lieu  ;  car  l'Eternel  va  détruire  la  ville. 
Mais,  aux  yeux  de  ses  gendres,  il  pa- 
rut ])laisanter. 

'^Dès  l'aube  du  jour,  les  anges  insis- 
tèrent auprès  de  Lot,  en  disant  :  Lève- 
toi,  prends  ta  femme  et  tes  deux  filles 
qui  se  trouvent  ici,  de  peur  que  tu  ne 
périsses  dans  la  ruine  de  la  ville.  "Et 
comme  il  tardait,  les  hommes  le  saisi- 
rent par  la  main,  lui,  sa  femme  et  ses 
deux  filles,  car  l'Eternel  voulait  l'épar- 
gner ;  ils  l'emmenèrent,  et  le  laissèrent 
hors  de  la  ville. 

"Après  les  avoir  fait  sortir,  l'un 
d'eux  dit  :  Sauve-toi,  pour  ta  vie;  ne 
regarde  pas  derrière  toi,  et  ne  t'arrête 
pas  dans  toute  la  plaine;  sauve-toi 
vers  la  montagne,  de  peur  que  tu  ne 
périsses.  "*Lot  leur  dit  :  Oh  !  non.  Sei- 
gneur !  '^ Voici,  j'ai  trouvé  grâce  à  tes 
yeux,  et  tu  as  montré  la  grandeur  de 
ta  miséricorde  à  mon  égard ,  en  me 
conservant  la  vie;  mais  je  ne  puis  me 
sauver  à  la  montagne,  avant  que  le  dé- 
sastre m'atteigne,  et  je  périrai.  ^"Voici, 
cette  ville  est  assez  proche  pour  que  je 
m'y  réfugie,  et  elle  est  petite.  Oh  !  que 
je  puisse  m'y  sauver...,  n'est-elle  pas 


18 


GENESE. 


Chap.  19, 21-20,  ». 


petite?...  et  que  mon  âme  vive  !  -'Et  il  lapins  jeune  :  Voici,  j'ai  couché  la  nuit 
lui  dit  :  Voici,  je  t'accorde  encore  cette  dernière  avec  mon  père;  faisons-lui 
grâce,  et  je  ne  détruirai  pas  la  ville  boire  du  vin  encore  cette  nuit,  et  va 
dont  tu  parles.  -'^Hâte-toi  de  t'y  réfu-  coucher  avec  lui,  afin  que  nous  con- 
fier, car  je  ne  puis  rien  faire  jusqu'à  servions  la  race  de  notre  père.  ^^ Elles 
ce  que  tu  y  sois  arrivé.  C'est  pour  cela  firent  boire  du  vin  à  leur  père  encore 
(jue  l'on  a  donné  à  cette  ville  le  nom  cette  nuit-là;  et  la  cadette  alla  coucher 
de  Tsoar**.  avec  lui  :  il  ne  s'aperçut  ni  quand  elle 
*^Le  soleil  se  levait  sur  la  terre,  lors-  se  coucha,  ni  quand  elle  se  leva.  ^'^Les 
que  Lot  entra  dans  Tsoar.  ^* Alors  l'E-  deux  fdles  de  Lot  devinrent  enceintes 
ternel  fit  pleuvoir  du  ciel  sur  Sodome  de  leur  père.  ^^ L'aînée  enfanta  un  fils, 
et  sur  Gomorrhe  du  soufre  et  du  feu,  qu'elle  appela  du  nom  de  Moab*  :  c'est 
de  par  l'Eternel.  -^11  détruisit  ces  vil-  le  père  des  Moabites,  jusqu'à  ce  jour, 
les,  toute  la  plaine  et  tous  les  habitants  ^*La  plus  jeune  enfanta  aussi  un  fils, 
des  villes,  et  les  plantes  de  la  terre,  qu'elle  appela  du  nom  de  Ben- Ammi^  : 
'"La  femme  de  Lot  regarda  en  arrière,  c'est  le  père  des  Ammonites,  jusqu'à 


ce  jour. 

Séjour  d'Abraham  à  Guérar. 

Chap.  XX.  'Abraham  partit  de  là 
pour  la  contrée  du  midi;  il  s'établit 
entre  Kadès  et  Schur,  et  fit  un  séjour 
à  Guérar.  -Abraham  disait  de  Sara,  sa 
femme  :  C'est  ma  sœur.  Abimélec,  roi 
de  Guérar,  fit  enlever  Sara.  ^Alors  Dieu 


et  elle  devint  une  statue  de  sel. 

-'Abraham  se  leva  de  bon  matin, 
pour  aller  au  lieu  où  il  s'était  tenu  en 
présence  de  l'Éternel.  -*I1  porta  ses 
regards  du  côté  de  Sodome  et  de  Go- 
morrhe, et  sur  tout  le  territoire  de  la 
plaine;  et  voici,  il  vit  s'élever  de  la 
terre  une  fumée ,  comme  la  fumée 
d'une  fournaise. 

-^Lorsque  Dieu  détruisit  les  villes  de  apparut  en  songe  à  Abimélec  pendant 

la  plaine,  il  se  souvint  d'Abraham;  et  la  nuit,  et  lui  dit  :  Voici,  tu  vas  mourir 

il  fit  échapper  Lot  du  milieu  du  désas-  à  cause  de  la  femme  que  tu  as  enlevée, 

tre,  par  lequel  il  bouleversa  les  villes  car  elle  a  un  mari.  ''Abimélec,  qui  ne 

où  Lot  avait  établi  sa  demeure.  s'était  point  approché  d'elle,  répondit: 

^"Lot  quitta  Tsoar  pour  la  hauteur,  Seigneur,  ferais-tu  périr  même  une  na- 
ct  se  fixa  sur  la  montagne,  avec  ses  tion  juste  P'^ Ne  m'a-t-il  pas  dit  :  C'est 
deux  filles,  car  il  craignait  de  rester  à  ma  sœur  ?  et  elle-même  n'a-t-elle  pas 
Tsoar.  Il  habita  dans  une  caverne,  lui  dit  :  C'est  mon  frère  ?  J'ai  agi  avec  un 
et  ses  deux  filles.  "L'aînée  dit  à  la  plus  cœur  pur  et  avec  des  mains  innocen- 
jeune  :  Notre  père  est  vieux;  et  il  n'y  tes.  ^Dieu  lui  dit  en  songe  :  Je  sais  que 
a  point  d'homme  dans  la  contrée,  pour  tu  as  agi  avec  un  cœur  pur  :  aussi 
venir  vers  nous,  selon  l'usage  de  tous  t'ai-je  empêché  de  pécher  contre  moi. 
les  pays.  ^-Viens,  faisons  boire  du  vin  C'est  pourquoi  je  n'ai  pas  permis  que 
à  notre  père,  et  couchons  avec  lui,  afin  tu  la  touchasses.  'Maintenant,  rends 
que  nous  conservions  la  race  de  notre  la  femme  de  cet  homme  ;  car  il  est  pro- 
père. ^^Elles  firent  donc  boire  du  vin  phète,  il  priera  pour  toi,  et  tu  vivras. 
à  leur  père  cette  nuit-là;  et  l'aînée  alla  Mais,  si  tu  ne  la  rends  pas,  sache  que 
coucher  avec  son  père  :  il  ne  s'aperçut  tu  mourras,  toi  et  tout  ce  qui  t'appar- 
ni  quand  elle  se  coucha,  ni  quand  elle  tient, 
se  leva.  ^■'Le  lendemain,  l'aînée  dit  à  ^Abimélec  se  leva  de  bon  matin,  il 

b.  Moab  signifie  issu  du  père,        c.  Ben-.immi  signifie  fils 


a.  Tsoar  dérive  d'un  mot  qui  signifie  tire  petit 
de  mon  peuple. 


19 


Chap.  W,  9-SJ,  is. 


GENESE. 


appela  tous  ses  serviteurs,  et  leur  rap- 
porta toutes  ces  choses  ;  et  ces  gens 
furent  saisis  d'une  grande  frayeur. 
'Abimélec  appela  aussi  Abraham,  et  lui 
dit  :  Qu'est-ce  que  tu  nous  as  fait  ?  Et 
en  quoi  t'ai-je  offensé,  que  tu  aies  fait 
venir  sur  moi  et  sur  mon  royaume  un 
si  grand  péché  ?  Tu  as  commis  à  mon 
égard  des  actes  qui  ne  doivent  pas  se 
commettre.  '"Et  Abimélec  dit  à  Abra- 
ham :  Quelle  intention  avais-tu  pour 
agir  de  la  sorte  ?  "Abraham  répondit  : 
Je  me  disais  qu'il  n'y  avait  sans  doute 
aucune  crainte  de  Dieu  dans  ce  pays, 
et  que  l'on  me  tuerait  à  cause  de  ma 
femme.  '-De  plus,  il  est  vrai  qu'elle  est 
ma  sœur,  fille  de  mon  père;  seulement. 


enfanta  un  fils  à  Abraham  dans  sa  vieil- 
lesse, au  temps  fixé  dont  Dieu  lui  avait 
parlé.  •^Alji"'^h'i™  <^'oi^'^^  le  nomd'Isaac 
au  fils  qui  lui  était  né,  que  Sara  lui 
avait  enfanté.  ■* Abraham  circoncit  son 
fils  Isaac,  âgé  de  huit  jours,  comme 
Dieu  le  lui  avait  ordonné.  '^Abraham 
était  âgé  de  cent  ans,  à  la  naissance 
d'isaac,  son  fils.  "Et  Sara  dit  :  Dieu 
m'a  fait  un  sujet  de  rire  ;  quiconque 
l'apprendra  rira  de  moi.  "Elle  ajouta  : 
Qui  aurait  dit  à  Abraham  :  Sara  allai- 
tera des  enfants?  Cependant  je  lui  ai 
enfanté  un  fils  dans  sa  vieillesse. 

^L'enfant  grandit,  et  fut  sevré;  et 
Abraham  fit  un  grand  festin  le  jour  où 
Isaac  fut  sevré.  "Sara  vit  rire  le  fils 


elle  n'est  pas  fille  de  ma  mère;  et  elle      qu'Agar,  l'Égyptienne,  avait  enfanté  à 


est  devenue  ma  femme.  '^Lorsque  Dieu 
me  fit  errer  loin  de  la  maison  de  mon 
père,  je  dis  à  Sara  :  Voici  la  grâce  que 
tu  me  feras  :  dans  tous  les  lieux  où 
nous  irons,  dis  de  moi  :  C'est  mon  frère. 

'''Abimélec  prit  des  brebis  et  des 
bœufs,  des  serviteurs  et  des  servantes, 
et  les  donna  à  Abraham  ;  et  il  lui  ren- 
dit Sara,  sa  femme.  '^Abimélec  dit  : 
Voici,  mon  pays  est  devant  toi;  de- 
meure où  il  te  plaira.  '"Et  il  dit  à  Sa- 
ra :  Voici,  je  donne  à  ton  frère  mille 
pièces  d'argent;  cela  te  sera  un  voile 
sur  les  yeux  pour  tous  ceux  c{ui  sont 
avec  toi,  et  auprès  de  tous  tu  seras  jus- 
tifiée. 

"Abraham  pria  Dieu,  et  Dieu  guérit 
Abimélec,  sa  femme  et  ses  servantes; 
et  elles  purent  enfanter.  "*Car  l'Éter- 
nel avait  frappé  de  stérilité  toute  la 
maison  d' Abimélec,  à  cause  de  Sara, 
femme  d'Abraham. 

IVaissance  d'isaac.  —  Agar  dans  le  désert. 
Alliance  d'Abraliam  avec  Abimélec. 

Chap.  XXI.  'L'Éternel  se  souvint 
de  ce  qu'il  avait  dit  à  Sara,  et  l'Eter- 
nel accomplit  pour  Sara  ce  qu'il  avait 
promis.  ^Sara  devint  enceinte,  et  elle 


Abraham  ;  '"et  elle  dit  à  Abraham 
Chasse  cette  servante  et  son  fils,  car  le 
fils  de  cette  servante  n'héritera  pas 
avec  mon  fils,  avec  Isaac.  "Cette  pa- 
role déplut  fort  aux  yeux  d'Abraham, 
à  cause  de  son  fils.  '-Mais  Dieu  dit  à 
Abraham  :  Que  cela  ne  déplaise  pas  à 
tes  yeux,  à  cause  de  l'enfant  et  de  ta 
servante.  Accorde  à  Sara  tout  ce  qu'elle 
te  demandera  ;  car  c'est  d'isaac  que 
sortira  une  postérité  qui  te  sera  pro- 
pre. '''Je  ferai  aussi  une  nation  du  fils 
de  ta  servante  ;  car  il  est  ta  postérité. 
'■'Abraham  se  leva  de  bon  matin;  il 
prit  du  pain  et  une  outre  d'eau,  qu'il 
donna  à  Agar  et  ])laça  sur  son  épaule; 
il  lui  remit  aussi  l'enfant,  et  la  renvoya. 
Elle  s'en  alla,  et  s'égara  dans  le  désert 
de  Beer-Schéba.  '^ Quand  l'eau  de  l'ou- 
tre fut  épuisée,  elle  laissa  l'enfant  sous 
un  des  arbrisseaux,  '"et  alla  s'asseoir 
vis-à-vis,  à  une  portée  d'arc;  car  elle 
disait  :  Que  je  ne  voie  pas  mourir  mon 
enfant  !  Elle  s'assit  donc  vis-à-vis  de 
lui,  éleva  la  voix  et  pleura.  "Dieu  en- 
tendit la  voix  de  l'enfant;  et  l'ange  de 
Dieu  appela  du  ciel  Agar,  et  lui  dit  : 
Qu'as-tu,  Agar?  Ne  crains  point,  car 
Dieu  a  entendu  la  voix  de  l'enfant  dans 
le  lieu  où  il  est.  '^Lève-toi,  prends  l'en- 


20 


GENESE. 


Chap.  21, 10-S2,  li. 


faut,  saisis-le  de  ta  main;  car  je  ferai 
de  lui  une  gi'ande  nation.  '"Et  Dieu  lui 
ouvrit  les  yeux,  et  elle  vit  un  puits 
d'eau;  elle  alla  remplir  d'eau  l'outre, 
et  donna  à  boire  à  l'enfant.  -"Dieu  fut 
avec  l'enfant,  qui  grandit,  habita  dans 
le  désert,  et  devint  tireur  d'arc.  ^'11 
habita  dans  le  désert  de  Paran,  et  sa 
mère  lui  prit  une  femme  du  pays  d'E- 
g.vpte. 

'■'-En  ce  temps-là,  Abimélec,  accom- 
pagné de  Picol,  chef  de  son  armée, 
parla  ainsi  à  Abraham  :  Dieu  est  avec 
toi  dans  tout  ce  que  tu  fais.  °Murc-moi 
maintenant  ici,  par  le  nom  de  Dieu, 
que  tu  ne  tromperas  ni  moi ,  ni  mes 
enfants,  ni  mes  petits-enfants,  et  que 
tu  auras  jiour  moi  et  le  pays  où  tu  sé- 
journes la  même  bienveillance  que  j'ai 
eue  pour  toi.  '-'Abraham  dit  :  Je  le  ju- 
rerai. -'^Mais  Abraham  fit  des  reproches 
à  Abimélec  au  sujet  d'un  puits  d'eau, 
dont  s'étaient  emparés  de  force  les  ser- 
viteurs d'Abimélec.  -^Abimélec  répon- 
dit :  J'ignore  qui  a  fait  cette  chose-là; 
tu  ne  m'en  as  point  informé,  et  moi, 
je  ne  l'apprends  cju'aujourd'hui.  -'Et 
Abraham  prit  des  brebis  et  des  bœufs, 
(ju'il  donna  à  Abimélec;  et  ils  firent 
tous  deux  alliance.  -"Abraham  mit  à 
part  sept  jeunes  brebis.  -'^Et  Abimélec 
dit  à  Abraham  :  Qu'est-ce  que  ces  sept 
jeunes  brebis,  cjue  tu  as  mises  à  part  ? 
^°I1  répondit  :  Tu  accepteras  de  ma 
main  ces  sept  brebis,  afin  que  cela  me 
serve  de  témoignage  cjue  j'ai  creusé  ce 
puits.  "C'est  pourquoi  on  appelle  ce 
lieu  Beer-Schéba  ";  car  c'est  là  qu'ils 
jurèrent  l'un  et  l'autre.  ^-Ils  firent  donc 
alliance  à  Beer-Schéba.  Après  c[uoi, 
Abimélec  se  leva,  avec  Picol,  chef  de 
son  armée;  et  ils  retournèrent  au  pays 
des  Philistins.  ^'Abraham  planta  des 
tamariscs  à  Beer-Schéba  ;  et  là  il  invo- 
qua le  nom  de  l'Eternel,  Dieu  de  l'éter- 
nité. "Abraham  séjourna  longtemps 
dans  le  pays  des  Philistins. 

a.  Bcer-Schcba  signifie  puits  du  serment. 


Abraliam  mis  à  l'éprein-e  par  l Eternel,  qui  lui 
ordonne  d  o/frir  en  holocauste  son  fils  Isaac. 

Chap.  XXII.  'Après  ces  choses. 
Dieu  mit  Abraham  à  l'épreuve,  et  lui 
dit  :  Abraham  !  Et  il  répondit  :  Me 
voici  !  -Dieu  dit  :  Prends  ton  fils,  ton 
unique,  celui  que  tu  aimes,  Isaac;  va- 
t'en  au  pays  de  Morija,  et  là  offre-le  en 
holocauste  sur  l'une  des  montagnes 
que  je  te  dirai. 

^Abraham  se  leva  de  bon  matin,  sella 
son  âne,  et  prit  avec  lui  ses  deux  ser- 
viteurs et  son  fils  Isaac.  Il  fendit  du 
bois  pour  l'holocauste,  et  partit  pour 
aller  au  lieu  que  Dieu  lui  avait  dit. 

■•Le  troisième  jour,  Abraham,  levant 
les  veux,  vit  le  lieu  de  loin.  M<]t  Abra- 
ham dit  à  ses  serviteurs  :  Restez  ici 
avec  l'àne;  moi  et  le  jeune  homme, 
nous  irons  jusque-là  pour  adorer ,  et 
nous  reviendrons  auprès  de  vous. 
^Abraham  prit  le  bois  pour  l'holo- 
causte, le  chargea  sur  son  fils  Isaac, 
et  porta  dans  sa  main  le  feu  et  le  cou- 
teau. Et  ils  marchèrent  tous  deux  en- 
semble. 'Alors  Isaac,  parlant  à  Abra- 
ham, son  père,  dit  :  Mon  père  !  Et  il 
répondit  :  Me  voici,  mon  iils  !  Isaac 
reprit  :  Voici  le  feu  et  le  bois  ;  mais  où 
est  l'agneau  pour  l'holocauste  i"*Abra- 
liam  répondit  :  Mon  fils.  Dieu  se  pour- 
voira lui-même  de  l'agneau  })our  l'ho- 
locauste. Et  ils  marchèrent  tous  deux 
ensemble. 

''Lorsqu'ils  furent  arrivés  au  lieu  que 
Dieu  lui  avait  dit,  Abraham  y  éleva  un 
autel,  et  rangea  le  bois.  Il  lia  son  fils 
Isaac,  et  le  mit  sur  l'autel,  par-dessus 
le  bois.  '"Pui^  Abraham  étendit  la  main, 
et  prit  le  couteau,  pour  égorger  son 
fils.  "Alors  un  ange  de  l'Eternel  l'ap- 
pela des  cieux,  et  dit  :  Abraham  !  Abra- 
ham !  Et  il  répondit  :  Me  voici  !  '-L'ange 
dit  :  N'avance  pas  ta  main  sur  l'enfant, 
et  ne  lui  fais  rien;  car  je  sais  mainte- 
nant (pie  tu  crains  Dieu,  et  que  tu  ne 


21 


Chap.  22,13-23, 


10. 


GENESE. 


m'as  pas  refusé  ton  fils,  ton  unique. 
'•Wbraham  leva  les  yeux,  et  vit  derrière 
lui  un  bélier  retenu  dans  un  buisson 
])ar  les  cornes  ;  et  Abraham  alla  pren- 
dre le  bélier,  et  l'offrit  en  holocauste  à 
la  place  de  son  fils.  '''Abraham  donna 
à  ce  lieu  le  nom  de  Jehova-Jiré".  C'est 
pourquoi  l'on  dit  aujourd'hui  :  A  la 
montagne  de  l'Eternel  il  sera  pourvu. 

'^L'ange  de  l'Eternel  appela  une  se- 
conde fois  Abraham  des  cieux,  '^et 
dit  :  Je  le  jure  par  moi-même,  parole 
de  l'Eternel  !  parcç  que  tu  as  fait  cela, 
et  que  tu  n'as  pas  refusé  ton  fils,  ton 
unique,  ''je  te  bénirai  et  je  multiplie- 
rai ta  postérité,  comme  les  étoiles  du 
ciel  et  comme  le  sable  qui  est  sur  le 
bord  de  la  mer;  et  ta  postérité  possé- 
dera la  porte  de  ses  ennemis*.  '*Tou- 
tes  les  nations  de  la  terre  voudront 
être  bénies  en  ta  postérité,  parce  que 
tu  as  obéi  à  ma  voix. 

'•'Abraham  étant  retourné  vers  ses 
serviteurs,  ils  se  levèrent  et  s'en  allè- 
rent ensemble  à  Beer-Schéba;  car 
Abraham  demeurait  à  Beer-Schéba. 

-"Après  ces  choses,  on  fit  à  Abra- 
ham un  rapport,  en  disant:  Voici, 
Milca  a  aussi  enfanté  des  fils  à  Nachor, 
ton  frère  :  "'Uts,  son  premier-né,  15uz, 
son  frère,  Kemuel,  pèred'Aram, -'-Ké- 
sed,  Hazo,  Pildasch,  Jidiaph  et  Be- 
thuel.  -^Bethuel  a  engendré  Rebecca. 
Ce  sont  là  les  huit  fils  que  Milca  a  en- 
fantés à  Nachor,  frère  d'Abraham.  -*Sa 
concubine,  nommée  Réuma,  a  aussi 
enfanté  Thébach,  Gaham,  Tahasch  et 
Maaca. 

Mort  de  Sara,  et  sa  sépulture  dans  la  ca\'ernc 
de  Macpéla. 

Chap.  XXIII.  'La  vie  de  Sara  fut 
de  cent  vingt-sept  ans  :  telles  sont  les 
années  de  la  vie  de  Sara. 

^Sara  mourut  à  Kirjath-Arba,  qui  est 
Ilébron,  dans  le  pays  de  Canaan;  et 
Abraham  vint  pour  mener  deuil  sur 

a.  Jehoi'a-Jiré  signifie  l'Etemel  pourvoira.  Gonip.  v.  8. 


Sara  et  pour  la  pleurer.  ^Abraham  se 
leva  de  devant  son  mort,  et  parla  ainsi 
aux  fils  de  Hcth  :  ■'Je  suis  étranger  et 
habitant  parmi  vous  ;  donnez-moi  la 
possession  d'un  sépulcre  chez  vous, 
pour  enterrer  mon  mort  et  l'ôter  de 
devant  moi.  ^Les  fils  de  Heth  ré- 
pondirent à  Abraham,  en  lui  disant: 
^Ecoute-nous,  monseigneur!  Tu  es  un 
prince  de  Dieu  au  milieu  de  nous;  en- 
terre ton  mort  dans  celui  de  nos  sé- 
pulcres que  tu  choisiras  ;  aucun  de 
nous  ne  te  refusera  son  sépulcre  pour 
enterrer  ton  mort.  "Abraham  se  leva, 
et  se  prosterna  devant  le  peuple  du 
pays,  devant  les  fils  de  Heth.  ^Et  il 
leur  parla  ainsi  :  Si  vous  permettez  que 
j'enterre  mon  mort  et  que  je  l'ôte  de 
devant  mes  yeux,  écoutez-moi,  et  priez 
pour  moi  Ephron,  fils  de  Tsochar,  'de 
me  céder  la  caverne  de  Macpéla,  qui 
lui  appartient,  à  l'extrémité  de  son 
chamjj,  de  me  la  céder  contre  sa  va- 
leur en  argent,  afin  qu'elle  me  serve 
de  possession  sépulcrale  au  milieu  de 
vous.  '"Ephron  était  assis  parmi  les 
fils  de  Ileth.  Et  Ephron,  le  Hétien,  ré- 
pondit à  Abraham,  en  présence  des 
fils  de  Heth  et  de  tous  ceux  qui  en- 
traient par  la  porte  de  sa  ville  :  "Non, 
mon  seigneur,  écoute-moi  !  Jeté  donne 
le  champ,  et  je  te  donne  la  caverne 
qui  y  est.  Je  te  les  donne ,  aux  yeux 
des  fils  de  mon  peuple  :  enterre  ton 
mort.  ''Abraham  se  ])rosterna  devant 
le  ])euple  du  pays.  '^Ët  il  parla  ainsi  à 
Ephron,  en  présence  du  peuple  du 
pays  :  Écoute-moi,  je  te  prie  !  Je  donne 
le  prix  du  champ  :  accepte-le  de  moi  ; 
et  j'y  enterrerai  mon  mort.  '■'Et  Ephron 
répondit  à  Abraham ,  en  lui  disant  : 
'^Mon  seigneur,  écoute-moi!  Une  ter- 
re de  quatre  cents  sicles  d'argent, 
qu'est-ce  que  cela  entre  moi  et  toi  ? 
Enterre  ton  mort.  "Abraham  comprit 
Ephron;  et  Abraham  pesa  à  Ephron 
l'argent  qu'il  avait  dit,   en   présence 

b.  C'est-ù-dire,  lo  pays  de  ses  ennemis. 


22 


GENESE. 


Chap.2S,ii-M. 


19. 


dos  fils  de  Hcth,  quatre  cents  sicles 
d'argent  ayant  cours  chez  le  marchand . 
'^Le  champ  d'Ephron  à  Macpéla , 
vis-à-vis  de  Mamré,  le  champ  et  la  ca- 
verne qui  y  est,  et  tous  les  arbres  qui 
sont  dans  le  champ  et  dans  toutes  ses 
limites  alentour,  '^devinrent  ainsi  la 
])ropriété  d'Abraham ,  aux  yeux  des 
fils  de  Heth  et  de  tous  ceux  qui  en- 
traient par  la  porte  de  sa  ville.  "*Après 
cela,  Abraham  enterra  Sara,  sa  fem- 
me, dans  la  caverne  du  champ  de 
Macpéla,  vis-à-vis  de  Mamré,  qui  est 
Hébron,  dans  le  pays  de  Canaan.  -"Le 
champ  et  la  caverne  qui  y  est  demeu- 
rèrent à  Abraham  comme  possession 
sépulcrale,  acquise  des  fils  de  Heth. 

Reberca  deinartdcc  en  mariage  pour  Isaac. 

Chap.    XXIV.  'Abraham    était 

vieux,  avancé  en  âge;  et  l'Éternel 
avait  béni  Abraham  en  toute  chose. 

-Abraham  dit  à  son  serviteur,  le  plus 
ancien  de  sa  maison,  l'intendant  de 
tous  ses  biens":  Mets,  je  te  prie,  ta 
main  sous  ma  cuisse;  ^et  je  te  ferai 
jurer  par  l'Eternel,  le  Dieu  du  ciel  et 
le  Dieu  de  la  terre,  de  ne  pas  prendre 
pour  mon  fils  une  femme  jiarmi  les 
filles  des  Cananéens  au  milieu  des- 
quels j'habite,  ''mais  d'aller  dans  mon 
pays  et  dans  ma  patrie  prendre  une 
femme  pour  mon  fils  Isaac.  ^Le  servi- 
teur lui  répondit  :  Peut-être  la  femme 
ne  voudra-t-elle  pas  me  suivre  dans 
ce  pays-ci;  devrai-je  mener  ton  fils 
dans  le  pays  d'où  tu  es  sorti  ?  ^\bra- 
ham  lui  dit  :  Garde-toi  d'y  mener  mon 
fils!  ^L'Eternel,  le  Dieu  du  ciel,  qui 
m'a  fait  sortir  de  la  maison  de  mon 
])ère  et  de  ma  patrie,  qui  m'a  parlé  et 
<pii  m'a  juré,  en  disant:  .Je  donnerai 
ce  pays  à  ta  postérité ,  lui-même  en- 
verra son  ange  devant  toi  ;  et  c'est  de 
là  que  tu  prendras  une  femme  pour 
mon  fils.  *Si  la  femme  ne  veut  pas  te 

a.  Probablement  Elîézer.  comp.  1.5,  -2.         b.   Chnran. 


suivre,  tu  seras  dégagé  de  ce  serment 
que  je  te  fais  faire.  Seulement,  tu  n'y 
mèneras  pas  mon  fils.  ^Le  serviteur 
mit  sa  main  sous  la  cuisse  d'Abraham, 
son  seigneur,  et  lui  jura  d'observer 
ces  choses. 

'"Le  serviteur  prit  dix  chameaux 
parmi  les  chameaux  de  son  seigneur, 
et  il  partit,  ayant  à  sa  disposition  tous 
les  biens  de  son  seigneur.  Il  se  leva, 
et  alla  en  Mésopotamie,  à  la  ville  de 
Nachor*.  "Il  fit  reposer  les  chameaux 
sur  leurs  genoux  hors  de  la  ville,  près 
d'un  puits,  au  temps  du  soir,  au  temps 
où  sortent  celles  qui  vont  puiser  de 
l'eau.  '^Et  il  dit  :  Eternel,  Dieu  de  mon 
seigneur  Abraham,  fais-moi,  je  te  prie, 
rencontrer  aujourd'hui  ce  que  je  dé- 
sire, et  use  de  bonté  envers  mon  sei- 
gneur Abraham!  '^Voici,  je  me  tiens 
près  de  la  source  d'eau ,  et  les  filles 
des  gens  de  la  ville  vont  sortir  pour 
puiser  de  l'eau.  '''Que  la  jeune  fille,  à 
laquelle  je  dirai  :  Penche  ta  cruche,  je 
te  prie,  pour  que  je  boive,  et  qui  ré- 
pondra :  Bois,  et  je  donnerai  aussi  à 
boire  à  tes  chameaux,  soit  celle  que 
tu  as  destinée  à  ton  serviteur  Isaac  ! 
Et  par  là  je  connaîtrai  que  tu  uses  de 
bonté  envers  mon  seigneur. 

'Ml  n'avait  pas  encore  fini  de  parler 
que  sortit,  sa  cruche  sur  l'épaule,  Re- 
becca,  née  de  Bethuel,  fils  de  Milca, 
femme  de  Nachor,  frère  d'Abraham. 
"^C'était  une  jeune  fille  très  belle  de 
figure;  elle  était  vierge,  et  aucun 
homme  ne  l'avait  connue.  Elle  des- 
cendit à  la  source,  remplit  sa  cruche, 
et  remonta.  '^Le  serviteur  courut  au- 
devant  d'elle,  et  dit  :  Laisse-moi  boire, 
je  te  prie,  un  peu  d'eau  de  ta  cruche. 
'^Elle  répondit:  Bois,  mon  seigneur. 
Et  elle  s'empressa  d'abaisser  sa  cruche 
sur  sa  main,  et  de  lui  donner  à  boire. 
''Quand  elle  eut  achevé  de  lui  donner 
à  boire,  elle  dit  :  Je  puiserai  aussi  pour 
tes  chameaux,  jusqu'à  ce  qu'ils  aient 


23 


Chap.  24,  io-' 


1,6. 


GENESE. 


assez  bu.  -"Et  elle  s'empressa  de  vider 
sa  cruche  dans  Tabreuvoir,  et  courut 
encore  au  puits  pour  puiser  ;  et  elle 
puisa  pour  tous  les  chameaux. 

^'L'homme  la  regardait  avec  éton- 
nement  et  sans  rien  dire,  pour  voir  si 
l'Eternel  faisait  réussir  son  voyage, 
ou  non.  -^ Quand  les  chameaux  eurent 
fini  de  boire,  l'homme  prit  un  anneau 
d'or,  du  jioids  d'un  demi-sicle,  et 
deux  bracelets,  du  poids  de  dix  sicles 
d'or.  «Et  il  dit  :  De  qui  es-tu  iille  ?  Y 
a-t-il  dans  la  maison  de  ton  père  de  la 
place  pour  passer  la  nuit?  -*Elle  ré- 
pondit :  Je  suis  fdle  de  Bethuel,  fils  de 
Milca  et  de  Nachor.  -^Elle  lui  dit  en- 
core :  Il  y  a  chez  nous  de  la  paille  et 
du  fourraoe  en  abondance,  et  aussi  de 
la  place  pour  passer  la  nuit.  ^^Alors 
l'homme  s'inclina  et  se  prosterna  de- 
vant l'Eternel,  -'en  disant:  Béni  soit 
l'Eternel,  le  Dieu  de  mon  seigneur 
Abraham,  qui  n'a  pas  renoncé  à  sa  mi- 
séricorde et  à  sa  fidélité  envers  mon 
seigneur!  Moi-même,  l'Eternel  m'a 
conduit  à  la  maison  des  frères  de  mon 
seigneur. 

'^^La  jeune  fille  courut  raconter  ces 
choses  à  la  maison  de  sa  mère. 

^nAebecca  avait  un  frère,  nommé 
Laban.  Et  Laban  courut  dehors  vers 
l'homme,  près  de  la  source.  ^"11  avait 
vu  l'anneau  et  les  bracelets  aux  mains 
de  sa  sœur,  et  il  avait  entendu  les  pa- 
roles de  Rebecca,  sa  sœur,  disant  : 
Ainsi  m'a  parlé  l'homme.  Il  vint  donc 
à  cet  homme,  qui  se  tenait  auj^rès  des 
chameaux,  vers  la  source,  ^'et  il  dit  : 
Viens ,  béni  de  l'Eternel  !  Pourquoi 
resterais-tu  dehors  ?  J'ai  préparé  la 
maison,  et  une  place  pour  les  cha- 
meaux. ^^L'homme  arriva  à  la  maison. 
Laban  fit  décharger  les  chameaux,  et 
il  donna  de  la  paille  et  du  fourrage  aux 
chameaux,  et  de  l'eau  pour  laver  les 
pieds  de  l'homme  et  les  pieds  des 
gens  qui  étaient  avec  lui.  ''Puis,  il  lui 
servit  à   manger.   Mais  il   dit  :   Je  ne 


mangerai  point,  avant  d'avoir  dit  ce 
que  j'ai  à  dire.  Parle  !  dit  Laban. 

'* Alors  il  dit  :  Je  suis  serviteur  d'A- 
braham. '^L'Éternel  a  comblé  de  bé- 
nédictions mon  seigneur,  qui  est 
devenu  puissant.  Il  lui  a  donné  des 
brebis  et  des  bœufs,  de  l'argent  et  de 
l'or,  des  serviteurs  et  des  servantes, 
des  chameaux  et  des  ânes.  '^Sara,  la 
femme  de  mon  seigneur,  a  enfanté 
dans  sa  vieillesse  un  fils  à  mon  sei- 
gneur; et  il  lui  a  donné  tout  ce  qu'il 
possède.  "Mon  seigneur  m'a  fait  jurer, 
en  disant  :  Tu  ne  prendras  jias  pour 
mon  fils  une  femme  parmi  les  filles 
des  Cananéens,  dans  le  pays  desquels 
j'habite;  '*mais  tu  iras  dans  la  maison 
de  mon  père  et  de  ma  famille  prendre 
une  femme  pour  mon  fils.  ''^J'aidità 
mon  seigneur  :  Peut-être  la  femme  ne 
voudra-t-elle  pas  me  suivre.  ''"Et  il  m'a 
répondu  :  L'Eternel,  devant  qui  j'ai 
marché,  enverra  son  ange  avec  toi,  et 
fera  réussir  ton  voyage;  et  tu  prendras 
pour  mon  fils  une  femme  de  la  famille 
et  de  la  maison  de  mon  père.  '"Tu  se- 
ras dégagé  du  serment  que  tu  me  fais, 
quand  tu  auras  été  vers  ma  famille;  si 
on  ne  te  l'accorde  pas,  tu  seras  dégagé 
du  serment  que  tu  me  fais.  ■'-Je  suis 
arrivé  aujourd'hui  à  la  source,  et  j'ai 
dit:  Eternel,  Dieu  de  mon  seigneur 
Abraham,  si  tu  daignes  faire  réussir  le 
voyage  que  j'accomplis,  ■''voici,  je  me 
tiens  près  de  la  source  d'eau,  et  que 
la  jeune  fille  qui  sortira  pour  puiser,  à 
qui  je  dirai  :  Laisse-moi  boire,  je  te 
prie,  un  peu  d'eau  de  ta  cruche,  *''et 
qui  me  répondra  :  Bois  toi-même,  et 
je  puiserai  aussi  ])our  tes  chameaux, 
que  cette  jeune  fille  soit  la  femme  que 
l'Eternel  a  destinée  au  fils  de  mon  sei- 
gneur !  ■"* Avant  que  j'eusse  fini  de  par- 
ler en  mon  cœur,  voici,  Rebecca  est 
sortie,  sa  cruche  sur  l'épaule;  elle  est 
descendue  à  la  source,  et  a  puisé.  Je 
lui  ait  dit:  Donne-moi  à  boire,  je  te 
prie.  ■'^Elle  s'est  empressée  d'abaisser 


24 


GENESE. 


Chai).2i,'a-i^5,i 


sa  cruche  de  dessus  son  épaule,  et  elle 
a  dit  :  Bois,  et  je  donnerai  aussi  à  i)oire 
à  tes  chameaux.  Jai  bu,  et  elle  a  aussi 


Rebecca,  et  lui  dirent:  Veux-tu  aller 
avec  cet  homme  ?  Elle  répondit  :  J'irai. 
'^"Et  ils  laissèrent  partir  Rebecca,  leur 


donné  à  boire  à  mes  chameaux.  •''Je      sanir,  et  sa  nourrice,  avec  le  serviteur 


l'ai  interrogée,  et  j'ai  dit  :  De  qui  es-tu 
(ille  i*  Elle  a  répondu  :  Je  suis  fdle  de 
Bethuel,  fds  de  Nachor  et  de  Milca. 
J'ai  mis  l'anneau  à  son  nez,  et  les  bra- 
celets à  ses  mains.  ''^Puis  je  me  suis 
incliné  et  prosterné  devant  l'Éternel, 
et  j'ai  béni  l'Eternel,  le  Dieu  de  mon 
seigneur   Abraham,   qui   m'a  conduit 
fidèlement,  afin  que  je  prisse  la  fdle 
du  IVère  de  mon  seigneur  ]iour  son  fils. 
'■'Maintenant,  si  vous  voulez  user  de 
bienveillance  et  de  fidélité  envers  mon 
seigneur,  déclarez-le-moi;  sinon,  dé- 
clarez-le-moi,   et   je   me   tournerai   à 
droite  ou  à  gauche. 
-    ""Laban  et  Bethuel  répondirent,  et 
dirent:  C'est  de  l'Eternel  que  la  chose 
vient;   nous  ne  ])ouvons  te  jiarler  ni 
en   mal  ni  en  bien.    ^' Voici   Rebecca 
devant  toi;   prends  et  va,  et   ([u'elle 
soit  la  femme  du  fds  de  ton  seigneur, 
comme  l'Eternel  l'a  dit.  ^-Lorsque  le 
serviteur  d'Abraham  eut  entendu  leurs 
paroles,  il  se  ]:>rosterna  en  terre  devant 
l'Eternel.  ^'Et  le  serviteur  sortit  des 
objets  d'argent,  des  objets  d'or,  et  des 
vêlements,  cpi'il  donna  à  Rebecca;  il 
lit  aussi  de  riches  présents  à  son  père 
et  à  sa  mère.  ^^Après  quoi,  ils  man- 
gèrent et  burent,  lui  et  les  gens  qui 
étaient  avec  lui,  et  ils   passèrent   la 
nuit.  hQ  matin,  quand  ils  furent  levés, 
le  serviteur  dit:   Laissez-moi  retour- 
ner veis  mon  seigneur.  ^^Le  IVèreetla 
mère  dirent  :  Oue  la  jeune  fille  reste 
avec  nous  quelque  temps  encore,  une 
dizaine  de  jours;  ensuite,  tu  partiras. 
'^\\  leur  ré])ondit  :  Ne  me  retardez  pas, 
puisque  l'Eternel  a  fait  réussir  mon 
voyage;    laissez-moi    partir,    et   que 
j'aille  vers  mon  seigneur.   "Alors  ils 
répondirent  :  Appelons  la  jeune  fille. 


d'Ab 


aham  et  ses  gens. 


'Ils  bénirent 


Rebecca,  et  lui  dirent  :  O  notre  sœur, 
puisses-tu  devenir  des  milliers  de  my- 
riades, et  que  ta  postérité  ]iossède  la 
porte  de  ses  ennemis"!  "Ilebecca  se 
leva,  avec  ses  servantes;  elles  mon- 
tèrent sur  les  chameaux,  et  suivirent 
Thonime.  Et  le  serviteur  emmena  Re- 
becca, et  partit. 

"Cependant  Isaac  était  revenu  du 
puits  de  Lachaï-roï  *,  et  il  habitait  dans 
le  pays  du  midi.  ^^Un  soir  qu'Isaac 
était  sorti  pour  méditer  dans  les 
champs,  il  leva  les  yeux,  et  regarda; 
et  voici,  des  chameaux  arrivaient. 
"Rebecca  leva  aussi  les  yeux,  vit  Isaac, 
et  descendit  de  son  chameau.  '^^Elle 
dit  au  serviteur  :  Qui  est  cet  homme, 
qui  vient  dans  les  champs  à  notre  ren- 
contre ?  Et  le  serviteur  ré])ondit:  C'est 
mon  seigneur.  Alors  elle  [)rit  son  voile, 
et  se  couvrit.  ^''Le  serviteur  raconta  à 
Isaac  toutes  les  choses  qu'il  avait  fai- 
tes. "Isaac  conduisit  Rebecca  dans  la 
tente  de  Sara,  sa  mère  ;  il  prit  Rebecca, 
qui  devint  sa  femme,  et  il  l'aima.  Ainsi 
fut  consolé  Isaac,  après  avoir  perdu 
sa  mère. 

Mort  d' Abraham. 

Cluip.  XXV.  'Abraham  |)rit  encore 
une  femme,  nommée  Retura.  UîUe 
lui  enfanta  Zimran,  Jokschan,  Medan, 
Madian,  Jischbak  et  Schuach.  —  ■'Joks- 
chan engendra  Séba  et  Dedan.  Les 
fils  de  Dedan  furent  les  Aschurim,  les 
Letuschim  et  les  Leummim.  —  *Les 
fils  de  Madian  furent  Epha,  Epher, 
Hénoc,  Abida  et  Eldaa.  —  Ce  sont  là 
tous  les  fils  de  Ketura. 

^Abraham  donna  tous  ses  biens  à 
Isaac.  «Il  fit  des  dons  aux  fds  de  ses 


et  consultons-la.  ^'^Ils  appelèrent  donc     concubines;  et,  tandis  ([u'il  vivait  en- 

a.  G'cst-ù-dirc,  le  pays  de  ses  ennemis.         h.  Vny.   10,  li. 


Chap.  25,--3ti. 


GENESE. 


core,  il  les  envoya  loin  de  son  fils 
Isaac  du  côté  de  l'orient,  dans  le  pays 
d'Orient. 

^ Voici  les  jours  des  années  delà  vie 
d'Abraham  :  il  vécut  cent  soixante- 
quinze  ans.  ^Abraham  expira  et  mou- 
rut, après  une  heureuse  vieillesse, 
âgé  et  rassasié  de  jours,  et  il  fut  re- 
cueilli auprès  de  son  peuple.  'Isaac  et 
Ismaël,  ses  fils,  l'enterrèrent  dans  la 
caverne  de  Macpéla,  dans  le  champ 
d'Ephron,  fils  de  Tsochar,  le  Héthien, 
vis-à-vis  de  Mamré.  '"C'est  le  champ 
qn'x^braham  avait  acquis  des  fils  de 
Heth.  Là  furent  enterrés  Abraham  et 
Sara,  sa  femme. 

"Après  la  mort  d'Abraham,  Dieu 
bénit  Isaac,  son  fils.  Il  habitait  près 
du  puits  de  Lachaï-roï. 

Postérité  d'Ismaël. 

'-Voici  la  postérité  d'Ismaël,  fils  d'A- 
braham, qu'Agar,  l'Egyptienne,  ser- 
vante de  Sara,  avait  enfanté  à  Abra- 
ham. 

'^Voici  les  noms  des  fils  d'Ismaël, 
par  leurs  noms,  selon  leurs  généra- 
tions :  Nebajoth,  premier-né  d'Ismaël, 
Kédar,  Adbeel,  Mibsam,  '''Mischma, 
Duma,  Massa, '^Hadad,Théma,Jethur, 
Naphisch  et  Kedma.  "^Ce  sont  là  les  fils 
d'Ismaël;  ce  sont  là  leurs  noms,  selon 
leurs  parcs  et  leurs  enclos.  Ils  furent 
les  douze  chefs  de  leurs  peuples. 

'^Et  voici  les  années  de  la  vie  d'Is- 
maël :  cent  trente-sept  ans.  Il  expira 
et  mourut,  et  il  fut  recueilli  auprès  de 
son  peuple.  '*Ses  fils  habitèrent  depuis 
Havila  jusqu'à  Schur,  qui  est  en  face 
de  l'Egypte,  en  allant  vers  l'Assyrie. 
Il  s'établit  en  présence  de  tous  ses 
frères. 

Les  deux  fils  d'Isaac  :  lîsaii  et  Jacoh. 

"Voici  la  postéi'ité  d'Isaac,  fils  d'A- 
braham. 


Abraham  engendra  Isaac.  -"Isaac 
était  âgé  de  quarante  ans,  quand  il  prit 
pour  femme  Rebecca,  fille  de  Bethuel, 
l'Araméen,  de  Paddan-Aram°,  et  sœur 
de  Laban,  l'Araméen.  -'Isaac  implora 
l'Eternel  pour  sa  femme,  car  elle  était 
stérile,  et  l'Eternel  l'exauça  :  Rebecca, 
sa  femme,  devint  enceinte.  ^^Les  en- 
fants se  heurtaient  dans  son  sein  ;  et 
elle  dit  :  S'il  en  est  ainsi,  pourquoi 
suis-je  enceinte?  Elle  alla  consulter 
l'Éternel.  -''Et  l'Éternel  lui  dit  :  Deux 
nations  sont  dans  ton  ventre,  et  deux 
peuples  se  sépareront  au  sortir  de  tes 
entrailles  ;  un  de  ces  peuples  sera  plus 
fort  que  l'autre,  et  le  plus  grand  sera 
assujetti  au  plus  petit.  ^''Les  jours  où 
elle  devait  accoucher  s'accomplirent; 
et  voici,  il  y  avait  deux  jumeaux  dans 
son  ventre.  ^^Le  premier  sortit  entiè- 
rement roux,  comme  un  manteau  de 
poil;  et  on  lui  donna  le  nom  d'Esaû*. 
-"Ensuite  sortit  son  frère,  dont  la  main 
tenait  le  talon  d'Esaû;  et  on  lui  donna 
le  nom  de  Jacob"^.  Isaac  était  âgé  de 
soixante  ans,  lorsqu'ils  naquirent. 

"Ces  enfants  grandirent.  Esaû  de- 
vint un  habile  chasseur,  un  homme  des 
champs;  mais  Jacob  fut  un  homme 
tran([uille,  qui  restait  sous  les  tentes. 
^*Isaac  aimait  Ésaû,  parce  qu'il  man- 
geait du  gibier  ;  et  Rebecca  aimait  Ja- 
cob. 

-'Comme  Jacob  faisait  cuire  un 
potage,  Esau  revint  des  champs,  acca- 
blé de  fatigue.  ^"Et  Ésaii  dit  à  Jacob  : 
Laisse-moi,  je  te  prie,  manger  de  ce 
roux,  de  ce  roux-là,  car  je  suis  fatigué. 
C'est  pour  cela  qu'on  a  donné  à  Ésaû 
le  nom  d'Édom'^'.  ''Jacob  dit  :  Vends- 
moi  aujourd'hui  ton  droit  d'aînesse. 
'-Ésau  répondit  :  Voici,  je  m'en  vais 
mourir;  à  quoi  me  sert  ce  droit  d'aî- 
nesse? '"'Et  Jacob  dit  :  Jure-le-moi  d'a- 
bord. Il  le  lui  jura,  et  il  vendit  son 
droit  d'aînesse  à  Jacob.  '''Alors  Jacob 


a.  Paddan-Aram.   la   Mésopotamie.         b.  Ésaii   signifie   felu. 
par  le  talon,  supplanter,  tromper.         d.  Édom  signifie  roux. 

26 


Jacob   dérive   d'un    mot   qui   signifie  saisir 


GENESE. 


Chap.  26,i-Qi. 


Isaac  dans  le  pays  des  Philistins.  —  Alliance 
avec  Abiiticlec. 


donna  à  Ésaû  du  pain  et  du  potage  de  donnance  pour  tout  le  peuple  :  Celui 
lentilles.  Il  mangea  et  but,  puis  se  leva  qui  touchera  à  cet  homme  ou  à  sa  fem- 
et  s'en  alla.  C'est  ainsi  qu'Esaû  mé-  me  sera  mis  à  mort, 
prisa  le  droit  d'aînesse.  '"-Isaac  sema  dans  ce  pays,  et  il  re- 
cueillit cette  année  le  centuple;  car 
l'Eternel  le  bénit.  '^Cet  homme  devint 
riche,  et  il  alla  s'enrichissant  de  plus 
Chap.  XXVI.  'Il  y  eut  une  famine  en  plus,  jusqu'à  ce  qu'il  devînt  fort  ri- 
dans  le  pays,  outre  la  pi'emière  famine  che.  '^11  avait  des  troupeaux  de  menu 
qui  eut  lieu  du  temps  d'Abraham  ;  et  bétail  et  des  troupeaux  de  gros  bétail, 
Isaac  alla  vers  Abimélec,  roi  des  Phi-  et  un  grand  nombre  de  serviteurs  : 
listins,  à  Guérar.  ^L'Eternel  lui  appa-  aussi  les  Philistins  lui  portèrent  envie, 
rut,  et  dit  :  Ne  descends  pas  en  Egypte,  '^Tous  les  puits  qu'avaient  creusés  les 
demeure  dans  le  pays  que  je  te  dirai,  serviteurs  de  son  père,  du  temps  d'A- 
^Séjourne  dans  ce  pays-ci;  je  serai  avec  braham,  son  père,  les  Philistins  les 
toi,  et  je  te  bénirai,  car  je  donnerai  comblèrent  et  leo  remplirent  de  pous- 
toutes  ces  contrées  à  toi  et  à  ta  posté-  sière.  "Et  Abimélec  dit  à  Isaac  :  Va- 
rité,  et  je  tiendrai  le  serment  que  j'ai  t'en  de  chez  nous,  car  tu  es  beaucoup 
fait  à  Abraham,  ton  père.  ''Je  multi-  plus  puissant  que  nous.  "Isaac  partit 
plierai  ta  postérité  comme  les  étoiles  de  là,  et  campa  dans  la  vallée  de  Gué- 
du  ciel  ;  je  donnerai  à  ta  postérité  tou-  rar,  où  il  s'établit, 
tes  ces  contrées;  et  toutes  les  nations  '*Isaac  creusa  de  nouveau  les  puits 
de  la  terre  voudront  être  bénies  enta  d'eau,  qu'on  avait  creusés  du  temps 
postérité,  ^parce  qu'Abraham  a  obéi  à  d'Abraham,  son  père,  et  qu'avaient 
ma  voix,  et  qu'il  a  observé  mes  ordres,  comblés  les  Philistins  après  la  mort 
mes  commandements,  mes  statuts  et  d'Abraham;  et  il  leur  donna  les  mê- 
mes lois.  ^Et  Isaac  resta  à  Guérar.  mes  noms  que  son  père  leur  avait  don- 
'Lorsque  les  gens  du  lieu  faisaient  nés. '''Les  serviteurs  d'Isaac creusèrent 
des  questions  sur  sa  femme,  il  disait  :  encore  dans  la  vallée,  et  y  trouvèrent 
C'est  ma  sœur;  car  il  craignait,  en  di-  un  puits  d'eau  vive.  -"Les  bergers  de 
sant  ma  femme,  que  les  gens  du  lieu  Guérar  querellèrent  les  bergers  d'I- 
ne  le  tuassent,  parce  que  Rebecca  était  saac,  en  disant  :  L'eau  est  à  nous.  Et 
belle  de  ligure.  ^Comme  son  séjour  se  il  donna  au  puits  le  nom  d'Esek",  parce 
prolongeait,  il  arriva  qu'Abimélec,  roi  qu'ils  s'étaient  disputés  avec  lui.  -'Ses 
des  Philistins,  regardant  par  la  fenê-  serviteurs  creusèrent  un  autre  puits, 
tre,  vit  Isaac  qui  plaisantait  avec  Re-  au  sujet  duquel  on  chercha  aussi  une 
becca,  sa  femme.  ^Abimélec  fit  appeler  querelle;  et  il  l'appela  Situa*. -"-Il  se 
Isaac,  et  dit  :  Certainement,  c'est  ta  transporta  de  là,  et  creusa  un  autre 
femme.  Comment  as-tu  pu  dire  :  C'est  puits,  pour  lequel  on  ne  chercha  pas 
ma  sœur?  Isaac  lui  répondit  :  J'ai  parlé  querelle  ;  et  il  l'appela  Rehoboth'',  car, 
ainsi,  de  peur  de  mourir  à  cause  d'elle,  dit-il,  l'Eternel  nous  a  maintenant  mis 
'"Et  Abimélec  dit  :  Qu'est-ce  que  tu  au  large,  et  nous  prospérerons  dans  le 
nous  as  fait?  Peu   s'en  est  fallu  que  pays. 

quelqu'un  du  peuple  n'ait  couché  avec  -''Il  remonta  de  là  à  Beer-Schéba. 

ta  femme,  et  tu  nous  aurais  rendus  cou-  -^L'Eternel  lui  apparut  dans  la  nuit,  et 

pables.  "Alors  Abimélec  fit  cette  or-  dit  :  Je  suis  le  Dieu  d'Abraham,  ton 


a.  Eseh  signifie  dispute. 
mot  qui  signifie  largeur. 


b.  Situa  dérive  d'un  mot  qui  signifie  ennemi,  adversaire.        c.  Relioboth  dérive  d'un 


27 


Chap.  2G,  ^5-27,  is. 


GENESE. 


père;  ne  crains  point,  car  je  suis  avec  fils!  Et  il  lui  répondit  :  Me  voici!  ^Isaac 
toi;  je  te  bénirai,  et  je  multiplierai  ta  dit:  Voici  donc,  je  suis  vieux,  jene  con- 
postérité,  à  cause  d'Abraham,  mon  nais  pas  le  jour  de  ma  mort.  ^Mainte- 
serviteur.  ^^11  bâtit  là  un  autel,  invo-  nant  donc,  je  te  prie,  prends  tes  armes, 
qua  le  nom  de  rÉternel,  et  y  dressa  sa  ton  carquois  et  ton  arc,  va  dans  les 
tente.  Et  les  serviteurs  d'Isaac  y  creu-  champs,  et  chasse-moi  du  gibier.  *Fais- 
sèrent  un  puits.  moi  un  mets  comme  j'aime,  et  ap- 
^'^Abimélec  vint  de  Guérar  auprès  de  porte-le-moi  à  manger,  afin  que  mon 
lui,  avec  Ahuzath,  son  ami,  et  Picol,  àme  te  bénisse  avant  que  je  meure. 


chef  de  son  armée.  "Isaac  leur  dit  : 
Pourquoi  venez-vous  vers  moi,  puis- 
que vous  me  haïssez  et  que  vous  m'a- 
vez renvoyé  de  chez  vous? -^Ils  répon- 
dirent :  Nous  voyons  que  l'Eternel  est 
avec  toi.  C'est  pourquoi  nous  disons  : 
Qu'il  y  ait  un  serment  entre  nous,  en- 


^Rebecca  écouta  ce  qu'Isaac  disait  à 
Esaii,  son  fils.  Et  Esaû  s'en  alla  dans 
les  champs,  pour  chasser  du  gibier  et 
pour  le  rapporter. 

^Puis  Rebecca  dit  à  Jacob,  son  fils  : 
Voici,  j'ai  entendu  ton  père  qui  parlait 
ainsi  à  Esaû,  ton  frère  :  "Apporte-moi 


tre  nous  et  toi,  et  que  nous  fassions  du  gibier,  et  fais-moi  un  mets  que  je 

alliance  avec  toi  !  ^Mure  que  tu  ne  nous  mangerai  ;  et  je  te  bénirai  devant  l'E- 

feras  aucun  mal,  de  même  que  nous  ne  lernel  avant   ma   mort.    ^Maintenant, 

t'avons  point  maltraité,  que  nous  t'a-  mon  fils,  écoute  ma  voix  à  l'égard  de 

vons  fait  seulement  du  bien,  et  que  ce  que  je  te  commande.  ^Va  me  pren- 

nous  t'avons  laissé  partir  en  paix.  Tu  dreau  troupeau  deux  bons  chevreaux  ; 

es  maintenant  béni  de  l'Eternel.  ""Isaac  j'en  ferai  pour  ton  père  un  metscomme 

leur  fit  un  festin,  et  ils  mangèrent  et  il  aime;  "et  tu  le  porteras  à  manger  à 

burent.  "  Ils  se  levèrent  de  bon  matin,  ton  père,   afin  qu'il  te  bénisse  avant 

et  se  lièrent  l'un  à  l'autre  par  un  ser-  sa  mort.  "Jacob  répondit  à  sa  mère  : 

ment.  Isaac  les  laissa  partir,  et  ils  le  Voici,  Esaû,  mon  frère,  est  velu,  et  je 

quittèrent  en  paix.  n'ai  point  de  poil.  '-Peut-être  mon  père 

'-Ce  même  jour,  des  serviteurs  d'I-  me  touchera-t-il,  et  je  passerai  à  ses 


saac  vinrent  lui  parler  du  ]iuits  qu'ils 
creusaient,  et  lui  dirent  :  Nous  avons 
trouvé  de  l'eau.  '-'Et  il  l'appela  Schiba. 


yeux  pour  un  menteur,  et  je  ferai  ve- 
nir sur  moi  la  malédiction,  et  non  la 
bénédiction.  ''Sa  mère  lui  dit  :  Que 


C'est  pourquoi  on  a  donné  à  la  ville  le  cette  malédiction,  mon  fils,  retombe 
nom  de  Beer-Schéba",  jusqu'à  ce  jour,  sur  moi!  Écoute  seulement  ma  voix, 
'''Esaû,  âgé  de  quarante  ans,  prit  et  va  me  les  prendre.  '■'Jacob  alla  les 
pour  femmes  Judith,  fille  de  Beéri,  le  prendre,  et  les  apporta  à  sa  mère,  qui 
Héthien,  et  Basmath ,  fille  d'Elon,  le  fit  un  mets  comme  son  père  aimait. 
Héthien.  '^ Elles  furent  un  sujet  d'à-  '^Ensuite,  Rebecca  prit  les  vêtements 
mertume  pour  le  cœur  d'Isaac  et  de  d'Esaû,  son  fils  aîné,  les  plus  beaux, 
Rebecca.  qui  se  trouvaient  à  la  maison,  et  elle 

les  fit  mettre  à  Jacob ,  son  fils  cadet. 
'^Elle  couvrit  ses  mains  de  la  peau  des 
chevreaux,  et  son  cou  qui  était  sans 
poil.  ''Et  elle  plaça  dans  la  main  de  Ja- 


Jacob  béni  par  son  père  Isaac. 

Chap.    XXVII.         '  Isaac   devenait 


vieux,  et  ses  yeux  s'étaient  affaiblis  au      cob,  son  fils,  le  mets  et  le  pain  qu'elle 

point  qu'il  ne  voyait  plus.  Alors  il  ap-     avait  préparés. 

pela  Ésaû,  son  fils  aîné,  et  lui  dit  :  Mon  "*I1  vint  vers  son  père,  et  dit  :  Mon 


a.  Ueer-Schéba  signifie  puits  du  serment.  Voy.  21,  3i. 


28 


GENESE. 


Chap.  27,  w-3 


■39. 


pèro!  Etisaac  dit  :  Me  voici  !  quies-lu,  le  reconnut  pas,  parce  que  ses  mains 

mon  filsP'Uacob  répondit  à  son  père  :  étaient  velues,  comme  les  mains  d'E- 

Je  suis  Esaii,  ton  lils  aîné;  j'ai  fait  ce  saii,  son  frère;  et  il  le  bénit.  **11  dit  : 

que  tu  m'as  dit.  Lève-toi,  je  te  prie,  C'est  toi  qui  es  mon  fils  Esaii.  Et  Jacob 

assieds-toi,  et  mange  de  mon  gibier,  répondit:  C'est  moi.  -^Isaac  dit:  Sers- 

afin  que  ton  âme  me  bénisse.  '-"Isaac  moi,  et  (jue  je  mange  du  gibier  de  mon 

dit  à  son  fils  :  Eh  quoi!  tu  en  as  déjà  fils,  afin  que  mon  àme  te  bénisse.  Ja- 

trouvé,  mon  fds  !  Et  Jacob  ré])onilit  :  cob  le  servit,  et  il  mangea;  il  lui  ap- 

C'est  que  l'Eternel,  ton  Dieu,  l'a  fait  porta  aussi  du  vin,  et  il  but. 
venir  devant  moi.  -'Isaac  dit  à  Jacob  :  -^Alors  Isaac,  son  père,  lui  dit  :  Ap- 

Approche  donc,  et  que  je  te  touche,  proche  donc,  et  baise-moi,  mon  fds. 

mon  fds,  pour  savoir  si  tu  es  mon  fds  "Jacob  s'approcha,  et  le  baisa.  Isaac 

Esaii,  ou  non.  --Jacob  s'approcha  d'I-  sentit  l'odeur  de  ses  vêtements;  puis 

saac,  son  père,  qui  le  toucha,  et  dit  :  il  le  bénit,  et  dit  :  ^'^oici,  l'odeur  de 

La  voix  est  la  voix  de  Jacob,  mais  les  mon  fds  est  comme  l'odeur  d'un  champ 

mains  sont  les  mains  d'Esaii.  -^11  ne  que  l'Eternel  a  béni. 

-*Que  Dieu  te  donne  de  la  rosée  du  ciel 
Et  de  la  graisse  de  la  terre. 

Du  blé  et  du  vin  en  abondance  ! 

-"Que  des  peuples  te  soient  soumis, 
Et  que  des  nations  se  prosternent  devant  toi  ! 
Sois  le  maître  de  tes  frères. 
Et  que  les  fils  de  ta  mère  se  prosternent  devant  toi  ! 

Maudit  soit  quiconque  te  maudira. 
Et  béni  soit  quiconcpie  te  bénira. 

^"Isaac  avait  fini  de  bénir  Jacob,  et  père  !  ^'^Isaac  dit  :  Ton  frère  est  venu 

Jacob  avait  à  peine  quitté    son    ])ère  avec  ruse,  et  il  a  enlevé  ta  bénédic- 

Isaac,  cju'Esaii,  son  frère,  revint  de  la  tion.   ^Milsaii  dit  :   Est-ce  parce  (|u'on 

chasse.  ^'11  fit  aussi  un  mets,  qu'il  porta  l'a  appelé  du  nom  de  Jacob  qu'il  m'a 

à  son  père;  et  il  dit  à  son  père  :  Que  siqiplanté  deux  fois"?  11  a  enlevé  mon 

mon  père  se  lève  et  mange  du  gibier  de  droit  d'aînesse,   et  A^oici   maintenant 

son  fds,  afin  que  ton  àme  me  bénisse!  qu'il  vient  d'enlever  ma  bénédiction. 

^-Isaac,  son  père,  lui  dit  :  Qui  es-tu?  Et  Et  il  dit  :  N'as-tu  point  réservé  de  bé- 

il  répondit:  Je  suis  ton  fds  aîné,  Esaii.  nédiction  pour  moi?  ^'Isaac  répondit, 

'^Isaac  fut  saisi  d'une  grande,   d'une  et  dit  à  l-lsaii  :  \'oici,  je  l'ai  établi  ton 

violente  émotion,  et  il  dit  :  Qui  est  maître,  et  je  lui  ai  donné  tous  ses  frè- 

donc  celui  cjui  a  chassé  du  gibier,  et  res  pour  serviteurs,  je  l'ai  pourvu  de 

me  l'a  apporté  ?  J'ai  mangé  de  tout  blé  et  de  vin  :  que  puis-je  donc  faire 

avant  que  tu  vinsses,  et  je  l'ai  béni.  pourtoi,monfils?'^Esaiiditàsonpère: 

Aussi  sera-t-il  béni.  ^^ Lorsque  Esau  en-  N'as-tu  que  cette  seule  bénédiction, 

tendit  les  paroles  de  son  père,  il  poussa  mon  père  ?  Bénis-moi  aussi,  mon  père  ! 

de  forts  cris,  pleins  d'amertume,  et  il  Et  Esaii  éleva  la  voix,  et  pleura.^'' Isaac, 

dit  à  son  père  :  Bénis-moi  aussi,  mon  son  père,  répondit,  et  lui  dit  :  ^'oici  ! 

Ta  demeure  sera  privée  de  la  graisse  de  la  terre 
Et  de  la  rosée  du  ciel,  d'en  haut. 


a.  Voy.  25,  20. 


29 


Chap.  27,  w-28, 15. 


GENESE. 


■"■Tu  vivras  de  ton  épée, 
Et  tu  seras  asservi  à  ton  frère; 

Mais  en  errant  librement  çà  et  là, 
Tu  briseras  son  joug  de  dessus  ton  cou. 

"Esaû  conçut  de  la  haine  contre  Ja-  le  pays  où  tu  habites  comme  étranger, 
cob,  à  cause  de  la  bénédiction  dont  et  qu'il  a  donné  à  Abraham  !  ^Et  Isaac 
son  père  l'avait  béni  ;  et  Esaû  disait  en  fit  partir  Jacob,  qui  s'en  alla  à  Paddan- 
son  cœur  :  Les  jours  du  deuil  de  mon  Aram,  auprès  de  Laban,  fils  de  Re- 
père vont  approcher,  et  je  tuerai  Ja-  thuel,  l'Araméen,  frère  de  Rebecca, 
cob,  mon  frère.  *'^0n  rapporta  à  Re-  mère  de  Jacob  et  d'Esaii. 
becca  les  paroles  d'Esaû,  son  fils  aîné.  *Esaû  vit  qu'Isaac  avait  béni  Jacob, 
Elle  fit  alors  appeler  Jacob,  son  fils  et  qu'il  l'avait  envoyé  à  Paddan-Aram 
cadet,  et  elle  lui  dit  :  Voici,  Ésaû,  ton  pour  y  prendre  une  femme,  et  qu'en 
frère,  veut  tirer  vengeance  de  toi,  en  le  bénissant  il  lui  avait  donné  cet  or- 
te  tuant.  ""^Maintenant,  mon  fils,  écoute  dre  :  Tu  ne  prendras  pas  une  femme 
ma  voix!  Lève-toi,  fuis  chez  Laban,  parmi  les  filles  de  Canaan.  'Il  vit  que 
mon  frère,  à  Gharan;  "et  reste  auprès  Jacob  avait  obéi  à  son  père  et  à  sa 
de  lui  quelque  temps,  jusqu'à  ce  que  mère,  et  qu'il  était  parti  pour  Paddan- 
la  fureur  de  ton  frère  s'apaise,  *^jus-  Aram.  *Esau  comprit  ainsi  que  les  fil- 
qu'à  ce  que  la  colère  de  ton  frère  se  les  de  Canaan  déplaisaient  à  Isaac,  son 
détourne  de  toi,  et  qu'il  oublie  ce  que  père.  ^Et  Esaû  s'en  alla  vers  Ismaël. 


tu  lui  as  fait.  Alors  je  te  ferai  revenir. 
Pourquoi  serais-je  privée  de  vous  deux 


en  un  même  jour? 

**Rebecca  dit  à  Isaac  :  Je  suis  dé- 
goûtée de  la  vie,  à  cause  des  filles  de 
Heth.  Si  Jacob  prend  une  femme,  com- 
me celles-ci",  parmi  les  filles  de  Ileth, 


Il  prit  pour  femme,  outre  les  femmes 
qu'il  avait,  Mahalath,  fille  d'Ismaël, 
fils  d'Abi'aham,  et  sœur  de  Nebajoth. 
'"Jacob  partit  de  Reer-Schéba,  et 
s'en  alla  à  Charan.  "Il  arriva  dans  un 
lieu,  où  il  passa  la  nuit;  car  le  soleil 
était  couché.  Il  y  prit  une  pierre,  dont 


a  vie; 


parmi  les  filles  du  pays,  à  quoi  me  sert     il  fit  son  chevet,  et  il  se  coucha  dans 

ce  lieu-là.  '-Il  eut  un  songe.  Et  voici, 
une  échelle  était  appuyée  sur  la  terre, 
et  son  sommet  touchait  au  ciel.  Et  voi- 
ci, les  anges  de  Dieu  montaient  et  des- 
cendaient par  cette  échelle.  ''Et  voici, 
l'Eternel  se  tenait  au-dessus  d'elle;  et 


Fuite  de  Jacob  en  Mésopotamie.  —  Vision 
de  l'échelle. 


Chap.  XXVIII.  'Isaac  appela  Ja- 
cob, le  bénit,  et  lui  donna  cet  ordre  : 
Tu  ne  prendras  pas  une  femme  parmi  il  dit  :  Je  suis  l'Éternel,  le  Dieu  d'Abi-a- 
les  filles  de  Canaan.  ^Lève-toi,  va  à  ham,  ton  père,  et  le  Dieu  d'Isaac.  La 
Paddan-Aram,  à  la  maison  de  Bethuel,  terre  sur  laquelle  tu  es  couché,  je  la 
père  de  ta  mère,  et  prends-y  une  femme  donnerai  à  toi  et  à  ta  postérité.  '""Ta 
d'entre  les  filles  de  Laban,  frère  de  ta  postérité  sera  comme  la  poussière  de 
mère.  'Que  le  Dieu  tout-puissant  te  la  terre;  tu  t'étendras  à  l'occident  et  à 
bénisse,  te  i-ende  fécond  et  te  multi-  l'orient,  au  septentrion  et  au  midiyet 
plie,  afin  que  tu  deviennes  une  multi-  toutes  les  familles  de  la  terre  seront 
tude  de  peuples  !  *Qu'il  te  donne  la  bénies  en  toi  et  en  ta  postérité.  '^Voi- 
bénédiction  d'Abraham,  à  toi  et  à  ta  ci,  je  suis  avec  toi,  je  te  garderai  par- 
postérité  avec  toi,  afin  que  tu  possèdes  tout  où  tu  ii"as,  et  je  te  ramènerai  dans 

a.  Ses  belles-filles,  femmes  d'EsaU,  26,  31. 

30 


GENESE. 


Chap.  â8, 16-29, 20. 


ce  pays;  car  je  ne  t'abandonnerai  point,  voici  Rachel,  sa  fille,  qui  vient  avec  le 
que  je  n'aie  exécuté  ce  que  je  te  dis.  troupeau.  'Il  dit  :  Voici,  il  est  encore 
"Jacob  s'éveilla  de  son  sommeil,  et  grand  jour,  et  il  n'est  pas  temps  de 
il  dit:  Certainement,  l'Eternel  est  en  rassembler  les  troupeaux;  abreuvez 
ce  lieu,  et  moi,  je  ne  le  savais  pas  !  '"Il  les  brebis,  puis  allez,  et  faites-les  pai- 
ent peur,  et  dit  :  Que  ce  lieu  est  re-  tre.  ''Ils  répondirent  :  Nous  ne  le  pou- 
doutable  !  C'est  ici  la  maison  de  Dieu,  vons  pas,  jusqu'à  ce  que  tous  les  trou- 
c'est  ici  la  poi'te  des  cieux  !  "*Et  Jacob  peaux  soient  rassemblés  ;  c'est  alors 
se  leva  de  bon  matin  ;  il  prit  la  pierre  qu'on  roule  la  pierre  de  dessus  l'ou- 
dont  il  avait  fait  son  chevet,  il  ladres-  verture  du  puits,  et  qu'on  abreuve  les 


sa  pour  monument,  et  il  versa  de  l'huile 
sur  son  sommet.  '^11  donna  à  ce  lieu  le 
nom  de  Béthel  "  ;  mais  la  ville  s'appe- 
lait auparavant  Luz.  -"Jacob  fit  un  vœu, 
en  disant  :  Si  Dieu  est  avec  moi  et  me 


brebis. 

^ Comme  il  leur  parlait  encore,  sur- 
vint Rachel  avec  le  troupeau  de  son 
père  ;  car  elle  était  bergère.  '"Lorsque 
Jacob  vit  Rachel,  fdle  de  Laban,  frère 


garde  pendant  ce  voyage  que  je  fais,  de  sa  mère,  et  le  troupeau  de  Laban, 
s'il  me  donne  du  pain  à  manger  et  des  frère  de  sa  mère,  il  s'approcha,  roula  la 
habits  pour  me  vêtir,  -'et  si  je  retourne  pierre  de  dessus  l'ouverture  du  puits, 
en  paix  à  la  maison  de  mon  père,  alors  et  abreuva  le  troupeau  de  Laban,  frère 
l'Eternel  seramonDieii;  --cette pierre,  de  sa  mère.  "Et  Jacob  baisa  Rachel,  il 
que  j'ai  dressée  pour  monument,  sera  éleva  la  voix  et  pleura.  '-Jacob  apprit 
la  maison  de  Dieu  ;  et  je  te  donnerai  la  à  Rachel  qu'il  était  parent  de  son  père, 
dîme  de  tout  ce  que  tu  me  donneras,  qu'il  était  fils  de  Rebecca.  Et  elle  cou- 
rut l'annoncer  à  son  père.  '^Dès  que 
Laban  eut  entendu  parler  de  Jacob,  fils 
de  sa  sœur,  il  courut  au-devant  de  lui, 
Chap.  A'AY.V.  'Jacob  se  mit  en  il  l'embrassa  et  le  baisa,  et  il  le  fit  ve- 
marche,  et  s'en  alla  au  pays  des  fils  de  nir  dans  sa  maison.  Jacob  raconta  à 
l'Orient.  -Il  regarda.  Et  voici,  il  y  avait  Laban  toutes  ces  choses.  '*Et  Laban  lui 
un  puits  dans  les  champs;  et  voici,  il      dit  :  Certainement,  tu  es  mon  os  et  ma 


Jacob  c/iez  Laban.  —  Léa  et  Rachel. 
Les  enfants  de  Jacob. 


y  avait  à  côté  trois  troupeaux  de  bre- 
bis qui  se  reposaient,  car  c'était  à  ce 
puits  qu'on  abreuvait  les  troupeaux. 
Et  la  pierre  sur  l'ouverture  du  puits 


chair. 

Jacob  demeura  un  mois  chez  Laban. 
'^Puis  Laban  dit  à  Jacob  :  Parce  que 
tu  es  mon  parent,  me  serviras-tu  pour 


était  grande.  ^Tous  les  troupeaux  se  rien  ?  Dis-moi  c[uel  sera  ton  salaire  ? 
rassemblaient  là;  on  roulait  la  pierre  '*0r,  Laban  avait  deux  filles  :  l'aînée 
de  dessus  l'ouverture  du  puits,  on  s'appelait  Léa,  et  la  cadette  Rachel. 
abreuvait  les  troupeaux,  et  l'on  remet-  '"Léa  avait  les  yeux  délicats  ;  mais  Ra- 
tait la  pierre  à  sa  place  sur  l'ouverture      chel  était  belle  de  taille  et  belle  de 

figure.  "*Jacob  aimait  Rachel,  et  il  dit: 
Je  te  servirai  sept  ans  pour  Rachel,  ta 
fille  cadette.  ''Et  Laban  dit  :  J'aime 
mieux  te  la  donner  que  de  la  donner 
à  un  autre  homme.  Reste  chez  moi  ! 

-"Ainsi  Jacob  servit  sept  années  pour 
Rachel  ;    et   elles    furent   à  ses  yeux 


du  puits. 

■•Jacob  dit  aux  bergers 
d'où  êtes-vous  ?  Ils  répondirent 


Mes  frères, 
s  repondirent  :  Nous 


sommes  de  Charan.  ^11  leur  dit  :  Con- 
naissez-vous Laban ,  fils  de  Nachor  ? 
Ils  répondirent  :  Nous  le  connaissons. 
^11  leur  dit  :  Est-il  en  bonne  santé  ?  Ils 
répondirent  :  Il  est  en  bonne  santé;  et     comme  quelques  jours,  parce  qu'ill'ai- 

a,  Bethel  signifie  maison  de  Dieu. 


31 


Chap.  29, 21-30, 15. 


GENESE. 


mait.  ^'Ensuite  Jacob  dit  à  Laban  : 
Donne-moi  ma  femme,  car  mon  temps 
est  accompli;  et  j'irai  vers  elle.  -'^La- 
ban réunit  tous  les  gens  du  lieu,  et  fit 
un  festin.  -^Le  soir,  il  prit  Léa,  sa  fille, 
et  l'amena  vers  Jacob,  qui  s'approcha 
d'elle.  -*Et  Laban  donna  pour  servante 
à  Léa,  sa  fille,  Zilpa,  sa  servante. 

'^^Le  lendemain  matin,  voilà  que  c'é- 
tait Léa.  Alors  Jacob  dit  à  Laban  : 
Qu'est-ce  que  tu  m'as  fait  ?  N'est-ce 
pas  pour  Rachel  que  j'ai  servi  chez  toi  ? 
Pourquoi  m'as-tu  trompé  ?  -*  Laban  dit  : 
Ce  n'est  point  la  coutume  dans  ce  lieu 
de  donner  la  cadette  avant  l'aînée. 
^'Achève  la  semaine  avec  celle-ci,  et 
nous  te  donnerons  aussi  l'autre  pour 
le  service  que  tu  feras  encore  chez  moi 
pendant  sept  nouvelles  années.  "-^Jacob 
fit  ainsi,  et  il  acheva  la  semaine  avec 
Léa  ;  puis  Laban  lui  donna  jiour  femme 
Rachel,  sa  fille.  -"Et  Laban  donna  pour 
servante  à  Rachel,  sa  fille,  Bilha,  sa 
servante. 

^"Jacob  alla  aussi  vers  Rachel,  qu'il 
aimait  plus  que  Léa  ;  et  il  servit  encore 
chez  Laban  pendant  sept  nouvelles 
années. 

^'L'Eternel  vit  que  Léa  n'était  pas 
aimée;  et  il  la  rendit  féconde,  tandis 
que  Rachel  était  stérile.  ''-Léa  devint 
enceinte,  et  enfanta  un  fils,  à  qui  elle 
donna  le  nom  de  Ruben  "  ;  car  elle  dit  : 
L'Eternel  a  vu  mon  humiliation,  et 
maintenant  mon  mari  m'aimera.  ^''Elle 
devint  encore  enceinte,  et  enfanta  un 
fils,  et  elle  dit  :  L'Éternel  a  entendu 
que  je  n'étais  pas  aimée,  et  il  m'a  aussi 
accordé  celui-ci.  Et  elle  lui  donna  le 
nom  de  Siméon*.  ^■'Elle  devint  encore 
enceinte,  et  enfanta  un  fils,  et  elle  dit  : 
Pour  cette  fois,  mon  mari  s'attachera 
à  moi;  car  je  lui  ai  enfanté  trois  fils. 
C'est  pourc[uoi  on  lui  donna  le  nom  de 
Lévi''.  ^''EUe  devint  encore  enceinte, 


et  enfanta  un  fils,  et  elle  dit  :  Cette 
fois,  je  louerai  l'Eternel.  C'est  pour- 
quoi elle  lui  donna  le  nom  de  Juda'^. 
Et  elle  cessa  d'enfanter. 

Chap.  A'.YA.  'Lorsque  Rachel  vit 
qu'elle  ne  donnait  point  d'enfants  à 
Jacob,  elle  porta  envie  à  sa  sœur,  et 
elle  dit  à  Jacob  :  Donne-moi  des  en- 
fants, ou  je  meurs  !  -La  colère  de  Jacob 
s'enflamma  contre  Rachel,  et  il  dit  : 
Suis-je  à  la  place  de  Dieu,  qui  t'em- 
pêche d'être  féconde  ?  ^Elle  dit  :  Voici 
ma  servante  Bilha  ;  va  vers  elle  ;  qu'elle 
enfante  sur  mes  genoux,  et  que  par 
elle  j'aie  aussi  des  fils.  ''Et  elle  lui 
donna  pour  femme  Bilha,  sa  servante; 
et  Jacob  alla  vers  elle.  ^Bilha  devint 
enceinte,  et  enfanta  un  fils  à  Jacob. 
"Rachel  dit  :  Dieu  m'a  rendu  justice, 
il  a  entendu  ma'voix,  et  il  m'a  donné 
un  fils.  C'est  pourquoi  elle  l'appela  du 
nom  de  Dan''.  'Bilha,  servante  de  Ra- 
chel, devint  encore  enceinte,  et  en- 
fanta un  second  fils  à  Jacob.  *  Rachel 
dit  :  J'ai  lutté  divinement  contre  ma 
sœur,  et  j'ai  vaincu.  Et  elle  l'appela  du 
nom  de  Nephthali  f. 

"Léa,  voyant  qu'elle  avait  cessé  d'en- 
fanter, prit  Zilpa,  sa  servante,  et  la 
donna  pour  femme  à  Jacob.  '"Zilpa, 
servante  de  Léa,  enfanta  un  fils  à  Ja- 
cob. "Léa  dit  :  Quel  bonheur  !  Et  elle 
l'appela  du  nom  de  Gad<^.  '-Zilpa,  ser- 
vante de  Léa,  enfanta  un  second  fils  à 
Jacob.  "Léa  dit  :  Que  je  suis  heureuse  ! 
car  les  filles  me  diront  heureuse.  Et 
elle  l'appela  du  nom  d'Aser''. 

"Ruben  sortit  au  temps  de  la  mois- 
son des  blés,  et  trouva  des  mandra- 
gores '  dans  les  champs.  Il  les  apporta 
à  Léa,  sa  mère.  Alors  Rachel  dit  à  Léa  : 
Donne-moi,  je  te  prie,  des  mandra- 
gores de  ton  fils.  '^Elle  lui  répondit  : 
Est-ce  peu  que  tu  aies  pris  mon  mari, 
pour  que  tu  prennes  aussi  les  man- 


-  a,  Ruben  dérive  de  deux  mots  qui  siguificnt  voyez  un  fîh  !  h.  Sinicon.  d'un  mot  qui  sif^nifie  entendre, 
exaucer.  c.  Lét'i^  d'un  mot  qui  sig-nifie  s'attacher.  d,  Juda,  de  doux  mots  qui  signilient  louan<^e  de  l'Eier- 
net.  e.  Dan.  d'un  mot  qui  sif^nifio  jti^er.  rendre  justice.  f.  yepidliatl.  d'un  mut  qui  signifie  lutter.  g.  Gad 
siji^nifie  honlieur.       h.  .iser  signilie  Iteureus.         i.  Mandragores,  nom  d'une  plante. 

32 


GENESE. 


Chap.  30,  të-'d. 


drapores  de  mon  fils  ?  Et  Rachcl  dit  :  Jacob  répondit  :  Tu  ne  me  donneras 
YA\  bien  !  il  couchera  avec  toi  cette  rien.  Si  tu  consens  à  ce  que  je  vais  te 
nuit  ])our  les  mandragores  de  ton  fds.  dire,  je  ferai  paître  encore  ton  trou- 
'^Le  soir,  comme  Jacob  revenait  des  peau  et  je  le  garderai.  ^*Je  parcourrai 
champs,  Léa  sortit  à  sa  rencontre,  et  aujourd'hui  tout  ton  troupeau;  mets  à 
dit  :  C'est  vers  moi  que  tu  viendras,  part  parmi  les  brebis  tout  agneau  ta- 
car  je  t'ai  acheté  pour  les  mandragores  cheté  et  marqueté  et  tout  agneau  noir, 
de  mon  fils.  Et  il  coucha  avec  elle  cette  et  parmi  les  chèvres  tout  ce  qui  est 
nuit.  '"Uieu  exauça  Léa,  qui  devint  en-  marqueté  et  tacheté.  Ce  sera  mon  sa- 
ceinte,  et  enfanta  un  cinquième  fils  à  laire.  '^Ma  droiture  répondra  pour  moi 
Jacob.  "*Léa  dit:  Dieu  m'adonne  mon  demain,  cjuand  tu  viendras  voir  mon 
salaire,  parce  que  j'ai  donné  ma  ser-  salaire;  tout  ce  qui  ne  sera  pas  tacheté 
vante  à  mon  mari.  Et  elle  l'appela  du  et  marqueté  parmi  les  chèvres,  et  noir 
nom  d'Issacar".  '^Léa  devint  encore  parmi  les  agneaux,  ce  sera  de  ma  part 
enceinte,  et  enfanta  un  sixième  fils  à  un  vol.  ''Laban  dit  :  Eh  bien  !  qu'il  en 
Jacob.  -"Léa  dit  :  Dieu  m'a  fait  un  beau  soit  selon  ta  parole.  ^^Ce  même  jour  il 
don;  cette  fois  mon  mari  habitera  avec  mit  à  part  les  boucs  rayés  et  marque- 
moi,  car  je  lui  ai  enfanté  six  fils.  Et  elle  tés,  toutes  les  chèvres  tachetées  et 
l'appela  du  nom  de  Zabulon*.  -'En-  marquetées,  toutes  celles  où  il  y  avait 
suite,  elle  enfanta  une  fille,  qu'elle  du  blanc,  et  tout  ce  qui  était  noir  par- 
appela  du  nom  de  Dina.  mi  les  brebis.   Il  les  remit  entre  les 

"DieusesouvintdeRacheLill'exau-  mains  de  ses  fils.  ='^Puis  il  mit  l'espace 

ça,  et  il  la  rendit  féconde.  -•'Elle  devint  de  trois  journées  de  chemin  entre  lui 

enceinte,  et  enfanta  un  fils,  et  elle  dit  :  et  Jacob;  et  Jacob  fit  paître  le  reste  du 

Dieu  a  enlevé  mon  opprobre.  -''Et  elle  trou|:)cau  de  Laban. 

lui  donna  le  nom  de  Joseph'',  en  di-  ^^Jacob  prit  des  branches  vertes  de 

sant  :  (^)ue  l'Eternel  m'ajoute  un  autre  jjeuplier,  d'amandier  et  de  platane;  il 

fils  !  y  pela  des  bandes  blanches,  mettant  à 

-'Lorsque  Rachel  eut  enfanté  Joseph,  nu  le  blanc  qui  était  sur  les  branches. 
Jacob  dit  à  Laban  :  Laisse-moi  partir,  ■*'*Puis  il  plaça  les  branches,  qu'il  avait 
pour  que  je  m'en  aille  chez  moi,  dans  pelées,  dans  les  auges,  dans  les  abreu- 
mon  })ays.  -*Donne-moi  mes  femmes  voirs,  sous  les  yeux  des  brebis  qui  ve- 
et  mes  enfants,  pour  lesquels  je  t'ai  naient  boire,  pour  qu'elles  entrassent 
servi,  et  je  m'en  irai  ;  car  tu  sais  quel  en  chaleur,  en  venant  boire.  ^^Les  bre- 
service  j'ai  fait  pour  toi.  -'Laban  lui  bis  entraient  en  chaleur  près  des  bran- 
dit :  Puissé-je  trouver  grâce  à  tes  yeux  !  ches,  et  elles  faisaient  des  petits  rayés. 
Je  vois  bien  que  l'Eternel  m'a  béni  à  tachetés  et  marquetés. ''"Jacob  sé|)arait 
cause  de  toi;  '*'fixe-moi  ton  salaire,  et  les  agneaux,  et  il  mettait  ensemble  ce 
je  te  le  donnerai.  -^Jacob  lui  dit  :  Tu  (|ui  était  rajé  et  tout  ce  qui  était  noir 
sais  comment  je  t'ai  servi,  et  ce  qu'est  dans  le  troupeau  de  Laban.  11  se  fit 
devenu  ton  troupeau  avec  moi;  ^"car  ainsi  des  troupeaux  à  part,  qu'il  ne 
le  peu  que  tu  avais  avant  moi  s'est  réunit  point  au  troupeau  de  Laban. 
beaucoup  accru,  et  l'Éternel  t'a  béni  '"Toutes  les  fois  que  les  brebis  vigou- 
sur  mes  pas.  Maintenant,  quand  tra-  reuses  entraient  en  chaleur,  Jacob  pla- 
vaillerai-je  aussi  pour  ma  maison  ?  çait  les  branches  dans  les  auges,  sous 
''Laban  dit  :  Que  te  donnerai-jc?  Et  les  yeux  des  brebis,  pour  qu'elles  en- 

n.  Issncar.  d'un  mot  qui  signifie  sa/aire,  recompense.  b.   ZahuUin.  d'un  mot  qui  signifie  habiter.       c.  Jo.ie/i/i 

peut  dériver  d'un  mot  qui  signifie  ajouter,  ou  d'un  mot  qui  signifie  enlever. 

33  3* 


Chap.  30, 1,2-31, 25. 


GENESE 


trassent  en  chaleur  près  des  branches. 
*^ Quand  les  brebis  étaient  chétives,  il 
ne  les  plaçait  point;  de  sorte  que  les 
chétives  étaient  pour  Laban,  et  les  vi- 
goureuses pour  Jacob. 

''•''Cet  homme  devint  de  plus  en  plus 
riche;  il  eut  du  menu  bétail  en  abon- 
dance, des  servantes  et  des  serviteurs, 
des  chameaux  et  des  ânes. 


Départ  de  Jacob  pour  Canaan.  —  Poursuite  de 
Laban.  —  Message  auprès  d'Esaii.  —  Lutte 
de  Jacob.  —  Réconciliation  avec  Esail.  — 
Arrivée  en  Canaan.  — Dina  elles  Sichémites. 
—  Retour  de  Jacob  chez  son  père.  —  Mort 
d'Isaac. 

Chap.  XXXI.  'Jacob  entendit  les 
propos  des  fils  de  Laban,  qui  disaient  : 
Jacob  a  pris  tout  ce  qui  était  à  notre 
père,  et  c'est  avec  le  bien  de  notre  père 
qu'il  s'est  acquis  toute  cette  richesse. 
^Jacob  remarqua  aussi  le  visage  de  La- 
ban ;  et  voici,  il  n'était  plus  envers  lui 
comme  aupai'avant. 

'Alors  l'Éternel  dit  à  Jacob  :  Re- 
tourne au  pays  de  tes  pères  et  dans 
ton  lieu  de  naissance,  et  je  serai  avec 
toi.  ^Jacob  fit  appeler  Rachel  et  Léa, 
qui  étaient  aux  champs  vers  son  trou- 
peau. ^11  leur  dit  :  Je  vois,  au  visage 
de  votre  père,  qu'il  n'est  plus  envers 
moi  comme  auparavant;  mais  le  Dieu 
de  mon  père  a  été  avec  moi.  ^Vous  sa- 
vez vous-mêmes  que  j'ai  servi  votre 
père  de  tout  mon  pouvoir.  'Et  votre 
père  s'est  joué  de  moi,  et  a  changé  dix 
fois  mon  salaire  ;  mais  Dieu  ne  lui  a  pas 
permis  de  me  faire  du  mal.  *  Quand  il 
disait  :  Les  tachetées  seront  ton  sa- 
laire, toutes  les  brebis  faisaient  des 
petits  tachetés.  Et  quand  il  disait:  Les 
rayés  seront  ton  salaire,  toutes  les  bre- 
bis faisaient  des  petits  rayés.  ^Dieu  a 
pris  à  votre  père  son  troupeau,  et  me 
l'a  donné.  '°Au  temps  où  les  brebis 
entraient  en  chaleur,  je  levai  les  yeux, 
et  je  vis  en  songe  que  les  boucs  qui 

a.  Idules  duuiesliques,  ayant  la  forme  de  âiatues. 


couvraient  les  brebis  étaient  rayés,  ta- 
chetés et  marquetés.  "Et  l'ange  de 
Dieu  me  dit  en  songe  :  Jacob  !  Je  ré- 
pondis :  Me  voici  !  '-Il  dit  :  Lève  les 
yeux,  et  regarde  :  tous  les  boucs  qui 
couvrent  les  brebis  sont  rayés,  tache- 
tés et  marquetés;  car  j'ai  vu  tout  ce 
que  te  fait  Laban.  '•''Je  suis  le  Dieu  de 
Béthel,  où  tu  as  oint  un  monument, 
où  tu  m'as  fait  un  vœu.  Maintenant, 
lève-toi,  sors  de  ce  pays,  et  retourne 
au  pays  de  ta  naissance. 

'■'Rachel  et  Léa  répondirent,  et  lui 
dirent  :  Avons-nous  encore  une  part 
et  un  héritage  dans  la  maison  de  notre 
père?  '^Ne  sommes-nous  pas  regar- 
dées par  lui  comme  des  étrangères, 
])uisqu'il  nous  a  vendues,  et  qu'il  a 
manaé  notre  argent  ?  '^ Toute  la  ri- 
chesse  que  Dieu  a  ôtée  à  notre  père 
appartient  à  nous  et  à  nos  enfants.  Fais 
maintenant  tout  ce  que  t'a  dit  Dieu. 

'"Jacob  se  leva,  et  il  fit  monter  ses 
enfants  et  ses  femmes  sur  les  cha- 
meaux. '*11  emmena  tout  son  troupeau 
et  tous  les  biens  qu'il  possédait,  le 
troupeau  qui  lui  appartenait,  qu'il 
avait  acquis  à  Paddan-Aram  ;  et  il  s'en 
alla  vers  Isaac,  son  père,  au  pays  de 
Canaan.  "Tandis  que  Laban  était  allé 
tondre  ses  brebis,  Rachel  déroba  les 
théraphim"  de  son  père;  ^"et  Jacob 
trompa  Laban,  l'Araméen,  en  ne  l'a- 
vertissant pas  de  sa  fuite.  *'I1  s'enfuit, 
avec  tout  ce  qui  lui  appartenait;  il  se 
leva,  traversa  le  fleuve,  et  se  dirigea 
vers  la  montagne  de  Galaad. 

"Le  troisième  jour,  on  annonça  à 
Laban  que  Jacob  s'était  enfui.  -'11  prit 
avec  lui  ses  frères,  le  poursuivit  sept 
journées  de  marche,  et  l'atteignit  à  la 
montagne  de  Galaad.  -■'Mais  Dieu  ap- 
parut la  nuit  en  songe  à  Laban,  l'Ara- 
méen, et  lui  dit  :  Garde-toi  de  parlera 
Jacob  ni  en  bien  ni  en  mal!  '"Laban 
atteignit  donc  Jacob.  Jacob  avait  dressé 
sa  tente  sur  la  montagne  ;  Laban  dressa 


34 


GENESE. 


Clin  p.  SI,  ■2ti-'i0. 


aussi  la  sienne,  avec  ses  frères,  sur  la  qu'as-tu  trouvé  des  effets  de  la  mai- 
montagne  de  Galaad.  son  ?  Produis-le  ici  devant  mes  frères 
"Alors  Laban  tlit  à  Jacob  :  (^u'as  tu  et  tes  frères,  et  qu'ils  ])rononcent  en- 
fait?  Pounjuoi  m'as-tu  trompé,  et  em-  tre  nous  deux,  ^'*^'oilà  vingt  ans  que 
mènes-tu  mes  filles  comme  des  cap-  j'ai  passés  chez  toi;  tes  brebis  et  tes 
tives  par  l'épée  ?  "Pourquoi  as-tu  piis  chèvres  n'ont  point  avorté,  et  je  n'ai 
la  fuite  en  cachette,  m'as-tu  trompé,  ])oint  mangé  les  béliers  de  ton  trou- 
et  ne  m'as-tu  point  averti  ?  Je  t'aurais  ])eau.  ^'■'Je  ne  t'ai  point  rajjjjorté  de 
aissé  partir  au  milieu  des  réjouissan-  bétes  déchirées,  j'en  ai  payé  le  dom- 


ces  et  des  chants,  au  son  du  tambou- 
rin et  de  la  harpe.  -*'Tu  ne  m'as  pas 
permis  d'embrasser  mes  lils  et  mes 
filles  !  C'est  en  insensé  que  tu  as  agi. 
-'■'Ma  main  est  assez  forte  pour  vous 
faire  du   mal;   mais  le  Dieu  de  votre 


mage;  tu  me  redemandais  ce  qu'on 
me  volait  de  jour  et  ce  qu'on  me  volait 
de  nuit.  '"La  chaleur  me  dévorait  pen- 
dant le  jour,  et  le  froid  pendant  la 
nuit,  et  le  sommeil  fuyait  de  mes  yeux. 
"Voilà  vingt  ans  que  j'ai  passés  dans 


braham,  celui  que  craint  Isaac,  tu 
m'aurais  maintenant  renvoyé  à  vide. 
Dieu  a  vu  ma  souffrance  et  le  travail 
de  mes  mains,  et  hier  il  a  prononcé 


])ère  m'a  dit  hier  :  Garde-toi  de  parler  ta  maison;  je  t  ai  servi  quatorze  ans 

à  Jacob  ni  en  bien  ni  en  mal!  ™Main-  ])our  tes  deux  filles,  et  six  ans  pour 

tenant  que  tu  es  parti,  parce  que  tu  ton  troupeau,  et  tu  as  changé  dix  fois 

languissais   après    la    maison    de   ton  mon  salaire.  "Si  je  n'eusse  ]ias  eu  jiour 

père,  pourquoias-tudérobémesdieux?  moi  le  Dieu  de  mon  père,  le  Dieu  d'A- 

^' Jacob  répondit,  et  dit  à  Laban  : 
J'avais  de  la  crainte  à  la  pensée  que 
tu  m'enlèverais  peut-être  tes  filles. 
'-Mais  périsse  celui  auprès  duquel  tu 

trouveras  tes  dieux  !   En  présence  de  son  jugement. 

nos  frères,  examine  ce  qui  t'appartient  '''Laban   répondit,   et  dit  à  Jacob: 

chez  moi,  et  prends-le.  Jacob  ne  sa-  Ces  filles  sont  mes  filles,  ces  enfants 

vait  pas  que  Rachel  les  eût  dérobés,  sont  mes  enfants,  ce  troupeau  est  mon 

''Laban  entra  dans  la  tente  de  Jacob,  troupeau,  et  tout  ce  que  tu  vois  est  à 

dans  la  tente  de  Léa,  dans  la  tente  des  moi.  Et  que  puis-je  faire  aujourd'hui 

deux  servantes,  et  il  ne  trouva  rien.  Il  pour  mes  filles,  ou  pour  leurs  enfants 

sortit  de  la  tente  de  Léa,  et  entra  dans  (pi'elles  ont  mis  au  monde?  "Viens, 

la  tente  de  Rachel.  '•'Rachel  avait  pris  faisons  alliance,  moi  et  toi,  et  que  cela 

les  théraphim,  les  avait  mis  sous   le  serve  de  témoignage  entre  moi  et  toi  ! 

bât  du  chameau,  et  s'était  assise  des-  ''^Jacob  prit  une  pierre,  et  il  la  dressa 

sus.  Laban  fouilla  toute  la  tente  et  ne  ])our    monument.    ^'^Jacob    dit   à    ses 

trouva  rien.  '^EUe  dit  à  son  |)ère  :  Que  frères  :  Ramassez  des  pierres.  Ils  pri- 

mon  seigneur  ne  se  fâche  point,  si  je  rent  des  jiierres,  et  firent  un  monceau  ; 

ne  puis  me  lever  devant  toi,  car  j'ai  ce  et  ils  mangèrent  là  sur  le  monceau, 

qui  est  ordinaire  aux  femmes.  Il  cher-  ''"Laban  l'ajjpela  Jegar-Sahadutha",  et 

cha,  et  ne  trouva  ])oint  les  théraphim.  Jacob   l'appela   Galed*.  ^'^Laban   dit: 

'^Jacob  s'irrita,  et  querella  Laban.  Il  Que  ce  monceau  serve  aujourd'hui  de 

reprit  la  parole,  et  lui  dit  :  Q)uel  est  témoignage   entre   moi   et   toi  !    C'est 

mon  crime,  quel  est  mon  péché,  que  ])our(|uoi  on  lui  a  donné  le   nom   de 

tu  me  poursuives  avec  tant  d'ardeur  ?  Galed.   ''"On   l'appelle  aussi   Mitsi)a<", 

'"Quand  tu  as  fouillé  tous  mes  effets,  parce  que  Laban   dit:    Que   l'Eternel 

a.  Je^ar-SaJiaduilia  signifie  en   aranif-en  monceau  du  témoii^nai^r.         h.   fja!e</  sigiiifif  en  hébreu  monceau  du 
IctnoigHage.        c.  Milspn,  dérive  d'un  mut  qui  signifie  surivUler,  cci/lcr  sur. 

35 


Chap.  S  1,30-82, 


19. 


GENESE. 


veille  sur  toi  et  sur  moi,  quand  nous  'Jacob  fut  très  effrayé,  et  saisi  d'an- 

nous  serons  l'un  et  l'autre  perdus  de  goisse.  Il  partagea  en  deux  camps  les 

vue.  ^"Si  tu  maltraites  mes  fdles,  et  si  gens  qui  étaient  avec  lui,  les  brebis, 

tu  prends  encore  d'autres  femmes,  ce  les  bœufs  et  les  chameaux;  et  il  dit: 

n'est  pas  un  homme  qui  sera  avec  nous,  *Si  Esaû  vient  contre  l'un  des  camps 

prends-y  garde,  c'est   Dieu   qui   sera  et  le  bat,  le  camp  qui  restera  pourra 

témoin  entre  moi  et  toi.  ^'Laban  dit  à  se  sauver. 

Jacob  :  Voici  ce  monceau,  et  voici  ce  ^Jacob  dit  :  Dieu  de  mon  père  Abra- 
monument  que  j'ai  élevé  entre  moi  et  ham,  Dieu  de  mon  père  Isaac,  Eternel, 
toi.  ^-Que  ce  monceau  soit  témoin  et  qui  m'as  dit  :  Retourne  dans  ton  pays 
que  ce  monument  soit  témoin  que  je  et  dans  ton  lieu  de  naissance,  et  je  te 
n'irai  point  vers  toi  au  delà  de  ce  mon-  ferai  du  bien  !  '"Je  suis  trop  petit  pour 
ceau,  et  que  tu  ne  viendras  point  vers  toutes  les  grâces  et  pour  toute  la  fidé- 
moi  au  delà  de  ce  monceau  et  de  ce  lité  dont  tu  as  usé  envers  ton  servi- 
monument,  pour  agir  méchamment,  teur;  car  j'ai  passé  ce  Jourdain  avec 
*^Que  le  Dieu  d'Abraham  et  le  Dieu  de  mon  bâton,  et  maintenant  je  forme 
Nachor  (le  Dieu  de  leur  père)  soient  deux  camps.  "Délivre-moi,  je  te  prie, 
juges  entre  nous.  Jacob  jura  par  celui  de  la  main  de  mon  frère,  de  la  main 
que  craignait  Isaac.  ^'Jacob  offrit  un 
sacrifice  sur  la  montagne,  et  il  invita 
ses  frères   à   manger 


ils  mangèrent 
donc,  et  passèrent  la  nuit  sur  la  mon- 
tagne. 


d'Esaû  !  car  je  crains  qu  il  ne  vienne, 
et  qu'il  ne  me  frappe,  avec  la  mère  et 
les  enfants.  '-Et  toi,  tu  as  dit:  Je  te 
ferai  du  bien,  et  je  rendrai  ta  postérité 
comme  le  sable  de  la  mer,  si  abon- 
^^Laban  se  leva  de  bon  matin,  baisa  dant  qu'on  ne  saurait  le  compter. 
ses  fils  et  ses  filles,  et  les  bénit.  En-  '^ C'est  dans   ce  lieu-là  que   Jacob 

suite  il  partit  pour  retourner  dans  sa      passa  la  nuit.  II  prit  de  ce  qu'il  avait 
demeure.  sous  la  main,  pour  faire  un  présent  à 

Chap.  XXXII.  'Jacob  poursuivit  Esaii  son  frère:  '■'deux  cents  chèvres 
son  chemin;  et  des  anges  de  Dieu  le  et  vingt  boucs,  deux  cents  brebis  et 
rencontrèrent.  -En  les  voyant,  Jacob  vingt  béliers,  'Hrente  femelles  de  cha- 
dit  :  C'est  le  camp  de  Dieu  !  Et  il  donna  meaux  avec  leurs  petits  qu'elles  allai- 
à  ce  lieu  le  nom  de  Mahanaïm".  taient,  quarante  vaches  et  dix  taureaux, 

^Jacob  envoya  devant  lui  des  mes-  vingt  ànesses  et  dix  ânes. '^11  les  remit 
sagers  à  Esaû,  son  frère,  au  pays  de  à  ses  serviteurs  troupeau  par  troupeau 
Séir,  dans  le  territoire  d'Edom.  ''Il  séparément,  et  il  dit  à  ses  serviteurs  : 
leur  donna  cet  ordre  :  Voici  ce  que  Passez  devant  moi,  et  mettez  un  in- 
vous  direz  à  mon  seigneur  Esaù  :  Ainsi  tervalle  entre  chaque  troupeau.  '"Il 
parle  ton  serviteur  Jacob  :  J'ai  séjourné  donna  cet  ordre  au  premier:  Quand 
chez  Laban,  et  j'y  suis  resté  jusqu'à  Esaii,  mon  frère,  te  rencontrera,  et  te 
présent;  ^j'ai  des  bœufs,  des  ânes,  des  demandera  :  A  qui  es-tu  ?  où  vas-tu  ? 
brebis,  des  serviteurs  et  des  servantes,  et  à  qui  appartient  ce  troupeau  devant 
et  j'envoie  l'annoncer  à  mon  seigneur,  toi?  '''tu  répondras:  A  ton  serviteur 
pour  trouver  grâce  à  tes  yeux.  Jacob;  C'est  un  présent  envoyé  â  mon 

*Les  messagers  revinrent  auprès  de  seigneur  Esaû;  et  voici,  il  vient  lui- 
Jacob,  en  disant  :  Nous  sommes  allés  même  derrière  nous.  '''Il  donna  le 
vers  ton  frère  Esaû;  et  il  marche  à  ta  même  ordre  au  second,  au  troisième, 
rencontre,  avec  quatre  cents  hommes,      et  à  tous  ceux  qui  suivaient  les  trou- 

fl.   Mahanaïm  sjj^iiifie  deux  cantjjs. 

36 


GENESE. 


Chap.  32,w-S3,i'. 


peaux  :  c'est  ainsi  que  vous  parlerez  à  vait,  avec  quatre  cents  hommes.  Il  ré- 

mon   seigneur   Esaii,   quand   vous   le  partit  les  enfants  entre  Léa,  Rachel  et 

rencontrerez.  -"Vous  direz  :  Voici,  ton  les  deux  servantes.  -Il  plaça  en  tête  les 

serviteur  .Jacob  vient   aussi   derrière  servantes  avec  leurs  enfants,  puis  Léa 

nous.   Car  il  se  disait:  Je  l'apaiserai  avec  ses  enfants,  et  enfin  Hachel  avec 

par  ce  présent  qui  va  devant  moi;  en-  Joseph.  ^Lui-même  passa  devant  eux; 

suite  je  le  verrai  en  face,  et  peut-être  et  il  se  prosterna  en  terre  sept  fois, 

m'accueillera-t-il  favorablement.  -'Le  jusqu'à  ce  qu'il  fût  près  de  son  frère, 

présent  passa  devant  lui;   et  il  resta  *Esau  courut  à  sa  rencontre;  il  l'em- 

cette  nuit-là  dans  le  camp.  brassa,  se  jeta  à  son  cou,  et  le  baisa. 

*-Il  se  leva  la  même  nuit,  prit  ses  Et  ils  pleurèrent, 
deux  femmes,  ses  deux  servantes,  et  ^ Esaii,  levant  les  yeux,  vit  les  feni- 

ses  onze  enfants,  et  passa  le  gué  de  mes  et  les  enfants,  et  il  dit  :  Qui  sont 

Jabbok.  --'Il  les  prit,  leur  fit  passer  le  ceux  que  tu  as  là  ?  Et  Jacob  répondit  : 

torrent,  et  le  fit  passer  à  tout  ce  qui  Ce  sont  les  enfants  que  Dieu  a  accor- 

lui  appartenait.  dés   à   ton   serviteur.    ^Les   servantes 

**Jacob    demeura    seul.     Alors    un  s'approchèrent,  elles  et  leurs  enfants, 

homme  lutta  avec  lui  jusqu'au  lever  et  se  prosternèrent;  "Léa  et  ses  en- 

de  l'aurore.  -^Voyant  qu'il  ne  |)ouvait  fants  s'approchèrent  aussi,  et  se  pros- 


ternèrent; ensuite  Joseph  et  Rachel 
s'approchèi-ent,  et  se  prosternèrent. 
''Esaii  dit;  A  quoi  destines-tu  tout  ce 
camp  que  j'ai  rencontré?  Et  Jacob 
répondit  :  A  trouver  grâce  aux  yeux 
de  mon  seigneur.  'Esaû  dit;  Je  suis 


le  vaincre,  cet  homme  le  frappa  à  l'em- 
boîture  de  la  hanche;  et  l'emboîture 
de  la  hanche  de  Jacob  se  démit  jien- 
dant  qu'il  luttait  avec  lui.  -''Il  dit; 
Laisse-moi  aller,  car  l'aurore  se  lève. 
Et  Jacob  répondit  :  Je  ne  te  laisserai 

jioint  aller,  que  tu  ne  m'aies  béni.  -'Il  dans  l'abondance,  mon  frère;  garde 
lui  dit;  Quel  est  ton  nom  !  Etilrépon-  ce  qui  est  à  toi.  '"Et  Jacob  répondit; 
dit;  Jacob.  -*I1  dit  encore:  Ton  nom  Non,  je  te  prie,  si  j'ai  trouvé  grâce  à 
ne  sera  plus  Jacob,  mais  tu  seras  appelé  tes  yeux,  accepte  de  ma  main  mon 
Israël",  car  tu  as  lutté  avec  Dieu  et  présent;  car  c'est  pour  cela  que  j'ai 
avec  des  hommes,  et  tu  as  été  vain-  regardé  ta  face  comme  on  regarde  la 
queur.  -''Jacob  l'interrogea,  en  disant:  face  de  Dieu,  et  tu  m'as  accueilli  lavo- 
Fais-moi,  je  te  prie,  connaitre  ton  rablcment.  "Accepte  donc  mon  pré- 
nom. Il  répondit:  Pourquoi  demandes-  sent  qui  t'a  été  offert,  puisque  Dieu 
tu  mon  nom  ?  Et  il  le  bénit  là.  ^" Jacob  m'a  comblé  de  grâces,  et  que  je  ne 
appela  ce  lieu  du  nom  de  Peniel*;  car,  manque  de  rien.  Il  insista  auprès  de 
dit-il,  j'ai  vu  Dieu  face  à  face,  et  mon  lui,  et  Esaii  accepta, 
àme  a  été  sauvée.  *' Le  soleil  se  levait,  '-Ésaudit:  Partons,  mettons-nous 
lorsqu'il  passa  Peniel.  Jacob  boitait  en  route;  j'irai  devant  toi.  "Jacob  lui 
de  la  hanche.  ^-C'est  pourquoi,  jusqu'à  répondit:  Mon  seigneur  sait  que  les 
ce  jour,  les  enfants  d'Israël  ne  man-  enfants  sont  délicats,  et  que  j'ai  des 
gent  j)oint  le  tendon  qui  est  à  l'em-  brebis  et  des  vaches  qui  allaitent;  si 
boiture  de  la  hanche;  car  Dieu  frappa  l'on  forçait  leur  marche  un  seul  jour, 
Jacob  à  l'emboîture  de  la  hanche,  au  tout  le  troupeau  périrait.  '''()ue  mon 
tendon.  seigneur  prenne  les  devants  sur  son 
Chap..  XXXIII.  'Jacob  leva  les  serviteur;  et  moi,  je  suivrai  lentement, 
yeux,  et  regarda;  et  voici,  Esaii  arri-  au  pas  du  troupeau  qui  me  précédera, 

a.  Israël  dérive  dfs  deux  mots  qui  signifient  lutter  avec  Dieu.         b.   Peniel  sij^nifie  face  de  Dieu, 

37 


C/iap.  83,  ir,-Si,  "21. 


GENESE. 


et  au  pas  des  enfants,  jusqu'à  ce  que 
j'arrive  chez  mon  seigneur,  à  Séir. 
'^Esaii  dit:  Je  veux  au  moins  laisser 
avec  toi  une  partie  de  mes  gens.  Et 
Jacob  répondit:  Pourquoi  cela?  Que 
je  trouve  seulement  grâce  aux  yeux 
de  mon  seigneur!  '^Le  même  jour, 
Esaù  reprit  le  chemin  de  Séir.  '"Jacob 
partit  pour  Succoth.  Il  bâtit  une  mai- 
son pour  lui,  et  il  fit  des  cabanes  pour 
ses  troupeaux.  C'est  pourquoi  l'on  a 
appelé  ce  lieu  du  nom  de  Succoth". 

"'A  son  retour  de  Paddan-Aram,  Ja- 
cob arriva  heureusement  à  la  ville  de 
Sichem,  dans  le  pays  de  Canaan,  et  il 
campa  devant  la  ville.  '^11  acheta  la 
portion  du  champ  où  il  avait  dressé 
sa  tente,  des  fils 'de  Hamor,  père  de 
Sichem,  pour  cent  kesita*.  Et  là,  il 
éleva  un  autel,  qu'il  appela  El-Élohé- 
Israël''. 

Chap.  A^\:\7F.  'Dina,  la  fille  que 
Léa  avait  enfantée  à  Jacob,  sortit  pour 
voir  les  filles  du  pays.  -Elle  fut  aper- 
çue de  Sichem,  fils  de  Ilamor,  prince 
du  pays.  Il  l'enleva,  coucha  avec  elle, 
et  la  déshonora.  ^Son  cœur  s'attacha 
à  Dina,  fille  de  Jacob  :  il  aima  la  jeune 
fille,  et  sut  parler  à  son  cœur.  ''VA  Si- 
chem dit  à  Hamor,  son  père  :  Donne- 
moi  cette  jeune  fille  pour  femme.  ^Ja- 
cob apprit  qu'il  avait  déshonoré  Dina, 
sa  fille;  et,  comme  ses  fils  étaient  aux 
champs  avec  son  troupeau,  Jacob  gar- 
da le  silence  jusqu'à  leur  retour. 

^ Hamor,  père  de  Sichem,  se  rendit 
auprès  de  Jacob  pour  lui  parler.  ^Et 
les  fils  de  Jacob  revenaient  des  champs, 
lorsqu'ils  apprirent  la  chose  ;  ces  hom- 
mes furent  irrités  et  se  mirent  dans 
une  grande  colère,  parce  que  Sichem 
avait  commis  une  infamie  en  Israël, 
en  couchant  avec  la  fille  de  Jacob,  ce 
c[ui  n'aurait  pas  dû  se  faire.  *  Ilamor 
leur  adressa  ainsi  la  parole  :  Le  cœur 

a.  Succoth    signifie   cabanes.         b.   Kesita.   poids  dur 
dii-e,  Dieu  est  te  Dieu  d'Israël. 


de  Sichem,  mon  fils,  s'est  attaché  à 
votre  fille;  donnez-la-lui  pour  femme, 
je  vous  prie.  ^Alliez-vous  avec  nous; 
vous  nous  donnerez  vos  filles,  et  vous 
prendrez  pour  vous  les  nôtres.  '"Vous 
habiterez  avec  nous,  et  le  pays  sera  à 
votre  disposition;  restez,  pour  y  tra- 
fiquer et  y  acquérir  des  propriétés. 

"  Sichem  dit  au  père  et  aux  frères 
de  Dina  :  Que  je  trouve  grâce  à  vos 
yeux,  et  je  donnerai  ce  que  vous  me 
direz.  '-Exigez  de  moi  une  forte  dot  et 
beaucoup  de  présents,  et  je  donnerai 
ce  que  vous  me  direz;  mais  accordez- 
moi  pour  femme  la  jeune  fille.  '^Les 
fils  de  Jacob  répondirent  et  parlèrent 
avec  ruse  à  Sichem  et  à  Hamor,  son 
père,  parce  que  Sichem  avait  désho- 
noré Dina,  leur  sœur.  '■'Ils  leur  dirent: 
C'est  une  chose  que  nous  ne  pouvons 
pas  faire,  que  de  donner  notre  sœur  à 
un  homme  incirconcis;  car  ce  serait 
un  opprobre  pour  nous.  "*Nous  ne 
consentirons  à  votre  désir  qu'à  la  con- 
dition que  vous  deveniez  comme  nous, 
et  que  tout  mâle  jiarmi  vous  soit  cir- 
concis. "'Nous  vous  donnerons  alors 
nos  filles,  et  nous  prendrons  pour  nous 
les  vôtres;  nous  habiterons  avec  vous, 
et  nous  formerons  un  seul  peuple. 
"Mais  si  vous  ne  voulez  pas  nous  écou- 
ter et  vous  faire  circoncire,  nous  pren- 
drons notre  fille,  et  nous  nous  en 
irons. 

'"* Leurs  paroles  eurent  l'assentiment 
de  Hamor  et  de  Sichem,  fils  de  Hamor. 
"Le  jeune  homme  ne  tarda  pas  à  faire 
la  chose,  car  il  aimait  la  fille  de  Jacob. 
Il  était  considéré  de  tous  dans  la  mai- 
son de  son  père. 

-"Hamor  et  Sichem,  son  fils,  se  ren- 
dirent à  la  porte  de  leur  ville,  et  ils 
])arlèrent  ainsi  aux  gens  de  leur  ville  : 
-'Ces  hommes  sont  paisibles  à  notre 
égard;  cpi'ils  restent  dans  le  pays,  et 
qu'ils  y  trafi([uent;  le  pays  est  assez 

ou  d'argent,  dont  la  valeur  est  inconnue.         c.  G'est-ù- 


38 


GENESE. 


Chap.  Si.Ti-So.ik. 


vaste  pour  eux.  Nous  prendrons  pour  Lève-toi,  monte  à  Bcthcl,  et  demeures- 
femmes  leurs  filles,  et  nous  leur  don-  y;  là,  tu  dresseras  un  autel  au  Dieu 
nerons  nos  filles.  --Mais  ees  hommes  qui  t'apparut,  lorsque  tu  fuyais  Ésaû 
ne  consentiront  à  habiter  avec  nous,  ton  frère. 

pour  former  un  seul  peuple,  qu'à  la  -Jacob   dit   à   sa   maison   et  à   tous 

condition  que  tout  mâle  parmi  nous  ceux  qui   étaient   avec   lui  :  Otez   les 

soit  circoncis,  comme   ils   sont  eux-  dieux  étrangers  qui  sont  au  milieu  de 

mêmes  circoncis.  -'Leurs  troupeaux,  vous,    ]nirifiez-vous,    et    changez   de 

leurs  biens  et  tout  leur  bétail  ne  se-  vêtements.    'Nous   nous   lèverons,   et 

ront-ils  pas  à  nous  ?  Acceptons  seule-  nous  monterons  à  Béthel  ;  là,  je  dres- 

ment  leur  condition,  pour  qu'ils  res-  serai  un  autel  au  Dieu  qui  m'a  exaucé 

tent  avec  nous.  dans  le  jour  de  ma  détresse,  et  qui  a 

-^Tous  ceux  qui  étaient  venus  à  la  été  avec  moi  pendant  le  voyage  que 

porte  de  la  ville  écoutèrent  Hamor  et  j'ai  fait. 

Sichem,  son  fils;  et  tous  les  mâles  se  Mis  donnèrent  à  .Jacob  tous  les  dieux 
firent  circoncire,  tous  ceux  qui  étaient  étrangersqui  étaiententre  leurs  mains, 
venus  à  la  porte  de  la  ville.  *^Le  troi-  et  les  anneaux  qui  étaient  à  leurs  oreil- 
sièmejour,pendantqu'ilsétaientsouf-  les.  Jacob  les  enfouit  sous  le  térébin- 
frants,  les  deux  fils  de  Jacob,  Siméon  the,  qui  est  près  de  Sichem.  Mùîsuite 
et  Lévi,  frères  de  Dina,  prirent  chacun  ils  partirent.  La  terreur  de  Dieu  se  ré- 
leur èpée,  tombèrent  sur  la  ville  qui  panditsurlesvillesqui  lesentouraient, 
se  croyait  en  sécurité,  et  tuèrent  tous  et  l'on  ne  poursuivit  point  les  fils  de 
les  mâles.  -Mis  passèrent  aussi  au  fil  Jacob.  'Jacob  arriva,  lui  et  tous  ceux 
de  l'épée  Hamor  et  Sichem,  son  fils  ;  qui  étaient  avec  lui,  à  Luz ,  qui  est 
ils  enlevèrent  Dina  de  la  maison  de  Béthel,  dans  le  pavs  de  Canaan. 'Il  bà- 
Sichem,  et  sortirent.  *'Les  fils  de  Ja-  tit  là  un  autel,  et  il  appela  ce  lieu  El- 
cob  se  jetèrent  sur  les  morts,  et  pil-  Béthel";  car  c'est  là  que  Dieu  s'était 
lèrent  la  ville,  parce  qu'on  avait  des-  révélé  à  lui  lorsqu'il  fuyait  son  frère, 
honoré  leur  sœur.  -Mis  prirent  leurs  *Débora,  nourrice  de  Rebecca,  mou- 
troupeaux,  leurs  bœufs  et  leurs  ânes,  l'ut;  et  elle  fut  enterrée  au-dessous  de 
ce  qui  était  dans  la  ville  et  ce  qui  était  Béthel,  sous  le  chêne  auquel  on  a  don- 
dans  les  champs;  -''ils  emmenèrent  né  le  nom  de  chêne  des  pleurs, 
comme  butin  toutes  leurs   richesses,  ^Dieu  apparut  encore  à  Jacob,  après 


leurs  enfants  et  leurs  femmes,  et  tout 
ce  qui  se  trouvait  dans  les  maisons. 

'"Alors  Jacob  dit  à  Siméon  et  à  Lévi  : 
Vous  me  troublez ,  en  me  rendant 
odieux  aux  habitants  du  pays,  aux  Ca- 


son  retour  de  Paddan-Aram,  et  il  le 
bénit.  '"Dieu  lui  dit  :  Ton  nom  est  Ja- 
cob; tu  ne  seras  plus  ap])elé  Jacob, 
mais  ton  nom  sera  Israël.  Et  il  lui  don- 
na le  nom  d'Israël.  "Dieu  lui  dit  :  Je 


nanéens  et  aux  Phérésiens.  Je  n'ai  suis  le  Dieu  tout-puissant.  Sois  fécond 
cju'un  petit  nombre  d'hommes;  et  ils  et  multiplie;  une  nation  et  une  multi- 
se  rassembleront  contre  moi,  ils  me  tude  de  nations  naîtront  de  toi,  et  des 
frapperont,  et  je  serai  détruit,  moi  et  rois  sortiront  de  tes  reins.  '-Je  te  dou- 
ma maison.  "Ils  répondirent:  Trai-  nerai  le  pays  que  j'ai  donné  à  Abraham 
tera-t-on  notre  sœur  comme  une  pros-  et  à  Isaac,  et  je  donnerai  ce  pays  à  ta 
tituée  ?  postérité  a])rès  toi. 

"F^ieu  s'éleva  au-dessus  de  lui,  dans 

Chap.  XXXV.      'Dieu  dit  à  Jacob  :  le  lieu  où  il  lui  avait  parlé.  '*Et  Jacob 

a.   C'est-à-dire,  Dieu  île  Hetliel.  Coinp.  28,  19,  et  31,  in. 

39 


Chap.  S5, 15-S6, 15. 


GENESE 


Postérité  d' lisait. 


dressa  un  monument  dans  le  lieu  où      peuple,  âgé  et  rassasié  de  jours.  Ésaû 

Dieu  lui  avait  parlé,  un  monument  de      et  Jacob,  ses  fils,  l'enterrèrent. 

pierres,  sur  lequel  il  fit  une  libation  et 

versa  de  l'huile.  "^ Jacob  donna  le  nom 

de  Béthel  au  lieu  où   Dieu   lui   avait 

parlé. 

'^lls  partirent  de  Béthel;  et  il  y  avait 


Chap.  XXXVI.  'Voici  la  postérité 
d'Esaù,  qui  est  Edom. 

-  Esaù  prit  ses  femmes  parmi  les  filles 
encore  une  certaine  distance  jusqu'à  de  Canaan  :  Ada,  fille  d'Élon,  le  Hé- 
Ephrata,  lorsque  Rachel  accoucha,  tien;  Oholibama,  fille  d'Ana,  fille  de 
"Elle  eut  un  accouchement  pénible;  Tsibeon,  le  Hévien;  ^et  Basmath,  fille 
et  pendant  les  douleurs  de  l'enfante-  d'ismaël,  soeur  de  Nebajoth.  —  ''Ada 
ment,  la  sage-femme  lui  dit  :  Ne  crains  enfanta  à  Esaii  Eliphaz;  Basmath  en- 
point,  car  tu  as  encore  un  fils!  '^Et  fanta  Réucl  ;  ^et  Oholibama  enfanta 
comme  elle  allait  rendre  l'àme,  car  elle  Jéusch,  Jaelam  et  Koré.  Ce  sont  là  les 
était  mourante,  elle  lui  donna  le  nom  fils  d'Esaii,  qui  lui  naquirent  dans  le 
deBen-Oni";  maislepèrel'appelaBen-  pays  deCanaan. — "Ésau  prit  ses  fem- 
jamin  *.  '^Rachel  mourut,  et  elle  fut  mes,  ses  fils  et  ses  filles,  toutes  les  per- 
enterrée  sur  le  chemin  d'Ephrata,  qui  sonnes  de  sa  maison,  ses  troupeaux, 
est  Bethléhem. -"Jacob  éleva  un  monu-  tout  son  bétail,  et  tout  le  bien  qu'il 
ment  sur  son  sépulcre  :  c'est  le  monu-  avait  acquis  au  pays  de  Canaan,  et  il 
ment  du  sépulcre  de  Rachel,  qui  existe  s'en  alla  dans  un  autre  pays,  loin  de 
encore  aujourd'hui.  Jacob,  son  frère.  'Car  leurs  richesses 

'-'  Israël  partit  ;  et  il  dressa  sa  tente  étaient  trop  considérables  pour  qu'ils 
au  delà  de  Migdal-Eder.  -^Pendant  demeurassent  ensemble,  et  la  contrée 
qu'Israël  habitait  cette  contrée,  Ruben  où  ils  séjournaient  ne  pouvait  plus  leur 
alla  coucher  avec  Bilha,  concubine  de      suffire   à   cause   de    leurs   troupeaux. 

^Esaû  s'établit  dans  la  montagne  de 
Séir.  Ésaù,  c'est  Edom. 

''Voici  la  postérité  d'Esaù,  père  d'E- 
dom'',  dans  la  montagne  de  Séir.'"  Voici 
les  noms  des  fils  d'Esaù  :  Eliphaz,  fils 
d'Ada,  femme  d'Esaù;  Réuel,  fils  de 
Basmath,  femme  d'Esaù.  — *'Les  fils 
d'Eliphaz  furent  :  Théman,  Omar,  Tse- 
pho,  Gaetham  et  Renaz.  '-Et  Timna 


son  père.  Et  Israël  l'apprit. 

Les  fils  de  Jacob  étaient  au  nombre 
de  douze. 

-^Fils  de  Léa  :  Ruben,  premier-né 
de  Jacob,  Siméon,  Lévi,  Juda,  Issacar 
etZabulon.  —  -■'Fils  de  Rachel  :  Joseph 
et  Benjamin.  —  -^Fils  de  Bilha,  ser- 
vante de  Rachel  :  Dan  et  Nephthali. 


^^Fils  de  Zilpa,  servante  de  Léa  :  Gad  était  la  concubine  d'Eliphaz,  fils  d'E- 

et  Azer.  saù  ;  elle  enfanta  à  Eliphaz  Amalek.  Ce 

Ce  sont  là  les  fils  de  Jacob,  qui  lui  sont  là  les  fils  d'Ada,  femme  d'Esaù. — 

naquirent  à  Paddan-Aram.  '^Voici  les  fils  de  Réuel  :  Nahath,  Zé- 

^'Jacob  arriva   auprès   d'Isaac,  son  rach,  Schamma  et  Mizza.  Ce  sont  là 

père,  à  Mamré,  à  Kirjath-Arba,  qui  est  les  fils  de  Basmath,  femme  d'Esaù.  — - 

Hébron,  ovi  avaient  séjourné  Abraham  '^Voici  les  fils  d'Oholibama,  fille  d'A- 

et  Isaac.  na,filledeTsibeon,  femme  d'Esaù  .elle 

-*Les  jours  d'Isaac  furent  de   cent  enfanta  à  Esaù  Jéusch,  Jaelam  et  Koré. 

quatre-vingts  ans.  ^^11  expira  et  mou-  '^Voici  les  chefs  de  tribus  issues  des 

rut,  et  il  fut  recueilli  auprès  de  son  fils  d'Esaù. — Voici  les  fils  d'Eliphaz, 


a.  Ben-Oni.   signifie  fils  de  douleur. 
peuple,  les  Edomites  ou  Iduméens. 


b.  Benjamin   signifie  fils  de  ma   droite. 


40 


Edom  représente  ici  le 


GENESE. 


Clin  p.  S6, 16-37,11. 


prcmioi-né  d  Ésaû  :  le  chef  Théman, 
le  ehef  Omar,  le  chefTsepho,  le  chef 
Kenaz,  '"le  chef  Koré,Iechef  Gaelham, 
le  chef  Amalek.  Ce  sont  là  les  chefs 
issus  dEliphaz,  clans  le  pays  d'Edom. 
Ce  sont  les  fils  d'Ada.  — •  '^Voici  les 
fils  de  Réuel,  fds  d'Ésaii  :  le  chef  Na- 
hath,  le  chef  Zérach,  le  chef  Schamma, 
le  chef  Mizza.  Ce  sont  là  les  chefs  is- 
sus de  Réuel,  dans  le  pays  d'Edom.  Ce 
sont  là  les  fds  de  Basmath,  femme  d'E- 
saù.  —  '*^'oici  les  fils  d'Oholibama, 
femme  dEsaii  :  le  chef  Jéusch,  le  chef 
Jaelam,  le  chef  Koré.  Ce  sont  là  les 
chefs  issus  d'Oholibama,  fdle  d'Ana, 
femme  d'Esaû.  "Ce  sont  là  les  fils  d'E- 
saû,  et  ce  sont  là  leurs  chefs  de  tribus. 
Esaû,  c'est  Edom. 

-"Voici  les  fils  de  Séir,  le  Ilorien,  an- 
ciens habitants  du  pays  :  Lothan,  Scho- 
bal,  Tsibeon,  Ana,  -'Dischon,  Etser  et 
Dischan.  Ce  sont  là  les  chefs  des  Ho- 
riens,  fils  de  Séir,  dans  le  pays  d'Edom. 

—  -^Les  fils  de  Lothan  furent  :  Ilori  et 
Hémam.LasœurdeLothan  futThimna. 

—  aayoici  les  fils  de  Schobal  :  Alvan, 
Manahath,  Ébal,  Schepho  etOnam.  — 
-^Voici  les  fils  de  Tsibeon  :  Ajja  et  Ana. 
C'est  cet  Ana  c[ui  trouva  les  sources 
chaudes  dans  le  désert,  quand  il  faisait 
paître  les  ânes  de  Tsibeon,  son  père. 

—  -''Voici  les  enfants  d'Ana  :  Dischon, 
et  Oholibama,  fille  d'Ana.  —  -"Voici 
les  fils  de  Dischon  :  Henidan,  Eschban, 
Jithran,  et  Keran.  — ■  ^^ Voici  les  fils 
d'Etser  :  Bilhan,  Zaavan,  et  Akan.  — 
'^*  Voici  les  fils  de  Dischan  :  Uts  et  Aran. 

-^Voici  les  chefs  des  Horiens  :  le  chef 
Lothan,  le  chef  Schobal,  le  chef  Tsi- 
beon, le  chef  Ana,  ^"le  chef  Dischon,  le 
chef  Etser,  le  chef  Dischan.  Ce  sont  là 
les  chefs  des  Horiens,  les  chefs  cju'ils 
eurent  dans  le  pays  de  Séir. 

''  Voici  les  rois  qui  ont  régné  dans  le 
pays  d'Edom,  avant  qu'un  roi  régnât 
sur  les  enfants  d'Israël.  — '-Bêla,  fils 
de  Beor,  régna  sur  Edom,  et  le  nom 
de  sa  ville  était  Dinhaba.  — ^'Béla  mou- 


rut ;  et  Jobab,  fils  de  Zérach,  de  Botsra, 
régna  à  sa  place.  — '^^ Jobab  mourut;  et 
Huscham,  du  pays  des  Thémanites,  ré- 
gna à  sa  place.  —  '^Huscham  mourut; 
et  Iladad,  fils  de  Bedad,  régna  à  sa 
place.  C'est  lui  qui  frappa  Madian  dans 
les  champs  de  Moab.  Le  nom  de  sa 
ville  était  Avith.  — '''Hadad  mourut;  et 
Samla,  de  Masréka,  régna  à  sa  place. 
— ^^^ Samla  mourut;  et  Saùl,  de  Reho- 
both  sur  le  fleuve,  régna  à  sa  place. 
—  ''^Saul  mourut;  et  Baal-Hanan,  fils 
d'Acbor,  régna  à  sa  place.  —  '"Baal- 
Hanan,  filsd'Acbor,  mourut;  et  Hadar 
régna  à  sa  place.  Le  nom  de  sa  ville 
était  Pau  ;  et  le  nom  de  sa  femme  Mé- 
hétabeel,  fille  de  Mathred,  fille  de  Mé- 
zahab. 

^'' Voici  les  noms  des  chefs  issus  d'E- 
saû, selon  leurs  tribus,  selon  leurs  ter- 
ritoires, et  d'après  leurs  noms  :  le  chef 
Thimna,  le  chef  Alva,  le  chef  Jetheth, 
^' le  chef  Oholibama,  le  chef  Ela,  le  chef 
Pinon,'*-le  chef  Kenaz,  le  chef  Théman, 
le  chef  Mibtsar,  '■''le  chef  Magdiel,  le 
chef  Iram.  Ce  sont  là  les  chefs  d'Edom, 
selon  leurs  habitations  clans  le  pays 
qu'ils  possédaient.  C'est  là  Esaû,  père 
d'Edom . 

Joscp/i  vendu  par  ses  frères. 

Chap.  A-YA"F//.  'Jacob  demeura 
dans  le  pays  de  Canaan,  où  avait  sé- 
journé son  père. 

-Voici  la  postérité  de  Jacob. 

Joseph,  âgé  de  dix-sept  ans,  faisait 
paître  le  troupeau  avec  ses  frères  ;  cet 
enfant  était  auprès  des  fils  de  Bilha  et 
des  fils  de  Zilpa,  femmes  de  son  père. 
Et  Joseph  rapportait  à  leur  père  leurs 
mauvais  propos.  — 'Israël  aimait  Jo- 
seph plus  que  tous  ses  autres  fils,  parce 
qu'il  l'avait  eu  dans  sa  vieillesse  ;  et  il 
lui  fit  une  tunicjue  de  plusieurs  cou- 
leurs. ^Ses  frères  virent  tpie  leur  ])ère 
l'aimait  plus  que  tous,  et  ils  le  prirent 
en  haine.  Ils  ne  pouvaient  lui  parler 
avec  amitié. 


41 


Chap.  '37,5-32. 


GENESE. 


^Joseph  eut  un  songe,  et  il  le  raconta 
à  ses  frères,  rjui  le  haïrent  encore  da- 
vantage. ^11  leur  dit  :  Ecoutez  donc  ce 
songe  que  j'ai  eu!  "Nous  étions  à  lier 
des  gerbes  au  milieu  des  champs,  et 
voici,  ma  gerbe  se  tint  debout,  et  vos 
gerbes  rentourèrent  et  se  prosternè- 
rent devant  elle.  *Ses  frères  lui  dirent  : 
Est-ce  que  tu  régneras  sur  nous?  est- 
ce  que  tu  nous  gouverneras?  Et  ils  le 
haïrent  encore  davantage,  à  cause  de 
ses  songes  et  à  cause  de  ses  paroles. 

'Il  eut  encore  un  autre  songe,  et  il 
le  raconta  à  ses  frères.  11  dit  :  J'ai  eu 
encore  un  songe!  Et  voici,  le  soleil,  la 
lune  et  onze  étoiles  se  prosternaient 
devant  moi.  '"Il  le  raconta  à  son  père 
et  à  ses  frères.  Son  père  le  réprimanda, 
et  lui  dit  :  Que  signifie  ce  songe  que  tu 
as  eu?  Faut-il  que  nous  venions,  moi, 
ta  mère  et  tes  frères,  nous  prosterner 
en  terre  devant  toi  ?"  Ses  frères  eurent 
de  l'envie  contre  lui,  mais  son  père 
srarda  le  souvenir  de  ces  choses. 

'-Les  frères  de  Jose])h  étant  allés  à 
Sichem,  ]>our  faire  paître  le  troupeau 
de  leur  père,  '^Israël  dit  à  Joseph  :  Tes 
frères  ne  font-ils  pas  paître  le  troupeau 
à  Sichem  ?  Viens,  je  veux  t'envoyer  vers 
eux.  Et  il  répondit  :  Me  voici  !  '* Israël 
lui  dit  :  Va,  je  te  prie,  et  vois  si  tes 
frères  sont  en  bonne  santé  et  si  le  trou- 
peau est  en  bon  état  ;  et  tu  m'en  appor- 
teras des  nouvelles.  Il  l'envoya  ainsi 
de  la  vallée  d'IIébron;  et  Jose|)h  alla 
à  Sichem.  '^Un  homme  le  rencontra, 
comme  il  errait  dans  les  champs.  11  le 
questionna,  en  disant  :  Que  cherches- 
tu? '^Joseph  répondit  :  Je  cherche  mes 
frères;  dis-moi,  je  te  prie,  où  ils  font 
paître  leur  troupeau.  '"Et  l'hommedit  : 
Ils  sont  partis  d'ici  ;  car  je  les  ai  en- 
tendus dire  :  Allons  à  Dothan.  Joseph 
alla  après  ses  frères,  et  il  les  trouva  à 
Dothan. 

'*Ils  le  virent  de  loin  ;  et,  avant  qu'il 
fût  près  d'eux,  ils  complotèrent  de  le 
faire  mourir.  ''Ils  se  dirent  l'un  à  l'au- 


tre :  Voici  le  faiseur  de  songes,  qui  ar- 
rive. -"Venez  maintenant,  tuons-le,  et 
jetons-le  dans  une  des  citernes;  nous 
dirons  qu'une  bète  féroce  l'a  dévoré, 
et  nous  verrons  ce  que  deviendront  ses 
songes.  ^'Ruben.  entendit  cela,  et  il  le 
délivra  de  leurs  mains.  Il  dit  :  Ne  lui 
ôtons  pas  la  vie.  '--Ruben  leur  dit  :  Ne 
répandez  point  de  sang;  jetez-le  dans 
cette  citerne  qui  est  au  désert,  et  ne 
mettez  ])as  la  main  sur  lui.  Il  avait  des- 
sein de  le  délivrer  de  leurs  mains,  pour 
le  faire  retourner  vers  son  père. 

-''Lorsque  Joseph  fut  arrivé  auprès 
de  ses  frères,  ils  le  dépouillèrent  de 
sa  tunique,  de  la  tunique  de  plusieurs 
couleurs  qu'il  avait  sur  lui.  -^Ils  le  pri- 
rent et  le  jetèrent  dans  la  citerne.  Cette 
citerne  était  vide  :  il  n'y  avait  point 
d'eau. -^  Ils  s'assirent  ensuite  pour  man- 
ger. Ayant  levé  les  yeux,  ils  virent  une 
caravane  d'Ismaélites  venant  de  Ga- 
laad;  leurs  chameaux  étaient  chargés 
d'aromates,  de  baume  et  de  myrrhe, 
qu'ils  transjiortaient  en  Egypte. -^Alors 
Juda  dit  à  ses  frères  :  Oue  ffae'nerons- 
nous  à  tuer  notre  frère  et  à  cacher  son 
sang?  -'Venez,  vendons-le  aux  Ismaé- 
lites, et  ne  mettons  pas  la  main  sur  lui, 
car  il  est  notre  frère,  notre  chair.  Et 
ses  frères  l'écoutèrent.  -*Au  passage 
des  marchands  Madianites,  ils  tirèrent 
et  firent  remonter  Joseph  hors  de  la  ci- 
terne ;  et  ils  le  vendirent  pour  vingt  si- 
cles  d'argent  aux  Ismaélites,  qui  l'em- 
menèrent en  Egypte. 

'-"Ruben  revint  à  la  citerne;  et  voici, 
Joseph  n'était  plus  dans  la  citerne.  Il 
déchira  ses  vêtements,  ^"retourna  vers 
ses  frères,  et  dit  :  L'enfant  n'y  est  plus  ! 
Et  moi,  où  irai-je?^' Ils  prirent  alors  la 
tunique  de  Jose])h  ;  et  ayant  tué  un 
bouc,  ils  plongèrent  la  tunique  dans  le 
sang.  ^^Ils  envoyèrent  à  leur  père  la  tu- 
nique de  plusieurs  couleurs,  en  lui  fai- 
sant dire  :  Voici  ce  que  nous  avons 
trouvé!  reconnais  si  c'est  la  tunique 
de  ton  fils,  ou  non.  1 


42 


GENESE. 


Chap.  37,'J3-38,: 


^Macol)  la  reconnut,  et  dit  :  C'est  la 
tuniciiie  de  mon  fils!  une  bête  féroce 
Ta  dévoré  !  Joseph  a  été  mis  en  pièces  ! 
^*Et  il  déchira  ses  vêtements,  il  mit  un 
sac  sur  ses  reins,  et  il  porta  longtemps 
le  deuil  de  son  lîls.  ^^Tous  ses  fils  et 
toutes  ses  filles  vinrent  pour  le  conso- 
ler :  mais  il  ne  voulut  recevoir  aucune 
consolation.  11  disait  :  C'est  en  pleurant 
(pie  je  tlescendrai  vers  mon  fils  au  sé- 
jour des  morts!  Et  il  pleurait  son  fils. 

'"^Les  Madianites  le  vendirent  en 
Egypte  à  Potiphar,  officier  de  Pha- 
raon, chef  des  gardes. 

Chap.  XXXVIII.  'En  ce  temps-là, 
Juda  s'éloigna  de  ses  frères,  et  se  re- 
tira versun  hommed'Adullam,  nommé 
Ilira.  -Là,  .Juda  vit  la  fille  d'un  Cana- 
néen, nommé  Schua  ;  il  la  prit  pour 
femme,  et  alla  vers  elle,  ''l'allé  devint 
enceinte,  et  enfanta  un  fils,  qu'elle  ap- 
])ela  Er.  ^Elle  devint  encore  enceinte, 
et  enfanta  un  fils,  qu'elle  appela  Onan. 
''Elle  enfanta  de  nouveau  un  fils,  qu'elle 
appela  Schéla  ;  Juda  était  à  Czib,  quand 
elle  l'enfanta. 

Muda  prit  pour  Er,  son  premier-né, 
une  femme  nommée  Tamar.  'Er,  pre- 
mier-né de  Juda,  était  méchant  aux 
yeux  de  l'Eternel;  et  l'Eternel  le  fit 
mourir.  ^\lors  Juda  dit  à  Onan  :  Va 
vers  la  femme  de  ton  frère,  prends-la, 
comme  beau-frère,  et  suscite  une  pos- 
térité à  ton  frère.  'Onan,  sachant  que 
cette  postérité  ne  serait  pas  à  lui,  se 
souillait  à  terre  lorsqu'il  allait  vers  la 
femme  de  son  frère,  afin  de  ne  pas  don- 
ner de  postérité  à  son  frère.  '"Ce  qu'il 
faisait  déplut  à  l'Éternel,  qui  le  fit 
aussi  mourir.  "Alors  Juda  dit  à  Ta- 
mar,  sa   belle-fille  :  Demeure   veuve 


'-  Les  jours  s'écoulèrent,  et  la  fille  de 
Schua,  femme  de  Juda,  mourut.  Lors- 
que Juda  fut  consolé,  il  montaàThim- 
na,  vers  ceux  qui  tondaient  ses  brebis, 
lui  et  son  ami  Ilira,  l'Adullamite.  '^On 
en  informa  Tamar,  et  on  lui  dit  :  Voici 
ton  beau-père c[ui  monte  à  Thimna  pour 
tondre  ses  brebis.  '''Alors  elle  ùta  ses 
habits  de  veuve,  elle  se  couvrit  d'un 
voile  et  s'enveloppa,  et  elle  s'assit  à 
l'entrée  d'Enaïm,  sur  le  chemin  de 
Thimna  ;carelle  voyait  que  Schéla  était 
devenu  grand,  et  qu'elle  ne  lui  était 
point  donnée  pour  femme. 

'^Juda  la  vit,  et  la  prit  pour  une  pros- 
tituée, parce  qu'elle  avait  couvert  son 
visage.  '"11  l'aborda  sur  le  chemin,  et 
dit  :  Laisse-moi  aller  vers  toi.  Car  il 
ne  connut  pas  que  c'était  sa  belle-fille. 
Elle  dit  :  Que  me  donneras-tu  pour  ve- 
nir vers  moi? '"Il  répondit:  Je  t'enver- 
rai un  chevreau  de  mon  troupeau.  Elle 
dit  :  Me  donneras-tu  un  gage,  jusqu'à 
ce  que  tu  l'envoies?  '''Il  répondit  :  Quel 
gage  te  donnerai-je?  Elle  dit  :  Ton  ca- 
chet, ton  cordon,  et  le  bâton  que  tuas 
à  la  main.  Il  les  lui  donna.  Puis  il  alla 
vers  elle;  et  elle  devint  enceinte  de  lui. 
'"Elle  se  leva,  et  s'en  alla;  elle  ùta  son 
voile,  et  remit  ses  habits  de  veuve. 

'-"Juda  envoya  le  chevreau  par  son 
ami  l'Adullamite,  pour  retirer  le  gage 
des  mains  de  la  femme.  Mais  il  ne  la 
trouva  point.  -'Il  interrogea  les  gens 
du  lieu,  en  disant  :  Où  est  cette  pros- 
tituée qui  se  tenait  à  Enaïm,  sur  le 
chemin  ?  Ils  répondirent  :  II  n'y  a  point 
eu  ici  de  prostituée.  -^11  retourna  au- 
près de  Juda,  et  dit  :  Je  ne  l'ai  pas 
trouvée,  et  même  les  gens  du  lieu  ont 
dit  :  Il  n'y  a  point  eu  ici  de  prostituée. 
-^Juda  dit  :  Qu'elle  garde  ce  qu'elle  a  ! 


dans  la  maison  de  ton  père,  jusqu'à  ce      Ne  nous  exposons  pas  au  mépris.  Voi- 


(pie  Schéla,  mon  fils,  soit  grand.  Il 
|)arlait  ainsi  dans  la  crainte  que  Schéla 
ne  mourût  comme  ses  frères.  Tamar 
s'en  alla,  et  elle  habita  dans  la  maison 
de  son  père. 


ci,  j'ai  envoyé  ce  chevreau,  et  tu  ne 
l'as  ]ias  trouvée. 

-^Environ  trois  mois  a|)rès,  on  vint 
dire  à  Juda  :  Tamar,  ta  belle-fille,  s'est 
prostituée,  et  même  la  voilà  enceinte 


43 


Chap.  38,i5-S9,K 


19. 


GENESE. 


à  la  suite  de  sa  prostitution.  Et  Juda  soit  aux  champs.  "Il  abandonna  aux 
dit  :  Faites-la  sortir,  et  qu'elle  soit 
brûlée.  ^^Comme  on  l'emmenait  de- 
hors, elle  fit  dire  à  son  beau-père  : 
C'est  de  l'homme  à  qui  ces  choses  ap- 
partiennent que  je  suis  enceinte;  re- 
connais, jeté  prie,  à  qui  sont  ce  cachet, 

ces  cordons  et  ce  bâton,  '".luda  les  re-      femme  de  son  maître  porta  les  yeux 
connut,  et  dit  :  Elle  est  moins  coupa-      sur  .loseph,  et  dit  :  Couche  avec  moi  ! 


mains  de  .Joseph  tout  ce  qui  lui  appar- 
tenait, et  il  n'avait  avec  lui  d'autre  soin 
que  celui  de  prendre  sa  nourriture. 
Or,  .Joseph  était  beau  de  taille  et  beau 
de  figure. 

^Aprcs  ces  choses  il  arriva  que  la 


^11  refusa,  et  dit  à  la  femme  de  son 
maître  :  Voici,  mon  maître  ne  prend 
avec  moi  connaissance  de  rien  dans 
la  maison,  et  il  a  remis  entre  mes  mains 
tout  ce  qui  lui  ajipartient.  '■'Il  n'est  pas 
plus  grand  que  moi  dans  cette  maison, 


n'v  avait  là  aucun  des  gens  de  la  mai- 
son, *"-elle  le  saisit  par  son  vêtement, 
en  disant  :  Couche  avec  moi  !  Il  lui 
laissa  son  vêtement  dans  la  main  et 
s'enfuit  au  dehors.  '''Lorsqu'elle  vit 
qu'il  lui  avait  laissé  son  vêtement  dans 


ble  que  moi,  puisque  je  ne  l'ai  pas 
donnée  à  Schéla,  mon  fils.  Et  il  ne  la 
connut  plus. 

"Quand  elle  fut  au  moment  d'accou- 
cher, voici,  il  y  avait  deux  jumeaux 
dans  son  ventre.  -''Et  pendant  l'accou- 
chement il  yen  eut  un  qui  présenta  la  et  il  ne  m'a  rien  interdit,  excepté  toi, 
main  ;  la  sage-femme  la  prit,  et  y  atta-  parce  que  tu  es  sa  femme.  Gomment 
cha  un  fil  cramoisi  en  disant  :  Celui-ci  ferais-je  un  aussi  grand  mal  et  péche- 
sort  le  premier.  '-'-'Mais  il  retira  la  main,  rais-je  contre  Dieu  ?  '"Quoiqu'elle  par- 
et  son  frère  sortit.  Alors  la  sage-femme  làt  tous  les  jours  à  Joseph,  il  refusa  de 
dit  :  Quelle  brèche  tu  as  faite  !  Et  elle  coucher  au])rès  d'elle,  d'être  avec  elle, 
lui  donna  le  nom  de  Pcrets  ".  ''"Ensuite  "Un  jour  qu'il  était  entré  dans  la  mai- 
sortit  son  frère,  qui  avait  à  la  main  le  son  pour  faire  son  ouvrage,  et  qu'il 
fil  cramoisi;  et  on  lui  donna  le  nom  de 
Zérach*. 

Josep/i  en  Egypte. 

Chap.  XYA7A'.  'On  fit  descendre 
Joseph  en  Egypte  ;  et  Potiphar,  officier 
de  Pharaon,  chef  des  gardes,  Egyp-  la  main,  et  qu'il  s'était  enfui  dehors, 
tien,  l'acheta  des  Ismaélites  qui  l'y  '''elle  appela  les  gens  de  sa  maison,  et 
avaient  fait  descendre.  ^L'Éternel  fut  leur  dit  :  Voyez,  il  nous  a  amené  un 
avec  lui,  et  la  prospérité  l'accompa-  Hébreu  pour  se  jouer  de  nous.  Cet 
gna;  il  habitait  dans  la  maison  de  son  homme  est  venu  vers  moi  pour  cou- 
maître,  l'Egyptien.  ^Son  maître  vit  que  cher  avec  moi  ;  mais  j'ai  crié  à  haute 
l'Éternel  était  avec  lui,  et  que  l'Eter-  Aoix.  '^Et  quand  il  a  entendu  que  j'é- 
nel  faisait  prospérer  entre  ses  mains  levais  la  voix  et  que  je  criais,  il  a  laissé 
tout  ce  cju'il  entreprenait.  *Joseph  trou-  son  vêtement  à  côté  de  moi  et  s'est 
va  grâce  aux  yeux  de  son  maître,  qui  enfui  dehors.  "'Etelle  posa  le  vêtement 
l'employa  à  son  service,  l'établit  sur  de  Joseph  â  côté  d'elle,  jusqu'à  ce  que 
sa  maison,  et  lui  confia  tout  ce  qu'il  son  maître  rentrât  à  la  maison.  '"Alors 
possédait.  ^Dès  que  Potiphar  l'eut  éta-  elle  lui  parla  ainsi  :  L'esclave  hébreu 
bli  sur  sa  maison  et  sur  tout  ce  qu'il  que  tu  nous  a  amené  est  venu  vers  moi 
possédait,  l'Eternel  bénit  la  maison  de  pour  se  jouer  de  moi.  '^Et  comme  j'ai 
l'Egyptien,  à  cause  de  Joseph;  et  la  élevé  la  voix  et  que  j'ai  crié,  il  a  laissé 
bénédiction  de  l'Eternel  fut  sur  tout  son  vêtement  à  côté  de  moi  et  s'est 
ce  qui  lui  appartenait,  soit  à  la  maison,  enfui  dehors.  ''Après  avoir  entendu  les 

a.  Pérets  signifie  brèche,  oiwerturc.         b.  Zeravh  signifie  éclat,  rai/onnement. 

44 


GENESE. 


Chap.  3 9, 20-40,  iO. 


paroles  de  sa  femme,  qui  lui  disait  : 
Voilà  ce  que  m'a  fait  ton  esclave  !  le 
maître  de  Joseph  fut  enflammé  de  co- 
lère. -"11  prit  .loseph  et  le  mit  dans  la 
jirison,  dans  le  lieu  où  les  jirisonniers 
ilu  roi  étaient  enfermés  :  il  fut  là  en 
])rison. 

-'L'Eternel  fut  avec  Joseph,  et  il 
étendit  sur  lui  sa  bonté.  Il  le  mit  en 
faveur  aux  yeux  du  chef  de  la  prison. 
"Et  le  chef  de  la  prison  plaça  sous  sa 
surveillance  tous  les  prisonniers  qui 
étaient  dans  la  prison;  et  rien  ne  s'y 
faisait  que  ])ar  lui.  -^Le  chef  de  la  pri- 
son ne  prenait  aucune  connaissance 
de  ce  que  Joseph  avait  en  main,  parce 
(pie  l'Éternel  était  avec  lui.  l*]t  l'Eter- 
nel donnait  de  la  réussite  à  ce  qu'il 
faisait. 

Chap.  XL.  'Après  ces  choses,  il 
arriva  tjue  l'échanson  et  le  panetierdu 
roi  d'Egypte  offensèrent  leur  maître, 
le  roi  d'Egypte.  -Pharaon  fut  irrité  con- 
tre ses  deux  officiers,  le  chef  des  échan- 
sonsct  le  chef  des  panetiers.  ^Et  il  les 
lit  mettre  dans  la  maison  du  chef  des 
gardes,  dans  la  prison  dans  le  lieu 
où  Joseph  était  enfermé.  *Le  chef  des 
gardes  les  plaça  sous  la  surveillance 
de  Joseph,  qui  faisait  le  service  auprès 
d'eux  ;  et  ils  passèrent  un  certain  temps 
(Ml  prison. 

^Pendant  une  même  nuit,  l'échanson 
et  le  panetier  du  roi  d'Egypte,  qui 
étaient  enfermés  dans  la  prison,  eurent 
tous  les  deux  un  songe,  chacun  le  sien, 
]iouvant  recevoir  une  explication  dis- 
tincte. ^Joseph,  étant  venu  le  matin 
vers  eux,  les  regarda;  et  voici,  ils 
étaient  tristes.  ^Alors  il  questionna  les 
officiers  de  Pharaon,  (jui  étaient  avec 
lui  dans  la  prison  de  son  maître,  et  il 
leur  dit  :  Pouixpioi  avez-vous  mauvais 
visage  aujourd'hui?  ^'lls  lui  répondi- 
rent :  Nous  avons  eu  un  songe,  et  il 
n'yajiersonnepourl'explicjuer.  Joseph 
leur  dit  :  N'est-ce  pas  à  Dieu  qu'appar- 

«.   Ph:ir;K>ii  fora  cesser  ton  étal  d'abattement. 


tiennent  les  explications?  Racontez- 
moi  donc  votre  songe. 

"Le  chef  des  échansons  raconta  son 
songe  à  Joseph,  et  lui  dit  :  Dans  mon 
songe,  voici,  il  y  avait  un  cep  devant 
inoi.  '"Ce   cep   avait    trois   sarments. 
Ouand  il  eut  poussé,  sa  fleur  se  déve- 
loppa, et  ses  grappes  donnèrent  des 
raisins  mûrs.  "La  coupe  de  Pharaon 
était  dans  ma  main.  Je  pris  les  raisins, 
je  les  pressai  dans  la  coupe  de  Pha- 
raon, et  je  mis  la  coupe  dans  la  main 
de  Pharaon.  '-Joseph  lui  dit  :  En  voici 
l'explication.  Les  trois  sarments  sont 
trois  jours.  '^Encore   trois  jours,   et 
Pharaon  relèvera  ta  tète",  et  te  réta- 
blira dans  ta   charge;   tu   mettras   la 
coupe  dans  la  main  de  Pharaon ,  comme 
tu  en  avais  l'habitude  lorscpie  tu  étais 
son  échanson.  "Mais  souviens-toi  de 
moi,  cpiand  tu  seras  heureux;  et  mon- 
tre, je  te  prie,  de  la  bonté  à  mon  égard  ; 
parle  en  ma  faveur  à  Pharaon,  et  fais- 
moi  sortir  de  cette  maison.  '^Car  j'ai 
été  enlevé  du  pays  des  Hébreux,  et  ici 
même  je  n'ai  rien  fait  pour  être  mis  en 
prison. 

'^Le  chef  des  panetiers,  voyant  que 
Jose|ih  avait  donné  une  explication  fa- 
vorable, dit  :  Voici,  il  y  avait  aussi, 
dans  mon  songe,  trois  corbeilles  de 
pain  blanc  sur  ma  tête.  '"Dans  la  cor- 
beille la  plus  élevée  il  y  avait  pour 
Pharaon  des  mets  de  toute  espèce, 
cuits  au  four;  et  les  oiseaux  les  man- 
geaient dans  la  corbeille  au-dessus  de 
ma  tête.  '^Joseph  répondit,  et  dit  :  En 
voici  l'explication.  Les  trois  corbeilles 
sont  trois  jours.  '^Encore  trois  jours, 
et  Pharaon  enlèvera  ta  tète  de  dessus 
toi,  te  fera  pendre  à  un  bois,  et  les  oi- 
seaux mangeront  ta  chair. 

-"Le  troisième  jour,  jour  de  la  nais- 
sance de  Pharaon,  il  fit  un  festin  à  tous 
ses  serviteurs;  et  il  éleva  la  tète  du 
chef  des  échansons  et  la  tête  du  chef 
des  panetiers,  au  milieu  de  ses  servi- 


45 


Chap.  iO,2i-il,Ti. 


GENESE. 


teurs  :  '-'il  rétablit  le  chef  des  échan-  '"Les  choses  sont  arrivées  selon  l'expli- 

sons  dans  sa  charge  d'échanson,  j)our  cation  qu'il  nous  avait  donnée.  Pha- 

qu'il  mît  la  coupe  dans  la  main  de  Pha-  raon  me  rétablit  dans  ma  charge,  et  il 

i-aon;  -mais  il  fit  pendre  le  chef  des  fit  pendre  le  chef  des  panetiers. 


panetiers,  selon  l'explication  que  .Jo- 
seph leur  avait  donnée. 

-''Le  chef  des  échansons  ne  pensa 
plus  à  Joseph.  Il  l'oublia. 

Chap.  XLI.  '  Au  bout  de  deux  ans, 
Pharaon  eut  un  songe.  Voici,  il  se  te- 
nait près  du  fleuve.  -Et  voici,  sept  va- 
ches belles  à  voir  et  grasses  de  chair 
montèrent  hors  du  fleuve,  et  se  mirent 
à  paître  dans  la  prairie.  'Sept  autres 
vaches  laides  à  voir  et  maigres  de 
chair  montèrent  derrière  elles  hors  du 
fleuve,  et  se  tinrent  à  leurs  côtés  sur 
le  bord  du  fleuve.  ''Les  vaches  laides  à 
voir  et  maigres  de  chair  mangèrent  les 
sept  vaches  belles  à  voir  et  grasses  de 
chair.  Et  Pharaon  s'éveilla. 

^11  se  rendormit,  et  il  eut  un  second 
songe.  Voici,  sept  épis  gras  et  beaux 
montèrent  sur  une  même  tige.  ^Et  sept 
épis  maigres  et  brûlés  par  le  vent  d'o- 
rient poussèrent  après  eux.  "Les  épis 
maigres  engloutirent  les  sept  épis  gras 
et  pleins.  Et  Phai'aon  s'éveilla.  Voilà 
le  songe. 

^Le  matin.  Pharaon  eut  l'esprit  agi- 
té, et  il  fit  appeler  tous  les  magiciens 
et  tous  les  sages  de  l'Egypte.  Il  leur 
raconta  ses  songes.  Mais  personne  ne 
put  les  expliquer  à  Pharaon. 

^Alors  le  chef  des  échansons  prit  la 
parole,  et  dit  à  Pharaon  :  Je  vais  rap- 
peler aujourd'hui  le  souvenir  de  ma 
faute.  '"Pharaon  s'était  irrité  contre 
ses  serviteurs  ;  et  il  m'avait  fait  mettre 
en  prison  dans  la  maison  du  chef  des 
gardes,  moi  et  le  chef  des  panetiers. 
"Nous  eûmes  l'un  et  l'autre  un  songe 
dans  une  même  nuit  ;  et  chacun  de  nous 
reçut  une  explication  en  rapport  avec 
le  songe  qu'il  avait  eu.  '-Il  y  avait  là 
avec  nous  un  jeune  Hébreu,  esclave  du 
chef  des  gardes.  Nous  lui  racontâmes 
nos  songes,  et  il  nous  les  expliqua. 


Pharaon  fit  appeler  Joseph.  On  le 
fit  sortir  en  hâte  de  prison.  11  se  rasa, 
changea  de  vêtements ,  et  se  rendit 
vers  Pharaon.  '^Pharaon  dit  à  Joseph  : 
J'ai  eu  un  songe.  Personne  ne  peut 
l'expliquer;  et  j'ai  appris  que  tu  ex- 
pliques un  songe,  ?])rès  l'avoir  enten- 
du. '"Joseijh  répondit  à  Pharaon,  en 
disant  :  Ce  n'est  pas  moi  !  C'est  Dieu 
qui  donnera  une  réponse  favorable  à 
Pharaon. 

''Pharaon  dit  alors  à  Joseph  :  Dans 
mon  songe,  voici,  je  me  tenais  sur  le 
bord  du  fleuve.  '*Et  voici,  sept  vaches 
grasses  de  chair  et  belles  d'apparence 
montèrent  hors  du  fleuve,  et  se  mirent 
à  paître  dans  la  prairie.  '"Sejit  autres 
vaches  montèrent  derrière  elles,  mai- 
gres, fort  laides  d'apparence,  et  dé- 
charnées :  je  n'en  ai  point  vu  d'aussi 
laides  dans  tout  le  pays  d'Egypte.  -"Les 
vaches  décharnées  et  laides  mangèrent 
les  sept  premières  vaches  qui  étaient 
grasses.  -'Elles  les  engloutirent  dans 
leur  ventre,  sans  qu'on  s'aperçût  qu'el- 
les y  fussent  entrées  ;  et  leur  apparence 
était  laide  comme  auparavant.  Et  je 
m'éveillai.  -*Je  vis  encore  en  songe 
sept  épis  pleins  et  beaux,  qui  montè- 
rent sur  une  même  tige.  ^^Et  sept  épis 
vides,  maigres,  brûles  par  lèvent  d'o- 
rient, poussèrent  après  eux. -* Les  épis 
maigres  engloutirent  les  sept  beaux 
épis.  Je  l'ai  dit  aux  magiciens,  mais 
personne  ne  m'a  donné  l'explication. 

^^Josephdità  Pharaon  :  Ce  qu'a  son- 
gé Phai'aon  est  une  seule  chose  ;  Dieu 
a  fait  connaître  à  Pharaon  ce  qu'il  va 
faire.  '-''Les  sept  vaches  belles  sont  sept 
années,  et  les  sept  épis  beaux  sont 
sept  années  :  c'est  un  seul  songe.  -'Les 
sept  vaches  décharnées  et  laides,  qui 
montaient  derrière  les  premières,  sont 
sept  années  ;  et  les  sept  épis  vides, 


46 


GENESE. 


Cl  Kl  p.  41,  is->'i. 


brûlés  par  le  vent  il'orieiit,  serunl  sept  pays  crEgypte.  '-  Pharaon  ôta  son  an- 
années  de  famine.  -*Ainsi ,  eomnie  je  neaii  de  la  main,  et  le  mita  la  main  de 
viens  de  le  dire  à  Pharaon,  Dieu  a  fait  Joseph;  il  le  revêtit  dliahits  de  fin  lin, 
connaître  à  Pharaon  ce  qu'il  va  faire,  et  lui  mit  un  collier  d'or  au  cou.  **^11  le 
2'-'\'oici,  il  y  aura  sept  années  de  grande  fit  monter  sur  le  char  qui  suivait  le 
abondance  dans  tout  le  pays  d'Egypte,  sien;  et  l'on  criait  devant  lui  :  A  ge- 
•'"Sept  années  de  famine  viendront  noux  !  C'est  ainsi  que  Pharaon  lui  don- 
après  elles;  et  l'on  oubliera  toute  cette  na  le  commandement  de  tout  le  pays 
abondance  au  pays  d'Egypte,  et  la  fa-  d'Egypte.  "11  dit  encore  à  Joseph  :  Je 
mine  consumera  le  pays.  ^' Cette  fa-  suis  Pharaon  !  Et  sans  toi  personne  ne 
mine  qui  suivra  sera  si  forte  qu'on  ne  lèvera  la  main  ni  le  pied  dans  tout  le 
s'apercevra  plus  de  l'abondance  dans  pays  d'Egypte. 

le  pays.  ^-Si  Pharaon  a  vu  le  songe  se  •'^ Pharaon  appela  Joseph  du  nom  de 

répéter  une  seconde  fois,  c'est  que  la  Tsaphnath-Paenéach  «;  et  il  lui  donna 

chose  est  arrêtée  de  la  part  de  Dieu,  pour  femme  Asnath,  fille  de  Poti-Phé- 

et  ([ue  Dieu  se  hâtera  de  l'exécuter,  ra,  prêtre  d'On  *.  Et  Joseph  partit  pour 

•'•'.Maintenant,  (pie  Pharaon  choisisse  visiter  le  pays  d'Egypte.  *" Joseph  était 

un  homme  intelligent  et  sage,  et  qu'il  âgé  de  trente  ans  lorsqu'il  se  présenta 

le  mette  à  la  tête  du  pays  d'Egypte,  devant  Pharaon,  roi  d'Egypte;  et  il 
•'^Que  Pharaon  établisse  des  commis- 
saires sur  le  pays,  pour  lever  un  cin- 
([uième  des  récoltes  de  l'Egypte  pen- 
dant les  sept  années  d'abondance. 
^^Qu'ils  rassemblent  tous  les  produits 
de  ces  bonnes  années  cjui  vont  venir; 
qu'ils  fassent,  sous  l'autorité  de  Pha- 
raon, des  amas  de  blé,  des  appro\i- 


quitta  Pharaon,  et  parcourut  tout  le 
pays  d'Egypte. 

''^Pendant  les  sept  années  de  ferti- 
lité, la  terre  rapporta  abondamment. 
^Moseph  rassembla  tous  les  produits  de 
ces  sept  années  dans  le  pays  d'Egypte  ; 
il  fit  des  ajiprovisionnements  dans  les 
villes,  mettant  dans  l'intérieur  de  cha- 
sionnements  dans  les  villes,  et  qu'ils  que  ville  les  productions  des  champs 
en  aient  la  garde.  ^^ Ces  provisions  se-  d'alentour.  ■'^Joseph  amassa  du  blé, 
ront  en  réserve  pour  le  pays,  pour  les  comme  le  sable  de  la  mer,  en  cjuan- 
sept  années  de  famine  qui  arriveront     tité  si  considérable  que  l'on  cessa  de 


dans  le  pays  d'Egypte,  afin  que  le  pays 
ne  soit  pas  consumé  par  la  famine. 

'"Ces  paroles  plurent  à  Pharaon  et  à 
tous  ses  serviteurs.  ^'^Et  Pharaon  dit  à 
ses  serviteurs  :  Trouverions-nous  un 


conijiter,  parce  qu'il  n'y  avait  plus  de 
nombre. 

^"Avant  les  années  de  famine,  il  na- 
quit à  Joseph  deux  lils,  que  lui  enfanta 
Asnath,  hlle  de  Poti-Phéra,  prêtre 
homme  comme  celui-ci,  ayant  en  lui  d'On.  ^'Joseph  donna  au  ])remier-né  le 
l'esprit  de  Dieu?  ^"Et  Pharaon  dit  à  nom  de  Manassé'',  car,  dit-il.  Dieu  m'a 
Joseph  :  Puisque  Dieu  t'a  fait  connaî-  fait  oublier  toutes  mes  peines  et  toute 
tre  toutes  ces  choses,  il  n'y  a  personne  la  maison  de  mon  père.  ^-Et  il  donna 
qui  soit  aussi  intelligent  et  aussi  sage  au  second  le  nom  d'Ephraïm'',  car, 
que  toi.  ''"Je  t'établis  sur  ma  maison,  dit-il.  Dieu  m'a  rendu  fécond  dans  le 
et  tout  mon  peuple  obéira  à  tes  ordres,  pays  de  mon  affliction. 
Le  trône  seul  m'élèvera  au-dessus  de  ^'Les  se]it  années  d'abondance  qu'il 

toi.  ""Pharaon  dit  à  Joseph  :  Vois,  je  te     y  eut  au  pays  d'Egypte  s'écoulèrent, 
donne  le  commandement  de  tout  le     ^^Et  les  sept  années  de  famine  com- 


a.    rsi!/ik!ia//i-rneiicnc/i    signifie  celui   qui  dfcciii'ie  i/es   clinsc.i  cac/ices.  h.  Ileliiipolis 

d'un  mcit  (lui  signifie  oublier.         d.   Kiihraim  dérive  d'un  mot  qui  signilie  èlre  fccvnd. 

47 


Manas 


Chap.  41,. -,5-42, 22. 


GENESE. 


mencèrent  à  venir,  ainsi  que  Joseph 
l'avait  annoncé.  Il  y  eut  famine  dans 
tous  les  pays;  mais  dans  tout  le  pays 
d'Egypte  il  y  avait  du  pain.  ^"'Ouand 
tout  le  pays  d'Elgypte  fut  aussi  affamé, 
le  peuple  cria  à  Pharaon  pour  avoir  du 
pain.  Pharaon  dit  à  tous  les  Egyptiens  : 
Allez  vers  .Joseph,  et  faites  ce  qu'il  vous 
dira.  ^^La  famine  régnait  dans  tout  le 
pays.  Joseph  ouvrit  tous  les  lieux  d'ap- 
provisionnements, et  vendit  du  blé  aux 
Egyptiens.  La  famine  augmentait  dans 
le  pays  d'Egypte.  "Et  de  tous  les  pays 
on  arrivait  en  Egypte,  pour  acheter  du 
blé  auprès  de  Joseph;  car  la  famine 
était  forte  dans  tous  les  pays. 

Les  frères  de  Joseph. 

Chap.  XLII.  'Jacob,  voyant  qu'il 
y  avait  du  blé  en  Egypte,  dit  à  ses  fils  : 
Pourquoi  vous  regardez-vous  les  uns 
les  autres?  -Il  dit  :  Voici,  j'apprends 
c|u'il  y  a  du  blé  en  ligypte  ;  descen- 
dez-y, pour  nous  en  acheter  là,  afin 
que  nous  vivions  et  que  nous  ne  mou- 
rions pas. 

'Dix  frères  de  Joseph  descendirent 
en  Egypte,  pour  acheter  du  blé.  ■'Jacob 
n'envoya  point  avec  eux  Benjamin, 
frère  de  Joseph,  dans  la  crainte  qu'il 
ne  lui  arrivât  quelque  malheur.  ''Les 
fils  d'Israël  vinrent  pour  acheter  du 
blé,  au  milieu  de  ceux  qui  venaient 
aussi  ;  car  la  famine  était  dans  le  pays 
de  Canaan. 

^Joseph  commandait  dans  le  pays; 
c'est  lui  qui  vendait  du  blé  à  tout  le 
peuple  du  pays.  Les  frères  de  Joseph 
vinrent,  et  se  prosternèrent  devant  lui 
la  face  contre  terre.  'Joseph  vit  ses 
frères  et  les  reconnut;  mais  il  feignit 
d'être  un  étranger  pour  eux,  il  leur 
parla  durement,  et  leur  dit  :  D'où  ve- 
nez-vous? Ils  répondirent  :  Du  pays  de 
Canaan,  pour  acheter  des  vivres.  ^Jo- 
seph reconnut  ses  frères,  mais  eux  ne 
le  reconnurent  pas. 

a.   .-\ussi  vrai  que  Pharaon  est  vivant,  vous  ne  sortir 


^Joseph  se  souvint  des  songes  qu'il 
avait  eus  à  leur  sujet,  et  il  leur  dit  : 
Vous  êtes  des  espions  ;  c'est  pour  ob- 
server les  lieux  faibles  du  pays  que 
vous  êtes  venus.  '"Ils  lui  répondirent  : 
Non,  mon  seigneur,  tes  serviteurs  sont 
venus  pour  acheter  du  blé.  "Nous  som- 
mes tous  fils  d'un  même  homme  :  nous 
sommes  sincères,  tes  serviteurs nesont 
pas  des  espions.  '-Il  leur  dit  :  Nulle- 
ment; c'est  pour  observer  les  lieux 
faibles  du  jiays  que  vous  êtes  venus. 
''Ils  répondirent  :  Nous,  tes  serviteurs, 
sommes  douze  frères,  fils  d'un  même 
homme  au  pays  de  Canaan  ;  et  voici,  le 
plus  jeune  est  aujourd'hui  avec  notre 
père,  et  il  y  en  a  un  qui  n'est  plus. 
''' Joseph  leur  dit  :  Je  A'iens  de  vous  le 
dire,  vous  êtes  des  espions.  '^Voici 
comment  vous  serez  éprouvés.  Par  la 
vie  de  Pharaon  !  vous  ne  sortirez  point 
d'ici  que  votre  jeune  frère  ne  soit  venu". 
"'Envoyez  l'un  de  vous  pour  chercher 
votre  frère;  et  vous,  restez  prisonniers. 
Vos  paroles  seront  éprouvées ,  et  je 
saurai  si  la  vérité  est  chez  vous  ;  sinon, 
par  la  vie  de  Pharaon  !  vous  êtes  des 
espions.  '^Et  il  les  mit  ensemble  trois 
jours  en  prison. 

"*Le  troisième  jour,  Joseph  leur  dit  : 
Faites  ceci,  et  vous  vivrez.  Je  crains 
Dieu  !  "Si  vous  êtes  sincères,  que  l'un 
de  vos  frères  reste  enfermé  dans  votre 
prison;  et  vous,  partez,  emportez  du 
blé  pour  nourrir  vos  familles,  ^"et  ame- 
nez-moi votre  jeune  frère,  afin  que  vos 
paroles  soient  éprouvées  et  que  vous 
ne  mouriez  point.  Et  ils  firent  ainsi. 

-'Ils  se  dirent  alors  l'un  à  l'autre  : 
Oui,  nous  avons  été  coupables  envers 
notre  frère  ;  car  nous  avons  vu  l'an- 
goisse de  son  ànie,  quand  il  nous  de- 
mandait grâce,  et  nous  ne  l'avons  point 
écouté  !  C'est  pour  cela  que  cette  af- 
fliction nous  arrive.  --Ruben,  prenant 
la  parole,  leur  dit  :  Ne  vous  disais-je 
pas   :   Ne  commettez  point  un  crime 

ez  point,  etc. 


48 


GENESl-:. 


Chap.  4i^,i^-43,8. 


envers  cet  enfant  ?  Mais  vous  n'avez 
jjoint  écouté.  Et  voici,  son  sang  est 
redemandé.  -'Ils  ne  savaient  pas  que 
Josejîh  comprenait,  car  il   se  servait 


avec  eux  il'un  intei'prète.  -''Il  s'éloigna 


dans  son  sac.  Ils  virent,  eux  et  leur 
jK're,  leurs  paquets  d'argent,  et  ils  eu- 
rent peur. 

^'^Jacob,  leur  père,  leur  dit  :  Vous 
me  privez  de  mes  enfants  !  Joseph  n'est 

d'eux,  pour  pleurer.  Il  revint,  et  leur  plus,  Siméon  n'est  plus,  et  vous  pren- 

parla  ;  puis  il  prit  parmi  eux  Siméon,  driez  Benjamin  !  C'est  sur  moi  que  tout 

et  le  lit  enchaîner  sous   leurs   yeux,  cela  retombe. '"Ruben  dit  à  son  père  : 

-^Joseph  ordonna  qu'on  remjilît  de  blé  Tu  feras  mourir  mes  deux  fils  si  je  ne 

leurs  sacs,  qu'on  remît  l'argent  de  cha-  te  ramène  pas  Benjamin;  remets-le 

cun  dans  son  sac,  et  qu'on  leur  donnât  entre  mes  mains,  et  je  te  le  ramène- 

des  provisions  pour  la  route.  Et  l'on  fit  rai.  -^Macob  dit  :  Mon  fils  ne  descen- 

ainsi.  -"Ils  chargèrent  le  blé  sur  leurs  dra  point  avec  vous;  car  son  frère  est 

ânes,  et  partirent.  mort,  et  il  reste  seul";  s'il  lui  arrivait 

-'L'un  d'eux (_)uvritson  sacpourdon-  malheurdans  le  voyage  que  vous  allez 

ner  du  fourrage  à  son  âne,  dans  le  lieu  faire,  vous  feriez  descendre  mes  che- 

où  ils  passèrent  la  nuit,  et  il  vit  l'ar-  veux  blancs  avec  douleur  dans  le  sé- 

gent  qui  était  à  l'entrée  du  sac.  -*Il  jour  des  morts. 

ilit  à  ses  frères  :  Mon  argent  a  été  Chap.  XLIII.  'La  famine  s'appe- 
rendu,  et  le  voici  dans  mon  sac.  Alors  santissaitsurlepays.^Quandilseurent 
leur  cœur  fut  en  défaillance;  et  ils  se  fini  de  manger  le  blé  qu'ils  avaient  ap- 
dirent  l'un  à  l'autre,  en  tremblant  :  porté  d'Egypte,  Jacob  dit  à  ses  fils  : 
Qu'est-ce  que  Dieu  nous  a  fait?  Retournez,  achetez-nous  un  peu  devi- 
-'■•Ils  revinrent  au|)rès  de  Jacob,  leur  vres.  ^Juda  lui  répondit  :  Cet  homme 
père,  dans  le  pays  de  Canaan,  et  ils  lui  nous  a  fait  cette  déclaration  formelle  : 
racontèrent  tout  ce  qui  leur  était  ar-  Vous  ne  verrez  pas  ma  face,  à  moins 
rivé.  Ils  dirent  :  ^"L'homme,  qui  est  le  que  votre  frère  ne  soit  avec  vous.  ''Si 
seigneur  du  pays,  nous  a  parlé  dure-  donc  tu  veux  envoyer  notre  frère  avec 
ment,  et  il  nous  a  pris  pour  des  es-  nous,  nous  descendrons,  et  nous  t'a- 
pions.  "'Nous  lui  avons  dit  :  Nous  som-  chèterons  des  vivres.  ^Mais  si  tu  ne 
mes  sincères,  nous  ne  sommes  pas  des  veux  pas  l'envoyer,  nous  ne  descen- 
espions.  ^-Nous  sommes  douze  frères,  drons  point,  car  cet  homme  nous  a  dit: 
fils  de  notre  père;  l'un  n'est  plus,  et  le  Vous  ne  verrez  pas  ma  face,  à  moins 
plus  jeune  est  aujourd'hui  avec  notre  que  votre  frère  ne  soit  avec  vous, 
père  dans  le  pays  de  Canaan.  ^^Et  '^Israël  dit  alors  :  Pourquoi  avez-vous 
l'homme,  qui  est  le  seigneur  du  pays,  mal  agi  à  mon  égard,  en  disant  à  cet 
nous  a  dit  :  Voici  comment  je  saurai  homme  que  vous  aviez  encore  un  frère? 
si  vous  êtes  sincères.  Laissez  auprès  'Ils  répondirent  :  Cet  homme  nous  a 
de  moi  l'un  de  vos  frères,  prenez  de  interrogés  sur  nous  et  sur  notre  fa- 
quoi  nourrir  vos  familles,  partez,  ^*et  mille,  en  disant  :  Votre  père  vit-il  en- 
amenez-moi  votre  jeune  frère.  Je  sau-  core?avez-YOus  un  frère  PEtnous  avons 
rai  ainsi  que  vous  n'êtes  pas  des  es-  répondu  à  ces  questions.  Pouvions- 
])ions,  que  vous  êtes  sincères  ;  je  vous  nous  savoir  qu'il  dirait  :  Faites  des- 
rendrai votre  frère,  et  vous  pourrez  li-  cendre  votre  frère? 
brement  parcourir  le  pays.  ''Juda  dit  à  Israël,  son  père  :  Laisse 
^^ Lorsqu'ils  vidèrent  leurs  sacs,  voi-  venir  l'enfant  avec  moi,  afin  cpie  nous 
ci,  le  paquet  d'argent  de  chacun  était  nous  levions  et  que  nous  partions;  et 

a.  Il  reste  seul  de  la  même  mère  Kachel. 


49 


Chap.  4r3, 


.0-3?. 


GENESE. 


nous  vivrons  et  ne  mourrons  pas,  nous,  seigneur,  nous  sommes  déjà  descen- 

toi  et  nos  enfants.  ^Je  réponds  de  lui  ;  dus  une  fois  pour  acheter  des  vivres, 

tu  le  redemanderas  de  ma  main.  Si  je  -'Puis,  quand  nous  arrivâmes  au  lieu 

ne  le  ramène  pas  auprès  de  toi  et  si  je  où  nous  devions  passer  la  nuit,  nous 

ne  le  remets  pas  devant  ta  face,  je  se-  avons  ouvert  nos  sacs;  et  voici,  Tar- 

rai  pour  toujours  coupable  envers  toi.  gent  de  chacun  était  à  l'entrée  de  son 

"Garsi  nous  n'eussions  pas  tardé,  nous  sac,  notre  argent  selon  son  poids  :  nous 

serions  maintenant  deux  fois  de  retour,  le  rapportons  avec  nous. --Nous  avons 

"Israël,  leur  père,  leur  dit  :  Puisqu'il  aussi  apporté  de  l'autre  argent,  pour 

le  faut,  faites  ceci.  Prenez  dans  vos  sacs  acheter  des  vivres.  Nous  ne  savons  pas 

des  meilleures  productions  du  pays,  qui  avait  mis  notre  argent  dans  nos 

pouren  porterun  présentàcethomme,  sacs.  -^L  intendant  répondit  :  Que  la 

un  peu  de  baume  et  un  peu  de  miel,  des  paix  soit  avec  vous  !  Ne  craignez  rien, 

aromates,  de  la  myrrhe,  des  pistaches  C'est  votre  Dieu,  le  Dieu  de  votre  père, 

et  des  amandes.  '-Prenez  avec  vous  de  qui  vous  a  donné  un  trésor  dans  vos 

l'autre  argent,  et  remportez  l'argent  sacs.  Votre  argent  m'est  parvenu.  Et 

qu'on  avait  misa  l'entrée  de  vos  sacs  :  il  leur  amena  Siméon.  -*Cet  homme  les 

peut-être  était-ce  une  erreur.  '^Prenez  lit  entrer  dans  la  maison  de  Joseph;  il 

votre  frère,  et  levez-vous;  retournez  leur  donna  de  l'eau,  et  ils  se  lavèrent 


vers  cet  homme.  '''Que  le  Dieu  tout- 
puissant  vous  fasse  trouver  grâce  de- 
vant cet  homme,  et  qu'il  laisse  revenir 
avec  vous  votre  autre  frère  et  Benja- 


les  pieds;  il  donna  aussi  du  fourragea 
leui's  ânes.  "Ils  préparèrent  leur  pré- 
sent, en  attendant  que  Joseph  vînt  à 
midi;  car  on  les  avait  informés  c[u'ils 


min!  Et  moi,  si  je  dois  être  privé  de      mangeraient  chez  lui. 
mes  enfants,  que  j'en  sois  privé!  -^Quand  Joseph  fut  arrivé  à  la  mai- 

'^Ils  prirent  le  présent;  ils  prirent  son,  ils  lui  offrirent  le  présent  cju'ils 
avec  eux  de  l'autre  argent,  ainsi  que  avaient  apporté,  et  ils  se  prosternèrent 
Benjamin;  ils  se  levèrent,  descendi-  en  terre  devant  lui.  "Il  leur  demanda 
rent  en  Egypte,  et  se  présentèrent  de-  comment  ils  se  jjortaient;  et  il  dit  : 
vaut  Joseph.  Votre  vieux  père,  dont  vous  avez  parlé, 

'*Dès  que  Joseph  vit  avec  eux  Ben-  est-il  en  bonne  santé?  vit-il  encore? 
jamin,  il  dit  à  son  intendant  :  Fais  en-  -41s  répondirent  :  Ton  serviteur,  notre 
trer  ces  gens  dans  la  maison,  tue  et  père,  est  en  bonne  santé  ;  il  vit  encore, 
apprête  ;  car  ces  gens  mangeront  avec  Et  ils  s'inclinèrent  et  se  prosternèrent, 
moi  à  midi.  "Cet  homme  fit  ce  que  Jo-  ^''Joseph  leva  les  yeux;  et,  jetant  un  re- 
seph  avait  ordonné,  et  il  conduisit  ces  gard  sur  Benjamin,  son  frère,  fils  de  sa 
gens  dans  la  maison  de  Joseph.  '^Ils  mère,  il  dit  :  Est-ce  là  votre  jeune  frère, 
eurent  peur  lorsqu'ils  furent  conduits  dont  vous  m'avez  parlé?  Et  il  ajouta  : 
à  la  maison  de  Joseph,  et  ils  dirent  :      Dieu  te  fasse  miséricorde,   mon  fils! 

^"Ses  entrailles  étaient  émues  pour  son 
frère,  et  il  avait  besoin  de  pleurer;  il 
entra  précipitamment  dans  une  cham- 
bre, et  il  y  pleura.  ^' Après  s'être  lavé 
le  visage,  il  en  sortit;  et,  faisant  des 
efforts  pour  se  contenir,  il  dit  :  Servez 


C'est  à  cause  de  l'argent  remis  l'autre 
fois  dans  nos  sacs  qu'on  nous  emmène  ; 
c'est  pour  se  jeter  sur  nous,  se  préci- 
piter sur  nous;  c'est  pour  nous  pren- 
dre comme  esclaves,  et  s'emparer  de 
nos  ânes.  ''■'Ils  s'approchèrent  de  l'in- 
tendant de  la  maison  de  Joseph,  et  lui 
adressèrent  la  parole,  à  l'entrée  de  la 


^-On  servit  Joseph  à  part,  et  ses  frè- 
niaison.  ^"Ils  lui  dirent  :  Pardon!  mon      res  à   part;   les   Egyptiens  qui  man- 


GENESE. 


Cita  p.   43,33-44,23. 


ffcaicnt  avec  lui  furent  servis  aussi  à 
part,  car  les  Egyptiens  ne  pouvaient 
pas  manger  avec  les  Hébreux,  parce 
([ue  c'est  à  leurs  yeux  une  abomina- 
tion. '"Les  frères  de  Joseph  s'assirent 
en  sa  présence,  le  premier-né  selon  son 
droit  d'aînesse,  et  le  plus  jeune  selon 
son  âge;  et  ils  se  regardaient  les  uns 
les  autres  avec  étonnenient.  ''Joseph 
leur  fit  porter  des  mets  qui  étaient  de- 
vant lui,  et  Renjamin  en  eut  cinq  fois 
plus  que  les  autres.  Ils  burent  et  s'eni- 
vrèrent avec  lui. 

Chnp.  XLIV.  'Joseph  donna  cet 
ordre  à  l'intendant  de  sa  maison  : 
Remplis  de  vivres  les  sacs  de  ces  gens, 
autant  qu'ils  en  pourront  porter,  et 
mets  l'argent  de  chacun  à  l'entrée  de 
son  sac.  -Tu  mettras  aussi  ma  coupe, 
la  coupe  d'argent,  à  l'entrée  du  sac 
du  plus  jeune,  avec  l'argent  de  son 
blé.  L'intendant  fit  ce  que  Joseph  lui 
avait  ordonné. 

^Le  matin,  dès  qu'il  fit  jour,  on  ren- 
voya ces  gens  avec  leurs  ânes.  *Ils 
étaient  sortis  de  la  ville,  et  ils  n'en 
étaient  guère  éloignés,  lorsque  Joseph 
dit  à  son  intendant  :  Lève-toi,  j)oursuis 
ces  gens;  et  quand  tu  les  auras  atteints, 
tu  leur  diras  :  Pourquoi  avez-vous  ren- 
du le  mal  pour  le  bien  ?  ^N'avez-vous 
pas  la  coupe  dans  laquelle  boit  mon 
seigneur,  et  dont  il  se  sert  pour  devi- 
ner? Vous  avez  mal  fait  d'agir  ainsi. 
*L'intendant  les  atteignit,  et  il  leur  dit 
ces  mêmes  paroles.  ^Ils  lui  répondi- 
rent :  Pourquoi  mon  seigneur  parle-t-il 
de  la  sorte?  Dieu  préserve  tes  servi- 
teurs d'avoir  commis  une  telle  action  ! 
^"Voici,  nous  t'avons  rapporté  du  pays      faut  avait  un  frère  qui  est  mort,  et  qui 


selon  vos  paroles!  Celui  sur  qui  se 
trouvera  la  coupe  sera  mon  esclave  ;  et 
vous,  vous  serez  innocents.  "Aussitôt, 
chacun  descendit  son  sac  à  terre,  et 
chacun  ouvrit  son  sac.  '-L'intendant 
les  fouilla,  commençant  par  le  plus 
âgé  et  finissant  par  le  plus  jeune;  et  la 
coupe  fut  trouvée  dans  le  sac  de  Ren- 
jamin. 

'•'Ils  déchirèrent  leurs  vêtements, 
chacun  rechargea  son  âne,  et  ils  re- 
tournèrent à  la  ville.  ''Juda  et  ses  frè- 
res arrivèrent  à  la  maison  de  Joseph, 
où  il  était  encore,  et  ils  se  prosternè- 
rent en  terre  devant  lui.  '^Joseph  leur 
dit  :  Quelle  action  avez-vous  faite?  A'c 
savez-vous  pas  qu'un  homme  comme 
moi  a  le  pouvoir  de  deviner?  '^Juda  ré- 
pondit :  (^)ue  dirons-nous  à  mon  sei- 
gneur? comment  parlerons-nous?  com- 
ment nous  justifierons-nous?  Dieu  a 
trouvé  l'iniquitéde tes  serviteurs.  Nous 
voici  esclaves  de  mon  seigneur,  nous, 
et  celui  sur  qui  s'est  trouvée  la  coupe. 
"  Et  Josej)h  dit  :  Dieu  me  garde  de  faire 
cela!  L'homme  sur  qui  la  coupe  a  été 
trouvée  sera  mon  esclave;  mais  vous, 
remontez  en  paix  avec  votre  père. 

'"Alors  Juda  s'approcha  de  Joseph, 
et  dit  :  De  grâce,  mon  seigneur,  que 
ton  serviteur  puisse  faire  entendre  une 
j)arole  à  mon  seigneur,  et  que  sa  co- 
lère ne  s'enflamme  point  contre  ton 
serviteur!  car  tu  es  comme  Pharaon. 
''■•Mon  seigneur  a  interrogé  ses  servi- 
teurs, en  disant  :  Avez-vous  un  père, 
ou  un  frère?  -"Nous  avons  répondu  : 
Nous  avons  un  vieux  père,  et  un  jeune 
frère,  enfant  de  sa  vieillesse;  cet  en- 


de  Canaan  l'argent  que  nous  avons 
trouvé  à  l'entrée  de  nos  sacs  ;  comment 
aurions-nous  dérobé  de  l'argent  ou  de 
l'or  dans  la  maison  de  ton  seigneur! 
'jQue  celui  de  tes  serviteurs  sur  qui  se 
trouvera  la  coupe  meure,  et  que  nous 
soyons  nous-mêmes  esclaves  de  mon 
seigneur!  '"11  dit  :  Ou'il  en  soit  donc 


était  de  la  même  mère  ;  il  reste  seul,  et 
son  père  l'aime.  -'Tu  as  dit  à  tes  ser- 
viteurs :  Faites-le  descendre  vers  moi, 
et  que  je  le  voie  de  mes  propres  yeux. 
"Nous  avons  réjiondu  à  mon  seigneur: 
L'enfant  ne  peut  j^as  quitter  son  père; 
s'il  le  cjuitte,  son  père  mourra.  *^Tu  as 
dit  à  tes  serviteurs  :    Si  votre  jeune 


.1 


Chap.  4i,i'.-io,i'i. 


GENESE. 


frère  ne  descend  pas  avec  vous,  vous  à  ses  frères.  -II  éleva  la  voix,  en  pleu- 
ne  reverrez  ma  face.  ^'Lorsque  nous  rant.  Les  Egyptiens  l'entendirent,  et 
sommes  remontés  auprès  de  ton  servi-  la  maison  de  Pharaon  l'entendit, 
teur,  mon  père,  nous  lui  avons  rapporté  'Joseph  dit  à  ses  frères  :  Je  suis  Jo- 
ies paroles  de  mon  seigneur.  -^ Notre  seph  !  Mon  père  vit-il  encore?  Mais 
père  a  dit:  Retournez,  achetez-nous  un  ses  frères  ne  purent  lui  répondre,  car 
peu  de  vivres.  -*Nous  avons  répondu  :  ils  étaient  troublés  en  sa  présence. 
Nous  ne  pouvons  pas  descendre;  mais,  ■'Joseph  dit  à  ses  frères:  Approchez- 
si  notre  jeune  frère  est  avec  nous,  nous  vous  de  moi.  Et  ils  s'approchèrent.  II 
descendrons,  car  nous  ne  pouvons  ])as  dit:  Je  suis  Joseph,  votre  frère,  que 
voir  la  face  de  cet  homme,  à  moins  que  vous  avez  vendu  pour  être  mené  en 
notre  jeune  frère  ne  soit  avec  nous.  Egypte.  ^Maintenant,  ne  vous  affligez 
-'Ton  serviteur,  notre  père,  nous  a  dit:  pas,  et  ne  soyez  pas  fâchés  de  m'avoir 
Vous  savez  que  ma  femme  m'a  enfanté  vendu  pour  être  conduit  ici,  car  c'est 
deux  fils.  -*L'un  étant  sorti  de  chez  pour  vous  sauver  la  vie  cjue  Dieu  m'a 
moi,  je  pense  qu'il  a  été  sans  doute  dé-  envoyé  devant  vous.  '^  Voilà  deux  ans 
chiré,  car  je  ne  l'ai  pas  revu  jusqu'à  que  la  famine  est  dans  le  pays;  et 
présent.  -"Si  vous  me  prenez  encore  pendant  cinq  années  encore,  il  n'y 
celui-ci,  et  cju'il  lui  arrive  un  malheur,  aura  ni  labour,  ni  moisson.  'Dieu  m'a 
vous  ferez  descendre  mes  cheveux  envoyé  devant  vous  pour  vous  faire 
blancs  avec  douleur  dans  le  séjour  des  subsister  dans  le  pays,  et  pour  vous 
morts.  ""Maintenant,  si  je  retourne  au-  faire  vivre  par  une  grande  délivrance, 
près  de  ton  serviteur,  mon  père,  sans  *Ce  n'est  donc  pas  vous  qui  m'avez 
avoir  avec  nous  l'enfant  à  l'àme  duquel  envoyé  ici,  mais  c'est  Dieu;  il  m'a 
son  âme  est  attachée,  "'il  mourra,  en  établi  père"  de  Pharaon,  maître  de 
voyant  que  l'enfant  n'y  est  pas;  et  tes  toute  sa  maison,  et  gouverneur  de  tout 
serviteurs  feront  descendre  avec  dou-  le  pays  d'Egypte.  "Hàtez-vous  de  re- 
Icur  dans  le  séjour  des  morts  les  che-  monter  auprès  de  mon  père,  et  vous 
veux  blancs  de  ton  serviteur,  notre  lui  direz  :  Ainsi  a  parlé  ton  fds  Joseph  : 
père.  "'Car  ton  serviteur  a  répondu  Dieu  m'a  établi  seigneur  de  toute  l'E- 
pour  l'enfant,  en  disant  à  mon  père  :  gypte  ;  descends  vers  moi,  ne  tarde 
Si  je  ne  le  ramène  pas  auprès  de  toi,  pas!  '"Tu  habiteras  dans  le  pays  de 
je  serai  pour  toujours  coupable  envers  Gosen*,  et  tu  seras  près  de  moi,  toi, 
mon  père.  ""Permets  donc,  je  te  prie,  tes  fds,  et  les  fils  de  tes  fils,  tes  bre- 
à  ton  serviteur  de  rester  à  la  place  de  bis  et  tes  bœufs,  et  tout  ce  qui  est  à 
l'enfant,  comme  esclave  de  mon  sei-  toi.  "Là,  jeté  nourrirai,  car  il  y  aura 
gneur;  et  cjue  l'enfant  remonte  avec  encore  cinq  années  de  famine;  et  ainsi 
ses  frères.  "'Comment  pourrai-je  re-  tu  ne  périras  point,  toi,  ta  maison,  et 
monter  vers  mon  père,  si  l'enfant  n'est  tout  ce  qui  est  à  toi.  '-Vous  voyez  de 
pas  avec  moi?  Ah  !  c|ue  je  ne  voie  point  vos  yeux,  et  mon  frère  Benjamin  voit 
l'affliction  de  mon  père  !  de  ses  yeux  que  c'est  moi-même  qui 
Chap.  XLV.  'Joseph  ne  pouvait  vous  parle.  '"Racontez  à  mon  père 
plus  se  contenir  devant  tous  ceux  cjui  toute  ma  gloire  en  Egypte,  et  tout  ce 
l'entouraient.  II  s'écria  :  Faites  sortir  cjue  vous  avez  vu;  et  vous  ferez  des- 
tout le  monde,  et  il  ne  resta  personne  cendre  ici  mon  père  au  plus  tôt. 
avec  Joseph,  cjuand  il  se  fit  connaître  '^11  se  jeta  au  cou  de  Benjamin,  son 

a.  Père,  titre  honorifique  que  l'on  donnait  en  Orient  aux  ministres,  aux  princes  et  aux  grands  seigneurs. 

b.  Gosen,  province  de-  i'Égjple. 

52 


GENESE. 


Cliap.  4-J,  15-40, 13. 


frère,  et  ])Ieura;  et  Benjamin  plenra 
sur  son  cou.  '^11  embrassa  aussi  tous 
ses  frères,  en  pleurant.  Après  quoi, 
ses  frèi'es  sVntretini'cnt  avec  lui. 

'^Le  bruit  se  ré|iandit  dans  la  mai- 
son de  Pharaon  que  les  frères  de  Jo- 
seph étaient  arrivés  :  ce  qui  fut  agréa- 
ble à  Pharaon  et  à  ses  serviteurs. 
'"Pharaon  dit  à  Joseph  :  Dis  à  tes  frè- 
res :  Faites  ceci.  Chargez  vos  bêtes, 
et  partez  ])our  le  pays  de  Canaan  ; 
'éprenez  votre  père  et  vos  familles,  et 
venez  auprès  de  moi.  Je  vous  donnerai 
ce  qu'il  y  a  de  meilleur  au  pays  d'I^- 
gypte,  et  vous  mangerez  la  graisse  du 
pays.  "Tu  as  ordre  de  leur  dire  :  Faites 
ceci.  Prenez  dans  le  pays  d'Egypte 
des  chars  pour  vos  enfants  et  pour 
vos  femmes;  amenez   votre   père,   et 


regrettez    point    ce   que 


d'argent 
change. 


venez.   -"Ne 

vous  laisserez,  car  ce  qu'il  y  a  de  meil- 
leur dans  tout  le  pays  d'Egypte  sera 
pour  vous. 

-'Les  fils  d'Israël  firent  ainsi.  Jose])h 
leur  donna  des  chars,  selon  l'ordre  de 
Pharaon;  il  leur  donna  aussi  des  pro- 
visions pour  la  route.  "Il  leur  donna 
à  tous  des  vêtements  de  rechange,  et 
il  donna  à  Benjamin  trois  cents  sicles 
et  cinq  vêtements  de  re- 
-Ml  envoya  à  son  père  dix 
ânes  chargés  de  ce  qu'il  y  avait  de 
meilleur  en  Egypte,  et  dix  ànesses 
chargées  de  blé,  de  pain  et  de  vivres, 
pour  son  père  pendant  le  voyage.  -'Puis 
il  congédia  ses  frères,  (jui  partirent; 
et  il  leur  dit  :  N'ayez  pas  peur  en  che- 
min. 

-Mis  remontèrent  de  l'Egypte,  et  ils 
arrivèrent  dans  le  pays  de  Canaan, 
auprès  de  Jacob,  leur  \>ère.  -"Ils  lui 
dirent  :  Joseph  vit  encore,  et  même 
c'est  lui  fpii  gouverne  tout  le  pays 
d'Egy|)te.  Mais  le  cœur  de  Jacob  resta 
froid,  |)arce  qu'il  ne  les  croyait  pas. 
-'Us  lui  raj)poitèrent toutes  les  paroles 
(|ue  Josej)h  leur  avait  dites.  Il  vit  les 
chars  (jue  Josej)h  avait  envoyés  pour 


le  transporter.  C'est  alors  que  l'esprit 
de  Jacob,  leur  père,  se  ranima;  -'^et 
Israël  dit:  C'est  assez!  Joseph,  mon 
fils,  vit  encore!  J'irai,  et  je  le  verrai 
avant  que  je  meure. 

Arrh'cc  et  clahlisscmcnt  de  la  famille  de  Jarah 
en  l-^^i/ple. 

Cluip.  XJAl.  'Israël  partit  avec 
tout  ce  qui  lui  appartenait.  Il  arriva  à 
Beer-Schéba,  et  il  offrit  des  sacrifices 
au  Dieu  de  son  père  Isaac.  -Dieu  |)arh\ 
à  Israël  dans  une  vision  pendant  la 
nuit,  et  il  dit  :  Jacob  !  Jacob  !  Israël  ré- 
pondit :  Me  voici  !  -^Et  Dieu  dit  :  Je  suis 
le  Dieu,  le  Dieu  de  ton  père.  Ne  crains 
])oint  de  descendre  en  Egypte,  car  là 
je  te  ferai  devenir  une  grande  nation. 
^Moi-même  je  descendrai  avec  toi  en 
Egypte,  et  moi-même  je  t'en  ferai  re- 
monter; et  Joseph  te  fermera  les  yeux. 

'-'Jacob  quitta  Beer-Schéba;  et  les 
fils  d'Israël  mirent  Jacob,  leur  père, 
avec  leurs  enfants  et  leurs  femmes, 
sur  les  chars  que  Pharaon  avait  en- 
voyés pour  les  transporter.  "Ils  ]iri- 
rent  aussi  leurs  troupeaux  et  les  biens 
qu'ils  avaient  acquis  dans  le  pays  de 
Canaan.  'Et  Jacob  se  rendit  en  Egypte, 
avec  toute  sa  famille.  II  emmena  avec 
lui  en  Egypte  ses  fils  et  les  fils  de  ses 
fils,  ses  filles  et  les  filles  de  ses  fils, 
et  toute  sa  famille. 

*'Voici  les  noms  des  fils  d'Israël  qui 
vinrent  en  Egypte. 

Jacob  et  ses  fils. 

Premier-né  de  Jacob  :  Rid)en. 

«FilsdeHuben  :  llénoc,  Pallu,  llcts- 
ron  et  Carmi.  —  '"Fils  de  Siméon  : 
Jemuel,  Jamin,  Ohad,  Jakin  et  Tso- 
char;  et  Saul,  fils  de  la  Cananéenne. 
—  "FilsdeLévi:  Guerschon,  Kehath 
et  Merari.  — '-FilsdeJuda  :  Er,  Onan, 
Schéla,  Pérets  et  Zarach  ;  mais  f^r  et 
Onan  moururent  au  jiays  de  Canaan. 
Les  fils  de  Pérets  furent  Ilctsron  et 
Ilamul.    —   '-'Fils   d'Issacar  :    Thola , 


53 


Chap.  46,  i',-i7,i. 


GENESE. 


Puva,  Job  et  Schimron.  - —  "Fils  de 
Zabulon  :  Séred,  Elon  et  Jahleel. 

'^Ce  sont  là  les  fils  que  Léa  enfanta 
à  Jacob,  à  Paddan-Aram,  avec  sa  fille 
Dina.  Ses  fils  et  ses  filles  formaient  en 
tout  trente-trois  personnes. 

*^Fils  de  Gad  :  Tsiphjon ,  Haggi , 
Scbuni,  Etsbon,  Eri,  Arodi  et  Areéli. 
• — '"Fils  d'Aser  :  Jimna,  Jiscbva,  Jisch- 
vi  et  Beria;  et  Sérach,  leur  sœur.  Et 
les  fils  de  Beria  :  Héber  et  Malkiel. 

'^Ce  sont  là  les  fils  de  Zilpa,  que 
Laban  avait  donnée  à  Léa,  sa  fille;  et 
elle  les  enfanta  à  Jacob.  En  tout  seize 
personnes. 

''Fils  de  Rachel,  femme  de  Jacob  : 
Joseph  et  Benjamin.  —  -"Il  naquit  à 
Joseph,  au  pays  d'Egypte,  Manassé  et 
Ephraïm,  que  lui  enfanta  Asnath,  fille 
de  Poti-Phéra,  prêtre  d'On.  —  -'Fils 
de  Benjamin  :  Bêla,  Béker,  Aschbel, 
Guéra,  Naaman,  Ehi,  Rosch,  Muppim, 
Iluppim  et  Ard. 

^-Ce  sont  là  les  fils  de  Rachel,  qui 
naquirent  à  Jacob.  En  tout  quatorze 
personnes. 

-3 Fils  de  Dan  :  Huschim.  —-"Fils de 
Nephthali  :  Jathtseel,  Guni,  Jetser  et 
Schillem. 

-^Ce  sont  là  les  fils  de  Bilha,  que 
Laban  avait  donnée  à  Rachel,  sa  fille; 
et  elle  les  enfanta  à  Jacob.  En  tout 
sept  personnes. 

'-^Les  personnes  qui  vinrent  avec 
Jacob  en  Egypte,  et  qui  étaient  issues 
de  lui,  étaient  au  nombre  de  soixante- 
six  en  tout,  sans  com])ter  les  femmes 
des  fils  de   Jacob.   "Et  Joseph   avait     donc  à  tes  serviteurs  d'habiter  au  pays 


longtemps  sur  son  cou.  ^"Israël  dit  à 
Joseph  :  Que  je  meure  maintenant, 
puisque  j'ai  vu  ton  visage  et  que  tu 
vis  encore  ! 

^'Joseph  dit  à  ses  frères  et  à  la  fa- 
mille de  son  père  :  Je  vais  avertir  Pha- 
raon, et  je  lui  dirai:  Mes  frères  et  la 
famille  de  mon  père,  qui  étaient  au 
pays  de  Canaan,  sont  arrivés  auprès 
de  moi.  ^-Ces  hommes  sont  bergers, 
car  ils  élèvent  des  troupeaux;  ils  ont 
amené  leurs  brebis  et  leurs  bœufs,  et 
tout  ce  qui  leur  appartient.  ''Et  quand 
Pharaon  vous  appellera,  et  dira  :  Quelle 
est  votre  occupation  ?  '■'vous  répon- 
drez :  Tes  serviteurs  ont  élevé  des 
troupeaux,  depuis  notre  jeunesse  jus- 
qu'à présent,  nous  et  nos  pères.  De 
cette  manière,  vous  habiterez  dans  le 
pays  de  Gosen,  car  tous  les  bergers 
sont  en  abomination  aux  Egyptiens. 

Chap.  XLVIT.  'Joseph  alla  avertir 
Pharaon,  et  lui  dit  :  Mes  frères  et  mon 
père  sont  arrivés  du  pays  de  Canaan, 
avec  leurs  brebis  et  leurs  bœufs,  et 
tout  ce  qui  leur  appartient;  et  les  voici 
dans  le  pays  de  Gosen.  -Il  prit  cinq  de 
ses  frères,  et  les  présenta  à  Pharaon. 
'Pharaon  leur  dit  :  Quelle  est  votre 
occupation  ?  Ils  répondirent  à  Pharaon  : 
Tes  serviteurs  sont  bergers,  comme 
l'étaient  nos  pères.  ■'Ils  dirent  encore 
à  Pharaon  :  Nous  sommes  venus  pour 
séjourner  dans  le  pays,  parce  qu'il 
n'v  a  plus  de  pâturage  pour  les  brebis 
de  tes  serviteurs,  caria  famine  s'appe- 
santit sur  le  pays  de  Canaan;  permets 


deux  fils  qui  lui  étaient  nés  en  Egypte. 
—  Le  total  des  personnes  de  la  famille 
de  Jacob  qui  vinrent  en  Egypte  était 
de  soixante-dix. 

-^Jacob  envoya  Juda  devant  lui  vers 
Joseph,  pour  l'informer  qu'il  se  ren- 
dait en  Gosen.  -'Joseph  attela  son  char 
et  y  monta,  pour  aller  en  Gosen,  à  la 
rencontre  d'Israël,  son  père.  Dès  qu'il 
le  vit,  il  se  jeta  à  son  cou,  et  pleura 


de  Gosen.  ^Pharaon  dit  à  Joseph:  Ton 
père  et  tes  frères  sont  venus  auprès 
de  toi.  *Le  pays  d'Egypte  est  devant 
toi  ;  établis  ton  père  et  tes  frères  dans 
la  meilleure  partie  du  pays.  Qu'ils  ha- 
bitent dans  le  pays  de  Gosen  ;  et,  si  tu 
trouves  jjarmi  eux  des  hommes  capa- 
bles, mets-les  à  la  tête  de  mes  trou- 
peaux. 

'Joseph  fit  venir  Jacob,  son  père,  et 


54 


GENESE. 


Chap.  47,8-21 


\q  présenta  à  Pharaon.  Et  Jacob  l)cnit 
Pharaon.  ^Pharaon  dit  à  Jacob  :  (^)uel 
est  le  nomlire  de  jours  des  années  de 
ta  vie  ?  'Jacob  réjiondit  à  Pharaon  : 
Les  jours  des  années  de  mon  pèleri- 
nage sont  de  cent  trente  ans.  Les  jours 
lies  années  de  ma  vie  ont  été  peu  nom- 
breux et  mauvais,  et  ils  n'ont  point 
atteint  les  jours  des  années  de  la  vie 
de  mes  pères  durant  leur  pèlerinage. 
'"Jacob  bénit  encore  Pharaon,  et  se 
retira  de  devant  Pharaon. 

"Joseph  établit  son  père  et  ses  frè- 
res, et  leur  donna  une  propriété  dans 
le  pays  d'Egypte,  dans  la  meilleure 
])artie  du  pays ,  dans  la  contrée  de 
Ramsès,  comme  Pharaon  lavait  or- 
donné. '"Joseph  fournit  du  pain  à  son 
père  et  à  ses  frères,  et  à  toute  la  fa- 
mille de  son  jière,  selon  le  nombre  des 
enfants. 

''Il  n'y  avait  plus  de  pain  dans  tout 
le  pays,  caria  famine  était  très  grande; 
le  pays  d'Egypte  et  le  pays  de  Canaan 
languissaient,  à  cause  de  la  famine. 
'^Joseph  recueillit  tout  l'argent  qui  se 
trouvait  dans  le  pays  d'Egypte  et  dans 


à  mon  seigneur  que  l'argent  est  épuisé, 
et  que  les  troupeaux  de  bétail  ont  été 
amenés  à  mon  seigneur;  il  ne  reste 
devant  mon  seigneur  que  nos  corps  et 
nos  terres.  '^Pourquoi  mourrions-nous 
sous  tes  yeux,  nous  et  nos  terres? 
Achète-nous  avec  nos  terres  contre  du 
pain,  et  nous  appartiendrons  à  mon 
seigneur,  nous  et  nos  terres.  Donne- 
nous  de  cjuoi  semer,  afin  (pie  nous 
vivions  et  que  nous  ne  mourrions  pas, 
et  que  nos  terres  ne  soient  pas  déso- 
lées.-"Joseph  acheta  toutes  les  terres 
delEgyptepourPharaon  ;  carlesEgvp- 
tiens  vendirent  chacun  leur  champ, 
parce  que  la  famine  les  pressait.  l']t  le 
])ays  devint  la  propriété  de  Pharaon. 
-'  Il  fit  passer  le  peuple  dans  les  villes, 
d'un  bout  à  l'autre  des  frontières  de 
l'Egypte.  -^Seulement,  il  n'acheta 
point  les  terres  des  prêtres,  ])arce  qu'il 
y  avait  une  loi  de  Pharaon  en  faveur 
des  prêtres,  qui  vivaient  du  revenu 
que  leur  assurait  Pharaon  :  c'est  pour- 
quoi ils  ne  vendirent  point  leurs  terres. 
-•^Joseph  dit  au  peuple  :  Je  vous  ai 
achetés  aujourd'hui  avec  vos  terres. 


le  pays  de  Canaan,  contre  le  blé  qu'on      pour  Pharaon;  voici  pour  vous  île  la 


achetait  ;  et  il  fit  entrer  cet  argent  dans 
la  maison  de  Pharaon.  '^ Quand  l'ar- 
gent du  pays  d'Egvpte  et  du  pays  de 
Canaan  fut  épuisé,  tous  les  Egyptiens 
vinrent  à  Joseph,  en  disant:  Donne- 
nous  du  pain  !  Pourquoi  mourrions- 
nous  en  ta  présence  ?  car  l'argent 
manque.  '^Joseph  dit  :  Donnez  vos 
troupeaux,  et  je  vous  donnerai  du  pain 
contre  vos  troupeaux,  si  l'argent  man- 
que. '"Ils  amenèrent  leurs  troupeaux 
à  Joseph,  et  Joseph  leur  donna  du  pain 
contre  les  chevaux,  contre  les  trou- 
peaux de  brebis  et  de  bœufs  et  contre 
les  ânes.  Il  leur  fournit  ainsi  du  pain 
cette  année-là  contre  tous  leurs  trou- 
peaux. 

"Lorsque  cette  année  fut  écoulée, 
ils  vinrent  à  Joseph  l'année  suivante, 
et  lui  dirent  :  Nous  ne  cacherons  point 


semence,  et  vous  pourrez  ensemencer 
le  sol.  -*A  la  récolte,  vous  donnerez 
un  cinquième  à  Pharaon,  et  vous  au- 
rez les  quatre  autres  parties,  pour  en- 
semencer les  champs,  et  pour  vous 
nourrir  avec  vos  enfants  et  ceux  qui 
sont  dans  vos  maisons.  -^Ils  dirent  : 
Tu  nous  sauves  la  vie  !  que  nous  trou- 
vions grâce  aux  yeux  de  mon  seigneur, 
et  nous  serons  esclaves  de  Pharaon. 
-Moseph  fit  de  cela  une  loi,  qui  a  sub- 
sisté jusqu'à  ce  jour,  et  d'après  lacpielle 
un  cinquième  du  revenu  des  terres  de 
l'Egypte  appartient  à  Pharaon;  il  n'y 
a  (jue  les  terres  des  prêtres  qui  ne 
soient  point  à  Pharaon. 

-'  Israël  habita  dans  le  pavs  d' Egypte, 
dans  le  pays  de  Gosen.  Ils  curent  des 
possessions,  ils  furent  féconds  et  mul- 
tiplièrent beaucoup. 


55 


Chnp.  47,2s-48, 19. 


GENESE. 


^'^Jacob  vécut  dix-sept  ans  dans  le 
pays  d'Egypte  ;  et  les  jours  des  années 
de  la  vie  de  Jacob  furent  de  cent  qua- 
rante-sept ans.  ^'Lorsque  Israël  appro- 
cha du  moment  de  sa  mort,  il  appela 
son  fds  Joseph,  et  lui  dit  :  Si  j'ai  trouvé 
grâce  à  tes  yeux,  mets,  je  te  prie,  ta 
main  sous  ma  cuisse,  et  use  envers 
moi  de  bonté  et  de  fidélité  :  ne  m'en- 
terre pas  en  Egypte  !  ^^ Quand  je  serai 
couché  avec  mes  pères,  tu  me  trans- 
porteras hors  de  l'Egvpte,  et  tu  m'en- 
terreras dans  leur  sépulcre.  Joseph 
répondit  :  Je  ferai  selon  ta  parole. 
•^' Jacob  dit:  Jure-le-moi.  Et  Joseph  le 
lui  jura.  Et  Israël  se  prosterna  sur  le 
chevet  de  son  lit. 


dit  :  Qui  sont  ceux-ci  ?  ^Joseph  répon- 
dit à  son  père  :  Ce  sont  mes  fils,  que 
Dieu  m'a  donnés  ici.  Israël  dit  :  Fais- 
les,  je  te  prie,  approcher  de  moi,  pour 
que  je  les  bénisse.  '"Les  yeux  d'Israël 
étaient  appesantis  par  la  vieillesse,  il 
ne  pouvait  plus  voir.  Joseph  les  fit 
approcher  de  lui;  et  Israël  leur  donna 
un  baiser,  et  les  embrassa.  "Israël  dit 
à  Joseph  :  Je  ne  pensais  ])as  revoir  ton 
visage,  et  voici  que  Dieu  me  fait  voir 
même  ta  postérité.  '^Joseph  les  retira 
des  genoux  de  son  père,  et  il  se  pros- 
terna en  terre  devant  lui.  '^Puis  Joseph 
les  prit  tous  deux,  Ephraïm  de  sa 
main  droite  à  la  gauche  d'Israël,  et 
Manassé  de  sa  main  gauche  à  la  droite 


Chap.  XLVIII.      'Après  ces  choses,      d'Israël,  et  il  les  fit  approcher  de  lui. 


l'on  vint  dire  à  Joseph  :  Voici,  ton 
père  est  malade,  et  il  prit  avec  lui  ses 
deux  fils,  Manassé  et  Ephraïm.  ^On 
avertit  Jacob,  et  on  lui  dit  :  Voici  ton 
fils  Joseph  qui  vient  vers  toi,  et  Israël 
rassembla  ses  forces,  et  s'assit  sur  son 
lit. 

^Jacob  dit  à  Joseph  :  Le  Dieu  tout- 
puissant  m'est  apparu  à  Luz",  dans  le 
pays  de  Canaan,  et  il  m'a  béni.  *I1  m'a 
dit:  Je  te  rendrai  fécond,  je  te  multi- 
plierai, et  je  ferai  de  toi  une  multitude 


'^Israël  étendit  sa  main  droite  et  la 
posa  sur  la  tète  d'Ephraïm  qui  était  le 
plus  jeune,  et  il  posa  sa  main  gauche 
sur  la  tète  de  Manassé  :  ce  fut  avec 
intention  qu'il  posa  ses  mains  ainsi, 
car  Manassé  était  le  premier-né.  '^11 
bénit  Joseph,  et  dit  :  Que  le  Dieu  en 
présence  duquel  ont  marché  mes  pè- 
res, Abraham  et  Isaac,  que  le  Dieu 
qui  m'a  conduit  depuis  que  j'existe 
jusqu'à  ce  jour,  '^que  l'ange  qui  m'a 
délivré  de  tout  mal ,   bénisse  ces  en- 


de  peuples;  je  donnerai  ce  pays  à  ta  fants  !  Qu'ils  soient  appelés  de  mon 
postérité  après  toi,  pour  qu'elle  le  nom  et  du  nom  de  mes  pères,  Abra- 
possède  à  toujours.  ^Maintenant,  les  ham  et  Isaac,  et  qu'ils  multiplient  en 
deux  fils  qui  te  sont  nés  au  pays  d'E-     abondance  au  milieu  du  pays  !  '"Joseph 

vit  avec  déplaisir  que  son  père  posait 
sa  main  droite  sur  la  tête  d'Ephraïm; 
il  saisit  la  main  de  son  père,  pour  la 
détourner  de  dessus  la  tête  d'Ephraïm, 
et  la  diriger  sur  celle  de  Manassé.  "*Et 
Joseph  dit  à  son  père  :  Pas  ainsi,  mon 
père,  car  celui-ci  est  le  premier-né; 
pose  ta  main  droite  sur  sa  tête.  '^Son 
])ère  refusa,  et  dit:  Je  le  sais,  mon 
fils,  je  le  sais;  lui  aussi  deviendra  un 
peuple,  lui  aussi  sera  grand;  mais  son 
frère  cadet  sera  plus  grand  que  lui,  et 
sa  postérité  deviendra  une  midtitude 


gypte,  avant  mon  arrivée  vers  toi  en 
Egypte,  seront  à  moi;  Ephraïm  et  Ma- 
nassé seront  à  moi,  comme  Ruben  et 
Siniéon.  "Mais  les  enfants  que  tu  as 
engendrés  a])rès  eux  seront  à  toi;  ils 
seront  appelés  du  nom  de  leurs  frères 
dans  leur  héritage.  "A  mon  retour  de 
Paddan,  Hachel  mourut  en  route  au- 
près de  moi,  dans  le  pays  de  Canaan, 
à  quelque  distance  d'Ephrata;  et  c'est 
là  que  je  l'ai  enterrée,  sur  le  chemin 
d'E|)hrata,  qui  est  Bethléhem. 

''Israël  regarda  les  fils  de  Joseph,  et 

a.  Iji:.  mnieii  num  de  Ilethel;  voy.  28,  19;  31,  13;  et  35,  7. 

56 


GENÈSE.  Chap.  48,w-49,i2. 

de  nations.  ^^II  les  bénit  ce  jour-là,  et  main  des  Amoréens,  avec  mon  épce  et 

tlil  :  C'est  par  toi  qu'Israël  bénira,  en  mon  arc. 

disant  :    Que    Dieu    te   traite    comme 

Éphraïm  et  comme  Manassé  !  Et  il  mit  Hénédictior,  prophétique  de  Jacob  à  .es  douze 

,   ^,  HT  .  fils- — Mon  de  Jacob. Ses  l'iinéraillca  dans 

Ephraïm  avant  Manasse.  '  ,    „  ^T    ,  i    i      .  i. 

I  ....  le  pays  de  Canaan.  — Mort  de  Joseph. 

-'Israël  dit  à  Joseph  :  Voici,  je  vais 
mourir!  Mais  Dieu  sera  avec  vous,  et  Chnp.  XLIX.      'Jacob   appela   ses 

il  vous  fera  retourner  dans  le  pays  de  fils,  et  dit  :  Assemblez-vous,  et  je  vous 

vos  pères.  -*Je  te  donne,  de  plus  qu'à  annoncerai  ce  qui  vous  arrivera  dans 

tes  frères,  une  part  que  j'ai  prise  de  la  la  suite  des  temps. 

-Rassemblez-vous,  et  écoutez,  fils  de  Jacob  ! 
Ecoutez  Israël,  votre  père  ! 

'Ruben,  toi,  mon  premicr-nc 
La  force  et  les  prémices  de  ma  vigueur. 

Supérieur  en  dignité  et  supérieur  en  puissance, 

•'Impétueux  comme  les  eaux,  tu  n'auras  pas  la  prééminence. 
Car  tu  es  monté  sur  la  couche  de  ton  père. 
Tu  as  souillé  ma  couche  en  y  montant. 

^Siméon  et  Lévi  sont  frères; 
Leurs  glaives  sont  des  instruments  de  violence. 

^Que  mon  âme  n'entre  point  dans  leur  conciliabule, 
{)\iQ  mon  esprit  ne  s'unisse  point  à  leur  assemblée  ! 

Car,  dans  leur  colère,  ils  ont  tué  des  hommes, 
Et,  dans  leur  méchanceté,  ils  ont  coupé  les  jarrets  des  taureaux. 

'.Maudite  soit  leur  colère,  car  elle  est  violente. 
Et  leur  fureur,  car  elle  est  cruelle  ! 

Je  les  séparerai  dans  Jacob, 
Et  je  les  disperserai  dans  Israël. 

*Juda,  tu  recevras  les  hommages  de  tes  frères; 
Ta  main  sera  sur  la  nu(pie  de  tes  ennemis. 

Les  fils  de  ton  père  se  prosterneront  devant  toi. 
"Juda  est  un  jeune  lion. 
Tu  reviens  du  carnage,  mon  fils  ! 

Il  ploie  les  genoux,  il  se  couche  comme  un  lion. 
Comme  une  lionne  :  qui  le  fera  lever? 

'°Le  sceptre  ne  s'éloignera  point  de  Juda, 
Ni  le  bâton  souverain  d'entre  ses  pieds, 

Jusqu'à  ce  que  vienne  le  rejios. 
Et  que  les  peuj)les  lui  obéissent. 

"Il  attache  à  la  vigne  son  âne. 
Et  au  meilleur  cep  le  petit  de  son  ànesse; 

Il  lave  dans  le  vin  son  vêtement. 
Et  dans  le  sang  des  raisins  son  manteau. 

'*I1  a  les  yeux  rouges  de  vin. 
Et  les  dents  blanches  de  lait. 

57 


C/mp.  49,13-27.  GENÈSE. 

"Zabulon  habitera  sur  la  côte  des  mers, 
Il  sera  sur  la  côte  des  navires, 

Et  sa  limite  s'étendra  du  côté  de  Sidon. 

'^Issacar  est  un  àne  robuste, 
Oui  se  couche  dans  les  étables. 

'^11  voit  que  le  lieu  où  il  repose  est  agréable. 
Et  que  la  contrée  est  magnifique; 

Et  il  courbe  son  épaule  sous  le  fardeau, 
11  s'assujettit  à  un  tribut. 

'^Dan  jugera  son  peuple, 
Comme  l'une  des  tribus  d'Israël. 

*'Dan  sera  un  serpent  sur  le  chemin. 
Une  vipère  sur  le  sentier, 

Mordant  les  talons  du  cheval, 
Pour  que  le  cavalier  tombe  à  la  renverse. 

'*J'espère  en  ton  secours,  ô  Eternel  ! 

'^Gad  sera  assailli  par  des  bandes  armées. 
Mais  il  les  assaillira  et  les  poursuivra. 

^"Aser  produit  une  nourriture  excellente. 
Il  fournira  les  mets  délicats  des  rois. 

^'Nephthali  est  une  biche  en  liberté; 
Il  profère  de  belles  paroles. 

^^Joseph  est  le  rejeton  d'un  arbre  fertile. 
Le  rejeton  d'un  arbre  fertile  près  d'une  source; 
Les  branches  s'élèvent  au-dessus  de  la  muraille. 
^^Ils  l'ont  provoqué,  ils  ont  lancé  des  traits; 
Les  archers  l'ont  poursuivi  de  leur  haine. 

-^Mais  son  arc  est  demeuré  ferme, 
Et  ses  mains  ont  été  fortifiées 

Par  les  mains  du  puissant  de  Jacob  : 
Il  est  ainsi  devenu  le  berger,  le  rocher  d'Israël. 

"C'est  l'œuvre  du  Dieu  de  ton  père,  qui  t'aidera; 
C'est  l'œuvre  du  tout-puissant,  qui  te  bénira. 
Des  bénédictions  des  cieux  en  haut. 
Des  bénédictions  des  eaux  en  bas. 

Des  bénédictions  des  mamelles  et  du  sein  maternel. 
^*Les  bénédictions  de  ton  père  s'élèvent 
Au-dessus  des  bénédictions  de  mes  pères 
Jusqu'à  la  cime  des  collines  éternelles  : 
Qu'elles  soient  sur  la  tête  de  Joseph, 
Sur  le  sommet  de  la  tête  du  prince  de  ses  frères. 

-"Benjamin  est  un  loup  qui  déchire; 
Le  matin,  il  dévore  la  proie. 
Et  le  soir,  il  partage  le  butin. 

58 


GENESE. 


Vhap.  19,2s-o0,, 


-*Cc  sont  là  tous  ceux  qui  forment      vitcurs  de  Pharaon,  anciens  de  sa  mai- 
les  douze  tribus  d'Israël.  Et  c'est  là  ce      son,  tous  les  anciens  du  pays  d'Egypte, 


Houte  la  maison  de  Joseph,  ses  frères, 
et  la  maison  de  son  père  :  on  ne  laissa 
dans  le  pays  de  Gosen  que  les  enfants, 
les  brebis  et  les  bœufs.  "Il  y  avait  en- 
core avec  Joseph  des  chars  et  des  ca- 


que leur  dit  leur  père  en  les  bénissant. 
Il  les  bénit  chacun  selon  leur  bénédic- 
tion. 

-"Puis  il  leur  donna  cet  ordre  :  Je 
vais  être  recueilli  auprès  de  mon  peu- 
pic;  enterrez-moi  avec  mes  pères,  dans  valiers,  en  sorte  que  le  cortège  était 
la  caverne  (pii  est  au  champ  d'Ephron,  très  nombreux.  '"Arrivés  à  l'aire  d'A- 
le  Héthien, -'"dans  la  caverne  du  champ  thad,  qui  est  au  delà  du  Jourdain,  ils 
de  Macpéla,  vis-à-vis  de  Mamré,  dans  firententendredegrandeset profondes 
le  pavs  de  Canaan.  C'est  le  chanq)  lamentations  ;  et  Joseph  fit  en  l'hon- 
qu'Abraham  a  acheté  d'Ephron,  le  neur  de  son  père  un  deuil  de  sept  jours. 
Iléthien,  comme  propriété  sépulcrale.  "Leshabitantsdu  pays,  les  Cananéens, 
^'Là  on  a  enterré  Abraham  et  Sara,  sa  furent  témoins  de  ce  deuil  dans  l'aire 
femme;  là  on  a  enterré  Isaac  et  Rc-  d'Athad,  et  ils  dirent  :  Voilà  un  grand 
becca,  sa  femme  ;  et  là  j'ai  enterré  Léa.  deuil  parmi  les  Egyptiens  !  C'est  pour- 
^■-Le  champ  et  la  caverne  qui  s'v  trouve  (juoi  l'on  a  donné  le  nom  d'AIiel-Mits- 
ont  été  achetés  des  fils  de  Ileth.  laïm  "  à  cette  aire  qui  est  au  delà  du 

'^Lorsque  Jacob  eut  achevé  de  don-  Jourdain, 

ner  ses  ordres  à  ses  fils,  il  retira  ses  '-C'est  ainsi  que   les   fils  de  Jacob 


pieds  dans  le  lit,  il  expira,  et  fut  re- 
cueilli auprès  de  son  j^euple. 

Chap.  L.     'Joseph  se  jeta  sur  le  vi- 
sage de  son  père,  pleura  sur  lui,  et  le 


exécutèrent  les  ordres  de  leur  père. 
*^IIs  le  transportèrent  au  j^ays  de  Ca- 
naan, et  l'enterrèrent  dans  la  caverne 
du   champ  de   Mac])éla,   qu'Abraham 


l)aisa. -Il  ordonna  aux  médecins  à  son  avait  achetée  d'Ephron,   le  Iléthien, 

service  d'embaumer  son  père,  et  les  comme  propriété  sépulcrale,  et  qui  est 

médecins  embaumèrent  Israël.  ^Qua-  A'is-à-vis  de  Mamré. 

rante  jours  s'écoulèrent  ainsi,  et  fu-  '■'Joseph,  après   avoir   enterré    son 

rent  employés  à  l'embaumer.   Et  les  père,  retourna   en   Egypte,  avec  ses 

Egyptiens  le  pleurèrent  soixante-dix  frères  et  tous  ceux  qui  étaient  montés 

jours.  avec  lui  pour  enterrer  son  père. 

*Quand  les  jours  du  deuil  furent  pas-  '^Ouand  les  frères  de  Joseph  virent 

ses,  Joseph  s'adressa  aux  gens  de  la  que  leur  père  était  mort,  ils  dirent  :  Si 

maison  de  Pharaon,  et  leur  dit  :  Si  j'ai  Joseph  nous  prenait  en  haine,  et  nous 

trouvé  grâce  à  vos  yeux,  rapportez,  je  rendait  tout  le  mal  que  nous  lui  avons 

vous  ])rie,  à  Pharaon  ce  que  je  vous  fait  !  '^Et  ils  firent  dire  à  Joseph  :  Ton 

dis.  ^Mon  père  m'a  fait  jurer,  en  di-  ])ère  a  donné  cet  ordre  avant  de  mou- 
rir :  '"Vous  parlerez  ainsi  à  Joseph  : 
Oh  !  pardonne  le  crime  de  tes  frères 


sant  :  Voici,  je  vais  mourir  !  Tu  m'en- 
terreras dans  le  sépulcre  que  je  me 
suis  acheté  au  pays  de  Canaan.  Je  vou- 
drais donc   y  monter,  pour  enterrer 


et  leur  péché,  car  ils  t'ont  fait  du  mal  ! 
Pardonne  maintenant  le  péché  des  ser- 


mon père;  et  je  reviendrai.  ^Pharaon  viteurs  du  Dieu  de  ton  père!  Joseph 

répondit  :  Monte,  et  enterre  ton  père,  ])leura,  en  entendant  ces  paroles.  "*Ses 

comme  il  te  l'a  fait  jurer.  frères  vinrent  eux-mêmes  se  proster- 

"Joseph  monta,   pour  enterrer  son  ner  devant   lui,   et   ils  dirent  :   Nous 

père.  Avec  lui  montèrent  tous  les  ser-  sommes  tes  serviteurs.  '"Joseph  leur 

a.  Abfl-Mitsraini  sij^iiifie  detiit  ilea  K^ypiiens. 


Chap.  50, 20-2( 


26. 


GENESE. 


dit  :  Soyez  sans  crainte;  car  suis-je  à  fils  de  Makir,  fds  de  Manassé,  naqui- 

la  place  de  Dieu  ?  ^"Vous  aviez  médité  rent  sur  ses  genoux. 

de  me  faire  du  mal  :  Dieu  Ta  changé  -■'Joseph  dit  à  ses  frères   :  Je  vais 

en  bien,  pour  accomplir  ce  qui  arrive  mourir  !  Mais  Dieu  vous  visitera,  et  il 

aujourd'hui,  pour  sauver  la  vie  à  un  vous  fera  remonter  de  ce  pays-ci  dans 

peuple  nombreux.  -'Soyez  donc  sans  le  pays  qu'il  a  juré  de  donner  à  Abra- 

crainte;  je  vous  entretiendrai,  vous  et  ham,  à  Isaac  et  à  Jacob.  ^'■Joseph  fît 

vos  enfants.  Et  il  les  consola,  en  par-  jurer  les  fils  d'Israël,  en  disant  :  Dieu 

lant  à  leur  cœur.  vous  visitera;  et  vous  ferez  remonter 

^^oseph  demeura  en  Egypte,  lui  et  mes  os  loin  d'ici, 

la  maison  de  son  père.  Il  vécut  cent  -* Joseph   mourut,  âgé  de  cent  dix 

dix  ans.  -^Joseph  vit  les  fils  d'Ephraïm  ans.  On  l'embauma,  et  on  le  mit  dans 

jusqu'à  la  troisième  génération;  et  les  un  cercueil  en  Egypte. 


L'EXODE 


LE    PELTLK     D  ISUAKL    EN     EGYPTE 

[Chnp.  1-15,  ■21.') 


leur  ren- 


Soiiffranccs  des  Israélites  en  Egypte. 

Cliap.  I.      '\'oii-i  les  noms  des  fils  en  une  dure  servitude.  '^ 

d'Israël,  venus  en  Egypte  avec  Jacob  dirent  la  vie  amère  par  de  rudes  tra- 

et  la  famille  de  chacun  d'eux  : -Ruben,  vaux  en  argile  et  en  briques,  et  par 

Siméon,  Lévi,  Juda,  ^Issacar,   Zabu-  tous  les  ouvrages  des  champs  :  et  c'é- 

lon,  Benjamin,  ^Dan,  Nephthali,  Gad  tait  avec  cruauté  qu'ils  leur  imposaient 

et  Aser.  ^Les  personnes  issues  de  Ja-  toutes  ces  charges, 

cob  étaient  au  nombre  de  soixante-dix  '^Le   roi  d'Egypte   parla   aussi  aux 

en  tout.  Joseph  était  alors  en  Egypte,  sages-femmes  des  Hébreux,  nommées 

"Joseph   mourut,  ainsi  que   tous   ses  l'une  Schiphra,  et  l'autre  Pua. '"Il  leur 

frères  et  toute  cette  génération-là.  ^Les  dit  :  Quand  vous  accoucherez  les  fem- 

enfants  d'Israël  furent  féconds  et  mul-  mes  des  Hébreux  et  que  vous  les  ver- 

tiplièrent,  ils  s'accrurent  et  devinrent  rez  sur  les  sièges,  si  c'est  un  garçon, 

de  |)ius  en  plus  puissants.  Et  le  pays  faites-le  mourir  ;  si  c'est  une  fille,  lais- 


en  fut  rempli. 


sez-la  vivre.  ''Mais  les  sases-femmes 


41  s'éleva  sur  l'Egypte  un  nouveau  craignirent  Dieu,  et  ne  firent  point  ce 

roi,  qui  n'avait  point  connu  Joseph,  rpic  leur  avait  dit  le  roi  d'Egypte;  elles 

"Il  dit  à  son  peuple  :  Voilà  les  enfants  laissèrent  vivre   les  enfants.  '*Le  roi 

d'Israël  qui   forment  un  peuple  plus  d'Egypte  appela  les  sages-femmes,  et 

nombreux  et  plus  puissant  que  nous,  leur  dit:  Pourquoi  avez-vous  agi  ainsi. 


et  avez-vous  laissé  vivre  les  enfants  ? 
"Les  sages-femmes  répondirent  à  Pha- 
raon :  C'est  que  les  femmes  des  Hé- 
breux ne  sont  pas  comme  les  Egyp- 


"WUons  !  montrons-nous  habiles  à  son 
égard  ;  empêchons  qu'il  ne  s'accroisse, 
et  que,  s'il  survient  une  guerre,  il  ne 
se  joigne  à  nos  ennemis,  pour  nous 
combattre  et  sortir  ensuite  du  pays. 
"Et  l'on  établit  sur  lui  des  chefs  de 
corvées,  afin  de  l'accabler  de  travaux 
pénibles.  C'est  ainsi  qu'il  bâtit  les  vil- 
les de  Pithom  et  de  Ramsès,  pour  ser- 
vir de  magasins  à  Pharaon.  '-Mais  plus 

on   l'accablait,  plus   il   multipliait  et     de  Dieu,  Dieu  fit  prospérer  leur  mai 
s'accroissait;  et  l'on  prit  en  aversion      son. 

les  enfants  d'Israël.  '''Alors  les  Egvj)-  "Alors  Pharaon  donna  cet  ordre  à 

tiens  réduisirent  les  enfants  d'Israël      tout  son  peuple  :  Vous  jetterez  dans  le 

CI 


tiennes  ;  elles  sont  vigoureuses  et  elles 
accouchent  avant  l'arrivée  de  la  sage- 
femme.  -"Dieu  fit  du  bien  aux  sages- 
femmes  ;  et  le  peuple  multiplia  et  de- 
vint très  nombreux.  ^' Parce  que  les 
sages-femmes   avaient   eu   la   crainte 


Chap.  5,  J-25. 


EXODE. 


Naissance  de  Moïse.  —  .S'a  fuite  au  pays 
de  Madian. 


fleuve  tout  garçon  qui  naîtra,  et  vous      personne,  il  tua  l'Égyptien,  et  le  cacha 
laisserez  vivre  toutes  les  filles.  dans  le  sable.  '-'Il  sortit  le  jour  suivant; 

et  voici,  deux  Hébreux  se  querellaient. 
Il  dit  à  celui  qui  avait  tort  :  Pourquoi 
frappes-tu  ton  jn'ochain!  '"'Et  cet  hom- 
Chap.  II.  '  Un  homme  de  la  maison  me  répondit  :  Qui  t'a  établi  chef  et  juge 
de  Lévi  avait  pris  pour  femme  une  fille  sur  nous  ?  Penses-tu  me  tuer,  comme 
deLévi.  -Cette  femme  devint  enceinte  tu  as  tué  l'Egyptien?  Moïse  eut  peur, 
et  enfanta  un  fils.  Elle  vit  cjuil  était  et  dit  :  Certainement  la  chose  est  con- 
beau,  et  elle  le  cacha  pendant  trois  nue.  '^Pharaon  apprit  ce  qui  s'était 
mois.  ^Ne  pouvant  plus  le  cacher,  elle  passé,  et  il  cherchait  à  faire  mourir 
prit  une  caisse  de  jonc,  qu'elle  endui-  Moïse.  Mais  Moïse  s'enfuit  de  devant 
sit  de  bitume  et  de  poix;  elle  y  mit  Pharaon,  et  il  se  retira  dans  le  pays  de 
l'enfant,  et  ledéposa  parmi  les  roseaux,      Madian,  où  il  s'arrêta  près  d'un  ])uits. 


sur  le  bord  du  fleuve.  ■'La  sœur  de  l'en- 
fant se  tint  à  quelque  distance,  pour 
savoir  ce  qui  lui  arriverait. 

^La  fille   de   Pharaon  descendit  au 
fleuve  pour  se  baigner,  et  ses  compa- 


"^  Le  prêtre  de  Madian  avait  sept  filles. 
Elles  vinrent  puiser  de  l'eau,  et  elles 
remplirent  les  auges  pour  abreuver  le 
troupeau  de  leur  père.  '"Les  bergers 
arrivèrent,  et  les  chassèrent.  Alors 
gnessepromenèrent  le  long  du  fleuve.  Moïse  se  leva,  prit  leur  défense,  et  fit 
Elle  aperçut  la  caisse  au  milieu  des  boire  leur  troupeau.  "*Quand  elles  fu- 
roscaux,  et  elle  envoya  sa  servante  rent  de  retour  auprès  de  Réuel",  leur 
pour  la  prendre.  '^Elle  l'ouvrit,  et  vit  père,  il  dit:  Pourquoi  revenez-vous  si- 
l'enfant  :  c'était  un  petit  garçon  qui,  tôt  aujourd'hui?  ''•'Elles  répondirent: 
pleurait.  Elle  en  eut  pitié,  et  elle  dit  :  Un  Egyptien  nous  a  délivrées  de  la 
C'est  un  enfant  des  Hébreux  ! 'Alors  la  main  des  bergers,  et  même  il  nous  a 
sœur  de  l'enfant  dit  à  la  fille  de  Pha-  puisé  de  l'eau,  et  a  fait  boire  le  trou- 
raon  :  Veux-tu  que  j'aille  te  chercher  peau.  -"Et  il  dit  à  ses  filles  :  Où  est-il  ? 
une  nourrice  parmi  les  femmes  des  Pourquoi  avez-vous  laissé  cet  homme  ? 
Hébreux,  pour  allaiter  cet  enfant  ?**  Va,  Appelez-le,  pour  qu'il  prenne  quelque 
lui  répondit  la  fille  de  Pharaon.  Et  la  nourriture. -'Moïse  se  décida  à  demeu- 
jeune  fille  alla  chercher  la  mère  de  rer  chez  cet  homme,  qui  lui  donna  pour 
l'enfant.  '-'La  fille  de  Pharaon  lui  dit  :  femme  Séphora,  sa  fille.  "Elle  enfanta 
Emporte  cet  enfant,  et  allaite-le-moi  ;  un  fils,  qu'il  appela  du  nom  de  Guers- 
je  te  donnerai  ton  salaire.  La  femme  chom*,  car,  dit-il,  j'habite  un  pays 
prit  l'enfant,  et  l'allaita.  '"Quand  il  eut 
grandi,  elle  l'amena  à  la  fille  de  Pha- 


raon, et  il  fut  pour  elle  comme  un  fils. 
Elle  lui  donna  le  nom  de  Moïse,  car, 
dit-elle,  je  l'ai  retiré  des  eaux. 

"En   ce   temps-là.    Moïse,    devenu 
grand,  se  rendit  vers  ses  frères,  et  fut 

témoin  de  leurs  pénibles  travaux.  Il  missements,  et  se  souvint  de  son  al- 
vit  un  Egyptien  qui  frappait  un  Hé-  liance  avec  Abraham,  Isaac  et  Jacob, 
breu  d'entre  ses  frères.  '^11  regarda  de  -^Dieu  regarda  les  enfants  d'Israël,  et 
côté  et  d'autre,  et,  voyantqu'il  n'y  avait      il  en  eut  compassion. 


étranger. 

-^Longtemps  après,  le  roi  d'Egypte 
mourut,  et  les  enfants  d'Israël  gémis- 
saient encore  sous  la  servitude,  et 
poussaient  des  cris.  Ces  cris,  que  leur 
arrachait  la  servitude,  montèrent  jus- 
qu'à Dieu.  -■'Dieu  entendit  leurs  gé- 


a.   Réiiel.  nommé  plus  loin  Jethrn  (3,  i:  4.  is).  Plusieurs  regardent  Réuel  comme  le  père  de  Jéthro. 
choiu  est  lormé  de  deux  mots  qui  sigriilient  cti-anger  là. 

62 


b.  Guer- 


EXODE. 


Chap.  S,  1-21. 


Le  buisson  ardent. 


C/iû/j.  III.  '.Moïse  faisait  paître  le 
troupeau  de  Jéthro,  son  beau-père, 
prêtre  de  Madian  ;  et  il  mena  le  trou- 
peau derrière  le  désert,  et  vint  à  la 
montagne  de  Dieu,  à  Horeb.  -L'ange 
de  l'Eternel  lui  apparut  dans  une  flam- 
me de  feu,  au   milieu   d'un  buisson. 


toi  le  signe  que  c'est  moi  qui  t'envoie: 
quand  tu  auras  fait  sortir  d'Egypte  le 
peuple,  vous  servirez  Dieu  sur  cette 


montagne. 


''Moïse  dit  à  Dieu  :  J'irai  donc  vers 
les  enfants  d'Israël,  et  je  leur  dirai  : 
Le  Dieu  de  vos  pères  m'envoie  vers 


Moïse  regarda  ;  et  voici,  le  buisson  était     vous.  Mais,  s'ils  me  demandent  quel 


est  son  nom,  que  leur  répondrai-je: 
'•'Dieu  dit  à  Moïse  :  Je  suis  celui  qui 
est.  Et  il  ajouta  :  C'est  ainsi  que  tu  ré- 
pondras aux  enfants  d'Israël  :  Celui 
qui  est  m'envoie  vers  a'Ous.  '^Dieu  dit 
encore  à  Moïse  :  Tu  parleras  ainsi  aux 
enfants  d'Israël  :  L'Eternel,  le  Dieu  de 
vos  pères,  le  Dieu  d'Abraham,  le  Dieu 


tout  en  feu,  et  le  buisson  ne  se  consu- 
mait point. 

'Moïse  dit  :  Je  veux  me  détourner 
pour  voir  quelle  est  cette  grande  vi- 
sion, et  pourquoi  le  buisson  ne  se  con- 
sume point.  ■'L'Eternel  vit  qu'il  se  dé- 
tournait pour  voir;  et  Dieu  l'appela  du 
milieu   du   buisson,    et  dit   :    Moïse  ! 

.Moïse!  Et  il  répondit  :  Me  voici!  ^Dieu  d'Isaac  et  le  Dieu  de  Jacob,  m'envoie 

dit  :  N'approche  pas  d'ici,  ôte  tes  sou-  versAous.  Voilà  mon  nom  pour  l'éter- 

liers  de  tes  pieds,  carie  lieu  sur  lequel  nité,  voilà  mon  nom  de  génération  en 

tu  te  tiens  est  une  terre  sainte.  *Et  il  génération.  "'Va,  rassemblelesanciens 

ajouta  :  Je  suis  le  Dieu  de  ton  père,  le  d'Israël,  et  dis-leur:  L'Eternel,  le  Dieu 

Dieu  d'Abraham,  le  Dieu  d'Isaac  et  le  de  vos  pères,  m'est  apparu,  le  Dieu  d'.\- 

Dieu  de  Jacob.  Moïse  se  cacha  le  vi-  braham,  d'Isaac  et  de  Jacob.  Il  a  dit  : 

sage,  car  il  craignait  de  regarder  Dieu.  Je  vous  ai  vus,  et  j'ai  vu  ce  qu'on  vous 

'L'Eternel  dit  :  J'ai  vu  la  souffrance  fait  en  Egypte,  '"et  j'ai  dit  :  Je  vous 

de  mon  j)euple  qui  est  en  Egypte,  et  ferai  monter  de  l'Egypte,  où  vous  souf- 

j'ai  entendu  les  cris  que  lui  font  pous-  frez,  dans  le  pays  des  Cananéens,  des 

ser  ses  oppresseurs,  car  je  connais  ses  Iléthiens,  des  Amoréens,  des  Phéré- 

douleurs.   '^Je  suis  descendu  pour  le  ziens,  des  Héviens  et  des  Jébusiens, 

délivrer  de  la  main  des  Egyptiens,  et  dans  un  pays  où  coulent  le  lait  et  le 

pour  le  faire  monter  de  ce  pays  dans  miel. '**IIs  écouteront  ta  voix;  et  tu  iras, 

un  bon  et  vaste  pays,  dans  un  pays  où  toi  et  les  anciens  d'Israël,  auprès  du 

coulent  le  lait  et  le  miel,  dans  les  lieux  roi  d'Egypte,  et  vous  lui  direz  :  L'Éter- 

qu'habitent   les    Cananéens,    les   lié-  nel,  le  Dieu  des  Hébreux,  nous  est  a])- 

thiens,  les  Amoréens,  les  Phéréziens,  paru.  Permets-nous  de  faire  trois  jour- 

les  Héviens  et  les  Jébusiens.  "Voici,  nées  de  marche  dans  le  désert,  pour 

les  cris   d'Israël   sont  venus  jusqu'à  offrir  des  sacrifices  à  l'Éternel,  notre 

moi,  et  j'ai  vu  l'oppression  que  leur  Dieu.  '"Je  sais  que  le  roi  d'Egypte  ne 

font  souffrir  les  Égyptiens.  '".Alainte-  vous  laissera  point  aller,  si  ce  n'est 

nant,  va,  je  t'enverrai  auprès  de  Pha-  par  une  main  puissante.  -"J'étendrai 

raon,  et  tu  feras  sortir  d'Egypte  mon  ma  main,  et  je  frapperai  l'Egypte  par 

peuple,  les  enfants  d'Israël.  toutes  sortes  de  prodiges  que  je  ferai 

".Moïse  dit  à  Dieu  :  Oui  suis-je,  pour  au  milieu  d'elle.  Après  quoi,  il  vous 

aller  vers  Pharaon,  et  pour  faire  sortir  laissera  aller.  *'Je  ferai  même  trouver 

d'Egypte  les  enfants  d'Israël?  '"Dieu  grâce  à  ce  peuple  aux  yeux  des  Égyp- 

dit  :  Je  serai  avec  toi;  et  ceci  sera  pour  tiens,  et  quand  vous  partirez,  vous  ne 

G3 


Chap.  S,  'n-4,  -23. 


EXODE. 


partirez  point  à  vide.  -Chaque  femme  ternel  lui  dit  :  Qui  a  fait  la  bouche  de 

demandera  à  sa  voisine  et  à  celle  qui  l'homme?  et  qui  rend  muet  ou  sourd, 

demeure  dans  sa  maison  des  vases  d'ar-  voyant  ou  aveugle?  N'est-ce  pas  moi, 

gent,  des  vases  d'or,  et  des  vêtements  l'Eternel?  '-Va  donc,  je  serai  avec  ta 

que  vous  mettrez  sur  vos  fds  et  vos  bouche,  et  je  t'enseignerai  ce  que  tu 

fdles.  Et  vous  dépouillerez  les  Egyp-  auras  à  dire. '"Moïse  dit:  Ah!  Seigneur, 

tiens.  envoie  qui  tu  voudras  envoyer.  '•'Alors 

Chap.  IV.     'Moïse  répondit,  et  dit  :  la  colère  de  l'Eternel  s'enflamma  con- 

Voici,  ils  ne  me  croiront  point,  et  ils  tre  Moïse,  et  il  dit  :  N'y  a-t-il  pas  ton 

n'écouteront  point  ma  voix.  Mais  ils  frère  Aaron,  le   Lévite?  Je  sais  qu'il 

diront  :  L'Eternel  ne  t'est  point  ap-  parlera  facilement.  Le  voici  lui-même, 

paru.  qui  vient  au-devant  de  toi;  et,  quand 

-L'Eternel  lui  dit  :  Qu'y  a-t-il  dans  il  te  verra,  il  se  réjouira  dans  son  cœur, 
ta  main?  Il  répondit:  Une  verge.  "LE-  '^Tu  lui  parleras,  et  tu  mettras  les  pa- 
ternel dit  :  Jette-là  par  terre.  11  la  jeta  rôles  dans  sa  bouche;  et  moi,  je  se- 
par  terre,  et  elle  devint  un  serpent,  rai  avec  ta  bouche  et  avec  sa  bouche, 
Moïse  fuyait  devant  lui.  *L'Eternel  dit  et  je  vous  enseignerai  ce  que  vous  au- 
à  Moïse  :  Etends-ta  main,  et  saisis-le  rezàfaire.  '^11  parlera  pour  toi  au  peu- 
par  la  queue.  Il  étendit  la  main  et  le  pie;  il  te  servira  de  bouche,  et  tu  tien- 
saisit;  et  le  serpent  redevint  une  verge  dras  pour  lui  la  place  de  Dieu.  "Prends 
dans  sa  main.  ^C'estlà,  dit  l'Eternel,  dans  ta  main  cette  verge,  avec  laquelle 
ce  que  tu  feras,  afin  qu'ils  croient  que  tu  feras  des  signes. 
l'Eternel,  le  Dieu  de  leurs  pères,  t'est 
apparu,  le  Dieu  d'Abraham,  le  Dieu  noour  de  Moïse  en  j;gypte. 

d'isaac  et  le  Dieu  de  Jacob.  '* Moïse  s'en  alla;  et,  de  retour  au- 

^L'Eternel  lui  dit  encore  :   Mets  ta  près  de  Jéthro,  son  beau-père,  il  lui 

main  dans  ton  sein.  Il  mit  sa  main  dans  dit  :  Laisse-moi,  je  te  prie,  aller  re- 

son  sein;  puis  il  la  retira,  et  voici,  sa  joindre  mes  frères  cpii  sont  en  Egypte, 

main  était  couverte  de  lèpre,  blanche  afin  que  je  voie  s'ils  sont  encore  vi- 

comme  la  neige.  "L'Eternel  dit  :  He-  vants.  Jéthro  dit  à  Moïse  :  Va  en  paix, 

mets  ta  main  dans  ton  sein.  11  remit  sa  '^L'Eternel  dit  à  Moïse,  en  Madian  : 

main  dans  son  sein  ;  puis  il  la  retira  de  Va,  retourne  en  Egypte,  car  tous  ceux 

son  sein,  et  voici,  elle  était  redevenue  qui  en  voulaient  à  ta  vie  sont  morts, 

comme  sa  chair.  'S'ils  ne  te  croient  ^"Moïse  prit  sa  femme  et  ses  fils,  les  fit 

pas,  dit  l'Eternel,  et  n'écoutent  pas  la  monter  sur  des  ânes,  et  retourna  dans 

voix  du  premier  signe,  ils  croiront  à  la  le  paysd'Egypte.  Il  pritdans  sa  main  la 

voix  du  dernier  signe.  ^  S'ils  ne  croient  verge  de  Dieu.  *'  L'Eternel  dit  à  Moïse  : 

pas  même  à  ces  deux  signes,  et  n'écou-  En  partant  pour  retourner  en  Egypte, 

tent  pas  ta  voix,  tu  prendras  de  l'eau  vois  tous  les  prodiges  que  je  mets  en 

du  fleuve,  tu  la  répandras  sur  la  terre,  ta  main  :  tu  les  feras  devant  Pharaon, 

et  l'eau  que  tu  auras  prise  du  fleuve  Et  moi,  j'endurcirai  son  cœur,  et  il  ne 

deviendra  du  sang  sur  la  terre.  laissera  point  aller  le  peuple.  "Tu  di- 

'"Moïse  dit  à   l'Éternel   :   Ah!   Sei-  ras  à  Pharaon  :  Ainsi  parle  l'Eternel  : 

gneur,  je  ne  suis  pas  un  homme  qui  ait  Israël  est  mon  fils,  mon  premier-né. 

la  parole  facile,  et  ce  n'est  ni  d'hier,  -"Je  te  dis  :  Laisse  aller  mon  fils,  pour 

ni  d'avant-hier,  ni  même  depuis  que  tu  qu'il  me  serve  ;  si  tu  refuses  de  le  lais- 

parles  à  ton  serviteur;  car  j'ai  la  bou-  ser  aller,  voici,  je  ferai  périr  ton  fils, 

chc  et  la  langue  embarrassées.  "L'E-  ton  premier-né. 

64 


EXODE. 


Chap.  4,-2'i-5,n. 


-'' Pendant  le  voyage,  en  un  lieu  où 
Moïse  passa  la  nuit,  l'Eternel  l'attaqua 
et  voulut  le  faire  mourir.  -^Séphora 
])rit  une  pierre  aiguë,  coupa  le  prépuce 
de  son  fils,  et  toucha  les  pieds  de  Moïse, 
en  disant  :  Tu  es  pour  moi  un  époux 
de  sang!  -"Et  lEternel  le  laissa.  C'est 
alors  qu'elle  dit  :  Epoux  de  sang!  à 
cause  de  la  circoncision. 

-'L'Eternel  dit  à  Aaron  :  ^'a  dans  le 
désert  au-devant  de  Moïse.  Aaron  par- 
tit; il  rencontra  Moïse  à  la  montagne 
de  Dieu,  et  il  le  baisa.  -"^ Moïse  fit  con- 
naître à  Aaron  toutes  les  paroles  de 
l'Eternel  ([ui  l'avait  envoyé,  et  tous  les 
signes  qu'il  lui  avait  ordonné  de  faire. 
-^Moïse  et  Aaron  poursuivirent  leur 
chemin,  et  ils  assemblèrent  tous  les 
anciens  des  enfants  d'Israël.  ^"Aaron 


^Pharaon  dit  :  Voici,  ce  peuple  est 
maintenant  nombreux  dans  le  pays,  et 
vous  lui  feriez  interrompre  ses  travaux  ! 
*Et  ce  jour  même,  Pharaon  donna  cet 
ordre  aux  inspecteurs  du  peuple  et  aux 
commissaires  :  'Vous  ne  donnerez  plus 
comme  auparavant  de  la  paille  au  ])eu- 
ple  pour  faire  des  briques  ;  qu'ils  aillent 
eux-mêmes  se  ramasser  de  la  paille. 
'*Vous  leur  imposerez  néanmoins  la 
quantité  de  briques  qu'ils  faisaient  au- 
paravant, vous  n'en  retrancherez  rien  ; 
car  ce  sont  des  paresseux;  voilà  pour- 
quoi ils  crient,  en  disant  :  Allons  of- 
frir des  sacrifices  à  notre  Dieu!  'Oue 
l'on  charge  de  travail  ces  gens,  qu'ils 
s'en  occupent,  et  ils  ne  prendront  plus 
garde  à  des  paroles  de  mensonge. 

'"Les  inspecteurs  du  peuple  et  les 


ra])porta  toutes  les  paroles  que  l'Eter-  commissaires  vinrent  dire  au  peuple  : 
nel  avait  dites  à  Moïse,  et  il  exécuta 
les  signes  aux  yeux  du  peuple.  ^'Et  le 
peuple  crut.  Ils  apprirent  que  l'Eter- 
nel avait  vu  les  enfants  d'Israël,  qu'il 
avait  vu  leur  souffrance;  et  ils  s'incli- 
nèrent et  se  prosternèrent. 


Moïse  et  Aaron  dci'ant  le  roi  d'Egypte.  —  Les 
charges  du  peuple  d'Israël  augmentées  par 
ordre  de  Pharaon. 

Chap.  V.  '.Moïse  et  Aaron  se  ren- 
dirent ensuite  auprès  de  Pharaon,  et  lui 
dirent  :  Ainsi  parle  l'Eternel,  le  Dieu 
d'Israël .  Laisse  aller  mon  peuple,  pour 
fpi'il  célèbre  au  désert  une  fête  en  mon 
honneur.  -Pharaon  répondit  :  Qui  est 
l'Eternel,  pour  que  j'obéisse  à  sa  Aoix, 
en  laissant  aller  Israël?  Je  ne  connais 
point  l'Eternel,  et  je  ne  laisserai  point 
aller  Israël.  "Ils  dirent  :  Le  Dieu  des 
Hébreux  nous  est  apparu.  Permets- 
nous  de  faire  trois  journées  de  marche 
dans  le  désert,  pour  offrir  des  sacrifi- 
ces à  l'Eternel,  afin  qu'il  ne  nous  frappe 
pas  de  la  peste  ou  de  l'épée.  *Et  le  roi 
d'Egypte  leur  dit  :  Moïse  et  Aaron, 
])our(pioi  détournez- vous  le  peuple 
de  son  (.)uvrage  ?  Allez  à  vos  travaux. 


Ainsi  parle  Pharaon  :  Je  ne  vous  donne 
plus  de  paille  ;  "  allez  vous-mêmes  vous 
procurer  de  la  paille  où  vous  en  trou- 
verez, car  l'on  ne  retranche  rien  de  vo- 
tre travail.  '-Le  peuple  se  répandit  dans 
tout  le  pays  d'Egypte,  pour  ramasser 
du  chaume  au  lieu  de  paille.  "Les  ins- 
])ecteurs  les  pressaient,  en  disant  : 
Achevez  votre  tâche,  jour  par  jour, 
comme  quand  il  y  avait  de  la  paille. 
'^On  battit  même  les  commissaires  des 
enfants  d'Israël,  établis  sur  eux  parles 
inspecteurs  de  Pharaon  :  Pour({uoi,  (.li- 
sait-on, n'avez-vous  pas  achevé  hier 
et  aujourd'hui,  comme  auparavant,  la 
quantité  de  briques  qui  vous  avait  été 
fixée  ? 

'^Les  commissaires  des  enfants  d'Is- 
raël allèrent  se  plaindre  à  Pharaon,  et 
lui  dirent  :  Pourquoi  traites-tu  ainsi  tes 
serviteurs?  '"On  ne  donne  point  de 
paille  à  tes  serviteurs,  et  l'on  nous  dit  : 
Faites  des  briques!  Et  voici,  tes  servi- 
teurs sont  battus,  comme  si  ton  peuple 
était  coupable.  ''Pharaon  répondit  : 
Vous  êtes  des  paresseux,  des  pares- 
seux! Voilà  pourquoi  vous  dites  :  Al- 
lons offrir  des  sacrifices  à  rEternel  ! 


6^ 


Chap.  5, 18-6,  w 


EXODE. 


'^Maintenant,  allez  travailler;  on   ne 

vous  donnera  point  de  paille,  et  vous 

livrerez  la  même  quantité  de  briques. 

'^Les  commissaires  des  enfants  d'Is- 


bras  étendu  et  par  de  grands  juge- 
ments. "Je  vous  prendrai  pour  mon 
peuple,  je  serai  votre  Dieu,  et  vous 
saurez  que  c'est  moi,  rÉternel,  votre 


raël  virent  qu'on  les  rendait  malheu-      Dieu,  qui  vous  affranchis  des  travaux 


reux,  en  disant  :  Vous  ne  retrancherez 
rien  de  vos  briques;  chaque  jour  la  tâ- 
che du  jour.  -"En  sortant  de  chez  Pha- 
raon, ils  rencontrèrent  Moïse  et  Aaron 
qui  les  attendaient.  '-'Ils  leur  dirent  ; 
Que  l'Éternel  vous  regarde,  et  qu'il 
juge!  Vous  nous  avez  rendus  odieux  à 
Pharaon  et  à  ses  serviteurs,  vous  avez 
mis  une  épée  dans  leurs  mains  pour 
nous  faire  périr. 

-"^ Moïse  retourna  vers  l'Éternel,  et 


dont  vous  chargent  les  Egyptiens.  *Je 
vous  ferai  entrer  dans  le  pays  que  j'ai 
juré  de  donner  à  Abraham,  à  Isaac  et 
à  Jacob  ;  je  vous  le  donnerai  en  pos- 
session, moi  l'Éternel. 

'Ainsi  parla  Moïse  aux  enfants  d'Is- 
raël. Mais  l'angoisse  et  la  dure  servi- 
tude les  empêchèrent  d'écouter  Moïse. 

'"L'Eternel  parla  à  Moïse,  et  dit: 
"Va,  parle  à  Pharaon,  roi  d'Egypte, 
pour  (pi'il  laisse  aller  les  enfants  d'is- 


dit  :  Seigneur,  pourquoi  as-tu  fait  du  raèl  hors  de  son  pays.  '^Moïse  répon- 
mal  à  ce  peuple?  pourquoi  m'as-tu  en- 
voyé? ^^Depuis  que  je  suis  allé  vers 
Pharaon  pour  parler  en  ton  nom,  il  fait 
du  mal  à  ce  peuple,  et  tu  n'as  point  dé- 
livré ton  peuple. 


La  délk'rnncc  promise  par  V Eternel, 
logie  de  Moïse  et  d' Aaron. 


Généa- 


Chap.  VI.  'L'Eternel  dit  à  Moïse  : 
Tu  verras  maintenant  ce  que  je  ferai  à 
Pharaon;  une  main  puissante  le  for- 
cera à  les  laisser  aller,  une  main  puis- 
sante le  forcera  à  les  chasser  de  son 
pays. 

-Dieu  parla  encore  à  Moïse,  et  lui 
dit  :  Je  suis  l'Eternel.  ^Je  suis  apparu  à 
Abraham,  à  Isaac  et  à  Jacob,  comme 
le  Dieu  tout-puissant;  mais  je  n'ai  pas 
été  connu  d'eux  sous  mon  nom,  l'Éter- 
nel. *J  ai  aussi  établi  mon  alliance  avec 
eux,  pour  leur  donner  le  pays  de  Ca- 
naan, le  pays  de  leurs  pèlerinages,  dans 
lequel  ils  ont  séjourné.  ^J'ai  entendu 
les  gémissements  des  enfants  d'Israël, 
que  les  Égyptiens  tiennent  dans  la  ser- 
vitude, et  je  me  suis  souvenu  de  mon 
alliance.  *  C'est  pourquoi  dis  aux  en- 
fants d'Israël  :  Je  suis  l'Eternel,  je  vous 
affranchirai  des  travaux  dont  vous  char- 
gent les  Égyptiens,  je  vous  délivrerai 
de  leur  servitude,  et  je  vous  sauverai  à 


dit  en  présence  de  l'Eternel  :  Voici, 
les  enfants  d'Israël  ne  m'ont  point 
écouté;  comment  Pharaon  m'écoute- 
rait-il,  moi  qui  n'ai  pas  la  parole  fa- 
cile ? 

'•''L'Éternel  parla  à  Moïse  et  à  Aaron, 
et  leur  donna  des  ordres  au  sujet  des 
enfants  d'Israël  et  au  sujet  de  Pharaon, 
roi  d'Egypte,  pour  faire  sortir  du  pays 
d'Egv])te  les  enfants  d'Israël. 

'•'Voici  les  chefs  de  leurs  familles. 

Fils  de  Ruben,  premier-né  d'Israël  : 
Hénoc,  Pallu,  Hetsron  et  Carmi.  Ce 
sont  là  les  familles  de  Ruben. 

'^Fils  de  Siméon  :  Jemuel,  Jamin, 
Ohad,  Jakin  et  Tsochar;  et  Saul,  fils 
de  la  Cananéenne.  Ce  sont  là  les  fa- 
milles de  Siméon. 

"^Voici  les  noms  des  fils  de  Lévi, 
avec  leur  postérité  :  Guerschon,  Ke- 
hath  et  Merari.  Les  années  de  la  vie 
de  Lévi  furent  de  cent  trente-sept  ans. 
—  '"Fils  de  Guerschon  :  Libni  et  Schi- 
meï,  et  leurs  familles.  —  '*Fils  de 
Kehath  :  Amrani,  Jitsehar,  Hébron  et 
Uziel.  Les  années  de  la  vie  de  Kehath 
furent  de  cent  trente-trois  ans.  — 
''■'Fils  de  Merari  :  Machli  et  Muschi.  — 
Ce  sont  là  les  familles  de  Lévi,  avec  j 
leur  postérité. 

-"Amram  prit  pour  femme  Jokébed, 


66 


EXODE. 


Cliap.  G,  21-7,11. 


sa  tante;  et  elle  lui  enl'anta  Aaron  et 
Moïse.  Les  années  de  la  vie  d'Aniram 
turent  de  cent  trente-sept  ans.  — 
-'Fils  de  Jitsehar:  Koré,  Népheg  et 
Zicui.  —  --Fils  d'Uziel  :  Mischaël,  Elt- 
saphan  et  Sitliri. 

^^ Aaron  prit  pour  femme  Elischéba, 
fille  d'Amminahad,  sœur  de  Nach- 
sehon  ;  et  elle  lui  enfanta  Xadab,  Ahi- 
hu,  Eléazar  et  Ithamar. 

-•'Fils  de  Koré  :  Assir,  Elkana  et 
Abiasaph.  Ce  sont  là  les  familles  des 
Korites. 

"Eléazar,  fils  d'Aaron,  prit  pour 
femme  une  des  filles  de  Puthiel;  et 
elle  lui  enfanta  Phinées. 

Tels  sont  les  chefs  de  famille  des 
Lévites,  avec  leurs  familles. 

-^Ge  sont  là  cet  Aaron  et  ce  Moïse, 
à  qui  rÉternel  dit  :  Faites  sortir  du 
pays  d'Egvpte  les  enfants  d'Israël,  se- 
lon leurs  armées.  -"Ce  sont  eux  (pii 
j)arlèrent  à  Pharaon ,  roi  d'Egvpte , 
pour  faire  sortir  d'Egypte  les  enfants 
d'Israël.  Ce  sont  là  ce  Moïse  et  cet 
Aaron. 

"Lorsque  l'Eternel  jiarla  à  ^loïse 
dans  le  pays  d'Egypte,  -'•TEternel  dit 
à  Moïse  :  Je  suis  l'Eternel.  Dis  à  Pha- 
raon, roi  d'Egypte,  tout  ce  que  je  te 


sortir  du  pays  d'Egypte  mes  armées, 
mon  peuple,  les  enfants  d'Israël,  par 
lie  glands  jugements.  ^Les  Egyptiens 
connaîtront  que  je  suis  l'Eternel,  lors- 
que j'étendrai  ma  main  sur  l'Egypte, 
et  que  je  ferai  sortir  du  milieu  d'eux 
les  enfants  d'Israël. 

^  Moïse  et  Aaron  firent  ce  que  l'Eter- 
nel leur  avait  ordonné;  ils  firent  ainsi. 
'Moïse  était  âgé  de  quatre-vingts  ans, 
et  Aaron  de  quatre-vingt-trois  ans, 
lorsqu'ils  parlèrent  à  Pharaon. 

"^L'Eternel  dit  à  Moïse  et  à  Aaron: 
"Si  Pharaon  vous  parle,  et  vous  dit: 
Faites  un  miracle!  tu  diras  à  Aaron  : 
Prends  ta  verge,  et  jette-la  devant 
Pharaon.  Elle  deviendra  un  serpent. 
'"Moïse  et  Aaron  allèrent  auprès  de 
Pharaon,  et  ils  firent  ce  que  l'Eternel 
avait  ordonné.  Aaron  jeta  sa  verge 
devant  Pharaon  et  devant  ses  servi- 
teurs ;  et  elle  devint  un  serpent.  "  Mais 
Pharaon  appela  des  sages  et  des  en- 
chanteurs; et  les  magiciens  d'Egypte, 
eux  aussi,  en  firent  autant  par  leurs 
enchantements.  '- Ils jetèrenttous leurs 
verges,  et  elles  devinrent  des  ser- 
pents. Et  la  verge  d'Aaron  engloutit 
'Le  cœur  de  Pharaon 


leurs 


verges. 


s'endurcit,  et  il  n'écouta  point  Moïse  et 


dis.  -^"Et  .Moïse  répondit  en  présence     Aaron,  selon  ce  que  l'Éternel  avait  dit. 


de  l'Eternel  :  Voici,  je  n'ai  pas  la  pa- 
role facile  ;  comment  Pharaon  m'écou- 
terait-il  ? 

Les  di.v  plaies. 

Chap.  T II.  '  L'Éternel  dit  à  Moïse  : 
Vois,  je  te  fais  Dieu  pour  Pharaon;  et 
Aaron,  ton  frère,  sera  ton  pro))hète. 
-Toi,  tu  diras  tout  ce  que  je  t'ordon 
nerai;  et  Aaron,  ton  frère,  parlera  à 
Pharaon,  jiour  qu'il  laisse  aller  les  en- 
fants d  Israël  hors  de  son  pays.  •'Et 
moi,  j'endurcirai  le  cœur  de  Pharaon, 
<?t  je  midtiplierai  mes  signes  et  mes 
miracles  dans  le  pays  d'Egypte.  ''Pha- 
raon ne  vous  écoutera  point.  Je  met- 
trai ma  main  sur  l'Egypte,  et  je  ferai 


"L'Éternel  dit  à  Moïse  :  Pharaon  a 
le  cœur  endurci;  il  refuse  de  laisser 
aller  le  peuple.  '''Va  vers  Pharaon  dès 
le  matin  ;  il  sortira  pour  aller  près  de 
l'eau,  et  tu  te  présenteras  devant  lui 
au  bord  du  fleuve.  Tu  prendras  à  ta 
main  la  verge  c{ui  a  été  changée  en 
serpent,  '"et  tu  diras  à  Pharaon  :  L'É- 
ternel, le  Dieu  des  Hébreux,  m'a  en- 
voyé auprès  de  toi,  pour  te  dire  :  Laisse 
aller  mon  peiq>le,  afin  ([u'il  me  serve 
dans  le  désert.  Et  voici,  jusqu'à  pré- 
sent tu  n'as  point  écouté.  '"Ainsi  parle 
l'Éternel  :  A  ceci  tu  connaîtras  que  je 
suis  l'Eternel.  Je  vais  frapper  les  eaux 
du  fleuve  avec  la  verge  qui  est  dans 
ma  main;  et  elles  seront  changées  en 


67 


C/inp.  7 ,  is-8, 13. 


EXODE. 


sang.  **Les  poissons  qui  sont  dans  le      tes  pétrins.  -^Les  grenouilles  monte 
fleuve  ])ériront,  le  fleuve  se  corrom- 
pra, et  les  Egyptiens  s'efforceront  en 
vain  de  boire  l'eau  du  fleuve. 

"L'Éternel  dit  à  Moïse  :  Dis  à  Aaron: 
Prends  ta  verge,  et  étends  ta  main  sur 
les  eaux  des  Egyptiens,  sur  leurs  ri- 
vières, sur  leurs  ruisseaux,  sur  leurs 
étangs,  et  sur  tous  leurs  amas  d'eaux. 
Elles  deviendront  du  sang;  et  il  y  aura 
du  sang  dans  tout  le  pays  d'Egypte, 
dans  les  vases  de  bois  et  dans  les  vases 
de  pierre.  -"Moïse  et  Aaron  firent  ce 
(pie  l'Eternel  avait  ordonné.  Aaron 
leva  la  verge,  et  il  frappa  les  eaux  qui 
étaient  dans  le  fleuve,  sous  les  yeux 
de  Phai'aon  et  sous  les  yeux  de  ses 
serviteurs  ;  et  toutes  les  eaux  du  fleuve 
furent  changées  en  sang.  '-'Les  pois- 
sons qui  étaient  dans  le  fleuve  péri- 
rent, le  fleuve  se  corrompit,  les  Egyj)- 
tiens  ne  pouvaient  ])his  boire  l'eau  du 
fleuve,  et  il  y  eut  du  sang  dans  tout  le 
pays  d'Egypte.  --Mais  les  magiciens 
d'Egypte  en  firent  autant  ])ar  leurs 
enchantements.  Le  cœur  de  Pharaon 
s'endurcit,  et  il  n'écouta  point  Moïse 
et  Aaron,  selon  ce  cjue  l'Eternel  avait 
dit.  -^Pharaon  s'en  retourna,  et  alla 
dans  sa  maison  ;  et  il  ne  prit  pas  même 
à  cœur  ces  choses.  -''Tous  les  Egyp- 
tiens creusèrent  aux  environs  du  fleu- 
ve, pour  trouver  de  l'eau  à  boire;  car 
ils   ne   pouvaient    boire    de    l'eau    du 


fie 


uve. 


>I1 


s  écoula  sept  jours,  après 


c[ue  l'Eternel  eut  frappé  le  fleuve. 

-'^L'Eternel  dit  à  Moïse  :  Va  vers 
Pharaon,  et  tu  lui  diras  :  Ainsi  parle 
rf]lernel  :  Laisse  aller  mon  peuple, 
afin  qu'il  me  serve.  -'Si  tu  refuses  de 
le  laisser  aller,  je  vais  frapper  par  des 
grenouilles  toute  l'étendue  de  ton 
pays.  -'^Le  fleuve  fourmillera  de  gre- 
nouilles; elles  monteront,  et  elles  en- 
treront dans  ta  maison,  dans  ta  cham- 
bre à  coucher  et  dans  ton  lit,  dans  la 
maison  de  tes  serviteurs  et  dans  celles 
de  ton  jieuple,  dans  tes  fours  et  dans 


ront  sur  toi ,  sur  ton  peuple ,  et  sur 
tous  tes  serviteurs. 

Chap.  y III.  '  L'Éternel  dit  à  Moïse  : 
Dis  à  Aaron  :  Etends  ta  main  avec  ta 
verge  sur  les  rivières,  sur  les  ruisseaux 
et  sur  les  étangs,  et  fais  monter  les 
grenouilles  sur  le  pays  d'Egypte.  -Aa- 
ron étendit  sa  main  sur  les  eaux  de 
l'Egypte  ;  et  les  grenouilles  montèrent 
et  couvrirent  le  pays  d'Egypte.  ^Mais 
les  magiciens  en  firent  autant  par  leurs 
enchantements.  Ils  firent  monter  les 
grenouilles  sur  le  pays  d'Egypte. 

^Pharaon  appela  Moïse  et  Aaron,  et 
dit  :  Priez  l'Eternel,  afin  qu'il  éloigne 
les  grenouilles  de  moi  et  de  mon  ])eu- 
ple  ;  et  je  laisserai  aller  le  peuple,  pour 
qu'il  offre  des  sacrifices  à  l'Eternel. 
'^  Moïse  dit  à  Pharaon  :  Glorifie-toi  sur 
moi  !  Pour  quand  prierai-je  l'Eternel 
en  ta  faveur,  en  faveur  de  tes  servi- 
teurs et  de  ton  peuple,  afin  qu'il  retire 
les  grenouilles  loin  de  toi  et  de  tes 
maisons  ?  Il  n'en  restera  que  dans  le 
fleuve.  ^11  répondit:  Pour  demain.  Et 
Moïse  dit  :  11  en  sera  ainsi,  afin  cjue  tu 
saches  que  nul  n'est  semblable  à  l'E- 
ternel, notre  Dieu.  'Les  grenouilles 
s'éloigneront  de  toi  et  de  tes  maisons, 
de  tes  serviteurs  et  de  ton  peuple;  il 
n'en  restera  que  dans  le  fleuve.  *Moïse 
et  Aaron  sortirent  de  chez  Pharaon. 
Et  Moïse  cria  à  l'Eternel  au  sujet  des 
grenouilles  dont  il  avait  frappé  Pha- 
raon. ^L'l<]ternel  fit  ce  que  demandait 
Moïse  ;  et  les  grenouilles  périrent  dans 
les  maisons,  dans  les  cours  etdansles 
champs.  '"On  les  entassa  par  mon- 
ceaux, et  le  pays  fut  infecté.  "  Pharaon, 
voyant  qu'il  y  avait  du  relâche,  endur- 
cit son  cœur,  et  il  n'écouta  ])oint  Moïse 
et  Aaron,  selon  ce  que  l'Eternel  avait 
dit. 

'-L'Éternel  dit  à  Moïse  :  Dis  à  Aaron  : 
Etends  ta  verge,  et  frappe  la  poussière 
de  la  terre.  Elle  se  changera  en  poux, 
dans  tout  le  pays  d'Egypte.  '^Ils  firent 


68 


EXODE. 


Chap.  S,v,-0,i. 


ainsi.  Aaron  étendit  sa  main,  avec  sa 
verge,  et  il  frappa  la  poussière  de  la 
terre;  et  elle  fut  changée  en  poux  sur 
les  hommes  et  sur  les  animaux.  Toute 
la  poussière  de  la  terre  fut  changée 
en  poux,  clans  tout  le  pays  d'Egypte. 
'*  Les  magiciens  employèrent  leurs 
enchantements,  pour  produire  les 
poux  ;  mais  ils  ne  purent  pas.  Les  poux 
étaient  sur  les  hommes  et  sur  les 
animaux.  ''Et  les  magiciens  dirent  à 
Pharaon  :  C'est  le  doigt  de  Dieu  !  Le 
cœur  de  Pharaon  s'endurcit,  et  il  n'é- 
couta point  Moïse  et  Aaron,  selon  ce 
que  rÉternel  avait  dit. 

'•^L'Eternel  dit  à  Moïse  :  Lève-toi  de 
bon  matin,  et  présente-toi  devant  Pha- 
raon ;  il  sortira  pour  aller  près  de  l'eau. 
Tu  lui  diras  :  Ainsi  parle  l'Eternel  : 
Laisse  aller  mon  peviple,  afin  qu'il  me 
serve.  '^Si  tu  ne  laisses  pas  aller  mon 
peuple,  je  vais  envoyer  les  mouches 
venimeuses  contre  toi,  contre  tes  ser- 
viteurs, contre  ton  peuple  et  contre 
tes  maisons;  les  maisons  des  Egyp- 
tiens seront  remplies  de  mouches,  et 
le  sol  en  sera  couvert.  '^Mais,  en  ce 
jour-là,  je  distinguerai  le  pays  de  Go- 
sen  où  habite  mon  peuple,  et  là  il  n'y 
aura  point  de  mouches,  afin  que  tu 
saches  que  moi,  l'Eternel,  je  suis  au 
milieu  de  ce  pays.  ''M'établirai  une 
distinction  entre  mon  peu[)le  et  ton 
peuple.  Ce  signe  sera  pour  demain. 
-"L'Eternel  fit  ainsi.  Il  vint  une  quan- 
tité de  mouches  venimeuses  dans  la 
maison  de  Pharaon  et  de  ses  servi- 
teurs, et  tout  le  pays  d'Egypte  fut  dé- 
vasté par  les  mouches. 

-'Pharaon  appela  Moïse  et  Aaron,  et 
dit:  Allez,  offrez  des  sacrifices  à  votre 
Dieu  dans  le  pays.  -Moïse  répondit  :  Il 
n'est  point  convenable  de  faire  ainsi  ; 
car  nous  offririons  à  l'Eternel,  notre 
Dieu,  des  sacrifices  qui  sont  en  abo- 
mination aux  Egyptiens.  Et  si  nous 
offrons,  sous  leurs  yeux,  des  sacrifices 
qui  sont  en  abomination   aux   Egyp- 


tiens ,  ne  nous  lajiideront-ils  jias  ? 
-^Nous  ferons  trois  journées  de  marche 
dans  le  désert,  et  nous  offrirons  des 
sacrifices  à  l'Eternel,  notre  Dieu,  se- 
lon ce  qu'il  nous  dira.  -'Pharaon  dit: 
Je  A'ous  laisserai  aller,  pour  offrir  à 
l'Eternel,  votre  Dieu,  des  sacrifices 
dans  le  désert;  seulement,  vous  ne 
vous  éloignerez  pas,  en  y  allant.  Priez 
pour  moi.  "Moïse  répondit:  Je  vais 
sortir  de  chez  toi,  et  je  prierai  l'Éter- 
nel. Demain,  les  mouches  s'éloione- 
ront  de  Pharaon,  de  ses  serviteurs  et 
de  son  peuj)le.  IMais,  que  Pharaon  ne 
tronqie  jibis,  en  refusant  de  laisser 
aller  le  peuple,  pour  offrir  des  sacri- 
fices à  l'Eternel.  ^* Moïse  sortit  de  chez 
Pharaon,  et  il  pria  l'Eternel.  -"L'Eter- 
nel fit  ce  que  demandait  Moïse;  et  les 
mouches  s'éloignèrent  de  Pharaon,  de 
ses  serviteurs  et  de  son  peuple.  Il  n'en 
resta  pas  une.  -*Mais  Pharaon,  cette 
fois  encore,  endurcit  son  cœur,  et  il 
ne  laissa  jjoint  aller  le  peuple. 

Chap.  IX.  'L'Eternel  dit  à  Moïse  : 
Va  vers  Pharaon,  et  tu  lui  diras  :  Ainsi 
parle  l'Eternel,  le  Dieu  des  Hébreux: 
Laisse  aller  mon  peuple,  afin  qu'il  me 
serve.  -Si  tu  refuses  de  le  laisser  aller, 
et  si  tu  le  retiens  encore,  ^voici,  la 
main  de  l'Eternel  sera  sur  tes  trou- 
])eanx  qui  sont  dans  les  champs,  sur 
les  chevaux,  sur  les  ânes,  sur  les  cha- 
meaux, sur  les  bœufs  et  sur  les  brebis  ; 
il  y  aura  une  mortalité  très  grande. 
'L'Eternel  distinguera  entre  les  trou- 
peaux d'Israël  et  les  troupeaux  des 
Egyptiens,  et  il  ne  périra  rien  de  tout 
ce  qui  est  aux  enfants  d'Israël.  H^'É- 
ternel  fixa  le  temps,  et  dit:  Demain, 
l'Eternel  fera  cela  dans  le  pays.  *Et 
l'Éternel  fit  ainsi,  dès  le  lendemain. 
Tous  les  troupeaux  des  Égyptiens  pé- 
rirent, et  il  ne  périt  pas  une  béte  des 
troupeaux  des  enfants  d'Israël.  'Pha- 
raon s'informa  de  ce  qui  était  ai-rivé  ; 
et  voici,  |)as  une  bête  des  troupeaux 
d'Israël  n'avait  péri.  Mais  le  cœur  de 


69 


Chap.  O^s-29. 


EXODE. 


Pharaon    s'endurcit,    et   il    ne    laissa 
point  aller  le  peuple. 

*L'Eternel  dit  à  Moïse  et  à  Aaron  : 
Remplissez  vos  mains   de  cendre  de 


à  toi  dans  les  champs.  La  grêle  tom- 
bera sur  tous  les  hommes  et  sur  tous 
les  animaux  qui  se  trouveront  dans  les 
champs  et  qui  n'auront  pas  été  recueil- 


fournaise,  et  que  Moïse  la  jette  vers  le      lis  dans  les  maisons,  et  ils  périront. 


ciel,  sous  les  yeux  de  Pharaon.  'Elle 
deviendra  une  poussière  qui  couvrira 
tout  le  pays  d'Egypte  ;  et  elle  produira, 
dans  tout  le  pays  d'Egypte,  sur  les 
hommes  et  sur  les  animaux,  des  ulcè- 
res formés  par  une  éruption  de  pus- 


-"Ceux  des  serviteurs  de  Pharaon  qui 
craignirent  la  parole  de  l'Eternel  firent 
retirer  dans  les  maisons  leurs  servi- 
teurs et  leurs  troupeaux.  -'Mais  ceux 
qui  ne  prirent  ])oint  à  cœur  la  parole 
de  l'Eternel  laissèrent  leurs  serviteurs 


tules.    "*Ils   prirent   de   la    cendre   de     et  leurs  troupeaux  dans  les  champs, 
fournaise,  et  se  présentèrent  devant  -  -   - 

Pharaon;  Moïse  la  jeta  vers  le  ciel,  et 
elle  produisit  sur  les  hommes  et  sur 


les  animaux  des  ulcères  formés  par 
une  éruption  de  pustules.  "Les  magi- 
ciens ne  purent  paraître  devant  Moïse, 
à  cause  des  ulcères  ;  car  les  ulcères 
étaient  sur  les  magiciens,  comme  sur 
tous  les  Egyptiens.  '-L'Eternel  endur- 
cit le  cœur  de  Pharaon,  et  Pharaon 
n'écouta  point  Moïse  et  Aaron,  selon 
ce  que  l'Eternel  avait  dit  à  Moïse. 

'■^L'Eternel  dit  à  Moïse  :  Lève-toi  de 
bon  matin,  et  présente-toi  devant  Pha- 
raon. Tu  lui  diras  :  Ainsi  parle  l'Eter- 
nel, le  Dieu  des  Hébreux  :  Laisse  aller 
mon  peuple,  afin  qu'il  me  serve.  ''*Car, 
cette  fois  je  vais  envoyer  toutes  mes 
plaies  contre  ton  cœur,  contre  tes  ser- 
viteurs et  contre  ton  peuple,  afin  que 
tu  saches  que  nul  n'est  semblable  à 
moi  sur  toute  la  terre.  '^Si  j'avais 
étendu  ma  main,  et  que  je  t'eusse 
frappé  par  la  mortalité,  toi  et  ton  peu- 
ple, tu  aurais  disparu  de  la  terre. 
'^Mais,  je  t'ai  laissé  subsister,  afin  que 
tu  voies  ma  puissance,  et  que  l'on  pu- 
blie mon  nom  par  toute  la  terre.  ''Si 
tu  t'élèves  encore  contre  mon  peuple, 
et  si  tu  ne  le  laisses  point  aller,  "*voici, 
je  ferai  pleuvoir  demain,  à  cette  heure, 
une  grêle  tellement  forte,  qu'il  n'y  en  dra  plus.  -'-'Moïse  lui  dit  :  Quand  je  sor- 
a  point  eu  de  semblable  en  Egypte  tirai  de  la  ville,  je  lèverai  mes  mains 
depuis  le  jour  où  elle  a  été  fondée  vers  l'Eternel,  les  tonnerres  cesseront 
jusqu'à  présent.  'Tais  donc  mettre  en  et  il  n'y  aura  plus  de  grêle,  afin  que  tu 
sûreté  tes  troupeaux  et  tout  ce  qui  est      saches   que   la  terre  est  à   l'Eternel. 

70 


"L'Eternel  dit  à  Moïse  :  Etends  ta 
main  vers  le  ciel  ;  et  qu'il  tombe  de  la 
grêle  dans  tout  le  paA's  d'Égvpte  sur 
les  hommes,  sur  les  animaux,  et  sur 
toutes  les  herbes  des  champs,  dans  le 
pays  d'Egypte.  -^Moïse  étendit  sa  verge 
vers  le  ciel;  et  l'Eternel  envoya  des 
tonnerres  et  de  la  grêle,  et  le  feu  se 
promenait  sur  la  terre.  L'Eternel  fît 
pleuvoir  de  la  grêle  sur  le  pays  d'E- 
gypte. -•'Il  tomba  de  la  grêle,  et  le  feu 
se  mêlait  avec  la  grêle  ;  elle  était  tel- 
lement forte  qu'il  n'y  en  avait  point  eu 
de  semblable  dans  tout  le  pays  d'E- 
gypte depuis  qu'il  existe  comme  na- 
tion. -^La  grêle  frappa,  dans  tous  le 
pays  d'Egypte,  tout  ce  qui  était  dans 
les  champs,  depuis  les  hommes  jus- 
qu'aux animaux;  la  grêle  frappa  aussi 
toutes  les  herbes  des  champs,  et  brisa 
tous  les  arbres  des  champs.  -^Ce  fut 
seulement  dans  le  pays  de  Gosen,  où 
étaient  les  enfants  d'Israël,  qu'il  n'y 
eut  point  de  grêle. 

-'  Pharaon  fit  appeler  Moïse  et  Aaron, 
et  leur  dit  :  Cette  fois,  j'ai  péché  ;  c'est 
l'Éternel  qui  est  le  juste,  et  moi  et  mon 
peuple  nous  sommes  les  coupables. 
^'* Priez  l'Eternel,  pour  qu'il  n'y  ait  plus 
de  tonnerres  et  de  grêle  ;  et  je  vous 
laisserai  aller,  et  l'on  ne  vous  retien- 


EXODE. 


Chap.  0,30-10,16. 


'"Mais  je  sais  que  toi  et  tes  serviteurs, 
vous  ne  craindrez  pas  encore  rEternel 
Dieu.  ^'  Le  lin  et  l'orge  avaient  été  frap- 
pés, parce  que  l'orge  était  en  épis  et 
que  c'était  la  floraison  du  lin  ;  ^'le 
froment  et  l'épeautre  n'avaient  point 
été  frappés,  parce  qu'ils  sont  tardifs. 
^'Moïse  sortit  de  cliez  Pharaon,  jiour 
aller  hors  de  la  ville  ;  il  leva  ses  mains 
vers  rEternel,  les  tonnerres  et  la  grêle 
cessèrent,  et  la  pluie  ne  tomba  plus 
sur  la  terre.  '^Pharaon,  voyant  que  la 
pluie,  la  grêle  et  les  tonnerres  avaient 
cessé,  continua  de  pécher,  et  il  en- 
durcit son  cœur,  lui  et  ses  serviteurs. 
'^Le  cœur  de  Pharaon  s'endurcit,  et  il 
ne  laissa  ])oint  aller  les  enfants  d'Is- 
raël, selon  ce  (|ue  l'Eternel  avait  dit 
par  l'intermédiaire  de  Moïse. 

Chap.  X.  'L'Éternel  dit  à  Moïse  : 
Va  vers  Pharaon,  car  j'ai  endurci  son 
cœur  et  le  cœur  de  ses  serviteurs,  pour 
faire  éclater  mes  signes  au  milieu 
d'eux.  *C'est  aussi  pour  que  tu  racontes 
à  ton  fils  et  au  fîls  de  ton  fils  comment 
j'ai  traité  les  Egyptiens,  et  quels  signes 
j'ai  fait  éclater  au  milieu  d'eux.  Et  vous 
saurez  que  je  suis  l'Eternel.  'Moïse  et 
Aaron  allèrent  vers  Pharaon,  et  lui  di- 
rent :  Ainsi  parle  l'Eternel,  le  Dieu  des 
Hébreux  :  Jusques  à  quand  refuseras- 
tu  de  t'humilier  devant  moi  ?  Laisse 
aller  mon  peuple,  afin  qu'il  nie  serve. 
*Si  tu  refuses  de  laisser  aller  mon  peu- 
ple, voici,  je  ferai  venir  demain  des 
sauterelles  dans  toute  l'étendue  de  ton 
pays.  ^ Elles  couvriront  la  surface  de 
la  terre,  et  l'on  ne  pourra  plus  voir  la 
terre  ;  elles  déAoreront  le  reste  de  ce 
qui  est  échappé,  ce  que  vous  a  laissé 
la  grêle,  elles  dévoreront  tous  les  ar- 
bres qui  croissent  dans  vos  champs; 
^ elles  rempliront  tes  maisons,  les  mai- 
sons de  tous  tes  serviteurs  et  les  mai- 
sons de  tous  les  Egyptiens.  Tes  pères 
et  les  pères  de  tes  pères  n'auront  rien 
vu  de  pareil  depuis  qu'ils  existent  sur 
la  terre  jusqu'à  ce  jour.  Moïse  se  reti- 


ra, et  sortit  de  chez  Pharaon.  "Les  ser- 
viteurs de  Pharaon  lui  dirent  :  Jusques 
à  quand  cet  homme  sera-t-il  pour  nous 
un  |)iège  ?  Laisse  aller  ces  gens,  et 
qu'ils  servent  l'Eternel,  leur  Dieu.  Ne 
vois-tu  pas  encore  que  l'Egypte  périt  ? 

*0n  fit  revenir  vers  Pharaon  Moïse 
et  Aaron  :  Allez,  leur  dit-il,  servez 
If^ternel,  votre  FJieu.  Qui  sont  ceux 
(|ui  iront  ?  ^ Moïse  répondit  :  Nous  irons 
avec  nos  enfants  et  nos  vieillards,  avec 
nos  fils  et  nos  filles,  avec  nos  brebis  et 
nos  bœufs  ;  car  c'est  pour  nous  une 
fête  en  l'honneur  de  l'Eternel.  '"Pha- 
raon leur  dit  :  Que  l'Eternel  soit  avec 
vous,  tout  comme  je  vais  vous  laisser 
aller,  vous  et  vos  enfants  !  Prenez 
garde,  car  le  malheur  est  devant  vous  ! 
"Non,  non;  allez,  vous  les  hommes, 
et  servez  l'Eternel,  car  c'est  là  ce  que 
vous  avez  demandé.  Et  on  les  chassa 
de  la  présence  de  Pharaon. 

'-L'Eternel  dit  à  Moïse  :  Étends  ta 
main  sur  le  pays  d'Egypte,  et  (jue  les 
sauterelles  montent  sur  le  pays  d'E- 
gypte; qu'elles  dévorent  toute  l'herbe 
de  la  terre,  tout  ce  que  la  grêle  a  laissé. 
"Moïse  étendit  sa  verge  sur  le  pays 
d'Egypte;  et  l'Eternel  fit  souffler  un 
vent  d'orient  sur  le  pays  toute  cette 
journée  et  toute  la  nuit.  Quand  ce  fut 
le  matin,  le  vent  d'orient  avait  apporté 
les  sauterelles.  '''Les  sauterelles  mon- 
tèrent sur  le  pays  d'Egypte,  et  se  posè- 
rent dans  toute  l'étendue  de  l'Egypte; 
elles  étaient  en  si  grande  quantité  qu'il 
n'y  avait  jamais  eu  et  qu'il  n'y  aura  ja- 
mais rien  de  semblable.  '^ Elles  cou- 
vrirent la  surface  de  toute  la  terre,  et 
la  terre  fut  dans  l'obscurité;  elles  dé- 
vorèrent toute  l'herbe  de  la  terre  et 
tout  le  fruit  des  arbres,  tout  ce  que  la 
grêle  avait  laissé  ;  et  il  ne  resta  aucune 
verdure  aux  arbres  ni  à  l'herbe  des 
chamj)s,  dans  tout  le  pays  d'Egy])te. 

'^Aussitôt  Pharaon  apj)ela  Moïse  et 
Aaron,  et  dit  :  .l'ai  péché  contre  l'E- 
ternel ,  votre   Dieu ,   et   contre   vous. 


71 


Chap.  10,11-1^, -2. 


EXODE. 


*' Mais  pardonne  mon  j)éché  pour  cette  Je  ferai  venir  encore  une  plaie  sur  Pha- 
fois  seulement;  et  priez  rÉternel,  vo- 
tre Dieu,  afin  qu'il  éloigne  de  moi  en- 
core cette  plaie  mortelle.  '''Moïse  sor- 
tit de  chez  Pharaon,  et  il  pria  rÉternel. 
*'L'Eternel  fit  souffler  un  vent  d'occi- 
dent très  fort,  qui  emporta  les  saute- 
relles, et  les  précipita  dans  la  mer 
Rouge  ;  il  ne  resta  pas  une  seule  sau- 
terelle dans  toute  l'étendue  de  l'E- 
gypte. -"L'Eternel  endurcit  le  cœur  de 
Pharaon,  et  Pharaon  ne  laissa  point 
aller  les  enfants  d'Israël. 

^'L'Éternel  dit  à  Moïse  :  Étends  ta 
main  vers  le  ciel,  et  qu'il  y  ait  des  té- 
nèbres sur  le  pays  d'Egypte,  et  que 
l'on  puisse  les  toucher.  '^^ Moïse  éten- 
dit sa  main  vers  le  ciel;  et  il  y  eut 
d'épaisses  ténèbres  dans  tout  le  pays 
d'Egypte,  pendant  trois  jours.  "^^On  ne 
se  voyait  pas  les  uns  les  autres,  et  per- 
sonne ne  se  leva  de  sa  place  pendant 
trois  jours.  Mais  il  y  avait  de  la  lumière 
dans  les  lieux  où  habitaient  tous  les 
enfants  d'Israël. 

'^■'Pharaon  appela  Moïse,  et  dit  :  Al- 
lez, servez  l'Éternel.  Il  n'y  aura  que 
vos  brebis  et  vos  bœufs  qui  resteront, 
et  vos  enfants  jiourront  aller  avec  vous. 
^''Moïse  répondit:  Tu  mettras  toi-même 
entre  nos  mains  de  quoi  faire  les  sacri- 
fices et  les  holocaustes ,  que  nous  of- 
frirons à  l'Eternel,  notre  Dieu.  -'^Nos 
troupeaux  iront  avec  nous,  et  il  ne  res- 
tera pas  un  ongle  ;  car  c'est  là  que  nous 
prendrons  pour  servir  l'Éternel,  notre 
Dieu;  et,  jusqu'à  ce  que  nous  soyons 
arrivés,  nous  ne  savons  pas  ce  que  nous 
choisirons  pour  offrira  l'Eternel. -'L'E- 
ternel endurcit  le  cœur  de  Pharaon,  et 
Pharaon  ne  voulut  point  les  laisser  al- 
ler. *"  Pharaon  dit  à  Moïse  :  Sors  de 
chez  moi  !  Garde-toi  de  paraître  encore 
en  ma  présence,  car  le  jour  où  tu  pa- 
raîtras en  ma  présence,  tu  mourras. 
^^Tu  l'as  dit  !  répliqua  Moïse,  je  ne  pa- 
raîtrai |)lus  en  ta  présence. 

Chap.  XI.     '  L'Éternel  dit  à  Moïse  : 


raon  et  sur  l'Egypte.  Après  cela,  il  vous 
laissera  partir  d'ici.  Lorsqu'il  vous  lais- 
sera tout  à  fait  aller,  il  vous  chassera 
même  d'ici.  ^Parle  au  peuple,  pour  que 
chacun  demande  à  son  voisin  et  cha- 
cune à  sa  voisine  des  vases  d'argent  et 
des  vases  d'or.  *  L'Éternel  fit  trouver 
grâce  au  peuple  aux  yeux  des  Egyp- 
tiens ;  Moïse  lui-même  était  très  con- 
sidéré dans  le  pays  d'Egypte,  aux  yeux 
des  serviteurs  de  Pharaon  et  aux  yeux 
du  peuple. 

*Moïse  dit  :  Ainsi  parle  l'Éternel  : 
Vers  le  milieu  de  la  nuit,  je  passerai 
au  travers  de  l'Egypte  ;  ^et  tous  les 
premiers-nés  mourront  dans  le  pays 
d'Egypte,  depuis  le  premier-né  de 
Pharaon  assis  sur  son  trône,  jusqu'au 
premier-né  de  la  servante  qui  est  der- 
rière la  meule,  et  jusqu'à  tous  les  pre- 
miers-nés des  animaux.  ^11  y  aura  dans 
tout  le  pays  d'Egypte  de  grands  cris, 
tels  qu'il  n'y  en  a  point  eu  et  qu'il  n'y 
en  aura  plus  de  semblables.  'Mais  par- 
mi tous  les  enfants  d'Israël,  depuis  les 
hommes  jusqu'aux  animaux,  pas  même 
un  chien  ne  remuera  sa  langue,  afin 
que  vous  sachiez  quelle  différence  l'É- 
ternel fait  entre  l'Egypte  et  Israël. 
*Alors  tous  tes  serviteurs  que  voici  des- 
cendront vers  moi  et  se  prosterneront 
devant  moi,  en  disant  :  Sors,  toi  et  tout 
le  peuple  qui  s'attache  à  tes  pas  !  Après 
cela,  je  sortirai.  Moïse  sortit  de  chez 
Pharaon,  dans  une  ardente  colère. 

"L'Éternel  dit  à  Moïse  :  Pharaon  ne 
vous  écoutera  point,  afin  que  mes  mi- 
racles se  multiplient  dans  le  pays  d'E- 
gypte. '"Moïse  et  Aaron  firent  tous  ces 
miracles  devant  Pharaon,  et  Pharaon 
ne  laissa  point  aller  les  enfants  d'Israël 
hors  de  son  pays. 

Institution  de  la  Pâqiie.  —  Mort  des  premiers- 
nés.  —  Départ  d'iigypte. 

Chap.  XII.  '  L'Éternel  dit  à  Moïse 
et  à  Aaron  dans  le  pays  d'Egypte  :  -Ce 


72 


EXODE. 


Chap.  1^,3-23. 


mois-ci   sera    pour  vous    le   premier  pays  d'Egypte.  '*Vous  conserverez  le 

des  mois  ;  il  sera  pour  vous  le  premier  souvenir  de  ce  jour,  et  vous  le  céléhre- 

des  mois  de  l'année.  ^Parlez  à  toute  rez  par  une  fête  en  l'honneur  de  l'Eter- 

l'assemhléed'lsraël,  etdites  :  Ledixiè-  nel  ;  vous   le  célébrerez  comme   une 

e  jour  de  ce  mois,  on  prendra  un  loi  perpétuelle  pour  vos  descendants. 


m 


agneau  pour  chaque  Famille,  un  agneau  '^Pendant  sept  jours,  vous  mangerez 

pour  chaque  maison.  *Si  la  maison  est  des  pains  sans  levain.  Dès  le  premier 

tro|)  peu  nombreuse  pour  un  agneau,  jour,  il  n'y  aura  plus  de  levain  dans 

on  le  prendra  avec   son   [)lus  proche  vos  maisons;  car  toute  personne  qui 

voisin,  selon  le  nombredes personnes;  mangera  du  pain  levé,  du  premier  jour 

vous  compterez  pour  cet  agneau  d'à-  au  septième  jour,  sera  retranchée  d'Is- 

près  ce  que  chacun  peut  manger.  ^Ce  raël.  "'Le  premier  jour,  vous  aurez  une 

sera  un  agneau  sans  défaut,  mâle,  âgé  sainte    convocation  ;   et    le    septième 

d'un   an;   vous    pourrez    prendre    un  jour,  vous  aurez  une  sainte  convoca- 

•agneau  ou  un  chevreau.  *Vous  le  gar-  tion.  On  ne  fera  aucun  travail  ces  jours- 

derez   jusqu'au  quatorzième  jour  de  là;  vous  pourrez  seulement  préparer  la 

ce  mois;  et  toute  l'assemblée  d'Israël  nourriture  de  chaque  personne.  *' Vous 

l'immolera  entre  les  deux  soirs  ".  "On  observerez  la  fête  des  pains  sans  le- 

prendra  de  son  sang,  et  on  en  mettra  vain,  car  c'est  en  ce  jour  même  que 

sur  les  deux  poteaux  et  sur  le  linteau  j'aurai  fait  sortir  vos  armées  du  pays 

de  la  porte  des  maisons  où  l'on  man-  d'Egvpte  ;   vous    observerez    ce   jour 

géra.  "^Cette  même  nuit,  on  en  mangera  comme  une  loi  perpétuelle  pour  vos 

la  chair,  rôtie  au  feu;  on  la  mangera  descendants.    '*Le    premier  mois,   le 

avec  des  pains  sans  levain  et  des  her-  quatorzième jourdumois,  ausoir, vous 


manderez 


mangerez  des 


.g^.^^  ^.^..  pains  sans  levam  jus- 


l)cs   amères.    ^Vous    ne    le 

point  à  demi  cuit  et  bouilli  dans  l'eau  ;  qu'au  soir  du  vingt  et  unième  jour, 

mais  il  sera  rôti  au  feu,  avec  la  tète,  '^Pendant  sept  jours,  il  ne  se  trouvera 

les  jambes  et  l'intérieur.  '"Vous  n'en  point  de  levain  dans  vos  maisons;  car 

laisserez  rien  jusqu'au  matin;  et,  s'il  toute  personne  qui  mangera  du  pain 

en  reste  quelque  chose  le  matin,  vous  levé   sera  retranchée  de   l'assemblée 

le  brûlerez   au   feu.   "Quand  vous  le  d'Israël,  c[ue  ce  soit  un  étranger  ou  un 

mangerez,  vous  aurez  vos  reins  ceints,  indigène.  -"Vous  ne  mangerez  point  de 

vos  souliers  aux  pieds,  et  votre  bâton  pain  levé;  dans  toutes  vos  demeures, 

à  la  main;  et  vous  le  mangerez  à  la  vous  mangerez  des  pains  sans  levain, 

hâte.  C'est  la  Pàque  *  de  ri'^ternel.  "-'  Moïse  appela  tous  les  anciens  d'Is- 

'-Cette  nuit-là,  je  passerai  dans  le  raël,  et  leur  dit  :  Allez  prendre  du  bé- 

pays  d'Egypte,  et  je  frapperai  tous  les  tail  pour  vos  familles,  et  immolez  la 

premiers-nés  du  pays  d'Egypte,  de-  Pàcpie.    --Vous    prendrez    ensuite   un 

|)uis  les  hommes  jusqu'auxanimaux,  et  bouquet  d'hysope,  vous  le  tremperez 

j'exercerai  des  jugements  contre  tous  dans  le  sang  qui  sera  dans  le  bassin, 

les  dieux  de  l'Egypte.  Je  suis  l'Eter-  et  vous  toucherez  le  linteau  et  les  deux 


ui 


nel.  ''Le  sang  vous   servira  de  signe  j^oteaux  de  la  porte  avec  le  sang  q 

sur  les  maisons  où  vous  serez;  je  ver-  sera  dans  le  bassin.  Nul  de  \()iis  ne 

rai  le  sang,  et  je  passerai  par-dessus  sortira  de  sa  maison  jusqu'au  matin, 

vous,  et  il  n'y  aura  jioint  de  plaie  qui  -''Ouand  l'Eternel  passera  pour  frapper 

vous  détruise,  quand  je  frapperai  le  l'Egypte,  et  verra  le  sang  sur  le  lin- 

a.   Entre   /es   deux  soirs.   On  i-rnit  que  c'était   l'intervalle  compris. entre    le  coucher  du  soleil  et  la  fui  du  cré- 
puscule du  soir.         b.  l'iitjue,  mot  qui  sijjnifie  littéralement  action  ttc  /tasser. 


7:$ 


Chap.  J^,-vi-',9. 


EXODE. 


teau  et  sur  les  deux  poteaux,  l'Éternel 
passera  par-dessus  la  porte,  et  il  ne 
permettra  pas  au  destructeur  d'entrer 
dans  vos  maisons  pour  frapper.  -'Vous 
observerez  cela  comme  une  loi  pour 
vous  et  pour  vos  enfants  à  perpétuité. 
^^  Quand  vous  serez  entrés  dans  le  pays 
que  l'Eternel  vous  donnera,  selon  sa 
promesse,  vous  observerez  cet  usage 
sacré.  -^Et  lorsque  vos  enfants  vous 
diront  :  Que  signifie  pour  vous  cet 
usage  ?  -^vous  répondrez  :  C'est  le  sa- 
crifice de  Pàque  en  l'honneur  de  l'É- 
ternel,  qui  a  passé  par-dessus  les  mai- 
sons des  enfants  d'Israël  en  Egypte, 
lorsqu'il  frappa  l'Egypte  et  qu'il  sauva 
nos  maisons.  Le  peuple  s'inclina  et  se 
prosterna.  ^*Et  les  enfants  d'Israël  s'en 
allèrent,  et  firent  ce  que  l'Eternel  avait 
ordonné  à  Moïse  et  à  Aaron;  ils  firent 
ainsi. 

'-^Au  milieu  de  la  nuit,  l'Eternel  frap- 
pa tous  les  premiers-nés  dans  le  pays 
d'Egypte,  depuis  le  premier-né  de  Pha- 
raon assis  sur  son  trône,  jusqu'au  pre- 


vases  d'argent,  des  vases  d'or  et  des 
vêtements.  ^^L'Eternelfittrouver  grâce 
au  peuple  aux  yeux  des  Egyptiens,  qui 
se  rendirent  à  leur  demande.  Et  ils  dé- 
pouillèrent les  Egyptiens. 

^'Les  enfants  d'Israël  partirent  de 
Ramsès  pour  Succoth  au  nombre  d'en- 
viron six  cent  mille  hommes  de  pied, 
sans  les  enfants.  ^'^Une  multitude  de 
gens  de  toute  espèce  montèrent  avec 
eux  ;  ils  avaient  aussi  des  troupeaux 
considérables  de  brebis  et  de  bœufs. 
'"Us  firent  des  gâteaux  cuits  sans  le- 
vain avec  la  pâte  c[u'ils  avaient  empor- 
tée d'Egypte,  et  qui  n'était  pas  levée; 
car  ils  avaient  été  chassés  d'Egypte, 
sans  pouvoir  tarder,  et  sans  prendre 
des  provisions  avec  eux. 

■'"Le  séjour  des  enfants  d'Israël  en 
Egypte  fut  de  quatre  cent  trente  ans. 
■"Et  au  bout  de  quatre  cent  trente  ans, 
le  jour  même,  toutes  les  armées  de 
l'Eternel  sortirent  du  pays  d'Egypte. 
■•^  Cette  nuit  sera  célébrée  en  l'honneur 
de  l'Eternel,  parce  qu'il  les  fit  sortir 


mier-né  du  cajitif  dans  sa  prison,  et  du  pays  d'E]gypte;  cette  nuit  sera  cé- 
jusqu'à  tous  les  premiers-nés  des  ani- 
maux. ^"Pharaon  se  leva  de  nuit,  lui  et 
tous  ses  serviteurs,  et  tous  les  Egyp- 
tiens ;  et  il  y  eut  de  grands  cris  en 
Egypte,  car  il  n'y  avait  point  de  mai- 
son où  il  n'y  eût  un  mort.  ^'Dans  la 
nuit  même.  Pharaon  appela  Moïse  et 
Aaron,  et  leur  dit  :  Levez-vous,  sortez 
du  milieu  de  mon  peuple,  vous  et  les 
enfants  d'Israël.  Allez,  servez  l'Éter- 
nel, comme  vous  l'avez  dit.  ^"-Prenez 
vos  brebis  et  vos  boeufs,  comme  a^ous 
l'avez  dit  ;  allez,  et  bénissez-moi.  ''Les 
Égyptiens  pressaient  le  peuple,  et 
avaient  hâte  de  le  renvoyer  du  pays, 
car  ils  disaient  :  Nous  périrons  tous. 
'■•Le  peuple  emporta  sa  pâte,  avant 
qu'elle  fût  levée.  Ils  enveloppèrent  les 
pétrins  dans  leurs  vêtements,  et  les 
mirent  sur  leurs  épaules.  '^Les  enfants 
d'Israël  firent  ce  que  Moïse  avait  dit, 
et  ils  demandèrent  aux  Égyptiens  des      l'étranger  en  séjour  au  milieu  de  vous 

74 


lébrée  en  l'honneur  de  l'Éternel  par 
tous  les  enfants  d'Israël  et  par  leurs 
descendants. 

*'L'Éternel  dit  à  Moïse  et  à  Aaron  : 
Voici  une  ordonnance  au  sujet  de  la 
Pàque  :  Aucun  étranger  n'en  mangera. 
"Tu  circonciras  tout  esclave  acquis  à 
prix  d'argent;  alors  il  en  mangera. 
''^L'habitant  et  le  mercenaire  n'en  man- 
geront point.  *^0n  ne  la  mangera  que 
dans  la  maison  ;  vous  n'emporterez 
point  de  chair  hors  de  la  maison,  et 
Aous  ne  briserez  aucun  os.  '"Toute  l'as- 
semblée d'Israël  fera  la  Pàque.  ■**Si  un 
étranger  en  séjour  chez  toi  A'eut  faire 
la  Pàcjue  de  l'Éternel,  tout  mâle  de  sa 
maison  devra  être  circoncis;  alors  il 
s'approchera  pour  la  faiie,  et  il  sera 
comme  l'indigène;  mais  aucun  incir- 
concis n'en  mangera.  '''•'La  même  loi 
existera  pour  l'indigène  comme  pour 


EXODE. 


t 'h  ap .  13,  M- 13,10. 


Oriloiini/ lires  sur  lu    Pàqiie 
et  sur  les  prcniicrs-i>és. 


="'r()u>s  les  cnf^mts  d'Israël  fn-cnt  ce  "  Ouan*!  l'Eternel  t'aura  fait  entrer 

(lue  l'Eternel  avait  ordonné  ù  Moïse  et  dans  le  ])ays  des  Cananéens,  comme  il 

à  Aaron  ;  ils  firent  ainsi.  ^'  Et  ce  même  l'a  juré  à  toi  et  à  tes  pères,  et  qu'il  te 

jour,  l'Eternel  fit  sortir  du  jiays  d'E-  l'aura  donné, '-tu  consacreras  à  l'Éter- 

gypte  les  enfants  d'Israël,  selon  leurs  nel  tout  ])remier-né,  même  tout  pre- 

armées.  mier-né  des  animaux  que  tu  auras  :  les 

mâles  appartiennent  à  l'Éternel.  '^Tu 
rachèteras  avec  un  agneau  tout  pre- 
mier-né de  l'âne;  et,  si  tu  ne  le  rachè- 

Chap.    XIII.  '      L'Eternel    parla    à  tes  pas,  tu  lui  briseras  la  nuque.  Tu 

Moïse,  et  dit  :  "Consacre-moi  tout  pre-  rachèteras   aussi   tout  premier-né   de 

mier-né,  tout  premier- né  parmi  li-s  l'homme  parmi  tes  fils.  '■'Et  lorsque 

enfants  d'Israël,  tant  des  hommes  que  ton  fils  te  demandera  un  jour  :  Que  si- 

des  animaux:  il  m'a])partient.  gnifie  cela?  tu  lui  répondras  :  Par  sa 

^Moïse  dit   au   peuple   :   Souvenez-  main  puissante,  l'Eternel  nous  a  fait 

vous  de  ce  jour,  où  vous  êtes  sortis  sortir  d'Egypte,  de  la  maison  de  servi- 

d'Egypte,  de  la  maison  de  servitude;  tude;  '^et,  comme  Pharaon  s'obstinait 

car  c'est   par  sa  main  puissante  que  à  ne  point  nous  laisser  aller,  l'Éternel 

l'Éternel  vous  en  a  fait  sortir.  On  ne  fit  mourir  tous  les  premiers-nés  dans 

mangera  point  de  pain  levé.  *Vous  sor-  le  pays  d'Egypte,  depuis  les  premiers- 

tezaujourd'hui,  dans  le  moisdesépis".  nés  des  hommes  jusqu'aux  premiers- 

'"* Quand  l'Eternel  t'aura  fait  entrer  dans  nés  des  animaux.  Voilà  pourquoi  j'offre 

le  pays  des  Cananéens,  des  Héthiens,  en  sacrifice  à  l'Éternel  tout  premier-né 

des  Amoréens,  des  Héviens  et  des  Je-  des  mâles,  et  je  rachète  tout  premier- 

busiens,  qu'il  a  juré  à  tes  pères  de  te  né  de  mes  fils.  '"Ce  sera  comme  un  si- 

donner,  pays  où  coulent  le  lait  et  le  gne  sur  ta  main  et  comme  des  fron- 

miel,  tu  rendras  ce  culte  à  l'Éternel  teaux  entre  tes  yeux;  car  c'est  par  sa 

dans   ce   niêine   mois.  *  Pendant  sept  main  puissante  que  l'Eternel  nous  a 

jours,  tu  mangeras  des  pains  sans  le-  fait  sortir  d'Egypte, 
vain  ;  et  le  septième  jour,  il  y  aura  une 
fête  en  l'honneur  de  l'Éternel.  ^On 
mangera  des  pains  sans  levain  pendant 
les  sept  jours;  on  ne  verra  point  chez 
toi  de  pain  levé,  et  l'on  ne  verra  point 
chez  toi  de  levain,  dans  toute  l'étendue 
de  ton  pays.  *Tu  diras  alors  à  ton  fils  : 

C'est  en  mémoire  de  ce  que  l'Éternel  pie  pourrait  se  repentir  en  voyant  la 

a  fait  pour  moi,  lorsque  je  suis  sorti  guerre,  et  retourner  en  Égvj)te. '^Mais 

d'Egypte.  "Ce  sera  pour  toi  comme  un  Dieu  fit  faire  au  peuple  un  détour  par 

signe  sur  ta  main  et  comme  un  souve-  le  chemin  du  désert,  vers  la  mer  Rouge, 

nir  entre  tes  yeux,  afin  que  la  loi  de  Les  enfants  d'Israël  montèrent  en  ar- 

l'Eternel  soit  dans  ta  bouche;  car  c'est  mes  hors  du  pays  d'Egypte.  '"Moïse 

par  sa  main  puissante  que  l'Éternel  t'a  prit  avec  lui  les  os  de  Joseph;  car  Jo- 

fait  sortir  d'Egypte.  '"Tu  observeras  seph  avait  fait  jurer  les  fils  d'Israël,  en 

cette  ordonnance  au  temps  fixé,  d'an-  disant:  Dieu  vous  visitera,  et  vous  ferez 

née  en  année.  remonter  avec  vous  mes  os  loin  d'ici. 

a.  Le  mois  des  épis  (héb.  Abth),  appelé  plus  tard  mois  de  Nisan,  commençait  avec  la  nouvelle  lune  qui  suit 
l'équinnxe  du  printemps  (Mais-Aviiî)  :  c'était  le  premier  mois  de  l'année  religieuse  des  Israélites.  —  L'année 
civile  datait  du  mois  de  'J'isri,  cummonçant  avec  la  nouvelle  lune  qui  suit  l'équinoxe  d'automne  (Sept. -Cet.). 


Marche  i'ers  le  désert.  —  Passage  de  la  nier 
Rouge. 

'"Lorsque  Pharaon  laissa  aller  le peu- 
]i\e,  Dieu  ne  le  conduisit  jioint  par  le 
chemin  du  pays  des  Philistins,  quoique 
le  plus  proche;  car  Dieu  dit:  Le  peu- 


/.j 


Chap.  lS,-20-l^f,-n. 


EXODE. 


^"IlspartirentdeSuccoth,  et  ils  cam-  Égyptiens  étaient  en  marche  derrière 

pèrent  à  Etham,  à  rextrémitc  du  dé-  eux.  Et  les  enfants  d'Israël  eurent  une 

sert.  -'L']']ternel  allait  devant  eux,  le  grande  frayeur,  et  crièrent  à  l'Eternel, 

jour  dans  une  colonne  de  nuée  pour  "Ils  dirent  à  Moïse  :  N'y  avait-il  pas 

les  guider  dans  leur  chemin,  et  la  nuit  des  sé]iulcres  en  Egypte,  sans  qu'il  fût 

dans  une  colonne  de  feu  pour  les  éclai-  besoin  de  nous  mener  mourir  au  dé- 

rer,  afin  qu'ils  marchassent]  our  et  nuit,  sert?  Que  nous  as-tu  fait  en  nous  fai- 

^^Lacolonne  de  nuée  ne  se  retirait  point  saut  sortir  d'Egypte?  '^N'est-ce  pas  là 

de  devant  le  peuple  pendant  le  jour,  ni  ce  que  nous   te  disions  en  Egypte  : 

la  colonne  de  feu  pendant  la  nuit.  Laisse-nous  servir  les  Egyptiens,  car 

Chap. XIV.  '  L'Eternel  23arla  à  Moi-  nous  aimons  mieux  servir  les  Egyp- 
se,  et  dit  :  -Parle  aux  enfants  d'Israël;  tiens  que  de  mourir  au  désert? ''Moïse 
qu'ils  se  détournent,  et  cju'ils  campent  répondit  au  peuple  :  Ne  craignez  rien, 
devant  Pi-Hahiroth,  entre  Migdol  et  la  restez  en  place,  et  regai'dez  la  déli- 
mer, A'is-à-vis  de  Baal-Tsephon  ;  c'est  vrance  que  l'Eternel  va  vous  accorder 
en  face  de  ce  lieu  que  vous  camperez,  en  ce  jour;  car  les  Egyptiens  c|ue  vous 
près  de  la  mer.  ''Pharaon  dira  des  en-  voyez  aujourd'hui,  vous  ne  les  ver- 
fants  d'Israël  :  Ils  sont  égarés  dans  le  rez  plus  jamais.  '*L'Eternel  combattra 
])ays;  le  désert  les  enferme.  ''J'endur- 
cirai le  cœur  de  Pharaon,  et  il  les  pour- 


suivra; mais  Pharaon  et  toute  son  ar- 
mée serviront  à  faire  éclater  ma  gloire, 
et  les  Egyptiens  sauront  que  je  suis 
l'Eternel.  Et  les  enfants  d'Israël  firent 
ainsi. 


pour  Aous;  et  vous,  gardez  le  silence. 
'^L'Eternel  dit  à  Moïse  :  Pourquoi 
ces  cris?  Parle  aux  enfants  d'Israël  ;  et 
qu'ils  marchent.  '"Toi,  lève  ta  verge, 
étends  ta  main  sur  la  mer,  et  fends-la; 
et  les  enfants  d'Israël  entreront  ali  mi- 
lieu de  la  mer  à  sec.  '"Et  moi,  je  vais 
^On  annonça  au  roi  d'Egvpte  que  le  endurcir  le  cœur  des  Egvptiens,  pour 
peuple  avait  pris  la  fuite.  Alors  le  cœur  qu'ils  y  entrent  après  eux  ;  et  Pharaon 
de  Pharaon  et  celui  de  ses  serviteurs  et  toute  son  armée,  ses  chars  et  ses  ca- 
furent  changés  à  l'égard  du  peujile.  Ils  valiers,  feront  éclater  ma  gloire.  "*Et 
dirent  :  Qu'avons-nous  fait,  en  laissant  les  Egyptiens  sauront  que  je  suis  l'E- 
aller  Israël,  dont  nous  n'aurons  plus  ternel,  quand  Pharaon,  ses  chars  et  ses 
les  services?  *Et  Pharaon  attela  son  cavaliers,  auront  fait  éclater  ma  gloire, 
char,  et  il  prit  son  ]icu|:)le  avec  lui.  'Il  '"L'ange  de  Dieu,  qui  allait  devant  le 

])rit  six  cents  chars  d'élite,  et  tous  les  camp  d'Israël,  partit  et  alla  derrière 
chars  de  l'Egypte;  il  y  avait  sur  tous  eux;  et  la  colonne  de  nuée  qui  les  pré- 
des  combattants.  *L'Eternel  endurcit  cédait,  partit  et  se  tint  derrière  eux. 
le  cœur  de  Pharaon,  roi  d'Egypte,  et  -"Elle  se  plaça  entre  le  camp  des  Egyp- 
Pharaonpoursuivitlesenfantsd'Israël.  tiens  et  le  camp  d'Israël.  Cette  nuée 
Les  enfants  d'Israël  étaient  sortis  la  était  ténébreuse  d'un  côté,  et  de  l'au- 
main  levée".  ^Les  Egvptiens  les  pour-  tre  elle  éclairait  la  nuit.  Et  les  deux 
suivirent;  et  tous  les  chevaux,  les  chars  camps  n'approchèrent  point  l'un  de 
de  Pharaon,  ses  cavaliers  et  son  armée,  l'autre  pendant  toute  la  nuit, 
les  atteignirent  campés  près  de  la  mer,  -'Moïse  étendit  sa  main  sur  la  mer. 

vers  Pi-Hahiroth,  vis-à-vis  de   Baal-      Et  l'Eternel  refoula  la  mer  par  un  vent 
Tsephon.  d'orient,  qui  souffla  avec  impétuosité 

"•Pharaon   approchait.   Les  enfants      toute  la  nuit;  il  mit  la  mer  à  sec,  et  les 
d'Israël  levèrent  les  yeux,  et  voici,  les      eaux  se  fendirent.  "Les  enfants  d'Is- 

a.  C'est-à-dire,  ouvertement. 

70 


EXODE. 


Chap.  li,-23-l5,9. 


racl  entrèrent  lui  milieu  de  la  mer  à  au  milieu  de  la  mer.  -*Les  eaux  revin- 
sec,  et  les  eaux  formaient  comme  une  rent,  et  couvrirent  les  chars,  les  cava- 
murailleà  leur  droite  et  à  leur  gauche,  liers  et  toute  l'armée  de  Pharaon,  qui 
-^Les  Egyptiens  les  ])oursuivirent  ;  et  étaient  entrés  dans  la  mer  après  les 
tous  les  chevaux  de  Pharaon,  ses  chars  enfants  d'Israël  ;  et  il  n'en  échapjia  pas 
et  ses  cavaliers  entrèrent  après  eux  au 
milieu  de  la  mer.  '-^A  la  veille  du  ma- 
tin", l'Eternel  regarda  le  camj)  des  I 
Egyptiens,  depuis  la  colonne  de  feu  et 

de  nuée,  et  il  mit  en  désordre  le  camp  ^"En  ce  jour,  l'Eternel  délivra  Israël 

des  Egyptiens.  -=11  ùta  les   roues  de  de  la  main  des  Egyptiens;  et  Israël  vit 

leurs  chars  et  en  rendit  la  marche  dif-  sur  le  rivage  de  la  mer  les  Egyptiens 

ficile.    Les    Égyptiens   dirent   alors   :  qui  étaient  morts.  ^'Israël  vit  la  main 

Fuyons   devant    Israël,    car   l'Eternel  ])uissante,  que  l'Eternel  avait  dirigée 

combat  pour  lui  contre  les  Egyptiens,  contre  les  Egyptiens.  Et  le  peuple  crai- 
gnit l'Eternel,  et  il  crut  en  l'Eternel  et 
en  Moïse,  son  serviteur. 


un  seul.  -'■'Mais  les  enfants  d'Israël  mar- 
chèrent à  sec  au  milieu  de  la  mer,  et 
es  eaux  formaient  comme  une  muraille 
à  leur  droite  et  à  leur  gauche. 


Cantique. 

Chap.  XV.     *Alors  Moïse  et  les  en- 


-^L'Eternel  dit  à  Moïse  :  Etends  ta 
main  sur  la  mer;  et  les  eaux  revicn- 
d  ront  sur  les  Egyptiens ,  su  r  leurs  chars 
et  sur  leurs  cavaliers.  -'Moïse  étendit 
sa  main  sur  la  mer.  Et  vers  le  matin, 
la  mer  reprit  son  impétuosité,  et  les 
Egyptiens  s'enfuirent  à  son  approche  ;  fants  d'Israël  chantèrent  ce  cantique  à 
mais  l'Eternel  préci])ita  les  Egyptiens      l'Eternel.  Ils  dirent  : 

Je  chanterai  à  l'Eternel,  car  il  a  fait  éclater  sa  gloire; 
II  a  précipité  dans  la  mer  le  cheval  et  son  cavalier. 

-L'Eternel  est  ma  force  et  le  sujet  de  mes  louanges; 
C'est  lui  qui  m'a  sauvé. 

Il  est  mon  Dieu  :  je  le  célébrerai  ; 
Il  est  le  Dieu  de  mon  père  :  je  l'exalterai. 

^L'Eternel  est  un  vaillant  guerrier; 
L'Eternel  est  son  nom. 

*II  a  lancé  dans  la  mer  les  chars  de  Pharaon  et  son  armée; 
Ses  combattants  d'élite  ont  été  engloutis  dans  la  mer  Rouge. 

^Les  ilôts  les  ont  couverts  : 
Ils  sont  descendus  au  fond  des  eaux,  comme  une  pierre. 

^Ta  droite,  ô  Eternel!  a  signalé  sa  force; 
Ta  droite,  ô  Eternel!  a  écrasé  l'ennemi. 

"Par  la  grandeur  de  ta  majesté 
Tu  renverses  tes  adversaires; 

Tu  déchaînes  ta  colère  : 
Elle  les  consume  comme  du  chaume. 

*Au  souffle  de  tes  narines,  les  eaux  se  sont  amoncelées, 
Les  courants  se  sont  dressés  comme  une  muraille. 
Les  flots  se  sont  durcis  au  milieu  de  la  mer. 

"L'ennemi  disait  :  je  poursuivrai,  j'atteindrai, 

a.  Liv  nuit  il.ilt  p;irtaifi'f  en  Iriiis  vciUi's. 

77 


Chap.  l5,io-n.  EXODE. 

Je  partagerai  le  butin  ; 

Âla  vengeance  sera  assouvie, 
Je  tirerai  Tépée,  ma  main  les  détruira. 

"Tu  as  soufflé  de  ton  haleine  : 
La  mer  les  a  couverts  ; 

Ils  se  sont  enfoncés  comme  du  plomb, 
Dans  la  profondeur  des  eaux. 

"Oui  est  comme  toi  parmi  les  dieux,  ô  Eternel? 
Qui  est  comme  toi  magnifique  en  sainteté, 

Digne  de  louanges. 
Opérant  des  prodiges? 

'-Tu  as  étendu  ta  droite  : 
La  terre  les  a  engloutis. 

'^Par  ta  miséricorde  tu  as  conduit, 
Tu  as  délivré  ce  peuple  ; 

Par  ta  puissance  tu  le  diriges 
Vers  la  demeure  de  ta  sainteté. 

'■'Les  peuples  l'apprennent,  et  ils  tremblent  : 
La  terreur  s'empare  des  Philistins; 

'^Les  chefs  d'Edom  s'épouvantent; 
Un  tremblement  saisit  les  guerriers  de  Moab; 

Tous  les  habitants  de  Canaan  tombent  en  défaillance. 
'*^La  crainte  et  la  frayeur  les  surprendront; 
Par  la  grandeur  de  ton  bras 
Ils  deviendront  muets  comme  une  pierre. 

Jusqu'à  ce  que  ton  peuple  soit  passé,  ô  Eternel  ! 
Jusqu'à  ce  qu'il  soit  passé 
Le  peuple  que  tu  as  accjuis. 

''Tu  les  amèneras  et  tu  les  établiras  sur  la  montamie  de  ton  héritaare. 
Au  lieu  que  tu  as  préparé  pour  ta  demeure,  ô  Eternel! 
Au  sanctuaire,  Seigneur!  cpie  tes  mains  ont  fondé. 

'^L'Éternel  régnera  éternellement  et  à  toujours. 

'^Car  les  chevaux  de  Pharaon,  ses  chars  et  ses  cavaliers  sont  entrés 
Et  l'Eternel  a  ramené  sur  eux  les  eaux  de  la  mer;  [dans  la  mer. 

Mais  les  enfants  d'Israël  ont  marché  à  sec  au  milieu  de  la  mer. 

-"Alarie,  la  prophétesse,  sœur  d'Aaron,  prit  à  sa  main  un  tambourin,  et  toutes 
les  femmes  vinrent  après  elle,  avec  des  tambourins  et  en  dansant.  -'Marie  ré- 
pondait aux  enfants  d'Israël  : 

Chantez  à  l'Eternel,  car  il  a  fait  éclater  sa  gloire; 
Il  a  précipité  dans  la  mer  le  cheval  et  son  cavalier. 


78 


EXODE. 


CImp.  15,  s2- 10,  11. 


LE    PEUPLE    D  ISRAËL    DANS    LE    DESERT 

[Chap.  15,  22-iO.) 


/.es  caii.v  (le  Mara.  —  Mnriitiircs  des  Israélites  dans  le  désert  de  Sin.  —  Les  cailles  et  la  manne. 

Le  sabbat. 

--Moïse  fit  partir  Israël  de  la  mer     viande,  quand  nous  mangions  du  pain 


Uouge.  Ils  prirent  la  direction  du  dé 
sert  de  Sehur  ;  et,  après  trois  journées 
de  marche  dans  le  désert,  ils  ne  trou- 
vèrent point  d'eau.  -'Ils  arri^èrent  à 
Mara  ;  mais  ils  ne  purent  pas  boire  leau 
tic  Mara,    parce  qu'elle   était  amère 


à  satiété?  Car  vous  nous  avez  menés 
dans  ce  désert,  pour  faire  mourir  de 
faim  toute  cette  multitude. 

^L'Eternel  dit  à  Aloïse  :  Voici,  je  fe- 
rai pleuvoir  pour  vous  du  pain,  du  haut 
des  cieux.  Le  peuple  sortira,  et  en  ra- 


C'est  pourquoi  ce  lieu  fut  aj^.pelé  Mara".  massera,  jour  par  jour,  la  quantité  né- 
"Le  peuple  murmura  contre  ^loïse,  en  cessaire,  afin  queje  le  mette  à  l'épreuve, 
disant:  Que  boirons-nous  ?"Moïse  cria  et  cjue  je  voie  s'il  marchera,  ou  non,  se- 
à  l'Éternel  ;  et  l'Éternel  lui  indiqua  un  Ion  ma  loi.  ^Le  sixième  jour,  lorsqu'ils 
i)ois,  qu'il  jeta  dans  l'eau.  Et  l'eau  de-  préj^areront  ce  qu'ils  auront  apporté, 
vintdouce.  Cel'utlàquerEterneldonna  il  s'en  trouvera  le  double  de  ce  qu'ils 
au  peu})le  des  lois  et  des  ordonnances,  ramasseront  jour  par  jour, 
et  ce  fut  là  qu'il  le  mit  à  l'épreuve. '-''Il  "^Moise  et  Aaron  dirent  à  tous  les 
dit:  Si  tu  écoutes  attentivement  la  voix  enfants  d'Israël:  Ce  soir,  vous  com- 
de  l'Éternel,  ton  Dieu,  si  tu  fais  ce  qui  prendrez  que  c'est  l'Eternel  qui  vous 
est  droit  à  ses  yeux,  si  tu  prêtes  l'oreille  a  fait  sortir  du  pays  d'Egypte.  "Et,  au 
à  ses  commandements,  et  si  tu  obser-  matin,  vous  verrez  la  gloire  de  l'Eter- 
ves  toutes  ses  lois,  je  ne  te  frapperai  nel,  parce  qu'il  a  entendu  vos  mur- 
d'aucune  des  maladies  dont  j'ai  frappé  mures  contre  l'Éternel;  car  que  som- 
les  Egyptiens  ;  car  je  suis  l'Eternel,  qui  mes-nous,  pour  que  vous  murmuriez 
te  guérit.  contre   nous  ?  *Moïse  dit  :    L'Eternel 

^^Ils  arrivèrent  à  Elim,  où  il  y  avait  vous  donnera  ce  soir  de  la  viande  à 

douze  sourcesd'eauetsoixante-dix  pal-  manger,  et  au  matin  du  pain  à  satiété, 

miers.  Ils  campèrent  là,  près  de  l'eau,  parce  que  l'Eternel  a  entendu  les  mur- 

Chap.  XVI.      'Toute    l'assemblée  mures  que  vous  avez  proférés  contre 

des  enfants  d'Israël  partit  d'Élim,  et  ils  lui;  car  que  sommes-nous?  Ce  n'est 

arrivèrent  au  désert  de  Sin,  qui  est  pas  contre  nous  que  sont  vos  murmu- 

entre  Elim  et  Sinaï,  le  quinzième  jour  res,  c'est  contre  l'Eternel, 

tlu  second  mois  après  leur  sortie  du  'Moïse  dit  à  Aaron  :  Dis  à  toute  l'as- 


jniys  d'Egypte.  -Et  toute  l'assemblée 
des  enfants  d'Israël  murmura  dans  le 
désert  contre   Moïse  et  Aaron.   'Les 


semblée  des  enfants  d'Israël  :  Appro- 
chez-vous devant  l'Eternel,  car  il  a 
entendu   vos   murmures.    '"Et   tandis 


enfants  d'Israël  leur  dirent  :  Que  ne  qu'Aaron  parlait  à  toute  l'assemblée 

sommes-nous  morts  ])ar  la  main  de  des  enfants  d'Israël,  ils  se  tournèrent 

l'Eternel  dans  le  pays  d'Egypte,  quand  du  côté  du  désert,  et  voici,  la  gloire 

nous   étions   assis   près   des   pots   de  de  l'Éternel  parut  dans  la  nuée.  "L'E- 


a.   Mara  sig'nific  amertume. 


79 


Chap.  10,  i-i- 


■33. 


EXODE. 


ternel,  s'adressant  à  Moïse,  dit:  ''J'ai  principaux  de  rassemblée  vinrent  le 

entendu    les    murmures    des    enfants  rapporter  à  Moïse. -''Et  Moïse  leur  dit: 

d'Israël.  Dis-leur:  Entre  les  deux  soirs  C'est  ce  que  l'Eternel  a  ordonné.  De- 

vous  mangerez  de  la  viande,  et  au  ma-  main  est  le  jour  du  repos,  le  sabbat 

tin  vous  vous  rassasierez  de  pain;  et  consacré  à  l'Eternel;  faites  cuire  ce 

vous  saurez  cjue  je  suis  l'Eternel,  votre  que  vous  avez  à  faire  cuire,  faites  bouil- 

Dieu.  lir  ce  c{ue  vous  avez  à  faire  bouillir,  et 

''Le  soir,  il  survint  des  cailles  qui  mettez  en  réserve  jusqu'au  matin  tout 

couvrirent  le  camp  ;  et,  au  matin,  il  y  ce  qui  restera.  -'Ils  le  laissèrent  jus- 

eut  une  couche   de   rosée   autour  du  qu'au  matin,  comme  Moïse  l'avait  or- 

cam]:).  '''Quand  cette  rosée  fut  dissi-  donné;  et  cela  ne  devint  point  infect, 

pée,  il  y  avait  à  la  surface  du  désert  et  il  ne  s'y  mit  point  de  vers.  -^Moïse 

quelque  chose  de  menu   comme  des  dit:  Mangez-le  aujourd'hui,  car  c'est 

grains,  quelque  chose  de  menu  comme  le  jour  du  sabbat;   aujourd'hui  vous 

la  gelée  blanche  sur  la  terre. '^Les  en-  n'en  trouverez  point  dans  la  campa- 

fants  d'Israël  regardèrent  et  ils  se  di-  gne.  -^Pendant  six  jours  vous  en  ra- 

rent  l'un  à  l'autre  :  Qu'est-ce  que  cela?  masserez;  mais  le  septième  jour,  cjui 

car  ils  ne  savaient  pas  ce  que  c'était,  est  le  sabbat,  il  n'y  en  aura  point. 

Moïse  leur  dit:  C'est  le  pain  que  l'E-  -'Le   septième  jour,    quelques-uns 

ternel   vous   donne   pour   nourriture,  du  peuple  sortirent  pour  en  ramasser, 

'^Voici   ce   que  l'Eternel  a  ordonné  :  et  ils  n'en   trouvèrent  point.   **Alors 

Que   chacun   de   vous  en  ramasse  ce  l'Eternel  dit  à  Moïse  :  Jusques  à  quand 

qu'il  faut  pour  sa  nourriture,  un  orner  retuserez-vous   d'observer   mes  com- 

par  tête,  suivant  le  nombre  de  vos  per-  mandements  et  mes  lois  ?  -^Considérez 

sonnes;  chacun  en  prendra  pour  ceux  que  l'Eternel  vous  a  donné  le  sabbat; 

qui  sont  dans  sa  tente.  c'est  pourquoi  il  vous  donne  au  sixième 

''Les  Israélites  firent  ainsi  ;  et  ils  en  jour  de  la  nourriture  pour  deux  jours, 

ramassèrent  les  uns  plus,    les  autres  Que  chacun  reste  à  sa  place,  et  que 

moins.  '*0n  mesurait  ensuite  avec  l'o-  personne  ne  sorte  du  lieu  où  il  est  au 

mer;  celui  qui  avait  ramassé  plus  septième  jour, 
n'avait  rien  de  troj),  et  celui  (pii  avait 
ramassé  moins  n'en  manquait  pas. 
Chacun  ramassait  ce  cpi'il  fallait  pour 
sa  nourriture.  '^Moïse  leur  dit:  Que 
personne  n'en  laisse  jusqu'au  matin. 
^•'Ils  n'écoutèrent  pas  Moïse,  et  il   v 

eut  des  gens  qui  en  laissèrent  jusqu'au  goût  d'un  gâteau  au  miel, 

matin;  mais  il  s'y  mit  des  vers,  et  cela  ^-Moïse  dit.  Voici  ce  que  l'Eternel  a 

devint  infect.   Moïse  fut  irrité  contre  ordonné:  Qu'un  omer  rempli  de  manne 

ces  gens.  ^'Tous  les   matins,  chacun  soit  conservé  pour  vos  descendants, 

ramassait  ce  qu'il  fallait  pour  sa  nour-  afin  qu'ils  voient  le  pain  que  je  vous 


'"Et  le  peuple  se  reposa  le  septième 
jour. 

"La  maison  d'Israël  donna  à  cette 
nourriture  le  nom  de  manne".  Elle 
ressemblait  à  de  la  graine  de  corian- 
dre*; elle  était  blanche,  et   avait   le 


riture;  et  quand  venait  la  chaleur  du 
soleil,  cela  fondait. 

-^Le  sixième  jour,  ils  ramassèrent 
une   quantité    double   de    nourriture. 


ai  fait  manger  dans  le  désert,  après 
vous  avoir  fait  sortir  du  pays  d'Egypte. 
^•■'Et  Moïse  dit  à  Aaron  :  Prends  un 
vase,    mets-y  de   la  manne   ])lein  un 


deux   omers   pour  chacun.    Tous    les      omer,  et  dépose-le  devant  l'Eternel, 

a.  Marine,  hébreu  man.  nom  tiré  de  l'exclamation  que  poussèrent  les  Israélites,  en  la  voyant  pour  la  première 
fois  :  Man  IIou  «  Qu'est-ce  ?  »  (verset  15).         b.   Coriandre,  nom  d'une  plante. 

80 


EXODE. 


Ch  a  p.  1 6, 31,-18,3. 


en  disant:  L'Éternel  est-il  au  milieu 
de  nous,  ou  n'y  est-il  pas  ? 

*  Amalek  vint  combattre  Israël  à  Re- 
phidim.  'Alors  Moïse  dit  à  Josué  : 
C;hoisis-nous  des  hommes,  sors,  et 
combats  Amalek;  demain  je  me  tien- 
drai sur  le  sommet  de  la  colline,  la 


verge  de  Dieu  dans  ma  main. 


in 


osue 


fit  ce   que   lui   avait  dit  Moïse,  pour 
combattre  Amalek.   Et  Moïse,  Aaron 


afin  qu'il  soit  conservé  pour  vos  des- 
cendants. ^■'Suivant  l'ordre  donné  par 
l'Eternel  à  Moïse,  Aaron  le  déposa  de- 
vant le  témoignage  ",  afin  qu'il  fût  con- 
.servé. 

'^Les  enfants  d'Israël  mangèrent  la 
manne  pendant  quarante  ans,  jusqu'à 
leur  arrivée  dans  un  pays  habité;  ils 
mangèrent  la  manne  jusqu'à  leur  arri- 
vée aux  frontières  du  pays  de  Canaan. 

'^L'omer  est   la  dixième  partie   de  et  Hur  montèrent  au  sommet  de  la  col- 

l'épha.  line.  "Lorsque  Moïse  élevait  sa  main, 

Israël  était  le  plus  fort;  et   lorsqu'il 

Murmures  à  Rephidim.  —Le  rocher  cVlioreh.  baissait  Sa  main,  Amalek  était  le  plus 

Amalek  vaincu.  r      .     lo,  .  i      ni    ..         ,.  !•     . 

tort.  '-Les  mains  de  Moïse  étant  fati- 

Chap.  XVII.       'Toute  l'assemblée  guées,   ils    prirent   une   pierre   qu'ils 

des  enfants  d'Israël  partit  du  désert  placèrent  sous  lui,  et  il  s'assit  dessus, 

de  Sin,  selon  les  marches  que  l'Eter-  Aaron  et  Hur  soutenaient  ses  mains, 

nel  leur  avait  ordonnées;  et  ils  cam-  l'un  d'un  côté,  l'autre  de  l'autre;  et 

pèrent  à  Rephidim,  où  le  peuple  ne  ses  mains   restèrent  fermes  jusqu'au 

trouva  point  d'eau  à  boire.  -Alors  le  coucher  du  soleil.  '^Et  Josué  vainquit 

])euple  chercha  querelle  à  Moïse.  Ils  Amalek  et  son  peuple,  au  tranchant 

dirent  :  Donnez-nous  de  l'eau  à  boire,  de  l'épée. 

Moïse   leur    répondit:    Pourquoi    me  '^L'Eternel  dit  à  Moïse:  Ecris  cela 

cherchez-vous  ([uerelle?  Pourquoi  ten-  dans   le   livre,   pour  que  le   souvenir 

tez-vous  l'Eternel  ? 'Le  peuple  était  là,  s'en  conserve,  et  déclare  à  Josué  que 

pressé  par  la  soif,  et  murmurait  contre  j'effacerai   la    mémoire   d'Amalek  de 

Moïse.  11  disait:   Pourquoi  nous  as-tu  dessous  les  cieux. 

fait  monter  hors  d'Egypte,  pour  me  '^Moïse  bâtit  un  autel,  et  lui  donna 

faire  mourir  de  soif  avec  mes  enfants  pour  nom  l'Eternel  ma  bannière.  'Ml 

et  mes  troupeaux  ?  •'Moïse  cria  à  l'E-  dit  :  Parce  que  la  main  a  été  levée  sur 

ternel,   en   disant:    Que  ferai-je  à  ce  le  trône  de  l'Eternel,  il  y  aura  guerre 

peuple  ?  Encore  un  peu,  et  ils  me  lapi-  de  l'Eternel  contre  Amalek,  de  géné- 


deront.  ^L'Eternel  dit  à  Moïse  :  Passe 
devant  le  peuple,  et  prends  avec  toi 
des  anciens  d'Israël  ;  prends  aussi  dans 
ta  main  ta  verge  avec  laquelle  tu  as 


ration  en  génération. 

Visite  de  Jéthro  à  Moïse. 

Chap.  XVIII.      'Jéthro,  prêtre  de 


frappé  le  fleuve,  et  marche  !  ^Voici,  je  Madian,  beau-père   de   Moïse,   apprit 

me  tiendrai  devant  toi  sur  le  rocher  tout  ce  que  Dieu  avait  fait  en  faveur 

d'IIoreb;  tu  frapperas  le  rocher,  et  il  de   Moïse   et  d'Israël,  son  peuple;  il 

en  sortira  de  l'eau,  et  le  peuple  boira,  apprit  que  l'Eternel   avait   fait  sortir 

Et  Moïse  fit  ainsi,  aux  yeux  des  an-  Israël    d'Egyjjte.   -Jéthro,    beau-père 

ciens  d'Israël.  "Il  donna  à  ce  lieu  le  de   Moïse,    prit  Séphora,   femme    de 

nom  de  Massa  et  Meriba*,  parce  que  Moïse,  qui  avait  été  renvoyée.  'Il  prit 

les  enfants  d'Israël  avaient  contesté,  aussi  les  deux  fils  de  Séphora;  l'un  se 

et  parce  qu'ils  avaient  tenté  l'Eternel,  nommait  Guerschom'^,  car  Moïse  avait 

o.   Le  témoignage,  c'est-ii-dire  les  tables  de   la   loi.  C'est  seulement  plus  tard  que  dut  s'effectuer  le  dépôt  de 
ce  vase  de  manne.         b.  Massa  et  Meriba  signifient  tentation  et  querelle.         c.   Guerscliom,  voy.  2,  2-2. 

81 


Chap.    18.U-19,: 


EXODE. 


dit:  J'habite  un  pays  étranger; '' l'autre  ont  quelque  affaire,  ils  viennent  à  moi; 
se  nommait  Eliézer",  car  il  avait  dit  :  je  prononce  entre  eux,  et  je  fais  con- 
Le  Dieu  de  mon  père  m'a  secouru,  et  naître  les  ordonnances  de  Dieu  et  ses 
il  m'a  délivré  de  l'épée  de  Pharaon,  lois.  '"Le  beau-père  de  Moïse  lui  dit: 
^Jéthro,  beau-père  de  Moïse,  avec  les  Ce  que  tu  fais  n'est  pas  bien.  '"Tu  t'é- 
fds  et  la  femme  de  Moïse,  vint  au  dé-  puiseras  toi-même,  et  tu  épuiseras  ce 
sert  où  il  campait,  à  la  montagne  de  peuple  qui  est  avec  toi;  car  la  chose 
Dieu.  '^11  fit  dire  à  Moïse:  Moi,  ton  est  au-dessus  de  tes  forces,  tu  ne  pour- 
beau-père  Jéthro,  je  viens  vers  toi,  ras  pas  y  suffire  seul.  "^Maintenant 
avec  ta  femme  et  ses  deux  fils.  écoute  ma  voix;  je  vais  te  donner  un 

"Moïse  sortit  au-devant  de  son  beau-  conseil,  et  que  Dieu  soit  avec  toi  !  Sois 
père,  il  se  prosterna,  et  il  le  baisa.  Ils  l'interprète  du  peuple  auprès  de  Dieu, 
s'informèrent  réciproquement  de  leur  et  porte  les  affaires  devant  Dieu.  -"En- 
santé,  et  ils  entrèrent  dans  la  tente  de  seigne-leur  les  ordonnances  et  les  lois; 
Moïse.  "Moïse  raconta  à  son  beau-père  et  fais-leur  connaître  le  chemin  qu'ils 
tout  ce  que  l'Eternel  avait  fait  à  Pha-  doivent  suivre,  et  ce  qu'ils  doivent 
raon  et  à  l'Egypte  à  cause  d'Israël,  faire.  -'Choisis  parmi  tout  le  peuple 
toutes  les  souffrances  qui  leur  étaient  des  hommes  capables,  craignant  Dieu, 
survenues  en  chemin,  et  comment  l'E-  des  hommes  intègres,  ennemis  de  la 
ternel  les  avait  délivrés.  ^Jéthro  se  cupidité;  établis-les  sur  eux  comme 
réjouit  de  tout  le  bien  que  l'Eternel  chefs  de  mille,  chefs  de  cent,  chefs  de 
avait  lait  à  Israël,  et  de  ce  qu'il  l'avait  cinquante  et  chefs  de  dix.  ^^ Qu'ils  ju- 
délivré  de  la  main  des  E]gyptiens.  '"Et  gent  le  peuple  en  tout  temps;  qu'ils 
Jéthro  dit  :  Béni  soit  l'Eternel,  qui  portent  devant  toi  toutes  les  affaires 
vous  a  délivrés  de  la  main  des  Egyp-  importantes,  et  qu'ils  prononcent  eux- 
tiens  et  de  la  main  de  Pharaon;  qui  a  mêmes  sur  les  petites  causes.  Allège 
délivré  le  peuple  delà  main  des  Egyp-  ta  charge,  et  qu'ils  la  portent  avec  toi. 
tiens!  "Je  reconnais  maintenant  que  -''Si  tu  fais  cela,  et  que  Dieu  te  donne 
l'Eternel  est  plus  grand  que  tous  les  des  ordres,  tu  pourras  y  suffire,  et  tout 
dieux  ;  car  la  méchanceté  des  Egyp-  ce  peuple  parviendra  heureusement  à 
tiens  est  retombée  sur  eux.  '-Jéthro,  sa  destination. 

beau-père  de  Moïse,  offrit  à  Dieu  un  -''Moïse  écouta  la  voix  de  son  beau- 
holocauste  et  des  sacrifices.  Aaron  et  père,  et  fit  tout  ce  qu'il  avait  dit. 
tous  les  anciens  d'Israël  vinrent  parti-  -^  Moïse  choisit  des  hommes  capables 
ciper  au  repas  avec  le  beau-père  de  parmi  tout  Israël,  et  il  les  établit  chefs 
Moïse,  en  présence  de  Dieu.  du  peuple,  chefs  de   mille,  chefs   de 

"Le  lendemain.  Moïse  s'assit  pour  cent,  chefs  decinquanteetchefs  de  dix. 

juger  le  peuple,  et  le  peuple  se  tint  '-''Ilsjugeaient  le  peuple  en  tout  temps; 

devant  lui   depuis   le  matin  jusqu'au  ils  ])ortaient  devant  Moïse  les  affaires 

soir.  '''Le  beau-père  de  Moïse  vit  tout  difficiles,  et  ils  prononçaient  eux-mê- 

ce  qu'il  faisait  pour  le  peuple,  et  il  dit  :  mes  sur  toutes  les  petites  causes. 

Que  fais-tu  là  avec  ce  peuple?  Pour-  "Moïse  laissa  partir  son  beau-père, 

quoi  sièges-tu  seul,  et  tout  le  peuple  et  Jéthro  s'en  alla  dans  son  pays, 
se  tient-il  devant  toi,  depuis  le  matin 

jusqu'au  soir  ?  '=  Moïse  répondit  à  son  ^^  '^'''"''  "  '"  '"""'"S""  ^'^  ■^■'■"«'• 

beau-père  :  C'est  que  le  peuple  vient  à  Chap.   XIX.       'Le   troisième   mois 

moi  pour  consulter  Dieu.  'H^uand  ils  après   leur  sortie  du  pays  d'Egypte, 

a.  Eliézer  est  formé  de  deux  mots  qui  signifient  Dieu,  secours. 

82 


EXODE. 


Cl  Kl  p.    19,  2-25. 


les  enfants  d'Israël  arrivèrent  ce  jour-  Ouanil  la  trompette  sonnera,  ils  s'a- 
là"  au  désert  de  Sinaï.  -Etant  partis  vanceront  près  de  la  montagne. '*  Moïse 
de  Repliidim,  ils  arrivèrent  au  désert     descendit  de  la  montagne  vers  le  peu- 


])le;  il  sanctifia  le  peuple,  et  ils  lavè- 
rent leurs  vêtements.    '^Et   il   dit  au 
])euple  :  Soyez  prêts  dans  trois  jours  ; 
ne  vous  approchez  d'aucune  femme. 

'"Le  troisième  jour  au  matin,  il  y 
eut  des  tonnerres,  des  éclairs,  et  une 
épaisse  nuée  sur  la  montagne;  le  son 
de  la  trompette  retentit  fortement;  et 
tout  le  peuple  qui  était  dans  le  camp 
fut  saisi  d'épouvante.  *'Moïsefit  sortir 


de  Sinaï,  et  ils  camjièrent  dans  le  dé- 
sert; Israël  campa  là,  vis-à-vis  de  la 
montagne.  'Moïse  monta  vers  Dieu  : 
et  l'Eternel  l'appela  du  haut  de  la  mon- 
tagne, en  disant  :  Tu  parleras  ainsi  à 
la  maison  de  .Jacob,  et  tu  diras  aux 
enfants  d'Israël  :  •'Vous  avez  vu  ce  que 
j'ai  fait  à  l'I'^gypte,  et  comment  je  vous 
ai  portés  sur  des  ailes  d'aigle  et  ame- 
nés vers   moi.   ^Maintenant,   si   vous 

écoutez  ma  voix,  et  si  vous  gardez  mon  le  peuple  du  camp,  à  la  rencontre  de 

alliance,  vous  m'appartiendrez  entre  Dieu;  et  ils  se  placèrent  au  bas  de  la 

tous  les  peuples,  car  toute  la  terre  est  montagne.    '^La    montagne    de    Sinaï 

à  moi  ;  "vousserezpourmoi  un  royaume  était  toute  en  fumée,  parce  que  l'Eter- 

de  prêtres  et  une  nation  sainte,  ^'oilà  nel  y  était  descendu  au  milieu  du  feu; 

les  paroles  que  tu  diras  aux  enfants  cette  fumée  s'élevait  comme  la  fumée 

d'Israël.  d'une  fournaise,  et  toute  la  montagne 

'.Moïse  vint  apjîeler  les  anciens  du  tremblait  avec  violence, 
peuple,  et  il  mit  devant  eux  toutes  ces  '^Le  son  de  la  trompette  retentissait 
paroles,  comme  l'Eternel  le  lui  avait  de  plus  en  plus  fortement.  Moïse  par- 
ordonné.  *Le  peuple  tout  entier  répon-  lait,  et  Dieu  lui  répondait  à  haute  voix, 
dit  :  Nous  ferons  tout  ce  que  l'Éternel  -"Ainsi  l'Eternel  descendit  sur  la  mon- 
a  dit.  Moïse  rapporta  les  paroles  du  tagne  de  Sinaï,  sur  le  sommet  de  la 
peuple  à  l'Eternel.  'Et  l'Eternel  dit  à  montagne;  l'Eternel  appela  Moïse  sur 
Moïse  :  Voici,  je  viendrai  vers  toi  dans  le  sommet  de  la  montagne.  Et  Moïse 
une  épaisse  nuée,  afin  que  le  peuple  monta. 

entende  quand  je  te  parlerai,  et  qu'il  '-'L'Eternel  dit  à  Moïse:  Descends, 

ait  toujours  confiance   en   toi.    Moïse  fais  au  peuple  la  défense  expresse  de 

rapporta  les  paroles  du  peuple  à  l'E-  se  précipiter  vers  l'Eternel,  pour  re- 

ternel.  '"Et  l'Eternel  dit  à  Moïse  :  Va  garder,  de  peur  qu'un  grand  nombre 

vers  le   peuple;  sanctifie-les   aujour-  d'entre  eux  ne  périsse.  --Que  les  prè- 

d'hui  et  demain,   qu'ils   lavent   leurs  très,  qui  s'a]iprochent  de  l'Eternel,  se 

vêtements.  "Qu'ils  soient  prêts  pour  sanctifient  aussi,  de  peur  que  l'Etcr- 

le  troisième  jour;  car  le  troisième  jour  nel  ne  les  frappe  de  mort.  -^Moïse  dit 

l'Eternel  descendra,  aux  yeux  de  tout  à  l'Eternel  :  Le  peuple  ne  pourra  pas 

le  peuple,  sur  la  montagne  de  Sinaï.  monter  sur  la  montagne  de  Sinaï,  car 

'-Tu  fixeras  au  peu])le  des  limites  tout  tu  nous  en  as  fait  la  défense  expresse, 

à  l'entour,  et  tu  diras  :  Gardez-vous  en  disant  :  Fixe  des  limites  autour  de 

de  monter  sur  la  montagne,  ou  d'en  la  montagne,  et  sanctifie-la.  -*L'Eter- 

toucher  le  bord.  Quiconque  touchera  nel  lui  dit  :  A"a,  descends;  tu  monteras 

la  montagne  sera  puni  de  mort.  ''On  ensuite  avec  Aaron;  mais  que  les  prê- 

ne  mettra  pas  la  main  sur  lui,  mais  on  très  et  le   peuple   ne    se    précipitent 

le  lapidera,  ou  on  le  percera  de  flèches:  point  pour  monter  vers  l'Eternel,  de 

animal  ou  homme,  il  ne  vivra  point,  peur  qu'il  ne  les  frappe  de  mort.  "Moïse 


a.  Prubableiucnt  le  premier  jour  du  mois. 


83 


Chap.  20,i-21,Q. 


EXODE. 


'•"Tu  ne  déroberas  jioint. 

"'Tu  ne  porteras  point  de  faux  témoi- 
gnage contre  ton  jJi'ochain. 

"Tu  ne  convoiteras  point  la  maison 
de  ton  prochain  ;  tu  ne  convoiteras 
point  la  femme  de  ton  prochain,  ni  son 


<lescendit  vers  le  peuple,  et  lui  dit  ces 
choses. 

Les  dix  cotninandemciils. 

Chap.  XX.     'Alors  Dieu  prononça 
toutes  ces  paroles,  en  disant  : 

-Je  suis  l'Éternel,  ton  Dieu,  qui  t'ai  serviteur,  ni  sa  servante,  ni  son  bœuf, 

fait  sortir  du  pays  d'Egypte,  de  la  mai-  ni  son  àne,  ni  aucune  chose  qui  appar- 

son  de  servitude.  tienne  à  ton  prochain. 

^Tu  n'auras  pas  d'autres  dieux  de-  "*Tout  le  peuple  entendait  les  ton- 

vant  ma  face.  nerres  et  le  son  de   la  trompette;  il 

■•Tu  ne  te  feras  point  d'image  taillée,  voyait  les  flammes  de  la  montagne  fu- 

ni  de  représentation  quelconque  des  mante.  A  ce  spectacle,  le  peuple  trem- 

choses  cjui  sont  en  haut  dans  les  cieux,  blait,  et  se  tenait  dans  l'éloignement. 

f[uisonten  bas  sur  la  terre,  et  qui  sont  "'Ils  dirent  à  Moïse  :  Parle-nous  toi- 

dans  les  eaux  plus  bas  que  la  terre.  ^Tu  même,  et  nous  écouterons;  mais  que 

ne  te  prosterneras  point  devant  elles.  Dieu  ne  nous  parle  point,  de  peur  c|ue 

et  tu  ne  les  serviras  point;  car  moi,  nous  ne  mourions. -"Moïse  dit  au  peu- 

l'Éternel,  ton  Dieu,  je  suis  un  Dieu  ja-  pie  :  Ne  vous  effrayez  pas;  car  c'est 

loux,  qui  punis  l'iniquité  des  pères  sur  pour  vous  mettre  à  l'épreuve  que  Dieu 

les  enfants  jusqu'à  la  troisième  et  à  la  est  venu,  et  c'est  pour  que  vous  ayez 

quatrième  génération  de  ceux  qui  me  sa  crainte  devant  les  yeux,  afin  que 

haïssent,  ^et  qui  fais  miséricorde  jus-  vous  ne  péchiez  point.  -'Le  peuple  res- 

qu'à  la  millième  génération  à  ceux  (pii  tait  dans  l'éloignement;  mais   Moïse 

i  arardent  mescomman-  s'approcha  de  la  nuée  où  était  Dieu. 


"L'Eternel  dit  à  Moïse  :  Tu  parleras 
ainsi  aux  enfants  d'Israël  :  Vous  avez 
vu  que  je  vous  ai  parlé  depuis  les  cieux. 
-^Vous  ne  ferez  point  des  dieux  d'ar- 
gent et  des  dieux  d'or,  pour  me  les  as- 


m  aiment  et  qux  ^ 
déments. 

^Tu  ne  prendras  point  le  nom  de  l'E- 
ternel, ton  Dieu,  en  vain  ;  car  l'Eternel 
ne  laissera  point  impuni  celui  qui  pren- 
dra son  nom  en  vain. 

''Souviens-toidu  jour  du  repos,  jiour  socier;  vous  ne  vous  en  ferez  point. 
le  sanctifier.  ^Tu  travailleras  six  jours,  -'Tu  m'élèveras  un  autel  de  terre,  sur 
et  tu  feras  tout  ton  ouvrage.  '"Mais  le  lequel  tu  offriras  tes  holocaustes  et  tes 
septième  jour  est  le  jour  du  repos  de  sacrifices  d'actions  de  grâces,  tes  bre- 
l'Éternel,  ton  Dieu  :  tu  ne  feras  aucun  bis  et  tes  bœufs.  Partout  où  je  rappel- 
ouvrage,  ni  toi,  ni  ton  fils,  ni  ta  fille,  lerai  mon  nom,  je  viendrai  à  toi,  et  je 
ni  ton  serviteur,  ni  ta  servante,  ni  ton  te  bénirai.  -^Si  tu  m'élèves  un  autel  de 
bétail,  ni  l'étranger  qui  est  dans  tes  pierre,  tu  ne  le  bâtiras  point  en  pierres 
portes.  "Car  en  six  jours  l'Eternel  a  taillées;  car  en  passant  ton  ciseau  sur 
fait  les  cieux,  la  terre  et  la  mer,  et  tout  la  pierre,  tu  la  profanerais.  '-''Tu  ne 
cequiyestcontenu,etil  s'est  reposé  le  monteras  point  à  mon  autel  par  des 
septième jouric'estpourquoil'Eternel  degrés,  afin  que  ta  nudité  ne  soit  pas 
a  béni  le  jour  du  repos  et  l'a  sanctifié,      découverte. 

'-Honore  ton  père  et  ta  mère,  afin 


que  tes  jours  se  prolongent  dans  le 
pays  que  l'Eternel,  ton  Dieu,  te  donne. 

'^Tu  ne  tueras  point. 

'■*Tu  ne  commettras  point  d'adultère. 


Lois  relatives  à  la  liberté  et  à  la  vie. 

Chap.  XXI.      'Voici  les  lois  que  tu 
leur  présenteras. 

-Si  tu  achètes  un  esclave  hébreu,  il 


84 


EXODE. 


Chap.  21,3-i 


■30. 


géra  de  son  interruption  de  travail, 
et  il  le  fera  soigner  jusqu'à  sa  guéri- 
son. 

-"Si  un  homme  frappe  du  bâton  son 


servira  six  années;  mais  la  septième,  '*fii  des  hommes  se  querellent,  et 

il  sortira  libre,  sans  rien  payer.  'S'il  que  l'un  d'eux  frappe  l'autre  avec  une 

est  entré  seul,  il  sortira  seul  ;  s'il  avait  pierre  ou  avec  le  poing,  sans  causer  sa 

une  femriie,  sa  femme  sortira  avec  lui.  mort,  mais  en  l'obligeant  à  garder  le 

*Si  c'est  son  maître  qui  lui  a  donné  une  lit,  '^celui  qui  aura  frap]>é  ne  sera  point 

femme,  et  qu'il  en  ait  eu  des  fds  ou  des  puni,  dans  le  cas  où  l'autre  viendrait 

filles,  la  femme  et  ses  enfants  seront  à  à  se  lever  et  à  se  promener  dehors  avec 

son  maître,  et  il  sortira  seul.  ^Si  l'es-  son  bâton.  Seulement,  il  le  dédomma- 
clave  dit  :  J'aime  mon  maître,  ma  fem- 
me et  mes  enfants,  je  ne  veux  pas  sortir 
libre,  —  '^alors  son  maître  le  conduira 
devant  Dieu,  et  le  fera  approcher  de  la 

porte  ou  du  j)oteau,  et  son  maître  lui  esclave,  homme  ou  femme,  et  que  l'es- 

percera  l'oreille  avec  un  poinçon,  et  clave  meure  sous  sa  main,  le  maître 

l'esclave  sera  pour  toujours  à  son  ser-  sera  puni.  -'Mais  s'il  survit  un  jour  ou 

vice.  deux,  le  maître  ne  sera  point  puni  ;  car 

"  Si  un  homme  vend  sa  fille  pour  être  c'est  son  argent, 

esclave,  elle  ne  sortira  point  comme  -Si  des  hommes  se  querellent,  et 

sortent  les  esclaves.  *Si  elle  déplaît  à  qu'ils  heurtent  une  femme  enceinte,  et 

son  maître,  qui  s'était  proposé  de  la  la  fassent  accoucher,  sans  autre  acci- 

prendre  pour  femme,  il  facilitera  son  dent,  ils  seront  punis  d'une  amende 

rachat;  mais  il  n'aura  pas  le  pouvoir  imposée  jiar  le  mari  de  la  femme,  et 

de  la  vendre  à  des  étrangers,  après  lui  qu'ils  paieront  devant  des  juges.  -'Mais 

avoir  été  infidèle.  ^S'il  la  destine  à  son  s'il  y  a  un  accident,  tu  donneras  vie 

fds,  il  agira  envers  elle  selon  le  droit  pour  vie,  -''œil   pour  œil,   dent  pour 

des  fdles.'"  S'il  prend  une  autre  femme,  dent,  main  pour  main,  pied  pour  pied, 

il  ne  retranchera  rien  pour  la  première  -^brûlure  pour  brûlure,  blessure  pour 

à  la  nourriture,  au  vêtement,  et  au  droit  blessure,  meurtrissure  pour  meurtris- 

conjugal.  "Et  s'il  ne  fait  pas  pour  elle  sure. 

ces  trois  choses,  elle  pourra  sortir  sans  -"Si  un  homme  frappe  l'œil  de  son 

rien  payer,  sans  donner  de  l'argent.  esclave,  homme  ou  femme,  et  qu'il  lui 

'-Celui  qui  frappera  un  homme  mor-  fasse  perdre  l'œil,  il  le  mettra  en  li- 

tellement  sera  puni  de  mort.  "S'il  ne  berté,  pour  prix  de  son  œil.  -'Et  s'il 

lui  a  point  dressé  d'embûches,  et  que  fait  tomber  une   dent  à  son  esclave, 

Dieu  l'ait  fait  tomber  sous  sa  main,  je  homme  ou  femme,  il  le  mettra  en  li- 

t'établirai    un    lieu    où    il    pourra   se  berté,  pour  prix  de  sa  dent, 

réfugier.  '■'Mais  si  quelqu'un  agit  mé-  -*Si  un  bœuf  frappe  de  ses  cornes 

chamment   contre   son    prochain,   en  un  homme  ou  une  femme,  et  que  la 

employant  la  ruse  pour  le  tuer,  tu  l'ar-  mort  en  soit  la  suite,  le  bœuf  sera  la- 

racheras  même  de  mon  autel,  pour  le  pidé,  sa  chair  ne  sera  point  mangée,  et 

faire  mourir.  le  maître  du  bœuf  ne  sera  point  puni. 

'^Celui  qui  frappera  son  père  ou  sa  -'■'Mais  si  le  bœuf  était  auparavant  sujet 

mère  sera  puni  de  mort.  à  frapper,  et  qu'on  en  ait  averti  le  maî- 

'*Celui  qui  dérobera  un  homme,  et  tre,  qui  ne  l'a  point  surveillé,  le  bœuf 

qui  l'aura  vendu  ou  retenu  entre  ses  sera  lapidé,  dans  le  cas  où  il  tuerait  un 

mains,  sera  jnini  de  mort.  homme  ou  une  femme,  et  son  maître 

"Celui  qui  maudira  son  père  ou  sa  sera  puni  de  mort.  '"Si  on  impose  au 

mère  sera  puni  de  moit.  maître  un  prix  pour  le  rachat  de  sa  vie, 

85 


Chap.  21,31-22, 


10. 


EXODE. 


il  paiera  tout  ce  qui  lui  sera  im])osé.  *Si  un  feu  éclate  et  rencontre  des 

^'Lorsque  le  bœuf  frappera  un  fils  ou  épines,  et  que  du  blé  en  gerbes  ou  sur 

une  fille,  cette  loi  recevra  son  applica-  pied,  ou  bien  le  champ,  soit  consumé, 

tion;  ^-mais  si  le  bœuf  frappe  un  es-  celui  qui  a  causé  l'incendie  sera  tenu 


clave,  homme  ou  femme,  on  donnera 
trente  sicles  d'argent  au  maître  de  l'es- 
clave, et  le  bœuf  sera  lapidé. 

^^Si  un  homme  met  à  découvert  une 
citerne,  ou  si  un  homme  en  creuse  une 
et  ne  la  couvre  pas,  et  qu'il  y  tombe 


à  un  dédommagement. 

"Si  un  homme  donne  à  un  autre  de 
l'argent  ou  des  objets  à  garder,  et  qu'on 
les  vole  dans  la  maison  de  ce  dernier, 
le  voleur  fera  une  restitution  au  dou- 
ble, dans  le  cas  où  il  serait  trouvé.  *Si 

un  bœuf  ou  un  âne,  ^'*le  possesseur  de     le  A'oleur  ne  se  trouve  pas,  le  maître  de 

la  citerne  paiera  au  maître  la  valeur  de 

l'animal   en  argent,  et  aura  pour  lui 

l'animal  mort. 

'^Si  le  bœuf  d'un  homme  frappe  de 

ses  cornes  le  bœuf  d'un  autre  homme, 

et  que  la  mort  en  soit  la  suite,  ils  Acn- 


la  maison  se  présentera  devant  Dieu, 
pour  déclarer  qu'il  n'a  pas  mis  la  main 
sur  le  bien  de  son  prochain. 

^Dans  toute  affaire  frauduleuse  con- 
cernant un  bœuf,  un  àne,  un  agneau, 
un  vêtement,  ou  un  objet  perdu,  au  su- 
dront  le  bœuf  vivant  et  en  partageront  jet  duquel  on  dira  :  C'est  cela!  —  la 
le  prix;  ils  partageront  aussi  le  bœuf  cause  des  deux  parties  ira  jusqu'àDieu; 
mort.  '^^Mais  s'il  est  connu  que  le  bœuf  celui  que  Dieu  condamnera  fera  à  son 
était  auparavant  sujet  à  frapper,  et  que  prochain  une  restitution  au  double, 
son  maître  ne  l'ait  ])oint  surveillé,  ce  '"Si  un  homme  donne  à  un  autre  un 

maître  rendra  bœuf  pour  bœuf,  et  aura      àne,  un  bœuf,  un  agneau,  ou  un  animal 


quelconque  à  garder,  et  que  l'animal 
meure,  se  casse  un  membre,  ou  soit 
enlevé,  sans  que  personne  l'ait  vu,  "le 
serment  au  nom  de  l'Eternel  intervien- 
dra entre  les  deux  parties,  et  celui  qui 
a  gardé  l'animal  déclarera  qu'il  n'a  pas 


pour  lui  le  bœuf  mort. 

Lois  rclatu'es  à  la  propriété  et  aux  mœurs. 

Chap.  XXII.       'Si  un  homme  dé- 
robe un  bœuf  ou  un  agneau,  et  qu'il 

l'égorgé  ou  le  vende,  il  restituera  cinq  mis  la  main  sur  le  bien  de  son  pro- 

ba^ufs  pour  le  bœuf  et  quatre  agneaux  chain;  le  maître  de  l'animal  acceptera 

pour  l'agneau. -Si  le  voleur  est  surpris  ce  serment,  et  l'autre  ne  sera  point 

dérobant  avec  effraction,  et  qu'il  soit  tenu  à  une  restitution.  '-Mais  si  l'ani- 

frappé  et  meure,  on  ne  sera  point  cou-  mal  a  été  dérobé  chez  lui,  il  sera  tenu 

pable  de  meurtre  envers  lui;  ^mais  si  vis-à-vis  de  son  maître  à  une  restitu- 

le  soleil  est  levé,  on  sera  coupable  de  tion.  '''Si  l'animal  a  été  déchiré,  il  le 

meurtre  envers  lui.  Il  fera  restitution;  produira  en  témoignage,  et  il  ne  sera 

s'il  n'a  rien,  il  sera  vendu  pour  son  vol  ;  point  tenu  à  une  restitution  pour  ce 

^si  ce  qu'il  a  dérobé,  bœuf,  âne,  ou  qui  a  été  déchiré. 

agneau,  se  trouve  encore  vivant  entre  '*Si  un  homme  emprunte  à  un  autre 

ses  mains,  il  fera  une  restitution  au  un  animal,  et  que  l'animal  se  casse  un 

double.  membre  ou  qu'il  meure,  en  l'absence 

^Si  un  homme  fait  du  déoàtdans  un  de  son  maître,  il  y  aura  lieu  à  restitu- 

champ  ou  dans  une  vigne,  et  qu'il  laisse  tion.  '^Si  le  maître  est  présent,  il  n  y 

son  bétail  paître  dans  le  champ  d'au-  aura  pas  lieu  à  restitution.  Si  l'animal 

trui,  il  donnera  en  dédommagement  le  a  été  loué,  le  prix  du  louage  suffira, 

meilleur  produit  de  son  champ  et  de  "'Si  un  homme  séduit  une  vierge  qui 

n'est  point  fiancée,  et  qu'il  couche  avec 


sa  vigne. 


86 


EXODE. 


Cliap.:^i>,  11-28, 


13. 


elle,  il  paiera  sa  dot  et  la  prendra  pour 
femme.  "Si  le  père  refuse  de  la  lui  ac- 
corder, il  paiera  en  argent  la  valeur  de 
la  dot  des  vierges. 

'*Tu  ne  laisseras  point  vivre  la  ma- 


Lois  momies  et  ccréniorticUes. 

Cfuip.  XXIII.  'Tu  ne  répandras 
point  de  faux  bruit.  Tu  ne  te  joindras 
point  au  méchant  pour  faire  un  faux 
témoiffnag:e. 

*Tu  ne  suivras  point  la  multitude 
pour  faire  le  mal  ;  et  tu  ne  déposeras 
point  dans  un  procès  en  te  mettant  du 


gicienne. 

"Quiconque  couche  avec  une  bête 
sera  puni  de  mort. 

*" Celui  qui  offre  des  sacrifices  à  d'au- 
tres dieux  qu'à  l'Eternel  seul  sera  voué      côté  du  grand  nombre,  pour  violer  la 

justice. 

'Tu  ne  favoriseras  point  le  pauvre 
dans  son  procès. 

■•Si  tu  rencontres  le  bœuf  de  ton  en- 
nemi ou  son  âne  égaré,  tu  le  lui  ramè- 
neras. ^Si  tu  vois  l'àne  de  ton  ennemi 
succombant  sous  sa  charge,  et  que  tu 
hésites  à  le  décharger,  tu  t'aideras  à  le 
décharger. 

*Tu  ne  porteras  point  atteinte  au 
droit  du  pauvre  dans  son  procès. 

'Tu  ne  prononceras  point  de  sen- 
tence inique,  et  tu  ne  feras  point  mou- 
rir l'innocent  et  le  juste;  car  je  n'ab- 
soudrai   point    le    coupable.    *Tu    ne 


à  1  extermination. 

-'Tu  ne  maltraiteras  point  l'étran- 
ger, et  tu  ne  l'opprimeras  point;  car 
vous  avez  été  étrangers  dans  le  pays 
d'Egypte. 

"Tu  n'affligeras  ])oint  la  veuve,  ni 
l'orphelin.  -'Si  tu  les  affliges,  et  qu'ils 
viennent  à  moi,  j'entendrai  leurs  cris; 
-■'ma  colère  s'enflammera,  et  je  vous 
détruirai  par  l'épée  ;  vos  femmes  de- 
viendront veuves,  et  vos  enfants  or- 
phelins. 

-^Si  tu  prêtes  de  l'argent  à  mon  peu- 
ple, au  pauvre  qui  est  avec  toi,  tu  ne 
seras  point  à  son  égard  comme  un 
créancier,  tu  n'exigeras  de  lui  point     recevras  point  de  présent;  car  les  pré- 


d'intérêt. 

-^Si  tu  prends  en  gage  le  vêtement 
de  ton  prochain,  tu  le  lui  rendras  avant 
le  coucher  du  soleil  ;  -'car  c'est  sa  seule 
couverture,  c'est  le  vêtement  dont  il 
s'enveloppe  le  corps  :  dans  quoi  cou- 
cherait-il? S'il  crie  à  moi,  je  l'enten- 
drai, car  je  suis  miséricordieux. 

-*Tu  ne  maudiras  point  Dieu,  et  tu 
ne  maudiras  point  le  prince  de  ton 
peuple. 


sents  aveuglent  ceux  qui  ont  les  yeux 
ouverts,  et  corrompent  les  paroles  des 
justes. 

^Tu  n'opprimeras  point  l'étranger; 
vous  savez  ce  qu'éprouve  l'étranger, 
car  vous  avez  été  étrangers  dans  le  pays 
d'Egypte. 

'"Pendant  six  années,,  tu  ensemen- 
ceras la  terre,  et  tu  en  recueilleras  le 
produit.  "Mais  la  septième,  tu  lui  don- 
neras du  relâche  et  tu  la  laisseras  en 


*^Tu  ne  différeras  point  de  m'offrir  repos;  les  pauvres  de  ton  peuple  en 
les  prémices  de  ta  moisson  et  de  ta  jouiront,  et  les  bêtes  des  champs  man- 
vendange.  Tu  me  donneras  le  premier-     geront  ce  qui  restera.  Tu  feras  de  même 


né  de  tes  fîls.  '"Tu  me  donneras  aussi 
le  premier-né  de  ta  vache  et  de  ta  bre- 
bis ;  il  restera  sept  jours  avec  sa  mère  ; 
le  huitième  jour,  tu  me  le  donneras. 

"Vous  serez  pour  moi  des  hommes 
saints.  Vous  nemangerezpointdechair 
déchirée  dans  les  champs  :  vous  la  jet- 
terez aux  chiens. 


pour  ta  vigne  et  pour  tes  oliviers. 

'-Pendant  six  jours,  tu  feras  ton  ou- 
vrage. Mais  le  septième  jour,  tu  te  re- 
poseras, afin  que  ton  bœuf  et  ton  àne 
aient  du  repos,  afin  que  le  fils  de  ton 
esclave  et  l'étranger  aient  du  relâche. 

"Vous  observerez  tout  ce  que  je  vous 
ai  dit,  et  vous  ne  prononcerez  point  le 


87 


Chap.2S,i'.-U,. 


EXODE. 


nom  d'autres  dieux:  qu'on  ne  l'entende  tu  n'imiteras  point  ces  peuples  dans 

point  sortir  de  votre  bouche.  leur  conduite,  mais  tu  les  détruiras,  et 

'■'Trois  fois  par  année,  tu  célébreras  tu  briseras  leurs  statues.  ^^Vous  servi- 
des  fêtes  en  mon  honneur.  '^Tuobser-  rez  l'Eternel,  votre  Dieu,  et  il  bénira 
veras  la  fête  des  pains  sans  levain;  votre  pain  et  vos  eaux,  et  j'éloignerai 
pendantsept  jours,  au  temps  fixé  dans  la  maladie  du  milieu  de  toi.  ^''Il  n'y 
le  mois  des  épis,  tu  mangeras  des  pains  aura  dans  ton  pays  ni  femme  qui  avorte, 
sans  levain,  comme  je  t'en  ai  donné  ni  femme  stérile.  Je  remplirai  le  nom- 
l'ordre,  car  c'est  dans  ce  mois  que  tu  bre  de  tes  jours.  -'J'enverrai  ma  ter- 
es  sorti  d'Egypte;  et  l'on  ne  se  pré-  reur  devant  toi,  je  mettrai  en  déroute 
sentera  point  à  vide  devant  ma  face,  tous  les  peuples  chez  lesquels  tu  arri- 
'^Tu  observeras  la  fête  de  la  moisson",  veras,  et  je  ferai  tourner  le  dos  devant 
des  prémices  de  ton  travail,  de  ce  que  toi  à  tous  tes  ennemis.  ^M'enverrai  les 
tu  auras  semé  dans  les  champs;  et  la  frelons  devant  toi,  et  ils  chasseront 
fête  de  la  récolte*,  à  la  fin  de  l'année,  loin  de  ta  face  les  Héviens,  les  Cana- 
quand  tu  recueilleras  des  champs  le  néens  et  les  Héthiens. -''Je  ne  les  chas- 
fruit  de  ton  travail.  '"Trois  fois  par  serai  pas  en  une  seule  année  loin  de  ta 
année,  tous  les  mâles  se  présenteront  face,  de  ])eur  que  le  pays  ne  devienne 
devant  le  Seigneur,  l'Éternel.  un  désert  et  que  les  bêtes  des  champs 

'*Tu  n'offriras  point  avec  du  pain  ne  se  multiplient  contre  toi.  ^"Je  les 
levé  le  sang  de  la  victime  sacrifiée  en  chasserai  peu  à  peu  loin  de  ta  face, 
mon  honneur;  et  sa  graisse  ne  sera  jusqu'à  ce  que  tu  augmentes  en  nom- 
point  gardée  pendant  la  nuit  jusqu'au  bre  et  que  tu  puisses  prendre  posses- 


matm. 


sion 


du 


pays. 


'J'établirai  tes  limites 


"•Tu  ap]iorteras  à  la  maison  de  l'E-  depuis  la  mer  Rouge  jusqu'à  la  mer 

ternel,  ton  Dieu,  les  prémices  des  pre-  des  Philistins,  et  depuis  le  désert  jus- 

miers  fruits  de  la  terre.  qu'au  lleuve;  car  je  livrerai  entre  vos 

Tu  ne  feras  point  cuire  un  chevreau  mains  les  habitants  du  ])ays,  et  tu  les 

dans  le  lait  de  sa  mère.  chasscrasdevanttoi.^-Tuneferaspoint 

d'alliance  avec  eux,  ni  avec  leurs  dieux. 

-"Voici,  j'envoie  un  ange  devant  toi,  ^^Ils  n'habiteront  point  dans  ton  pays, 

pour  te  protéger  en  chemin,  et  pour  te  de  peur  qu'ils  ne  te  fassent  pécher  con- 

faire  arriver  au  lieu  que  j'ai  préparé,  tre  moi;  car  tu  servirais  leurs  dieux, 

^'Tiens-toi   sur  tes  gardes  en  sa  pré-  et  ce  serait  un  piège  pour  toi. 
sence,  et  écoute  sa  voix;  ne  lui  résiste 

.     ,                           i-i                      1  Moïse  sur  la  montagne  de  Sinaï. 

point,  parce  qu  il  ne  pardonnera  pas  * 

vos  péchés,  car  mon  nom  est  en  lui.  Chap.  XXIV.      'Dieu  dit  à  Moïse  : 

^-Mais  si  tu  écoutes  sa  voix,  et  si  tu  Monte  vers  l'Eternel,  toi  et  Aaron,  Na- 

fais  tout  ce  que  je  te  dirai ,  je  serai  dab  et  Abihu,  et  soixante-dix  des  an- 

l'ennemi  de  tes  ennemis  et  l'adversaire  ciens  d'Israël  ;  et  vous  vous  prosterne- 

de  tes  adversaires.  ^^Mon  ange  mar-  rez  de  loin.  -Moïse  s'approchera  seul 

chera  devant  toi,  et  te  conduira  chez  de  l'Eternel;  les  autres  ne  s'en  appro- 

les  Amoréens,  les  Héthiens,  les  Phé-  cheront  pas,  et  le  peuple  ne  montera 

réziens,  les  Cananéens,  les  Héviens  et  point  avec  lui. 

les  Jébusiens,  et  je  les  exterminerai.  ^Moïse  vint  rapporter  au  peuple  tou- 

-'' Tu  ne  te  prosterneras  point  devant  tes  les  paroles  de  l'Eternel  et  toutes 

leurs  dieux,  et  tu  ne  les  serviras  point;  leslois.  Lepeupleentierréponditd'une 

a.  Ou  fêle  des  semaines,  fête  de  Pentecôte.         b.   Ou  fête  des  tabernacles. 

88, 


EXODE. 


C/iap.M,'.-SÔ,i5. 


même  voix  :  Nous  ferons  tout  ce  que 
rÉternel  a  dit. 

•'Moïse  écrivit  toutes  les  paroles  de 
rEternel.  Puis  il  se  leva  de  bon  matin  ; 
il  bâtit  un  autel  au  pied  de  la  mon- 
lai^'ue,  et  dressa  douze  pierres  pour  les 
douze  tribus  d'Israël.  ^11  envoya  des 
jeunes  bonimes,  enfants  d'Israël,  pour 
olïrir  à  l'Eternel  des  holocaustes,  et 
immoler  des  taureaux  en  sacrifices 
d'actions  de  grâces.  *  Moïse  prit  la  moi- 
tié du  sang-,  qu'il  mit  dans  des  bassins, 
et  il  ré|)andit  l'autre  moitié  sur  l'autel. 
'11  prit  le  livre  de  l'alliance,  et  le  lut 
en  j)résence  du  peuple  ;  ils  dirent  : 
Nous  ferons  tout  ce  c{ue  l'Eternel  a  dit, 
et  nous  obéirons.  *  Moïse  prit  le  sang, 
et  il  le  ré])andit  sur  le  peuple,  en  di- 
sant :  Voici  le  sang  de  l'alliance  que 
l'Eternel  a  faite  avec  vous  sur  toutes 
ces  choses. 

"Moïse  monta  avec  Aaron,  Nadab  et 
Abihu,  et  soixante-dix  anciens  d'Is- 
raël. '"Ils  virent  le  Dieu  d'Israël;  sous 
ses  pieds,  c'était  comme  un  ouvrage 
de  saphir  transparent,  comme  le  ciel 


pect  de  la  gloire  de  l'Eternel  était 
comme  un  feu  dévoi'ant  sur  le  sommet 
de  la  montagne,  aux  yeux  des  enfants 
d'Israël.  "*Moïse  entra  au  milieu  de  la 
nuée,  et  il  monta  sur  la  montagne. 
Moïse  demeura  sur  la  montagne  qua- 
rante jours  et  quarante  nuits. 

Ordres  pour  la  construction  (lu  tabernacle.  — 
Description  de  l'arc/ic.  de  la  table  et  du  cltan- 
delicr. 

Chap.XXV.  'L'Éternel  parla  àMoï- 
se,  et  dit  :  -Parle  aux  enfants  d'Israël. 
Qu'ils  m'apportent  une  offrande;  vous 
la  recevrez  pour  moi  de  tout  homme 
qui  la  fera  de  bon  cœur.  'Voici  ce  que 
vous  recevrez  d'eux  en  offrande  :  de 
l'or,  de  l'argent  et  de  l'airain;  ''des 
étoffes  teintes  en  bleu,  en  pourpre,  en 
cramoisi,  du  fin  lin  et  du  poil  de  chè- 
vre; ^des  peaux  de  béliers  teintes  en 
rouge  et  des  peaux  teintes  en  bleu  ;  du 
bois  d'acacia  ;  ''de  l'huile  pour  le  chan- 
delier, des  aromates  pour  l'huile  d'onc- 
tion et  ])Our  le  parfum  odoriférant; 
'des  pierres  d'onyx  et  d'autres  pierres 


lui-même  dans  sa  pureté.  "  Il  n'étendit     pour  la  garniture  de  l'éphod  et  du  pec- 
point  sa  main  sur  l'élite  des  enfants 


d'Israël.  Ils  virent  Dieu,  et  ils  mangè- 
rent et  burent. 

'-L'Eternel  dit  à  Moïse  :  Monte  vers 
moi  sur  la  montagne,  et  reste  là;  je  te 
donnerai  des  tables  de  pierre,  la  loi  et 
les  ordonnances  que  j'ai  écrites  pour 
leur  instruction.  ''Moïse  se  leva,  avec 
Josué  qui  le  servait,  et  Moïse  monta 
iixiY  la  montagne  de  Dieu.  '''Il  dit  aux 
anciens  :  Attendez-nous  ici,  jusqu'à  ce 
que  nous  revenions  auprès  de  vous. 
Voici,  Aaron  et  Ilur  resteront  avec 
vous  ;  si  quelqu'un  a  un  différend,  c'est 
à  eux  qu'il  s'adressera. 

"* Moïse  monta  sur  la  montagne,  et 
la  nuée  couvrit  la  montagne.  '"La  gloire 
de  l'Eternel  re|)osa  sur  la  montagne  de 
Sinaï,  et  la  nuée  la  couvrit  pendant  six 
jours.  Le  septième  jour,  l'Eternel  ap- 
pela Moïse  du  milieu  de  la  nuée.  "L'as- 


toral.  *Ils  me  feront  un  sanctuaire,  et 
j'habiterai  au  milieu  d'eux.  ''Vous  fe- 
rez le  tabernacle  et  tous  ses  ustensiles 
d'après  le  modèle  que  je  vais  te  mon- 
trer. 

'"Ils  feront  une  arche  de  bois  d'aca- 
cia; sa  longueur  sera  de  deux  coudées 
et  demie,  sa  largeur  d'une  coudée  et 
demie,  et  sa  hauteur  d'une  coudée  et 
demie.  "Tu  la  couvriras  d'or  pur,  tu 
la  couvriras  en  dedans  et  en  dehors, 
et  tu  y  feras  une  bordure  d'or  tout  au- 
tour. '-Tu  fondras  pour  elle  quatre  an- 
neaux d'or,  et  tu  les  mettras  à  ses 
{[uatre  coins,  deux  anneaux  d'un  côté 
et  deux  anneaux  de  l'autre  côté.  "Tu 
feras  des  barres  de  bois  d'acacia,  et  tu 
les  couvriras  d'or.  '^Tu  passeras  les 
barres  dans  les  anneaux  sur  les  côtés 
de  l'arche,  pour  qu'elles  servent  à  por- 
ter l'arche  ;  "^les  barres  resteront  dans 


89 


Chap.  25,10-26,, 


EXODE. 


les  anneaux  de  l'arche,  et  n'en  seront  ^'Tu  feras  un  chandelier  d'or  pur  : 

point  retirées.  *^Tu  mettras  dans  l'ar-  ce  chandelier  sera  fait  d'or  battu;  son 
che  le  témoignage  ",  que  je  te  donne-  pied,  sa  tige,  ses  calices,  ses  pommes 
rai.  '^Tu  feras  un  propitiatoire*  d'or  et  ses  fleurs  seront  d'une  même  pièce, 
pur;  sa  longueur  sera  de  deux  coudées 
et  demie,  et  sa  largeur  d'une  coudée  et 
demie.  '^Tu  feras  deux  chérubins  d'or, 
tu  les  feras  d'or  battu,  aux  deux  extré- 
mités du  propitiatoire;  "fais  un  ché- 
rubin à  l'une  des  extrémités  et  un  ché- 
rubin à  l'autre  extrémité;  vous  ferez 


^-Six  branches  sortiront  de  ses  côtés, 
trois  branches  du  chandelier  de  l'un 
des  côtés,  et  trois  branches  du  chan- 
delier de  l'autre  côté.  '*11  y  aura  sur 
une  branche  trois  calices  en  forme  d'a- 
mande, avec  pommes  et  fleurs,  et  sur 
une  autre  branche  trois  calices  en  for- 
les  chérubins  sortant  du  propitiatoire  me  d'amande,  avec  pommes  et  fleurs; 
à  ses  deux  extrémités.  -"Les  chérubins  il  en  sera  de  même  pour  les  six  bran- 
étendront  les  ailes  par-dessus,  cou-  ches  sortant  du  chandelier.  '•'A  la  tige 
vrantde  leurs  ailes  le  propitiatoire,  et  du  chandelier,  il  y  aura  quatre  calices 
se  faisant  face  l'un  à  l'autre;  les  che-  en  forme  d'amande,  avec  leurs  pom- 
rubins  auront  la  face  tournée  vers  le  mes  et  leurs  fleurs.  ^^11  y  aura  une 
propitiatoire. -'Tu  mettras  le  propitia-  pomme  sous  deux  des  branches  sor- 
toire  sur  l'arche,  et  tu  mettras  dans  tant  de  la  tige  du  chandelier,  une 
l'arche  le  témoignage,  que  je  te  don-  pomme  sous  deux  autres  branches,  et 
nerai.  ^^  C'est  laque  je  me  rencontrerai  une  pomme  sous  deux  autres  branches; 
avec  toi;  du  haut  du  propitiatoire,  en-  il  en  sera  de  même  pour  les  six  bran- 
tre  les  deux  chérubins  placés  sur  l'ar-  ches  sortant  du  chandelier.  '^Les  pom- 
che  du  témoignage,  je  te  donnerai  tous  mes  et  les  branches  du  chandelier  se- 
més ordres  pour  les  enfants  d'Israël.  ront  d'une  même  pièce;  il  sera  tout 
-'Tu  feras  une  table  de  bois  d'acacia;  entier  d'or  battu,  d'or  pur.  ''Tu  feras 
sa  longueur  sera  de  deux  coudées,  sa  ses  sept  lampes,  qui  seront  placées 
largeur  d'une  coudée,  et  sa  hauteur  dessus,  de  manière  à  éclairer  en  face, 
d'une  coudée  et  demie.  -•'Tu  lacouvri-  '''Ses  mouchettes  et  ses  vases  à  cendre 
ras  d'or  pur,  et  tu  y  feras  une  bordure  seront  d'or  pur.  '''On  emploiera  un  ta- 
d'or  tout  autour.  -^Tu  y  feras  à  l'entour  lent  d'or  pur,  pour  faire  le  chandelier 
un  rebord  de  cjuatre  doigts,  sur  lequel  avec  tous  ses  ustensiles.  ^"Regarde,  et 
tu  mettras  une  bordure  d'or  tout  au-  fais  d'après  le  modèle  qui  t'est  montré 
tour.  -^Tu  feras  pour  la  table  quatre  sur  la  montagne, 
anneaux  d'or,  et  tu  mettras  les  anneaux 

aux  quatre  coins,  qui  seront  à  ses  qua-  Description  du  tabernacle. 

tre  pieds.  -'Les  anneaux  seront  près  Chap.  XXVI.     'Tu  feras  le  taberna-. 

du  rebord,  et  recevront  les  barres  pour  cle  avec  dix  tapis  de  fin  lin  retors,  et 
porter  la  table.  ^*Tu  feras  les  barres  d'étoffes  teintes  en  bleu,  en  pourpre 
de  bois  d'acacia,  et  tu  les  couvriras  et  en  cramoisi  ;  tu  y  représenteras  des 
d'or;  et  elles  serviront  à  porter  la  ta-  chérubins  artistement  travaillés.  -La 
Lie.  -^Tu  feras  ses  plats,  ses  coupes,  longueur  d'un  tapis  sera  de  vingt-huit 
ses  calices  et  ses  tasses,  pour  servir  coudées,  et  la  largeur  d'un  tapis  sera 
auxlibations;  tu  les  ferasd'orpur.'^Tu  de  quatre  coudées;  la  mesure  sera  la 
mettras  sur  la  table  les  pains  de  pro-  même  pour  tous  les  tapis.  'Cinq  de 
position  continuellement  devant  ma  ces  tapis  seront  joints  ensemble  ;  les 
face.  cinq  autres  seront  aussi  joints  ensem- 

a.  Les  tables  de  la  loi.         b.   Le  couvercle  de  Tarche. 


90 


EXODE. 


Chnp.  20,  ti- 


■33. 


l)Ic.  ■'Tu  feras  des  lacets  bleus  au  bord 
du  tapis  terminant  le  premier  assem- 
blage; et  tu  feras  de  même  au  bord  du 
tapis  terminant  le  second  assemblage. 
^Tu  mettras  cinquante  lacets  au  pre- 
mier tapis,  et  tu  mettras  cintjuante  la- 
cets au  bord  du  tapis  terminant  le 
second  assemblage  ;  ces  lacets  se  cor- 
respondront les  uns  aux  autres.  *Tu 
feras  cinquante  agrafes  d'or,  et  tu  join- 
dras les  tapis  l'un  à  l'autre  avec  les 
agrafes.   Et  le  tabernacle  formera  un 


o 
tout 


'Tu  feras  des  tapis  de  poil  de  chè- 
vre, pour  servir  de  tente  sur  le  taber- 
nacle; tu  feras  onze  de  ces  tapis.  ''La 
longueur  d'un  tapis  sera  de  trente  cou- 
dées, et  la  largeur  d'un  tapis  sera  de 
quatre  coudées;  la  mesure  sera  la  même 
pour  les  onze  tapis.  'Tu  joindras  sépa- 
rément cinq  de  ces  tapis,  et  les  six  au- 
tres séparément,  et  tu  redoubleras  le 
sixième  tapis  sur  le  devant  de  la  tente. 


et  demie.  ''Il  y  aura  à  chaque  planche 
deux  tenons  joints  l'un  à  l'autre;  tu 
feras  de  même  pour  toutes  les  plan- 
ches du  tabernacle.  '^Tu  feras  vingt 
])lanchcs  pour  le  tabernacle,  du  côté 
du  midi.  ''■'Tu  mettras  quarante  bases 
d'argent  sous  les  vingt  planches,  deux 
bases  sous  chaque  planche  pour  ses 
deux  tenons.  -**Tu  feras  vingt  planches 
pour  le  second  côté  du  tabernacle,  le 
côté  du  nord,  *'  et  leurs  quarante  bases 
d'argent,  deux  bases  sous  chaque  plan- 
che. "Tu  feras  six  planches  pour  le 
fond  du  tabernacle,  du  côté  de  l'occi- 
dent. -'Tu  feras  deux  planches  pour 
les  angles  du  tabernacle,  dans  le  fond  ; 
"elles  seront  doubles  depuis  le  bas,  et 
bien  liées  à  leur  sommet  par  un  an- 
neau; il  en  sera  de  même  pour  toutes 
les  deux,  placées  aux  deux  angles,  -'^ll 
Y  aura  ainsi  huit  planches,  avec  leurs 
bases  d'argent,  soit  seize  bases,  deux 
bases  sous  chaque  planche.  -'^Tu  feras 


'"Tu  mettras  cinquante  lacets  au  bord  cinq  barres  de  bois  d'acacia  pour  les 
du  tapis  terminant  le  premier  assem-  planches  de  l'un  des  côtés  du  taberna- 
blage,  et  cinquante  lacets  au  bord  du 
tapis  du  second  assemblage.  "Tu  fe- 
ras cinquante  agrafes  d'airain,  et  tu 
feras  entrer  les  agrafes  dans  les  lacets. 
Tu  assembleras  ainsi  la  tente,  qui  fera 
un  tout.  '*Comme  il  y  aura  du  surplus 
tlans  les  tapis  de  la  tente,  la  moitié  du 
tapis  de  reste  retombera  sur  le  der- 
rière du  tabernacle;  '^la  coudée  d'une 
])art,  et  la  coudée  d'autre  part,  qui  se- 
ront de  reste  sur  la  longueur  des  ta- 
pis de  la  tente,  retomberont  sur  les 
deux  côtés  du  tabernacle,  pour  le  cou- 
vrir. 

'■'Tu  feras  pour  la  tente  une  couver- 
ture de  peaux  de  béliers  teintes  en 
rouge,  et  une  couverture  de  peaux 
teintes  en  bleu  par-dessus. 

'^Tu  feras  des  planches  pour  le  ta- 
bernacle ;  elles  seront  de  bois  d'acacia, 
placées  debout.  '^La  longueur  d'une 
planche  sera  de  dix  coudées,  et  la  lar- 
geur il'une  planche  sera  d'une  coudée 


cle,  "cinq  barres  pour  les  planches  du 
second  côté  du  tabernacle,  et  cinq  bar- 
res pour  les  planches  du  côté  du  ta- 
bernacle formant  le  fond  vers  l'occi- 
dent. -*'La  barre  du  milieu  traversera 
les  planches  d'une  extrémité  à  l'autre. 
^"Tu  couvriras  d'or  les  planches,  et  tu 
feras  d'or  leurs  anneaux  qui  recevront 
les  barres,  et  tu  couvriras  d'or  les  bar- 
res. '"Tu  dresseras  le  tabernacle  d'a- 
près le  modèle  qui  t'est  montré  sur  la 
montagne. 

^'Tu  feras  un  voile  bleu,  pourpre  et 
cramoisi,  et  de  fin  lin  retors;  il  sera 
artistement  travaillé,  et  l'on  y  repré- 
sentera des  chérubins.  ^'Tu  le  mettras 
surquatrecolonnesd'acacia,  couvertes 
d'or;  ces  colonnes  auront  des  crochets 
d'or,  et  poseront  sur  quatre  bases  d'ar- 
ffcnt.  '*Tu  mettras  le  voile  au-dessous 
des  agrafes,  et  c'est  là,  en  dedans  du 
voile,  que  tu  feras  entrer  l'arche  du 
témoignage;  le  voile  vous  servira  de 


91 


Chap.26,3'.-S7,oi. 


EXODE. 


séparation  entre  le  lieu  saint  et  le  lieu 
très  saint.  ^'^Tu  mettras  le  propitiatoire 
sur  l'arche  du  témoignage  dans  le  lieu 
très  saint.  "^Tu  mettras  la  table  en  de- 
hors du  voile,  et  le  chandelier  en  face 
de  la  table,  au  côté  méridional  du  ta- 
bernacle ;  et  tu  mettras  la  table  au  côté 
septentrional. 

^"Tu  feras  pour  l'entrée  de  la  tente 
un  rideau  bleu,  pourpre  et  cramoisi, 
et  de  fin  lin  retors  ;  ce  sera  un  ouvrage 
de  broderie.  ^^Tu  feras  pour  le  rideau 
cinq  colonnes  d'acacia,  et  tu  les  cou- 
vriras d'or;  elles  auront  des  crochets 
d'or,  et  tu  fondras  pour  elles  cinq  ba- 
ses d'airain. 

Description  de  l'autel  des  /wloeatistes 
et  du  pari'is. 

Cliap.  XXV II.  'Tu  feras  l'autel  de 
bois  d'acacia  ;  sa  longueur  sera  de  cinq 
coudées,  et  sa  largeur  de  cinq  coudées. 
L'autel  sera  carré,  et  sa  hauteur  sera 
de  trois  coudées.  -Tu  feras,  aux  qua- 
tre coins,  des  cornes  qui  sortiront  de 
l'autel  ;  et  tu  le  couvriras  d'airain.  'Tu 
feras  pour  l'autel  des  cendriers,  des 
pelles,  des  bassins,  des  fourchettes  et 
des  brasiers  ;  tu  feras  d'airain  tous  ses 
ustensiles.  *Tu  feras  à  l'autel  une  grille 
d'airain,  en  forme  de  treillis,  et  tu 
mettras  quatre  anneaux  d'airain  aux 
quatre  coins  du  treillis.  ^Tu  le  jilaceras 
au-dessous  du  rebord  de  l'autel,  à  par- 
tir du  bas,  jusqu'à  k  moitié  de  la  hau- 
teur de  l'autel.  ^Tu  feras  des  barres 
pour  l'autel,  des  barres  de  bois  d'aca- 
cia, et  tu  les  couvriras  d'airain.  "On 
passera  les  barres  dans  les  anneaux; 
et  les  barres  seront  aux  deux  côtés  de 
l'autel,  quand  on  le  portera.  '^Tu  le 
feras  creux,  avec  des  planches;  il  sera 
fait  tel  qu'il  t'est  montré  sur  la  mon- 
tagne. 

^Tu  feras  le  parvis  du  tabernacle. 
Du  côté  du  midi,  il  y  aura,  pour  for- 
mer le  parvis,  des  toiles  de  fin  lin 
retors,  sur  une  longueur  de  cent  cou- 


dées ])our  ce  premier  côté,  '"avec  vingt 
colonnes  posant  sur  vingt  bases  d'ai- 
rain ;  les  crochets  des  colonnes  et  leurs 
tringles  seront  d'argent.  "Du  côté  du 
nord,  il  y  aura  également  des  toiles 
sur  une  longueur  de  cent  coudées, 
avec  vingt  colonnes  et  leurs  vingt 
bases  d'airain;  les  crochets  des  co- 
lonnes et  leurs  tringles  seront  d'ar- 
gent. '-Du  côté  de  l'occident,  il  vaura 
pour  la  largeur  du  parvis  cinquante 
coudées  de  toiles,  avec  dix  'colonnes 
et  leurs  dix  bases.  '^Du  côté  de  l'o- 
rient, sur  les  cinquante  coudées  de 
largeur  du  parvis,  '■'il  y  aura  quinze 
coudées  de  toiles  pour  une  aile,  avec 
trois  colonnes  et  leurs  trois  bases,  '^et 
quinze  coudées  de  toiles  pour  la  se- 
conde aile,  avec  trois  colonnes  et  leurs 
trois  bases.  "'Pour  la  porte  du  parvis 
il  y  aura  un  rideau  de  vingt  coudées, 
bleu,  pourpre  et  cramoisi,  et  de  fin  lin 
retors,  en  ouvrage  de  broderie,  avec 
quatre  colonnes  et  leurs  quatre  bases. 
"Toutes  les  colonnes  formant  l'en- 
ceinte du  ]iarvis  auront  des  tringles 
d'argent,  des  crochets  d'argent,  et  des 
bases  d'airain.  '^La  longueur  du  par- 
vis sera  de  cent  coudées,  sa  largeur 
de  cinquante  de  chaque  côté,  et  sa 
hauteur  de  cinq  coudées;  les  toiles  se- 
ront de  fin  lin  retors,  et  les  bases  d'ai- 
rain. '^Tous  les  ustensiles  destinés  au 
service  du  tabernacle,  tous  ses  pieux, 
et  tous  les  pieux  du  parvis,  seront 
d'airain. 

-"Tu  ordonneras  aux  enfants  d'Is- 
raël de  t'aj)porter  pour  le  chandelier 
de  l'huile  pure  d'olives  concassées, 
afin  d'entretenir  les  lampes  continuel- 
lement. ^' C'est  dans  la  tente  d'assi- 
gnation, en  dehors  du  voile  qui  est 
devant  le  témoignage,  qu'Aaron  et  ses 
fils  la  prépareront,  pour  que  les  lam- 
pes brûlent  du  soir  au  matin  en  pré- 
sence de  l'Eternel.  C'est  une  loi  perpé- 
tuelle pour  leurs  descendants,  et  que 
devront  observer  les  enfants  d'Israël. 


92 


EXODE. 


Ch(ij>.  !28,  i-ss. 


Description  des  i'ctcrucnts  saccrclotau.r 

Cluip.    XXVIII.       'Fais   approcher 


de  toi  Aaron,  ton  frère,  et  ses  (ils,  et 
prends-les  parmi  les  enfants  d'Israël 
pour  les  eonsacMer  à  mon  service  dans 
le  sacerdoce  :  Aaron  et  les  fils  d' Aaron , 
Nadab,  Ahiliu,  Eléazar  et  Ithamar. 

-Tu  feras  à  Aaron,  ton  frère,  des 
vêtements  sacrés,  pour  marquer  sa 
dignité  et  pour  lui  servir  de  jKirure. 
■'Tu  parleras  à  tous  ceux  qui  sont  ha- 
biles, à  qui  j'ai  donné  un  esprit  plein 
trintelligence;  et  ils  feront  les  vête- 
ments d'Aaron,  afin  qu'il  soit  consacré 
et  qu'il  exerce  mon  sacerdoce.  '\'oici 
les  vêtements  qu'ils  feront  :  un  pecto- 
ral, un  éphod,  une  rohe,  une  tunicpie 
brodée,  une  tiare,  et  une  ceinture.  Ils 
ièront  des  vêtements  sacrés  à  Aaron, 
ton  frère,  et  à  ses  fils,  afin  qu'ils  exer- 
cent mon  sacerdoce.  ^Ils  emploieront 
de  l'or,  des  étoffes  teintes  en  bleu,  en 
pourpre,  en  cramoisi,  et  de  fin  lin. 

"Ils  feront  l'éphod  d'or,  de  fil  bleu, 
])ourpre  et  cramoisi,  et  de  fin  lin  re- 
tors; il  sera  artistement  travaillé.  ^On 
V  fera  deux  épaulettes,  qui  le  joindront 
par  ses  deux  extrémités;  et  c'est  ainsi 
(pi'il  sera  fjoint.  *La  ceinture  sera  du 
même  travail  que  l'éphod  et  fixée  sur 
lui;  elle  sera  d'or,  de  fil  bleu,  pourpre 
et  cramoisi,  et  de  fin  lin  retors.  "Tu 
|)rendras  deux  pierres  d'onyx,  et  tu  y 
graveras  les  noms  des  fils  d'Israël, 
'"six  de  leurs  noms  sur  une  pierre,  et 
les  six  autres  sur  la  seconde  pierre, 
d'après  l'ordre  des  naissances.  "Tu 
graveras  sur  les  deux  pierres  les  noms 
des  fils  d'Israël,  comme  on  grave  les 
])ierres  et  les  cachets;  tu  les  entoure- 
ras de  montures  d'or.  '-Tu  mettras  les 
deux  pierres  sur  les  épaulettes  de  l'é- 
])hod,  en  souvenir  des  fils  d'Israël;  et 
c'est  comme  souvenir  qu'Aaron  por- 
tera leurs  noms  devant  l'Eternel  sur 
ses  deux  épaules.  '^Tu  feras  des  mon- 
tures  d'or,   '*et  deux  chaînettes  d'or 


j)ur,  que  tu  tresseras  en  forme  de  cor- 
dons; et  tu  fixeras  aux  montures  les 
chaînettes  ainsi  tressées. 

'^Tu  feras  le  pectoral  du  jugement, 
artistement  travaillé;  tu  le  feras  du 
même  travail  que  l'éphod,  tu  le  feras 
d'or,  de  fil  bleu,  pourpre  et  cramoisi, 
et  de  fin  lin  retors.  '^11  sera  carré  et 
double;  sa  longueur  sera  d'un  empan, 
et  sa  largeur  d'un  empan.  "Tu  y  en- 
châsseras une  garniture  de  pierres, 
quatre  rangées  de  pierres  :  première 
rangée,  une  sardoine,  une  topaze,  une 
émeraude;  ''^seconde  rangée,  une  es- 
carboucle ,  un  saphir,  un  diamant; 
'^troisième  rangée,  une  opale,  une 
agate,  une  améthyste;  -"quatrième 
rangée,  une  chrysolithe,  un  onyx,  un 
jaspe.  Ces  pierres  seront  enchâssées 
dans  leurs  montures  d'or.  -'Il  y  en 
aura  douze,  d'après  les  noms  des  fils 
d'Israël;  elles  seront  gravées  comme 
des  cachets,  chacune  avec  le  nom  de 
l'une  des  douze  tribus.  —  --Tu  feras 
sur  le  pectoral  des  chaînettes  d'or  pur, 
tressées  en  forme  de  cordons.  -^Tu 
feras  sur  le  pectoral  deux  anneaux 
d'or,  et  tu  mettras  ces  deux  anneaux 
aux  deux  extrémités  du  pectoral.  "Tu 
passeras  les  deux  cordons  d'or  dans 
les  deux  anneaux  aux  deux  extrémités 
du  pectoral;  "et  tu  arrêteras  par  de- 
vant les  bouts  des  deux  cordons  aux 
deux  montures  placées  sur  les  épau- 
lettes de  l'éphod.  —  -"Tu  feras  encore 
deux  anneaux  d'or,  que  tu  mettras  aux 
deux  extrémités  du  pectoral,  sur  le 
bord  intérieur  appliqué  contre  l'éphod. 
-^Et  tu  feras  deux  autres  anneaux  d'or, 
que  tu  mettras  au  bas  des  deux  épau- 
lettes de  l'éphod,  sur  le  devant,  près 
de  la  jointure,  au-dessus  de  la  cein- 
ture de  l'éphod.  -*0n  attachera  le  pec- 
toral par  ses  anneaux  aux  anneaux  de 
l'éphod  avec  un  cordon  bleu,  afin  que 
le  pectoral  soit  au-dessus  de  la  cein- 


9:5 


Chap.28,-20-20,9. 


EXODE. 


ture  de  Téphod  et  qu'il  ne  puisse  pas  ^"Pour  les  fils  d'Aaron  tu  feras  des 

se  séparer  de  Téphod. -^Lorsque  Aaron      tuniques,  tu  leur  feras  des  ceintures, 
entrera  dans  le  sanctuaire,  il  portera      et  tu  leur  feras  des  bonnets,  pour  mar- 


sur  son  cœur  les  noms  des  fils  d'Is- 
raël, gravés  sur  le  pectoral  du  juge- 
ment, pour  en  conserver  à  toujours  le 
souvenir  devant  l'Eternel.  — ^"Tu  join- 
dras au  pectoral  du  jugement  l'urim  et 
le  thummini'',  et  ils  seront  sur  le  cœur 


quer  leur  dignité  et  pour  leur  servir  de 
parure.  *'Tu  en  revêtiras  Aaron,  ton 
frère,  et  ses  fils  avec  lui.  Tu  les  oin- 
dras, tu  les  consaci'eras,  tu  les  sancti- 
fieras, et  ils  seront  à  mon  service  dans 
le  sacerdoce.  ''-Fais-leur  des  caleçons 


d'Aaron,   lorsqu'il   se   présentera  de-  de  lin,  pour  couvrir  leur  nudité;  ils 

vant  l'Eternel.   Ainsi,  Aaron  portera  iront  depuis  les  reins  jusqu'aux  cuis- 

constamment  sur  son   cœur  le  juge-  ses.  ^^Aaron  et  ses  fils  les  porteront, 

ment  des  enfants  d'Israël,  lorsqu'il  se  quand  ils  entreront  dans  la  tente  d'as- 

présentera  devant  l'Eternel.  signation,  ou  quand  ils  s'approcheront 

•■"Tu  feras  la  robe  de  l'éphod  entiè-  de  l'autel,  pour  faire  le  service  dans 

rement  d'étoffe  bleue.  '-Il  y  aura,  au  le  sanctuaire;  ainsi  ils  ne  se  rendront 

milieu,  une  ouverture  pour  la  tète;  et  point  coupables,  et  ne  mourront  point, 

cette  ouverture  aura  tout  autour  un  C'est  une  loi  perpétuelle  pour  Aaron 

bord  tissé,  comme  l'ouverture  d'une  et  pour  ses  descendants  après  lui. 
cotte  de  mailles,   afin  que  la  robe  ne 

se  déchire  pas.  '^Tu  mettras  autour  de  ^"  consécration  des  prêtres.  —  Le  sacrifice 

la  bordure,  en  bas,  des  grenades  de  perpétue  . 

couleur  bleue,  pourpre  et  cramoisi,  Chap.  XXIX.     'Voici  ce  que  tu  feras 

entremêlées  de  clochettes  d'or  :  ''une  pour  les  sanctifier,  afin  qu'ils  soient  à 

clochette  d'or  et  une  grenade,  une  clo-  mon  service  dans  le  sacerdoce, 

chette  d'or  et  une  grenade,  sur  tout  le  Prends   un  jeune  taureau   et  deux 

tour  de  la  bordure  de  la  robe.  '^  Aaron  béliers  sans  défaut.  -Fais,  avec  de  la 

s'en    revêtira   pour    faire    le   service;  fleur  de  farine  de  froment,  des  pains 

quand   il   entrera   dans   le   sanctuaire  sans  levain,  des  gâteaux  sans  levain 

devant  l'Eternel,  et  quand  il  en  sortira,  pétris  à  l'huile,  et  des  galettes  sans 

on  entendra  le  sondes  clochettes,  et  levain  arrosées  d'huile. 'Tu  les  mettras 

il  ne  mourra  point.  dans  une  corbeille,  en  offrant  le  jeune 

'^Tu  feras  une  lame  d'or  pur,  et  tu  y  taureau  et  les  deux  béliers, 

graveras,  comme  on  grave  un  cachet  :  ''Tu  feras  avancer  Aaron  et  ses  fils 

Sainteté  à  l'Eternel.  ''Tu  l'attacheras  vers  l'entrée  de  la  tente  d'assignation, 

avec  un  cordon  bleu  sur  la  tiare,  sur  le  et  tu   les   laveras  avec  de  l'eau.  ^Tu 

devant  de  la  tiare.  '*Elle  sera  sur  le  prendras  les  vêtements;   tu  revêtiras 

front  d'Aaron;  et  Aaron  sera  chargé  Aaron  de  la  tunique,  de  la  robe  de  l'é- 

des  iniquités  commises  par  les  enfants  phod,  de  l'éphod  et  du  pectoral,  et  tu 

d'Israël  en  faisant  toutes  leurs  saintes  mettras  sur  lui  la  ceinture  de  l'éphod. 

olfrandes;  elle  sera  constamment  sur  *Tu  poseras  la  tiare  sur  sa  tête,  et  tu 

son  front  devant  l'Eternel,  pour  qu'il  placeras  le  diadème  de  sainteté  sur  la 

leur  soit  favorable.  tiare.  'Tu  prendras  l'huile  d'onction, 

'"Tu  feras  la  tunique  de  fin  lin;  tu  tu  en  répandras  sur  sa  tête,  et  tu  l'oin- 

feras  une  tiare  de  fin  lin,  et  tu  feras  dras.  ^Tu  feras  approcher  ses  fils,  et 

une  ceinture  brodée.  tu  les  revêtiras  des  tuniques.  'Tu  met- 

a.   Vrim  et  thunimim  (/umirre  et  perfection},  objet  d'une  nature  inconnue,  placé  sur  ou  dans  le  pectoral,  et  par 
le  moyen  duquel  le  grand  prêtre  rendait  des  jugements  ou  oracles,  au  nom  de  l'Éternel. 

94 


EXODE. 


Chap.  30, 10-32. 


tras  une  ceinture  à  Aaron  et  à  ses  fils, 
et  tu  attacheras  des  bonnets  aux  fils 
d'Aaron.  Le  sacerdoce  leur  appartien- 
dra par  une  loi  perpétuelle.  Tu  consa- 
creras donc  Aaron  et  ses  fils. 

'°Tu  amèneras  le  taureau  devant  la 
tente  d'assignation,  et  Aaron  et  ses 
(ils  poseront  leurs  mains  sur  la  tète  du 
taureau.  "Tu  èffortreras  le  taureau  de- 
vaut  l'Eternel,  à  l'entrée  de  la  tente 
d'assignation.  '-Tu  prendras  du  sang 
du  taureau,  tu  eu  mettras  avec  ton 
doigt  sur  les  cornes  de  l'autel,  et  tu 
répandras  tout  le  sang  au  pied  de  l'au- 
tel. '^Tu  prendras  toute  la  graisse  qui 
couvre  les  entrailles,  le  grand  lobe  du 
foie,  les  deux  rognons  et  la  graisse 
cjui  les  entoure,  et  tu  brûleras  cela  sur 
l'autel.  '"'Mais  tu  brûleras  au  feu  hors 
du  camp  la  chair  du  taureau,  sa  ^^eau 
et  ses  excréments;  c'est  un  sacrifice 
pour  le  péché. 

'^Tu  prendras  l'un  des  béliers,  et 
Aaron  et  ses  fils  poseront  leurs  mains 
sur  la  tète  du  bélier.  '^Tu  éfforg-eras  le 
bélier;  tu  en  prendras  le  sang,  et  tu  le 
répandras  sur  l'autel  tout  autour.  ''Tu 
couperas  le  bélier  par  morceaux,  et  tu 
laveras  les  entrailles  et  les  jambes, 
que  tu  mettras  sur  les  morceaux  et  sur 
sa  tète.  '*Tu  brûleras  tout  le  bélier  sur 
l'autel  ;  c'est  un  holocauste  à  l'Eternel, 
c'est  un  sacrifice  consumé  par  le  feu, 
d'une  agréable  odeur  à  l'Eternel. 

'*Tu  prendras  l'autre  bélier,  et 
Aaron  et  ses  fils  poseront  leurs  mains 
sur  la  tête  du  bélier.  ^''Tu  égorgeras  le 
bélier;  tu  prendras  de  son  sang,  tu  en 
mettras  sur  le  lobe  de  l'oreille  droite 
il  Aaron  et  sur  le  lobe  de  l'oreille  droite 
de  ses  fils,  sur  le  pouce  de  leur  main 
droite  et  sur  le  gros  orteil  de  leur  pied 
droit,  et  tu  répandras  le  sang  sur  l'au- 
tel tout  autour.  *'Tu  prendras  du  sang 
qui  sera  sur  l'autel  et  de  l'huile  d'onc- 
lion,  et  tu  en  feras  l'aspersion  sur 
Aaron  et  sur  ses  vêtements,  sur  ses 
fils  et  sur  leurs  vêtements.  Ainsi  seront 


grand 
es  deux  rognons  et  la 


consacrés  Aaron  et  ses  vêtements,  ses 
fils  et  leurs  vêtements.  —Tu  prendras 
la  graisse  du  bélier,  la  queue,  la  graisse 
([ui  couvre  les  entrailles,  le 
lobe  du  foie 
graisse  qui  les  entoure,  et  l'épaule 
droite,  car  c'est  un  bélier  de  consé- 
cration; -''tu  prendras  aussi  dans  la 
corbeille  de  pains  sans  levain,  placée 
devant  l'Eternel,  un  gâteau  de  pain, 
un  o'àteau  à  l'huile  et  une  s-alette.  -*Tu 

o  o 

mettras  toutes  ces  choses  sur  les  mains 
d'Aaron  et  sur  les  mains  de  ses  fils,  et 
tu  les  agiteras  de  côté  et  d'autre  de- 
vant l'Eternel.  -^Tu  les  ôteras  ensuite 
de  leurs  mains,  et  tu  les  brûleras  sur 
l'autel,  par  dessus  l'holocauste;  c'est 
un  sacrifice  consumé  par  le  feu  devant 
l'Eternel,  d'une  agréable  odeur  à  l'E- 
ternel. ^^Tu  prendras  la  poitrine  du 
bélier  qui  aura  servi  à  la  consécration 
d'Aaron,  et  tu  l'agiteras  de  côté  et 
d'autre  devant  l'Eternel  :  ce  sera  ta 
portion.  -^Tu  sanctifieras  la  poitrine 
et  l'épaule  du  bélier  qui  aura  servi  à 
la  consécration  d'Aaron  et  de  ses  fils, 
la  poitrine  en  l'agitant  de  côté  et  d'au- 
tre, l'épaule  en  la  présentant  par  élé- 
vation. ^''Elles  appartiendront  à  Aaron 
et  à  ses  fils,  par  une  loi  perpétuelle 
qu'observeront  les  enfants  d'Israël , 
car  c'est  une  offrande  par  élévation  ; 
et,  dans  les  sacrifices  d'actions  de 
grâces  des  enfants  d'Israël,  l'offrande 
par  élévation  sera  pour  l'Eternel. 

-^Les  vêtements  sacrés  d'Aaron  se- 
ront après  lui  pour  ses  fils,  qui  les 
mettront  lorsqu'on  les  oindra  et  qu'on 
les  consacrera.  ^"Ils  seront  portés  pen- 
dant sept  jours  par  celui  de  ses  fils 
c{ui  lui  succédera  dans  le  sacerdoce, 
et  c[ui  entrera  dans  la  tente  d'assigna- 
tion, pour  faire  le  service  dans  le  sanc- 
tuaire. 

^'Tu  prendras  le  bélier  de  consé- 
cration, et  tu  en  feras  cuire  la  chair 
dans  un  lieu  saint.  ^^  Aaron  et  ses  fils 
mangeront,  à  l'entrée  de  la  tente  d'as- 


95 


Cluip.W.xi-SO.n. 


EXODE. 


signation,  la  chair  du  bélier  et 


da 


•heillc 


e  pain 
qui  sera  tlans  la  corDeiiie.  '^Ils  man- 
geront ainsi  ce  qui  aura  servi  d'expia- 
tion, afin  qu'ils  fussent  consacrés  et 
sanctifiés;  nul  étranger  n'en  mangera, 
car  ce  sont  des  choses  saintes.  ^^S'il 
reste  de  la  chair  de  consécration  et  du 
pain  jusqu'au  matin,  tu  brûleras  dans 
le  feu  ce  qui  restera  ;  on  ne  le  mangera 
point,  car  c'est  une  chose  sainte. 

^^Tu  suivras  à  l'égard  d'Aaron  et  de 
ses  fils  tous  les  ordres  c|ue  je  t'ai  don- 
nés. Tu  emploiej'as  sept  jours  à  les 
consacrer.  ^*Tu  offriras  chaque  jour 
un  taureau  en  sacrifice  pour  le  ])éché, 
pour  l'expiation  ;  tu  purifieras  l'autel 
par  cette  expiation ,  et  tu  l'oindras 
pour  le  sanctifier.  '^Pendant  sept  jours, 
tu  feras  des  expiations  sur  l'autel,  et 
tu  le  sanctifieras  ;  et  l'autel  sera  très 
saint,  et  tout  ce  qui  touchera  l'autel 
sera  sanctifié. 

^''Voici  ce  que  tu  offriras  sur  l'autel  : 
deux  agneaux  d'un  an,  chaque  jour, 
à  perpétuité.  ^'•'Tu  offriras  l'un  des 
agneaux  le  matin,  et  l'autre  agneau 
entre  les  deux  soirs.  ^'Tu  offriras,  avec 
le  premier  agneau,  un  dixième  d'épha 
de  fleur  de  farine  pétrie  dans  un  quart 
de  hin  d'huile  d'olives  concassées,  et 
une  libation  d'un  quart  de  hin  de  vin. 
*'Tu  offriras  le  second  agneau  entre 
les  deux  soirs,  avec  une  offrande  et 
une  libation  semblables  à  celles  du 
matin;  c'est  un  sacrifice  consumé  par 
le  feu,  d'une'agréable  odeur  à  l'Eter- 
nel. *-Voilà  l'holocauste  perpétuel  qui 
sera  offert  par  vos  descendants,  à  l'en- 
trée de  la  tente  d'assignation,  devant 
l'Eternel;  c'est  là  que  je  me  rencon- 
trerai avec  vous,  et  que  je  te  parlerai. 
■'•'Je  me  rencontrerai  là  avec  les  en- 
fants d'Israël,  et  ce  lieu  sera  sanctifié 
par  ma  gloire.  "Je  sanctifierai  latente 
d'assignation  et  l'autel  ;  je  sanctifierai 
Aaron  et  ses  fils,  pour  cju'ils  soient  à 
mon  service  dans  le  sacerdoce.  ''^J'ha- 
biterai au  milieu  des  enfants  d'Israël, 


et  je  serai  leur  Dieu.  *^Ils  connaîtront 
que  je  suis  l'Eternel,  leur  Dieu,  qui  les 
ai  fait  sortir  du  pays  d'Egypte,  pour 
habiter  au  milieu  d'eux.  Je  suis  l'Eter- 
nel, leur  Dieu. 

Description  de  l'autel  des  parfums  et  de  la  cuve 
d'airain.  —  Composition  de  l'huile  sainte  et 
du  parfum. 

Chap .  A'A.V.  '  Tu  feras  un  autel  pour 
brûler  des  ])arfums,  tu  le  feras  de  bois 
d'acacia;  -sa  longueur  sera  d'une  cou- 
dée, et  sa  largeur  d'une  coudée;  il 
sera  carré,  et  sa  hauteur  sera  de  deux 
coudées.  Tu  feras  des  cornes  qui  sor- 
tiront de  l'autel.  ''Tu  le  couvriras  d'or 
pur,  le  dessus,  les  côtés  tout  autour  et 
les  cornes,  et  tu  y  feras  une  bordure 
d'or  tout  autour.  ^Tu  ièras  au-dessous 
de  la  bordure  deux  anneaux  d'or  aux 
deux  côtés  ;  tu  en  mettras  aux  deux  cô- 
tés, pour  recevoir  les  barres  cjui  servi- 
ront à  le  porter.  ^Tu  feras  les  barres 
de  bois  d'acacia,  et  tu  les  couvriras 
d'or.  ^Tu  placeras  l'autel  en  face  du 
voile  qui  est  devant  l'arche  du  témoi- 
gnage, en  face  du  propitiatoire  qui  est 
sur  le  témoignage,  et  où  je  me  rencon- 
trerai avec  toi.  "Aaron  y  fera  brûler  du 
parfum  odoriférant;  il  en  fera  brûler 
chaque  matin,  lorsqu'il  préparera Jes 


lampes;  ^il  en  fera  brûler  aussi  entre 
les  deux  soirs,  lorsqu'il  arrangera  les 


lampes.  C'est  ainsi  que  l'on  brûlera  à 
perpétuité  du  parfum  devant  l'Eternel 
parmi  vos  descendants.  ^Vous  n'offri- 
rez sur  l'autel  ni  parfum  étranger,  ni 
holocauste,  ni  offrande,  et  vous  n'y  ré- 
pandrez aucune  libation.  '"Une  fois 
chaque  année,  Aaron  fera  des  expia- 
tions sur  les  cornes  de  l'autel;  avec  le 
sang  de  la  victime  expiatoire,  il  y  sera 
fait  des  expiations  une  fois  chaque  an- 
née parmi  vos  descendants.  Ce  sera 
une  chose  très  sainte  devant  l'Eternel. 
"L'Eternel  parla  à  Moïse,  et  dit  : 
'-Lorsque  tu  compteras  les  enfants 
d'Israël  pour  en  faire   le  dénombre- 


96 


EXODE. 


Cliap.  SO.iJ-SL^. 


ment,  chacun  d'eux  paiera  à  rEteinel 
le  rachat  de  sa  jiersonnc,  afin  ([u'ils  ne 
soient  frappés  crancnne  jihiie  k>rs  de 
ce  dén()nil)rement.  ''Voici  ce  ((ue  ch)n- 
neront  tous  ceux  (pii  seront  c()in])ris 
dans  le  dénoinbrt'nu'nt  :  un  demi-sicle, 
selon  le  sicledu  sanctuaire,  (pii  est  de 


feras  avec  cela  une  huile  pour  l'onction 
sainte,  com]iosition  de  parfums  selon 
l'art  du  parfumeur;  ce  sera  l'huile  pour 
l'onction  sainte.-*  Tu  en  oindras  la  tente 
d'assignation  et  l'arche  du  témoigna- 
ge, -'la  table  et  tous  ses  ustensiles,  le 
chandelier  et  ses  ustensiles,  l'autel  des 


vingt  guéras;  un  demi-sicle  sera  le  don      parfums,  -'Tautel  des  holocaustes  et 


prélevé  jiour  l'Eternel.  "Tout  homme 
compris  dans  le  dénombrement,  de- 
puis l'âge  de  vingt  ans  et  au-dessus, 
paiera  le  don  jirélevé  pour  l'Eternel. 
*^Le  riche  ne  paiera  pas  plus,  et  le  pau- 
vre ne  paiera  pas  moins  d'un  demi- 
sicle,  comme  don  prélevé  ])our  l'Eter- 
nel, afin  de  racheter  leurs  personnes. 
'n\i  recevras  des  enfants  d'Israël  l'ar- 


tous  ses  ustensiles ,  la  cuve  avec  sa 
base.  -"Tu  sanctifieras  ces  choses,  et 
elles  seront  très  saintes  ;  tout  ce  qui 
les  touchera  sera  sanctifié.  '"'Tu  oin- 
dras Aaron  et  ses  fils,  et  tu  les  sancti- 
fieras, pour  (pi'ils  soient  à  mon  service 
dans  le  saterdoce.  ^' Tu  parleras  aux 
enfants  d'Israël,  et  tu  tliras  :  Ce  sera 
pour  moi  l'huile  de  l'onction  sainte, 
gent  du  rachat,  et  tu  rap])liqueras  au  parmi  vos  descendants.  "-On  n'en  ré- 
travail de  la  tente  d'assignation;  ce  pandra  point  sur  le  corps  d'un  homme, 
sera  pour  les  enfants  d'Israël  un  sou-  et  vous  n'en  ferez  point  de  semblable, 
venir  devant  l'Eternel  pour  le  rachat  dans  les  mêmes  proportions;  elle  est 
de  leurs  personnes. 

"L'Eternel  parla  à  Moïse,  et  dit  :  '^Tu 
feras  une  cuve  d'airain,  avec  sa  base 
d'airain,  pour  les  ablutions;  tu  la  pla- 


ceras entre 


la  tente  d  assignation  et 


sainte,  et  vous  la  regarderez  comme 
sainte.  "Ouiconque  en  composera  de 
semblable,  ou  en  mettra  sur  un  étran- 
ger, sera  retranché  de  son  ]ieuple. 
■'•'L'Eternel  dit  à  Moïse  :  Prends  des 
l'autel,  et  tu  y  mettras  de  l'eau,  '^avec  aromates,  du  stacté,  de  l'ongle  odo- 
laquelle  Aaron  et  ses  fils  se  laveront  rant",  du  galbanum,  etde  l'encens  pur, 
les  mains  et  les  pieds.  -"Lorsqu'ils  en-  en  parties  égales.  ^^Tu  feras  avec  cela 
trerontdans  la  tente  d'assignation,  ils  un  jiarfum  composé  selon  l'art  du  par- 
se  laveront  avec  cette  eau,  afin  qu'ils  fumeur;  il  sera  salé,  pur  et  saint.  ^"Tu 
ne  meurent  point;  et  aussi  lorscpi'ils  le  réduiras  en  jioudre,  et  tu  le  mettras 
s'approcheront  de  l'autel,  pour  faire  le  devant  le  témoignage,  dans  la  tente 
service  et  pour  offrir  des  sacrifices  à  d'assignation,  où  je  me  rencontrerai 
l'Eternel.  -'Ils  se  laveront  les  mains  et  avec  toi.  Ce  sera  pour  vous  une  chose 
les  pieds,  afin  qu'ils  ne  meurent  point,  très  sainte.  ^' Vous  ne  ferez  point  pour 
Ceseraune  loi  perpétuelle  pour  Aaron,  vous  de  parfum  semblable,  dans  les 
pour  ses  fils  et  pour  leurs  descendants,  mêmes  proportions;  vous  le  regarde- 
'■- L'Eternel  parla  à  Moïse,  et  dit  :  rez  comme  saint,  et  réservé  pour  l'E- 
-^ Prends  des  meilleurs  aromates,  cin(j  ternel.  '^^Quiconque  en  fera  de  sembla- 
eents  sicles  de  myrrhe,  de  celle  qui  blc,  ])our  le  sentir,  sera  retranché  de 
coule  d'elle-même,  la  moitié  soit  deux 
cent  cinquante  sicles  de  cinnainonie 
aromatique,  deux  cent  cinquante  sicles 
de  roseau  aromatique,  -*cinq  cents  si- 
cles de  casse,  selon  le  sicle  du  sanc- 
tuaire, et  un  hin  d'huile  d'olive.  -^Tu 

a.  Espèfc  (lo  cofjuilla^e. 


son  peuple. 

Désignation  des  oin'riers.  —  Le  sabbat  rappelé. 
Les  tables  de  la  loi. 

Cliap.  XXXI.      'L'Éternel   ])arla   à 
Moïse,  et  dit  :  -Sache  que  j'ai  choisi 


97 


Chap.  Sl,3-rj:^,9. 


EXODE. 


Betsaleel,  fils  d'Uri,  fils  de  Hur,  de  la 
tribu  de  Juda.  ^Je  l'ai  rempli  de  l'es- 
prit de  Dieu,  de  sagesse,  d'intelligence, 
et  de  savoir  pour  toutes  sortes  d'ou- 
vrages ;  '*je  l'ai  rendu  capable  de  faire 
des  inventions,  de  travailler  l'or,  l'ar- 
gent et  l'airain,  ^de  graver  les  pierres 
à  enchâsser,  de  travailler  le  bois,  et 
d'exécuter  toutes  sortes  d'ouvrages. 
*  Et  voici,  je  lui  ai  donné  pour  aide  Olio- 
liab,  fils  d'Ahisamac,  de  la  tribu  de 
Dan.  J'ai  misdel'intelligencedansl'es- 
prit  de  tous  ceux  qui  sont  habiles,  pour 
qu'ils  fassent  tout  ce  que  je  t'ai  or- 
donné :  ^la  tente  d'assignation,  l'arche 
du  témoignage,  le  propitiatoire  qui 
sera  dessus,  et  tous  les  ustensiles  de  la 
tente;  Ha  table  et  ses  ustensiles,  le 
chandelier  d'or  pur  et  tous  ses  usten- 
siles, l'autel  des  parfums;  "l'autel  des 
holocaustes  et  tous  ses  ustensiles,  la 
cuve  avec  sa  base  ;  '"les  vêtements  d'of- 
fice, les  vêtements  sacrés  pour  le  prê- 
tre Aaron,  les  vêtementsde  ses  fils  pour     les  anneaux  d'or,  qui  étaient  à  leurs 


et  les  enfants  d'Israël  un  signe  qui  de- 
vra durer  à  perpétuité  ;  car  en  six  jours 
l'Eternel  a  fait  les  cieux  et  la  terre,  et 
le  septième  jour  il  a  cessé  son  œuvre 
et  il  s'est  reposé. 

'^  Lorsque  l'Éternel  eut  achevé  de 
parler  à  Moïse  sur  la  montagne  de 
Sinaï,  il  lui  donna  les  deux  tables  du 
témoignage,  tables  de  pierre,  écrites 
du  doigt  de  Dieu. 

Le  veau  d  or. 

Chap.  XXXII.  'Le  peuple,  voyant 
que  Moïse  tardait  à  descendre  de  la 
montagne,  s'assembla  autour  d' Aaron, 
et  lui  dit  :  Allons!  fais-nous  un  dieu 
qui  marche  devant  nous  ;  car  ce  Moïse, 
cet  homme  qui  nous  a  fait  sortir  du 
pays  d'Egypte,  nous  ne  savons  ce  qu'il 
est  devenu.  "Aaron  leur  dit  :  Otez  les 
anneaux  d'or,  qui  sont  aux  oreilles  de 
vos  femmes,  de  vos  fils  et  de  vos  filles, 
et  ap])ortez-les  moi.  ^Et  tous  ôtèrent 


les  fonctions  du  sacerdoce;  "  l  huile 
d'onction,  et  le  parfum  odoriférant 
pour  le  sanctuaire.  Ils  se  conforme- 
ront à  tous  les  ordres  que  j'ai  donnés. 
'-L'Eternel  parla  à  Moïse,  et  dit  : 
'^Parle  aux  enfants  d'Israël,  et  dis- 
leur :  Vous  ne  manquerez  pas  d'obser- 
ver mes  sabbats,  car  ce  sera  entre  moi 
et  vous,  et  parmi  vos  descendants,  un 
signe  auquel  on  connaîtra  que  je  suis 
l'Eternel  qui  sanctifie.  '*  Vous  observe- 
rez le  sabbat,  car  il  sera  pour  vous  une 


oreilles,  et  ils  les  apportèrent  à  Aaron. 
"•Il  les  reçut  de  leurs  mains,  jeta  l'or 
dans  un  moule ,  et  fit  un  veau  en 
fonte.  Et  ils  dirent  :  Israël!  voici  ton 
dieu,  qui  t'a  fait  sortir  du  pays  d'E- 
gypte. ^Lorsque  Aaron  vit  cela,  il  bâtit 
un  autel  devant  lui,  et  il  s'écria  :  De- 
main, il  y  aura  fête  en  l'honneur  de 
l'Eternel!  ^Le  lendemain,  ils  se  levè- 
rent de  bon  matin,  et  ils  offrirent  des 
holocaustes  et  des  sacrifices  d'actions 
de  grâces.  Le  peuple  s'assit  pour  man- 


chose  sainte.  Celui  qui  le  profanera,      ger  et  pour  boire;  puis  ils  se  levèrent 
sera  puni  de  mort;  celui  qui  fera  quel-      pour  se  divertir. 


que  ouvrage  ce  jour-là,  sera  retranché 
du  milieu  de  son  peuple.  '^On  travail- 
lera six  jours;  mais  le  septième  jour 
est  le  sabbat,  le  jour  du  repos,  consa- 
cré à  l'Eternel.  Celui  qui  fera  quelque 
ouvrage  le  jour  du  sabbat,  sera  puni 
de  mort.  "Les  enfants  d'Israël  obser- 
veront le  sabbat,  en  le  célébrant,  eux 
et  leurs  descendants,  comme  une  al- 
liance perpétuelle.  "Ce  sera  entre  moi 


'L'Eternel  dit  à  Moïse  :  Va,  descends  ; 
car  ton  peuple,  que  tu  as  fait  sortir  du 
pays  d'Egypte,  s'est  corrompu.  '^Ils  se 
sont  promptement  écartés  de  la  voie 
que  je  leur  avais  prescrite;  ils  se  sont 
fait  un  veau  en  fonte,  ils  se  sont  pros- 
ternés devant  lui,  ils  lui  ont  offert  des 
sacrifices,  et  ils  ont  dit  :  Israël!  voici 
ton  dieu,  qui  t'a  fait  sortir  du  pays  d'E- 
gypte. '■'L'Eternel  dit  à  Moïse  :  Je  vois 


98 


EXODE 


Chap.  S2,  w-3'i. 


que  ce  peuple  est  un  peuple  au  cou 
roide.  '"Maintenant  laisse-moi  ;  ma  co- 
lère va  s'enilammer  contre  eux,  et  je 
les  consumerai;   mais  je  ferai  de  toi 


-'  Moïse  dit  à  Aaron  :  Que  t'a  fait  ce 
peuple,  pour  que  tu  l'aies  laissé  com- 


une  grande  nation. 


mettre  un  si  grand  péché?  "Aaron  ré- 
pondit :  Que  la  colère  de  mon  seigneur 
ne  s'enllamme  point!  Tu  sais  toi-même 
Aloïse  inq)lora  l'Eternel,  son  Dieu,  (|ue  ce  j)euple  est  porté  au  mal.  -^Ils 
et  dit  :  Pourquoi,  ô  Eternel  !  ta  colère  m'ont  dit  :  Fais-nous  un  dieu  qui  mar- 
s'enllammerait-elle  contre  ton  ])eu])le,  chc  devant  nous;  car  ce  Moïse,  cet 
que  tu  as  fait  sortir  du  pays  d'Egypte  homme  qui  nous  a  fait  sortir  du  pays 
par  une  grande  puissance  et  par  une  d'Egypte,  nous  ne  savons  ce  qu'il  est 
main  forte?  '-Pourquoi  les  Egyptiens  devenu.  -*Je  leur  ai  dit  :  Que  ceux  qui 
diraient-ils  :  C'est  pour  leur  malheur  ont  de  l'or,  s'en  dépouillent  !  Et  ils  me 
qu'il  les  a  fait  sortir,  c'est  pour  les  tuer  l'ont  donné  ;  je  l'ai  jeté  au  feu,  et  il  en 
dans  les  montagnes,  et  pour  les  exter-     est  sorti  ce  veau. 

miner  de  dessus  la  terre?  Reviens  de  ""Moïse  vit  que  le  peuple  était  livré 

l'ardeur  de  ta  colère,  et  repens-toi  du  au  désordre,  etqu'Aaron  l'avait  laissé 
mal  que  tu  veux  faire  à  ton  peuple,  dans  ce  désordre  exposé  à  l'opprobre 
"'Souviens-toi  d'Abraham,  d'Isaac  et  parmi  ses  ennemis.  -".Moïse  se  plaça  à 
d'Israël,  tes  serviteurs,  auxquels  tu  as  la  porte  du  camp,  et  dit  :  A  moi  ceux 
dit,  en  jurant  par  toi-même  :  Je  multi-  qui  sont  pour  l'Eternel  !  Et  tous  les  en- 
plierai  votre  postérité  comme  les  étoi-  fants  de  Lévi  s'assemblèrent  auprès  de 
les  du  ciel, 'je  donnerai  à  vos  descen-  lui.  -^11  leur  dit  :  Ainsi  jiarle  l'Eternel, 
dants  tout  ce  pays  dont  j'ai  2>arlé,  et  le  Dieu  d'Israël  :  Que  chacun  de  vous 
ils  le  posséderont  à  jamais.  mette  son  épée  au  côté;  traversez  et 

'•'Et  l'Éternel  se  repentit  du  mal  qu'il      jiarcourez  le  camp  d'une  porte  à  l'au- 
avait  déclaré  vouloir  faire  à  son  peuple,      t'-e,  et  que  chacun  tue  son  frère,  son 
'^  Moïse  retourna  et  descendit  de  la     parent.  -"Les  enfants  de  Lévi  firent  ce 

qu'ordonnait  .Moïse;  et  environ  trois 
mille  hommes  parmi  le  peuple  péri- 
rent en  cette  journée.  -'^  Moïse  dit  :  Con- 
sacrez-vous aujourd'hui  à  l'Éternel, 
même  en  sacrifiant  votre  fils  et  votre 


montagne,  les  deux  tables  du  témoi- 
gnage dans  sa  main  ;  les  tables  étaient 
écrites  des  deux  côtés,  elles  étaient 
écrites  de  l'un  et  de  l'autre  côté.  "'Les 
tables  étaient  l'ouvrage  de  Dieu,  et  l'é- 


criture était  l'écriture  de  Dieu,  gravée  trère,  afin  qu'il  vous  accorde  aujour- 
sur  les  tables.  '"Josué  entendit  la  voix  d'hui  une  bénédiction, 
du  peuple,  qui  poussait  des  cris,  et  il  '^°Le  lendemain.  Moïse  dit  au  peu- 
dit  à  Moïse  :  Il  y  a  un  cri  de  guerre  pie  :  Vous  avez  commis  un  grand  pé- 
dans  le  camp.  "*Moïse  répondit  :  Ce  ché.  Je  vais  maintenant  monter  vers 
n'est  ni  un  cri  de  vainqueurs,  ni  un  cri  l'Eternel  :  j'obtiendrai  peut-être  le  par- 
de  vaincus;  ce  que  j'entends,  c'est  la  don  de  votre  péché.  ^' Moïse  retourna 
A'oix  de  gens  qui  chantent. ''■'Et,  comme  vers  l'Eternel  et  dit  :  Ah!  ce  peuple  a 
il  approchait  du  camp,  il  vit  le  veau  et  commis  un  grand  jiéché.  Ils  se  sont 
les  danses.  La  colère  de  Moïse  s'en-  fait  un  dieu  d'or.  "-Pardonne  mainte- 
flamma  ;  il  jeta  de  ses  mains  les  tables,  nant  leur  péché  !  Sinon,  efface-moi  de 
et  les  brisa  au  pied  de  la  montagne,  ton  livre  que  tu  as  écrit.  ^^ L'Éternel 
-"il  prit  le  veau  qu'ils  avaient  fait,  et  dit  à  Moïse  :  C'est  celui  qui  a  péché 
le  brûla  au  feu;  il  le  réduisit  en  pou-  contre  moi  que  j'effacerai  démon  livre, 
dre,  répandit  cette  poudre  à  la  surface  ^''Va  donc,  conduis  le  peuple  où  je  t'ai 
de  l'eau,  etfitboirelesenfantsd'Israël.  dit.  Voici,  mon  ange  marchera  devant 

99 


Chap.  32,33-33, 


23. 


EXODE. 


toi,  mais  au  jour  de  ma  vengeance,  je 
les  punirai  de  leur  péché. 

'^L'Eternel  frappa  le  peuple,  parce 
qu'il  avait  fait  le  veau,  fabriqué  par 
Aarou. 

C/m/).  XXXIII.  'L'Éternel  dit  à 
Moïse  :  Va,  pars  d'ici,  toi  et  le  peuple 
que  tu  as  fait  sortir  du  pays  d'Egypte; 
monte  vers  le  pays  que  j'ai  juré  de  don- 
ner à  Abraham,  à  Isaac  et  à  Jacob,  en 
disant  :  Je  le  donnerai  à  ta  postérité. 
J'enverrai  devant  toi  un  ange,  et  je 
chasserai  les  Cananéens, les  Amoréens, 
les  Héthiens,  les  Phéréziens,  les  Hé- 
A'iens  et  les  Jébusiens.  'Monte  vers  ce 
pays  où  coulent  le  lait  et  le  miel.  Mais 
je  ne  monterai  point  au  milieu  de  toi, 
de  peur  que  je  ne  te  consume  en  che- 
min, car  tu  es  un  peuple  au  cou  roide. 

■*Lorsc[ue  le  peuple  eut  entendu  ces 
sinistres  paroles,  il  fut  dans  la  désola- 
tion, et  personne  ne  mit  ses  ornements. 
^Et  l'Eternel  dit  à  Moïse  :  Dis  aux  en- 
fants d'Israël  :  Vous  êtes  un  j^euple  au 
cou  roide  ;  si  je  montais  un  seul  instant 
au  milieu  de  toi,  je  te  consumerais.  Ote 
maintenant  tes  ornements  de  dessus 
toi,  et  je  verrai  ce  que  je  te  ferai.  '^Les 
enfants  d'Israël  se  dépouillèrent  de 
leurs  ornements,  en  s'éloignant  du 
mont  Horeb. 

"Moïse  prit  la  tente  et  la  dressa  hors 
du  camp,  à  quelque  distance;  il  l'ap- 
pela tente  d'assignation  ;  et  tous  ceux 
qui  consultaient  l'Eternel  allaient  vers 
la  tente  d'assignation,  qui  était  hors  du 
camp.  '^Lorsque  Moïse  se  rendait  à  la 
tente,  tout  le  peuple  se  levait;  chacun 
se  tenait  à  l'entrée  de  sa  tente,  et  sui- 
vait des  yeux  Moïse,  jusqu'à  ce  qu'il 
fût  entré  dans  la  tente.  ^Et  lorsque 
Moïse  était  entré  dans  la  tente,  la  co- 
lonne de  nuée  descendait  et  s'arrêtait 
à  l'entrée  de  la  tente,  et  l'Eternel  par- 
lait avec  Moïse.  '"Tout  le  peuple  voyait 
la  colonne  de  nuée  qui  s'arrêtait  à  l'en- 
trée de  la  tente,  tout  le  peuple  se  le- 
vait et  se  prosternait  à  l'entrée  de  sa 


tente.  "  L'Éternel  parlait  avec  Moïse 
face  à  face,  comme  un  homme  parle  à 
son  ami.  Puis  Moïse  retournait  au  camp; 
mais  son  jeune  serviteur,  Josué,  fils  de 
Nun,  ne  sortait  pas  du  milieu  de  la 
tente. 

'"-Moïse  dit  à  l'Éternel  :  Voici,  tu  me 
dis  :  Fais  monter  ce  peuple  !  Et  tu  ne 
me  fais  pas  connaître  qui  tu  enverras 
avec  moi.  Cependant,  tu  as  dit  :  Je  te 
connais  par  ton  nom,  et  tu  as  trouvé 
grâce  à  mes  yeux.  ''Maintenant,  si  j'ai 
trouvé  grâce  à  tes  yeux,  fais-moi  con- 
naître tes  voies  ;  alors  je  te  connaîtrai, 
et  je  trouverai  encore  grâce  à  tes  yeux. 
Considère  que  cette  nation  est  ton  peu- 
ple. '^L'Éternel  répondit  :  Je  marche- 
rai moi-même  avec  toi,  et  je  te  donne- 
rai du  repos.  '^Moïse  lui  dit  :  Si  tu  ne 
marches  pas  toi-même  avec  nous,  ne 
nous  fais  point  partir  d'ici.  **  Gomment 
sera-t-il  donc  certain  que  j'ai  trouvé 
grâce  à  tes  yeux,  moi  et  ton  peuple? 
Ne  sera-ce  pas  cjuand  tu  marcheras 
avec  nous,  et  quand  nous  serons  dis- 
tingués, moi  et  ton  peuple,  de  tous 
les  peuples  qui  sont  sur  la  face  de  la 
terre  ? 

'^ L'Eternel  dit  à  Moïse  :  Je  ferai  ce 
que  tu  me  demandes,  car  tu  as  trouvé 
grâce  à  mes  yeux,  et  je  te  connais  par 
ton  nom.  '^Moïse  dit  :  Fais-moi  voir  ta 
gloire  !  '^L'Éternel  répondit  :  Je  ferai 
passer  devant  toi  toute  ma  bonté,  et  je 
proclamerai  devant  toi  le  nom  de  l'E- 
ternel ;  je  fais  grâce  à  qui  je  fais  grâce, 
et  miséricorde  à  qui  je  fais  miséricorde. 
^"L'Éternel  dit  :  Tu  ne  pourras  pas 
voir  ma  face,  car  l'homme  ne  peut  me 
voir  et  vivre.  -'L'Éternel  dit  :  Voici 
un  lieu  près  de  moi  ;  tu  te  tiendras  sur 
le  rocher.  -^Quand  ma  gloire  passera, 
je  te  mettrai  dans  un  creux  du  rocher, 
et  je  te  couvrirai  de  ma  main  jusqu'à 
ce  que  j'aie  passé.  *'Et  lorsque  je  re- 
tournerai ma  main ,  tu  me  verras  par 
derrière,  mais  ma  face  ne  pourra  pas 
être  vue. 


♦ 


» 


JOO 


EXODE. 


Chap 


Alliance  de  l'Iùcrncl. 


Les  nouvelles  tables. 


Chap.  A'A'AYF.  'L'l<]teiiK'l  dit  à  toi  que  j'accomplirai  des  choses  ter- 
Moïse  :  Taille  deux  tables  de  ])ierre  riMcs.  "  Prends  garde  à  ce  que  je  t'or- 
comme  les  premières,  et  j'y  écrirai  les  donne  aujourd'hui.  Voici,  je  chasserai 
paroles  qui  étaient  sur  les  premières  devant  toi  les  Amoréens,  les  Cana- 
tables  que  tu  as  brisées.  -Sois  prêt  de  néens,  les  Héthiens,  les  Phéréziens, 
bonne  heure,  et  tu  monteras  dès  le  les  Iléviens  et  les  Jébusiens.  '-Garde- 
matin  sur  la  montagne  de  Sinaï  ;  tu  te  toi  de  faire  alliance  avec  les  habitants 
tiendras  là  (.levant  moi,  sur  le  sommet  du  pays  où  tu  dois  entrer,  de  ])eur 
de  la  montagne.  '^Oue  personne  ne  ([u'ils  ne  soient  un  piège  pour  toi. '^Au 
monte  avec  toi ,  et  que  personne  ne  contraire,  vous  renverserez  leurs  au- 
paraisse  sur  toute  la  montagne;  et  tels,  vous  briserez  leurs  statues,  et 
même  (|ue  ni  brebis  ni  bœufs  ne  pais-  vous  abattrez  leurs  idoles.  "Tu  ne  te 
sent  près  de  cette  montagne.  *  Moïse  ])rosterneras  point  devant  un  autre 
tailla  deux  tables  de  pierre  comme  les  dieu  ;  car  TEternel  porte  le  nom  de  ja- 
j)remières;  il  se  leva  de  bon  matin,  et  loux,  il  est  un  Dieu  jaloux.  '^Garde-toi 
monta  sur  la  montagne  de  Sinaï,  selon  de  faire  alliance  avec  les  habitants  du 
l'ordre  ([ue  l'Eternel  lui  avait  donné,  pays,  de  peur  que,  se  prostituant  à 
et  il  prit  dans  sa  main  les  deux  tables  leurs  dieux  et  leur  offrant  des  sacri- 
de  jiierre.  fices,  ils  ne  t'invitent,  etcpie  tu  ne  man- 

"L'Elernel  descendit  dans  une  nuée,  ges  de  leurs  victimes  ;  "^de  peur  que  lu 

se  tint  là  auprès  de  lui,  et  proclama  le  ne  prennes  de  leurs  filles  pour  tes  fils, 

nom  de  l'Eternel.  *Et  l'Eternel  jiassa  etque  leurs  fdles  se  prostituant  à  leurs 

devant  lui,  et  s'écria  :  L'Eternel,  l'E-  dieux  n'entraînent  tes  fds  à  se  prosti- 

ternel.  Dieu  miséricordieux  etcompa-  tuer  à  leurs  dieux, 

tissant,  lent  à  la  colère,  riche  en  bonté  '"Tu  ne  te  feras   point  de  dieu  en 

et  en  fidélité, 'qui  conserve  son  amour  fonte. 

jusqu'à   mille    générations,   (pii    par-  '*'Tu   observeras   la   fête   des  pains 

donne    l'iniquité,    la    rébellion    et    le  sans   levain;  pendant  sept  jours,  au 

péché,  mais  qui  ne  tient  point  le  cou-  temps  fixé  dans  le  mois  des  épis,  tu 

pable  pour  innocent,  et  qui  punit  l'ini-  mangerasdespainssans  levain,  comme 

quité  des  pères  sur  les  enfants  et  sur  je  t'en  ai  donné  l'ordre,  car  c'est  dans 

les  enfants  des  enfants  jusqu'à  la  troi-  le  mois  des  épis  que  tu  es  sorti  d'E- 

sième  et  à  la  quatrième  génération  !  gypte. 

^^ Aussitôt  Moïse  s'inclina  à  terre  et  '^Toutpremier-né  m'appartient,  mê- 
se  prosterna.  "Il  dit  :  Seigneur,  si  j'ai  me  tout  mâle  premier-né  dans  les  trou- 
trouvé  grâce  à  tes  yeux,  que  le  Sei-  peaux  de  gros  et  de  menu  bétail.  -"Tu 
gneur  marche  au  milieu  de  nous,  car  rachèteras  avec  un  agneau  le  premier- 
c'est  un  peuple  au  cou  roide  ;  pardonne  né  de  l'àne  ;  et  si  tu  ne  le  rachètes  pas, 
nos  iniquités  et  nos  péchés,  et  prends-  tu  lui  briseras  la  nuque.  Tu  rachèteras 
nous  pour  ta  possession.  tout  premier-né  de  tes  fils;  et  l'on  ne 

'"L'Eternel  répondit  :  Voici,  je  traite  se  présentera  point  avide  devant  ma 

une  alliance.  Je  ferai,  en  présence  de  face. 

tout  ton  peuple,  des  prodiges  qui  n'ont  -'Tu  travailleras  six  jours,  et  tu  te 
eu  lieu  dans  aucun  pays  et  chez  aucune  reposeras  le  septième  jour;  tu  te  re- 
nation ;  tout  le  peuple  qui  t'environne  poseras,  même  au  temps  du  labourage 
verra  l'œuvre  de  l'Eternel,  et  c'est  par  et  de  la  moisson. 

101 


Chnp.  Si,'>-2-So,i2. 


EXODE. 


^-Tu  célébreras  la  fête  des  semaines, 
des  prémicesde  la  moisson  du  froment, 
et  la  fête  de  la  récolte,  à  la  fin  de  l'an- 
née. 

-''Trois  fois  par  an,  tous  les  mâles  se 
présenteront  devant  le  Seigneur,  l'E- 
ternel, Dieu  d'Israël.  ^*Gar  je  chasse- 
rai les  nations  devant  toi,  et  j'étendrai 
tes  frontières  ;  et  personne  ne  convoi- 
tera ton  pays,  pendant  que  tu  monte- 
ras pour  te  présenter  devant  l'Eternel, 
ton  Dieu,  trois  fois  par  an. 

'-^Tu  n'offriras  point  avec  du  pain 
levé  le  sang  de  la  victime  immolée  en 
mon  honneur  ;  et  le  sacrifice  de  la  fête 
de  Pàque  ne  sera  point  gardé  pendant 
la  nuit  jusc£u'au  matin. 

-''Tu  apporteras  à  la  maison  de  l'E- 
ternel, ton  Dieu,  les  prémices  des  pre- 
miers fruits  de  la  terre. 

Tu  ne  feras  point  cuire  un  chevreau 
dans  le  lait  de  sa  mère. 

-"L'Eternel  dit  à  Moïse  :  Ecris  ces 


parler,  il  mit  un  voile  sur  son  visage. 
^* Quand  Moïse  entrait  devant  l'Eter- 
nel, pour  lui  parler,  il  ôtait  le  voile 
juscju'à  ce  qu'il  sortît;  et  quand  il  sor- 
tait, il  disait  aux  enfants  d'Israël  ce 
qui  lui  avait  été  ordonné.  '^Les  enfants 
d'Israël  regardaient  le  visage  de  Moïse, 
et  voyaient  que  la  peau  de  son  visage 
rayonnait;  et  Moïse  remettait  le  voile 
sur  son  visage  jusc[u'à  ce  qu'il  entrât, 
pour  jîarler  avec  l'Eternel. 

Offrandes  pour  In  construction  du  tabernacle. 

Chap.  A'A'AT.  'Moïse  convoqua 
toute  l'assemblée  des  enfants  d'Israël, 
et  leur  dit  :  Voici  les  choses  que  l'Éter- 
nel ordonne  de  faire.  ^On  travaillera 
six  jours  ;  mais  le  septième  jour  sera 
pour  vous  une  chose  sainte;  c'est  le 
sabbat,  le  jour  du  repos,  consacré  à 
l'Eternel.  Celui  qui  fera  quelque  ou- 
vrage ce  jour-là,  sera  puni  de  mort. 
^Vous  n'allumerez  point  de  feu,  dans 


paroles;  car  c'est  conformément  à  ces      aucune  de  vos  demeures,  le  jour  du 


paroles  que  je  traite  alliance  avec  toi 
et  avec  Israël. 

-^Moïsefutlàavec  l'Eternel  quarante 
jours  et  quarante  nuits.  Il  ne  mangea 
point  de  pain,  et  il  ne  but  point  d'eau. 
Et  l'Eternel  écrivit  sur  les  tables  les 
paroles  de  l'alliance,  les  dix  paroles. 

-^  Moïse  descendit  de  la  montagne  de 
Sinaï,  ayant  les  deux  tables  du  témoi- 
gnage dans  sa  main,  en  descendant  de 


sabbat. 

^  Moïse  parla  à  toute  l'assemblée  des 
enfants  d'Israël,  et  dit  :  Voici  ce  que 
l'Eternel  a  ordonné.  ^Prenez  sur  ce  qui 
vous  appartient  une  offrande  pour  l'É- 
ternel. Tout  homme  dont  le  cœur  est 
bien  disposé  apportera  en  offrande  à 
l'Eternel  :  de  l'or,  de  l'argent  et  de 
l'airain;  ^des  étoffes  teintes  en  bleu, 
en  pourpre,  en  cramoisi,  du  fin  lin  et 


la  montagne;  et  il  ne  savait  pas  que  la      du  poil  de  chèvre;  ^des  peaux  de  bé- 


peau  de  son  visage  rayonnait,  parce 
qu'il  avait  parlé  avec  l'Eternel.  ^"Aaron 
et  tous  les  enfants  d'Israël  regardèrent 
Moïse,  et  voici  la  peau  de  son  visage 
rayonnait;  et  ils  craignaient  de  s'ap- 
procher de  lui.  ^' Moïse  les  appela; 
Aaron  et  tous  les  principaux  de  l'as- 
semblée vinrent  auprès  de  lui,  et  il  leur 
parla.  ^- Après  cela ,  tous  les  enfants 
d'Israël  s'approchèrent,  et  il  leur  don- 
na tous  les  ordres  qu'il  avait  reçus  de 
l'Eternel,  sur  la  montagne  de  Sinaï. 
^^Lorsque  Moïse  eut  achevé  de  leur 


liers  teintes  en  rouge  et  des  peaux 
teintes  en  bleu;  du  bois  d'acacia;  *de 
l'huile  pour  lechandelier,  des  aromates 
pour  l'huile  d'onction  et  pour  le  parfum 
odoriférant  ;  "des  pierres  d'onyx  et 
d'autres  pierres  pour  la  garniture  de 
l'éphod  et  du  pectoral.  '"Que  tous  ceux 
d'entre  vous  qui  ont  de  l'habileté  vien- 
nent et  exécutent  tout  ce  que  l'Eternel 
a  ordonné  :  "le  tabernacle,  sa  tente  et 
sa  couverture,  ses  agrafes,  ses  plan- 
ches, ses  barres,  ses  colonnes  et  ses 
bases;  '^l'arche  et  ses  barres,  le  pro- 


102 


EXODE. 


Chap.  o';j,tj-o'{J,'). 


pitiatoirc,  et  le  voile  pour  couvrir  1  ar- 
clie  ;  '^la  table  et  ses  barres,  et  tous  ses 
ustensiles,  et  les  pains  de  proposition  ; 
"le  chandelier  et  ses  ustensiles,  ses 
lampes,  et  l'huile  pour  le  chandelier; 
'^l'autel  des  parfums  et  ses  barres, 
l'huile  d'onction  et  le  parfum  odorifé- 
rant, et  le  rideau  de  la  porte  pour  l'en- 
trée du  tabernacle;  '^l'autel  des  holo- 
caustes, sa  grille  d'airain,  ses  barres, 
et  tous  ses  ustensiles;  la  cuve  avec  sa 
base;  "les  toiles  du  parvis,  ses  co- 
lonnes, ses  bases,  et  le  rideau  de  la 
])orte  du  parvis;  '''les  pieux  du  taber- 
nacle, les  pieux  du  parvis,  et  leurs  cor- 
dages; les  vêtements  d'office  pour  le 
service  dans  le  sanctuaire,  '"les  vête- 
ments sacrés  pour  le  prêtre  Aaron,  et 
les  vêtements  de  ses  fils  pour  les  fonc- 
tions du  sacerdoce. 

-"Toute  l'assemblée  des  enfants  d'Is- 
raël sortit  de  la  j^résence  de  Moïse. 

-'Tous  ceux  qui  furent  entraînés  |)ar 
le  cœur  et  animés  de  bonne  volonté 


en  bleu,  en  pourpre,  en  cramoisi,  et 
du  fin  lin.  -"Toutes  les  femmes  dont  le 
cœur  était  bien  disposé,  et  qui  avaient 
de  l'habileté,  filèrent  du  poil  de  chèvre, 
-n^es  principaux  du  peuple  apportè- 
rent des  pierres  d'onyx  et  d'autres 
pierres  pour  la  garniture  de  l'éplKjd 
et  du  pectoral;  -'^des  aromates  et  de 
l'huile,  pour  le  chandelier,  pour  l'huile 
d'onction  et  pour  le  parfum  odorifé- 
rant. -'Tous  les  enfants  d'Israël,  hom- 
mes et  femmes,  dont  le  cœur  était  dis- 
posé à  contribuer  pour  l'œuvre  que 
rp]ternel  avait  ordonnée  par  Moïse, 
apportèrent  des  offrandes  volontaires 
à  l'Eternel. 

™Moïsedit  aux  enfants  d'Israël  :  Sa- 
chez que  l'Eternel  a  choisi  Betsaleel, 
fils  d'Uri,  fils  de  Ilur,  de  la  tribu  de 
Juda.  ^'  Il  l'a  rempli  de  l'esprit  de  Dieu, 
de  sagesse,  d'intelligence,  et  de  savoir 
pour  toutes  sortes  d'ouvrages.  ^-11  l'a 
rendu  capable  de  faire  des  inventions, 
de  travailler  l'or,  l'argent  et  l'airain. 


A'inrent  et  apportèrent  une  offrande  à  '^de  graver  les  pierres  à  enchâsser,  de 
l'Eternel  pour  l'œuvre  de  la  tente  d'as- 
signation ,  pour  tout  son  service ,  et 
pour  les  vêtements  sacrés.  -*Les  hom- 
mes vinrent  aussi  bien  que  les  femmes; 
tous  ceux  dont  le  canir  était  bien  dis- 
posé apportèrent  des  boucles ,  des 
anneaux,  des  bagues,  des  bracelets, 
toutes  sortes  d'objets  d'or  ;  chacun  pré- 
senta l'offrande  d'or,  qu'il  avait  consa- 
crée à  l'Eternel. -^Tousceuxqui  avaient 
des  étoffes  teintes  en  bleu,  en  pourpre, 
en  cramoisi,  du  fin  lin  et  du  poil  de 
chèvre,  des  peaux  de  béliers  teintes 
en  rouge  et  des  peaux  teintes  en  bleu, 
les  apportèrent.  **Tous  ceux  qui  jiré- 
sentèrent  par  élévation  une  offrande 
d'argent  et  d'airain  apportèrent  l'of- 
frande à  l'Eternel. Tous  ceux  qui  avaient 
du  bois  d'acacia  pour  les  ouvrages  des- 
tinés au  service,  l'apportèrent.  *^Tou- 
tes  les  femmes  qui  avaient  de  l'habi- 
leté filèrent  de  leurs  mains,  et  elles 
apportèrent  leurouvrage,  des  fils  teints 


travailler  le  bois,  et  d'exécuter  toutes 
sortes  d'ouvrages  d'art.  '''Il  lui  a  ac- 
cordé aussi  le  don  d'enseigner,  de  mê- 
me qu'à  Oholiab,  fils  d'Ahisamac,  de 
la  tribu  de  Dan.  'Ml  les  a  remplis  d'in- 
telligence, pour  exécuter  tous  les  ou- 
vrages de  sculpture  et  d'art,  pour  bro- 
der et  tisser  les  étoffes  teintes  en  bleu, 
en  pourpre,  en  cramoisi,  et  le  fin  lin, 
pour  faire  toute  espèce  de  travaux  et 
d'inventions. 

Cons/riirlioi)  du  lahcrnacle. 

Chap.  AXVT7.  'Betsaleel,  Oho- 
lial),  et  tous  les  hommes  habiles,  en 
qui  l'Eternel  avait  mis  de  la  sagesse 
et  de  l'intelligence  pour  savoir  et  pour 
faire,  exécutèrent  les  ouvrages  destinés 
au  service  du  sanctuaire,  selon  tout  ce 
que  l'Eternel  avait  ordonné.  ^Moïse 
apj)cla  Betsaleel,  Oholiab,  et  tous  les 
hommes  habiles  dans  l'esprit  desquels 
l'Eternel  avait  mis  de  l'intelligence, 


103 


C hop.  36,3-3-2.  EXODE. 

tous  ceux  dont  le  cœur  était  disposé  à  la  largeur  d'un  tapis  était  de  quatre 

s'appliquer  à  l'œuvre  pour  l'exécuter,  coudées  ;  la  mesure  était  la  même  pour 

^Ils  prirent  devant  Moïse  toutes   les  les  onze  tapis. '^On  joignit  séparément 

offrandes  qu'avaient  appointées  les  en-  cincj  de  ces  tapis,  et  les  six  autres  sé- 

fants  d'Israël  pour  faire  les  ouvrages  parement.  ''On  mit  cinquante  lacets 

destinés  au  service  du  sanctuaire.  Cha-  au  bord  du  tapis  terminant  un  assem- 

que  matin,  on  apjwrtait  encore  à  Moïse  blage,  et  l'on  mit  cinquante  lacets  au 

des  offrandes  volontaires.  ^Alors  tous  bord  du  tapis  du  second  assemblage. 

les  hommes  habiles,  occupés  à  tous  "*Onfitcin(iuanteagrafesd'airain,pour 

les  travaux  du  sanctuaire,  quittèrent  assembler  la  tente,  afin  qu'elle  formât 

chacun  l'ouvrage  qu'ils  faisaient,  ^et  un  tout. 

A-inrent  dire  à  Moïse  :  Le  peuple  ap-  '^On  fit  pour  la  tente  une  couverture 

porte  beaucoup  plus  qu'il  ne  faut  pour  de  peaux  de  béliers  teintes  en  rouge, 

exécuter  les  ouvrages  que  l'Éternel  a  et  une  couverture  de  peaux  teintes  en 

ordonné   de   faire.  ''Moïse   fit  publier  bleu,  qui  devait  être  mise  par-dessus, 
dans  le  camp  que  personne,  homme  -"On  fit  les  planches  pour  le  taber- 

ou  femme,  ne  s'occupât  plus  d'offran-  .  nacle;  elles  étaient  de  bois  d'acacia, 

des  pour  le  sanctuaire.  On  empêcha  placées  debout.  -'La  longueur  d'une 

ainsi  le  peuple  d'en  apporter.  'Les  ob-  planche  était  de  dix  coudées,  et  la  lar- 

jets  préparés  suffisaient,  et  au  delà,  geur  d'une  planche  était  d'une  coudée 

pour  tous  les  ouvrages  à  faire.  et  demie.   -^11    y   avait    pour  chaque 

*Tous  les  hommes  habiles,  qui  tra-  planche  deux  tenons,  joints  l'un  à  l'au- 

vaillèrent  à  l'œuvre,  firent  le  taberna-  tre;  l'on  fit  de  même  pour  toutes  les 

cle  avec  dix  tapis  de  fin  lin  retors  et  planches  du  tabernacle.  "On  fit  vingt 

de  fil  bleu,  pourpre  et  cramoisi;  on  y  planches  pour  le  tabernacle,  du  côté 

représenta  des  chérubins  artistement  du  midi.  -'On  mit  quarante  bases  d'ar- 

travaillés. 'La  longueur  d'un  tapis  était  gent  sous  les  vingt  planches,  deux  ba- 

de  vingt-huit  coudées ,  et  la  largeur  ses  sous  chaque  planche  pour  ses  deux 

d'un  tapis  était  de  quatre  coudées;  la  tenons.  "On  fit  vingt  planches  pour  le 

mesure  était  la  même  pour  tous  les  second  côté  du  tabernacle,  le  côté  du 

tapis.  "Cinq  de  ces  tapis  furent  joints  nord,  -^et  leurs  quarante  bases  d'ar- 

ensemble  ;  les  cinq  autres  furent  aussi  gent,  deux  bases  sous  chaque  planche, 

joints   ensemble.   "On   fit  des   lacets  -'On  fit  six  planches  pour  le  fond  du 

bleus  au  bord  du  tapis  terminant  le  tabernacle,  du  côté  de  l'occident.  ^^On 

premier  assemblage;  on  fit  de  même  fit  deux  planches  pour  les  angles  du 

au  bord  du  tapis  terminant  le  second  tabernacle  dans  le  fond  ; -"elles  étaient 

assemblage.  ''On  mit  cinquante  lacets  doubles  depuis  le  bas  et  bien  liées  à 

au  premier  tapis,  et  l'on  mit  cinquante  leur  sommet  par  un  anneau  ;  on  fit  de 

lacets  au  bord  du  tapis  terminant  le  même  pour  toutes  les  deux  aux  deux 

second  assemblage;  ces  lacets  se  cor-  angles.  ^"11  y  avait  ainsi  huit  planches, 

respondaient  les  uns  aux  autres.  '^On  avec  leurs  bases  d'argent,  soit  seize 

fit  cinquante  agrafes  d'or,  et  l'on  joi-  bases,  deux  bases  sous  chaque  planche, 

gnit  les  tapis  l'un  â  l'autre  avec  les  ^'  On  lit  cinq  barres  de  bois  d'acacia 

agrafes.  Et  le  tabernacle  forma  un  tout,  pour  les  planches  de  l'un  des  côtés  du 

'^On  fit  des  tapis  de  poil  de  chèvre,  tabernacle,  ^-cinq  barres  pour  les  plan- 

pour  servir  de  tente  sur  le  tabernacle;  ches  du  second  côté  du  tabernacle,  et 

on  fit  onze  de  ces  tapis.  '^La  longueur  cinq  barres  ])Our  les  planches  du  côté 

d'un  tapis  était  de  trente  coudées,  et  du   tabernacle   formant   le   fond  vers 

104 


I 


EXODI-:. 


Chap.  S0,:a-37 ,-a. 


roccidont;  ''on  fit  la  barre  du  milieu 
pour  traverser  les  planches  d'une  ex- 
trémité à  l'autre.  '''On  couvrit  d'or  les 
planches,  et  l'on  fit  d'or  leurs  anneaux 
pour  recevoir  les  barres,  et  l'on  cou- 
vrit d'or  les  barres. 

'^On  fit  le  voile  de  fil  bleu,  pourpre 
et  cramoisi,  et  de  fin  lin  retors;  on  le 
fit  artistement  travaillé,  et  l'on  y  re- 
présenta des  chérubins.  '"On  fit  pour 
lui  quatre  colonnes  d'acacia,  et  on  les 
couvrit  d'or  ;  elles  avaient  des  crochets 
d'or,  et  l'on  fondit  pour  elles  quatre 
bases  d'argent. 

''On  fit  pour  l'entrée  de  la  tente  un 
rideau  de  fil  bleu,  pourpre  et  cramoisi, 
et  de  fin  lin  retors;  c'était  un  ouvrage 
de  broderie.  "*0n  fit  ses  cinq  colonnes 
et  leurs  crochets,  et  l'on  couvrit  d'or 


vrant  de  leurs  ailes  le  propitiatoire,  et 
se  regardant  l'un  l'autre  ;  les  chérubins 
avaient  la  face  tournée  vers  le  propi- 
tiatoire. 

'"Il  fit  la  table  de  bois  d'acacia;  sa 
longueur  était  de  deux  coudées,  sa  lar- 
geur d'une  coudée,  et  sa  hauteur  d'une 
coudée  et  demie.  "Il  la  couvrit  iror])ur, 
et  il  y  fit  une  bordure  d'or  tout  autour. 
'-Il  fit  à  l'entour  un  rebord  de  quatre 
doigts,  sur  lequel  il  mit  une  bordure 
d'or  tout  autour.  "  Il  fondit  pour  la 
table  quatre  anneaux  d'or,  et  mit  les 
anneaux  aux  quatre  coins,  qui  étaient 
à  ses  quatre  pieds.  '*Les  anneaux 
étaient  près  du  rebord,  et  recevaient 
les  barres  pour  porter  la  table.  'Ml  fit 
les  barres  de  bois  d'acacia,  et  les  cou- 
vrit d'or;  et  elles  servaient  à  porter  la 
leurs  chapiteaux  et  leurs  tringles;  leurs      table.  "II  fit  les  ustensiles  qu'on  devait 


cinq  bases  étaient  d'airain. 

Conslriictioii  de  Varrlie,  de  la  table,  du  clian- 
delier,  et  de  l'autel  des  parfums. 

Chap.  XXXVII.     '  Betsaleel  fit  l'ar- 
che de  bois  d'acacia  ;  sa  longueur  était 


mettre  sur  la  table,  ses  plats,  ses  cou- 
pes, ses  calices  et  ses  tasses  pour  ser- 
vir aux  libations;  il  les  fit  d'or  pur. 

"Il  fit  le  chandelier  d'or  pur,  il  fit  le 

chandelierd'or  battu  ;  son  pied,  sa  tige, 

ses  calices,  ses  pommes  et  ses  fleurs, 

de  deux  coudées  et  demie,  sa  largeur     étaient  d'une  même  pièce.  '^Six  bran- 


d'une  coudée  et  demie,  et  sa  hauteur 
d'une  coudée  et  demie.  -Il  la  couvrit 
d'or  pur  en  dedans  et  en  dehors,  et  il  y 
fit  une  bordure  d'or  tout  autour.  'Il  fon- 
dit pour  elle  quatre  anneaux  d'or,  qu'il 
mit  à  ses  quatre  coins,  deux  anneaux 
tl'un  côté  et  deux  anneaux  de  l'autre 
côté.  ''Il  fit  des  barres  de  bois  d'acacia, 
et  les  couvrit  d'or.  Ml  passa  les  barres 
dans  les  anneaux  sur  les  côtés  de  l'ar- 
che, pour  porter  l'arche.  ^11  fit  un  pro- 
pitiatoire d'or  pur;  sa  longueur  était 
de  deux  coudées  et  demie,  et  sa  lar- 
geur d'une  coudée  et  demie.  '  Il  fit  deux 
chérubins  d'or,  il  les  fit  d'or  battu, 
aux  deux  extrémités  du  propitiatoire, 
''un  chérubin  à  l'une  des  extrémités,  et 
un  chérubin  à  l'autre  extrémité;  il  fit 
les  chérubins  sortant  du  propitiatoire 
à  ses  deux  extrémités.  ^Les  chérubins 
étendaient  les  ailes  par-dessus,  cou- 


ches sortaient  de  ses  côtés,  trois  bran- 
ches du  chandelier  de  l'un  des  côtés, 
et  trois  branches  du  chandelier  de  l'au- 
tre côté.  '^11  y  avait  sur  une  branche 
trois  calices  en  forme  d'amande,  avec 
pommes  et  fleurs,  et  sur  une  autre 
branche  trois  calices  en  forme  d'aman- 
de, avec  pommes  et  fleurs;  il  en  était 
de  même  pour  les  six  branches  sortant 
du  chandelier.  ^"A  la  tige  du  chandelier 
il  y  avait  quatre  calices  en  forme  d'a- 
mande, avec  leurs  pommes  et  leurs 
fleurs.  -'11  y  avait  une  pomme  sous  deux 
des  branches  sortant  du  chandelier, 
une  jiomme  sous  deux  autres  branches, 
et  une  pomme  sous  deux  autres  bran- 
ches; il  en  était  de  même  pour  les  six 
branches  sortant  du  chandelier.  --Les 
pommes  et  les  branches  du  chandelier 
étaient  d'une  même  pièce;  il  était  tout 
entier  d'or  battu,  d'or  pur.  -'11  fit  ses 


Chap.  37,2'i-38,2i. 


EXODE. 


sept  lampes,  ses  mouchettes  et  ses  va-      d'airain,  en  employant  les  miroirs  des 
ses  à  cendre,  d'or  pur. -*I1  employa  un      femmes  qui  s'assemblaient  à  l'entrée 
talent  d'or  pur,  pour  faire  le  chaude-      de  la  tente  d'assignation, 
lier  avec  tous  ses  ustensiles.  ^11  fit  le  parvis.  Du  côté  du  midi,  il 

^^11  fit  l'autel  des  parfums  de  bois  y  avait,  pour  former  le  parvis,  des  toi- 
d'acacia;  sa  longueur  était  d'une  cou-  les  de  fin  lin  retors,  sur  une  longueur 
dée,  et  sa  largeur  d'une  coudée  ;  il  était  de  cent  coudées,  *"avec  vingt  colonnes 
carré,  et  sa  hauteur  était  de  deux  cou-  posant  sur  vingt  bases  d'airain;  lescro- 
dées.  Des  cornes  sortaient  de  l'autel,  chets  des  colonnes  et  leurs  tringles 
^^11  le  couvrit  d'or  pur,  le  dessus,  les  étaient  d'argent.  "Du  côté  du  nord,  il 
côtés  tout  autour  et  les  cornes,  et  il  y  y  avait  cent  cOudées  de  toiles,  avec 
fit  une  bordure  d'or  tout  autour.  -"Il  fit 
au-dessous  de  la  bordure  deux  anneaux 
d'or  aux  deux  côtés  ;  il  en  mit  aux  deux 
côtés,  pour  recevoir  les  barres  qui  ser- 
vaient à  le  porter.  -^11  fit  des  barres  de 
bois  d'acacia,  et  les  couvrit  d'or. 


A^ingt  colonnes   et 


eurs  vingt  bases 


d'airain  ;  les  crochets  des  colonnes  et 
leurs  tringles  étaient  d'argent.  '-Du 
côté  de  l'occident,  il  y  avait  cinquante 
coudées  de  toiles,  avec  dix  colonnes  et 
leurs  dix  bases  ;  les  crochets  des  co- 
^^11  fit  l'huile  pour  l'onction  sainte,      lonnes  et  leurs  tringles  étaient  d'ar- 


et  le  parfum  odoriférant,  pur,  composé 
selon  l'art  du  parfumeur. 

Construction  de  l'autel  des  holocaustes,  de  la 
cuve  d'airain,  et  du  parvis.  —  Comptes  du 
tabernacle. 


gent.  ''Du  côté  de  l'orient,  sur  les  cin- 
quante coudées  de  largeur,  '''il  y  avait, 
pour  une  aile,  quinze  coudées  de  toi- 
les, avec  trois  colonnes  et  leurs  trois 
bases,  '^et,  pour  la  seconde  aile,  qui 
lui  correspondait  de  l'autre  côté  de  la 
Chap.  XXX]  fil.  '  Il  fit  l'autel  des  porte  du  parvis,  quinze  coudées  de 
holocaustes  de  bois  d'acacia;  sa  Ion-  toiles,  avec  trois  colonnes  et  leurs  trois 
gueur  était  de  cinq  coudées,  et  sa  lar-  bases.  '"Toutes  les  toiles  formant  l'en- 
geur  de  cinq  coudées;  il  était  carré,  et  ceinte  du  parvis  étaient  de  fin  lin  re- 
sa  hauteur  était  de  trois  coudées.  -11  tors.  "Les  bases  pour  les  colonnes 
fît,  aux  quatre  coins,  des  cornes  qui      étaient  d'airain,  les  crochets  des  co- 


lonnes et  leurs  tringles  étaient  d'ar- 
gent, et  leurs  chapiteaux  étaient  cou- 
verts d'argent.  Toutes  les  colonnes  du 
parvis  étaient  jointes  par  des  tringles 
d'argent.   '^Le  rideau  de  la  porte  du 


sortaient  de  l'autel,  et  il  le  couvrit  d'ai- 
rain. ^11  fit  tous  les  ustensiles  de  l'au- 
tel, les  cendriers,  les  pelles,  les  bas- 
sins, les  fourchettes  et  les  brasiers;  il 
fit  d'airain  tous  ces  ustensiles.  *I1  fit 

pourrautelunegrilled'airain,enforme  parvis  était  un  ouvrage  de  broderie  en 

de  treillis,  qu'il  plaça  au-dessous  du  fil  bleu,  pourpre  et  cramoisi,  et  en  fin 

rebord  de  l'autel,  à  partir  du  bas,  jus-  lin  retors;   il   avait  une  longueur  de 

qu'à  la  moitié  de  la  hauteur  de  l'autel,  vingt  coudées,  et  sa  hauteur  était  de 

41  fondit  quatre  anneaux,  qu'il  mit  aux  cinq  coudées,  comme  la  largeur  des 

quatre  coins  de  la  grille  d'airain,  pour  toiles  du  parvis  ;  '"ses  quatre  colonnes 

recevoir  les  barres.  Ml  fit  les  barres  de  et  leurs  quatre  bases  étaient  d'airain, 

bois  d'acacia,  et  les  couvrit  d'airain.  les  crochets  et  leurs  tringles  étaient 

'Il  passa  dans  les  anneaux  aux  côtés  d'argent,  et  leurs  chapiteaux  étaient 

de  l'autel  les  barres  qui  servaient  à  le  couverts  d'argent.  -"Tous  les  pieux  de 

porter.  Il  le  fit  creux,  avec  des  plan-  l'enceinte  du  tabernacle  et  du  parvis 

ches.  étaient  d'airain. 

MI  fit  la  cuve  d'airain,  avec  sa  base  ^' Voici  les  comptes  du  tabernacle, 

106 


EXODE. 


Chap.  38,'i'2—39,iù. 


du  tabernacle  d'assignation,  revisés, 
d'après  l'ordre  de  Moïse,  par  les  soins 
des  Lévites,  sous  la  direction  d'Itha- 
mar,  fils  du  prêtre  Aaron.  -'Betsaleel, 
fils  d'Uri,  fils  de  Hur,  de  la  tribu  de 
Juda,  fit  tout  ce  que  l'Eternel  avait  or- 
donné à  Moïse;  -'il  eut  pour  aide  Olio- 
liab,  fils  d'Ahisamac,  de  la  tribu  de 
Dan,  habile  à  graver,  à  inventer,  et  à 
broder  sur  les  étoffes  teintes  en  bleu, 
en  pourpre,  en  cramoisi,  et  sur  le  fin 
lin.  -■'Le  total  de  l'or,  employé  à  l'œu- 
vre pour  tous  les  travaux  du  sanctuaire, 
orqui  fut  le  produit  des  offrandes,  mon- 
tait à  vingt-neuf  talents  et  mille  sept 
cent  soixante-quinze  sicles,  selon  le 
sicle  du  sanctuaire.  -^L'argent  de  ceux 
de  l'assemblée  dont  on  fit  le  dénom- 
brement montait  à  cent  talents  et  mille 
sept  cent  soixante-quinze  sicles,  se- 
lon le  sicle  du  sanctuaire.  -* C'était  un 
demi-sicle  par  tête,  la  moitié  d'un  si- 
cle, selon  le  sicle  du  sanctuaire,  pour 
chaque  homme  compris  dans  le  dé- 
nombrement, depuis  l'âge  de  vingt  ans 
et  au-dessus,  soit  pour  six  cent  trois 
mille   cinq   cent   cinquante  hommes. 
-'Les  cent  talents  d'argent  servirent  à 
fondre  les  bases  du  sanctuaire  et  les 
bases  du   voile,  cent   bases  pour  les 
cent  talents,  un  talent  par  base.  -*Et 
avec  les  mille  sept  cent  soixante-quinze 
sicles  on  fit  les  crochets  et  les  tringles 
pour  les  colonnes,  et  on  couvrit  les 
chapiteaux.    -"L'airain    des    offrandes 
montait  à  soixante-dix  talents  et  deux 
mille  quatre  cents  sicles.  '"On  en  fit 
les  bases  de  l'entrée  de  la  tente  d'assi- 
gnation; l'autel  d'airain  avec  sa  grille, 
et  tous  les  ustensiles  de  l'autel;  ^' les 


moisi,  on  fit  les  vêtements  d'office  pour 
le  service  dans  le  sanctuaire,  et  on  fit 
les  vêtements  sacrés  pour  Aaron,  com- 
me l'Eternel  l'avait  ordonné  à  Moïse. 

-On  fit  l'éphod  d'or,  de  fil  bleu,  pour- 
pre et  cramoisi,  et  de  fin  lin  retors. 
'On  étendit  des  lames  d'or,  et  on  les 
coupa  en  fils,  que  l'on  entrelaça  dans 
les  étoffes  teintes  en  bleu,  en  pourpre 
et  en  cramoisi,  et  dans  le  fin  lin;  il  était 
artistement  travaillé.^  On  y  fit  des  épau- 
lettes  qui  le  joignaient,  et  c'est  ainsi 
qu'il  était  joint  par  ses  deux  extrémi- 
tés. ^La  ceinture  était  du  même  travail 
que  l'éphod  et  fixée  sur  lui;  elle  était 
d'or,  de  fil  bleu,  pourpre  et  cramoisi, 
et  de  fin  lin  retors,  comme  l'Eternel  l'a- 
vait ordonné  à  Moïse.  *0n  entoura  de 
montui'es  d'or  des  pierres  d'onyx,  sur 
lesquelles  on  grava  les  noms  des  fils 
d'Israël,  comme  on  grave  les  cachets. 
"On  les  mit  sur  les  épaulettes  de  l'é- 
phod, en  souvenir  des  fils  d'Israël, 
comme  l'Eternel  l'avait  ordonné  à 
Moïse. 

*0n  fit  le  pectoral,  artistement  tra- 
vaillé, du  même  travail  que  l'éphod, 
d'or,  de  fil  bleu,  pourpre  et  cramoisi, 
et  de  fin  lin  retors.  ^11  était  carré;  on 
fit  le  pectoral  double  ;  sa  longueur  était 
d'un  empan,  et  sa  largeur  d'un  empan  ; 
il  était  double.  '"On  le  garnit  de  quatre 
rangées  de  pierres  :  première  rangée, 
une  sardoine,  une  topaze,  une  émerau- 
de  ;  "  seconde  rantîée,  une  escarboucle, 
un  saphir,  un  diamant  ;  '-troisième  ran- 
gée, une  opale,  une  agate,  une  amé- 
thyste; "quatrième  rangée,  une  chry- 
solithe,  un  onyx,  un  jaspe.  Ces  pierres 
étaient  enchâssées  dans  leurs  montu- 


bases  du  parvis,  tout  autour,  et  les  ba-     res  d'or.  '*I1  y  en  avait  douze,  d'après 
ses  de  la  porte  du  parvis;  et  tous  les 
])ieux  de  l'enceinte  du  tabernacle  et  du 
parvis. 


Confection  des  vêtements  sacerdotaux. 

Chap.   XXXIX.      'Avec  les  étoffes 
teintes  en  bleu,  en  pourpre  et  en  cra- 


ies noms  des  fils  d'Israël  ;  elles  étaient 
gravées  comme  des  cachets,  chacune 
aA'^ec  le  nom  de  l'une  des  douze  tribus. 
—  '^On  fit  sur  le  pectoral  des  chaînet- 
tes d'or  pur,  tressées  en  forme  de  cor- 
dons. '^On  fit  deux  montures  d'or  et 
deux  anneaux  d'or,  et  on  mit  les  deux 


107 


Chap.  39,n-W,i. 


EXODE. 


un  cachet  :  Sainteté  à  l'Eternel.  ^'On 
l'attacha  avec  un  cordon  bleu  à  la  tiare, 
en  haut,  comme  l'Eternel  l'avait  or- 
donné à  Moïse. 


anneaux  aux  deux  extrémités  du  pec- 
toral. '"On  passa  les  deux  cordons  d'or 
dans  les  deux  anneaux  aux  deux  extré- 
mités du  pectoral;  "*on  arrêta  par  de- 
vant les  bouts  des  deux  cordons  aux 
deux  montures  placées  sur  les  épau- 
iettes  de  l'éphod.  —  ''On  fit  encore 
deux  anneaux  d'or,  que  l'on  mit  aux 
deux  extrémités  du  pectoral,  sur  le  bord 
intérieur  appliqué  contre  l'éphod.^"  On 

fit  deux  autres  anneaux  d'or,  que  l'on      tout  ce  que  l'Eternel  avait  ordonné  à 
mit  au  bas  des  deux  épaulettes  de  l'é-      Moïse;  ils  firent  ainsi, 
phod,  sur  le  devant,  près  de  la  join-  '^On  amena  le  tabernacle  à  Moïse  : 

ture,  au-dessus  de  la  ceinture  de  l'é-  la  tente  et  tout  ce  qui  en  dépendait,  les 
phod.  ^'On  attacha  le  pectoral  par  ses  agrafes,  les  ]>lanches,  les  barres,  les 
anneaux  aux  anneaux  de  ré])hod  avec  colonnes  et  les  bases;  ^*la  couverture 
un  cordon  bleu,  afin  c^ue  le  pectoral  de  peaux  de  béliers  teintes  en  rouge, 
fût  au-dessus  de  la  ceinture  de  l'éphod  la  couverture  de  peaux  teintes  en  bleu, 
et  qu'il  ne  pût  ])as  se  séparer  de  l'é-     et  le  voile  de  séparation;  ^^l'arche  du 


Le  labcrnacle  dressé.  —  La  gloire  de  l'Eternel. 

^'Ainsi  furent  achevés  tous  les  ou- 
vrages du  tabernacle,  de  la  tente  d'as- 
siffnation.   Les  enfants  d'Israël  firent 


phod,  comme  l'Eternel  l'avait  ordonné 
à  Moïse. 

-'-On  fit  la  robe  de  l'éphod,  tissée  en- 
tièrement d'étoffe  bleue.  --'11  y  avait, 
au  milieu  de  la  robe,  une  ouverture 
comme  l'ouverture  d'une  cotte  de  mail- 
les, et  cette  ouverture  était  bordée  tout 
autour,  afin  que  la  robe  ne  se  déchirât 
pas.  "On  mit  sur  la  bordure  de  la  robe 
des  grenades  de  couleur  bleue,  pour- 
pre et  cramoisi,  en  fil  retors;  -^on  fit 
des  clochettes  d'or  pur,  et  on  mit  les 
clochettes  entre  les  grenades,  sur  tout 
le  tour  de  la  bordure  de  la  robe,  entre 
les  grenades  :  -*^une  clochette  et  une 
grenade,  une  clochette  et  une  grenade, 
sur  tout  le  tour  de  la  bordure  de  la 


témoignage  et  ses  barres,  et  le  propi- 
tiatoire ;  *Ma  table,  tous  ses  ustensiles, 
et  les  pains  de  proposition;  "le  chan- 
delier d'or  pur,  ses  lampes,  les  lampes 
préparées,  toussesustensiles,etrhuile 
pour  le  chandelier  ;^^  l'autel  d'or,  l'huile 
d'onction  et  le  parfum  odoriférant,  et 
le  rideau  de  l'entrée  de  la  tente  ;  ^'l'au- 
tel d'airain,  sa  grille  d'airain,  ses  bar- 
res, et  tous  ses  ustensiles  ;  la  cuve  avec 
sa  base  ;  les  toiles  du  parvis,  ses  colon- 
nes, ses  bases,  ^"et  le  rideau  de  la  porte 
du  parvis,  ses  cordages,  ses  pieux,  et 
tous  les  ustensiles  pour  le  service  du 
tabernacle,  pour  la  tente  d'assignation; 
^'  les  vêtements  d'office  pour  le  sanc- 
tuaire, les  vêtements  sacrés  pour  le 


robe,  pour  le  service,  comme  l'Eternel      prêtre  Aaron,  et  les  vêtements  de  ses 


l'avait  ordonné  à  Moïse. 

-'On  fit  les  tuniques  de  fin  lin,  tis- 
sées, pour  Aaron  et  pour  ses  fils;  -^la 
tiare  de  fin  lin,  et  les  bonnets  de  fin  lin 
servant  de  parure  ;  les  caleçons  de  lin, 
de  fin  lin  retors  ;  ^'la  ceinture  de  fin  lin 
retors,  brodée,  et  de  couleur  bleue, 
pourpre  et  cramoisi,  comme  l'Eternel 
l'avait  ordonné  à  Moïse. 

^"On  fit  d'or  pur  la  lame,  diadème 
sacré,  et  l'on  y  écrivit,  comme  on  grave 


fds  pour  les  fonctions  du  sacerdoce. 

*^Les  enfants  d'Israël  firent  tous  ces 
ouvrages,  en  se  conformant  à  tous  les 
ordres  que  l'Eternel  avait  donnés  à 
Moïse.  ■'^ Moïse  examina  tout  le  travail  ; 
et  voici,  ils  l'avaient  fait  comme  l'Éter- 
nel l'avait  ordonné,  ils  l'avaient  fait 
ainsi.  Et  Moïse  les  bénit. 

Chap.  XL.  'L'Éternel  parla  à  Moï- 
se, et  dit  :  -Le  premier  jour  du  premier 
mois,  tu  dresseras  le  tabernacle,  la 


108 


EXODE. 


Chdj) 


W.  :i-:m. 


tente  d'assignation. 'Tuyplaceras  l'ar- 
che du  témoignai'e,  et  tu  couvriras  l'ar- 
che  avec  le  voile.  Tu  appoiteras  la  ta- 
ble, et  tu  la  disposeras  en  ordre.  ■'Tu 
ajiporteras  le  chandelier,  et  tu  en  ai- 
rangeras  les  lampes.  ^Tu  placeras  l'au- 
tel d'or  pour  le  parfum  devant  l'arche 
ilu  témoignage,  et  tu  mettras  le  rideau 
à  l'entrée  du  tabernacle.  *Tu  placeras 
l'autel  des  holocaustes  devant  l'entrée 
du  tabernacle,  de  la  tente  d'assigna- 
tion. "Tuphiceras  la  cuve  entre  la  tente 
d'assignation  et  l'autel,  et  tu  v  mettras 
de  l'eau.  ''Tu  placeras  le  parvis  à  l'en- 
tour,  et  tu  mettras  le  rideau  à  la  porte 
du  parvis.  ''Tu  prendras  l'huile  d'onc- 
tion, tu  en  oindras  le  tabernacle  et  tout 
ce  qu'il  renferme,  et  tu  le  sanctifieras, 
avec  tous  ses  ustensiles;  et  il  sera  saint. 
'"Tu  oindras  l'autel  des  holocaustes  et 
tous  ses  ustensiles,  et  tu  sanctifieras 
l'autel;  et  l'autel  sera  très  saint.  "Tu 
oindras  la  cuve  avec  sa  base,  et  tu  la 
sanctifieras.  '-Tu  feras  avancer  Aaron 
et  ses  fils  vers  l'entrée  de  la  tente  d'as- 
signation, et  tu  les  laveras  avec  de 
l'eau.  '^Tu  revêtiras  Aaron  des  vête- 
ments sacrés,  tu  l'oindras,  et  tu  le 
sanctifieras,  pour  qu'il  soit  à  mon  ser- 
vice dans  le  sacerdoce.  '■'Tu  feras  ap- 
procher ses  fils,  tu  les  revêtiras  des  tu- 
niques, '■'et  tu  les  oindras  comme  tu 
auras  oint  leur  père,  pour  qu'ils  soient 
à  mon  service  dans  le  sacerdoce.  Cette 
onction  leur  assurera  à  perpétuité  le 
sacerdoce  parmi  leurs  descendants. 

'^Mo'ise  fit  tout  ce  que  l'Eternel  lui 
avait  ordonné  ;  il  fit  ainsi.  ''Le  premier 
jour  du  premier  mois  de  la  seconde 
année'',  le  tabernacle  fut  dressé. '^Mo'ïse 
dressa  le  tabernacle;  il  en  posa  les  ba- 
ses, plaça  les  planches  et  les  barres,  et 
éleva  les  colonnes.  "'Il  étendit  la  tente 
sur  le  tabernacle,  et  il  mit  la  couver- 
ture de  la  tente  par-dessus,  comme 
l'Eteinel  l'avait  ordonné  à  Moïse.  -"11 
prit  le  témoignage*,  et  le  plaça  dans 

a.   Après  la  sortie  d'Egypte.         b.  Les  deux  tables  de 


l'arche;  il  mit  les  barres  à  l'arche,  et  il 
posa  le  propitiatoire  au-dcssvis  de  l'ar- 
che. '-'Il  apporta  l'arche  dans  le  taber- 
nacle; il  mit  le  voile  de  séparation,  et 
il  en  couvrit  l'arche  du  témoignage, 
comme  l'Eternel  l'avait  ordonné  à 
Moïse.  "Il  plaça  la  table  dans  la  tente 
d'assignation,  au  côté  septentrional  du 
tabernacle,  en  dehors  du  voile;  -^et  il 
V  tléposa  en  ordre  les  pains,  devant 
l'Eternel,  comme  l'Eternel  l'avait  or- 
donné à  Moïse.  -''Il  plaça  le  chandelier 
dans  la  tente  d'assignation,  en  face  de 
la  table,  au  côté  méridional  du  taber- 
nacle; -^et  il  en  arrangea  les  lam|)es, 
devant  l'Eternel,  comme  l'Eternel  l'a- 
vait ordonné  à  Moïse.  -'Il  plaça  l'autel 
d'or  dans  la  tente  d'assignation,  de- 
vant le  voile;  -'et  il  y  lit  brûler  le  ])ar- 
fum  odoriférant,  comme  l'Eternel  l'a- 
vait ordonné  à  Moïse.  -'*I1  plaça  le 
rideau  à  l'entrée  du  tabernacle.  -Ml 
plaça  l'autel  des  holocaustes  à  l'entrée 
du  tabernacle,  de  la  tente  d'assigna- 
tion ;  et  il  y  offrit  l'holocauste  et  l'of- 
frande, comme  l'Eternel  l'avait  or- 
donné à  Moïse.  ^"11  plaça  la  cuve  entre 
la  tente  d'assignation  et  l'autel,  et  il  y 
mitde  l'eau  pour  les  ablutions  ;'' Moïse, 
Aaron  et  ses  fils,  s'y  lavèrent  les  mains 
et  les  pieds  ;  '-lorsqu'ils  entrèrent  dans 
la  tente  d'assignation  et  qu'ils  s'ap])ro- 
chèrent  de  l'autel,  ils  se  lavèrent,  com- 
me l'Eternel  l'avait  ordonné  à  Moïse. 
^'11  dressa  le  parvis  autour  du  taberna- 
cle et  de  l'autel,  et  il  mit  le  rideau  à  la 
]5orte  du  parvis.  Ce  fut  ainsi  que  Moïse 
acheva  l'ouvrage. 

^■'Alors  la  nuée  couvrit  la  tente  d'as- 
signation, et  la  gloire  de  l'Eternel  rem- 
plit le  tabernacle.  '^ Moïse  ne  pouvait 
pas  entrer  dans  latente  d'assignation, 
parce  que  la  nuée  restait  dessus,  et  cjue 
la  gloire  de  l'Eternel  remplissait  le  ta- 
bernacle. 

'•'Aussi  longtemps  que  durèrent  leurs 
marches,  les  enfants  d'Israël  partaient, 

la  loi. 


loy 


■  Chap.  40,^,38.  EXODE. 

quand  la  nuée  s'élevait  de  dessus  le  nel  était  de  jour  sur  le  tabernacle;  et 

tabernacle.  ^^Et  quand  la  nuée  ne  s'é-  de  nuit,  il  y  avait  un  feu,  aux  yeux  de 

levait  pas,  ils  ne  partaient  pas,  jusqu'à  toute  la  maison  d'Israël,  pendant  tou- 

ce  qu'elle  s'élevât.  ^^La  nuée  de  l'Éter-  tes  leurs  marches. 


LE  LEVITIQUE 


Les  holocaustes. 


Chap.  I.  'L'Éternel  appela  Moïse; 
il  lui  parla  depuis  la  tente  d'assigna- 
tion, et  dit:  -Parle  aux  enfants  d'Is- 
raël, et  dis-leur  : 

Lorsque  quelqu'un  d'entre  vous  fera 
une  offrande  à  l'Eternel,  il  offrira  du 
bétail,  du  gros  ou  du  menu  bétail. 

^Si  son  offrande  est  un  holocauste 
de  ffros  bétail,  il  offrira  un  mâle  sans 
défaut;  il  l'offrira  à  l'entrée  de  la  tente 
d'assignation,  devant  TEternel,  pour 
obtenir  sa  faveur.  ■'Il  posera  sa  main 
sur  la  tête  de  l'holocauste,  qui  sera 
agréé  de  l'Eternel,  pour  lui  servir  d'ex- 
piation. ^11  égorgera  le  veau  devant 
l'Eternel;  et  les  prêtres,  fds  d'Aaron, 
offriront  le  sang,  et  le  répandront  tout 
autour  sur  l'autel,  qui  est  à  l'entrée 
de  la  tente  d'assignation.  ^11  dépouil- 
lera l'holocauste,  et  le  coupera  par 
morceaux.  ''Les  fds  du  prêtre  Aaron 
mettront  du  feu  sur  l'autel,  et  arran- 
geront du  bois  sur  le  feu.  ^Les  prêtres, 
fils  d'Aaron,  poseront  les  morceaux, 
la  tête  et  la  graisse,  sur  le  bois  mis  au 
feu  sur  l'autel.  'II  lavera  avec  de  l'eau 
les  entrailles  et  les  jambes;  et  le  prê- 
tre brûlera  le  tout  sur  l'autel.  C'est  un 
holocauste,  un  sacrifice  consumé  par 
le  feu,  d'une  agréable  odeur  à  l'Eter- 
nel. 

'"Si  son  offrande  est  un  holocauste 
de  menu  bétail,  d'agneaux  ou  de  chè- 
vres, il  offrira  un  màle  sans  défaut. 
"Il  regorgera  au  côté  septentrional 
de  l'autel,  devant  l'Eternel;  et  les 
prêtres  ,  fils  d'Aaron  ,  en  répandront 
le  sauff  sur  l'autel  tout  autour.  '-Il  le 


coupera  par  morceaux  ;  et  le  prêtre  les 
posera,  avec  la  tête  et  la  graisse,  sur 
le  bois  mis  au  feu  sur  l'autel.  '^  II  lavera 
avec  de  l'eau  les  entrailles  et  les  jam- 
bes; et  le  prêtre  sacrifiera  le  tout,  et 
le  brûlera  sur  l'autel.  C'est  un  holo- 
causte, un  sacrifice  consumé  par  le  feu, 
d'une  agréable  odeur  à  l'Eternel. 

'■•Si  son  offrande  à  l'Eternel  est  un 
holocauste  d'oiseaux,  il  offrira  des 
tourterelles  ou  des  jeunes  pigeons. 
'^Le  prêtre  sacrifiera  l'oiseau  sur  l'au- 
tel; il  lui  ouvrira  la  tête  avec  l'ongle, 
et  la  brûlera  sur  l'autel,  et  il  exprimera 
le  sang  contre  un  côté  de  l'autel.  "*11 
ôtera  le  jabot  aA'ec  ses  plumes,  et  le 
jettera  près  de  l'autel,  vers  l'orient, 
dans  le  lieu  où  l'on  met  les  cendres. 
'"Il  déchirera  les  ailes,  sans  les  déta- 
cher; et  le  prêtre  brûlera  l'oiseau  sur 
l'autel,  sur  le  bois  mis  au  feu.  C'est  un 
holocauste,  un  sacrifice  consumé  par 
le  feu,  d'une  agréable  odeur  à  l'Eter- 
nel. 

Les  offrandes. 

Chap.  II.  'Lorsque  quelc[u'un  fera 
à  l'Eternel  une  offrande  en  don,  son 
offrande  sera  de  fleur  de  farine  ;  il  ver- 
sera de  l'huile  dessus,  et  il  y  ajoutera 
de  l'encens.  -Il  l'apportera  aux  prêtres, 
fils  d'Aaron  ;  le  prêtre  prendra  une 
poignée  de  cette  fleur  de  farine,  arro- 
sée d'huile,  avec  tout  l'encens,  et  il 
brûlera  cela  sur  l'autel  comme  souve- 
nir. C'est  une  offrande  d'une  agréable 
odeur  à  l'Eternel.  ^Ce  qui  restera  de 
l'offrande  sera  pour  Aaron  et  pour  ses 


111 


Chap.  '^,  ',-3, 10. 


LEVITIQUE. 


fils  ;  c'est  une  chose  très  sainte  parmi 
les  offrandes  consumées  par  le  feu  de- 
vant l'Eternel. 

"•Si  tu  fais  une  offrande  de  ce  qui  est 
cuit  au  four,  qu'on  se  serve  de  fleur  de 
farine,  et  que  ce  soient  des  gâteaux 
sans  levain  pétris  à  l'huile  et  des  ga- 
lettes sans  levain  arrosées  d'huile. 

'^Si  ton  offrande  est  un  gâteau  cuit 
à  la  poêle,  il  sera  de  fleur  de  farine 
pétrie  à  l'huile,  sans  levain.  ^Tu  le 
rompras  en  morceaux,  et  tu  verseras 
de  l'huile  dessus;  c'est  une  offrande. 

'Si  ton  offrande  est  un  gâteau  cuit 
sur  le  gril,  il  sera  fait  de  Heur  de  farine 
pétrie  à  l'huile. 

^Tu  apporteras  l'offrande  qui  sera 
faite  à  l'Eternel  avec  ces  choses-là  ; 
elle  sera  remise  au  prêtre,  qui  la  \)vé- 
sentera  sur  l'autel.  '^Le  prêtre  en  pré- 
lèvera ce  qui  doit  être  offert  comme 
souvenir,  et  le  brûlera  sur  l'autel. 
C'est  une  offrande  d'une  agréable 
odeur  à  l'Eternel.  '°Ce  qui  restera  de 
l'offrande  sera  pour  Aaron  et  pour  ses 
fils;  c'est  une  chose  très  sainte  parmi 
les  offrandes  consumées  par  le  feu 
devant  l'Eternel. 

''Aucune  des  offrandes  que  vous 
présenterez  à  l'Eternel  ne  sera  faite 
avec  du  levain;  car  vous  ne  brûlerez 
rien  qui  contienne  du  levain  ou  du 
miel  parmi  les  offrandes  consumées 
par  le  feu  devant  l'Eternel.  '"-Vous 
pourrez  en  offrir  à  l'Eternel  comme 
offrande  des  prémices;  mais  il  n'en 
sera  point  présenté  sur  l'autel  comme 
offrande  d'une  agréable  odeur.  '^Tu 
mettras  du  sel  sur  toutes  ces  offran- 
des, tu  ne  laisseras  ];)oint  ton  offrande 
manquer  du  sel,  signe  de  l'alliance  de 
ton  Dieu  ;  sur  toutes  tes  offrandes  tu 
mettras  du  sel. 

"Si  tu  fais  à  l'Eternel  une  offrande 
des  prémices,  tu  présenteras  des  épis 
nouveaux ,  rôtis  au  feu  et  broyés , 
comme  offrande  de  tes  pi'émices.  '^Tu 

rt.  /)n  dit  aussi  sacrifice  de  prospérité,  ou  sacrifice  pac 


verseras  de  l'huile  dessus,  et  tu  y  ajou- 
teras de  l'encens;  c'est  une  offrande. 
'^Le  prêtre  brûlera  comme  souvenir 
une  portion  des  épis  broyés  et  de 
l'huile,  avec  tout  l'encens.  C'est  une 
offrande  consumée  par  le  feu  devant 
l'Éternel. 

Les  sncrifices  d  actions  de  grâces. 

Chap.  III.  'Lorsque  quelqu'un  of- 
frira à  l'Eternel  un  sacrifice  d'actions 
de  grâces"  : 

S'il  offre  du  gros  bétail,  mâle  ou 
femelle,  il  l'offrira  sans  défaut,  devant 
l'Eternel.  -Il  posera  sa  main  sur  la  tête 
de  la  victime,  c[u'il  égorgera  à  l'entrée 
de  la  tente  d'assignation;  et  les  prê- 
tres, fils  d'Aaron,  répandront  le  sang- 
sur  l'autel  tout  autour.  ^De  ce  sacrifice 
d'actions  de  grâces  il  offrira  en  sacri- 
fice consumé  par  le  feu  devant  l'Eter- 
nel :  la  graisse  f[ui  couvre  les  entrail- 
les et  toute  celle  qui  y  est  attachée; 
'*les  deux  rognons,  et  la  graisse  qui  les 
entoure,  c{ui  couvre  les  flancs,  et  le 
grand  lobe  du  foie,  {[u'il  détachera 
près  des  rognons.  '^Les  fils  d'Aaron 
brûleront  cela  sur  l'autel,  par-dessus 
l'holocauste  qui  sera  sur  le  bois  mis 
au  feu.  (]'est  un  sacrifice  consumé  par 
le  feu,  d'une  agréable  odeur  à  l'Eter- 
nel. 

*S'il  offre  du  menu  bétail,  mâle  ou 
femelle,  en  sacrifice  d'actions  de  grâ- 
ces â  l'Eternel,  il  l'offrira  sans  défaut. 
'S'il  offre  en  sacrifice  un  agneau,  il  le 
présentera  devant  l'Eternel.  ''Il  posera 
sa  main  sur  la  tête  de  la  victime,  qu'il 
éffortjera  devant  la  tente  d'assignation; 

et         o  o  ' 

et  les  fils  d'Aaron  en  répandront  le 
sang  sur  l'autel  tout  autour.  ^De  ce  sa- 
crifice d'actions  de  grâces  il  offrira  en 
sacrifice  consumé  par  le  feu  devant 
l'Eternel  :  la  graisse,  la  queue  entière, 
qu'il  séparera  près  de  l'échiné,  la 
graisse  qui  couvre  les  entrailles  et 
toute  celle  qui  y  est  attachée,  '"les 

ifique. 


112 


LEVITIOUE. 


Chnp.  3, 11-4, 


18. 


deux  rognons,  et  la  graisse  qni  les  en- 
toure, qui  couvre  les  flancs,  et  le  grand 
lobe  du  foie,  qu'il  détachera  près  des 
rognons.  "Le  prêtre  brûlera  cela  sur 
l'autel.  C'est  l'aliment  d'un  sacrifice 
consumé  par  le  feu  devant  ri*]lernel. 

*-Si  son  offrande  est  une  chèvre,  il 
la  présentera  devant  l'Eternel.  '•''Il  po- 
sera sa  main  sur  la  tête  de  sa  victime, 
qu'il  égorgera  devant  la  tente  d'assi- 
gnation ;  et  les  fils  d'Aaron  en  répan- 
dront le  sang  sur  l'autel  tout  autour. 
'*De  la  victime,  il  offrira  en  sacrifice 
consumé  par  le  feu  devant  l'Eternel  : 
la  graisse  qui  couvre  les  entrailles  et 
toute  celle  qui  y  est  attachée,  '^les 
deux  rognons,  et  la  graisse  qui  les  en- 
toure, qui  couvre  les  flancs,  et  le  grand 
lobe  du  foie,  qu'il  détachera  près  des 
rognons.  *^Le  prêtre  brûlera  cela  sur 
l'autel.  Toute  la  graisse  est  l'aliment 
d'un  sacrifice  consumé  pai' le  feu,  d'une 
agréal)Ie  odeur  à  l'Eternel. 

'"C'est  ici  une  loi  perpétuelle  pour 
vos  descendants,  dans  tous  les  lieux 
où  vous  habiterez  :  vous  ne  mangerez 
ni  graisse  ni  sang. 

Les  sacrifices  d'expiation. 

Chap.  IV.  'L'Éternel  parla  à  Moïse, 
et  dit:  "Parle  aux  enfants  d'Israël,  et 
dis  : 

Lorsque  quelqu'un  péchera  involon- 
tairement contre  l'un  des  comman- 
dements de  l'Eternel,  en  faisant  des 
choses  qui  ne  doivent  point  se  faire,  — ■ 

^Si  c'est  le  prêtre  ayant  reçu  l'onc- 
tion qui  a  péché,  et  a  rendu  par  là  le 
peuple  coupable,  il  offrira  à  l'Eternel 
pour  le  péché  qu'il  a  commis  un  jeune 
taureau  sans  défaut,  en  sacrifice  d'ex- 
piation. *I1  amènera  le  taureau  à  l'en- 
trée de  la  tente  d'assignation,  devant 
l'Eternel;  et  il  posera  sa  main  sur  la 
tête  du  taureau,  qu'il  égorgera  devant 
l'Eternel.  ^Le  prêtre  ayant  reçu  l'onc- 
tion prendra  du  sang  du  taureau,  et 
l'apportera  dans  la  tente  d'assignation  ; 


*il  trempera  son  doigt  dans  le  sang,  et 
il  en  fera  sept  fois  l'aspersion  devant 
l'Éternel,  en  face  du  voile  du  sanc- 
tuaire. ^Le  prêtre  mettra  du  sang  sur 
les  cornes  de  l'autel  des  jiarfums  odo- 
riférants, qui  est  devant  l'Eternel  dans 
la  tente  d'assignation;  et  il  répandra 
tout  le  sang  du  taureau  au  ])ied  de 
l'autel  des  liolocaustes,  qui  est  à  l'en- 
trée de  la  tente  d'assignation.  '*!!  en- 
lèvera toute  la  graisse  du  taureau 
expiatoire ,  la  graisse  qui  couvre  les 
entrailles  et  toute  celle  qui  y  est  atta- 
chée, "les  deux  rognons,  et  la  graisse 
qui  les  entoure,  qui  couvre  les  flancs, 
et  le  grand  lobe  du  foie,  qu'il  déta- 
chera près  des  rognons.  '"Le  prêtre 
enlèvera  ces  parties  comme  on  les  en- 
lève du  taureau  dans  le  sacrifice  d'ac- 
tions de  grâces,  et  il  les  brûlera  sur 
l'autel  des  holocaustes.  "Mais  la  peau 
du  taureau,  toute  sa  chair,  avec  sa  tête, 
ses  jambes,  ses  entrailles  et  ses  excré- 
ments, '-le  taureau  entier,  il  l'empor- 
tera hors  du  camp,  dans  un  lieu  ]>ur, 
où  l'on  jette  les  cendres,  et  il  le  brû- 
lera au  feu  sur  du  bois  ;  c'est  sur  le  tas 
de  cendres  qu'il  sera  brûlé. 

'^Si  c'est  toute  l'assemblée  d'Israël 
qui  a  péché  involontairement  et  sans 
s'en  apercevoir,  en  faisant  contre  l'un 
des  commandements  de  l'Eternel  des 
choses  qui  ne  doivent  point  se  faire  et 
en  se  rendant  ainsi  cou]>able,  '*et  que 
le  péché  qu'on  a  commis  Aienne  à  être 
découvert,  l'assemblée  offrira  un  jeune 
taureau  en  sacrifice  d'expiation,  et  on 
l'amènera  devant  la  tente  d'assigna- 
tion. '^Les  anciens  d'Israël  poseront 
leurs  mains  sur  la  tète  du  taureau  de- 
vant l'Eternel,  et  on  égorgera  le  tau- 
reau devant  l'Éternel.  '^Le  prêtre  ayant 
reçu  l'onction  apportera  du  sang  du 
taureau  dans  la  tente  d'assignation; 
"il  tremjiera  son  doigt  dans  le  sang, 
et  il  en  fera  sept  fois  l'aspersion  de- 
vant l'Éternel,  en  face  du  voile.  "*I1 
mettra  du  sauiï  sur  les  cornes  de  l'au- 


113 


8   * 


Chap.  4, 19-5,  i. 


LEVITIOUE. 


tel,  qui  est  devant  rÉternel   dans  la  ^^ Le  prêtre  prendra  avec  son  doigt  du 

tente  d'assignation  ;  et  il  répandra  tout  sang  de  la  victime,  il  en  mettra  sur  les 

le  sang  au  pied  de   l'autel  des  holo-  cornes  de  l'autel  des  holocaustes,  et  il 

caustes,  ([ui  est  à  l'entrée  de  la  lente  répandra  tout  le  sang  au  pied  de  l'au- 

d'assignation.   ''•'Il    enlèvera    toute   la  tel.  ^' Le  prêtre  ôtera  toute  la  graisse, 

graisse  du  taureau,  et  il  la  brûlera  sur  comme  on  ôte  la  graisse  du  sacrifice 

l'autel.  -"11  fera  de  ce  taureau  comme  d'actions  de  grâces,  et  il  la  brûlera  sur 

du  taureau  expiatoire;  il  fera  de  même,  l'autel,    et   elle    sera    d'une    agréable 

C'est  ainsi  que  le  prêtre  fera  pour  eux  odeur  à  l'Eternel.   C'est  ainsi  que  le 

l'expiation,  et  il  leur  sera  pardonné,  prêtre  fera  pour  cet  homme  l'expia- 

-'II  emportera  le  taureau  hors  du  camp,  tion,  et  il  lui  sera  pardonné, 

et  il  le  brûlera  comme  le  premier  tau-  ^"-S'il  offre  un   agneau   en   sacrifice 

reau.    C'est    un    sacrifice    d'expiation  d'expiation,  il  offrira  une  femelle  sans 

])Our  l'assemblée.  défaut.  ^''11  posera  sa  main  sur  la  tête 

^-Si  c'est  un  chef  qui  a  péché,  en  de  la  victime,  qu'il  égorgera  en  sacri- 

faisant   involontairement  contre   l'un  fice  d'expiation  dans  le  lieu   où   l'on 

des  commandements  de  l'Eternel,  son  égorge   les    holocaustes.    ^■'Le   prêtre 

Dieu,  des  choses  qui  ne  doivent  point  prendra  avec  son  doigt  du  sang  de  la 

se  faire  et  en  se  rendant  ainsi  coupable,  victime,  il  en  mettra  sur  les  cornes  de 

-■'et  qu'il  vienne  à  découvrir  le  péché  l'autel  des  holocaustes,  et  il  répandra 

qu'il  a  commis,  il  offrira  en  sacrifice  tout  le  sang  au  pied  de  l'autel.   ^^Le 

un  bouc  mâle  sans  défaut.  -'Il  jiosera  prêtre  ôtera  toute  la  graisse,  comme 

sa  main  sur  la  tête  du  bouc,  qu'il  égor-  on  ôte  la  graisse  de  l'agneau  dans  le 

géra  dans  le  lieu  où  l'on  égorge  les  sacrifice  d'actions  de  grâces,  et  il  la 

holocaustes  devant  l'Eternel.  C'est  un  brûlera  sur  l'autel,  comme  un  sacrifice 

sacrifice  d'expiation.  ^^Le  prêtre  pren-  consumé  par  le  feu  devant  l'Eternel, 

dra  avec  son  doigt  du  sang  de  la  vie-  C'est  ainsi  que  le  prêtre  fera  pour  cet 

time  expiatoire,  il  en  mettra  sur  les  homme   l'expiation   du   péché  qu'il  a 

cornes  de  l'autel  des  holocaustes,  et  il  commis,  et  il  lui  sera  pardonné, 
répandra  le  sang  au  pied  de  l'autel  des 


Les  sacrifices  de  culpabilité. 

Chap.  V.  'Lorsquequelqu'un, après 
avoir  été  mis  sous  serment  comme  té- 
moin, péchera  en  ne  déclarant  pas  ce 
qu'il  a  vu  ou  ce  qu'il  sait,  il  restera 
chargé  de  sa  faute.  -Lorsquequelqu'un, 
sans   s'en    apercevoir,    touchera    une 


holocaustes.*" Il  brûlera  toute  lagraisse 
sur  l'autel,  comme  la  graisse  du  sacri- 
fice d'actions  de  grâces.  C'est  ainsi 
que  le  prêtre  fera  pour  ce  chef  l'expia- 
tion de  son  péché,  et  il  lui  sera  par- 
donné. 

"Si  c'est  quelqu'un  du  peuple  qui 
a  péché  involontairement,  en  faisant  chose  souillée,  comme  le  cadavre  d'un 
contre  l'un  des  commandements  de  animal  impur,  que  ce  soit  d'une  bête 
.l'Eternel  des  choses  qui  ne  doivent  sauvage  ou  domestique,  ou  bien  d'un 
point  se  faire  et  en  se  rendant  ainsi  reptile,  il  deviendra  lui-même  impur 
coupable,  ^''et  qu'il  vienne  à  découvrir  et  il  se  rendra  coupable.  'Lorsque,  ne 
le  péché  qu'il  a  commis,  il  offrira  en  le  sachant  pas  ou  le  sachant,  il  tou- 
sacrifice  une  chèvre,  une  femelle  sans  chera  une  souillure  humaine  quel- 
défaut,  pour  le  péché  qu'il  a  commis,  conque,  il  se  rendra  coupable.  *Lors- 
-^1  posera  sa  main  sur  la  tête  de  la  que  quelqu'un,  sans  s'en  apercevoir 
victime  expiatoire,  qu'il  égorgera  dans  ou  en  y  prenant  garde,  s'exprimera 
le  lieu  où  l'on  égorge  les  holocaustes,      légèrement  des    lèvres   et  jurera  de 

114 


LEVITIOUE. 


Cluip.   5,5-2'i. 


faire  du  mal  ou  du  bien,  de  quelque 
manière  que  ce  soit,  il  se  rendra  cou- 
jiaLlc. 

^Gelui  donc  qui  se  rendra  coupable 
de  l'une  de  ces  choses,  fera  Taveu  de 
son  j)éché.  "Puis  il  offrira  en  sacrifice 
<le  cul])abilité  à  l'Eternel,  ])our  le  pé- 
«hé  qu'il  a  commis,  une  femelle  de 
menu  bétail,  une  brebis  ou  une  chè- 
vre, comme  A^ctime  expiatoire.  Et  le 
prètie  fera  pour  lui  l'expiation  de  son 
péché. 

"S'il  n'a  pas  de  (juoi  se  procurer  une 
brebis  ou  une  chèvre,  il  offrira  en  sa- 
crifice de  culpabilité  à  l'i^Aernel  pour 
son  péché  deux  tourterelles  ou  deux 
jeunes  pigeons,  l'un  comme  victime 
expiatoire,  l'autre  comme  holocauste. 
*I1  les  apportera  au  prêtre,  qui  sacri- 
fiera d'abord  celui  (jui  doit  servir  de 
victime  expiatoire.  Le  prêtre  lui  ou- 
vrira la  tête  avec  l'ongle  près  de  la 
nuque,  sans  la  séparer;  "il  fera  sur  un 
côté  de  l'autel  l'aspersion  du  sang  de 
la  victime  ex]iiatoire,  et  le  reste  du 
sang  sera  exprimé  au  pied  de  l'autel  : 
c'est  un  sacrifice  d'expiation.  '"11  fera 
de  l'autre  oiseau  un  holocauste,  d'a- 
près les  règles  établies.  C'est  ainsi  que 
le  prêtre  fera  pour  cet  homme  l'expia- 
tion du  péché  qu'il  a  commis,  et  il  lui 
sera  pardonné. 

"S'il  n'a  pas  de  quoi  se  procurer 
deux  tourterelles  ou  deux  jeunes  pi- 
geons, il  ajiportera  en  offrande  jiour 
son  péché  un  dixième  d'éj^ha  de  fleur 
<Ie  farine,  comme  offrande  d'expiation  ; 
il  ne  mettra  point  d'huile  dessus,  et  il 
n'y  ajoutera  point  d'encens,  car  c'est 
une  offrande  d'expiation.  'Ml  l'apj^or- 
tera  au  prêtre,  et  le  prêtre  en  prendra 
une  poignée  comme  souvenir,  et  il  la 
l)rùlera  sur  l'autel,  comme  les  offran- 
des consumées  par  le  feu  devant  l'E- 
ternel :  c'est  une  offrande  d'expiation. 
'■'C'est  ainsi  que  le  prêtre  fera  pour  cet 
homme  l'expiation  du  ]iéché  fju'il  a 
commis    à    l'égard    de    l'une    de    ces 


o*^' 


choses,  et  il  lui  sera  pardonné.  Ce  qui 
restera  de  l'offrande  sera  pour  le  prê- 
tre, comme  dans  l'offrande  en  don. 
"L'Eternel  parla  à  Moïse,  et  dit  : 
'^Lorsque  quelqu'un  commettra  une 
infidélité  et  péchera  involontairement 
à  l'égard  des  choses  consacrées  à  l'E- 
ternel, il  offrira  en  sacrifice  de  culpa- 
bilité à  l'Eternel  pour  son  péché  un 
bélier  sans  défaut,  pris  du  troupeau 
d'après  ton  estimation  en  sicles  d'ar- 
gent, selon  le  sicle  du  sanctuaire.  '"Il 
donnera,  en  y  ajoutant  un  cinquième, 
la  valeur  de  la  chose  dont  il  a  frustré 
le  sanctuaire,  et  il  la  remettra  au  prê- 
tre. Et  le  prêtre  fera  pour  lui  l'expia- 
tion avec  le  bélier  offert  en  sacrifice  de 
culpabilité,  et  il  lui  sera  pardonné. 

'"Lorsque  quelqu'un  péchera  en  tai- 
sant, sans  le  savoir,  contre  l'un  des 
commandements  de  l'Eternel,  des  cho- 
ses qui  ne  doivent  point  se  faire,  il  se 
rendra  coupable  et  sera  chargé  de  sa 
faute.  'Ml  présentera  au  prêtre  en  sa- 
irifice  de  culpabilité  un  bélier  sans 
défaut,  pris  du  troupeau  d'après  ton 
estimation.  Et  le  prêtre  fera  pour  lui 
l'expiation  de  la  faute  qu'il  a  commise 
sans  le  savoir,  et  il  lui  sera  pardonné. 
'•'C'est  un  sacrifice  de  culpabilité.  Cet 
homme  s'était  rendu  coupable  envers 
l'Éternel. 

-"L'Eternel  parla  à  Moïse,  et  dit  : 
-'  Lorsque  cjuelqu'un  péchera  etcom- 
mettra  une  infidélité  envers  l'Eternel, 
eu  mentant  à  son  prochain  au  sujet 
d'undé])ôt,  d'unobjet  confié  à  sa  garde, 
d'une  chose  volée  ou  soustraite  par 
fraude,  *-en  niant  d'avoir  trouvé  une 
chose  perdue ,  ou  en  faisant  un  taux 
serment  sur  une  chose  quelconque  de 
nature  à  constituer  un  péché;  -'lors- 
(pi'il  péchera  ainsi  et  se  rendra  cou- 
pable, il  restituera  la  chose  qu'il  a  vo- 
lée ou  soustraite  par  fraude,  la  chose 
qui  lui  avait  été  confiée  en  dépôt,  la 
chose  perdue  qu'il  a  trouvée,  -*ou  la 
chose  quelconque  sur  laquelle  il  a  fait 


115 


Cliap.   5,23-6,72. 


LEVITIOUE. 


un  faux  serment.  Il  la  restituera  en  son 
entier,  y  ajoutera  un  cinquième,  et  la 
remettra  à  son  propriétaire,  le  jour 
même  où  il  offrira  son  sacrifice  de  cul- 


d'assignation.  '"On  ne  le  cuira  pas  avec 
du  levain.  C'est  la  part  que  je  leur  ai 
donnée  de  mes  offrandes  consumées 
par  le  feu.  C'est  une  chose  très-sainte, 


pabilité.  -^11  présentera  au  prêtre  en      comme  le  sacrifice  d'expiation  et  com- 


sacrifice  de  culpabilité  à  l'Eternel  pour 
son  péché  un  bélier  sans  défaut,  pris 
du  troupeau  d'après  ton  estimation. 
-^Et  le  prêtre  fera  pour  lui  l'expiation 
devant  l'Eternel ,  et  il  lui  sera  ])ar- 
donné,  quelle  que  soit  la  faute  dont  il 
se  sera  rendu  coupable. 

Règles  sur  les  Iwlocaustes.  les  offrandes 
et  les  dii'erses  espèces  de  sacrifiées. 

Chap.  17.  'L'Eternel  parla  à  Moïse, 
et  dit  :  -Donne  cet  ordre  à  Aaron  et  à 
ses  fils,  et  dis  : 

Voici  la  loi  de  l'holocauste.  L'holo- 
causte restera  sur  le  foyer  de  l'autel 
toute  la  nuit  jusciu'au  matin,  et  le  feu 
brûlera  sur  l'autel.  ''Le  prêtre  revêtira 
sa  tunique  de  lin,  et  mettra  des  cale- 
çons sur  sa  chair  ;  il  enlèvera  la  cendre 
faite  par  le  feu  qui  aura  consumé  l'ho- 


me le  sacrifice  de  culpabilité.  "Tout 
mâle  d'entre  les  enfants  d'Aaron  en 
mangera.  C'est  une  loi  perpétuelle  pour 
vos  descendants,  au  sujet  des  offrandes 
consumées  par  le  feu  devant  l'Eternel  : 
quiconcpie  y  touchera  sera  sanctifié. 
'"L'Eternel  parla  à  Moïse,  et  dit  : 
'•'Voici  l'offrande  qu'Aaron  et  ses  fils 
feront  à  l'Eternel,  le  jour  où  ils  rece- 
vront l'onction  :  un  dixième  d'épha  de 
ileur  de  farine,  comme  offrantie  per- 
pétuelle, moitié  le  matin  et  moitié  de 
soir.  '■'Elle  sera  préparée  à  la  poêle 
avec  de  l'huile,  et  tu  l'apporteras  frite  ; 
tu  la  présenteras  aussi  cuite  et  en  mor- 
ceauxcomme  une  offrande  d'une  agréa- 
ble odeur  à  l'Eternel.  '^Le  prêtre  qui, 
parmi  les  fils  d'Aaron,  sera  oint  pour 
lui  succéder,  fera  aussi  cette  offrande. 
C'est  une  loi  perpétuelle  devant  l'Eter- 
nel :  elle  sera  brûlée  en  entier.  '^Toute 


locauste  sur  l'autel,  et  il  la  déposera     offrande  d'un  prêtre  sera  brûlée  en  en- 
près  de  l'autel.  ''Puis  il  quittera  ses      tier;  elle  ne  sera  point  mangée. 


vêtements  et  en  mettra  d'autres,  pour 
porter  la  cendre  hors  du  camp ,  dans 
un  lieu  pur.  ^Le  feu  brûlera  sur  l'autel, 
il  ne  s'éteindra  point;  chaque  matin, 
le  prêtre  y  allumera  du  bois,  arrangera 
l'holocauste,  et  brûlera  la  graisse  des 
sacrifices  d'actions  de  grâces.  *Le  feu 
brûlera  continuellement  sur  l'autel,  il 
ne  s'éteindra  point. 

'Voici  la  loi  de  l'offrande.  Les  fils 
d'Aaron  la  présenteront  devant  l'Eter- 
nel, devant  l'autel.  "^Le  prêtre  prélè- 
vera une  ])oignée  de  la  fleur  de  farine 
et  de  l'huile,  avec  tout  l'encens  ajouté 
à  l'offrande,  et  il  brûlera  cela  sur  l'au- 
tel comme  souvenir  d'une  agréable 
odeur  à  l'Eternel.  ^Aaron  et  ses  fils 
mangeront  ce  qui  restera  de  l'offrande  ; 

dans  un 
la  tente 


ils  le  mangeront  sans  levain, 
lieu  saint,  dans  le  parvis  de 


'"L'Eternel  parla  à  Moïse,  et  dit  : 
"^ Parle  à  Aaron  et  à  ses  fils,  et  dis  : 

Voici  la  loi  du  sacrifice  d'expiation. 
C'est  dans  le  lieu  où  l'on  ég-oro-e  l'holo- 
caustecpie  sera  égorgée  devant  l'Eter- 
nel la  victime  pour  le  sacrifice  d'ex- 
piation :  c'est  une  chose  très  sainte. 
'"Le  prêtre  qui  offrira  la  victime  expia- 
toire la  mangera;  elle  sera  mangée 
dans  un  lieu  saint,  dans  le  parvis  de  la 
tente  d'assignation.  -"Quiconque  en 
toiichera  la  chair  sera  sanctifié.  S'il  en 
rejaillit  du  sang  sur  un  vêtement,  la 
place  sur  lacpielle  il  aura  rejailli  sera 
lavée  dans  un  lieu  saint.  '-'Le  vase  de 
terre  dans  lecpiel  elle  aura  cuit  sera 
brisé;  si  c'est  dans  un  vase  d'airain 
c[u'elle  a  cuit,  il  sera  nettoyé  et  lavé 
dans  l'eau.  --Tout  mâle  parmi  les  prê- 


tres en  mangera  :  c'est  une  chose  très 


116 


LEVITIQUE. 


Chap.  0,  is-T y'iCj. 


sainte.  "Mais  on  ne  mangera  ancune 
victime  expiatoire,  dont  on  apportera 
du  sang  dans  la  tente  d'assignation, 
pour  faire  l'expiation  dans  le  sanc- 
tuaire :  elle  sera  brûlée  au  feu. 

Chap.  VII.  'Voici  la  loi  du  sacrifice 
de  culpabilité  :  c'est  une  chose  très 
sainte.  -C'est  dans  le  lieu  où  l'on 
égorge  l'holocauste  que  sera  égorgée 
la  victime  pour  le  sacrifice  de  culpabi- 
lité. On  en  répandra  le  sang  sur  l'autel 
tout  autour.  ''On  en  offrira  toute  la 
graisse,  la  queue,  la  graisse  qui  couvre 
les  entrailles,  ''les  deux  rognons,  et  la 
graisse  qui  les  entoure,  qui  couvre  les 
flancs,  et  le  grand  lobe  du  foie,  qu'on 
détachera  près  des  rognons.  ^Le  prêtre 
brûlera  cela  sur  l'autel  en  sacrifice  con- 
sumé devant  l'Eternel.  C'est  un  sacri- 
fice de  culpabilité.  *Tout  mâle  parmi 
les  prêtres  en  mangera;  il  le  mangera 
dans  un  lieu  saint  :  c'est  une  chose 
très  sainte.  ''11  en  est  du  sacrifice  de 
culpa])ilité  comme  du  sacrifice  d'ex- 
piation ;  la  loi  est  la  même  pour  ces 
deux  sacrifices  :  la  victime  sera  pour 
le  prêtre  cjui  fera  l'expiation.  ^Le  prê- 
tre c[ui  offrira  l'holocaustede  quelqu'un 
aura  pour  lui  la  peau  de  l'holocauste 
([u'il  a  offert,  n'oute  offrande  cuite  au 
four,  préparée  sur  le  gril  ou  à  la  poèle, 
sera  pour  le  prêtre  qui  l'a  offerte. 
'"Toute  offrande  pétrie  à  l'huile  et  sè- 
che sera  pour  tous  les  fils  d'Aaron, 
pour  l'un  comme  pour  l'autre. 

"Voici  la  loi  du  sacrifice  d'actions 
de  grâces,  qu'on  offrira  à  l'Eternel.  '-Si 
(piel([u'un  l'offre  par  reconnaissance, 
il  offrira,  avec  le  sacrifice  d'actions  de 
grâces,  des  gâteaux  sans  levain  pétris 
à  l'huile,  des  galettes  sans  levain  ar- 
rosées d'huile,  et  des  gâteaux  de  fleur 
de  farine  frite  et  pétris  à  l'huile.  '^A 
ces  gâteaux  il  ajoutera  du  pain  levé 
pour  son  offrande,  avec  son  sacrifice 
de  reconnaissance  et  d'actions  de  trrà- 
ces.  '*0n  présentera  par  élévation  à 
l'Eternel  une   portion  de   chaque  of- 


frande; elle  sera  pour  le  prêtre  qui  a 
répandu  le  sang  de  la  victime  d'actions 
de  grâces.  "*La  chair  du  sacrifice  de 
reconnaissance  et  d'actions  de  grâces 
sera  mangée  le  jour  où  il  est  offert;  on 
n'en  laissera  rien  jusqu'au  matin.  "'Si 
cpielqu'un  offre  un  sacrifice  pour  l'ac- 
complissement d'un  vœu  ou  comme 
offrande  volontaire,  la  victime  sera 
mangée  le  jour  où  il  l'offrira,  et  ce  qui 
en  restera  sera  mangé  le  lendemain. 
"Ce  qui  restera  de  la  chair  de  la  vic- 
time sera  brûlé  au  feu  le  troisième  jour. 
'*Dans  le  cas  où  l'on  mangerait  de  la 
chair  de  son  sacrifice  d'actions  de  grâ- 
ces le  troisième  jour,  le  sacrifice  ne 
sera  point  agréé;  il  n'en  sera  pas  tenu 
compte  â  celui  qui  l'a  offert;  ce  sera 
une  chose  infecte,  et  quiconque  en 
mangera  restera  chargé  de  sa  faute. 
'^La  chair  qui  a  touché  quelque  chose 
d'im]>ur  ne  sera  point  mangée  :  elle 
sera  brûlée  au  feu.  -"Tout  homme  pur 
peut  manger  de  la  chair;  mais  celui 
qui,  se  trouvant  en  état  d'impureté, 
mangera  de  la  chair  du  sacrifice  d'ac- 
tions de  grâces  qui  appartient  à  l'Éter- 
nel, celui-là  sera  retranché  de  son  peu- 
ple. -'Et  celui  qui  touchera  quelque 
chose  d'im])ur,  une  souillure  humaine, 
un  animal  impur,  ou  quoi  que  ce  soit 
d'impur,  et  qui  mangera  de  la  chair  du 
sacrifice  d'actions  de  grâces  qui  appar- 
tient â  l'Eternel,  celui-là  sera  retran- 
ché de  son  peuple. 

--L'Eternel  parla  à  Moïse,  et  dit  : 
"Parle  aux  enfants  d'Israël,  et  dis  : 

Vous  ne  mangerez  point  de  graisse 
de  bœuf,  d'agneau  ni  de  chèvre.  "La 
graisse  d'une  bête  morte  ou  déchirée 
pourra  servir  â  un  usage  quelconque; 
mais  vous  ne  la  mangerez  point.  -^Gar 
celui  qui  mangera  de  la  graisse  des 
animaux  dont  on  offre  â  l'Eternel  des 
sacrifices  consumés  par  le  feu,  celui-là 
sera  retranché  de  son  peuple.  "Vous 
ne  mangerez  point  de  sang,  ni  d'oi- 
seau, ni  de  bétail,  dans  tous  les  lieux 


117 


Chap.  7,T,-8, 


16. 


LEVITIQUE. 


où  vous  habiterez.  -"Celui  qui  mangera 
du  sang  d'une  espèce  quelconque,  ce- 
lui-là sera  retranché  de  son  peuple. 

-*L'Eternel  parla  à  Moïse,  et  dit  : 
-'^ Parle  aux  entants  d'Israël,  et  dis  : 

Celui  qui  offrira  à  l'Eternel  son  sa 


Consécration  d'Aaron  et  de  ses  fils. 

Chap.  VIII.  *  L'Eternel  parla  à 
Moïse,  et  dit  :  -Prends  Aaron  et  ses  fds 
avec  lui,  les  vêtements,  l'huile  d'onc- 
tion, le  taureau  expiatoire,   les  deux 


crifice  d'actions  de  grâces  apportera  béliers  et  la  corbeille  de  pains  sans  le- 

son  offrande  à  l'Eternel,  prise  sur  son  vain;  'et  convoque  toute  l'assemblée 

sacrifice  d'actions  de  grâces.  '"Il  ap-  à  l'entrée  de  la  tente  d'assignation, 
portera  de  ses  propres  mains  ce  qui  ^ Moïse  fit  ce  que  l'Eternel  lui  avait 

doit  être  consumé  par  le  feu  devant  ordonné;etrassembléeseréunitàren- 

l'Eternel;  il  apportera  la  graisse  avec  trée  de  la  tente  d'assignation.  ^Moïse 

la  poitrine,  la  poitrine  pour  l'agiter  de  dit  à  l'assemblée  :  Voici  ce  que  l'Eter- 

côté  et  d'autre  devant  l'Eternel.  ''Le  nel  a  ordonné  de  faire, 
jirêtre  brûlera  la  graisse  sur  l'autel,  et  ^Moïse  fit  approcher  Aaron  et  ses 

la  poitrine  sera  pour  Aaron  et  pour  ses  fils,  et  il  les  lava  avec  de  l'eau.  "Il  mit 

fils.  '^Dans  vos  sacrifices  d'actions  de  à  Aaron  la  tunique,  il  le  ceignit  de  la 

grâces,  vous  donnerez  au  prêtre  lé-  ceinture,  il  le  revêtit  de  la  robe,  et  il 

paule  droite,  en  la  présentant  par  élé-  plaça  sur  lui  l'éphod,  qu'il  serra  avec 

vation.  '-^Celui  des  fils  d'Aaron  qui  of-  la  ceinture  de  l'éphod  dont  il  le  revê- 

frira  le  sang  et  la  graisse  du  sacrifice  tit.  *I1  lui  mit  le  pectoral,  et  il  joignit 

d'actions  de  grâces  aura  l'épaule  droite  au  pectoral  l'urim  et  le  thummim.  ^11 

]iour  sa  part.  '*Car  je  prends  sur  les  posa  la  tiare  sur  sa  tête,  et  il  plaça  sur 

sacrifices  d'actions  de  grâces  offerts  le  devant  de  la  tiare  la  lame  d'or,  dia- 

parlesenfantsd'Israëllapoitrinequ'on  dème  sacré,  comme   l'Eternel  l'avait 

agitera  de  côté  et  d'autre  et  l'épaule  ordonné  à  Moïse. 

qu'on  présentera  par  élévation,  et  je  '"Moïse  prit  l'huile  d'onction,  il  oi- 

les  donne  au  prêtre  Aaron  et  à  ses  fils,  gnit  le  sanctuaire  et  toutes  les  choses 

par  une  loi  perpétuelle  cju'observeront  qui  y  étaient,  et  le  sanctifia.  "Il  en  fit 

les  enfants  d'Israël.  '^ C'est  là  le  droit  sept  fois  l'aspersion  sur  l'autel,  et  il 

que  l'onction  d'Aaron  et  de  ses  fils  leur  oignit  l'autel  et  tous  ses  ustensiles,  et 

donnera  sur   les  sacrifices  consumés  la  cuve  avec  sa  Jjase,  afin  de  les  sanc- 

par  le  feu  devant  l'Eternel,  depuis  le  tifier.  '-Il  répandit  de  l'huile  d'onction 

jour  où  ils  seront  présentés  pour  être  â  sur  la  tête  d'Aaron,  et  l'oignit,  afin  de 

mon  service  dans  le  sacerdoce. '^C'est  le  sanctifier.  "Moïse  fit  aussi  appro- 

ce  c|ue  l'Éternel  ordonne  aux  enfants  cher  les  fils  d'Aaron  ;  il  les  revêtit  de 

d'Israël  de  leur  donner  depuis  le  jour  tuniques,  les  ceignit  de  ceintures,  et 

de  leur  onction;  ce  sera  une  loi  perpé-  leur  attacha  des  bonnets,  comme  l'E- 

tuelle  parmi  leurs  descendants.  ternel  l'avait  ordonné  à  Moïse. 

'"Telle  est  la  loi  de  l'holocauste,  de  '■'Il  fit  approcher  le  taureau  expia- 

l'offrande,  du  sacrifice  d'expiation ,  du  toire,  et  Aaron  et  ses  fils  posèrent  leurs 

sacrifice  de  culpabilité,  de  la  consé-  mains  sur  la  tête  du  taureau  expiatoire, 

cration,  et  du   sacrifice   d'actions  de  '=Moïse  l'égorgea,  prit  du  sang,  et  en 

grâces.  "*L'Eternel  la  prescrivit  à  Moïse  mit  avec  son  doigt  sur  les  cornes  de 

sur  la  montagne  de  Sinaï,  le  jour  où  il  l'autel  tout  autour,  et  |mrifia  l'autel; 

ordonna  aux  enfants  d'Israël  de  pré-  il  répandit  le  sang  au  pied  de  l'autel, 

senter  leurs  offrandes  à  l'Eternel  dans  et  le  sanctifia  pour  y  faire  l'expiation, 

le  désert  de  Sinaï.  '^11  prit  toute  la  graisse  qui  couvre  les 

118 


LEVITIQUE. 


Cliap.  8,  i--9,3. 


entrailles,  le  grand  lobe  du  foie,  et  les 
deux  rognons  avee  leur  graisse,  et  il 
brûla  cela  sur  l'autel. '"Mais  il  brûla  au 
teu  hors  du  camp  le  taureau,  sa  peau, 
sa  chair  et  ses  excréments,  comme 
l'Eternel  l'avait  ordonné  à  Moïse. 

'Ml  fit  a])procher  le  bélier  de  l'holo- 
causte, et  Aaron  et  ses  fils  posèrent 
leurs  mainssur  latètedubélier.  '^Moïse 
l'égorgea,  et  répandit  le  sang  sur  l'au- 
tel tout  autour.  -"Il  coupa  le  bélier  par 
morceaux,  et  il  brûla  la  tête,  les  mor- 
ceaux et  la  graisse.  -'Il  lava  avec  de 
l'eau  les  entrailles  et  les  jambes,  et  il 
brûla  tout  le  bélier  sur  l'autel  :  ce  fut 
l'holocauste,  ce  fut  un  sacrifice  con- 
sumé par  le  feu,  d'une  agréable  odeur 
à  l'Eternel,  comme  l'Eternel  l'avait  or- 
donné à  Moïse. 

^-11  fit  approcher  l'autre  bélier,  le 
bélier  de  consécration,  et  Aaron  et  ses 
fils  posèrent  leurs  mains  sur  la  tète  du 
bélier.  -'^ Moïse  égorgea  le  bélier,  prit 
de  son  sang,  et  en  mit  sur  le  lobe  de 
1  oreille  droite  d' Aaron,  sur  le  pouce 
de  sa  main  droite  et  sur  le  gros  orteil 
de  son  pied  droit.  -''Il  fitapjirocher  les 
fils  d'Aaron,  mit  du  sang  sur  le  lobe 
de  leur  oreille  droite,  sur  le  pouce  de 
leur  main  droite  et  sur  le  gros  orteil 
de  leur  pied  droit,  et  il  ré])andit  le  sang- 
sur  l'autel  tout  autour.  -Ml  prit  la 
graisse,  la  queue,  toute  la  graisse  qui 
couvre  les  entrailles,  le  grand  lobe  du 
foie,  les  deux  rognons  avec  leur  graisse, 
et  l'épaule  droite;  -'^il  prit  aussi  dans 
la  corbeille  de  pains  sans  levain,  pla- 
cée devant  l'Eternel,  un  gâteau  sans 
levain,  un  gâteau  de  pain  à  l'huile  et 
une  galette,  et  il  les  posa  sur  les  grais- 
ses et  sur  l'épaule  droite.  -'Il  mit  tou- 
tes ces  choses  sur  les  mains  d'Aaron 
et  sur  les  mains  de  ses  fils,  et  il  les 
agita  de  côté  et  d'autre  devant  l'Eter- 
nel. -*Puis  Moïse  les  ôta  de  leurs  mains, 
et  il  les  brûla  sur  l'autel,  par-dessus 
liiolocauste  :  ce  fut  le  sacrifice  de  con- 
sécration, ce  fut  un  sacrifice  consumé 


par  le  feu,  d'une  agréable  odeur  à  l'E- 
ternel. -'Moïse  prit  la  poitrine  du  bé- 
lier de  consécration,  et  il  l'agita  de 
côté  et  d'autre  devant  rEternel  :  ce  fut 
la  portion  de  Moïse,  comme  l'Eternel 
l'avait  ordonné  à  Moïse. 

'"Moïse  prit  de  l'huile  d'onction  et 
du  sang  qui  était  sur  l'autel;  il  en  fit 
l'aspersion  sur  Aaron  et  sur  ses  vête- 
ments, sur  les  fils  d'Aaron  et  sur  leurs 
vêtements;  et  il  sanctifia  Aaron  et  ses 
vêtements,  les  fils  d'Aaron  et  leurs  vê- 
tements avec  lui. 

".Moïse  dit  à  Aaron  et  à  ses  fils  : 
Faites  cuire  la  chair  à  l'entrée  de  la 
tente  d'assignation  ;  c'est  là  que  vous 
la  mangerez,  avec  le  pain  qui  est  dans 
la  corbeille  de  consécration,  comme  je 
l'ai  ordonné,  en  disant  :  Aaron  et  ses 
fils  la  mangeront.  ^^  Vous  brûlerez  dans 
le  feu  ce  qui  restera  de  la  chair  et  tlu 
]iain.  "'Pendant  sejit  jours,  vous  ne  sor- 
tirez point  de  l'entrée  de  la  tente  d'as- 
signation, jusqu'à  ce  que  les  jours  de 
votre  consécration  soient  accomplis; 
car  sept  jours  seront  employés  à  vous 
consacrer.  '*Ce  c£ui  s'est  fait  aujour- 
d'hui, l'Eternel  a  ordonné  de  le  faire 
comme  expiation  pour  vous. '^  Vous  res- 
terez donc  sept  jours  à  l'entrée  de  la 
tented'assignation.jouret  nuit,  et  vous 
observerez  les  commandements  de  l'E- 
ternel, afin  que  vous  ne  mouriez  pas  ; 
car  c'est  là  ce  qui  m'a  été  ordonné. 
'^ Aaron  et  ses  fils  firent  toutes  les  cho- 
ses que  l'Eternel  avait  ordonnées  par 
Moïse. 

Premiers  sacrifices  offerts  par  Aaron  et  ses  fils. 

Chap.  IX.  '  Le  huitième  jour,  Moïse 
aj^pela  Aaron  et  ses  fils,  et  les  anciens 
d'Israël.  -Il  dit  à  Aaron  :  Prends  un 
jeune  veau  pour  le  sacrifice  d'expia- 
tion, et  un  bélier  pour  l'holocauste, 
l'un  et  l'autre  sans  défaut,  et  sacrifie- 
les  devant  l'Eternel.  'Tu  parleras  aux 
enfants  d'Israël,  et  tu  diras  :  Prenez  un 
bouc,  pour  le  sacrifice  d'expiation  ;  un 


19 


Chap.  0,'.-W,> 


LEVITIQUE. 


veau  et  un  agneau,  âgés  d'un  an  et  sans  locauste  du  matin.  'Ml  égorgea  le  bœuf 
défaut,  pour  rholocauste;  ■'un  bœuf  et  et  le  bélier,  en  sacrifice  d'actions  de 
un  bélier,  pour  le  sacrifice  d'actions  de  grâces  pour  le  peuple.  Les  fils  d'Aaron 
grâces,  afin  de  les  sacrifier  devant  TE-  lui  présentèrent  le  sang,  et  il  le  répan- 
ternel  ;  et  une  offrande  pétrie  à  l'huile,  dit  sur  l'autel  tout  autour.  'Mis  lui  pré- 
Car  aujourd'hui  l'Eternel  vous  appa-  sentèrent  la  graisse  du  bœuf  et  du  bé- 
raîtra.  lier,  la  queue,  la  graisse  qui  couvre  les 

Mis  amenèrent  devant  la  tente  d'as-  entrailles,  les  rognons,  etle grand  lobe 

signation  ce  que  Moïse  avait  ordonné  ;  du  foie  ;  -"  ils  mirent  les  graisses  sur  les 

et  toute  l'assemblée  s'approcha,  et  se  poitrines,  et  il  brûla  les  graisses  sur 

tint  devant  l'Eternel.  '^Moïse  dit  :  Vous  l'autel.  -'Aaron  agita  de  côté  et  d'autre 

ferez  ce  que  l'Eternel  a  ordonné;  et  la  devant  l'Éternel  les  poitrines  et  l'é- 

gloire   de   l'Eternel   vous   apparaîtra,  paule  droite,  comme  Moïse  l'avait  or- 

^ Moïse  dit  à  Aaron  :  Approche-toi  de  donné. 

l'autel;  offre  ton  sacrifice  d'expiation  -'-Aaron  leva  ses  mains  vers  le  peu- 
et  ton  holocauste,  et  fais  l'expiation  pie,  et  il  le  bénit.  Puis  il  descendit; 
pour  toi  et  pour  le  peuple;  offre  aussi  après  avoir  offert  le  sacrifice  d'expia- 
le  sacrifice  du  peuple,  et  fais  l'expia-  tion,  l'holocauste  et  le  sacrifice  d'ac- 
tion pour  lui,  comme  l'Eternel  l'a  or-  tions  de  grâces. 
donné.  "Moïse  et  Aaron  entrèrent  dans  la 

^Aaron  s'approcha  de  l'autel,  et  il  tente  d'assignation.  Lorsqu'ils  en  sor- 

égorgea    le   veau   pour    son    sacrifice  tirent,  ils  bénirent  le   peuple.  Et  la 

d'expiation.  'Les  fils  d'Aaron  lui  pré-  gloire  de  l'Eternel  apparut  â  tout  le 

sentèrent  le  sang;  il  trempa  son  doigt  peuple.  -''Le  feu  sortit  de  devant  l'E- 

dans  le  sang,  en  mit  sur  les  cornes  de  ternel,  et  consuma  sur  l'autel  l'holo- 

l'autel,  et  répandit  le  sang  au  pied  de  causte  et  les  graisses.  Tout  le  peuple 

l'autel.  '"Il  brûla  sur  l'autel  la  graisse,  le  vit;  et  ils  poussèrent  des  cris  de  joie, 

les  rognons,  et  le  grand  lobe  du  foie  et  se  jetèrent  sur  leur  face, 
de  la  victime  expiatoire,  comme  l'E- 
ternel l'avait  ordonné  à  Moïse.  "Mais  ^"'-^  fi^'  cV  Aaron  consumés  par  le  feu 

■  11,1  i'        I  ]  11-  '"'''  l'Eternel. 

il  brûla  au  teu  hors  du  camp  la  chair 

et  la  peau.  Chap.  X.     'Les  fils  d'Aaron,  Nadab 

'^11   égorgea   l'holocauste.    Les   fils  et  Abihu,  prirent  chacun  un  brasier,  y 

d'Aaron  lui  présentèrent  le  sang,  et  il  mirent  du  feu,  et  posèrent  du  parfum 

le  répandit  sur  l'autel  tout  autour.  '^Ils  dessus;  ils  apportèrent  devant  l'Eter- 

lui  présentèrent  l'holocauste  coupé  par  nel  du  feu  étranger,  ce  qu'il  ne  leur 

morceaux,  avec  la  tête,  et  il  les  brûla  avait  point  ordonné.  ^Alors  le  feu  sor- 

sur  l'autel.  '^11  lava  les  entrailles  etles  tit  de  devant  l'Eternel,  et  les  consuma: 

jambes,  et  il  les  brûla  sur  l'autel,  par-  ils  moururent  devant  l'Eternel, 
dessus  l'holocauste.  -'Moïse  dit  à  Aaron  :  C'est  ce  quel'E- 

'^Ensuite,  il  offrit  le  sacrifice  du  peu-  ternel  a  déclaré,  lorsqu'il  a  dit  :  Je  se- 
ple.  Il  prit  le  bouc  pour  le  sacrifice  rai  sanctifié  par  ceux  qui  s'approchent 
expiatoire  du  peuple,  il  l'égorgea,  et  de  moi,  et  je  serai  glorifié  en  présence 
rolfritenexpiation,conimelapremière  de  tout  le  peuple.  Aaron  garda  le  si- 
victime. 'Ml  offrit  l'holocauste,  et  le  sa-  lence.  *Et  Moïse  appela  Mischaèl  et 
crifia,  d'après  les  règles  établies.  "11  Eltsaphan,  fils  d'Uziel,  oncle  d'Aaron, 
présenta  l'offrande,  en  prit  une  poi-  et  il  leur  dit  :  Approchez-vous,  empor- 
gnée,  et  la  brûla  sur  l'autel,  outre  l'ho-  tez  vos  frères  loin  du  sanctuaire,  hors 

120 


LEVITIQUE. 


Chap.  10,5-11,'.. 


du  camp.  ^Ils  s'approchèrent,  et  ils  les     a  été  présentée  par  élévation  ;  car  elles 
emportèrent  dans  leurs  tuniques  hors 
du  camp,  comme  Moïse  l'avait  dit. 

"Moïse  dit  à  Aaron,  à  Eléazar  et  à 
Ithamar,  fils  d'Aaron  :  Vous  ne  décou- 
vrirez point  vos  tètes,  et  vous  ne  dé- 
chirerez point  vos  vêtements,  de  peur 


vous  sont  données,  comme  ton  droit 
et  le  droit  de  tes  fils,  dans  les  sacrifices 
d'actions  de  grâces  des  enfants  d'Israël. 
'Mis  apporteront,  avec  les  graisses  des- 
tinées à  être  consumées  par  le  feu,  l'é- 
paule que  l'on  présente  par  élévation 


que  vous  ne  mouriez,  et  que  l'Eternel      et  la  poitrine  que  l'on  agite  de  coté  et 

d'autre  devant  l'Éternel  :  elles  seront 
pour  toi  et  pour  tes  fils  avec  toi,  par 
une  loi  jierpétuelle,  comme  l'Eternel 
l'a  ordonne. 

'"Moïse  chercha  le  bouc  expiatoire; 
et  voici,  il  avait  été  brûlé.  Alors  il  s'ir- 
rita contre  Eléazar  et  Ithamar,  les  fils 
qui  restaient  à  Aaron,  et  il  dit  :  "Pour- 
quoi n'avez-vous  pas  mangé  la  victime 
expiatoire  dans  le  lieu  saint?  C'est  une 
chose  très  sainte;  et  l'Eternel  vous  l'a 
donnée,  afin  que  vous  portiez  l'iniquité 
de  l'assemblée,  afin  que  vous  fassiez 
pour  elle  l'expiation  devant  l'Eternel. 
'■Voici,  le  sang  de  la  victime  n'a  point 
été  porté  dans  l'intérieur  du  sanctuaire; 
vous  deviez  la  manger  dans  le  sanc- 
tuaire, comme  cela  m'avait  été  or- 
donné. '^Aaron  dit  à  Moïse  :  Voici,  ils 
ont  offert  aujourd'hui  leur  sacrifice 
d'expiation  et  leur  holocauste  devant 
l'Eternel  ;  et,  après  ce  qui  m'est  arrivé, 
si  j'eusse  mangé  aujourd'hui  la  victime 
expiatoire,  cela  aurait-il  été  bien  aux 
yeux  de  l'Eternel?  ^^ Moïse  entendit  et 
approuva  ces  paroles. 

Loi  sur  les  aniniau.v  purs  et  impurs. 

Chap.  XI.  '  L'Éternel  parla  à  Moïse 
et  à  Aaron,  et  leur  dit  :  -Parlez  aux  en- 
fants d'Israël,  et  dites  : 

Voici  les  animaux  dont  vous  mange- 
rez parmi  toutes  les  bêtes  qui  sont  sur 
la  terre.  ^Vous  mangerez  de  tout  ani- 
mal qui  a  la  corne  fendue,  le  pied  four- 
ché, et  c[ui  rumine.  *Mais  vous  ne 
mangerez  pas  de  ceux  cjui  ruminent 
seulement,  ou  qui  ont  la  corne  fendue 
seulement.  Ainsi,  vous  ne  mangerez 
pas  le  chameau,  qui  rumine,  mais  qui 


ne  s  irrite  contre  toute  l'assemblée. 
Laissez  vos  frères,  toute  la  maison  d'Is- 
raël, |ileurer  sur  l'embrasement  que 
l'Eternel  a  allumé.  'Vous  ne  sortirez 
point  de  l'entrée  de  la  tente  d'assigna- 
tion, de  peur  cjue  vous  ne  mouriez; 
car  l'huile  de  l'onction  de  l'Eternel  est 
sur  vous.  Ils  firent  ce  cjue  Moïse  avait 
dit. 

Défense  à  Aaron  et  à  ses  fils  de  lioirc  du  ^'in, 
avant  d'entrer  dans  le  tabernacle.  —  Por- 
tions des  offrandes  et  des  victimes,  qui  leur 
sont  réservées. 

*L'Eternel  parla  à  Aaron,  et  dit  :  ''Tu 
ne  boiras  ni  vin,  ni  boisson  enivrante, 
toi  et  tes  fils  avec  toi,  lorsque  vous  en- 
trerez dans  la  tente  d'assignation,  de 
peur  que  vous  ne  mouriez  :  ce  sera  une 
loi  perpétuelle  parmi  vos  descendants, 
'"afin  que  vous  puissiez  distinguer  ce 
qui  est  saint  de  ce  qui  est  profane,  ce 
qui  est  impur  de  ce  qui  est  pur,  "et 
enseigner  aux  enfants  d'Israël  toutes 
les  lois  que  l'Éternel  leur  a  données 
par  Moïse. 

'-Moïse  dit  à  Aaron,  à  Eléazar  et  à 
Ithamar,  les  deux  fils  cjui  restaient  à 
Aaron  :  Prenezce  qui  reste  de  l'offrande 
parmi  les  sacrifices  consumés  parle  feu 
devant  l'i^lternel,  et  manoez-le  sans  le- 
vain  près  de  l'autel  :  car  c'est  une  chose 
très  sainte.  '^Vous  le  mangerez  dans 
un  lieu  saint,  c'est  ton  droit  et  le  droit 
de  tes  fils  sur  les  offrandes  consumées 
par  le  feu  devant  l'Éternel  ;  car  c'est  là 
ce  qui  m'a  été  ordonné.  '*  Vous  mange- 
rez aussi  dans  un  lieu  pur,  toi,  tes  fils 
et  tes  filles  avec  toi,  la  poitrine  cju'on  a 
agitée  de  côté  et  d'autre  et  l'épaule  qui 


121 


Chap.  11,5-3!,. 


LEVITIQUE. 


n'a  pas  la  corne  fendue  :  vous  le  regar- 
derez comme  impur.  ^Vous  ne  man- 
gerez pas  le  lapin,  qui  rumine,  mais 
qui  n'a  pas  la  corne  fendue  :  vous  le 
regarderez  comme  impur.  "Vous  ne 
mangerez  pas  le  lièvre,  qui  rumine, 
mais  qui  n'a  pas  la  corne  fendue  :  vous 
le  regarderez  comme  impur.  ^Vous  ne 
mangerez  pas  le  porc,  qui  a  la  corne 
fendue  et  le  pied  fourché,  mais  qui  ne 
rumine  pas  :  vous  le  regarderez  comme 
impur.  ^Vous  ne  mangerez  pas  de  leur 
chair,  et  vous  ne  toucherez  pas  leurs 
corps  morts  :  vous  les  regarderez  com- 
me impurs. 

'Voici  les  animaux  dont  vous  man- 
gerez parmi  tous  ceux  qui  sont  dans 
les  eaux.  Vous  mangerez  de  tous  ceux 
qui  ont  des  nageoires  et  des  écailles, 
et  qui  sont  dans  les  eaux,  soit  dans  les 
mers,  soit  dans  les  rivières.  '"Mais  vous 
aurez  en  abomination  tous  ceux  qui 
n'ont  pas  des  nageoires  et  des  écailles, 
parmi  tout  ce  qui  se  meut  dans  les  eaux 
et  tout  ce  qui  est  vivant  dans  les  eaux, 
soit  dans  les  mers,  soit  dans  les  riviè- 
res. "Vous  les  aurez  en  abomination, 
vous  ne  mangerez  pas  de  leur  chair,  et 
vous  aurez  en  abomination  leurs  corps 
morts.  '-Vous  aurez  en  abomination 
tous  ceux  qui,  dans  les  eaux,  n'ont  pas 
des  nageoires  et  des  écailles. 

'^Voici,  parmi  les  oiseaux,  ceux  que 
vous  aurez  en  abomination,  et  dont  on 
ne  mangera  pas  :  l'aigle,  l'orfraie  et 
l'aigle  de  mer;  '*le  milan,  l'autour  et 
ce  qui  est  de  son  espèce  ;  '^le  corbeau 
et  toutes  ses  espèces;  '^l'autruche,  le 
hibou,  la  mouette,  l'épervier  et  ce  qui 
est  de  son  espèce;  "le  chat-huant,  le 
plongeon  et  la  chouette  ;  '*le  cygne,  le 
pélican  et  le  cormoran;  ''la  cigogne, 
le  héron  et  ce  qui  est  de  son  espèce,  la 
huppe  et  la  chauve-souris. 

'-"Vous  aurez  en  abomination  tout 
reptile"  qui  vole  et  qui  marche  sur  qua- 


a.  Le  nom  de  reptiles  est  donné  aux  insectes  ailés  et 
la  terre.         b.  Héb.  Xarbé.   Les  trois  noms  qui  suivent 


tre  pieds.  -'Mais,  parmi  tous  les  repti- 
les qui  volent  et  qui  marchent  sur  qua- 
tre pieds,  vous  mangerez  ceux  qui  ont 
des  jambes  au-dessus  de  leurs  pieds, 
pour  sauter  sur  la  terre.  --Voici  ceux 
que  vous  mangerez  :  la  sauterelle*,  le 
solam ,  le  hargol  et  le  hagab,  selon  leurs 
espèces.  -^Vous  aurez  en  abomination 
tous  les  autres  reptiles  qui  volent  et 
qui  ont  c{uatre  pieds,  -^lls  vous  ren- 
dront impurs  :  quiconque  touchera 
leurs  corps  morts  sera  impur  jusqu'au 
soir,  "-^etquiconque  portera  leurs  corps 
morts  lavera  ses  vêtements  et  sera  im- 
pur jus<{u'au  soir. 

'-"  Vous  regarderez  comme  impur  tout 
animal  qui  a  la  corne  fendue,  mais  qui 
n'a  pas  le  pied  fourché  et  qui  ne  ru- 
mine pas  :  quiconque  le  touchera  sera 
impur.  -'Vous  regarderez  comme  im- 
purs tous  ceux  des  animaux  à  quatre 
pieds  qui  marchent  sur  leurs  pattes  : 
quiconque  touchera  leurs  corps  morts 
sera  impur  jusqu'au  soir,  -'^et  quicon- 
que portera  leurs  corps  lavera  ses  vê- 
tements et  sera  impur  jusqu'au  soir. 
Vous  les  regarderez  comme  impurs. 

-'Voici,  parmi  les  animaux  qui  ram- 
jient  sur  la  terre,  ceux  que  vous  regar- 
derez comme  impurs  :  la  taupe,  la  sou- 
ris et  le  lézard,  selon  leurs  espèces; 
^"le  hérisson,  la  grenouille,  la  tortue, 
le  limaçon  et  le  caméléon.  ^'Vous  les 
regarderez  comme  impurs  parmi  tous 
les  reptiles  :  quiconque  les  touchera 
morts  sera  impur  jusqu'au  soir.^^Tout 
objet  sur  lequel  tombera  quelque  chose 
de  leurs  corps  sera  souillé,  ustensile 
de  bois,  vêtement,  peau,  sac,  tout  ob- 
jet dont  on  fait  usage;  il  sera  mis  dans 
l'eau,  et  restera  souillé  jusqu'au  soir; 
après  quoi,  il  sera  pur.  '^Tout  ce  qui  se 
trouvera  dans  un  vase  de  terre,  où  il 
en  tombera  quelc|ue chose,  sera  souillé, 
et  vous  briserez  le  vase.  ^""Tout  aliment 
(pii  sert  à  la  nourriture,  et  sur  lequel  il 

à  tous  les  petits  animaux  (jui  marchent  ou  rampent  sur 
indiquent  des  espèces  dilTérentes  de  sauterelles. 


122 


LEVITIQUE. 


Cliap.  Il,35-i3,'i. 


sera  tombé  de  celte  eau,  sera  souillé; 
et  toute  boisson  dont  on  fait  usage, 
quel  ([ue  soit  le  vase  qui  \a  contienne, 
sera  souillée.  ^^Tout  objet  sur  lequel 
tombera  quelque  chose  de  leurs  corps 
morts  sera  souillé;  le  four  et  le  foyer 
seront  détruits  :  ils  seront  souillés,  et 
vous  les  regarderez  comme  souillés. 
^'^11  n'y  aura  que  les  sources  et  les  ci- 
ternes, formant  des  amas  d'eaux,  qui 
resteront  pures;  mais  celui  qui  y  tou- 
chera de  leurs  corps  morts  sera  impur. 
''S'il  tombe  quelque  chose  de  leurs 
corps  morts  sur  une  semence  qui  doit 
être  semée,  elle  restera  pure;  ^'^mais 
si  l'on  a  mis  de  l'eau  sur  la  semence, 
et  qu'il  y  tombe  quelque  chose  de  leurs 
corps  morts,  vous  la  regarderez  comme 
souillée.  ^"S'il  meurt  un  des  animaux 
qui  vous  servent  de  nourriture,  celui 
cpii  touchera  son  corps  mort  sera  im- 
]iur  jusqu'au  soir;  ^"celuicjui  mangera 
de  son  corps  mort  lavera  ses  vêtements 
et  sera  impur  jusqu'au  soir,  et  celui 
qui  portera  son  corps  mort  lavera  ses 
vêtements  et  sera  impur  jusqu'au  soir. 

■"Vous  aurez  en  abomination  tout 
reptile  qui  rampe  sur  la  terre  :  on  n'en 
mangera  point.  ''-Vous  ne  mangerez 
point,  parmi  tous  les  reptiles  qui  ram- 
pent sur  la  terre,  de  tous  ceux  qui  se 
traînent  sur  le  ventre,  ni  de  tous  ceux 
qui  marchent  sur  quatre  pieds  ou  sur 
un  grand  nombre  de  pieds;  car  vous 
les  aurez  en  abomination.  ''^Ne  rendez 
point  vos  personnes  abominables  par 
tous  ces  reptiles  qui  rampent  ;  ne  vous 
rendez  point  impurs  par  eux,  ne  vous 
souillez  point  par  eux.  ''"'Car  je  suis  l'E- 
ternel, votre  Dieu;  vous  vous  sancti- 
fierez, et  vous  serez  saints,  car  je  suis 
saint;  et  vous  ne  vous  rendrez  point 
impurs  par  tous  ces  reptiles  qui  ram- 
pent sur  la  terre. ''^Car  je  suis  l'Éternel, 
qui  vous  ai  fait  monter  du  pays  d'E- 
gypte, pour  être  votre  Dieu. 

■•^Telle  est  la  loi  touchant  les  ani- 
maux, les  oiseaux,  tous  les  êtres  vi- 


A'ants  qui  se  meuvent  dans  les  eaux,  et 
tous  les  êtres  (jui  rampent  sur  la  terre, 
■•'afin  que  vous  distinguiez  ce  qui  est 
imjiur  et  ce  (\\n  est  pur,  l'animal  qui  se 
mange  et  l'animal  qui  ne  se  mange  pas. 

Chnp.  XII.  '  L'Éternel  parla  à  Moï- 
se, et  dit  :  -Parle  aux  enfants  d'Israël, 
et  dis  : 

Lorsqu'une  femme  deviendra  en- 
ceinte, et  qu'elle  enfantera  un  mâle, 
elle  sera  impure  pendant  sept  jours; 
elle  sera  impure  comme  au  temps  de 
son  indisposition  menstruelle.  'Le  hui- 
tième jour,  l'enfant  sera  circoncis. 
*Elle  restera  encore  trente-trois  jours 
à  se  purifier  de  son  sang;  elle  ne  tou- 
chera aucune  chose  sainte,  et  elle  n'ira 
point  au  sanctuaire,  jusqu'à  ce  que  les 
jours  de  sa  purification  soient  accom- 
plis. ^Si  elle  enfante  une  fdle,  elle  sera 
impure  pendant  deux  semaines,  com- 
me au  temps  de  son  indisposition  mens- 
truelle; et  elle  restera  soixante-sixjours 
à  se  purifier  de  son  sang. 

^Lorsque  les  jours  de  sa  purification 
seront  accomplis,  pour  un  fils  ou  pour 
une  fille,  elle  apportera  au  prêtre,  à 
l'entrée  de  la  tente  d'assignation,  un 
agneau  d'un  an  pour  l'holocauste,  et 
un  jeune  pigeon  ou  une  tourterelle 
pour  le  sacrifice  d'expiation.  'Le  prê- 
tre les  sacrifiera  devant  l'Éternel,  et 
fera  pour  elle  l'expiation  ;  et  elle  sera 
purifiée  du  flux  de  son  sang.  Telle  est 
la  loi  pour  la  femme  qui  enfante  un 
fils  ou  une  fille.  ^Si  elle  n'a  pas  de 
quoi  se  procurer  un  agneau,  elle  pren- 
dra deux  tourterelles  ou  deux  jeunes 
pigeons,  l'un  pour  l'holocauste,  l'autre 
pour  le  sacrifice  d'expiation.  Le  prê- 
tre fera  pour  elle  l'expiation,  et  elle 
sera  pure. 

Loi  sur  la  lèpre. 

Chap.  XIII.  'L'Éternel  parla  à 
Moïse  et  à  Aaron,  et  dit  : 

-Lorsqu'un  homme  aura  sur  la  peau 


123 


Chap.  1  S,  3-25. 


LEVITIQUE. 


de  son  corps  une  tumeur,  une  dartre, 
ou  une  tache  blanche,  qui  ressemblera 
à  une  plaie  de  lèpre  sur  la  peau  de  son 
corps,  on  l'amènera  au  prêtre  Aaron, 
ou  à  l'un  de  ses  fils  qui  sont  prêtres. 
^Le  prêtre  examinera  la  plaie  qui  est 
sur  la  peau  du  corps.  Si  le  poil  de  la 
plaie  est  devenu  blanc,  et  que  la  plaie 
paraisse  plus  profonde  que  la  peau  du 
corps,  c'est  une  plaie  de  lèpre  :  le 
prêtre  qui  aura  fait  l'examen  déclarera 
cet  homme  impur.  ''S'il  y  a  sur  la  peau 
du  corps  une  tache  blanche  qui  ne  pa- 


partout  où  le  prêtre  portera  ses  re- 
gards, '^le  prêtre  l'examinera;  et 
quand  il  aura  vu  que  la  lèpre  couvre 
tout  le  corps,  il  déclarera  pur  celui 
qui  a  la  plaie  :  comme  il  est  entière- 
ment devenu  blanc,  il  est  pur.  "Mais 
le  jour  où  l'on  apercevra  en  lui  de  la 
chair  vive,  il  sera  impur;  '^quand  le 
prêtre  aura  vu  la  chair  vive,  il  le  dé- 
clarera impur  :  la  chair  vive  est  im- 
pure, c'est  la  lèpre.  '*Si  la  chair  vive 
change  et  devient  blanche,  il  ira  vers 
le  prêtre;  ''le  prêtre  l'examinera,  et  si 


raisse  pas  plus  profonde  que  la  peau,      la  plaie  est  devenue  blanche,  le  prêtre 


et  que  le  poil  ne  soit  pas  devenu  blanc, 
le  prêtre  enfermera  pendant  sept  jours 
celui  qui  a  la  plaie.  ^Le  prêtre  l'exa- 
minera le  septième  jour.  Si  la  plaie 
lui  paraît  ne  pas  avoir  fait  de  progrès 
et  ne  pas  s'être  étendue  sur  la  peau, 
le  prêtre  l'enfermera  une  seconde  fois 
pendant  sept  jours.  '^Le  prêtre  l'exa- 
minera une  seconde  fois  le  septième 
jour.  Si  la  plaie  est  devenue  pâle  et  ne 
s'est  pas  étendue  sur  la  peau,  le  prêtre     et  cjue  le  poil  soit  devenu  blanc,  le 


déclarera  pur  celui  qui  a  la  plaie  :  il 
est  pur. 

"Lorsqu'un  homme  aura  eu  sur  la 
peau  de  son  corps  un  ulcère  c{ui  a  été 
guéri,  ''et  qu'il  se  manifestera,  à  la 
place  où  était  l'ulcère,  une  tumeur 
blanche  ou  une  tache  d'un  blanc  rou- 
geàtre,  cet  homme  se  montrera  au 
prêtre.  -"Le  prêtre  l'examinera.  Si  la 
tache  paraît  plus  enfoncée  que  la  peau, 


déclarera  cet  homme  pur  :  c'est  une 
dartre;  il  lavera  ses  vêtements,  et  il 
sera  pur.  "Mais  si  la  dartre  s'est  éten- 
due sur  la  peau,  après  qu'il  s'est  mon- 
tré au  prêtre  pour  être  déclaré  pur,  il 
se  fera  examiner  une  seconde  fois  par 
le  prêtre.  ''Le  prêtre  l'examinera.  Si  la 
dartre  s'est  étendue  sur  la  peau,  le 
prêtre  le  déclarera  impur  :  c'est  la 
lèpre. 

'Lorsqu'il  y  aura  sur  un  homme  une 
plaie  de  lèpre,  on  l'amènera  au  prêtre. 
"Le  prêtre  l'examinera.  S'il  y  a  sur  la 
peau  une  tumeur  blanche,  si  cette  tu- 
meur a  fait  blanchir  le  poil,  et  qu'il  y 
ait  une  trace  de  chair  vive  dans  la  tu- 
meur, "c'est  une  lèpre  invétérée  dans 
la  peau  du  corps  de  cet  homme  :  le 
prêtre  le  déclarera  impur;  il  ne  l'en- 
fermera pas,  car  il  est  impur.  '-Si  la 
lèpre  fait  une  éruption  sur  la  peau  et 
couvre  toute  la  peau  de  celui  qui  a  la 
plaie,  depuis  la  tête  jusqu'aux  pieds. 


prêtre  le  déclarera  impur  :  c'est  une 
plaie  de  lèpre,  qui  a  fait  éruption  dans 
l'ulcère.  -'Si  le  prêtre  voit  qu'il  n'y  a 
point  de  poil  blanc  dans  la  tache, 
qu'elle  n'est  pas  plus  enfoncée  que  la 
peau,  et  qu'elle  est  devenue  pâle,  il 
enfermera  cet  homme  pendant  sept 
jours.  -*Si  la  tache  s'est  étendue  sur 
la  peau,  le  ]>rêtre  le  déclarera  impur: 
c'est  une  plaie  de  lèpre.  ^^Mais  si  la 
tache  est  restée  à  la  même  place  et  ne 
s'est  pas  étendue,  c'est  une  cicatrice 
de  l'ulcère  :  le  prêtre  le  déclarera  pur. 
-^Lorsqu'un  homme  aura  eu  sur  la 
peau  de  son  corps  une  brûlure  par  le 
feu,  et  qu'il  se  manifestera  sur  la  trace 
de  la  brûlure  une  tache  blanche  ou 
d'un  blanc  rougeàtre,  -^ le  prêtre  l'exa- 
minera. Si  le  poil  est  devenu  blanc 
dans  la  tache,  et  qu'elle  paraisse  plus 
profonde  que  la  peau,  c'est  la  lèpre, 
qui  a  fait  éruption  dans  la  brûlure;  le 
prêtre  déclarera  cet  homme   impur: 


124 


LEVITIQ)UE 


Chap.  13, 26-ci. 


c'est  une  plaie  de  lèpre.  -'\Si  le  piètre  est  guérie  :  il  est  pur,  et  le  prêtre  le 

voit  qu'il  n'y  a  point  de  poil  ijlane  dans  déclarera  pur. 

la  tache,  qu'elle  n'est  pas  plus  enfon-  '"Lorsqu'un  homme  ou  une  femme 

cée  que  la  peau,  et  c|u'elle  est  devenue  aura  sur  la  peau  de  son  corps  des  ta- 

pàle,  il  enfermera  cet  homme  pendant  ches,  des  taches  blanches,  '^le  prêtre 

sept  jours.  -'Le  prêtre  l'examinera  le  l'examinera.  S'il  y  a  sur  la  peau  de  son 

septième  jour.  Si  la  tache  s'est  éten-  corps  des  taches  d'un  blanc  ])àle,  ce 


due  sur  la  peau,  le  prêtre  le  déclarera 
iuq)ur  :  c'est  une  plaie  de  lèjire.  -**Mais 
si  la  tache  est  restée  à  la  même  place, 
ne  s'est  pas  étendue  sur  la  peau,  et  est 
devenue  pâle,  c'est  la  tumeur  de  la 
brûlure  ;  le  prêtre  le  déclarera  pur,  car 
c'est  la  cicatrice  de  la  brûlure. 

-^Lorsqu'un  homme  ou  une  femme 
aura  une  plaie  à  la  tête  ou  à  la  barbe, 
'"le  prêtre  examinera  la  jilaie.  Si  elle 
paraît  plus  profonde  cjue  la  jjcau,  et 
qu'il  y  ait  du  poil  jaunâtre  et  mince,  le 
prêtre  déclarera  cet  homme  impur  : 
c'est  la  teigne,  c'est  la  lè])re  de  la  tête 
ou  de  la  barbe.  "Si  le  prêtre  voit  que 


ne  sont  que  des  taches   qui   t)nt   fait 
énq)tiou  sur  la  peau  .  il  est  pur. 

•""Lorsqu'un  homme  aura  la  tête  dé- 
pouillée de  cheveux,  c'est  un  chauve  : 
il  est  |)ur.  ""S'il  a  la  tête  dépouillée  de 
cheveux  du  côté  de  la  face,  c'est  un 
chauve  par-devant  :  il  est  pur.  ''-Mais 
s'il  y  a  dans  la  partie  chauve  de  de- 
vant ou  de  derrière  une  plaie  d'un 
blanc  rougeâtre,  c'est  la  lèpre  qui  a 
fait  éruption  dans  la  j^artie  chauve  de 
derrière  ou  de  devant.  ■'•'Le  prêtre  l'exa- 
minera. S'il  y  a  une  tumeur  de  plaie 
d'un  blanc  rougeâtre  dans  la  partie 
chauve  de  derrière  ou  de  devant,  sem- 


la  teigne 


a  teigne  ne 


la  plaie  de  la  teigne  ne  paraît  pas  jdus  blable  à  la  lèpre  sur  la  peau  du  corps, 
profonde  que  la  peau,  et  qu'il  n'y  a  ^•'c'est  un  homme  lépreux,  il  est  im- 
point de  poil  noir,  il  enfermera  peu-  ]3ur  :  le  prêtre  le  déclarera  impur; 
dant  sept  jours  celui  qui  a  la  plaie  de      c'est  à  la  tête  qu'est  sa  plaie. 

Le  prêtre    examinera    la  *^Le   lépreux,   atteint    de   la   plaie, 

])ortera  ses  vêtements  déchirés,  et 
aura  la  tête  nue  ;  il  se  couvrira  la  barbe, 
et  criera  :  Impur  !  impur  !  ^"^  Aussi  long- 
temps qu'il  aura  la  plaie,  il  sera  impur  : 
il  est  impur.  Il  habitera  seul;  sa  de- 
meure sera  hors  du  camp. 

•"Lorsqu'il  y  aura  sur  un  vêtement 
une  ])laie  de  lèpre,  sur  un  vêtement  de 
laine  ou  sur  un  vêtement  de  lin,  •"*à  la 
chaîne  ou  à  la  trame  de  lin  ou  de  laine, 
sur  une  peau  ou  sur  quelque  ouvrage 
de  peau,  •'^et  que  la  plaie  sera  verdàtre 
ou  rougeâtre  sur  le  vêtement  ou  sur  la 
peau,  à  la  chaîne  ou  à  la  trame,  ou  sur 
un  objet  quelconque  de  peau,  c'est 
une  plaie  de  lèjire,  et  elle  sera  mon- 
trée au  prêtre.  ^"Le  jn-être  examinera 
la  plaie,  et  il  enfermera  pendant  sept 
jours  ce  qui  en  est  attaqué.  ^'  Il  exami- 
nera la  plaie  le  septième  jour.  Si  la 
plaie  s'est  étendue  sur  le  vêtement,  à 


plaie  le  septième  jour.  Si 
s'est  pas  étendue,  s'il  n'y  a  point  de 
])oil  jaunâtre,  et  si  elle  ne  paraît  pas 
plus  ])rofonde  que  la  peau,  ''celui  qui 
a  la  teigne  se  rasera,  mais  il  ne  rasera 
))oint  la  place  où  est  la  teigne  ;  et  le 
])rêtre  l'enfermera  une  seconde  fois 
pendant  sept  jours.  '^Le  prêtre  exami- 
nera la  teigne  le  septième  jour.  Si  la 
teigne  ne  s'est  pas  étendue  sur  la  peau, 
et  si  elle  ne  paraît  pas  plus  profonde 
que  la  peau,  le  prêtre  le  déclarera  pur; 
il  lavera  ses  vêtements,  et  il  sera  pur. 
'^Mais  si  la  teigne  s'est  étendue  sur  la 
peau,  aj^rès  qu'il  a  été  déclaré  pur,  le 
prêtre  l'examinera.  "^Et  si  la  teigne 
s'est  étendue  sur  la  peau,  le  prêtre 
n'aura  pas  à  rechercher  s'il  y  a  du  ])oil 
jaunâtre:  il  est  impur.  '"Si  la  teigne 
lui  paraît  ne  pas  avoir  fait  de  progrès, 
et  qu'il  y  ait  crû  du  poil  noir,  la  teigne 


125 


Chnp.  13,  52-14,  ik. 


LEVITIOUE. 


la  chaîne  ou  à  la  trame,  sur  la  ])eau  ou 
sur  l'ouvrage  quelconque  fait  de  peau, 
c'est  une  plaie  de  lèpre  invétérée  : 
l'objet  est  impur.  "Il  brûlera  le  vête- 
ment, la  chaîne  ou  la  trame  de  laine 
ou  de  lin,  l'objet  quelconque  de  peau 
sur  lequel  se  trouve  la  plaie,  car  c'est 
une  lèpre  invétérée  :  il  sera  brûlé  au 
feu.  '^^Mais  si  le  prêtre  voit  que  la  plaie 
ne  s'est  pas  étendue  sur  le  vêtement, 
sur  la  chaîne  ou  sur  la  trame,  sur  l'ob- 
jet quelconque  de  peau,  "il  ordonnera 
qu'on  lave  ce  qui  est  attaqué  de  la 
plaie,  et  il  l'enfermera  une  seconde 
fois  pendant  sept  jours.  ^^Le  prêtre 
examinera  la  plaie,  après  qu'elle  aura 
été  lavée.  Si  la  plaie  n'a  pas  changé 
d'aspect  et  ne  s'est  pas  étendue,  l'ob- 
jet est  impur  :  il  sera  brûlé  au  feu  ; 
c'est  une  partie  de  l'endroit  ou  de  l'en- 
vers qui  a  été  rongée.  ^^S'i  le  prêtre 
voit  que  la  plaie  est  devenue  pâle, 
après  avoir  été  lavée,  il  l'arrachera  du 
vêtement  ou  de  la  peau,  de  la  chaîne 
ou  de  la  trame.  ^'Si  elle  paraît  encore 
sur  le  vêtement,  à  la  chaîne  ou  à  la 
trame,  ou  sur  l'objet  quelconque  de 
peau,  c'est  une  érujjtion  de  lèpre  :  ce 
qui  est  attaqué  de  la  plaie  sera  brûlé 
au  feu.  ^''Le  vêtement,  la  chaîne  ou  la 
trame,  l'objet  quelconque  de  peau,  qui 
a  été  lavé,  et  d'où  la  plaie  a  disparu, 
sera  lavé  une  seconde  fois,  et  il  sera 
pur. 

'■'Telle  est  la  loi  sur  la  plaie  de  la 
lèpre ,  lorsqu'elle  attaque  les  vête- 
ments de  laine  ou  de  lin,  la  chaîne  ou 
la  trame,  ou  un  objet  quelconque  de 
peau,  et  d'après  laquelle  ils  seront  dé- 
clarés purs  ou  impurs. 

Loi  sur  la  purification  de  la  lèpre. 

Chap.  XIV.  'L'Eternel  parla  à 
Moïse,  et  dit  : 

"Voici  quelle  sera  la  loi  sur  le  lé- 


nera  le  lépreux.  Si  le  lépreux  est  guéri 
de  la  plaie  de  la  lèpre,  *le  prêtre  or- 
donnera que  l'on  prenne,  pour  celui 
qui  doit  être  purifié,  deux  oiseaux  vi- 
vants et  purs,  du  bois  de  cèdre,  du 
cramoisi  et  de  l'hysope.  ^Le  prêtre 
ordonnera  qu'on  égorge  l'un  des  oi- 
seaux sur  un  vase  de  terre,  sur  de  • 
l'eau  vive.  ^11  ]:)rendra  l'oiseau  vivant, 
le  bois  de  cèdre,  le  cramoisi  et  l'hy- 
sope; et  il  les  trempera,  avec  l'oiseau 
vivant,  dans  le  san<>- de  l'oiseau  éfforgé 
sur  l'eau  vive.  "11  en  fera  sept  fois  l'as- 
persion sur  celui  qui  doit  être  purifié 
de  la  lèpre.  Puis  il  le  déclarera  pur,  et  | 
il  lâchera  dans  les  champs  l'oiseau  vi-  ' 
vaut. 

**  Celui  qui  se  purifie  lavera  ses  vête- 
ments, rasera  tout  son  poil,  et  se  bai- 
gnera dans  l'eau  ;  et  il  sera  pur.  Ensuite 
il  pourra  entrer  dans  le  camp,  mais  il 
restera  sept  jours  hors  de  sa  tente. 
'Le  septième  jour,  il  rasera  tout  son 
poil,  sa  tête,  sa  barbe,  ses  sourcils,  il 
rasera  tout  son  poil  ;  il  lavera  ses  vê- 
tements ,  et  baignera  son  cor])S  dans 
l'eau,  et  il  sera  pur.  '"Le  huitième  jour, 
il  prendra  deux  agneaux  sans  défaut 
et  une  brebis  d'un  an  sans  défaut,  trois 
dixièmes  d'un  épha  de  fleur  de  farine 
en  offrande  pétrie  à  l'huile,  et  un  log 
d'huile.  "Le  prêtre  qui  fait  la  purifi- 
cation présentera  l'homme  qui  se  pu- 
rifie et  toutes  ces  choses  devant 
l'Eternel,  à  l'entrée  de  la  tente  d'assi- 
gnation. 

'-  Le  prêtre  prendra  l'un  des  agneaux. 


et  il  l'offrira  en  sacrifice  de  culpab 
lité,  avec  le  log  d'huile;  il  les  agitera 
de  côté  et  d'autre  devant  l'Eternel. 
'^11  égorgera  l'agneau  dans  le  lieu  où 
l'on  égorge  les  victimes  expiatoires  et 
les  holocaustes,  dans  le  lieu  saint  ;  car, 
dans  le  sacrifice  de  culpabilité,  comme 
dans  le  sacrifice  d'expiation,  la  vie- 
preux,  pour  le  jour  de  sa  purification,  time  est  pour  le  prêtre  :  c'est  une 
On  l'amènera  devant  le  prêtre.  ^Le  chose  très  sainte.  ''Le  prêtre  prendra 
prêtre  sortira  du  camp,   et  il  exami-      du  sang  de  la  victime  de  culpabilité  ; 

12(i 


LEVITIOUE. 


Chap.  14,15-31 


il  en  mettra  sur  le  lobe  de  Toreille 
droite  de  celui  qui  se  purifie,  sur  le 
pouce  de  sa  main  droite  et  sur  le  gros 
orteil  de  son  pied  droit.  '^Le  prêtre 
prendra  du  log-  d'huile,  et  il  la  versera 
dans  le  creux  de  sa  main  gauche.  '*Le 
prêtre  trempera  le  doigt  de  sa  main 
droite  dans  l'huile  qui  est  dans  le  creux 


l'agneau  du  sacrifice  de  culpabilité. 
Le  prêtre  prendra  du  sang  de  la  vic- 
time de  culpabilité;  il  en  mettra  sur  le 
lobe  de  l'oreille  droite  de  celui  qui  se 
purifie,  sur  le  pouce  de  sa  main  droite 
et  sur  le  gros  orteil  de  son  ])ied  droit. 
-"Le  ])rêtre  versera  de  l'huile  dans  le 
creux  de  sa  main  gauche.  -'Le  j)rêlre 


fera  avec  le  doii>t  de  sa  main  droite 

o 


de  sa  main  gauche,  et  il  fera  avec  le 

doigt  sept  fois  l'aspersion  de  l'huile      sept  fois  l'aspersion  de  l'huile  qui  est 

devant  l'Eternel.  '"Le  prêtre  mettra  de      dans  sa  main  gauche,  devant  l'Eternel. 


l'huile  qui  lui  reste  dans  la  main  sur 
le  lobe  de  l'oreille  droite  de  celui  qui 
se  purifie,  sur  le  pouce   de   sa   main 

teil  ck 
dt 

de  culpabilité.  '^Le  prêtre  mettra  ce 
qui  lui  reste  d'huile  dans  la  main  sur 
la  tête  de  celui  qui  se  purifie  ;  et  le 


di'oite  et  sur  le  gros  orteil  de  son  piec 
droit,  par-dessus  le  sang  de  la  victime 


-'^Le  prêtre  mettra  de  l'huile  qui  est 
dans  sa  main  sur  le  lobe  de  l'oreille 
ilroite  de  celui  qui  se  purifie,  sur  le 
pouce  de  sa  main  droite  et  sur  le  gros 
orteil  de  son  pied  droit,  à  la  place  où 
il  a  mis  du  sang  de  la  victime  de  cul- 
pabilité. ^'IjC  prêtre  mettra  ce  qui  lui 
reste  d'huile  dans  la  main  sur  la  tête 


prêtre  fera  pour  lui  l'expiation  devant      de  celui  qui  se  purifie,  afin  de  faire 

pour  lui  l'expiation  devant  l'Eternel. 
™Puis  il  offrira  l'une  des  tourterelles 
ou  l'un  des  jeunes  pigeons,  qu'il  a  pu 
se  procurer,  ■'"l'un  en  sacrifice  d'expia- 
tion, l'autre  en  holocauste,  avec  l'of- 
frande ;  et  le  prêtre  fera  pour  celui  qui 

pour  cet  homme  l'expiation,  et  il  sera      se  purifie  l'expiation  devant  l'Eternel. 


l'Éternel.  '^Puis  le  prêtre  offrira  le  sa- 
crifice d'expiation;  et  il  fera  l'expia- 
tion pour  celui  qui  se  purifie  de  sa 
souillure.  -"Ensuite  il  égorgera  l'holo- 
causte. Le  prêtre  offrira  sur  l'autel 
l'holocauste  et  l'offrande  ;   et  il   fera 


pur. 

"-'S'il  est  pauvre  et  que  ses  ressour- 
ces soient  insuffisantes,  il  prendra  un 
seul  agneau,  qui  sera  offert  en  sacri- 
fice de  cul]>abilité,  après  avoir  été 
agité  de  côté  et  d'autre,  et  avec  lequel 
on  fera  ]>our  lui  l'expiation.  Il  prendra 
un  seul  dixième  de  fleur  de  farine  pé- 
trie à  l'huile  pour  l'offrande,  et  un  log 
d'huile.  "Il  prendra  aussi  deux  tour- 
terelles ou  deux  jeunes  pigeons,  selon 
ses  ressources,  l'un  pour  le  sacrifice 
d'expiation,  l'autre  pour  l'holocauste. 
-^Le  huitième  jour,  il  apportera  pour 


^-Telle  est  la  loi  pour  la  purification 
de  celui  qui  a  une  plaie  de  lèpre,  et 
dont  les  ressources  sont  insuffisantes. 

"'L'Éternel  parla  à  Moïse  età  Aaron, 
et  dit: 

'■•Loisque  vous  serez  entrés  dans  le 
pays  de  Canaan,  dont  je  vous  donne 
la  possession,  si  je  mets  une  plaie  de 
lèpre  sur  une  maison  du  pays  que  vous 
posséderez,  ^^celui  à  qui  appartiendra 
la  maison  ira  la  déclarer  au  prêtre,  et 
dira  :  J'aperçois  comme  une  jjlaie  dans 
ma  maison.  '^Le  prêtre,  avant  d'y  en- 
trer pour  examiner  la  plaie,  ordonnera 


sa  purification   toutes   ces  choses   au    •  qu'on  vide  la  maison,  afin  que  tout  ce 

qui  y  est  ne  devienne  pas  impur.  Après 


prêtre,  à  l'entrée  de  la  tente  d'assi- 
gnation, devant  l'Éternel. 

**Le  |)rêtre  prendra  l'agneau   pour 
le  sacrifice   de   culpabilité,  et  le  log 


d'huile  ;   et  il   les  agitera  de   côté  et 
d'autre  devant  l'Éternel.  "Il  éfforgrera 


cela,  le  prêtre  entrera  pour  examiner 
la  maison. 

''Le  prêtre  examinera  la  plaie.  S'il 
voit  qu'elle  offre  sur  les  murs  de  la 
maison  des  cavités  verdàtres  ou  rou- 


127 


Chap.  14,aft-15,i2. 


LEVITIQUE. 


geàtres,  paraissant  plus  enfoncées  que  rifiera  la  maison  avec  le  sang  de  Toi- 
le mur,  ^"^il  sortira  de  la  maison,  et,  seau,  aA^ec  de  l'eau  vive,  avec  l'oiseau 
cfuand  il  sera  à  la  porte,  il  fera  fermer  vivant,  avec  le  bois  de  cèdre,  l'hysope 
la  maison  pour  sept  jours.  ''■'Le  prêtre  et  le  cramoisi.  ^'11  lâchera  l'oiseau  vi- 
y  retournera  le  septième  jour.  S'il  voit  vant  hors  de  la  ville,  dans  les  champs. 
c[ue  la  plaie  s'est  étendue  sur  les  nmrs  C'est  ainsi  qu'il  fera  pour  la  maison 
de  la  maison,  ^''il  ordonnera  qu'on  ôte  l'expiation,  et  elle  sera  pure, 
les  pierres  attaquées  de   la  plaie,  et  ^''Telle  est  la  loi  pour  toute  plaie  de 


qu  on  les  jette  hors  de  la  ville,  dans 
un  lieu  impur.  "Il  fera  racler  tout  l'in- 
térieur de  la  maison;  et  l'on  jettera 
hors  de  la  ville,  dans  un  lieu  impur, 
la  poussière  qu'on  aura  raclée.  ■'-On 
prendra  d'autres  pierres,  que  l'on 
mettra  à  la  j^lace  des  premières  ;  et 
l'on  prendra  d'autre  mortier,  pour  re- 
crépir la  maison. 


lèpre  et  pour  la  teigne,  ^^pour  la  lèpre 


S6, 


des  vêtements  et  des  maisons,  ""pour 
les  tumeurs,  les  dartres  et  les  taches  : 
^'elle  enseigne  quand  une  chose  est 
impure,  et  quand  elle  est  pure.  Telle 
est  la  loi  sur  la  lèpre. 

Chap.  XV.  '  L'Eternel  parla  à  Moïse 
et  à  Aaron,  et  dit  :  -  Parlez  aux  enfants 
'Si  la  plaie  revient  et  fait  éruption  d'Israël,  et  dites-leur  : 
dans  la  maison,  après  qu'on  a  ôté  les  ^Tout  homme  c{ui  a  une  gonorrhée 
pierres,  raclé  et  recrépi  la  maison,  •'Me  est  par  là  même  impur.  C'est  à  cause 
prêtre  y  retournera.  S'il  voit  que  la  de  sa  gonorrhée  qu'il  est  impur  :  que 
plaie  s'est  étendue  dans  la  maison,  sa  chair  laisse  couler  son  flux,  ou 
c'est  une  lèpre  invétérée  dans  la  mai-  cju'elle  le  retienne,  il  est  impur.  *Tout 
son  :  elle  est  impure.  ''^On  abattra  la  lit  sur  lequel  il  couchera  sera  impur, 
maison,  les  pierres,  le  bois,  et  tout  le  ettout  objet  sur  lequel  il  s'assiéra  sera 
mortier  de  la  maison;  et  l'on  portera  impur.  ^Celui  qui  touchera  son  lit  la- 
ces choses  hors  de  la  ville,  dans  un  verasesvêtements,selaveradansreau, 
lieu  impur.  ""^Celui  qui  sera  entré  dans  et  sera  impur  jusqu'au  soir.  ^Celuiqui 
la  maison  ])endant  tout  le  temps  cju'elle  s'assiéra  sur  l'objet  sur  lequel  il  s'est 
était  fermée  sera  impur  jusqu'au  soir,  assis  lavera  ses  vêtements,  se  lavera 
*"Celui  qui  aura  couché  dans  la  maison  dans  l'eau,  et  sera  impur  jusqu'au  soir, 
lavera  ses  vêtements.  Celui  cjui  aura  "Celui  qui  touchera  sa  chair  lavera  ses 
mangé  dans  la  maison  lavera  aussi  ses  vêtements,  se  lavera  dans  l'eau,  et  sera 
vêtements.  impur  jusqu'au  soir.  *S'il  crache  sur 
**Si  le  prêtre,  qui  est  retourné  dans  un  homme  pur,  cet  homme  lavera  ses 
la  maison,  voit  cjue  la  plaie  ne  s'est  vêtements,  se  lavera  dans  l'eau,  et  sera 
pas  étendue,  après  c]ue  la  maison  a  été  impur  jusqu'au  soir.  "Toute  monture 
recrépie,  il  déclarera  la  maison  j^ure,  sur  laquelle  il  s'assiéra  sera  impure, 
car  la  plaie  est  guérie.  ■'"Il  prendra,  '"Celui  qui  touchera  une  chose  quel- 
pour  purifier  la  maison,  deux  oiseaux,  conque  qui  a  été  sous  lui  sera  impur 
du  bois  de  cèdre,  du  cramoisi  et  de  jusqu'au  soir;  et  celui  qui  la  portera 
l'hysope.  ^"11  égorgera  l'un  des  oiseaux  •  lavera  ses  vêtements,  se  lavera  dans 
sur  un  vase  de  terre,  sur  de  l'eau  vive,  l'eau,  et  sera  impur  jusqu'au  soir.  "Ce- 
^'  Il  prendra  le  bois  de  cèdre,  rhyso])e,  lui  qui  sera  touché  par  lui,  et  cjui  ne  se 
le  cramoisi  et  l'oiseau  vivant;  il  les  sera  jjas  lavé  les  mains  dans  l'eau,  la- 
trempera  dans  le sangde  l'oiseau cgor-  vera  ses  vêtements,  se  lavera  dans 
gé  et  dans  l'eau  vive,  et  il  en  fera  sept  l'eau, etseraimpurjusqu'au soir. '-Tout 
fois  l'aspersion  sur  la  maison.  ^-11  pu-  vase  de  terre  qui  sera  touché  par  lui 

128 


LEVITIQUE. 


Chap.  15, 13-16, 


sera  brisé,  et  tout  vase  de  bois  sera 
lavé  clans  l'eau.  '^Lorsqu'il  sera  purifié 
de  son  flux,  il  comptera  sept  jours  pour 
sa  purification  ;  il  lavera  ses  vêtements, 
il  lavera  sa  chair  avec  de  l'eau  vive,  et 
il  sera  pur.  '''Le  huitième  jour,  il  pren- 
dra deux  tourterelles  ou  deux  jeunes 
pigeons,  il  ira  devant  1  Eternel,  à  l'en- 
trée de  la  tente  d'assignation,  et  il  les 
donnera  au  prêtre.  '^Le  prêtre  les  of- 
frira, l'un  en  sacrifice  d'expiation,  et 
l'autre  en  holocauste  ;  et  le  prêtre  fera 
pour  lui  l'expiation  devant  l'Eternel,  à 
cause  de  son  flux. 

"'L'homme  qui  aura  une  pollution 
lavera  tout  son  corps  dans  l'eau,  et 
sera  impur  jusqu'au  soir.  ''Tout  vête- 
ment et  toute  peau,  qui  en  seront  at- 
teints, seront  lavés  dans  l'eau,  et  se- 
ront impurs  jusqu'au  soir.  '*Si  une 
femme  a  couché  avec  un  tel  homme, 
ils  se  laveront  l'un  et  l'autre,  et  seront 
impurs  jusqu'au  soir. 

''■•La  femme  qui  aura  un  flux,  un  flux 
de  sang  en  sa  chair,  restera  sept  jours 
dans  son  impureté.  Quiconque  la  tou- 
chera sera  impur  jusqu'au  soir.  -"Tout 
lit  sur  lequel  elle  couchera  pendant 
son  impureté  sera  impur,  et  tout  objet 
sur  lequel  elle  s'assiéra  sera  impur. 
*' Quiconque  touchera  son  lit  lavera 
ses  vêlements,  se  lavera  dans  l'eau,  et 
sera  impur  jusqu'au  soir.  "Quiconque 
touchera  un  objet  sur  lequel  elle  s'est 
assise  lavera  ses  vêtements,  se  lavera 
dans  l'eau,  et  sera  impur  jusqu'au  soir. 
-^S'il  y  a  quelque  chose  sur  le  lit  ou 
sur  l'objet  sur  lequel  elle  s'est  assise, 
celui  qui  la  touchera  sera  impur  jus- 
qu'au soir.  -''Si  un  homme  couche  avec 
elle  et  que  l'impureté  de  cette  tcinme 
vienne  sur  lui,  il  sera  impur  pendant 
sept  jours,  et  tout  lit  sur  lequel  il  cou- 
chera sera  impur.  -M^a  femme  qui  aura 
un  flux  de  sang  pendant  plusieurs  jours 
hors  de  ses  époques  régulières,  ou 
dont  le  lliix  durera  plus  qu'à  l'ordi- 
naire, sera  impure  tout  le  temps  de 


son  flux,  comme  au  temps  de  son  in- 
disposition menstruelle.  -^Tout  lit  sur 
lequel  elle  couchera  pendant  la  durée 
de  ce  flux  sera  comme  le  lit  de  son  flux 
menstruel,  et  tout  objet  sur  lequel  elle 
s'assiéra  sera  impur  comme  lors  de  son 
flux  menstruel.  -'Quiconque  les  tou- 
chera sera  souillé  ;  il  lavera  ses  vête- 
ments, se  lavera  dans  l'eau,  et  sera 
impur  jusqu'au  soir.  -* Lorsqu'elle  sera 
purifiée  de  son  flux,  elle  comptera  sept 
jours,  après  lesquels  elle  sera  pure. 
-"Le  huitième  jour,  elle  prendra  deux 
tourterelles  ou  deux  jeunes  pigeons, 
et  elle  les  apportera  au  prêtre,  à  l'en- 
trée de  la  tente  d'assignation.  ^"Le  prê- 
tre offrira  l'un  en  sacrifice  d'expiation, 
et  l'autre  en  holocauste;  et  le  prêtre 
fera  pour  elle  l'expiation  devant  l'Éter- 
nel, à  cause  du  flux  qui  la  rendait  im- 
pure. 

^'Vous  éloignerez  les  enfants  d'Is- 
raël de  leurs  impuretés,  de  peur  qu'ils 
ne  meurent  à  cause  de  leurs  inqiuretés, 
s'ils  souillent  mon  tabernacle  qui  est 
au  milieu  d'eux. 

^- Telle  est  la  loi  pour  celui  qui  a  une 
gonorrhée  ou  qui  est  souillé  par  une 
pollution,  ^^pour  celle  qui  a  son  flux 
menstruel,  pour  l'homme  ou  la  femme 
qui  a  un  flux,  et  pour  l'homme  qui 
couche  avec  une  femme  impure. 

Loi  sur  la  fctc  annuelle  des  expiations. 

Chap.  XVI.  'L'Éternel  parla  à  Moï- 
se, après  la  mort  des  deux  fils  d'Aaron, 
qui  moururent  en  se  présentant  devant 
l'Eternel.  -L'Éternel  dit  à  Moïse  :  Parle 
à  ton  frère  Aaron,  afin  qu'il  n'entre 
pas  en  tout  temps  dans  le  sanctuaire, 
au  dedans  du  voile,  devant  le  propi- 
tiatoire qui  est  sur  l'arche,  de  peur 
qu'il  ne  meure;  car  j'apparaîtrai  dans 
la  nuée  sur  le  propitiatoire. 

^Voici  de  quelle  manière  Aaron  en- 
trera dans  le  sanctuaire.  Il  prendra  un 
jeune  taureau  pour  le  sacrifice  d'expia- 
tion cl  wn  bélier  pour  l'holocauste.  *11 


129 


Chap.  16,5-26. 


LEVITIQUE. 


se  revêtira  de  la  tunique  sacrée  de  lin,  '^G'est  ainsi    qu'il    fera   l'expiation 

et  portera  sur  son  corps  des  caleçons      pour  le  sanctuaire  à  cause  des  impu- 


de  lin;  il  se  ceindra  d'une  ceinture  de 
lin,  et  il  se  couvrira  la  tète  d'une  tiare 
de  lin  :  ce  sont  les  vêtements  sacrés, 
dont  il  se  revêtira,  après  avoir  lavé 
son  corps  dans  l'eau.  '^Il  recevra  de 
l'assemblée  des  enfants  d'Israël  deux 
boucs  pour  le  sacrifice  d'expiation  et 
un  bélier  pour  l'holocauste.  ^Aaron 
offrira  son  taureau  expiatoire,  et  il  fera 
l'expiation  pour  lui  et  pour  sa  maison. 
'Il  prendra  les  deux  boucs,  et  il  les 
placera  devant  l'Eternel,  à  l'entrée  de 
la  tente  d'assignation.  ^Aaron  jettera 
le  sort  sur  les  deux  boucs,  un  sort  pour 
l'Eternel  et  un  sort  pour  Azazel.  "Aaron 
fera  approcher  le  bouc  sur  lequel  est 
tombé  le  sort  pour  l'Eternel,  et  il  l'of- 
frira en  sacrifice  d'expiation.  '"Et  le 
bouc  sur  lequel  est  tombé  le  sort  pour 
Azazel  sera  placé  vivant  devant  l'Eter- 
nel, afin  qu'il  serve  à  faire  l'expiation 


retés  des  enfants  d'Israël  et  de  toutes 
les  transgressions  par  lesquelles  ils 
ont  péché.  Il  fera  de  même  pour  la 
tente  d'assignation,  qui  est  avec  eux 
au  milieu  de  leurs  impuretés.  ''Il  n'y 
aura  personne  dans  la  tente  d'assigna- 
tion lorsqu'il  entrera  pour  faire  l'expia- 
tion dans  le  sanctuaire,  jusqu'à  ce  qu'il 
en  sorte.  Il  fera  l'expiation  pour  lui  et 
pour  sa  maison,  et  pour  toute  l'assem- 
blée d'Israël.  '^En  sortant,  il  ira  vers 
l'autel  qui  est  devant  l'Eternel,  et  il 
fera  l'expiation  pour  l'autel  ;  il  prendra 
du  sang  du  taureau  et  du  bouc,  et  il  en 
mettra  sur  les  cornes  de  l'autel  tout 
autour.  "Il  fera  avec  son  doigt  sept 
fois  l'aspersion  du  sang  sur  l'autel;  il 
le  purifiera  et  le  sanctifiera,  à  cause 
des  impuretés  des  enfants  d'Israël. 

-"Lorsqu'il  aura  achevé  de  faire  l'ex- 
piation  pour   le   sanctuaire ,   pour  la 


et  qu'il  soit  lâché  dans  le  désert  pour     tente  d'assignation  et  pour  l'autel,  il 

fera  approcher  le  bouc  vivant.  -'Aaron 
posera  ses  deux  mains  sur  la  tête  du 
bouc  vivant,  et  il  confessera  sur  lui 
toutes  les  iniquités  des  enfants  d'Is- 
raël et  toutes  les  transgressions  par 
lesquelles  ils  ont  péché  ;  il  les  mettra 
sur  la  tête  du  bouc,  puis  il  le  chassera 
dans  le  désert,  à  l'aide  d'un  homme 
qui  aura  cette  charge.  ^*Le  bouc  em- 
portera sur  lui  toutes  leurs  iniquités 
dans  une  terre  désolée,  il  sera  chassé 
dans  le  désert. 

^^ Aaron  entrera  dans  la  tente  d'assi- 
gnation ;  il  quittera  les  vêtements  de 
lin  qu'il  avait  mis  en  entrant  dans  le 
sanctuaire,  et  il  les  déposera  là.  -^11 
lavera  son  corps  avec  de  l'eau  dans  un 
lieu  saint,  et  reprendra  ses  vêtements. 
Puis  il  sortira,  offrira  son  holocauste 
et  l'holocauste  du  peuple,  et  fera  l'ex- 
piation pour  lui  et  pour  le  peuple.  -^11 
brûlera  sur  l'autel  la  graisse  de  la  vic- 
time expiatoire. 

-^ Celui  qui  aura  chassé  le  bouc  pour 


Azazel. 

"Aaron  offrira  son  taureau  expia- 
toire, et  il  fera  l'expiation  pour  lui  et 
pour  sa  maison.  Il  égorgera  son  tau- 
reau expiatoire.  '-Il  prendra  un  brasier 
plein  de  charbons  ardents  ôtés  de  des- 
sus l'autel  devant  l'Eternel,  et  de  deux 
poignées  de  parfum  odoriférant  en  pou- 
dre ;  il  portera  ces  choses  au  delà  du 
voile;  '^il  mettra  le  parfum  sur  le  feu 
devant  l'Eternel,  afin  que  la  nuée  du 
parfum  couvre  le  propitiatoire  qui  est 
sur  le  témoignage,  et  il  ne  mourra 
point.  '■'Il  prendra  du  sang  du  taureau, 
et  il  fera  l'aspersion  avec  son  doigt  sur 
le  devant  du  propitiatoire  vers  l'orient  ; 
il  fera  avec  son  doigt  sept  fois  l'asper- 
sion du  sang  devant  le  propitiatoire. 

'^11  égorgera  le  bouc  expiatoire  pour 
le  peuple,  et  il  en  portera  le  sang  au 
delà  du  voile.  Il  fera  avec  ce  sang 
comme  il  a  fait  avec  le  sang  du  tau- 
reau, il  en  fera  l'aspersion  sur  le  pro- 
pitiatoire et  devant  le  propitiatoire. 


130 


LEVITIOUE. 


Clinp.  I0,r,-17,ii. 


Azazel  lavera  ses  vêtements,  et  lavera 
son  corps  dans  l'eau  ;  après  cela,  il  ren- 
trera dans  le  camp. 

-'On  emportera  hors  du  camp  le  tau- 
reau expiatoire  et  le  bouc  expiatoire 
dont  on  a  porté  le  sang  dans  le  sanc- 
tuaire pour  faire  l'expiation,  et  l'on 
brûlera  au  feu  leurs  peaux,  leur  chair 
et  leurs  excréments  .-'*  Celui  qui  les  brû- 
lera lavera  ses  vêtements,  et  lavera  son 
corps  dans  l'eau;  après  cela,  il  ren- 
trera dans  le  camp. 

-^ C'est  ici  pour  vous  une  loi  perpé- 
tuelle :  au  septième  mois,  le  dixième 
jour  du  mois,  vous  humilierez  vos 
âmes,  vous  ne  ferez  aucun  ouvrage,  ni 
l'indigène,  ni  l'étranger  qui  séjourne 
au  milieu  de  vous.  ^"Car  en  ce  jour  on 
fera  l'expiation  pour  vous,  afin  de  vous 
purifier  :  vous  serez  purifiés  de  tous 
vos  péchés  devant  l'Eternel.  ^'Ce  sera 
pour  vous  un  sabbat,  un  jour  de  repos, 
et  vous  humilierez  vos  âmes.  C'est  une 
loi  perpétuelle. 

'-L'expiation  sera  faite  par  le  prêtre 
qui  a  reçu  l'onction  et  qui  a  été  consa- 
cré pour  succéder  à  son  père  dans  le 
sacerdoce  ;  il  se  revêtira  des  vêtements 
de  lin,  des  vêtements  sacrés.  ^'11  fera 
l'expiation  pour  le  sanctuaire  de  sain- 
teté, il  fera  l'expiation  pour  la  tente 
d'assignation  et  pour  l'autel,  et  il  fera 
l'expiation  pour  les  prêtres  et  pour 
tout  le  peuple  de  l'assemblée.  '^Ce  se- 
ra pour  vous  une  loi  perpétuelle  :  il  se 
fera  une  fois  chaque  année  l'expiation 
pour  les  enfants  d'Israël,  à  cause  de 
leurs  péchés. 

On  fit  ce  que  l'Eternel  avait  ordonné 
à  Moïse. 

Lieu  destiné  aujc  sacrifices.  —  Défense 
de  manger  du  sang. 

Chap.  XVII.  'L'Eternel  parla  à 
Moïse,  et  dit  :  -Parle  à  Aaron  et  à  ses 
fils,  et  à  tous  les  enfants  d'Israël,  et 

rt.  Idoles  ayant  la  forme  de  boucs. 


tu  leur  diras  :  Voici  ce  que  l'Éternel 
a  ordonné. 

'Si  un  homme  de  la  maison  d'Israël 
égorge  dans  le  camp  ou  hors  du  camp 
un  bœuf,  un  agneau  ou  une  chèvre,  *et 
ne  l'amène  pas  à  l'entrée  de  la  tente 
d'assignation ,  pour  en  faire  une  of- 
frande à  l'Eternel  devant  le  tabernacle 
de  l'Eternel,  le  sang  sera  imputé  à  cet 
homme;  il  a  répandu  le  sang,  cet 
homme-là  sera  retranché  du  milieu  de 
son  peuple.  ^C'est  afin  que  les  enfants 
d'Israël,  au  lieu  de  sacrifier  leurs  vic- 
times dans  les  champs,  les  amènent 
au  prêtre,  devant  l'Eternel,  à  l'entrée 
de  la  tei>te  d'assignation,  et  qu'ils  les 
offrent  à  l'Eternel  en  sacrifices  d'ac- 
tions de  grâces.  *Le  prêtre  en  répandra 
le  sang  sur  l'autel  de  l'Eternel,  à  l'en- 
trée de  la  tente  d'assignation  ;  et  il  brû- 
lera la  graisse,  qui  sera  d'une  agréable 
odeur  à  l'Eternel.  'Ils  n'offriront  plus 
leurs  sacrifices  aux  boucs  ",  avec  les- 
quels ils  se  prostituent.  Ce  sera  une  loi 
perpétuelle  pour  eux  et  pour  leurs  des- 
cendants. *Tu  leur  diras  donc  :  Si  un 
homme  de  la  maison  d'Israël  ou  des 
étrangers  qui  séjournent  au  milieu 
d'eux  offre  un  holocauste  ou  une  vic- 
time, 'et  ne  l'amène  pas  à  l'entrée  de 
la  tente  d'assignation,  pour  l'offrir  en 
sacrifice  à  l'Eternel,  cet  homme-là 
sera  retranché  de  son  peuple. 

'"Si  un  homme  de  la  maison  d'Israël 
ou  des  étrangers  qui  séjournent  au  mi- 
lieu d'eux  mange  du  sang  d'une  espèce 
quelconque,  je  tournerai  ma  face  con- 
tre celui  qui  mange  le  sang,  et  je  le 
retrancherai  du  milieu  de  son  peuple. 
"  Car  l'âme  de  la  chair  est  dans  le  sang. 
Je  vous  l'ai  donné  sur  l'autel,  afin  qu'il 
servît  d'expiation  pour  vos  âmes,  car 
c'est  par  l'àme  que  le  sang  fait  l'expia- 
tion. '"C'est  pourquoi  j'ai  dit  aux  en- 
fants d'Israël  :  Personne  d'entre  vous 
ne  mangera  du  sang,  et  l'étranger  qui 
séjourne  au  milieu  de  vous  ne  man- 


131 


Chap.  17, 13-18, 22. 


LEVITIQUE. 


géra  pas  du  sang.  ''Si  quelqu'un  des  de  ta  sœur,  fille  de  ton  père  ou  fille  de 

enfants  d'Israël  ou  des  étrangers  qui  ta  mère,  née  dans  la  maison  ou  née  hors 

séjournent  au  milieu  d'eux  prend  à  la  de  la  maison. 

chasse  un  animal  ou  un  oiseau  qui  se  "'Tu  ne  découvriras  point  la  nudité 

manare,  il  en  versera  le  sans:  et  le  cou-  de  la  fille  de  ton  fils  ou  de  la  fille  de  ta 

vrira  de  poussière.  "Car  l'àme  de  toute  fille.  Car  c'est  ta  nudité. 

chair,  c'est  son  sang  qui  est  dans  son  "Tu  ne  découvriras  point  la  nudité 

àme.  C'est  pourquoi  j'ai  dit  aux  en-  de  la  fille  de  la  femme  de  ton  père,  née 

fants  d'Israël  :  Vous  ne  mangerez  le  de  ton  père.  C'est  ta  sœur. 

sang  d'aucune  chair;  car  l'àme  de  toute  '-Tu  ne  découvriras  point  la  nudité 

chair,  c'est  son  sang  :  quiconque  en  de  la  sœur  de  ton  père.  C'est  la  proche 

mangera  sera  retranché.  parente  de  ton  père. 

'^Toute  personne,  indigène  ou  étran-  '^Tu  ne  découvriras  point  la  nudité 

gère,  qui  mangera  d'une  bête  morte  de  la  sœur  de  ta  mère.  Car  c'est  la  pro- 

ou  déchirée,  lavera  ses  vêtements,  se  che  parente  de  ta  mère, 

lavera  dans  l'eau,  et  sera  im-jiure  jus-  '^Tu  ne  découvriras  point  la  nudité 

qu'au  soir;  puis  elle  sera  pure.  "'Sicile  du  frère  de  ton  père.  Tu  ne  t'approche- 

ne  lave  pas  ses  vêtements,  et  ne  lave  ras  point  de  sa  femme.  C'est  ta  tante, 

pas  son  corps,  elle  portera  la  peine  de  '^Tu  ne  découvriras  point  la  nudité 

sa  faute.  de  ta  belle-fille.  C'est  la  femme  de  ton 

fils  :  tu  ne  découvriras  point  sa  nudité. 

Chap.  XVIII.       'L'Éternel  parla  à  "'Tu  ne  découvriras  point  la  nudité 

Moïse,  et  dit  :  -Parle  aux  enfants  d'Is-  de  la  femme  de  ton  frère.  C'est  la  nu- 

raël,  et  tu  leur  diras  :  Je  suis  l'Eternel,  dite  de  ton  frère. 

votre  Dieu.  'Vous  ne  ferez  point  ce  qui  '"Tu  ne  découvriras  point  la  nudité 

se  fait  dans  le  pays  d'Egypte  où  vous  d'une  femme  et  de  sa  fille.  Tu  ne  pren- 

avez  habité,  et  vous  ne  ferez  point  ce  dras  point  la  fille  de  ton  fils,  ni  la  fille 

qui  se  fait  dans  le  pays  de  Canaan  où  de  sa  fille,  pour  découvrir  leur  nudité, 

je  vous  mène  :  vous  ne  suivrez  point  Ce  sont  tes  proches  parentes  :  c'est  un 

leurs  usages.  *Vous  pratiquerez  mes  crime. 

ordonnances,  et  vous  observerez  mes  '^Tu  ne  prendras  point  la  sœurdeta 

lois  :  vous  les  suivrez.  Jesuis  l'Eternel,  femme,  pour  exciter  une  rivalité,  en  dé- 

votre  Dieu.  ''Vous  observerez  mes  lois  couvrant  sa  nudité  à  côté  de  ta  femme 

et  mes  ordonnances  :  l'homme  qui  les  pendant  sa  vie. 

mettra  en  pratique  vivra  par  elles.  Je  '"Tu  ne  t'approcheras  point  d'une 

suis  rÉternel.  femme  pendant  son  impureté  mens- 

"Nul  de  vous  ne  s'approchera  de  sa  truelle,  pour  découvrir  sa  nudité, 

parente,  pour  découvrir  sa  nudité.  Je  -"Tu  n'auras  point  commerce  avec  la 

suis  l'Éternel.  femme  de  ton  prochain,  pour  te  souil- 

'Tu  ne  découvriras  point  la  nudité  1er  avec  elle, 

de  ton  père,  ni  la  nudité  de  ta  mère.  ^' Tu  ne  livreras  aucun  de  tes  enfants 

C'est  ta  mère  :  tu  ne  découvriras  point  pour  le  faire  passer  à  Moloc",  et  tu  ne 

sa  nudité.  profaneras  point  le  nom  de  ton  Dieu. 

*Tu  ne  découvriras  point  la  nudité  Je  suis  l'Éternel, 

de  la  femme  de  ton  père.  C'est  la  nu-  "Tu   ne   coucheras   point   avec  un 

dite  de  ton  père.  homme   comme  on  couche  avec  une 

'•*Tu  ne  découvriras  point  la  nudité  femme.  C'est  une  abomination. 

«.   Mo/oc,   divinité  dos  Aimnoiiitos,  en  Ihunneur  de  laquelle  on  sacrifiait  de  petily  enfants. 

132 


LEVITIQUE. 


Chnp.  I8,2:j-J9,n. 


-^  Tu  ne  coucheras  point  avec  une 
bêle,  pour  te  souiller  avec  elle.  La 
femme  ne  s'approchera  point  d'une 
bête,  pour  se  prostituer  à  elle.  C'est 
une  confusion. 

"Ne  vous  souillez  par  aucune  de  ces 
choses,  car  c'est  par  toutes  ces  choses 
que  se  sont  souillées  les  nations  que  je 
vais  chasser  devant  vous.  -^Le  pays  en 
a  été  souillé;  je  punirai  son  iniquité, 
et  le  pays  vomira  ses  habitants.  -"Vous 
observerez  donc  mes  lois  et  mes  or- 
donnances, et  vous  ne  commettrez  au- 
cune de  ces  abominations,  ni  l'indi- 
gène, ni  l'étranger  qui  séjourne  au 
milieu  de  vous.  "Car  ce  sont  là  toutes 
les  abominations  qu'ont  commises  les 
hommes  du  Jiays,  qui  y  ont  été  avant 
vous  ;  et  le  pays  en  a  été  souillé.  -* Pre- 
nez garde  que  le  pays  ne  vous  vomisse, 
si  vous  le  souillez,  comme  il  aura  vomi 
les  nations  qui  y  étaient  avant  vous. 
-^Car  tous  ceux  qui  commettront  quel- 
qu'une de  ces  abominations  seront  re- 
tranchés du  milieu  de  leur  peuple. 
'"Vous  observerez  mes  commande- 
ments, et  vous  ne  pratiquerez  aucun 
des  usages  abominables  qui  se  prati- 
([uaient  avant  vous,  vous  ne  aous  en 
souillerez  pas.  Je  suis  l'Eternel,  votre 
Dieu. 

Lois  religieuses,  cérémonicl/cs  et  inorales. 

Chap.  XIX.  '  L'Éternel  parla  à  Moï- 
se, et  dit  :  -Parle  à  toute  l'assemblée 
des  enfants  d'Israël,  et  tu  leur  diras  : 

Soyez  saints,  car  je  suis  saint,  moi, 
l'Eternel,  Aotre  Dieu. 

'Chacun  de  vous  respectera  sa  mère 
et  son  père,  et  observera  mes  sabbats. 
Je  suis  l'Eternel,  votre  Dieu. 

■•Vous  ne  vous  tournerez  point  vers 
les  idoles,  et  vous  ne  vous  ferez  point 
des  dieux  de  fonte. 

^ Quand  vous  offrirez  à  l'Eternel  un 
sacrifice  d'actions  de  grâces,  vous  l'of- 
frirez de  manière  à  ce  qu'il  soit  agréé. 
"La  A'ictime  sera   mangée  le  jour  où 


vous  la  sacrifierez,  ou  le  lendemain  ; 
ce  qui  restera  jusqu'au  troisième  jour 
sera  brCdé  au  feu.  "Si  l'on  en  mange  le 
troisième  jour,  ce  sera  une  chose  in- 
fecte :  le  sacrifice  ne  sera  point  agréé. 
*  Celui  qui  en  mangera  portera  la  peine 
de  son  péché,  car  il  profane  ce  qui  est 
consacré  à  l'Eternel  :  cette  personne- 
là  sera  retranchée  de  son  peuple. 

^Quand  vous  ferez  la  moisson  dans 
votre  pays,  tu  laisseras  un  coin  de  ton 
champ  sans  le  moissonner,  et  tu  ne 
ramasseras  pas  ce  qui  reste  à  glaner. 
'"Tu  ne  cueilleras  pas  non  plus  les 
grappes  restées  dans  ta  vigne,  et  tu  ne 
ramasseras  pas  les  grains  qui  en  seront 
tombés.  Tu  abandonneras  cela  au  pau- 
vre et  à  l'étranger.  Je  suis  l'Eternel, 
votre  Dieu. 

"Vous  ne  déroberez  point,  et  vous 
n'userez  ni  de  mensonge  ni  de  trompe- 
perie  les  uns  envers  les  autres. 

'-Vous  ne  jurerez  point  faussement 
par  mon  nom,  car  tu  ^profanerais  le 
nom  de  ton  Dieu.  Je  suis  l'Eternel. 

'■'Tu  n'op])rimeras  point  ton  pro- 
chain, et  tu  ne  raviras  rien  par  vio- 
lence. 

Tu  ne  retiendras  point  jusqu'avi  len- 
demain le  salaire  du  mercenaire. 

'^Tu  ne  maudiras  point  un  sourd,  et 
tu  ne  mettras  devant  un  aveugle  rien 
qui  puisse  le  faire  tomber  ;  car  tu  au- 
ras la  crainte  de  ton  Dieu..  Je  suis  l'E- 
ternel. 

'^Tu  ne  commettras  point  d'iniquité 
dans  tes  jugements  :  tu  n'auras  point 
égard  à  la  personne  du  pauvre ,  et  tu 
ne  favoriseras  point  la  personne  du 
grand,  mais  tu  jugeras  ton  prochain 
selon  la  justice. 

'"Tu  ne  répandras  point  de  calom- 
nies parmi  ton  peuple.  Tu  ne  t'élève- 
ras point  contre  le  sang  de  ton  pro- 
chain. Je  suis  l'Eternel. 

"Tu  ne  haïras  point  ton  frère  dans 
ton  cœur;  tu  pourras  reprendre  ton 
prochain,  mais  tu  ne  te  chargeras  point 


133 


Chap.  19,18-20,. 


LEVITIQUE. 


d'un  péché  à  cause  de  lui.  '^Tu  ne  te  °'Tu  ne  profaneras  point  ta  fdle  en 

vengeras  point,  et  tu  ne  garderas  point     la  livrant  à  la  prostitution,  de  peur  que 


% 


de  rancune  contre  les  enfants  de  ton 
peuple.  Tu  aimeras  ton  prochain  com- 
me toi-même.  Je  suis  rÉternel. 

'^Vous  obserAcrez  mes  lois. 

Tu  n'accoupleras  point  des  bestiaux 
de  deux  espèces  différentes;  tu  n'en- 
semenceras point  ton  champ  de  deux 


le  pays  ne  se  prostitue  et  ne  se  rem- 
plisse de  crimes. 

^"Vous  observerez  mes  sabbats,  et 
vous  révérerez  mon  sanctuaire.  Je  suis 
l'Éternel. 

^'Ne  vous  tournez  point  vers  ceux 
qui  évoquent  les  esprits,  ni  vers  les  de- 


espèces  de  semences  ;  et  tu  ne  porteras      vins  ;  ne  les  recherchez  point,  de  peur 
pas  un  vêtement  tissu  de  deux  espèces 
de  fils. 

-"Lorsqu'un  homme  couchera  et  aura 
commerce  avec  une  femme,  si  c'est  une 
esclave  fiancée  à  un  autre  homme,  et 
qui  n'a  pas  été  rachetée  ou  affranchie, 
ils  seront  châtiés,  mais  non  punis  de 
mort,  parce  qu'elle  n'a  pas  été  affran- 


de  vous  souiller  avec  eux.  Je  suis  l'É- 
ternel, votre  Dieu. 

^-Tu  te  lèveras  devant  les  cheveux 
blancs,  et  tu  honoreras  la  personne  du 
vieillard.  Tu  craindras  ton  Dieu.  Je 
suis  l'Eternel. 

^'  Si  un  étranger  vient  séjourner  avec 
vous  dans  votre  pays,  vous  ne  l'oppri- 


chie.  ^'L'homme  amènera  pour  sa  faute      merez  point.  '^Vous  traiterez  l'étran 
à  l'Eternel,  à  l'entrée  de  la  tente  d'assi 
gnation,  un  bélier  en  sacrifice  deculpa 


bilité.  "Le  prêtre  fera  pour  lui  l'expia- 
tion devant  l'Eternel  avec  le  bélier 
offert  comme  victime  pour  le  péché 
qu'il  a  commis,  et  le  péché  qu'il  a  com- 
mis lui  sera  pardonné. 

-^  Quand  vous  serez  entrés  dans  le 
pays,  et  que  vous  y  aurez  planté  toutes 
sortes  d'arbres  fruitiers,  vous  en  re- 
garderez les  fruits  comme  incirconcis  ; 
pendant  trois  ans,  ils  seront  pour  vous 
incirconcis;  on  n'en  mangera  point. 
-"•La  quatrième  année,  tous  leurs  fruits 
seront  consacrés  à  l'Eternel  au  milieu 
des  réjouissances.  -^La  cinquième  an- 
née, vous  en  mangerez  les  fruits,  et 
vous  continuerez  à  les  récolter.  Je  suis 
l'Eternel,  votre  Dieu. 

-^Vous  ne  mangerez  rien  avec  du 
sang.  Vous  n'observerez  ni  les  serpents 
ni  les  nuages  pour  en  tirer  des  pro- 
nostics. -^Vous  ne  couperez  point  en 
rond  les  coins  de  votre  chevelure,  et  tu 
ne  raseras  point  les  coins  de  ta  barbe. 
^^Vous  ne  ferez  point  d'incisions  dans 
votre  chair  pour  un  mort,  et  vous  n'im- 
primerez point  de  ligures  sur  vous.  Je 
suis  l'Éternel. 


ger  en  séjour  parmi  vous  comme  un 
indigène  du  milieu  de  vous;  vous  l'ai- 
merez comme  vous-mêmes,  car  vous 
avez  été  étrangers  dans  le  pays  d'E- 
gypte. Je  suis  l'Éternel,  votre  Dieu. 

^""Vous  ne  commettrez  point  d'ini- 
quité ni  dans  les  jugements,  ni  dans 
les  mesures  de  dimension,  ni  dans  les 
poids,  ni  dans  les  mesures  de  capacité. 
^^Vous  aurez  des  balances  justes,  des 
poids  justes,  des  épha  justes  et  des  hin 
justes.  Je  suis  l'Éternel,  votre  Dieu, 
qui  vous  ai  fait  sortir  du  pays  d'Egypte. 

^' Vous  observerez  toutes  mes  lois  et 
toutes  mes  ordonnances,  et  a^ous  les 
mettrez  en  pratique.  Je  suis  l'Éternel. 

Peines  contre  divers  crimes. 

Chap .  XX.  '  L'Éternel  parla  à  Moï- 
se, et  dit  :  -Tu  diras  aux  enfants  d'Is- 
raël : 

Si  un  homme  des  enfants  d'Israël  ou 
des  étrangers  qui  séjournent  en  Israël 
livre  à  Moloc  l'un  de  ses  enfants,  il  sera 
puni  de  mort  :  le  peuple  du  pays  le  la- 
pidera. ^Et  moi,  je  tournerai  ma  facej 
contre  cet  homme,  et  je  le  retranche- 
rai du  milieu  de  son  peuple,  parce  qu'il 
a  livré  de  ses  enfants  à  Moloc,  souillé 


134 


LEVITIQUE. 


C  ha  p.  20,1.-. 


2â. 


mon  sanctuaire  et  profané  mon  saint 
nom.  ■'Si  le  jjeuple  du  pays  détourne 
ses  regards  de  cet  homme,  qui  livre  de 
ses  entants  à  Moloc,  et  s'il  ne  le  fait 
pas  mourir,  ^je  tournerai,  moi,  ma  face 
contre  cet  homme  et  contre  sa  famille, 
et  je  le  retrancherai  du  milieu  de  son 
peuple,  avec  tous  ceux  qui  se  prosti- 
tuent comme  lui  en  se  prostituant  à 
Moloc. 

'Si  quelqu'un  s'adresse  aux  morts  et 
aux  esprits,  pour  se  prostituer  après 
eux,  je  tournerai  ma  face  contre  cet 
homme,  je  le  retrancherai  du  milieu  de 
son  peuple.  'Vous  vous  sanctifierez,  et 
vous  serez  saints,  car  je  suis  l'Eternel, 
votre  Dieu.  *Vous  observerez  mes  lois, 
et  vous  les  mettrez  en  pratique.  Je  suis 
l'Eternel,  qui  vous  sanctifie. 


il  sera  puni  de  mort;  et  vous  tuerez  la 
bête . 

'*Si  une  femme  s'approche  d'une 
bête,  pour  se  prostituer  à  elle,  tu  tue- 
ras la  femme  et  la  bête  ;  elles  seront 
mises  à  mort  :  leur  sang  retombera  sur 
elles. 

"Si  un  homme  prend  sa  sœur,  fille 
de  son  père  ou  fille  de  sa  mère,  s'il 
voit  sa  nudité  et  qu'elle  voie  la  sienne, 
c'est  une  infamie;  ils  seront  retranchés 
sous  les  yeux  des  enfants  de  leur  peu- 
ple :  il  a  découvert  la  nudité  de  sa  sœur, 
il  portera  la  j^eine  de  son  péché. 

'*Si  un  homme  couche  avec  une  fem- 
me qui  a  son  indisposition,  et  décou- 
vre sa  nudité,  s'il  découvre  son  flux  et 
qu'elle  découvre  le  flux  de  son  sang, 
ils  seront  tous  deux  retranchés  du  mi- 


*Si  un  homme  quelconque  maudit     lieu  de  leur  peuple 


son  père  ou  sa  mère,  il  sera  puni  de 
mort  ;  il  a  maudit  son  père  ou  sa  mère  : 
son  sang  retombera  sur  lui. 

'"Si  un  homme  commet  adultèreavec 
une  femme  mariée,  s'il  commet  adul- 
tère avec  la  femme  de  son  prochain, 
l'homme  et  la  femme  adultères  seront 
punis  de  mort. 

"  Si  un  homme  couche  avec  la  femme 
de  son  père,  et  découvre  ainsi  la  nudité 
de  son  père,  cet  homme  et  cette  femme 
seront  punis  de  mort  ;  leur  sang  retom- 
bera sur  eux. 

'^  Si  un  homme  couche  avec  sa  belle- 
fille,  ils  seront  tous  deux  punis  de 
mort;  ils  ont  fait  une  confusion  :  leur 
sang  retombera  sur  eux. 

'^Si  un  homme  couche  avec  un  hom- 
me comme  on  couche  avec  une  femme, 
ils  ont  fait  tous  deux  une  chose  abomi- 
nable; ils  seront  punis  de  mort  :  leur 
sang  retombera  sur  eux. 

'*Si  un  homme  j)rend  jiour  femmes 
la  fille  et  la  mère,  c'est  un  crime  :  on 
les  brûlera  au  feu,  lui  et  elles,  afin 
<jue  ce  crime  n'existe  ])as  au  milieu  de 
vous. 

'^Si  un  homme  couche  avec  une  bête. 


"Tu  ne  découvriras  point  la  nudité 
de  la  sœur  de  ta  mère,  ni  de  la  sœur  de 
ton  père,  car  c'est  découvrir  sa  proche 
parente  :  ils  porteront  la  ]:)cine  de  leur 
péché. 

-"Si  un  homme  couche  avec  sa  tante, 
il  a  découvert  la  nudité  de  son  oncle  ; 
ils  porteront  la  peine  de  leur  péché, 
ils  mourront  sans  enfants. 

^'Si  un  homme  prend  la  femme  de 
son  frère,  c'est  une  impureté;  il  a  dé- 
couvert la  nudité  de  son  frère  :  ils  se- 
ront sans  enfants. 

^' Vous  observerez  toutes  mes  lois  et 
toutes  mes  ordonnances,  et  vous  les 
mettrez  en  pratique,  afin  que  le  pays 
où  je  vous  mène  pour  vous  y  établir  ne 
vous  vomisse  point.  ^^Vous  ne  suivrez 
point  les  usages  des  nations  que  je  vais 
chasser  devant  vous;  car  elles  ont  fait 
toutes  ces  choses,  et  je  les  ai  en  abo- 
mination. -*Je  vous  ai  dit  :  C'est  vous 
qui  ])osscderez  leur  pays  ;  je  vous  en 
donnerai  la  possession  :  c'est  un  pays 
où  coulent  le  lait  et  le  miel.  Je  suis 
l'Eternel,  votre  Dieu,  qui  vous  ai  sé- 
parés des  peuples. 

"Vous  observerez  la  distinction  en- 


135 


Chap.  20,  26-21,  23. 


LEVITIQUE. 


tre  les  animaux  purs  et  impurs,  entre 
les  oiseaux  purs  et  impurs,  afin  de  ne 
pas  rendre  vos  personnes  abominables 
par  des  animaux,  par  des  oiseaux,  par 
tous  les  reptiles  de  la  terre,  que  je  vous 
ai  appris  à  distinguer  comme  impurs. 
^^Vous  serez  saints  pour  moi,  car  je 
suis  saint,  moi,  l'Eternel;  je  vous  ai 
séparés  des  peuples ,  afin  que  vous 
soyez  à  moi. 

-'Si  un  homme  ou  une  femme  ont  en 
eux  l'esprit  d'un  mort  ou  un  esprit  de 
divination,  ils  seront  punis  de  mort; 
on  les  lapidera  :  leur  sang  retombera 
sur  eux. 

Ordonnances  relatii'es  aux  prêtres. 

Chap.  XXI.  '  L'Éternel  dit  à  Moïse  : 
Parle  aux  prêtres,  fds  d'Aaron,  et  tu 
leur  diras  : 

Un  prêtre  ne  se  rendra  point  im- 
j)ur  parmi  son  peuple  pour  un  mort, 
-  excepté  pour  ses  plus  proches  parents , 
pour  sa  mère,  pour  son  père,  pour  son 
fils,  pour  son  frère,  '^et  aussi  pour  sa 
sœur  encore  vierge,  qui  le  touche  de 
près  lorsqu'elle  n'est  pas  mariée.  *Chef 
parmi  son  peuple,  il  ne  se  rendra  point 
impur  en  se  profanant. 

^Les  prêtres  ne  se  feront  point  de 
place  chauve  sur  la  tête,  ils  ne  rase- 
ront point  les  coins  de  leur  barbe,  et 
ils  ne  feront  point  d'incisions  dans  leur 
chair.  ^Ils  seront  saints  pour  leur  Dieu, 
et  ils  ne  profaneront  pas  le  nom  de  leur 
Dieu;  car  ils  offrent  à  l'Eternel  les  sa- 
crifices consumés  par  le  feu,  l'aliment 
de  leur  Dieu  :  ils  seront  saints. 

"Ils  ne  prendront  point  une  femme 
prostituée  ou  déshonorée,  ils  ne  pren- 
dront point  une  femme  répudiée  par 
son  mari,  car  ils  sont  saints  pour  leur 
Dieu.  *Tu  regarderas  un  prêtre  comme 
saint,  car  il  offre  l'aliment  de  ton  Dieu  ; 
il  sera  saint  pour  toi,  car  je  suis  saint, 
moi,  l'Eternel,  qui  vous  sanctifie. 

'Si  la  fille  d'un  prêtre  se  déshonore 


en  se  prostituant,  elle  déshonore  son 
père  :  elle  sera  brûlée  au  feu. 

'"Le  prêtre,  qui  a  la  supériorité  sur 
ses  frères,  sur  la  tête  duquel  a  été  ré- 
pandue l'huile  d'onction,  et  qui  a  été 
consacré  et  revêtu  des  vêtements  sa- 
crés, ne  découvrira  point  sa  tête  et  ne 
déchirera  point  ses  vêtements.  "Il 
n'ira  vers  aucun  mort;  il  ne  se  rendi'a 
point  impur,  ni  pour  son  père,  ni  pour 
sa  mère.  '-Il  ne  sortira  point  du  sanc- 
tuaire, et  ne  profanera  point  le  sanc- 
tuaire de  son  Dieu  ;  car  l'huile  d'onc- 
tion de  son  Dieu  est  une  couronne  sur 
lui.  Je  suis  lEternel. 

'^11  prendra  ])our  femme  une  A'ierge. 
'''Il  ne  prendra  ni  une  veuve,  ni  une 
femme  répudiée,  ni  une  femme  désho- 
norée ou  prostituée  ;  mais  il  prendra 
pour  femme  une  vierge  parmi  son  peu- 
ple. '^11  ne  déshonorera  point  sa  pos- 
térité parmi  son  peu|ile;  car  je  suis 
l'Eternel,  qui  le  sanctifie. 

'^LEternel  parla  à  Moïse,  et  dit: 
"Parie  à  Aaron,  et  dis  : 

Tout  homme  de  ta  race  et  parmi  tes 
descendants,  qui  aura  un  défaut  cor- 
porel, ne  s'approchera  point  pour  offrir 
l'aliment  de  son  Dieu.  '"Tout  homme 
qui  aura  un  défaut  corporel  ne  pourra 
s'approcher  :  un  homme  aveugle,  boi- 
teux, ayant  le  nez  camus  ou  un  mem- 
bre allongé;  '"un  homme  ayant  une 
fracture  au  pied  ou  à  la  main;  *"un 
homme  bossu  ou  grêle,  ayant  une  tache 
à  l'œil,  la  gale,  une  dartre  ou  les  tes- 
ticules écrasés.  -'Tout  homme  de  la 
race  du  prêtre  Aaron,  qui  aura  un  dé- 
faut corporel,  ne  s'approchera  point 
pour  offrir  à  l'Eternel  les  sacrifices 
consumés  par  le  feu;  il  a  un  défaut 
corporel  :  il  ne  s'approchera  point  pour 
offrir  l'aliment  de  son  Dieu.  ^Ml  pourra 
manger  l'aliment  de  son  Dieu,  des 
choses  très  saintes  et  des  choses  sain- 
tes. ^^Mais  il  n'ira  point  vers  le  voile, 
et  il  ne  s'approchera  point  de  l'autel, 
car  il  a  un  défaut  corporel  ;  il  ne  pro- 


i;}6 


LEVITIQUE. 


Lhap.  '2l,r.-'rJ,n. 


fanera  point  mes  sanctuaires,   car  je 
suis  l'Eternel,  qui  les  sanctifie. 

"C'est  ainsi  que  parla  Moïse  à  Aaron 
et  à  ses  fils,  et  à  tous  les  enfants  d'Is- 
raël. 

Cas  où  il  est  défendu  de  manger  des  victimes 
consacrées.  —  CJioix  des  vicliincs  pour  les 
sacrifices. 

Clmp.  XXII.  'L'Eternel  parla  à 
Moïse,  et  dit  :  -Parle  à  Aaron  et  à  ses 
fils,  afin  qu'ils  s'abstiennent  des  cho- 
ses saintes  qui  me  sont  consacrées  par 
les  enfants  d'Israël,  et  qu'ils  ne  pro- 
fanent ])oint  mon  saint  nom.  Je  suis 
l'Eternel.  ^Dis-leur: 

Tout  homme  parmi  vos  descendants 
et  de  votre  race,  qui  s'approchera  des 
choses  saintes  que  consacrent  à  l'E- 
ternel les  enfants  d'Israël,  et  qui  aura 
sur  lui  quelque  impureté,  cet  homme- 
là  sera  retranché  de  devant  moi.  Je 
suis  l'Eternel. 

*Tout  homme  de  la  race  d'Aaron, 
qui  aura  la  lèpre  ou  une  gonorrhée, 
ne  mangera  j^oint  des  choses  saintes, 
jusqu'à  ce  qu'il  soit  pur.  Il  en  sera  de 
même  pour  celui  qui  touchera  une 
personne  souillée  par  le  contact  d'un 
cadavre,  pour  celui  qui  aura  une  pol- 
lution, ^pour  celui  qui  touchera  un 
reptile  et  en  aura  été  souillé,  ou  un 
homme  atteint  d'une  impureté  quel- 
conque et  en  aura  été  souillé.  *  Celui 
qui  touchera  ces  choses  sera  impur 
jusqu'au  soir;  il  ne  mangera  pas  des 
choses  saintes,  mais  il  lavera  son  corps 
dans  l'eau  ;  'après  le  coucher  du  soleil, 
il  sera  pur,  et  il  mangera  ensuite  des 
choses  saintes,  car  c'est  sa  nourriture. 

Ml  ne  mangera  point  d'une  bête 
morte  ou  déchirée,  afin  de  ne  pas  se 
souiller  par  elle.  Je  suis  l'Eternel. 

*Ils  observeront  mes  commande- 
ments, de  peur  qu'ils  ne  portent  la 
peine  de  leur  péché  et  qu'ils  ne  meu- 
rent, pour  avoir  profané  les  choses  sain- 
tes. Je  suis  l'Eternel,  (lui  les  sanctifie. 


'"Aucun  étranger  ne  mangera  des 
choses  saintes  ;  celui  qui  demeure  chez 
un  prêtre  et  le  mercenaire  ne  mange- 
ront jioint  des  choses  saintes.  "Mais 
un  esclave  acheté  par  le  prêtre  à  prix 
d'argent  pourra  en  manger,  de  même 
que  celui  qui  est  né  dans  sa  maison  ; 
ils  mangeront  de  sa  nourriture. 

'-La  fille  d'un  prêtre,  mariée  à  un 
étranger,  ne  mangera  point  des  choses 
saintes  offertes  par  élévation.  ''Mais 
la  fille  d'un  prêtre,  qui  sera  veuve  ou 
répudiée,  sans  avoir  d'enfants,  et  qui 
retournera  dans  la  maison  de  son  père 
comme  dans  sa  jeunesse,  pourra  man- 
ger de  la  nourriture  de  son  père.  Au- 
cun étrangfer  n'en  mandera. 

'^Si  un  homme  mange  involf)ntaire- 
ment  d'une  chose  sainte,  il  donnera 
au  prêtre  la  valeur  de  la  chose  sainte, 
en  y  ajoutant  un  cinquième.  '^Les 
prêtres  ne  profaneront  point  les  choses 
saintes  qui  sont  présentées  par  les  en- 
fants d'Israël,  et  qu'ils  ont  offertes  par 
élévation  à  l'Eternel;  '^ils  les  charge- 
raient ainsi  du  péché  dont  ils  se  ren- 
draient coupables  en  mangeant  les 
c-hoses  saintes  :  car  je  suis  l'Eternel, 
{jui  les  sanctifie. 

'"L'Eternel  parla  à  Moïse,  et  dit: 
'"Parle  à  Aaron  et  à  ses  fils,  et  à  tous 
les  enfants  d'Israël,  et  tu  leur  diras  : 

Tout  homme  de  la  maison  d'Israël 
ou  des  étrangers  en  Israël,  qui  offrira 
un  holocauste  à  l'Eternel,  soit  pour  l'ac- 
complissement d'un  vœu,  soit  comme 
offrande  volontaire,  'éprendra  un  mâle 
sans  défaut  parmi  les  bœufs ,  les 
agneaux  ou  les  chèvres ,  afin  que  sa 
victime  soit  agréée.  -"Vous  n'en  offri- 
rez aucune  qui  ait  un  défaut,  car  elle 
ne  serait  pas  agréée.  -'Si  un  homme 
offre  à  l'Eternel  du  gros  ou  du  menu 
bétail  en  sacrifice  d'actions  de  grâces, 
soit  pour  l'accomplissement  d'un  vœu, 
soit  comme  ofTrande  volontaire,  la 
victime  sera  sans  défaut,  afin  qu'elle 
soit  agréée;  il  n'y  aura  en  elle  aucun 


:{/ 


Chap.  22,^-23,1'.. 


LEVITIQUE. 


défaut.  ^*Vous  n'en  offrirez  point  qui  blierez,   seront  de    saintes    convoca- 

soit  aveugle,  estropiée  ou  mutilée,  qui  tions.  Voici  quelles  sont  mes  fêtes, 

ait  des  ulcères,  la  gale  ou  une  dartre;  ^On  travaillera   six  jours;   mais   le 

vous  n'en  ferez  point  sur  l'autel  un  sa-  septième  jour  est  le  sabbat,  le  jour  du 

crifice  consumé  par  le  feu  devant  l'E-  repos  :  il  y  aura  une  sainte  convoca- 

ternel.  -^Tu  pourras  sacrifier  comme  tion.  Vous  ne  ferez  aucun   ouvrage  : 

offrande  volontaire    un    bœuf  ou    un  c'est  le  sabbat  de  l'Eternel,  dans  tou- 

agneau  ayant  un  membre  trop  long  ou  tes  vos  demeures. 

trop  court,  mais  il  ne  sera  point  agréé  *  Voici   les   fêtes   de    l'Éternel,    les 

pour    l'accomplissement    d'un     vœu.  saintes  convocations,  que  vous  publie- 

^^Vous  n'offrirez  point  à  l'Eternel  un  rez  à  leurs  temps  fixés, 

animal  dont  les  testicules  ont  été  frois-  ^Le   premier  mois,  le   quatorzième 

ses,  écrasés,  arrachés  ou  coupés;  vous  jour  du  mois,  entre  les  deux  soirs,  ce 

ne   l'offrirez   point   en   sacrifice   dans  sera  la  Pàque  de  l'Eternel.  *  Et  le  quin- 

votre  pays.  -^Vous  n'accepterez  de  l'é-  zième  jour  de  ce  mois,  ce  sera  la  fête 

trangcr  aucune  de  ces  victimes,  pour  des  pains  sans  levain  en  l'honneur  de 

l'offrir  comme  aliment  de  votre  Dieu  ;  l'Eternel  ;  vous  mangerez  pendant  sept 

car  elles  sont  mutilées,  elles  ont  des  jours  des  pains  sans  levain,  'Le  pre- 

défauts:  ellesneseraientpointagréées.  mier  jour,  vous  aurez  une  sainte  con- 

^^ L'Eternel  dit  à  Moïse  :  "Un  bœuf,  vocation  :  vous  ne  ferez  aucune  œuvre 

un   agneau   ou  une  chèvre,   quand  il  servile.  *Vous  offrirez  à  TEternel,  pen- 

naîtra,  restera  sept  jours  avec  sa  mère  ;  dant  sept  jours,  des  sacrifices  consu- 

dès  le  huitième  jour  et  les  suivants,  il  mes  par  le  feu.  Le  septième  jour,  il  y 

sera  agréé  pour  être  offert  à  l'Éternel  aura  une  sainte  convocation  :  vous  ne 

en  sacrifice  consumé  par  le  feu.  ^^Bœuf  ferez  aucune  œuvre  servile. 

ou  agneau,  vous  n'égorgerez  pas  un  ^L'Eternel   parla   à   Moïse,   et  dit: 

animal  et  son  petit  le  même  jour.  '"Parle  aux  enfants  d'Israël,  et  tu  leur 

-'Quand  vous  offrirez  à  l'Éternel  un  diras  : 

sacrifice  d'actions  de  grâces,  vous  fe-  Quand  vous  serez  entrés  dans  le  pays 

rez  en  sorte  qu'il  soit  agréé.  ^"La  vie-  que  je  vous  donne,  et  que  vous  y  ferez 

time  sera  mangée  le  jour  même;  vous  la  moisson,  vous  apporterez  au  prêtre 

n'en  laisserez  rien  jusqu'au  matin.  Je  une  gerbe,  prémices  de  votre  moisson, 

suis  l'Éternel.  "Il  agitera  de  côté  et  d'autre  la  gerbe 

^' Vous  observerez  mes  commande-  devant    l'Éternel,    afin    qu'elle     soit 

ments, et  A'ous  les  mettrez  en  pratique,  agréée  :  le  prêtre  l'agitera  de  côté  et 

Je  suis  l'Éternel.  ^"' Vous  ne  profanerez  d'autre,  le  lendemain  du  sabbat.  '^Le 

point  mon  saint  nom,  afin  que  je  sois  jour  où  vous  agiterez  la  gerbe,  vous 

sanctifié  au  milieu  des  enfants  d'Israël,  offrirez  en  holocauste  à  l'Éternel  un 

Je  suis  l'Eternel,   qui  vous  sanctifie,  agneau  d'un  an  sans  défaut;  ''vous  y 

^'et  qui  vous  ai  fait  sortir  du  pays  d'É-  joindrez  une  offrande  de  deuxdixièmes 

gypte  pour  être  votre  Dieu.  Je   suis  de   fleur    de    farine  pétrie    à    l'huile, 

l'Eternel.  comme  offrande  consumée  par  le  feu, 

d'une  agréable  odeur  à  l'Eternel;  et 

^*  ''  ^^'  VOUS  ferez  une  libation  d'un  quart  de 

Chap.  XXIII.        'L'Éternel  parla  à  hin   de   vin.   '*Vous   ne   mangerez   ni 

Moïse,  et  dit  :  -Parle  aux  enfants  d'Is-  pain,  ni  épis  rôtis  ou  broyés,  jusqu'au 

raël,  et  tu  leur  diras  :  jour  même   où  vous   apporterez   l'of- 

Les  fêtes  de  l'Éternel,  que  vous  pu-  fraude  à  votre  Dieu.  C'est  une  loi  per- 

138 


LEVITIQUE. 


Chap.  2S,  iâ-3s. 


pétuelle  pour  vos  descendants,  dans      aucune  œuvre  servile,  et  vous  offrirez 
tous  les  lieux  où  vous  habiterez.  à   l'Eternel    des    sacrifices   consumés 

'^Depuis  le  lendemain  du  sabbat,  du      ]iar  le  feu. 


'L'Éternel  parla  à  Moïse,  et  dit  : 
-'Le  dixième  jour  de  ce  septième 
mois,  ce  sera  le  jour  des  expiations  : 
vous  aurez  une  sainte  convocation, 
vous  humilierez  vos  âmes,  et  vous 
offrirez  à  TÉternel  des  sacrifices  con- 
sumés par  le  feu.  -*Vous  ne  ferez  au- 
cun ouvrage  ce  jour-là,  car  c'est  le 
jour  des  expiations,  où  doit  être  faite 


jour  où  vous  apporterez  la  gerbe  pour 
être  agitée  de  côté  et  d'autre,  vous 
compterez  sept  semaines  entières. 
"Vous  compterez  cinquante  jours  jus- 
qu'au lendemain  du  septième  sabbat; 
et  vous  ferez  à  l'Eternel  une  offrande 
nouvelle.  '"Vous  apporterez  de  vos 
demeures  deux  pains,  pour  qu'ils  soient 
agités  de  côté  et  d'autre  ;   ils  seront 

faits  avec  deux  dixièmes  de  fleur  de  pour  vous  l'expiation  devant  l'Eternel, 
farine,  et  cuits  avec  du  levain  :  ce  sont  votre  Dieu.  -"Toute  personne  qui  ne 
les  prémices  à  l'Éternel.  '^Outre  ces  s'humiliera  pas  ce  jour-là  sera  retran- 
pains,  vous  offrirez  en  holocauste  à  chée  de  son  peuple.  ^"Toute  personne 
l'Eternel  sept  agneaux  d'un  an  sans  cpii  fera  ce  jour-là  un  ouvrage  quel- 
défaut,  un  jeune  taureau  et  deux  bé-  conque,  je  la  détruirai  du  milieu  de 
liers;  vous  y  joindrez  l'offrande  et  la  son  peuple.  ^'Vous  ne  ferez  aucun  ou- 
libation  ordinaires,  comme  offrande  vrage.  C'est  une  loi  perpétuelle  pour 
consumée  par  le  feu,  d'une  agréable  vos  descendants,  dans  tous  les  lieux 
odeur  à  l'Eternel.  "Vous  offrirez  un  où  vous  habiterez.  ^'Ce  sera  pour  vous 
bouc  en  sacrifice  d'expiation,  et  deux  un  sabbat,  un  jour  de  repos,  et  vous 
agneaux  d'un  an  en  sacrifice  d'actions  humilierez  vos  âmes;  dès  le  soir  du 
de  grâces.  -"Le  prêtre  agitera  ces  vie-  neuvième  jour  jusqu'au  soir  suivant, 
times  de  côté  et  d'autre  devant  l'Eter-  vous  célébrerez  votre  sabbat. 
nel,  avec  le  pain  des  prémices  et  avec  ^'L'Eternel  parla  à  Moïse,  et  dit: 
les  deux  agneaux  :  elles  seront  consa- 
crées à  l'Eternel,  et  appartiendront  au 

prêtre. -'Ce  jour  même,  vous  publierez  mois,  ce  sera  la  fête  des  tabernacles 

la  fête,  et  vous  aurez  une  sainte  con-  en    l'honneur    de   l'Eternel,   pendant 

vocation  :  vous  ne  ferez  aucune  œuvre  sept  jours.  '^Le  premier  jour,  il  y  aura 

servile.  C'est  une  loi  perpétuelle  pour  une  sainte  convocation  :  vous  ne  ferez 

vos  descendants,  dans  tous  les  lieux  aucune  œuvre  servile.  ^^PtMidant  sept 

où  vous  habiterez.  jours,   vous    offrirez   à   l'Eternel    des 

--Quand  vous  ferez  la  moisson  dans  sacrifices    consumés    par    le    feu.   Le 

AOtre  pays,  tu  laisseras  un  coin  de  ton  huitième  jour,  vous  aurez  une  sainte 

champ  sans  le  moissonner,  et  tu  ne  convocation,  et  vous  offrirez  à  l'Eter- 

ramasseras  pas  ce  qui  reste  à  glaner,  nel  des  sacrifices  consumés  par  le  feu  ; 

Tu  abandonneras  cela  au  pauvre  et  à  ce    sera    une    assemblée    solennelle  : 

l'étranger.    Je    suis    l'Éternel,    votre  vous  ne  ferez  aucune  œuvre  servile. 

Dieu.  ^'Telles  sont  les  fêtes  de  l'Éternel, 

-^L'Éternel   parla   à  Moïse,  et  dit 


^*Parle  aux  enfants  d'Israël,  et  dis  : 
Le   quinzièiîie  jour  de  ce  septième 


-* Parle  aux  enfants  d'Israël,  et  dis 

Le  septième  mois,  le  premier  jour 
du  mois,  vous  aurez  un  jour  de  repos, 


les  saintes  convocations,  qucA'ous  pu- 
blierez, afin  que  l'on  offre  à  l'Éternel 
des  sacrifices  consumés  parle  feu,  des 
holocaustes,   des  offrandes,   des  vic- 


publié  au  son  des  trompettes,  et  une      times  et  des  libations,  chaque  chose 
sainte   convocation.   -''Vous    ne   ferez      au    jour    fixé.   ^''Vous    observerez    en 


au    j 


139 


Chap.23,3^-'2i,m. 


LEVITIQUE. 


outre  les  sabbats  de  l'Éternel,  et  vous 
continuerez  à  faire  vos  dons  à  l'Éter- 
nel, tous  vos  sacrifices  pour  l'accom- 
plissement d'un  vœu  et  toutes  vos 
offrandes  volontaires. 

^'Le  quinzième  jour  du  septième 
mois,  quand  vous  récolterez  les  pro- 
duits du  pays,  vous  célébrerez  donc 
une  fête  à  l'Éternel,  pendant  sept 
jours  :  le  premier  jour  sera  un  jour  de 
repos,  et  le  huitième  sera  un  jour  de 
repos.  ^"Vous  prendrez,  le  premier 
jour,  du  fruit  des  beaux  arbres,  des 
l)ranches  de  palmiers,  des  rameaux 
tl'arbres  touffus  et  des  saules  de  ri- 
vière; et  vous  vous  réjouirez  devant 
l'Eternel,  votre  Dieu,  pendant  sept 
jours.  *'Vous  célébrerez  chaque  année 
cette  fête  à  l'Éternel,  pendant  sept 
jours.  C'est  une  loi  perpétuelle  pour 
vos  descendants.  Vous  la  célébrerez 
le  septième  mois.  ''-Vous  demeurerez 
pendant  sept  jours  sous  des  tentes; 
tous  les  indigènes  en  Israël  demeure- 
ront sous  des  tentes,  *-^a(in  que  vos 
descendants  sachent  que  j'ai  fait  habi- 
ter sous  des  tentes  les  enfants  d'Is- 
raël, après  les  avoir  fait  sortir  du 
pays  d'Egypte.  Je  suis  l'Éternel,  votre 
Dieu. 

''"'C'est  ainsi  que  Moïse  dit  aux  en- 
fants d'Israël  quelles  sont  les  fêtes  de 
l'Éternel. 

Bègles  sur  le  chandelier  et  sur  les  pains 
de  proposition. 

Chap.  XXIV.  'L'Éternel  parla  à 
Moïse,  et  dit  : 

^Ordonne  aux  enfants  d'Israël  de 
t'apporter  pour  le  chandelier  de  l'huile 
pure  d'olives  concassées,  afin  d'en- 
tretenir les  lampes  continuellement. 
^  C'est  en  dehors  du  voile  qui  est  de- 
vant le  témoignage,  dans  la  tente 
d'assignation,  qu'Aaron  la  préparera, 
pour  que  les  lampes  brûlent  continuel- 
lement du  soir  au  matin  en  présence 
de  l'Eternel.  C'est  une  loi  perpétuelle 


pour  vos  descendants.  ''Il  arrangera 
les  lampes  sur  le  chandelier  d'or  pur, 
])our  qu'elles  brûlent  continuellement 
devant  l'Éternel. 

^Tu  prendras  de  la  fleur  de  farine, 
et  tu  en  feras  douze  gâteaux;  chaque 
gâteau  sera  de  deux  dixièmes.  ^Tu  les 
placeras  en  deux  piles,  six  par  pile, 
sur  la  table  d'or  pur  devant  l'Eternel. 
'Tu  mettras  de  l'encens  pur  sur  chaque 
pile,  et  il  sera  sur  le  pain  comme  sou- 
venir, comme  une  offrande  consumée 
par  le  feu  devant  l'Éternel.  ^Chaque 
jour  de  sabbat,  on  rangera  ces  pains 
devant  l'Éternel ,  continuellement  : 
c'est  une  alliance  perpétuelle,  qu'ob- 
serveront les  enfants  d'Israël.  'Ils 
appartiendront  à  Aaron  et  à  ses  fils, 
et  ils  les  mangeront  dans  un  lieu  saint  ; 
car  ce  sera  pour  eux  une  chose  très 
sainte,  une  part  des  offrandes  consu- 
mées par  le  feu  devant  l'Éternel.  C'est 
une  loi  perpétuelle. 

Peine   contre   les  blaspliémaleurs 
et  les  meurtriers. 

'"Le  fils  d'une  femme  israéliteetd'un 
homme  égv]itien,  étant  venu  au  milieu 
des  enfants  d'Israël,  se  querella  dans 
le  camp  avec  un  homme  israélite.  "Le 
fils  de  la  femme  israélite  blasphéma  et 
maudit  le  nom  de  Dieu.  On  l'amena  à 
Moïse.  Sa  mère  s'appelait  Schelomith, 
fille  de  Dibri,  de  la  tribu  de  Dan.  '"'On 
le  mit  en  prison,  jusqu'à  ce  que  Moïse 
eût  déclaré  ce  que  l'Éternel  ordonne- 
rait. '•^L'Éternel  parla  à  Moïse,  et  dit  : 
'■Tais  sortir  du  camp  le  blasphémateur; 
tous  ceux  qui  l'ont  entendu  poseront 
leurs  mains  sur  sa  tête,  et  toute  l'as- 
semblée le  lapidera.  "*Tu  parleras  aux 
enfants  d'Israël,  et  tu  diras  :  Quicon- 
que maudira  son  Dieu  portera  la  peine 
de  son  péché.  '^ Celui  qui  blasphémera 
le  nom  de  l'Éternel  sera  puni  de  mort  : 
toute  l'assemblée  le  lapidera.  Qu'il  soit 
étranger  ou  indigène,  il  mourra,  pour 
avoir  blasphémé  le  nom  de  Dieu. 


140 


I.EVITIQUE. 


Chap.3â.n-25, 


20. 


'"Celui  qui  frappera  un  homme  mor- 
tellement sera  puni  de  mort. 

'"Celui  qui  frappera  un  animal  mor- 
tellement le  remplaeera  :  vie  pour  vie. 

"*Si  quelqu'un  blesse  son  prochain, 
il  lui  sera  fait  comme  il  a  fait  :  -"frac- 
ture pour  fracture,  œil  pour  œil,  dent 
pour  dent;  il  lui  sera  fait  la  même 
blessure  qu'il  a  faite  à  son  prochain. 

^' Celui  qui  tuera  un  animal  le  rem- 
])laccra,  mais  celui  qui  tuera  un  homme 
sera  puni  de  mort. 

-^Vous  aurez  la  même  loi,  l'étranger 
comme  l'indigène;  car  je  suis  l'Eter- 
nel, votre  Dieu. 


'à  ton  bétail  et  aux  animaux  (pii  sont 
dans  ton  pays  ;  tout  son  produit  servira 
de  nourriture. 

*Tu  compteras  sept  sabbats  d'an- 
nées, sept  fois  sept  années,  et  les  jours 
de  ces  sept  sabbats  d'années  feront 
(juarante-neuf  ans.  ^Le  dixième  jourdu 
septième  mois,  tu  feras  i-etentir  les 
sons  éclatants  de  la  trompette  ;  le  jour 
des  expiations,  vous  sonnerez  de  la 
trompette  dans  tout  votre  pays.  '"Et 
vous  sanctifierez  la  cin([uantième  an- 
née, vous  publierez  la  liberté  dans  le 
pays  ])our  tous  ses  habitants  :  ce  sera 
pour  vous  le  jubilé;  chacun  de  vous 


*^Moïse  parla  aux  enfants  d'Israël;  retournera  dans  sa  propriété,  et  cha- 
cun de  vous  retournera  dans  sa  famille. 
"La  cinquantième  année  sera  pour 
vous  le  jubilé  :  vous  ne  sèmerez  point, 
vous  ne  moissonnerez  point  ce  que  les 
champs  produiront  d'eux-mêmes,  et 
vous  ne  vendangerez  point  la  vigne 
non  taillée.  '-Car  c'est  le  jubilé  :  vous 


ils  firent  sortir  du  camp  le  blasphéma- 
teur, et  ils  le  lapidèrent.  Les  enfants 
d'Israël  se  conformèrent  à  l'ordre  que 
l'Eternel  avait  donné  à  Moïse. 


Rachat 


Les  années  sabbatiques  et  le  jubile.  — 
{les  propriétés  et  des  escla^'es. 

Chap.  XXV.  'L'Éternel  parla  à 
Moïse  sur  la  montagne  de  Sinaï,  et  dit  : 
-Parle  aux  enfants  d'Israël,  et  tu  leur 
diras  : 

Quand  vous  serez  entrés  dans  le 
pays  que  je  vous  donne,  la  terre  se  re- 
posera :  ce  sera  un  sabbat  en  l'hon- 
neur de  l'Eternel.  'Pendant  six  années 
tu  ensemenceras  ton  champ,  pendant 
six  années  tu  tailleras  ta  vigne;  et  tu 
en  recueilleras  le  produit.  ''Mais  la 
septième  année  sera  un  sabbat,  un 
tenq)s  de  repos  pour  la  terre,  un  sab- 
bat en  l'honneur  de  l'Eternel  :  tu  n'en- 
semenceras point  ton  champ,  et  tu  ne 
tailleras  point  ta  vigne.  ^Tu  ne  mois- 
sonneras point  ce  qui  proviendra  des 
grains  tombés  de  ta  moisson,  et  tu  ne 
vendangeras  point  les  raisins  de  ta  vi- 
gne non  taillée  :  ce  sera  une  année  de 
repos  pour  la  terre.  "Ce  que  produira 
la  terre  pendant  son  sabbat  vous  ser- 
vira de  nourriture,  à  toi,  à  ton  servi- 
teur et  à  ta  servante,  à  ton  mercenaire 
et  à  l'étranger  qui  demeurent  avec  toi. 


le  regarderez  comme  une  chose  sainte. 
Vous  mangerez  le  produit  de  vos 
champs.  ''Dans  cette  année  de  jubilé, 
chacun  de  vous  retournera  clans  sa  pro- 
priété. ''Si  vous  vendez  à  votre  pro- 
chain, ou  si  vous  achetez  de  votre 
prochain,  qu'aucun  de  vous  ne  trompe 
son  frère.  '^Tu  achèteras  de  ton  pro- 
chain, en  comptant  les  années  depuis 
le  jubilé;  et  il  te  vendra,  en  comptant 
les  années  de  rapport.  '"Plus  il  y  aura 
d'années,  plus  tu  élèveras  le  prix;  et 
moins  il  y  aura  d'années,  plus  tu  le 
réduiras;  car  c'est  le  nombre  des  ré- 
coltes qu'il  te  vend.  '^Aucun  de  vous 
ne  trompera  son  prochain,  et  tu  crain- 
dras ton  Dieu;  car  je  suis  l'Eternel, 
votre  Dieu. 

'**Mettez  mes  lois  en  pratique,  ob- 
servez mes  ordonnances  et  mettez-les 
en  pratique  ;  et  vous  habiterez  en  sé- 
curité dans  le  pays.  '"Le  pays  donnera 
ses  fruits,  vous  mangerez  à  satiété,  et 
vous  y  habiterez  en  sécurité.  -"Si  vous 
dites  :   Que  mangerons-nous  la  sep- 


141 


Chap.  25, 2/ -45. 


LEVITIQUE. 


tième  année,  puisque  nous  ne  sème- 
rons point  et  ne  ferons  point  nos 
récoltes?  -'je  vous  accorderai  ma  bé- 
nédiction la  sixième  année,  et  elle  don- 
nera des  produits  pour  trois  ans.  "Vous 
sèmerez  la  huitième  année ,  et  vous 
mangerez  de  l'ancienne  récolte  ;  jus- 
qu'à la  neuvième  année,  jusqu'à  la  nou- 
velle récolte,  vous  mangerez  de  l'an- 
cienne. 

-^Les  terres  ne  se  vendront  point  à 
perpétuité;  car  le  pays  est  à  moi,  car 
vous  êtes  chez  moi  comme  étrangers 
et  comme  habitants .  -■'  Dans  tout  le  pays 
dont  vous  aurez  la  possession,  vous 
établirez  le  droit  de  rachat  pour  les 
terres. 

-^Si  ton  frère  devient  pauvre  et  vend 
une  portion  de  sa  propriété,  celui  qui 
a  le  droit  de  rachat,  son  plus  proche 
parent,  viendra  et  rachètera  ce  qu'a 
vendu  son  frère.  -^Si  un  homme  n'a 
personne  qui  ait  le  droit  de  rachat,  et 
qu'il  se  procure  lui-même  de  quoi  faire 
son  rachat,  -'il  comptera  les  années 
depuis  la  vente,  restituera  le  surplus 
à  l'acquéreur ,  et  retournera  dans  sa 
propriété.  -*S'il  ne  trouve  pas  de  quoi 
lui  faire  cette  restitution,  ce  qu'il  a 
vendu  restera  entre  les  mains  de  l'ac- 
quéreur jusqu'à  l'année  du  jubilé;  au 
jubilé,  il  retournera  dans  sa  propriété, 
et  l'acquéreur  en  sortira. 

-'•'Si  un  homme  vend  une  maison 
d'habitation  dans  une  ville  entourée 
de  murs,  il  aura  le  droit  de  rachat  jus- 
qu'à l'accomplissement  d'une  année 
depuis  la  vente  ;  son  droit  de  rachat 
durera  un  an.  ^"Mais  si  cette  maison 
située  dans  une  ville  entourée  de  murs 
n'est  pas  rachetée  avant  l'accomplis- 
sement d'une  année  entière,  elle  res- 
tera à  perpétuité  à  l'acquéreur  et  à  ses 
descendants;  il  n'en  sortira  point  au 
jubilé.  ^'Les  maisons  des  villages  non 
entourés  de  murs  seront  considérées 
comme  des  fonds  de  terre  ;  elles  pour- 
ront être  rachetées,  et  l'acquéreur  en 


sortira  au  jubilé.  ^-Quant  aux  villes 
des  Lévites  et  aux  maisons  qu'ils  y 
posséderont,  les  Lévites  auront  droit 
perpétuel  de  rachat.  ^^  Celui  qui  achè- 
tera des  Lévites  une  maison,  sortira 
au  jubilé  de  la  maison  vendue  et  de  la 
ville  où  il  la  possédait  ;  car  les  maisons 
des  villes  des  Lévites  sont  leur  pro- 
priété au  milieu  des  enfants  d'Israël. 
^*Les  champs  situés  autour  des  villes 
des  Lévites  ne  pourront  point  se  ven- 
dre ;  car  ils  en  ont  à  perpétuité  la  pos- 
session. 

^^Si  ton  frère  devient  pauvre,  et  que 
sa  main  fléchisse  près  de  toi,  tu  le  sou- 
tiendras ;  tu  feras  de  même  pour  celui 
qui  est  étranger  et  qui  demeure  dans 
le  pays,  afin  qu'il  vive  avec  toi.  ^*Tu 
ne  tireras  de  lui  ni  intérêt  ni  usure,  tu 
craindras  ton  Dieu,  et  ton  frère  vivra 
avec  toi.  ^'Tu  ne  lui  prêteras  point  ton 
argent  à  intérêt,  et  tu  ne  lui  prêteras 
point  tes  vivres  à  usure.  ^""Je  suis  l'E- 
ternel, ton  Dieu,  qui  vous  ai  fait  sor- 
tir du  pays  d'Egypte,  pour  vous  don- 
ner le  pays  de  Canaan,  pour  être  votre 
Dieu. 

^^Si  ton  frère  devient  pauvre  près  de 
toi,  et  qu'il  se  vende  à  toi,  tu  ne  lui 
imposeras  point  le  travail  d'un  esclave. 
■'"Il  sera  chez  toi  comme  un  merce- 
naire, comme  celui  qui  y  demeure;  il 
sera  à  ton  service  jusqu'à  l'année  du 
jubilé.  ""Il  sortira  alors  de  chez  toi,  lui 
et  ses  enfants  avec  lui,  et  il  retournera 
dans  sa  famille,  dans  la  propriété  de 
ses  pères.  ■'^Car  ce  sont  mes  serviteurs, 
que  j'ai  fait  sortir  du  pays  d'Egypte; 
ils  ne  seront  point  vendus  comme  on 
vend  des  esclaves.  *"Tu  ne  domineras 
point  sur  lui  avec  dureté,  et  tu  crain- 
dras ton  Dieu.  ^' C'est  des  nations  qui 
vous  entourent  que  tu  prendras  ton 
esclave  et  ta  servante  qui  t'appartien- 
dront, c'est  d'elles  que  vous  achèterez 
l'esclave  et  la  servante.  ■*^Vous  pourrez 
aussi  en  acheter  des  enfants  des  étran- 
gers qui  demeureront  chez  toi,  et  de 


142 


LEVITIQUE. 


Chap.  25,kG-26,iô. 


leurs  familles  qu'ils  engendreront  dans  placerez  dans  votre  pays  aucune  pierre 
votre  pays;  et  ils  seront  votre  pro-  ornée  de  figures,  pour  vous  prosterner 
priété. ''^Vous  les  laisserez  en  héritage  devant  elle;  car  je  suis  rÉtcrnel,  vo- 
à  vos  enfants  après  vous,  comme  une  tre  Dieu, 
propriété  ;  vous  les  garderez  comme 
esclaves  à  perpétuité.  Mais  à  l'égard 
de  vos  frères,  les  enfants  d'Israël,  au- 
cun de  vous  ne  dominera  avec  dureté 
sur  son  frère. 

^^Si  un  étranger,  si   celui   qui   de- 
meure chez  toi  devient  riche,  et  que 


*Vous  observerez  mes  sabbats,  et 
vous  révérerez  mon  sanctuaire.  Je  suis 
rÉternel. 

^Si  vous  suivez  mes  lois,  si  vous 
gardez  mes  commandements  et  les 
mettez  en  pratique,  ''je  vous  enverrai 
des  pluies  en  leur  saison,  la  terre  don- 


ton  frère  devienne  pauvre  près  de  lui      nera  ses  produits,  et  les  arbres  des 

champs  donneront  leurs  fruits.  ^A  peine 
aurez-vous  battu  le  blé  que  vous  tou- 
cherez à  la  vendange,  et  la  vendange 
atteindra  les  semailles;  vous  mange- 
rez votre  pain  à  satiété,  et  vous  habi- 
terez en  sécurité  dans  votre  pays.  ^Je 
mettrai  la  paix  dans  le  pays,  et  per- 
sonne ne  troublera  votre  sommeil;  je 
ferai  disparaître  du  pays  les  bêtes  fé- 
roces, et  l'épée  ne  passera  point  par 
votre  pays.  "Vous  poursuivrez  vos  en- 
nemis, et  ils  tomberont  devant  vous 
par  l'épée.  *Cinq  d'entre  vous  en  pour- 
suivront cent,  et  cent  d'entre  vous  en 
poursuivront  dix  mille,  et  vos  enne- 
mis tomberont  devant  vous  par  l'épée. 
'Je  me  tournerai  vers  vous,  je  vous 
rendrai  féconds  et  je  vous  multiplierai, 
et  je  maintiendrai  mon  alliance  avec 
vous.  '"Vous  mangerez  des  anciennes 
récoltes,  et  vous  sortirez  les  vieilles 
pour  faire  place  aux  nouvelles.  "J'éta- 
blirai ma  demeure  au  milieu  de  vous, 
et  mon  àme  ne  vous  aura  point  en  hor- 
reur. '-Je  marcherai  au  milieu  de  vous, 
je  serai  votre  Dieu,  et  vous  serez  mon 
peuple.  'Me  suis  l'Eternel,  votre  Dieu, 
qui  vous  ai  fait  sortir  du  pays  d'Egypte, 
qui  vous  ai  tirés  de  la  servitude;  j'ai 
brisé  les  liens  de  votre  joug,  et  je  vous 
ai  fait  marcher  la  tète  levée. 

'■•Mais  si  vous  ne  m'écoutez  point  et 
ne  mettez  point  en  pratique  tous  ces 
commandements,  '^si  vous  méprisez 
mes  lois,  et  si  votre  àme  a  en  horreur 
mes  ordonnances,  en  sorte  que  vous 


et  se  vende  à  l'étranger  qui  demeure 
chez  toi  ou  à  quelqu'un  de  la  famille 
de  l'étranger,  ■"*il  y  aura  pour  lui  le 
droit  de  rachat,  après  qu'il  se  sera 
vendu  :  un  de  ses  frères  pourra  le  ra- 
cheter. ^'Son  oncle,  ou  le  fils  de  son 
oncle,  ou  l'un  de  ses  proches  parents, 
pourra  le  racheter;  ou  bien,  s'il  en  a 
les  ressources,  il  se  rachètera  lui- 
même.  ^"11  comptera  avec  celui  qui  l'a 
acheté  depuis  l'année  où  il  s'est  vendu 
jusqu'à  l'année  du  jubilé;  et  le  prix  à 
payer  dépendra  du  nombre  d'années, 
lesquelles  seront  évaluées  comme  cel- 
les d'un  mercenaire.  ^'S'il  y  a  encore 
beaucoup  d'années,  il  paiera  son  ra- 
chat à  raison  du  prix  de  ces  années  et 
pour  lequel  il  a  été  acheté;  ^-s'il  reste 
peu  d'années  jusqu'à  celle  du  jubilé, 
il  en  fera  le  compte,  et  il  paiera  son 
rachat  à  raison  de  ces  années.  ^^11  sera 
comme  un  mercenaire  à  l'année,  et 
celui  chez  qui  il  sera  ne  le  traitera  point 
avec  dureté  sous  tes  yeux.  "S'il  n'est 
racheté  d'aucune  de  ces  manières,  il 
sortira  l'année  du  jubilé,  lui  et  ses  en- 
fants avec  lui.  "Car  c'est  de  moi  que 
les  enfants  d'Israël  sont  esclaves  ;  ce 
sont  mes  esclaves,  que  j'ai  fait  sortir 
du  pays  d'Egypte.  Je  suis  l'Eternel, 
votre  Dieu. 

Bénédictions  et  malédictions. 

Chap.  XXVI.  'Vous  ne  vous  ferez 
point  d'idoles,  vous  ne  vous  élèverez 
ni  image  taillée  ni  statue,  et  vous  ne 


143 


Chap.  20,i6-'ii. 


LEVITIQUE, 


ne  pratiquiez  point  tous  mes  comman 
déments  et  que  vous  rompiez  mon  al- 
liance,'^voici  alors  ce  que  je  vous  ferai 
J'enverrai  sur  vous  la  terreur,  la  con- 
somption et  la  fièvre,  qui  rendront  vo 
yeux  languissants  et  votre  âme  souf 


*'Vous  mangerez  la  chair  de  vos 
et  vous  mangerez  la  chair  de  vos 


châtierai  sept  fois  plus  pour  vos  pé- 
chés, 
fils 

filles.  ^"Je  détruirai  vos  hauts  lieux, 
j'abattrai  vos  statues  consacrées  au 
soleil ,  je  mettrai  vos  cadavres  sur  les 

frante;  et  vous  sèmerez  en  vain  vos  cadavres  de  vos  idoles,  et  mon  âme 

semences  :  vos  ennemis  les  dévoreront,  vous  aura  en  horreur.  ^'  Je  réduirai  vos 

''Je  tournerai  ma  face  contre  vous,  et  villes  en  déserts,  je  ravagerai  vos  sanc- 

vous  serez  battus  devant  vos  ennemis  ;  tuaires,  et  je  ne  respirerai  plus  l'odeur 

ceux  qui  vous  haïssent  domineront  sur  agréable  de  vos  parfums.  '-Je  dévas- 

vous,  et  vous  fuirez  sans  que  l'on  vous  terai  le  pays,  et  vos  ennemis  qui  l'ha- 

poursuive.  biteront  en  seront  stupéfaits.  ^^Je  vous 

"*Si,  malgré  cela,  vous  ne  m'écoutez  disperserai  parmi  les  nations,  et  je  ti- 

point,  je  vous  châtierai  sept  fois  plus  rerai   l'épée   après  vous.  Votre   pays 

pour  vos  péchés.  ''Je  briserai  l'orgueil  sera  dévasté,  et  vos  villes  seront  dé- 

de  votre  force,  je  rendrai  votre  ciel  sertes. 

comme  du  fer,  et  votre  terre  comme  ^^\lors  le  pays  jouira  de  ses  sabbats, 
de  l'airain.  -"Votre  force  s'épuisera  tout  le  temps  qu'il  sera  dévasté  et  que 
inutilement ,  votre  terre  ne  donnera  vous  serez  dans  le  pays  de  vos  enne- 
pas  ses'produits,  et  les  arbres  de  la  mis;  alors  le  pays  se  reposera,  et  jouira 
terre  ne  donneront  pas  leurs  fruits.  de  ses  sabbats.  "^Tout  le  temps  qu'il 
'-'Si  vous  me  résistez  et  ne  voulez  sera  dévasté,  il  aura  le  repos  qu'il  n'a- 
point  m'écouter,  je  vous  frapperai  sept  vait  pas  eu  dans  vos  sabbats,  tandis 
fois  plus  selon  vos  péchés.  --J'enver-  que  vous  l'habitiez.  ^"Je  rendrai  pusil- 
raicontrevouslesanimauxdeschamps,  lanime  le  cœur  de  ceux  d'entre  vous 
qui  vous  priveront  de  vos  enfants,  qui  (pii  survivront,  dans  les  pays  de  leurs 
détruiront  votre  bétail,  et  qui  vous  ré-  ennemis;  le  bruit  d'une  feuille  agitée 
duiront  à  un  petit  nombre;  etvosche-  les  poursuivra;  ils  fuiront  comme  on 
mins  seront  déserts.  fuitdcvantl'épée,  etilstomberontsans 
'-^Si  ces  châtiments  ne  vous  corri-  qu'on  les  poursuive.  '"Ils  se  renverse- 
gent  point  et  si  vous  me  résistez,  -'je  ront  les  uns  sur  les  autres  comme  de- 
vous  résisterai  aussi  et  je  vous  frappe-  vant  l'épée,  sans  qu'on  les  poursuive, 
rai  sept  fois  plus  pour  vos  péchés.  "Je  Vous  ne  subsisterez  point  en  présence 
ferai  venir  contre  vous  l'épée,  qui  ven-  de  vos  ennemis  ;  ■''*' vous  périrez  parmi 
géra  mou  alliance;  quand  vous  vous  les  nations,  et  le  pays  de  vos  ennemis 
rassemblerez  dans  vos  villes,  j'enver-  vous  dévorera.  '''Ceux  d'entre  vous  qui 
rai  la  peste  au  milieu  de  vous,  et  vous  survivront  seront  frappés  de  langueur 
serez  livrés  aux  mains  de  l'ennemi.  pour  leurs  iniquités,  dans  le  pays  de 
-^Lorsque  je  vous  briserai  le  bâton  du  leurs  ennemis  ;  ils  seront  aussi  frappés 
l^ain",  dix  femmes  cuiront  votre  pain  de  langueur  pour  les  iniquités  de  leurs 
dans  un  seul  four  et  rapporteront  votre  pères. 

pain  au  poids;  vous  mangerez,  et  vous  "Ils  confesseront  leurs  iniquités  et 

ne  serez  point  rassasiés.  les  iniquités  de  leurs  pères,  les  trans- 

-"Si,  malgré  cela,  vous  ne  m'écoutez  gressions  qu'ils  ont  commises  envers 

point  et  si  vous  me  résistez,  -*je  vous  moi,  et  la  résistance  qu'ils  m'ont  op- 

résisterai  aussi  avec  fureur  et  je  vous  posée,  *' péchés  à  cause  desquels  moi 


a.   C'est-à-dire,  lorsque  je  vous  enverrai  la  famine. 


144 


LEVITIQUE. 


Chap.26,k3-27.i'). 


aussi  je  leur  résisterai  et  les  mènerai 
dans  le  pays  de  leurs  ennemis.  Et  alors 
leur  cœur  incirconcis  s'humiliera,  et 
ils  paieront  la  dette  de  leurs  ini(|uités. 
*-Je  me  souviendrai  de  mon  alliance 
avec  Jacob,  je  me  souA'iendrai  de  mon 
alliance  avec  Isaac  et  de  mon  alliance 
avec  Abraham,  et  je  me  souviendrai 
du  pays.  "Le  pays  sera  abandonné  par 
eux,  et  il  jouira  de  ses  sabbats  pendant 
qu'il  restera  dévasté  loin  d'eux;  et  ils 
paieront  la  dette  de  leurs  iniquités, 
parce  qu'ils  ont  méprisé  mes  ordon- 
nances et  que  leur  àmc  a  eu  mes  lois 
en  horreur.  "Mais,  lorsqu'ils  seront 
dans  le  pays  de  leurs  ennemis,  je  ne 
les  rejetterai  pourtant  point,  et  je  ne 
les  aurai  point  en  horreur  jusqu'à  les 
exterminer,  jusqu'à  rompre  mon  al- 
liance avec  eux;  car  je  suis  l'Eternel, 
leur  Dieu.  ''^Je  me  souviendrai  en  leur 
faveur  de  l'ancienne  alliance,  par  la- 
quelle je  les  ai  fait  sortir  du  paj's  d'E- 
gypte, aux  yeux  des  nations,  pour  être 
leur  Dieu.  Je  suis  l'Eternel. 

■'^'els  sont  les  statuts,  les  ordon- 
nances et  les  lois,  que  l'Eternel  établit 
entre  lui  et  les  enfants  d'Israël,  sur  la 
montagne  du  Sinaï,  par  Moïse. 

Les  vœu.r  et  les  dîmes. 

Chap.  XXVII.  'L'Éternel  parla  à 
Moïse,  et  dit  :  ^ Parle  aux  enfants  d'Is- 
raël, et  tu  leur  diras  : 

Lorsqu'on  fera  des  vœux,  s'il  s'agit 
de  personnes,  elles  seront  à  l'Éter- 
nel d'après  ton  estimation.  ^Si  tu  as  à 
faire  l'estimation  d'un  mâle  de  vingt  à 
soixante  ans,  ton  estimation  sera  de 
cinquante  sicles  d'argent,  selon  le  si- 
cle  du  sanctuaire  ;  *si  c'est  une  femme, 
ton  estimation  sera  de  trente  sicles. 
^De  cinq  à  vingt  ans,  ton  estimation 
sera  de  vingt  sicles  pour  un  mâle,  et  de 
dix  sicles  pour  une  fille.  ^D'un  mois  à 
cinq  ans,  ton  estimation  sera  de  cinq 
sicles  d'argent  pour  un  mâle,  et  de 
trois  sicles  d'argent  pour  une  fille.  'De 


soixante  ans  et  au-dessus,  ton  estima- 
tion sera  de  quinze  sicles  pour  un  mâle, 
et  de  dix  sicles  pour  une  femme.  ^Si 
celui  qui  a  fait  le  vœu  est  trop  pauvre 
pour  payer  ton  estimation,  on  le  pré- 
sentera au  prêtre,  qui  le  taxera,  et  le 
prêtre  fera  une  estimation  en  rapport 
avec  les  ressources  de  cet  homme. 

^S'il  s'agit  d'animaux  qui  peuvent 
être  offerts  en  sacrifice  à  l'Éternel,  tout 
animal  qu'on  donnera  à  l'Éternel  sera 
chose  sainte.  '"On  ne  le  changerapoint, 
et  l'on  n'en  mettra  point  un  mauvais  à 
la  ]ilacc  d'un  bon,  ni  un  bon  à  la  place 
d'un  mauvais;  si  l'on  remplace  un  ani- 
mal par  un  autre,  ils  seront  l'un  et  l'au- 
tre chose  sainte.  "  S'il  s'agit  d'animaux 
imjîurs  qui  ne  peuvent  être  offerts  en 
sacrifice  à  l'Éternel,  on  présentera  l'a- 
nimal au  prêtre,  '-qui  en  fera  l'estima- 
tion selon  qu'il  sera  bon  ou  mauvais, 
et  l'on  s'en  rapportera  à  l'estimation 
du  prêtre.  '^Si  on  veut  le  racheter,  on 
ajoutera  un  cinquième  à  son  estima- 
tion. 

'■'Si  quelqu'un  sanctifie  sa  maison  en 
la  consacrant  à  l'Éternel,  le  prêtre  en 
fera  l'estimation  selon  qu'elle  sera 
bonne  ou  mauvaise,  et  l'on  s'en  tien- 
dra à  l'estimation  du  prêtre.  '^Si  celui 
qui  a  sanctifié  sa  maison  veut  la  ra- 
cheter, il  ajoutera  un  cinquième  au 
prix  de  son  estimation,  et  elle  sera  à 
lui. 

'^Si  quelqu'un  sanctifie  à  l'Eternel 
un  champ  de  sa  propriété,  ton  estima- 
tion sera  en  rapport  avec  la  quantité 
de  semence,  cinquante  sicles  d'argent 
pour  un  homer  de  semence  d'orge.  "Si 
c'est  dès  l'année  du  jubilé  qu'il  sanc- 
tifie son  champ,  on  s'en  tiendra  à  ton 
estimation;  '*si  c'est  après  le  jubilé 
qu'il  sanctifie  son  champ,  le  prêtre  en 
évaluera  le  prix  à  raison  du  nombre 
d'années  qui  restent  jusqu'au  jubilé, 
et  il  sera  fait  une  réduction  sur  ton  es- 
timation. '^Si  celui  qui  a  sanctifié  son 
champ  veut  le  racheter,  il  ajoutera  un 


\\ 


1.) 


10 


Chap.'27r20-3'..  LÉVITIQUE. 

cinquième  au  prix  de  ton  estimation,  s'il  n'est  pas  racheté,  il  sera  vendu  d'a- 
et  le  champ  lui  restera.  -"S'il  ne  ra-  près  ton  estimation, 
chète  point  le  champ,  et  qu'on  le  vende  **Tout  ce  qu'un  homme  dévouera  par 
à  un  autre  homme,  il  ne  pourra  plus  interdit"  à  l'Eternel,  dans  ce  qui  lui 
être  racheté.  '^'Et  quand  l'acquéreur  appartient,  ne  pourra  ni  se  vendre,  ni 
en  sortira  au  jubilé,  ce  champ  sera  con-  se  racheter,  que  ce  soit  une  personne, 
sacré  à  l'Eternel,  comme  un  champ  qui  un  animal,  ou  un  champ  de  sa  pro- 
a  été  dévoué  :  il  deviendra  la  propriété  priété  ;  tout  ce  qui  sera  dévoué  par  in- 
du prêtre.  terdit  sera  entièrement  consacré  à  l'E- 

^*Si  quelqu'un  sanctifie  à  l'Eternel  ternel.  ^'Aucune  personne  dévouée  par 

un  champ  qu'il  a  acquis  et  qui  ne  fait  interdit  ne  pourra  être  rachetée,  elle 

point  partie  de  sa  propriété,  ^'^le  prêtre  sera  mise  à  mort. 

en  évaluera  le  prix  d'après  ton  estima-  ^"Toute  dîme  de  la  terre,  soit  des 

tion  jusqu'à  l'année  du  jubilé,  et  cet  récoltes  de  la  terre,  soit  du  fruit  des 

homme  paiera  le  jour  même  le  prix  arbres,   appartient  à   l'Eternel;   c'est 

fixé,  comme  étant  consacré  à  l'Eternel,  une  chose  consacrée  à  l'Eternel.  ^'Si 

-*L'année  du  jubilé,  le  champ  retour-  quelqu'un  veut  racheter  quelque  chose 

nera  à  celui  de  qui  il  avait  été  acheté  de  sa  dîme,  il  v  ajoutera  un  cinquième, 

et   de   la   propriété   duquel    il   faisait  ^^ Toute  dîme  de  gros  et  de  menu  bé- 

partie.  tail,  de  tout  ce  qui  passe  sous  la  hou- 

-^Toutes  tes  estimations  se  feront  en  lette,  sera  une  dîme  consacrée  à  l'E- 

sicles  du  sanctuaire  :  le  sicle  est  de  ternel.    ^^On     n'examinera    point    si 

vingt  guéras.  l'animal  est  bon  ou  mauvais,  et  l'on  ne 

^^  Nul  ne  pourra  sanctifier  le  premier-  fera  point  d'échange;  si  l'on  remplace 

né  de  son  bétail,  lequel  ajipartientdéjà  un  animal  par  un  autre,  ils  seront  l'un 

à  l'Eternel  en  sa  qualité  de  premier-  et  l'autre  chose  sainte,  et  ne  pourront 

né  ;  soit  bœuf,  soit  agneau,  il  appartient  être  rachetés. 

à  l'Eternel.  "'S'il  s'agit  d'un  animal  ^■'Tels  sont  les  commandements  que 
impur,  on  le  rachètera  au  prix  de  ton  l'Eternel  donna  à  Moïse  pour  les  en- 
estimation,  en  y  ajoutant  un  cinquième;  fants  d'Israël,  sur  la  montagne  de  Sinaï. 

a.  Les  vœux  par  interdit  étaient  irrévocables,  et  entraînaient  la  destruction  de  ce  qui  avait  été  dévoué  de  la 
sorte. 


LES  NOMBRES 


Dénombrement  des  Israélites  dans  le  désert  de  Sinaï. 

Chap.  I.      'L'Eternel  parla  à  Moïse  "^Tels  sont  ceux  qui  furent  convo- 

dans  le  désert  de  Sinaï,  dans  la  tente  (jués  à  l'assemblée,  princes  des  tribus 

d'assignation,  le  premier  jour  du  se-  de  leurs  pères,  chefs  des  milliers  d'Is- 

cond  mois,  la  seconde  année  après  leur  raël. 

sortie  du  pays  d'Egypte.  Il  dit  : -Faites  '"Moïse  et  Aaron  prirent  ces  hom- 


le  dénombrement  de  toute  l'assemblée 
des  enfants  d'Israël,  selon  leurs  fa- 
milles, selon  les  maisons  de  leurs  pè- 
res, en  comptant  par  tête  les  noms  de 


mes,  qui  avaient  été  désignés  par  leurs 
noms,  '*et  ils  convoquèrent  toute  l'as- 
semblée, le  premier  jour  du  second 
mois.  On  les  enregistra  selon  leurs  fa- 
tous  les  mâles,  'depuis  l'âge  de  vingt  milles,  selon  les  maisons  de  leurs  pè- 
ans  et  au-dessus,  tous  ceux  d'Israël  en  res,  en  comptant  par  tête  les  noms  de- 
état  de  porter  les  armes  ;  vous  en  ferez  puis  l'âge  de  vingt  ans  et  au-dessus, 
ledénombrementselonleursdivisions,  '■'Moïse  en  fit  le  dénombrement  dans 
toi  et  Aaron.  ''Il  y  aura  avec  vous  un  le  désert  de  Sinaï,  comme  l'Eternel  le 
homme  par  tribu,  chef  de  la  maison  de      lui  avait  ordonné. 

ses  pères.  -"On  enregistra  les  fds  de  Ruben, 

^Yoici  les  noms  des  hommes  qui  se      premier-né  d'Israël,  selon  leurs  famil- 

tiendront  avec  vous.  les,  selon  les  maisons  de  leurs  pères, 

Pour  Ruben  :  Elitsur,  fils  de  Sche-     en  comptant  par  tète  les  noms  de  tous 

déur;  les  mâles,  depuis  l'âge  de  vingt  ans  et 

'pour  Siméon  :  Schelumiel,  fils  de      au-dessus,  tous  ceux  en  état  de  porter 


Tsurischaddaï; 

'pour  Juda  :  Nachschon,  fds  d'Am- 
minadab; 

'^pour  Issacar  :  Nethaneel,  fils  de 
Tsuar; 


les  armes  :  -'  les  hommes  de  la  tribu  de 
Ruben  dont  on  fît  le  dénombrement  fu- 
rent quarante-six  mille  cinq  cents. 

"On  enregistra  les  fds  de  Siméon, 
selon  leurs  familles,  selon  les  maisons 


'pour  Zabulon  :  Éliab,  fds  de  Hélon  ;      de  leurs  pères  ;  on  en  fit  le  dénombre- 

'"pour  les  fils  de  Joseph,  —  pour      ment,  en  comptant  par  tête  les  noms 

Ephraïm  :  Elischama,  fdsd'Ammihud  ;      de  tous  les  mâles  depuis  l'âge  de  vingt 

—  pour  Manassé  :  Gamliel,  fils  de  Pe-      ans  et  au-dessus,  tous  ceux  en  état  de 

porter  les  armes  :  -'les  hommes  de  la 
tribu  de  Siméon  dont  on  fit  le  dénom- 
brement furent  de  cinquante-neuf  mil  le 
trois  cents. 

^*0n  enregistra  les  fils  de  Gad,  selon 

"pour  Aser  :  Paguiel,  fils  d'Ocran;      leurs  familles,  selon  les  maisons  de 

'*pour  Gad  :  Eliasaph,  fils  de  Déuel  ;      leurs  pères,  en  comptant  les  noms  de- 

'^pour  Nephthali  :  Ahira,  fils  d'E-     puis  l'âge  de  vingt  ans  et  au-dessus, 

nan.  tous  ceux  en  état  de  porter  les  armes  : 

147 


dahtsur; 

"pour  Benjamin  :  Abidan,  fils  de 
Guideoni  ; 

'-pour  Dan  :  Ahiézer,  fils  d'Ammis- 
chaddaï  ; 


Chap .  1, 2'j-50. 


NOMBRES. 


^^les  hommes  de  la  tribu  de  Gad  dont 
on  fit  le  dénombrement  turent  qua- 
rante-cinq mille  six  cent  cinquante. 

^^On  enregistra  les  fils  de  Juda,  selon 
leurs  familles,  selon  les  maisons  de 
leurs  pères,  en  comptant  les  noms  de- 
puis l'âge  de  vingt  ans  et  au-dessus , 
tous  ceux  en  état  de  porter  les  armes  : 
"les  hommes  de  la  tribu  de  Juda  dont 
on  fit  le  dénombrement  furent  de 
soixante-quatorze  mille  six  cents. 

-^On  enregistra  les  fds  d'Issacar,  se- 
lon leurs  familles,  selon  les  maisons 
de  leurs  pères,  en  comptant  les  noms 
depuis  l'âge  de  vingt  ans  et  au-dessus, 
tous  ceux  en  état  de  porter  les  armes  : 
^^les  hommes  de  la  tribu  d'Issacar  dont 
on  fit  le  dénombrement  furent  cin- 
quante-quatre mille  quatre  cents. 

^"On  enregistra  les  fds  de  Zabulon, 
selon  leurs  familles,  selon  les  maisons 
de  leurs  pères,  en  comptant  les.  noms 


tous  ceux  en  état  de  porter  les  armes  : 
''les  hommes  de  la  tribu  de  Benjamin 
dont  on  fit  le  dénombrement  furent 
trente-cinq  mille  quatre  cents. 

'*0n  enregistra  les  fils  de  Dan,  selon 
leurs  lamilles,  selon  les  maisons  de 
leurs  pères,  en  comptant  les  noms  de- 
puis l'âge  de  vingt  ans  et  au-dessus , 
tous  ceux  en  état  de  porter  les  armes  : 
^''les  hommes  de  la  tribu  de  Dan  dont 
on  fit  le  dénombrement  furent  soixante- 
deux  mille  sept  cents. 

^"On  enregistra  les  fils  d'Aser,  selon 
leurs  familles,  selon  les  maisons  de 
leurs  pères,  en  comptant  les  noms  de- 
puis l'âge  de  vingt  ans  et  au-dessus, 
tous  ceux  en  état  de  porter  les  armes  : 
•"les  hommes  de  la  tribu  d'Aser  dont 
on  fit  le  dénombrement  furent  qua- 
rante-un mille  cinq  cents. 

■'*0n  enregistra  les  fils  de  Nephthali, 
selon  leurs  familles,  selon  les  maisons 


depuis  l'âge  de  vingt  ans  et  au-dessus,      de  leurs  pères,  en  comptant  les  noms 
tous  ceux  en  état  de  porter  les  armes  :      depuis  l'âge  de  vingt  ans  et  au-dessus, 


''les  hommes  de  la  tribu  de  Zabulon 
dont  on  fit  le  dénombrement  furent 
cinquante-sept  mille  quatre  cents. 

'-On  enregistra,  d'entre  les  fils  de 
Joseph,  les  fils  d'Ephraïm,  selon  leurs 
familles,  selon  les  maisons  de  leurs 
pères,  en  comptant  les  noms  depuis 
l'âge  de  vingt  ans  et  au-dessus,  tous 
ceux  en  état  de  porter  les  armes  :  "les 
hommes  de  la  tribu  d'Ephraïm  dont  on 
fit  le  dénombrement  furent  quarante 
mille  cinq  cents. 

'•"On  enregistra  les  fils  de  Manassé, 
selon  leurs  familles,  selon  les  maisons 
de  leurs  pères,  en  comptant  les  noms 
depuis  l'âge  de  A'ingt  ans  et  au-dessus, 
tous  ceux  en  état  de  porter  les  armes  : 
'^les  hommes  de  la  tribu  de  Manassé 
dont  on  fit  le  dénombrement  furent 
trente-deux  imille  deux  cents. 

'^On  enregistra  les  fils  de  Benjamin, 
selon  leurs  familles,  selon  les  maisons 
de  leurs  pères,  en  comptant  les  noms 
depuis  l'âge  de  vingt  ans  et  au-dessus, 


tous  ceux  en  état  de  porter  les  armes  : 
■"les  hommes  de  la  tribu  de  Nephthali 
dont  on  fit  le  dénombrement  furent 
cinquante-trois  mille  quatre  cents. 

■•^Tels  sont  ceux  dont  le  dénombre- 
ment fut  fait  par  Moïse  et  Aaron,  et 
par  les  douze  hommes,  princes  d'Is- 
raël; il  y  avait  un  homme  pour  cha- 
cune des  maisons  de  leurs  pères.  ''^Tous 
ceux  des  enfants  d'Israël  dont  on  fit  le 
dénombrement,  selon  les  maisons  de 
leurs  pères,  depuis  l'âge  de  vingt  ans 
et  au-dessus,  tous  ceux  d'Israël  en  état 
de  porter  les  armes,  ^Hous  ceux  dont 
on  fit  le  dénombrement  furent  six  cent 
trois  mille  cinq  cent  cinquante. 

■•'Les  Lévites,  selon  la  tribu  de  leurs 
pères,  ne  firent  point  partie  de  ce  dé- 
nombrement.'''L'Eternel  parla  à  Moïse, 
et  dit  :  ■''-'Tu  ne  feras  point  le  dénom- 
brement de  la  tribu  de  Lévi,  et  tu  n'en 
compteras  point  les  tètes  au  milieu  des 
enfants  d'Israël.  ^"Remets  aux  soins  des 
Lévites  le  tabernacle  du  témoignage, 


148 


NOMBRES. 


Chop.  l,-.i-2.-2'.. 


tous  ses  ustensiles  et  tout  ce  qui  lui  corps  crarméc.  Ils  seront  les  premiers 

appartient.  Ils  porteront  le  tabernacle  clans  la  marche. 

et  tous  ses  ustensiles,  ils  en  feront  le  "Au  midi,  le  camp  de  Ruben,  avec 
service,  et  ils  camperont  autour  du  ta-  sa  bannière,  et  avec  ses  corps  d'armée, 
bernacle.  ^' Quand  le  tabernacle  par-  Là  camperont  le  prince  des  fds  de  Ru- 
tira,  les  Lévites  le  démonteront  ;([uand  ben,  Elitsur,  fils  de  Schedéur,  "ctson 
le  tabernacle  campera,  les  Lévites  le  corps  d'armée  composé  de  cjuarante- 
dresseront;  et  l'étranger  c[ui  en  appro-  six  mille  cinq  cents  hommes,  d'après 
chera  sera  puni  de  mort.  '■*- Les  enfants  le  dénombrement.  "A  ses  côtés  cam- 
amperont  chacun  dans  son  peront  la  tribu  de  Siméon,  le  prince 
cun  près  de  sa  bannière,  se-  des  fds  de  Siméon,  Schelumiel,  fils  de 
ion  leurs  divisions.  ^^Mais  les  Lévites  Tsurischaddaï,  "et  son  corps  d'armée 
camperont  autour  du  tabernacle  du  té-  composé  de  cinquante-neuf  mille  trois 
moignage,  afin  que  ma  colère  n'éclate  cents  hommes,  d'après  le  dénombre- 
point  sur  l'assemblée  des  enfants  d'Is-  ment  ;  "puis  la  tribu  de  Gad,  le  prince 
raël  ;  et  les  Lévites  auront  la  garde  du  îles  fils  de  Gad,  Eliasaph,  fils  de  Déuel, 
tabernacle  du  témoignage.  "Les  en-  '^et  son  corps  d'armée  composé  de  qua- 
fants  d'Israël  se  conformèrent  à  tous  rante-cinq  mille  six  cent  cinquante 
les  ordres  que  l'Éternel  avait  donnés  à  hommes,  d'après  le  dénombrement. 
Moïse  ;  ils  firent  ainsi.  '«Total  pour  le  camp  de  Ruben,  d'après 

le  dénombrement  :  cent  cinquante-un 


d  Israël  c 
camp,  chac 


Ordre  pour  les  caiiipeiiients. 

Chap.  IL  'L'Éternel  parla  à  Moïse 
et  à  Aaron,  et  dit  :  '^Les  enfants  d'Is- 
raël camperont  chacun  près  de  sa  ban- 
nière, sous  les  enseignes  de  la  maison 


mille  quatre  cent  cinquante  hommes, 
selon  leurs  corps  d'armée.  Ils  seront 
les  seconds  dans  la  marche. 

'"Ensuite  partira  la  tente  d'assigna- 
tion, avec  le  camp  des  Lévites  placé 


desespères;  ils  camperont  vis-à-vis  et  au  milieu  des  autres  camps.  Ils  sui- 
tout  autour  de  la  tente  d'assignation,  vront  dans  la  marche  l'ordre  dans  le- 
^A  l'orient,  le  camp  de  Juda,  avec  sa  quel  ils  auront  campé,  chacun  dans 
bannière,  et  avec  ses  corps  d'armée,  son  rang,  selon  sa  bannière. 
Làcamperontle  prince  des  fils  de  Juda,  "*A  l'occident,  le  camp  d'Ephraïm, 
Nachschon,  fils  d'Amminadab,  ■'et  son  avec  sa  bannière,  et  avec  ses  corps 
corps  d'armée  composé  de  soixante-  d'armée.  Là  camperont  le  prince  des 
quatorze  mille  six  cents  hommes,  d'à-  fils  d'Ephraïm,  Elischama^  fils  d'Am- 
près  le  dénombrement.  ^A  ses  côtés  mihud,  "'et  son  corps  d'armée  composé 
camperont  la  tribu  d'Issacar,  le  prince  de  quarante  mille  cinq  cents  hommes, 
des  fils  d'Issacar,  Nethaneel,  fils  de  d'après  le  dénombrement.  ^"A  ses  cô- 
Tsuar,  *et  son  corps  d'armée  composé  tés  camperont  la  tribu  de  Manassé,  le 
de  cinquante-quatre  mille  f|uatre  cents  prince  des  fils  de  Manassé,  Gamliel, 
hommes,  d'après  le  dénombrement;  fils  de  Pedahtsur, '-'et  son  corps  d'ar- 
'puis  latribudeZabulon,  le  prince  des  méecomposédetrente-deuxmilledeux 
fils  de  Zabulon,  Éliab,  fils  de  Hélon,  cents  hommes,  d'après  le  dénombre- 
"et  son  corps  d'armée  composé  de  cin-  ment;  -puis  la  tribu  de  Benjamin,  le 
([uante-sept  mille  quatre  cents  hom-  ])rince  des  fils  de  Benjamin,  Abidan, 
mes,  d'après  le  dénombrement.  ''Total  fils  de  Guideoni,^'etson  corpsd'armée 
pour  le  camp  de  Juda,  d'après  le  dé  composé  de  trente-cinq  mille  quatre 
nombrement  :  cent  quatre-vingt-six  cents  hommes,  d'après  le  dénombre- 
mille  quatre  cents  hommes,  selon  leurs  ment.  -•'Total  pour  le  camp  d'Ephraïm, 

149 


Chap.  2, -^5-3, 15. 


NOMBRES. 


d'après  le  dénombrement  :  cent  huit 
mille  et  cent  hommes,  selon  leurs 
corps  d'armée.  Ils  seront  les  troisiè- 
mes dans  la  marche. 

-=Au  nord,  le  camp  de  Dan,  avec  sa 
bannière,  et  avec  ses  corps  d'armée. 
Là  camperont  le  prince  des  fds  de  Dan, 
Ahiézer,  fils  d'Ammischaddaï,  -^etson 
corps  d'armée  composé  de  soixante- 
deux  mille  sept  cents  hommes,  d'après 
le  dénombrement.  "A  ses  côtés  cam- 
]ieront  la  tribu  d'Aser,  le  prince  des  fils 
d'Aser,  Paguiel,  fils  d'Ocran,  -*et  son 
corps  d'armée  composé  de  quarante- 
un  mille  cinq  cents  hommes,  d'après 
le  dénombrement;  -'puis  la  tribu  de 
Nephthali,  le  prince  des  fils  de  Neph- 
thali,  Ahira,  fils  d'Enan,  ^"etson  corps 
d'armée  composé  de  cinquante-trois 
mille  quatre  cents  hommes,  d'après  le 
dénombrement.  ^' Total  pour  le  camp 
de  Dan,  d'après  le  dénombrement  : 
cent  cinquante-sept  mille  six  cents 
hommes.  Ils  seront  les  derniers  dans 
la  marche,  selon  leur  bannière. 

^*Tels  sont  ceux  des  entants  d'Israël 
dont  on  fit  le  dénombrement,  selon  les 
maisons  de  leurs  pères.  Tous  ceux  dont 
on  fit  le  dénombrement,  et  qui  formé 
rcnt  les  camps,  selon  leurs  corps  d'ar 
mée,  furent  six  cent  trois  mille  cinq 
cent  cinquante.  ^^Les  Lévites,  suivant 
l'ordre  que  l'Eternel  avait  donné  à 
Moïse,  ne  firent  point  partie  du  dénom- 
brement au  milieu  des  enfants  d'Israël. 
'*Et  les  enfants  d'Israël  se  conformè- 
rent à  tous  les  ordres  que  l'Eternel 
avait  donnés  à  Moïse.  C'est  ainsi  qu'ils 
campaient,  selon  leurs  bannières;  et 
c'est  ainsi  qu'ils  se  mettaient  en  mar- 
che, chacun  selon  sa  famille,  selon  la 
maison  de  ses  pères. 


Dénombrement  des  Lévites.  - 
des  premiers-nés. 


Rachat 


Chap.  III.     '  ^'oici  la  postérité  d'Aa- 
ron  et  de  Moïse,  au  temps  où  l'Eter- 


nel parla  à  Moïse,  sur  la  montagne  de 
Sinaï. 

-Voici  les  noms  des  fils  d'Aaron  : 
Nadab,  le  premier-né,  Abihu,  Eléazar 
et  Ithamar.  ^Ce  sont  là  les  noms  des 
fils  d'Aaron,  qui  reçurent  l'onction 
comme  prêtres,  et  qui  furent  consacrés 
])our  l'exercice  du  sacerdoce.  ■'Nadab 
et  Abihu  moururent  devant  l'Éternel 
du  feu  étranger,  dans  le  désert  de  Si- 
naï; ils  n'avaient  point  de  fils.  Eléazar 
et  Ithamar  exercèrent  le  sacerdoce,  en 
présence  d'Aaron,  leur  père. 

^L'Eternel  parla  à  Moïse,  et  dit  : 
*Fais  approcher  la  tribu  de  Lévi,  et  tu 
la  placeras  devant  le  prêtre  Aaron,  pour 
qu'elle  soit  à  son  service.  'Ils  auront 
le  soin  de  ce  qui  est  remis  à  sa  garde 
et  à  la  garde  de  toute  l'assemblée,  de- 
vant la  tente  d'assignation  :  ils  feront 
le  service  du  tabernacle.  *Ils  auront  le 
soin  de  tous  les  ustensiles  de  la  tente 
d'assignation,  et  de  ce  qui  est  remis  à 
la  garde  des  enfants  d'Israël  :  ils  feront 
le  service  du  tabernacle.  'Tu  donneras 
les  Lévites  à  Aaron  et  à  ses  fils  ;  ils  lui 
seront  entièrement  donnés,  de  la  part 
des  enfants  d'Israël.  '"Tu  établiras  Aa- 
ron et  ses  fils  pour  qu'ils  observent  les 
fonctions  de  leur  sacerdoce  :  et  l'étran- 
ger qui  approchera  sera  puni  de  mort. 

"L'Eternel  parla  à  Moïse,  et  dit  : 
'-Voici,  j'ai  pris  les  Lévites  du  milieu 
des  enfants  d'Israël,  à  la  place  de  tous 
les  premiers-nés,  des  premiers-nés  des 
enfants  d'Israël;  et  les  Lévites  m'ap- 
jiartiendront.  '^Car  tout  premier-né 
m'appartient;  lejouroùj'ai  frappé  tous 
les  premiers-nés  dans  le  pays  d'Egypte, 
je  me  suis  consacré  tous  les  premiers- 
nés  en  Israël,  tant  des  hommes  que  des 
animaux  :  ils  m'appartiendront.  Je  suis 
l'Éternel. 

'*L'Éternel  parla  à  Moïse,  dans  le 
désert  de  Sinaï,  et  dit  :  '^Fais  le  dé- 
dénombrement des  enfants  de  Lévi,  se- 
lon les  maisons  de  leurs  pères,  selon 
leurs  familles;  tu  feras  le  dénombre- 


150 


NOMBRES. 


Chap.  3,  i6-ii. 


ment  de  tous  les  mâles,  dp|niis  Tàge 
d'un  mois  et  au-dessus.  '* Moïse  en  fit 
le  dénombrement  sur  l'ordre  de  l'Eter- 
nel, en  se  conformant  à  l'ordre  qui  lui 
fut  donné. 

"Ce  sont  ici  les  fds  de  Lévi,  d'après 
leurs  noms  :  Guerschon,  Kehatli  et  Me- 
rari.  — -  "*Voici  les  noms  des  fils  de 
Guerschon,  selon  leurs  familles  :  Libni 
et  Schimeï.  '"Voici  les  fils  de  Kehath, 
selon  leurs  familles  :  Amram,  Jitsehar, 
Hébron  et  Uziel  ;  -"et  les  fils  de  Merari, 
selon  leurs  familles  :  Machli  et  Muschi. 
Ce  sont  là  les  familles  de  Lévi,  selon 
les  maisons  de  leurs  pères. 

-'De  Guerschon  descendent  la  famille 
de  Libni  et  la  famille  de  Schimeï,  for- 
mant les  familles  des  Guerschonites. 
"Ceux  dont  on  fit  le  dénombrement, 
en  comptant  tous  les  mâles  depuis  l'âge 
d'un  mois  et  au-dessus,  furent  sept 
mille  cinq  cents.  -^Les  familles  des 
Guerschonites  campaient  derrière  le 
tabernacle,  à  l'occident.  -*Le  chef  de 
la  maison  paternelle  des  Guerschonites 
était  Eliasaph,  fils  de  Laël.  -^Pour  ce 
qui  concerne  la  tente  d'assignation,  on 
remit  aux  soins  des  fils  de  Guerschon 
le  tabernacle  et  la  tente,  la  couverture, 
le  rideau  qui  est  à  l'entrée  de  la  tente 
d'assignation  ;  -*les  toiles  du  parvis  et 
le  rideau  de  l'entrée  du  parvis,  tout  au- 
tour du  tabernacle  et  de  l'autel,  et  tous 
les  cordages  pour  le  service  du  taber- 
nacle. 

-'De  Kehath  descendent  la  famille 
des  Amramites,  la  famille  des  Jitseha- 
rites,  la  famille  des  Hébronites  et  la 
famille  des  Uziélites,  formant  les  fa- 
milles de  Kehathites.  -*En  comptant 
tous  les  mâles  depuis  l'âge  d'un  mois 
et  au-dessus,  il  y  en  eut  huit  mille  six 
cents,  (jui  furent  charges  des  soins  du 
sanctuaire.  ^"Les  familles  des  fils  de 
Kehath  campaient  au  côté  méridional 
du  tabernacle.  ^°Le  chef  de  la  maison 
paternelle  des  familles  des  Kehathites 
était  Élitsaphan,  fils  d'Uziel.  -^'On  re- 


mit à  leurs  soins  l'arche,  la  table,  le 
chandelier,  les  autels,  les  ustensiles  du 
sanctuaire,  avec  lesquels  on  fait  le  ser- 
vice, le  voile  et  tout  ce  qui  en  dépend. 
^-Le  chef  des  chefs  des  Lévites  était 
Eléazar,  fils  du  prêtre  Aaron  ;  il  avait  la 
surveillance  de  ceux  qui  étaient  char- 
gés des  soins  du  sanctuaire. 

^^De  Merari  descendent  la  famille  de 
Machli  et  la  famille  de  Muschi,  formant 
les  familles  des  Merarites.  '■'Ceux  dont 
on  fit  le  dénombrement,  en  comptant 
tous  les  mâles  depuis  l'âge  d'un  mois 
et  au-dessus,  furent  six  mille  deux 
cents.  '^Le  chef  de  la  maison  pater- 
nelle des  familles  de  Merari  était  Tsu- 
riel,  fils  d'Abihaïl.  Ils  campaient  au 
côté  septentrional  du  tabernacle.  '''On 
remit  à  la  garde  et  aux  soins  des  fils  de 
Merari  les  planches  du  tabernacle,  ses 
barres,  ses  colonnes  et  leurs  bases, 
tous  ses  ustensiles  et  tout  ce  qui  en 
dépend  ;  '"les  colonnes  du  parvis  tout 
autour,  leurs  bases,  leurs  pieux  et  leurs 
cordages. 

"* Moïse,  Aaron  et  ses  fils  campaient 
devant  le  tabernacle,  à  l'orient,  devant 
la  tente  d'assignation,  au  levant;  ils 
avaient  la  garde  et  le  soin  du  sanc- 
tuaire, remis  à  la  garde  des  enfants 
d'Israël  ;  et  l'étranger  qui  s'approchera 
sera  puni  de  mort. 

'^Tous  les  Lévites  dont  Moïse  et  Aa- 
ron firent  le  dénombrement  sur  l'ordre 
de  l'Eternel,  selon  leurs  familles,  tous 
les  mâles  depuis  l'âge  d'un  mois  et  au- 
dessus  furent  vingt-deux  mille. 

"L'Éternel  dit  à  Moïse  :  Fais  le  dé- 
nombrement de  tous  les  premiers-nés 
mâles  parmi  les  enfants  d'Israël,  de- 
puis l'âge  d'un  mois  et  au-dessus,  et 
compte-les  d'après  leurs  noms.  "Tu 
prendras  les  Lévites  pour  moi,  l'Eter- 
nel, à  la  place  de  tous  les  premiers-nés 
des  enfants  d'Israël,  et  le  bétail  des 
Lévites  à  la  place  de  tous  les  premiers- 
nés  du  bétail  des  enfants  d'Israël. 
'-Moïse  fit  le  dénombrement  de  tous 


151 


Chap.  S,  k3-4, 13. 


NOMBRES. 


les  premiers-nés  parmi  les  enfants  d'Is- 
raël, selon  rordrequerÉternelluiavait 
donné.  *^Tous  les  premiers-nés  mâles, 
dont  on  fit  le  dénombrement,  en  comp- 
tant les  noms,  depuis  Tàge  d'un  mois 
et  au-dessus,  furent  vingt-deux  mille 
deux  cent  soixante-treize. 

^* L'Eternel  parla  à  Moïse,  et  dit  : 
^^  Prends  les  Lévites  à  la  place  de  tous 
les  premiers-nés  des  enfants  d'Israël, 
et  le  bétail  des  Lévites  à  la  place  de 
leur  bétail  ;  et  les  Lévites  m'appartien- 
dront. Je  suis  l'Eternel.  ^^Pour  le  ra- 
chat des  deux  cent  soixante-treize  qui 
dépassent  le  nombre  des  Lévites,  ]nirnii 
les  premiers-nés  des  enfants  d'Israël, 
*'tu  prendras  cinq  sicles  par  tète;  tu 
les  prendras  selon  le  sicle  du  sanc- 
tuaire, qui  est  de  vingt  guéras.  ■'^Tu 
donneras  l'argent  à  Aaron  et  à  ses  fils, 
pour  le  rachat  de  ceux  qui  dépassent 
le  nombre  des  Lévites.  '''^ Moïse  prit 
l'argent  pour  le  rachat  de  ceux  qui  dé- 
])assaient  le  nombre  des  rachetés  par 
les  Lévites;  ^°il  prit  l'argent  des  pre- 
miers des  enfants  d'Israël  :  mille  trois 
cent  soixante-cinq  sicles,  selon  le  sicle 
du  sanctuaire.  ^'Et  Moïse  donna  l'ar- 
gent du  rachat  à  Aaron  et  à  ses  fils,  sur 
l'ordre  de  l'Eternel,  en  se  conformant 
à  l'ordre  que  l'Eternel  avait  donné  à 
Moïse. 

Fonctions  des  Lévites. 

Chap.  IV.  '  L'Eternel  parla  à  Moïse 
et  à  Aaron,  et  dit  :  -Compte  les  fils  de 
Kehath  parmi  les  enfants  de  Lévi,  se- 
lon leurs  familles,  selon  les  maisons 
de  leurs  pères,  ^depuis  l'âge  de  trente 
ans  et  au-dessus  jusqu'à  l'âge  de  cin- 
quante ans,  tous  ceux  qui  sont  propres 
à  exercer  quelque  fonction  dans  la 
tente  d'assignation. 

'' Voici  les  fonctions  des  fils  de  Ke- 
hath, dans  la  tente  d'assignation  :  elles 
concernent  le  lieu  très  saint.  ^Au  dé- 
part du  camp,  Aaron  et  ses  fils  vien- 


dront démonter  le  voile,  et  ils  en  cou- 
vriront l'arche  du  témoignage;  *ils 
mettront  dessus  une  couverture  de 
peaux  teintes  en  bleu,  et  ils  étendront 
par-dessus  un  drap  entièrement  d'é- 
toffe bleue;  puis  ils  placeront  les  bar- 
res de  l'arche.  ''Ils  étendront  un  drap 
bleu  sur  la  table  des  pains  de  proposi- 
tion, et  ils  mettront  dessus  les  plats, 
les  coupes,  les  tasses  et  les  calices  pour 
les  libations;  le  pain  y  sera  toujours; 
*ils  étendront  sur  ces  choses  un  drap  de 
cramoisi,  et  ils  l'envelopperont  d'une 
couverture  de  peaux  teintes  en  bleu; 
puis  ils  placeront  les  barres  de  la  ta- 
ble. "Ils  prendront  un  drap  bleu,  et  ils 
couvriront  le  chandelier,  ses  lampes, 
ses  mouchettes,  ses  vases  â  cendre  et 
tous  ses  vases  à  huile,  destinés  à  son 
service;  '"ils  le  mettront,  avec  tous  ses 
ustensiles,  dans  une  couverture  de 
peaux  teintes  en  bleu  ;  puis  ils  le  pla- 
ceront sur  le  brancard.  "  Ils  étendront 
un  drap  bleu  sur  l'autel  d'or,  et  ils  l'en- 
velopperontd'une  couverture  de  peaux 
teintes  en  bleu  ;  puis  ils  placeront  les 
barres  de  l'autel.  '^Ils  prendront  tous 
les  ustensiles  dont  on  se  sert  pour  le 
service  dans  le  sanctuaire,  et  ils  les 
mettront  dans  un  drap  bleu,  et  ils  les 
envelopperont  d'une  couverture  de 
peaux  teintes  en  bleu  ;  puis  ils  les  pla- 
ceront sur  le  brancard,  '^lls  ôteront 
les  cendres  de  l'autel,  et  ils  étendront 
sur  l'autel  un  drap  de  pourpre;  "ils 
mettront  dessus  tous  les  ustensiles 
destinés  à  son  service,  les  brasiers,  les 
fourchettes,  les  pelles,  les  bassins,  tous 
les  ustensiles  de  l'autel,  et  ils  étendront 
par-dessus  une  couverture  de  peaux 
teintes  en  bleu  ;  puis  ils  placeront  les 
barres  de  l'autel.  '^Après  qu'Aaron  et 
ses  fils  auront  achevé  de  couvrir  le 
sanctuaire  et  tous  les  ustensiles  du 
sanctuaire,  les  fils  de  Kehath  vien- 
dront, au  départ  du  camp,  pour  les 
porter;  mais  ils  ne  toucheront  point 
les  choses  saintes,  de  peur  qu'ils  ne 


152 


NOMBRES. 


Chap.  A,  iû-31. 


meurent.  Telles  sont  les  fonctions  de 
porteurs,  imposées  aux  (ils  de  Kehath 
dans  la  tente  d'assignation. 

'^Éléazar,  fds  du  prêtre  Aaron,  aura 
sous  sa  surveillance  riiuile  du  chande- 
lier, le  parfum  odoriférant,  l'onVande 
perpétuelle  et  l'huile  d'onction  ;  il  aura 
sous  sa  surveillance  tout  le  tabernacle 
et  tout  ce  qu'il  contient,  le  sanctuaire 
et  ses  ustensiles. 

'"L'Eternel  parla  à  Moïse  et  à  Aaron, 
et  dit  :  "*N'exposez  point  la  race  des 
familles  des  Kehathites  à  être  retran- 
chée du  milieu  des  Lévites.  "'Faites 
ceci  pour  eux,  afin  cju'ils  vivent <?t  qu'ils 
ne  meurent  point,  quand  ils  s'appro- 
cheront du  lieu  très  saint  :  Aaron  et 
ses  fils  viendront,  et  ils  placeront  cha- 
cun d'eux  à  son  service  et  à  sa  charge. 
-"Ils  n'entreront  point  pour  voir  enve- 
lopper les  choses  saintes,  de  peur  c[u'ils 
ne  meurent. 

-'L'Eternel  parla  à  Moïse,  et  dit  : 
-^Compte  aussi  les  fils  de  Guerschon, 
selon  les  maisons  de  leurs  pères,  selon 
leurs  familles  ; -^  tu  feras  le  dénombre- 
ment, depuis  l'âge  de  trente  ans  et  au- 
dessus  jusqu'à  l'âge  de  cinquante  ans, 
de  tous  ceux  qui  sont  propres  à  exercer 
quelcjue  fonction  dans  la  tente  d'assi- 
gnation. 

"Voici  les  fonctions  des  familles  des 
Guerschonites,  le  service  qu'ils  de- 
vront faire  et  ce  qu'ils  devront  porter. 
-'Ils  porteront  les  tapis  du  tabernacle 
et  la  tente  d'assignation,  sa  couverture 
et  la  couverture  de  peaux  teintes  en 
bleu  qui  se  met  par-dessus,  le  i"ideau 
<[ui  est  à  l'entrée  de  latente  d'assigna- 
tion; -"les  toiles  du  parvis  et  le  rideau 
de  l'entrée  de  la  porte  du  parvis,  tout 
autour  du  tabernacle  et  de  l'autel,  leurs 
cordages  et  tous  les  ustensiles  qui  en 
dépendent.  Et  ils  feront  tout  le  service 
qui  s'y  rapporte.  "r3ans  leurs  fonc- 
tions, les  fils  des  Guerschonites  seront 
sous  les  ordres  d' Aaron  et  de  ses  fils, 
pour  tout  ce  qu'ils  porteront  et  pour 


tout  le  service  qu'ils  devront  faire  ; 
vous  remettrez  à  leurs  soins  tout  ce 
qu'ils  ont  à  porter.  -'^Telles  sont  les 
fonctions  des  familles  des  fils  des  Guer- 
schonites dans  la  tente  d'assignation, 
et  ce  qu'ils  ont  à  garder  sous  la  direc- 
tion d'Ithamar,  fils  du  prêtre  Aaron. 

-^Tu  feras  le  dénombrement  des  fils 
de  Merari,  selon  leurs  familles,  selon 
les  maisons  de  leurs  pères  ;  ^"tu  feras  le 
dénombrement,  depuis  l'âge  de  trente 
ans  et  au-dessus  jusc[u'à  l'âge  de  cin- 
quante ans,  de  tous  ceux  qui  sont  pro- 
pres à  exercer  quelque  fonction  dans 
la  tente  d'assignation. 

^' Voici  ce  cjui  est  remis  à  leurs  soins 
et  ce  qu'ils  ont  à  porter,  pour  toutes 
leurs  fonctions  daas  la  tente  d'assi- 
gnation :  les  planches  du  tabernacle, 
ses  barres,  ses  colonnes,  ses  bases; 
^-les  colonnes  du  parvis  formant  l'en- 
ceinte, leurs  bases,  leurs  pieux,  leurs 
cordages,  tous  les  ustensiles  qui  en 
dépendent  et  tout  ce  qui  est  destiné  à 
leur  service.  Vous  désignerez  par  leurs 
noms  les  objets  ([ui  sont  remis  à  leurs 
soins  et  f[u"ils  ont  à  porter.  ^^Telles 
sont  les  fonctions  des  familles  des  fils 
de  Merari,  toutes  leurs  fonctions  dans 
la  tente  d'assignation,  sous  la  direction 
d'Ithamar,  fils  du  prêtre  Aaron. 

^* Moïse,  Aaron  et  les  princes  de  l'as- 
semblée firent  le  dénombrement  des 
fils  des  Kehathites,  selon  leurs  familles 
et  selon  les  maisons  de  leurs  pères, 
''de  tous  ceux  qui,  depuis  l'âge  de 
trente  ans  et  au-dessus  jusqu'à  l'âge 
de  cinquante  ans,  étaient  propres  à 
exercer  quelque  fonction  dans  la  tente 
d'assignation.  '"Ceux  dont  ils  firent  le 
dénombrement,  selon  leurs  familles, 
furent  deux  mille  sept  cent  cinquante. 
'"Tels  sont  ceux  des  familles  des  Ke- 
hathites dont  on  fit  le  dénombrement, 
tous  ceux  qui  exerçaient  des  fonctions 
dans  la  tente  d'assignation  ;  Moïse  et 
Aaron  en  firent  le  dénombrement  sur 
l'ordre  de  l'Eternel  par  Moïse. 


W.\ 


Chap .  4, 38-5, 


NOMBRES. 


^^Les  fils  de  Guerschon  dont  on  fit 
le  dénombrement,  selon  leurs  familles 
et  selon  les  maisons  de  leurs  pères, 
^'depuis  l'âge  de  trente  ans  et  au-des- 
sus jusqu'à  l'âge  de  cinquante  ans,  tous 
ceux  qui  étaient  propres  à  exercer 
quelque  fonction  dans  la  tente  d'assi- 
gnation, ^"ceux  dont  on  fit  le  dénom- 
brement, selon  leurs  familles,  selon  les 
maisons  de  leurs  pères,  furent  deux 
mille  six  cent  trente.  '"Tels  sont  ceux 
des  familles  des  fils  de  Guerschon  dont 
on  fit  le  dénombrement,  tous  ceuxc|ui 
exerçaient  des  fonctions  dans  la  tente 
d'assignation  ;  Moïse  et  Aaron  en  firent 
le  dénombrement  sur  l'ordre  de  l'Eter- 
nel. 

''^Ceux  des  familles  des  fils  de  Merari 
dont  on  fit  le  dénombrement,  selon 
leurs  familles,  selon  les  maisons  de 
leurs  pères  ^^depuis  l'âge  de  trente  ans 
et  au-dessus  jusqu'à  l'âge  de  cinquante 
ans,  tous  ceux  qui  étaient  propres  à 
exercer  quelque  fonction  dans  la  tente 
d'assignation,  ''"'ceux  dont  on  fit  le  dé- 
nombrement, selon  leurs  familles,  fu- 
rent trois  mille  deux  cents.  ''^Tels  sont 
ceux  des  familles  des  fils  de  Merari 
dont  on  fit  le  dénombrement  ;  Moïse  et 
Aaron  en  firent  le  dénombrement  sur 
l'ordre  de  l'Eternel  par  Moïse. 

*^Tous  ceux  des  Lévites  dont  Moïse, 
Aaron  et  les  princes  d'Israël  firent  le 
dénombrement,  selon  leurs  familles  et 
selon  les  maisons  de  leurs  pères,  "de- 
puis l'âge  de  trente  ans  et  au-dessus 
jusqu'à  l'âge  de  cinquante  ans,  tous 
ceux  qui  étaient  propres  à  exercer 
quelque  fonction  et  à  servir  de  porteurs 
dans  la  tente  d'assignation,  ''Housceux 
dont  on  fit  le  dénombrement  furent 
huit  mille  cinq  cent  quatre-vingts.  ■'^On 
en  fit  le  dénombrement  sur  l'ordre  de 
l'Eternel  par  Moïse,  en  indiquant  à 
chacun  le  service  qu'il  devait  faire  et 
ce  qu'il  devait  porter;  on  en  fit  le  dé- 
nombrement selon  l'ordre  que  l'Eter- 
nel avait  donné  à  Moïse. 


i 


Lois  sur  la  pureté,  le  vol,  la  jalousie 
et  le  nazaréat. 

Chap.  V.  'L'Eternel  parla  à  Moïse, 
et  dit  :  -Ordonne  aux  enfants  d'Israël 
de  renvoyer  du  camp  tout  lépreux,  et 
quiconque  a  une  gonorrhée  ou  est 
souillé  par  un  mort.  ^Hommes  ou  fem- 
mes, vous  les  renverrez,  vous  les  ren- 
verrez hors  du  camp,  afin  qu'ils  ne 
souillent  pas  le  camp  au  milieu  duquel 
j'ai  ma  demeure.  ^Les  enfants  d'Israël 
firent  ainsi,  et  ils  les  renvoyèrent  hors 
du  camp  ;  comme  l'Eternel  l'avait  or- 
donné à  Moïse,  ainsi  firent  les  enfants 
d'Israël. 

^L'Eternel  parla  à  Moïse,  et  dit  : 
^Parle  aux  enfants  d'Israël  :  Lorsqu'un 
homme  ou  une  femme  péchera  contre 
son  prochain  en  commettant  une  infi- 
délité à  l'égard  de  l'Eternel,  et  qu'il  se 
rendra  ainsi  coupable,  "il  confessera 
son  péché,  et  il  restituera  dans  son  en- 
tier l'objet  mal  acquis,  en  y  ajoutant  un 
cinquième  ;  il  le  remettra  à  celui  envers 
qui  il  s'est  rendu  coupable.  ^S'il  n'y  a 
jîersonne  qui  ait  droit  à  la  restitution  de 
l'objet  mal  acquis,  cet  objet  revient  à 
l'Eternel,  au  prêtre,  outre  le  bélier  ex- 
piatoire avec  lequel  on  fera  l'expiation 
j)our  le  coupable.  ^Toute  offrande  de 
choses  consacrées  par  les  enfants  d'Is- 
raël appartiendra  au  prêtre  à  qui  elles 
seront  présentées.  '"Les  choses  qu'on 
aura  consacrées  lui  appartiendront,  ce 
qu'on  lui  aura  remis  lui  appartiendra. 

"L'Eternel  parla  à  Moïse,  et  dit  : 
'-Parle  aux  enfants  d'Israël,  et  tu  leur 
diras  :  Si  une  femme  se  détourne  de 
son  mari,  et  lui  devient  infidèle;  '^si 
un  autre  a  commerce  avec  elle,  et  que 
la  chose  soit  cachée  aux  yeux  de  son 
mari;  si  elle  s'est  souillée  en  secret, 
sans  qu'il  y  ait  de  témoin  contre  elle, 
et  sans  qu'elle  ait  été  prise  sur  le  fait; 
—  '*et  si  le  mari  est  saisi  d'un  esprit 
de  jalousie  et  a  des  soupçons  sur  sa 
femme,  qui  s'est  souillée,  ou  bien  s'il 
est  saisi  d'un  esprit  de  jalousie  et  a  des 


154 


NOMBRES. 


Clin  p. 


5,  15-6,  5. 


soupçons  sur  sa  femme,  qui  ne  s'est 
point  souillée;  —  '^cet  homme  amè- 
nera sa  femme  au  prêtre,  et  apportera 
en  offrande  pour  elle  un  dixième  d"é- 
pha  de  farine  d'orge;  il  n'y  répandra 
point  d'huile,  et  n'y  mettra  point  d'en- 
cens, car  c'est  une  offrande  de  jalousie, 
une  offrande  de  souvenir,  qui  rappelle 
une  iniquité. 

"*Le  |)rètre  la  fera  approcher,  et  la 
fera  tenir  debout  devant  l'Eternel.  '"Le 
prêtre  prendra  de  l'eau  sainte  dans  un 
vase  de  terre;  il  prendra  de  la  pous- 
sière sur  le  sol  du  tabernacle,  et  la 
mettra  dans  l'eau.  "*Le  prêtre  fera  te- 
nir la  femme  debout  devant  l'Eternel; 
il  découvrira  la  tête  de  la  femme,  et 


tent  la  malédiction  entreront  en  elle 
pour  produire  l'amertume.  ^'^ Le  prêtre 
jjrendra  des  mains  de  la  femme  l'of- 
irande  de  jalousie,  il  agitera  l'offrande 
de  côté  et  d'autre  devant  l'Eternel,  et 
il  l'offrira  sur  l'autel  ;  '-'^le  prêtre  pren- 
dra une  poignée  de  cette  offrande 
comme  souvenir,  et  il  la  brûlera  sur 
l'autel.  C'est  après  cela  cpi'il  fera  boire 
les  eaux  à  la  femme.  -'Ouand  il  aura 
fait  boire  les  eaux,  il  arrivera,  si  elle 
s'est  souillée  et  a  été  infidèle  à  son 
mari,  que  les  eaux  qui  a|:)portent  la 
malédiction  entreront  en  elle  pour  pro- 
duire l'amertume;  son  ventre  s'enflera, 
sa  cuisse  se  desséchera,  et  cette  femme 
sera  en  malédiction  au  milieu  de  son 


lui  posera  sur  les  mains  l'offrande  de      peuple.  -^Mais   si   la   femme  ne  s'est 


souvenir,  l'offrande  de  jalousie;  le  prê- 
tre aura  dans  sa  main  les  eaux  amères 
qui  apportent  la  malédiction. 

''•'Le  prêtre  fera  jurer  la  femme,  et 
lui  dira  :  Si  aucun  homme  n'a  couché 
avec  toi,  et  si,  étant  sous  la  puissance 
de  ton  mari,  tu  ne  t'en  es  point  dé- 
tournée pour  te  souiller,  ces  eaux  amè- 
res qui  apportent  la  malédiction  ne  te 
seront  point  funestes.  -"Mais  si,  étant 
sous  la  puissance  de  ton  mari,  tu  t'en 
es  détournée  et  que  tu  te  sois  souillée. 


point  souillée  et  qu'elle  soit  pure,  elle 
sera  reconnue  innocente  et  aura  des 
enfants. 

-^Telle  est  la  loi  sur  la  jalousie,  pour 
le  cas  où  une  femme  sous  la  puissance 
de  son  mari  se  détourne  et  se  souille, 
^"et  pour  le  cas  où  un  mari  saisi  d'un 
esprit  de  jalousie  a  des  soupçons  sur 
sa  femme  :  le  prêtre  la  fera  tenir  de- 
bout devant  l'Éternel,  et  lui  appliquera 
cette  loi  dans  son  entier.  ^'  Le  mari  sera 
exempt  de  faute,  mais  la  femme  por- 


et  si  un  autre  homme  que  ton  mari  a     tera  la  peine  de  son  iniquité 


couché  avec  toi,  — ^'et  le  prêtre  fera 
jurer  la  femme  avec  un  serment  d'im- 
précation, et  lui  dira  :  —  Que  l'Eter- 
nel te  livre  à  la  malédiction  et  à  l'exé- 
cration au  milieu  de  ton  peuple,  en 
faisant  dessécher  ta  cuisse  et  enfler 
ton  ventre,  -^et  que  ces  eaux  qui  ap- 
portent la  malédiction  entrent  dans  tes 
entrailles  pour  te  faire  enfler  le  ventre 
et  dessécher  la  cuisse  !  Et  la  femme 
dira  :  Amen  !  amen  ! 

-•'Le  prêtre  écrira  ces  imprécations 
dans  un  livre,  ])uis  les  effacera  avec 
les  eaux  amères.  "Et  il  fera  boire  à  la 
femme  les  eaux  amères  qui  apportent 


C/iap.  VI.  'L'Eternel  parla  à  Moïse, 
et  dit  :  -Parle  aux  enfants  d'Israël,  et 
tu  leur  diras  :  Lorsqu'un  homme  ou 
une  femme  se  séparera  des  autres  en 
faisant  vœu  de  nazaréat",  pour  se  con- 
sacrer à  l'Eternel,  'il  s'abstiendra  de 
vin  et  de  boisson  enivrante  ;  il  ne  boira 
ni  vinaigre  fait  avec  du  vin,  ni  vinai- 
gre fait  avec  une  boisson  enivrante;  il 
ne  boira  d'aucune  liqueur  tirée  des 
raisins,  et  il  ne  mangera  point  de  rai- 
sins frais  ni  de  raisins  secs.  *  Pendant 
tout  le  temps  de  son  nazaréat,  il  ne 
mangera  rien  de  ce  qui  provient  de  la 
vigne,  depuis  les  pépinsjuscpi'à  la  peau 
du  raisin.  ^Pendant  Unil  le  temps  de 


ia  malédiction,  et  les  eaux  qui  appoi 

o.   Nazaréat  dérive  d'un  mot  (iiii  sig-iiiUc  se  si-jjarer  des  autres,  s  inipuser  des  abstineni 

155 


se  consacrer. 


Chap.  6,6-7 , 1. 


NOMBRES. 


son  nazaréat,  le  rasoir  ne  passera  point 
sur  sa  tête  ;  jusqu'à  l'accomplissement 
des  jours  pour  lesquels  il  s'est  consa- 
cré à  l'Éternel,  il  sera  saint,  il  laissera 
croître  librement  ses  cheveux.  *  Pen- 
dant tout  le  temps  qu'il  a  voué  à  l'E- 
ternel, il  ne  s'approchera  point  d'une 
personne  morte;  'il  ne  se  souillera 
point  à  la  mort  de  son  père,  de  sa 
mère,  de  son  frère  ou  de  sa  sœur,  car 
il  porte  sur  sa  tète  la  consécration  de 
son  Dieu.  *  Pendant  tout  le  temps  de 
son  nazaréat,  il  sera  consacré  à  l'Eter- 


et  son  holocauste;  ''il  offrira  le  bélier 
en  sacrifice  d'actions  de  grâces  à  l'E- 
ternel, outre  la  corbeille  de  pains  sans 
levain,  avec  l'offrande  et  la  libation. 
'^Le  nazaréen  rasera,  à  l'entrée  de  la 
tente  d'assignation,  sa  tète  consacrée  ; 
il  prendra  les  cheveux  de  sa  tête  con- 
sacrée, et  il  les  mettra  sur  le  feu  qui 
est  sous  le  sacrifice  d'actions  de  grâ- 
ces. '^Le  prêtre  prendra  l'épaule  cuite 
du  bélier,  un  gâteau  sans  levain  de  la 
corbeille,  et  une  galette  sans  levain; 
et  il  les  posera  sur  les  mains  du  naza- 


nel.  'Si  quelqu'un  meurt  subitement      réen,  après  qu'il  aura  rasé  sa  tête  con- 


sacrée. -"Le  prêtre  les  agitera  de  côté 
et  d'autre  devant  l'Eternel  :  c'est  une 
chose  sainte,  qui  appartient  au  prêtre, 
avec  la  poitrine  agitée  et  l'épaule  of- 
ferte par  élévation.  Ensuite,  le  naza- 
réen pourra  boire  du  vin. 

"-'Telle  est  la  loi  pour  celui  qui  fait 

vœu  de  nazaréat  ;  telle  est  son  offrande 

à  l'Eternel  pour  son  nazaréat,  outre  ce 

que  lui  permettront  ses  ressources.  Il 

de  son  péché  à  l'occasion  du  mort.  Le      accomplira  ce  qui  est  ordonné  pour  le 

vœu  qu'il  a  fait,  selon  la  loi  de  son  na- 
zaréat. 


près  de  lui,  et  que  sa  tête  consacrée 
devienne  ainsi  souillée,  il  se  rasera  la 
tête  le 'jour  de  sa  purification,  il  se  la 
rasera  le  septième  jour.  '"Le  huitième 
jour,  il  apportera  au  prêtre  deux  tour- 
terelles ou  deux  jeunes  pigeons,  à  l'en- 
trée de  la  tente  d'assignation.  "Le 
prêtre  sacrifiera  l'un  comme  victime 
expiatoire,  et  l'autre  comme  holo- 
causte, et  il  fera  pour  lui  l'expiation 


nazaréen  sanctifiera  ainsi  sa  tête  ce 
jour-là.  '-Il  consacrera  de  nouveau  à 
l'Eternel  les  jours  de  son  nazaréat,  et 
il  offrira  un  agneau  d'un  an  en  sacri- 
fice de  culpabilité  ;  les  jours  précé- 
dents ne  seront  point  comptés,  parce 
que  son  nazaréat  a  été  souillé. 

'^  Voici  la  loi  du  nazaréen.  Le  jour  où 
il  aura  accompli  le  temps  de  son  naza- 
réat, on  le  fera  venir  à  l'entrée  de  la 
tente  d'assignation.  '''Il  présentera  son 
offrande  à  l'Eternel  :  un  agneau  d'un 
an  et  sans  défaut  pour  l'holocauste, 
une  brebis  d'un  an  et  sans  défaut  pour 
le  sacrifice  d'expiation ,  et  un  bélier 
sans  défaut  pour  le  sacrifice  d'actions 
de  grâces  ;  '^  une  corbeille  de  pains  sans 
levain ,  de  gâteaux  de  fleur  de  farine 
pétris  à  l'huile,  et  de  galettes  sans  le- 
vain arrosées  d'huile,  avec  l'offrande 
et  la  libation  ordinaires.  '*Le  prêtre 
présentera  ces  choses  devant  l'Eter- 
nel, et  il  offrira  sa  victime  expiatoire 


Formule  de  bénédiction. 

-^L'Eternel  parla  à  Moïse  et  dit  : 
-^ Parle  à  Aaron  et  à  ses  fils,  et  dis  : 
Vous  bénirez  ainsi  les  enfants  d'Israël, 
vous  leur  direz  : 

-*Que  l'Eternel  te  bénisse,  et  qu'il 
te  garde  !  -^Oue  l'Eternel  fasse  luire  sa 
face  sur  toi,  et  qu'il  t'accorde  sa  grâce  ! 
-*Que  l'Eternel  tourne  sa  face  vers  toi, 
et  qu'il  te  donne  la  paix  ! 

^'C'estainsiqu'ils  mettront  mon  nom 
sur  les  enfants  d'Israël,  et  je  les  bé- 
nirai. 

Offrandes  des  chefs  des  tribus  pour  la  dédicace 
du  tabernacle. 

Chap.  VII.  'Lorsque  Moïse  eut 
achevé  de  dresser  le  tabernacle,  il  l'oi- 
gnit et  le  sanctifia  avec  tous  ses  usten- 


siles, de  même  que  l'autel  avec  tous 


156 


NOMBRES. 


Chap.  7 ,  Q-35. 


ses  ustensiles  ;  il  les  oignit  et  les  sanc- 
tifia. -Alors  les  princes  d'Israël,  chefs 
des  maisons  de  leurs  pères,  présentè- 
rent leur  offrande  :  c'étaient  les  princes 
des  tribus,  ceux  qui  avaient  présidé  au 
dénombrement.  ^Ils  amenèrent  leur  of- 
frande devant  l'Eternel  :  six  chars  en 
forme  de  litières  et  douze  bœufs,  soit 
un  char  ])our  deux  princes  et  un  bœut 
pour  chaque  prince;  et  ils  les  offrirent 
devant  le  tabernacle. 

■'L'Eternel  parla  à  Moïse,  et  dit  : 
^Prends  d'eux  ces  choses,  afin  de  les 
employer  pour  le  service  de  la  tente 
d'assignation;  tu  les  donneras  aux  Lé- 
vites, à  chacun  selon  ses  fonctions. 
*  Moïse  prit  les  chars  et  les  bœufs,  et  il 
les  remit  aux  Lévites.  'Il  donna  deux 
chars  et  quatre  bœufs  aux  fils  de  Guer- 
schon,  selon  leurs  fonctions  ;  *il  donna 
quatre  chars  et  huit  bœufs  aux  fils  de 
Merari,  selon  leurs  fonctions,  sous  la 
conduite  d'Ithamar,  fils  du  prêtre  Aa- 
ron.  "Mais  il  n'en  donna  point  aux  fils 
de  Kehath,  parce  que,  selon  leurs  fonc- 
tions, ils  devaient  porter  les  choses 
saintes  sur  les  épaules. 

'"Les  princes  présentèrent  leur  of- 
frande pour  la  dédicace  de  l'autel,  le 
jour  où  on  l'oignit;  les  princes  présen- 
tèrent leur  offrande  devant  l'autel. 
"L'Eternel  dit  à  Moïse  :  Les  princes 
viendront  un  à  un,  et  à  des  jours  diffé- 


deux  bœufs,  cinq  béliers,  cinq  boucs, 
cin(j  agneaux  d'un  an.  Telle  fut  l'of- 
frande de  Nachschon ,  fils  d'Amnii- 
nadab. 

'''Le  second  jour,  Nethaneel,  fils  de 
Tsuar,  prince  d'Issacar,  présenta  son 
offrande.  '"Il  offrit  :  un  plat  d'argent 
du  poids  de  cent  trente  sicles,  un  bas- 
sin d'argent  de  soixante-dix  sicles,  se- 
lon le  sicle  du  sanctuaire,  tous  deux 
pleins  de  fleur  de  farine  pétrie  à  l'huile, 
])our  l'offrande;  '-"une  coupe  d'or  de 
dix  sicles,  pleine  de  parfum  ;-' un  jeune 
taureau,  un  bélier,  un  agneau  d'un  an, 
pour  l'holocauste;  --un  bouc,  pour  le 
sacrifice  d'expiation;  -^et,  pour  le  sa- 
crifice d'actions  de  grâces,  deux  bœufs, 
cihq  béliers,  cinq  boucs,  cinq  agneaux 
d'un  an.  Telle  fut  l'offrande  de  Netha- 
neel,  fils  de  Tsuar. 

-^Le  troisième  jour,  le  jirince  des  fils 
deZabulon,  Eliab,  fils  de  llélon,  offrit: 
-^un  plat  d'argent  du  poids  de  cent 
trente  sicles ,  un  bassin  d'argent  de 
soixante-dix  sicles,  selon  le  sicle  du 
sanctuaire,  tous  deux  pleins  de  fleur 
de  farine  pétrie  à  l'huile,  ])our  l'of- 
frande, -''une  coupe  d'or  de  dix  sicles, 
pleine  de  parfum;  -'un  jeune  taureau, 
un  bélier,  un  agneau  d'un  an,  pour 
l'holocauste;  -*un  bouc,  pour  le  sacri- 
fice d'expiation;  -"et,  pour  le  sacrifice 
d'actions  de  grâces,  deux  bœufs,  cinq 


rents,  présenter  leur  offrande  pour  la      béliers,  cinq  boucs,  cinq  agneaux  d'un 


dédicace  de  l'autel. 

'-Celui  qui  présenta  son  offrande  le 
premier  jour  fut  Nachschon,  fils  d'Am- 
ininadab,  de  la  tribu  de  Juda.  '^11  offrit  : 
un  plat  d'argent  du  poids  de  cent  trente 
sicles,  un  bassin  d'argent  de  soixante- 
dix  sicles,  selon  le  sicle  du  sanctuaire, 
tous  deux  pleins  de  fleur  de  farine  j)é- 
trie  à  l'huile,  pour  l'offrande;  '•'une 
coupe  d'or  de  dix  sicles,  pleine  de  par- 
fum; '^un  jeune  taureau,  un  bélier,  un 
agneau  d'un  an,  pour  l'holocauste;  '*un 
bouc,  pour  lé  sacrifice  d'expiation  ;  "et, 
])our  le  sacrifice  d'actions  de  grùces, 


an.  Telle  fut  l'offrande  d'Eliab,  fils  de 
llélon. 

^  Le  quatrième  jour,  le  prince  des 
fils  de  Ruben,  Élitsur,  filsdeSchedéur, 
offrit  :  "'un  plat  d'argent  du  poids  de 
cent  trente  sicles,  un  bassin  d'argent 
de  soixante-dix  sicles,  selon  le  sicle  du 
sanctuaire,  tous  deux  pleins  de  fleur 
de  farine  pétrie  à  l'huile,  pour  l'of- 
frande; ^-une  coupe  d'or  de  dix  sicles 
])leine  de  parfum;  '"un  jeune  taureau, 
un  bélier,  un  agneau  d'un  an,  ])our 
l'holocauste  ;  ^^un  bouc,  pour  le  sacri- 
fice d'expiation;  ^'et,  pour  le  sacrifice 


157 


Chap.  7 ,  36-11. 


NOMBRES. 


d'actions  de  grâces,  deux  bœufs,  cinq 
béliers,  cinq  boucs,  cinq  agneaux  d'un 
an.  Telle  fut  l'offrande  d'EIitsur,  fds 
de  Schedéur. 

^'Le  cinquième  jour,  le  prince  des 
filsde  Siméon,  Schelumiel,  fds  de  Tsu- 
rischaddaï,  offrit  :  ^^un  plat  d'argent 
du  poids  de  cent  trente  sicles,  un  bas- 
sin d'argent  de  soixante-dix  sicles,  se- 
lon le  sicle  du  sanctuaire ,  tous  deux 
pleins  de  fleur  de  farine  pétrie  à  l'huile, 
pour  l'offrande;  ^''une  coupe  d'or  de 
dix  sicles,  pleine  de  parfum  ;'' un  jeune 
taureau,  un  bélier,  un  agneau  d'un  an, 
pour  l'holocauste;  ''"un  bouc,  pour  le 
sacrifice  d'expiation;  '"et,  pour  le  sa- 
crifice d'actions  de  grâces,  deux  bœufs, 
cinq  béliers,  cinq  boucs,  cinq  agneaux 
d'un  an.  Telle  fut  l'offrande  de  Schelu- 
miel, fils  de  Tsurischaddaï. 

*-Le  sixième  jour,  le  prince  des  fils 
de  Gad,  Eliasaph,  fils  de  Déuel,  offrit: 
''^un  plat  d'argent  du  poids  de  cent 
trente  sicles,  un  bassin  d'argent  de 
soixante-dix  sicles,  selon  le  sicle  du 
sanctuaire,  tous  deux  pleins  de  fleur 
de  farine  pétrie  à  l'huile,  pour  l'of- 
frande; ■'■'une  coupe  d'or  de  dix  sicles, 
pleine  de  parfum;  ■'^un  jeune  taureau, 
un  bélier,  un  agneau  d'un  an,  pour 
l'holocauste;  **un  bouc,  pour  le  sa- 
crifice d'expiation;  "et,  pour  le  sacri- 
fice d'actions  de  grâces,  deux  bœufs, 
cinq  béliers,  cinq  boucs,  cinq  agneaux 
d'un  an.  Telle  fut  l'offrande  d'Eliasaph, 
fils  de  Déuel. 

**Le  septième  jour,  le  prince  des 
fils  d'Ephraïm,  Elischama,  fils  d'Am- 
mihud,  offrit  :  *^un  plat  d'argent  du 
poids  de  cent  trente  sicles,  un  bassin 
d'argent  de  soixante-dix  sicles,  selon 
le  sicle  du  sanctuaire,  tous  deux  pleins 
de  fleur  de  farine  pétrie  à  l'huile,  pour 
l'offrande;  *"une  coupe  d'or  de  dix 
sicles,  pleine  de  parfum;  ^'un  jeune 
taureau,  un  bélier,  un  agneau  d'un  an, 
pour  l'holocauste;  ^-un  bouc,  pour  le 
sacrifice  d'expiation;  ^'et,  pour  le  sa- 


crifice d'actions  de  grâces,  deux  bœufs, 
cinq  béliers,  cinq  boucs,  cinq  agneaux 
d'un  an.  Telle  fut  l'offrande  d 'Eli- 
schama, fils  d'Ammihud. 

^*  Le  huitième  jour,  le  prince  des  fils 
de  Manassé,  Gamliel,  fils  de  Pedaht- 
sur,  offrit  :  ^^un  plat  d'argent  du  poids 
de  cent  trente  sicles,  un  bassin  d'ar- 
gent de  soixante-dix  sicles,  selon  le 
sicle  du  sanctuaire,  tous  deux  pleins 
de  fleur  de  farine  pétrie  à  l'huile,  pour 
l'offrande;  ^^une  coupe  d'or  de  dix 
sicles,  pleine  de  parfum;  "un  jeune 
taureau,  un  bélier,  un  agneau  d'un 
an,  pour  l'holocauste;  ^*un  bouc,  pour 
le  sacrifice  d'expiation;  ^'et,  pour  le 
sacrifice  d'actions  de  grâces,  deux 
bœufs,  cinq  béliers,  cinq  boucs,  cinq 
agneaux  d'un  an.  Telle  fut  l'offrande 
de  Gamliel,  fils  de  Pedahtsur. 

^"Le  neuvième  jour,  le  prince  des 
fils  de  Benjamin,  Abidan,  fils  de  Gui- 
deoni,  offrit  :  *'un  plat  d'argent  du 
poids  de  cent  trente  sicles,  un  bassin 
d'argent  de  soixante-dix  sicles,  selon 
le  sicle  du  sanctuaire,  tous  deux  pleins 
de  fleur  de  farine  pétrie  à  l'huile,  pour 
l'offrande;  '^une  coupe  d'or  de  dix 
sicles,  pleine  de  parfum;  ^^un  jeune 
taureau,  un  bélier,  un  agneau  d'un  an, 
pour  l'holocauste;  **un  bouc,  pour  le 
sacrifice  d'expiation;  *^et,  pour  le  sa- 
crifice d'actionsdegrâces,  deuxbœufs, 
cinq  béliers,  cinq  boucs,  cinq  agneaux 
d'un  an.  Telle  fut  l'offrande  d'Abidan, 
fils  de  Guideoni. 

**Le  dixième  jour,  le  prince  des  fils 
de  Dan,  Ahiézer,  fils  d'Ammischad- 
daï,  offrit  :  "un  plat  d'argent  du  poids 
de  cent  trente  sicles,  un  bassin  d'ar- 
gent de  soixante-dix  sicles,  selon  le 
sicle  du  sanctuaire,  tous  deux  pleins 
de  fleur  de  farine  pétrie  à  l'huile,  pour 
l'offrande;  ^*une  coupe  d'or  de  dix 
sicles,  pleine  de  parfum;  ^^un  jeune 
taureau,  un  bélier,  un  agneau  d'un 
an,  pour  l'holocauste;  '"un  bouc,  pour 
le  sacrifice  d'expiation;  "et,  pour  le 


158 


NOMBRES. 


Chap.  7 ,  12-8, 0. 


sacrifice    d'actions    de   grâces,    deux  la  coupe,  selon  le  sicle  du  sanctuaire, 

bœufs,  cin([  béliers,  cinq  boucs,  cinq  firent  pour  l'or  des  coupes  un  total  de 

ao-neaux  d'un  an.  Telle  fut  l'offrande  cent  vingt  sicles.  "Total  des  animaux 

d'Ahiczer,  fils  d'Animischaddaï.  ])our    l'holocauste  :    douze    taureaux, 

"Le  onzième  jour,  le  prince  des  fds  douze  béliers,  douze  agneaux  d'un  an, 

d'Aser,   Paguiel,  fils   d'Ocran,  offrit:  avec  les  offrandes  ordinaires.    Douze 

'^un   plat  d'argent  du  poids  de   cent  boucs,   pour  le  sacrifice  d'expiation. 

Total  des  animaux  pour  le  sacrifice 


trente  sicles,  un  bassin  d'argent  de 
soixante-dix  sicles,  selon  le  sicle  du 
sanctuaire,  tous  deux  pleins  de  fleur 
de  farine  pétrie  à  l'huile,  pour  l'of- 
frande; "une  coupe  d'or  de  dix  sicles, 


d'actions  de  grâces  :  vingt -quatre 
bœufs  ,  soixante  béliers  ,  soixante 
boucs,  soixante  agneaux  d'un  an.  Tels 
furent  les  dons  pour   la  dédicace  de 


pleine  de  parfum;  "un  jeune  taureau,      l'autel,  après  qu'on  l'eut  oint. 


un   bélier. 


d'un  an,   pour  *^Lorsque  Moïse  entrait  dans  la  tente 


l'holocauste;  '^un  bouc,  pour  le  sacri-  d'assignation  pour  parler  avec  l'Eter- 

fice  d'expiation;  "'et,  pour  le  sacrifice  nel,  il  entendait  la  voix  qui  lui  parlait 

d'actions  de  grâces,  deux  bœufs,  cinq  du  haut  du  propitiatoire  placé  surl'ar- 

béliers,  cinq  boucs,  cinq  agneaux  d'un  che   du   témoignage,    entre   les   deux 

an.   Telle   fut  l'offrande   de    Paguiel,  chérubins.  Et  il  parlait  avec  l'Eternel, 
fds  d'Ocran. 

"Le    douzième   jour,     le    prince    des  Arrangement  des  lampes.  —  Conséeratlon 

fils  de  Nephthali,  Ahira,  fils  d'Enan, 

offrit:  ''un  plat  d'argent  du  poids  de  Chap.  VIII.     'L'EternelparlaàMoï- 

cent  trente  sicles,  un  bassin  d'argent  se,  etdit:'-Parleà  Aaron,  ettuluidiras: 

de  soixante-dix  sicles,  selon   le  sicle  Lorsque  tu  placeras  les  lampes  sur  le 

du   sanctuaire,    tous   deux   pleins   de  chandelier,  les   sept   lampes  devront 

fleur  de  farine  pétrie  à  l'huile,  pour  éclairer  en  face.   ^Aaron   fit   ainsi;  il 

l'offrande;  ^"une  coupe  d'or  de  dix  si-  plaça    les    lampes    sur  le    devant  du 

clés,   pleine    de    parfum;   *'un  jeune  chandelier,    comme    l'Eternel    l'avait 

taureau,  un  bélier,  un  agneau  d'un  an,  ordonné  à  Moïse.  ''Le  chandelier  était 

pour  l'holocauste;  *-un  bouc,  pour  le  d'or  battu;  jusqu'à  son  pied,  jusqu'à 

sacrifice  d'expiation  ;  *^et,  pour  lésa-  ses  fleurs,  il  était  d'or   battu;  Moïse 

crifice  d'actionsde grâces,  deuxbœufs,  avait  fait  le  chandelier  d'après  le  mo- 

cinq  béliers,  cinq  boucs,  cinq  agneaux  dèle  q^ue  l'Eternel  lui  avait  montré, 

d'un  an.  Telle  fut  l'offrande  d'Ahira,  ''L'Eternel   parla   à   Moïse,   et  dit: 

fils  d'Enan.  'Prends  les  Lévites  du  milieu  des  en- 

**Tels  furent  les  dons  des   princes  fants   d'Israël,   et   purifie-les.    'Voici 

d'Israël  pour  la  dédicace  de  l'autel,  le  comment  tu   les   purifieras.   Fais   sur 

jour  où  on  l'oignit.  Douze  plats  d'ar-  eux  une   aspersion   d'eau   expiatoire; 

gent,  douze   bassins  d'argent,  douze  qu'ils  fassent  passer  le  rasoir  sur  tout 

coupes   d'or;   '^chaque   plat  d'argent  leur  corps,  qu'ils  lavent   leurs  vête- 

pesait  cent  trente   sicles,   et  chaque  ments,  et  qu'ils  se  purifient.  *Ils  pren- 

bassin   soixante-dix,   ce  qui   fit   pour  dront  ensuite  un  jeune  taureau",  avec 

l'argent  de  ces  ustensiles  un  total  de  l'offrande  ordinaire  de  fleur  de  farine 

deux  mille  quatre  cents  sicles,  selon  pétrie  à  l'huile;  et  tu  prendras  un  au- 

le  sicle  du  sanctuaire;  **les  douze  cou-  tre   jeune    taureau   pour    le    sacrifice 

pes  d'or  pleines  de  parfum,  à  dix  sicles  d'expiation.  H'u   feras  approcher  les 

a.   Pour  l'holocauste.  Vov.  V,   12. 


159 


Chap.  8, 10-9,  6. 


NOMBRES. 


Lévites  devant  la  tente  d'assignation, 
et  tu  convoqueras  toute  l'assemblée 
des  enfants  d'Israël.  '°Tu  feras  appro- 
cher les  Lévites  devant  l'Éternel  ;  et 
les  enfants  d'Israël  poseront  leurs 
mains  sur  les  Lévites.  "Aaron  fera 
tourner  de  côté  et  d'autre  les  Lévites 
devant  l'Eternel,  comme  vine  offrande 
de  la  part  des  enfants  d'Israël;  et  ils 
seront  consacrés  au  service  de  l'Eter- 
nel .  '-  Les  Lévites  poseront  leurs  mains 
sur  la  tête  des  taureaux;  et  tu  offriras 
l'un  en  sacrifice  d'expiation,  et  l'autre 
en  holocauste,  afin  de  faire  l'expiation 
pour  les  Lévites.  '^ Tu  feras  tenir  les 
Lévites  debout  devant  Aaron  et  de- 
vant ses  fils,  et  tu  les  feras  tourner  de 
côté  et  d'autre  comme  une  offrande  à 


des  Lévites  tout  ce  que  l'Éternel  avait 
ordonné  à  Moïse  touchant  les  Lévites; 
ainsi  firent  à  leur  égard  les  enfants 
d'Israël.  -'Les  Lévites  se  purifièrent, 
et  lavèrent  leurs  vêtements  ;  Aaron  les 
fit  tourner  de  côté  et  d'autre  comme 
une  offrande  devant  l'Éternel,  et  il  fit 
l'expiation  pour  eux,  afin  de  les  puri- 
fier. "Après  cela,  les  Lévites  vinrent 
faire  leur  service  dans  la  tente  d'assi- 
gnation, en  présence  d' Aaron  et  de  ses 
fils,  selon  ce  que  l'Elternel  avait  or- 
donné à  Moïse  touchant  les  Lévites  ; 
ainsi  fut-il  fait  à  leur  égard. 

-■■'L'Éternel  parla  à  Moïse,  et  dit: 
-^Voici  ce  qui  concerne  les  Lévites. 
Depuis  l'âge  de  vingt-cinq  ans  et  au- 
dessus,  tout  Lévite  entrera  au  service 


l'Éternel.    '■'Tu  sépareras  les  Lévites      de  la  tente  d'assignation  pour  y  exer- 


du  milieu  des  enfants  d'Israël  ;  et 
les  Lévites  m'appartiendront.  '^  Après 
cela,  les  Lévites  viendront  faire  le  ser- 
vice dans  la  tente  d'assignation.  C'est 
ainsi  que  tu  les  purifieras,  et  que  tu 
les  feras  tourner  de  côté  et  d'autre 
comme  une  offrande.  '^Car  ils  me  sont 
entièrement  donnés  du  milieu  des  en- 
fants d'Israël  :  je  les  ai  pris  pour  moi 
à  la  place  des  premiers-nés,  de  tous 
les  premiers-nés  des  enfants  d'Israël. 
'^Car  tout  premier-né  des  enfants  d'Is- 
raël m'appartient,  tant  des  hommes 
que  des  animaux;  le  jour  où  j'ai  frappé 
tous  les  premiers-nés  dans  le  pavs 
d'Egypte,  je  me  les  suis  consacrés. 
'^Et  j'ai  pris  les  Lévites  à  la  place  de 
tous  les  premiers-nés  des  enfants  d'Is- 
raël. "*J'ai  donné  les  Lévites  entière- 
ment à  Aaron  et  à  ses  fils,  du  milieu 
des  enfants  d'Israël,  pourqu'ils  fassent 
le  service  des  enfants  d'Israël  dans  la 
tente  d'assignation,  pour  qu'ils  fassent 
l'expiation  pour  les  enfants  d'Israël, 
et  pour  que  les  enfants  d'Israël  ne 
soient  frappés  d'aucune  plaie,  en  s'ap- 
prochant  du  sanctuaire. 

-"Moïse,  Aaron  et  toute  l'assemblée 
des  enfants  d'Israël,   firent   à  l'égard 


cer  une  fonction.  -^Depuis  l'âge  de 
cinquante  ans,  il  sortira  de  fonction, 
et  ne  servira  plus.  -*I1  aidera  ses  frères 
dans  la  tente  d'assignation,  pour  gar- 
der ce  qui  est  remis  à  leurs  soins  ;  mais 
il  ne  fera  plus  de  service.  Tu  agiras 
ainsi  à  l'égard  des  Lévites  pour  ce  qui 
concerne  leurs  fonctions. 

La  Pâque  célébrée  au  désert  de  Sinaï. 

Chap.  IX.  '  L'Éternel  parla  à  Moïse, 
dans  le  désert  de  Sinaï,  le  premier 
mois  de  la  seconde  année  après  leur 
sortie  du  pays  d'Egypte.  Il  dit:  *Que 
les  enfants  d'Israël  célèbrent  la  Pàque 
au  temps  fixé.  ^Vous  la  célébrerez  au 
temps  fixé,  le  quatorzième  jour  de  ce 
mois,  entre  les  deux  soirs;  vous  la  cé- 
lébrerez selon  toutes  les  lois  et  toutes 
les  ordonnances  qui  s'y  rapportent. 

•"Moïse  parla  aux  enfants  d'Israël, 
afin  qu'ils  célébrassent  la  Pàque.  ^Et 
ils  célébrèrent  la  Pàque  le  quatorzième 
jour  du  premier  mois,  entre  les  deux 
soirs,  dans  le  désert  de  Sinaï;  les  en- 
fants d'Israël  se  conformèreSnt  à  tous 
les  ordres  que  l'Éternel  avait  donnés 
à  Moïse. 

*I1  y  eut  des  hommes  qui,  se  trou- 


160 


NOiMBRES. 


Chap.  9, 1-10,- 


vant  impurs  à  cause  d'un  mort,  ne 
pouvaient  pas  célébrer  la  Pàque  ce 
jour-là.  Ils  se  présentèrent  le  même 
jour  devant  Moïse  et  Aaron  ;  'et  ces 
hommes  dirent  à  Moïse  :  Nous  sommes 
impurs  à  cause  d'un  mort;  pourquoi 
serions-nous  privés  de  présenter  au 
temps  fixé  l'offrande  de  l'Eternel  au 
milieu  des  enfants  d'Israël  ?  *  Moïse 
leur  dit  :  Attendez  que  je  sache  ce  que 
l'Éternel  vous  ordonne. 

^Et  l'Eternel  parla  à  Moïse,  et  dit  : 
'"Parle  aux  enfants  d'Israël,  et  dis- 
leur :  Si  quelqu'un  d'entre  vous  ou  de 
vos  descendants  est  impur  à  cause  d'un 
mort,  ou  est  en  voyage  dans  le  loin- 
tain, il  célébrera  la  Pàque  en  l'honneur 
de  l'Eternel.  "C'est  au  second  mois" 
qu'ils  la  célébreront,  le  quatorzième 
jour,  entre  les  deux  soirs;  ils  la  man- 
geront avec  des  pains  sans  levain  et 
des  herbes  amères.  '-Ils  n'en  laisseront 
rien  jusqu'au  matin,  et  ils  n'en  brise- 
ront aucun  os.  Ils  la  célébreront  selon 
toutes  les  ordonnances  de  la  Pàque. 

''Si  celui  qui  est  pur  et  qui  n'est  pas 
en  voyage  s'abstient  de  célébrer  la 
Pàque,  celui-là  sera  retranché  de  son 
peuple;  parce  qu'il  n'a  pas  présenté 
l'offrande  de  l'Eternel  au  temps  fixé, 
cet  homme-là  portera  la  peine  de  son 
péché.  '*Si  un  étranger  en  séjour  chez 
vous  célèbre  la  Pàque  de  l'Eternel,  il 
se  conformera  aux  lois  et  aux  ordon- 
nances de  la  Pàque.  Il  y  aura  une  même 
loi  jiarmi  vous,  pour  l'étranger  comme 
pour  l'indigène. 

La  nuée. 

*^Le  jouroù  le  tabernacle  fut  dressé, 
la  nuée  couvrit  le  tabernacle,  la  tente 
d'assignation;  et,  depuis  le  soir  jus- 
([u'au  matin,  elle  eut  sur  le  tabernacle 
l'apparence  d'un  feu.  '^11  en  fut  conti- 
nuellement ainsi  :  la  nuée  couvrait  le 
tabernacle,  et  elle  avait  de  nuit  l'appa- 
rence d'un  feu.  '"Quand  la  nuée  s'éle- 

a.  Au  lieu  du  premier  mois. 


vait  de  dessus  la  tente,  les  enfants 
d'Israël  partaient;  et  les  enfants  d'Is- 
raël campaient  dans  le  lieu  où  s'arrê- 
tait la  nuée.  '^Les  enfants  d'Israël  par 
taient  sur  l'ordre  de  l'Eternel,  et  ils 
campaient  sur  l'ordre  de  l'Eternel;  ils 
campaient  aussi  longtemps  que  la  nuée 
restait  sur  le  tabernacle.  '^Quand  la 
nuée  restait  longtemps  sur  le  taber- 
nacle, les  enfants  d'Israël  obéissaient 
au  commandement  de  l'Eternel,  et  ne 
partaient  point.  -"Quand  la  nuée  res- 
tait peu  de  jours  sur  le  tabernacle,  ils 
campaient  sur  l'ordre  de  l'Eternel,  et 
ils  partaient  sur  l'ordre  de  l'Eternel. 
^'  Si  la  nuée  s'arrêtait  du  soir  au  matin, 
et  s'élevait  le  matin,  ils  partaient.  Si 
la  nuée  s'élevait  après  un  jour  et  une 
nuit,  ils  partaient.  *-Si  la  nuée  s'arrê- 
tait sur  le  tabernacle  deux  jours,  ou  un 
mois,  ou  une  année,  les  enfants  d'Is- 
raël restaient  campés,  et  ne  partaient 
point;  et  quand  elle  s'élevait,  ils  par- 
taient. -'Ils  campaient  sur  l'ordre  de 
l'Eternel,  et  ils  partaient  sur  l'ordre 
de  l'Eternel;  ils  obéissaient  au  com- 
mandement de  l'Eternel,  sur  l'ordre 
de  l'Éternel  par  Moïse. 

Les  deux  trompettes  d'argent. 

Chap.  X.  'L'Éternel  parla  à  Moïse, 
et  dit  :  -Fais-toi  deux  trompettes  d'ar- 
gent; tu  les  feras  d'argent  battu.  Elles 
te  serviront  pour  la  convocation  de 
l'assemblée  et  pour  le  départ  des 
camps.  'Quand  on  en  sonnera,  toute 
l'assemblée  se  réunira  auprès  de  toi, 
à  l'entrée  de  la  tente  d'assignation. 
^Si  l'on  ne  sonne  que  d'une  trompette, 
les  princes,  les  chefs  des  milliers  d'Is- 
raël se  réuniront  auprès  de  toi.  ^  Quand 
vous  sonnerez  avec  éclat,  ceux  qui 
campent  à  l'orient  partiront;  *  quand 
vous  sonnerez  avec  éclat  pour  la  se- 
conde fois,  ceux  qui  campent  au  midi 
partiront  :  on  sonnera  avec  éclat  pour 
leur  départ.  'Vous  sonnerez  aussi  pour 


161 


11 


Chnp.  10, 


8-3i. 


NOMBRES. 


-"le  corps  d'armée  de  la  tribu  des  fils 
de  Gad,  par  Eliasaph,  fils  de  Déuel. 

^^Les  Kehathites  partirent,  portant 
le  sanctuaire;  et  l'on  dressait  le  taber- 
nacle en  attendant  leur  arrivée. 

"La  bannière  du  camp  des  fils  d'É- 
phraïm  partit,  avec  ses  corps  d'armée. 
Le  corps  d'armée  d'Ephraïm  était  com- 
mandé parElischama,  filsd'Ammihud  ; 
^^le  corps  d'armée  de  la  tribu  des  fils 
de  Manassé,  par  Gamliel,  fils  de  Pe- 
dahtsur;  -■'le  corps  d'armée  de  la  tribu 
des  fils  de  Benjamin,  par  Abidan,  fils 
de  Guideoni. 

^^La  bannière  du  camp  des  fils  de 
Dan  partit,  avec  ses  corps  d'armée  : 
elle  formait  l'arrière-gardede  tous  les 
camps.  Le  corps  d'armée  de  Dan  était 
commandé  par  Ahiézcr,  fils  d'Ammi- 
schaddai  ;  -Me  corps  d'armée  de  la  tribu 
des  fils  d'Aser,  par  Paguiel,  fils  d'O- 
cran  ;  -'le  corps  d'armée  de  la  tribu  des 
fils  de  Nephthali,  par  Aliira,  fils  d'E- 
nan. 

^^Tel  fut  l'ordre  d'après  lequel  les 
enfants  d'Israël  se  mirent  en  marche, 
selon  leurs  corps  d'armée  ;  et  c'est  ainsi 
qu'ils  partirent. 

'-« Moïse  dit  à  Ilobab,  fils  de  Réuel,  le 
Madianite,  beau-père  de  Moïse  :  Nous 
partons  pour  le  lieu  dont  l'Eternel  a 
dit  :  Je  vous  le  donnerai.  Viens  avec 
nous,  et  nous  te  ferons  du  bien,  car 
l'Eternel  a  promis  de  faire  du  bien  à 
Israël.  ^"Hobab  lui  répondit  :  Je  n'irai 
point;  mais  j'irai  dans  mon  pays  et 
dans  ma  patrie.  ''  Et  Moïse  dit  :  Ne  nous 
quitte  pas,  je  te  prie;  puisque  tu  con- 
nais les  lieux  où  nous  campons  dans  le 
désert,  tu  nous  serviras  de  guide.  ^'Et 
si  tu  viens  avec  nous,  nous  te  ferons 
jouir  du  bien  que  l'Eternel  nous  fera. 

''Ils  partirent  de  la  montagne  de  l'E- 
ternel, et  marchèrent  trois  jours;  l'ar- 
■d'^rmée  de  Ruben  était  commandé  par  che  de  l'alliance  de  l'Eternel  partit  de- 
Elitsur,  fils  de  Schedéur;  '"le  corps  vaut  eux,  et  fit  une  marche  de  trois 
d'armée  de  la  tribu  des  fils  de  Siméon,  jours,  pour  leur  chercher  un  lieu  de 
par  Schelumicl,  fils  deTsurischaddaï;      repos.  '"'La  nuée  de  l'Eternel  était  au- 

162 


convoquer  l'assemblée,  mais  vous  ne 
sonnerez  pas  avec  éclat.  *Les  fils 
d'Aaron,  les  prêtres,  sonneront  des 
trompettes.  Ce  sera  une  loi  perpé- 
tuelle pour  vous  et  pour  vos  descen- 
dants. *•  Lorsque,  dans  votre  pays,  vous 
irez  à  la  guerre  contre  l'ennemi  qui 
A'ous  combattra,  vous  sonnerez  des 
trompettes  avec  éclat,  et  vous  serez 
présents  au  souvenir  de  l'Eternel, 
votre  Dieu,  et  vous  serez  délivrés  de 
vos  ennemis.  '"Dans  vos  jours  de  joie, 
dans  vos  fêtes,  et  à  vos  nouvelles  lu- 
nes, vous  sonnerez  des  trompettes,  en 
offrant  vos  holocaustes  et  vos  sacri- 
fices d'actions  de  grâces,  et  elles  vous 
mettront  en  souvenir  devant  votre 
Dieu.  Je  suis  l'Eternel,  votre  Dieu. 

Départ  du  Sinaï. 

"Le  vingtième  jour  du  second  mois 
de  la  seconde  année,  la  nuée  s'éleva 
de  dessus  le  tabernacle  du  témoignage. 
'^Et  les  enfants  d'Israël  partirent  du 
désert  de  Sinaï,  selon  l'ordre  fixé  pour 
leur  marche.  La  nuée  s'arrêta  dans  le 
désert  de  Paran.  "Ils  firent  ce  premier 
départ  sur  l'ordre  de  l'Eternel  par 
Moïse. 

'*La  bannière  du  camp  des  fils  de 
Juda  partit  la  première,  avec  ses  corps 
d'armée.  Le  corps  d'armée  de  Juda 
était  commandé  par  Nachschon,  fils 
d'Amminadab;  'Me  corps  d'armée  de 
la  tribu  des  fils  d'Issacar,  par  Netha- 
neel,  fils  de  Tsuar;  'Me  corps  d'armée 
•de  la  tribu  des  fils  de  Zabulon,  par 
Eliab,  fils  de  Ilélon. 

'"Le  tabernacle  fut  démonté;  et  les 
fils  de  Guerschon  et  les  fils  de  Merari 
partirent,  portant  le  tabernacle. 

'*La  bannière  du  camp  de  Ruben  par- 
tit, avec  ses  corps  d'armée.  Le  corps 


NOMBRES. 


Chap.  lO.BS-ll.n. 


dessus  d'eux  pendant  le  jour,  lorsqu'ils  affliges-tu  ton  serviteur,  et  pourquoi 

partaient  du  camp.  n'ai-je  pas  trouvé  grâce  à  tes  yeux,  que 

■'M^)uandrarchepartait,Moïsedisait:  tu  aies  mis  sur  moi  la  charge  de  tout 

Lève-toi,  Éternel!  et  que  tes  ennemis  ce  peuple?  '-Est-ce  moi  qui  ai  conçu 

soient  dispersés  !  que  ceux  qui  te  haïs-  ce  peuple?  est-ce  moi  qui  l'ai  enfanté, 

sent  fuient  devant  ta  face  !  ^'^Et  quand  pour  que  tu  me  dises  :  Porte-le  sur  ton 

on  la  posait,  il  disait  :  Reviens,  Éter-  sein,  comme  le  nourricier  porte  un  en- 

nel,  aux  myriades  des  milliers  d'Israël  !  fant,  jusqu'au  pays  que  tu  as  juré  à  ses 

pères  de  lui  donner?  '•'Où  prendrai-je 

Le  feu  de  V Éternel.  —  Les  cailles.  j^    j^   ^i^j^de    pOur    donner   à   tOUt   Ce 

Chap.  XI.      'Le  peuple  murmura,  et  peuple?Carilspleurentauprèsde  moi, 

cela  déplut  aux  oreilles  de  rÉternel.  en  disant  :  Donne-nous  de  la  viande  à 

Lorsque  l'Éternel  l'entendit,  sa  colère  manger!  '■'Je  ne  puis  pas,  à  moi  seul, 

s'enflamma;   le  feu  de  l'Éternel  s'al-  porter  tout  ce  peuple,  car  il  est  trop 

luma  parmi  eux,  et  dévora  l'extrémité  pesant  pour  moi.  '^Plutôt  que  de  me 

du  camp.    -Le   peuple  cria  à   Moïse,  traiter  ainsi,  tue-moi,  je  te  prie,  si  j'ai 

Moïse  pria  l'Éternel,  et  le  feu  s'arrêta,  trouvé  grâce  à  tes  yeux,  et  que  je  ne 

^OndonnaàcelieulenomdeTabeéra",  voie  pas  mon  malheur, 
parce  que  le  feu  de  l'Éternel  s'était  al-  '^L'Éternel  dit  à  Moïse  :  Assemble 

lumé  parmi  eux.  auprès  de  moi  soixante-dix  hommes 

*Le  ramassis  de  gens  qui  se  trou-  des  anciens  d'Israël,  de  ceux  que  tu 
vaient  au  milieu  d'Israël  fut  saisi  de  connais  comme  anciens  du  peuple  et 
convoitise;  et  même  les  enfants  d'Is-  ayant  autorité  sur  lui;  amène-les  à  la 
raël  recommencèrent  à  pleurer  et  di-  tente  d'assignation,  et  qu'ils  s'y  pré- 
rent  :  Qui  nous  donnera  de  la  viande  à  sentent  avec  toi.  '"Je  descendrai,  et  là 
manger?  ^Nous  nous  souvenons  des  je  te  parlerai;  je  prendrai  de  l'esprit 
poissons  que  nous  mangions  en  Égyp-  qui  est  sur  toi,  et  je  le  mettrai  sur  eux, 
te,  et  qui  ne  nous  coûtaient  rien,  des  afin  qu'ils  portent  avec  toi  la  charge 
concombres,  des  melons,  des  poireaux,  du  peuple,  et  que  tu  ne  la  portes  pas  à 
des  oignons  et  des  aulx.  «Maintenant,  toi  seul.  '''Tu  diras  au  peuple  :  Sancti- 
notre  âme  est  desséchée  :  plus  rien!  fiez-vous  pour  demain,  et  vous  mange- 
Nos  yeux  ne  voient  que  de  la  manne,  rez  de  la  viande,  puisque  vous  avez 

'La  manne  ressemblaità  de  la  graine  pleuré  aux  oreilles  de  l'Éternel,  en  di- 

de  coriandre,  et  avait  l'apparence  du  sant  :    Qui   nous   fera   manger  de    la 

bdellium.   *Le  peuple   se  dispersait,  viande?carnous  étions  bien  en  Egypte, 

pour  la  ramasser;  il  la  broyait  avec  des  L'Éternel  vous  donnera  de  la  viande, 

meules,  ou  la  pilait  dans  un  mortier;  et  vous  en  mangerez.  '"Vous  en  man- 

il  la  cuisait  au  pot,  et  en  faisait  des  gâ-  gérez,  non  pas  un  jour,  ni  deux  jours, 

teaux.  Elle  avait  le  goût  d'un  gâteau  à  ni  cinq  jours,  ni  dix  jours,  ni  vingt 

l'huile.  "Quand  la  rosée  descendait  la  jours, -"mais  un  mois  entier,  jusqu'à  ce 

nuit  sur  le  camp,  la  manne  y  descen-  qu'elle  vous  sorte  par  les  narines  et 

dait  aussi.  que  vous  en  ayez  du  dégoût,  parce  que 

'"Moïse  entendit  le  peuple  qui  pieu-  vous  avez  rejeté  l'Eternel  qui  est  au 

rait,  chacun  dans  sa  famille  et  à  l'en-  milieu  de  vous,  et  parce  que  vous  avez 

trée  de  sa  tente.  La  colère  de  l'Éternel  pleuré  devant  lui,  en  disant  :  Pourquoi 

s'enflamma  fortement.  "Moïse  fut  at-  donc  sommes-nous  sortis  d'Egypte? 
triste,  et  il  dit  à  l'Éternel  :  Pourquoi  -'Moïse  dit  :  Six  cent  mille  hommes 

a.    Tabcfra  dérive  d'un   unit  qui  signifie  brûler,  s'iitlumi'r. 


Chap.  Il,  'i'2-12,8. 


NOMBRES. 


de  pied  forment  le  peuple  au  milieu  du-      de  la  terre.  **Pendant  tout  ce  jour  et 


quel  je  suis,  et  tu  dis  :  Je  leur  donne- 
rai de  la  viande,  et  ils  en  mangeront 
un  mois  entier!  -"-Egorgera-t-on  pour 
eux  des  brebis  et  des  bœufs,  en  sorte 
qu'ils  en  aient  assez?  ou  rassemblera- 


toute  la  nuit,  et  pendant  toute  la  jour- 
née du  lendemain,  le  peuple  se  leva  et 
ramassa  les  cailles;  celui  qui  en  avait 
ramassé  le  moins  en  avait  dix  homers. 
Ils  les  étendirent  pour  eux  autour  du 


t-on  pour  eux  tous  les  poissons  de  la  camp.  '^Comme  la  chair  était  encore 

mer,   en  sorte  qu'ils  en  aient  assez?  entre  leurs  dents,  sans  être  mâchée,  la 

^'L'Eternel  répondit  à  Moïse  :  La  main  colère  de  l'Eternel  s'enflamma  contre 

de  l'Eternel  serait-elle  trop  courte  ?  Tu  le  peuple,  et  l'Eternel  frappa  le  peuple 

verras  maintenant  si  ce  que  je  t'ai  dit  d'une  très  grande  plaie.  ^'On  donna  à 

arrivera  ou  non.  ce  lieu  le  nom  de  Kibroth-Hattaava", 

-^  Moïse  sortit,  et  rapporta  au  peuple  parce  qu'on  y  enterra  le  peuple  que  la 

les  paroles  de  l'Éternel.  Il  assembla  convoitise  avait  saisi 
soixante-dix  hommes  des  anciens  du 
peuple,  et  les  plaça  autour  de  la  tente. 
^^L'Eternel  descendit  dans  la  nuée,  et 


^^De  Kibroth-Hattaava  le  peuple  par- 
tit pour  Hatséroth,  et  il  s'arrêta  à  Hat- 


parla  à  Moïse;  il  prit  de  l'esprit  qui 
était  sur  lui,  et  le  mit  sur  les  soixante- 
dix  anciens.  Et  dès  que  l'esprit  reposa 
sur  eux,  ils  prophétisèrent;  mais  ils  ne 
continuèrent  pas. 

-*11  y  eut  deux  hommes,  l'un  appelé 


séroth. 

Murmures  de  Marie  et  d'Aaron  à  Hatsérotli. 
Marie  frappée  de  la  lèpre. 

Chap.  XII.  'Marie  et  Aaron  parlè- 
rent contre  Moïse  au  sujet  de  la  femme 
Eldad,  et  l'autre  Médad,  qui  étaient  éthiopienne  qu'il  avait  prise,  car  il  avait 
restés  dans  le  camp,  et  sur  lesquels  l'es-  pris  une  femme  éthiopienne.  *Ils  di- 
prit  reposa;  car  ils  étaient  parmi  les  rent  :  Est-ce  seulement  par  Moïse  que 
inscrits,  quoiqu'ils  ne  fussent  point  al-  l'Eternel  parle?  n'est-ce  pas  aussi  par 
lés  à  la  tente;  et  ils  prophétisèrent  nous  qu'il  parle?  Et  l'Eternel  l'enten- 
dans  le  camp.  *' Un  jeune  garçon  cou-  dit.  ^Or,  Moïse  était  un  homme  fort  pa- 
rut l'annoncer  à  Moïse,  et  dit  :  Eldad  tient,  plus  qu'aucun  homme  sur  la  face 
et  Médad  prophétisent  dans  le  camp,  de  la  terre. 

^*Et  Josué,  fils  de  Nun,  serviteur  de  ^Soudain  l'Eternel  dit  à  Moïse,  à  Aa- 
Moïse  depuis  sa  jeunesse,  prit  la  pa-  ron  et  à  Marie  :  Allez,  vous  trois,  à  la 
rôle  et  dit  :  Moïse,  mon  seigneur,  em-  tente  d'assignation.  Et  ils  y  allèrent 
pèche-les!  ^'Moïse  lui  répondit  :  Es-tu  tousles trois. ^L'Eterneldescenditdans 
jaloux  pour  moi  ?  Puisse  tout  le  peuple  la  colonne  de  nuée,  et  il  se  tint  à  Ten- 
de l'Eternel  être  composé  de  prophè-  trée  delà  tente.  Il  appela  Aaron  et  Ma- 
tes, et  veuille  l'Eternel  mettre  son  es-  rie,  qui  s'avancèrent  tous  les  deux.  *  Et 
prit  sur  eux!  ^"Et  Moïse  se  retira  au  il  dit  :  Écoutez  bien  mes  paroles!  Lors- 
camp,  lui  et  les  anciens  d'Israël.  qu'il  y  aura  parmi  vous  un  prophète, 
^'L'Éternel  fit  souffler  de  la  mer  un  c'est  dans  une  vision  que  moi,  l'Éter- 
vent,  qui  amena  des  cailles,  et  les  ré-  nel,  je  me  révélerai  à  lui,  c'est  dans 
pandit  sur  le  camp,  environ  une  jour-  un  songe  que  je  lui  parlerai.  ^11  n'en 
née  de  chemin  d'un  côté  et  environ  est  pas  ainsi  de  mon  serviteur  Moïse, 
une  journée  de  chemin  de  l'autre  côté.  Il  est  fidèle  dans  toute  ma  maison.  ^Je 
autour  du  camp.  Il  y  en  avait  près  de  lui  parle  bouche  à  bouche,  je  me  ré- 
deux coudées  au-dessus  de  la  surface  vêle  à  lui  sans  énigmes,  et  il  voit  une 

a.  Kibroth'Haltaafa  signifie  sépulcre  de  la  convoitise. 

164 


NOMBRES. 


Ch  ap .  12, 9-/3,23. 


représentation  de  l'Éternel.  Pourquoi 
donc  n'avez-vous  pas  craint  de  parler 
contre  mon  serviteur,  contre  Moïse? 

^La  colère  de  l'Éternel  s'enflamma 
contre  eux.  Et  il  s'en  alla.  '"La  nuée  se 
retira  de  dessus  la  tente.  Et  voici,  Ma- 
rie était  frappée  d'une  lèpre,  blanche 
comme  la  neige.  Aaron  se  tourna  vers 
Marie;  et  voici,  elle  avait  la  lèpre. 
"Alors  Aaron  dit  à  Moïse  :  De  grâce, 
mon  seigneur,  ne  nous  fais  pas  porter  la 
peine  du  péché,  que  nous  avons  com- 
mis en  insensés  et  dont  nous  nous  som- 
mes rendus  coupables!  '^Oh!  qu'elle 
ne  soit  pas  comme  l'enfant  mort-né, 
dont  la  chair  est  à  moitié  consumée, 
quand  il  sortdu  sein  de  sa  mère  ! ''Moïse 
cria  à  l'Eternel,  en  disant  :  O  Dieu,  je 
te  prie,  guéris-la!  '■'Et  l'Éternel  dit  à 
Moïse  :  Si  son  père  lui  avait  craché  au 
visage,  ne  serait-elle  pas  pendant  sept 
jours  un  objet  de  honte?  Qu'elle  soit 
enfermée  sept  jours  hors  du  camp; 
après  quoi,  elle  y  sera  reçue.  '^ Marie 
fut  enfermée  sept  jours  hors  du  camp  ; 
et  le  peuple  ne  partit  point,  jusqu'à  ce 
que  Marie  y  fût  rentrée. 


"pour  la  tribu  de  Juda  :  Caleb,  fils  de 
Jephunné; 

'pour  la  tribu  d'Issacar  :  Jigual,  fils 
de  Joseph  ; 

^pour  la  tribu  d'Éphraïm  :  Hosée,  fils 
de  Nun  ; 

^pour  la  tribu  de  Benjamin  :  Palthi, 
fils  de  Raphu  ; 

'"pour  la  tribu  de  Zabulon  :  Gaddiel, 
fils  de  Sodi  ; 

"pour  la  tribu  de  Joseph,  la  tribu  de 
Manassé  :  Gaddi,  fils  de  Susi; 

'-pour  la  tribu  de  Dan  :  Ammiel,  fils 
de  Guemalli; 

''pour  la  tribu  d'Aser  :  Sethur,  fils 
de  Micaél  ; 

'^pour  la  tribu  de  Nephthali  :  Nachbi, 
fils  de  Vophsi  ; 

'^pour  la  tribu  de  Cad  :  Gueuel,  fils 
de  Maki. 

'"Tels  sont  les  noms  des  hommes  que 
Moïse  envoya  pour  explorer  le  pays. 
Moïse  donna  à  Hosée,  fils  de  Nun,  le 
nom  de  Josué. 

"Moïse  les  envoya  pour  explorer  le 
pays  de  Canaan.  Il  leur  dit  :  Montez 
ici  par  le  midi,  et  vous  monterez  sur 


'"Après  cela,  le  peuple  partit  de  Hat-      la  montagne.  '*Vous  verrez  le  pays,  ce 


séroth,  et  il  campa  dans  le  désert  de 
Paran. 


Les  douze  espions  envoyés  en  Canaan. 

Chap.XIII.  '  L'Éternel  parla  à  Moï- 
se, et  dit  :  -Envoie  des  hommes  pour 
explorer  le  pays  de  Canaan,  que  je 
donne  aux  enfants  d'Israël.  Tu  enver- 
ras un  homme  de  chacune  des  tribus  de 
leurs  pères  ;  tous  seront  des  principaux 
d'entre  eux.  'Moïse  les  envoya  du  dé- 


qu'il  est,  et  le  peuple  qui  l'habite,  s'il 
est  fort  ou  faible,  s'il  est  en  petit  ou  en 
grand  nombre;  '^ce  qu'est  le  pays  où 
il  habite,  s'il  est  bon  ou  mauvais;  ce 
que  sont  les  villes  où  il  habite,  si  elles 
sont  ouvertes  ou  fortifiées;  -"ce  qu'est 
le  terrain,  s'il  est  gras  ou  maigre,  s'il 
y  a  des  arbres  ou  s'il  n'y  en  a  point. 
Ayez  bon  courage,  et  prenez  des  fruits 
du  pays.  C'était  le  temps  des  premiers 
raisins. 

-'Ils  montèrent,  et  ils  explorèrent  le 


sert  de  Paran,  d'après  l'ordre  de  l'Éter-      pays,  depuis  le  désert  de  Tsin  jusqu'à 

Rehob,  sur  le  chemin  deHamath.  -^Us 
montèrent  par  le  midi,  et  ils  allèrent 
jusqu'à  Hébron,  où  étaient  Ahiman, 
Schéschaï  et  Talmaï,  enfants  d'Anak. 
Hébron  avait  été  bâtie  sept  ans  avant 
Tsoan  en  Egypte.  -'Ils  arrivèrent  jus- 
qu'à la  vallée  d'Eschcol,  où  ils  coupè- 


nel  ;  tous  ces  hommes  étaient  chefs  des 
enfants  d'Israël. 

*  Voici  leurs  noms. 

Pour  la  tribu  de  Ruben  :  Schammua, 
fils  de  Zaccur; 

*  pour  la  Iribu  de  Siméon  :  Schaphath , 
fils  de  Hori  ; 


165 


Chap.  1S,'A-I4,i2. 


NOMBRES, 


rent  une  branche  de  vigne  avec  une 
grappe  de  raisin,  qu'ilsportèrentàdeux 
au  moyen  d'une  perche;  ils  prirent 
aussi  des  grenades  et  des  figues.  -*0n 
donna  à  ce  lieu  le  nom  de  vallée  d'Esch- 
col°,  à  cause  de  la  grappe  que  les  en- 
fants d'Israël  y  coupèrent. 

^^Ils  furent  de  retour  de  l'explora- 
tion du  pays  au  bout  de  quarante  jours. 


Murmures,  après  le  rapport  des  espions. 
Les  quarante  années  au  désert. 

Chap.  XIV.  *  Toute  l'assemblée  éle- 
va la  voix  et  poussa  des  cris,  et  le  peu- 
ple pleura  pendant  la  nuit.  'Tous  les 
enfants  d'Israël  murmurèrent  contre 
Moïse  et  Aaron,  et  toute  l'assemblée 
leur  dit  :  Que  ne  sommes-nous  morts 
^*A  leur  arrivée,  ils  se  rendirent  auprès  dans  le  pays  d'Egypte,  ou  que  ne  som- 
de  Moïse  et  d'Aaron,  et  de  toute  l'as-  mes-nous  morts  dans  ce  désert  P^Pour- 
semblée  des  enfants  d'Israël,  à  Kadès  quoi  l'Eternel  nous  fait-il  aller  dans  ce 
dans  le  désert  de  Paran.  Ils  leur  firent  pays,  où  nous  tomberons  par  l'épée, 
un  rapport,  ainsi  qu'à  toute  l'assem-  où  nos  femmes  et  nos  petits  enfants 
blée,  et  ils  leur  montrèrent  les  fruits  deviendront  une  proie  ?  Ne  vaut-il  pas 
du  pays.  mieux  pour  nous  retourner  en  Egypte  ? 

-'Voici  ce  qu'ils  racontèrent  à  Moïse:  ''Et  ils  se  dirent  l'un  à  l'autre  :  Nom- 
Nous  sommes  allés  dans  le  pays  où  tu  mons  un  chef,  et  retournons  en  Egypte, 
nous  as  envoyés.  A  la  vérité,  c'est  un  ^Moïse  et  Aaron  tombèrent  sur  leur 

pays  où  coulent  le  lait  et  le  miel,  et  en  visage,  en  présence  de  toute  l'assem- 
voici  les  fruits.  -^Mais  le  peuple  qui  blée  réunie  des  enfants  d'Israël.  *Et, 
habite  ce  pays  est  puissant,  les  villes  parmi  ceux  qui  avaient  exploré  le  pays, 
sont  fortifiées,  très  grandes;  nous  y  .losué,  fils  de  Nun,  et  Caleb,  fds  de  Je- 
avons  vu  des  enfants  d'Anak.  -'Les  phunné,  déchirèrent  leurs  vêtements, 
Amalécites  habitent  la  contrée  du  mi-  'et  parlèrent  ainsi  à  toute  l'assemblée 
di;  les  llétiens,  les  Jébusiens  et  les  des  enfants  d'Israël  :  Le  pays  que  nous 
Amoréens  habitent  la  montagne;  et  les  avons  parcouru,  pour  l'explorer,  est 
Cananéens  habitent  près  de  la  mer  et  un  pays  très  bon,  excellent.  *Si  l'Eter- 
le  long  du  Jourdain.  nel  nous  est  favorable,  il  nous  mènera 

'"Caleb  fit  taire  le  peuple,  qui  mur-  dans  ce  pays,  et  nous  le  donnera  :  c'est 
murait  contre  Moïse.  Il  dit  :  Montons,  un  pays  où  coulent  le  lait  et  le  miel, 
emparons-nous  du  pays,  nous  y  serons  'Seulement,  ne  soyez  point  rebelles 
vainqueurs!  ''Mais  les  hommes  qui  y  contre  l'Eternel,  et  ne  craignez  point 
étaient  allés  avec  lui  dirent  :  Nous  ne      les  gens  de  ce  pays,  car  ils  nous  servi- 


pou  vons  pas  monter  contre  ce  peuple, 
car  il  est  plus  fort  que  nous.  '-Et  ils 
décrièrent  devant  les  enfants  d'Israël 
le  pays  qu'ils  avaient  exploré.  Ils  di- 
rent :   Le  pays  que  nous  avons  par- 


ront  de  pâture;  ils  n'ont  plus  d'om- 
brage pour  les  couvrir*,  l'Eternel  est 
avec  nous,  ne  les  craignez  point  ! 

'"Toute   l'assemblée  parlait  de   les 
lapider,  lorsque  la  gloire  de  l'Eternel 


couru,  pour  l'explorer,  est  un  pays  qui  apparut  sur  la  tente  d'assignation,  de- 
dévore  ses  habitants;  tous  ceux  que  vaut  tous  les  enfants  d'Israël.  "Et  l'E- 
nous  y  avons  vus  sont  des  hommes  ternel  dit  à  Moïse  :  Jusques  à  quand 
d'une  haute  taille;  "et  nous  y  avons  ce  peuple  me  méprisera-t-il  ?  jusques 
vu  les  géants,  enfants  d'Anak,  de  la  à  quand  ne  croira-t-il  pas  en  moi,  mal- 
race des  géants  :  nous  étions  à  nos  gré  tous  les  prodiges  que  j'ai  faits  au 
yeux  et  aux  leurs  comme  des  saute-  milieu  de  lui  ?  '^Je  le  frapperai  par  la 
relies.  peste,  et  je  le  détruirai;  mais  je  ferai 

a.  Eschcot  signifie  grappe.         b.  Ils  n'ont  plus  d'appui  qui  les  protège. 

166 


.NOMBRES. 


Clin  p.    l'i,  13-38. 


de  toi  une  nation  plus  grande  et  plus 
puissante  que  lui. 

"Moïse  dit  à  TÉternel  :  Les  Egyp- 
tiens l'apprendront,  eux  du  milieu  des- 
quels tu  as  fait  monter  ce  peuple  par 
ta  puissance;  '*et  ils  le  diront  aux  ha- 
bitants de  ce  pays.  Ils  savaient  que  toi, 
l'Eternel,  tu  es  au  milieu  de  ce  pei;- 
ple;  que  tu  apparais  visiblement,  toi, 
l'Eternel  ;  que  ta  nuée  se  tient  sur  lui  ; 
que  tu  marches  devant  lui  le  jour  dans 
une  colonne  de  nuée,  et  la  nuit  dans 
une  colonne  de  feu.  '^Si  tu  fais  mourir 
ce  peuple  comme  un  seul  homme,  les 
nations  qui  ont  entendu  parler  de  toi 
diront  :  "L'Eternel  n'avait  pas  le  pou- 
voir de  mener  ce  peuple  dans  le  pays 
qu'il  avait  juré  de  lui  donner  :  c'est 
])our  cela  qu'il  l'a  égorgé  dans  le  dé- 
sert. "Maintenant,  que  la  puissance  du 
Seigneur  se  montre  dans  sa  grandeur, 
comme  tu  l'as  déclaré  en  disant  : 
"*L'Eternel  est  lent  à  la  colère  et  riche 
en  bonté,  il  pardonne  l'iniquité  et  la 
rébellion  ;  mais  il  ne  tient  point  le  cou- 
pable pour  innocent,  et  il  punit  l'ini- 
quité des  pères  sur  les  enfants  jusqu'à 
la  troisième  et  la  quatrième  généra- 
tion. "Pardonne  l'iniquité  de  ce  peu- 
ple, selon  la  grandeur  de  ta  miséri- 
corde, comme  tu  as  pardonné  à  ce 
peuple  depuis  l'Egypte  jusqu'ici. 

-"Et  l'Éternel  dit  :  Je  pardonne, 
comme  tu  l'as  demandé.  ^'  Mais,  je  suis 
vivant  !  et  la  gloire  de  l'Éternel  rem- 
plira toute  la  terre.  ^-Tous  ceux  qui  ont 
vu  ma  gloire,  et  les  prodiges  que  j'ai 
faits  en  Egypte  et  dans  le  désert,  qui 
m'ont  tenté  déjà  dix  fois,  et  qui  n'ont 
point  écouté  ma  voix,  -''tous  ceux-là 
ne  verront  point  le  pays  que  j'ai  juré 
à  leurs  pères  de  leur  donner,  tous  ceux 
qui  m'ont  méprisé  ne  le  verront  point. 
**Et  parce  que  mon  serviteur  Caleb  a 
été  animé  d'un  autre  esprit,  et  qu'il  a 
pleinement  suivi  ma  voie,  je  le  ferai 
entrer  dans  le  pays  où  il  est  allé,  et 
ses  descendants  le  possédei'ont.  -^Les 


Amalécites  et  les  Cananéens  habitent 
la  vallée  :  demain,  tournez-vous,  et 
partez  pour  le  désert,  dans  la  direction 
de  la  mer  Rouge. 

-^L  Eternel  parla  à  Moïse  et  à  Aaron, 
et  dit  :  "Ju.sques  à  quand  laisserai-je 
cette  méchante  assemblée  murmurer 
contre  moi  ?  J'ai  entendu  les  murmures 
des  enfants  d'Israël  qui  murmuraient 
contre  moi.  -'*Dis-leur  :  Je  suis  vivant  ! 
dit  l'Eternel,  je  vous  ferai  ainsi  que 
vous  avez  parlé  à  mes  oreilles.  ^'Vos 
cadavres  tomberont  dans  ce  désert. 
Vous  tous,  dont  on  a  fait  le  dénombre- 
ment, en  vous  comptant  depuis  l'âge 
de  vingt  ans  et  au-dessus,  et  qui  avez 
murmuré  contre  moi,  ^'vous  n'entre- 
rez point  dans  le  pays  que  j'avais  juré 
de  vous  faire  habiter,  excepté  Caleb, 
fils  de  Jephunné,  et  Josué,  fils  deNun. 
^'Et  A'os  petits  enfants,  dont  vous  avez 
dit  :  Ils  deviendront  une  proie  !  je  les 
y  ferai  entrer,  et  ils  connaîtront  le  pays 
que  vous  avez  dédaigné.  ^-Vos  cada- 
vres, à  vous,  tomberont  dans  le  dé- 
sert ;  ^^et  vos  enfants  paîtront  quarante 
années  dans  le  désert,  et  porteront  la 
peine  de  vos  infidélités,  jusqu'à  ce  que 
vos  cadavres  soient  tous  tombés  dans 
le  désert.  ^*De  même  que  vous  avez 
mis  quarante  jours  à  explorer  le  pays, 
vous  porterez  la  peine  de  vos  iniquités 
quarante  années,  une  année  pour  cha- 
que jour;  et  vous  saurez  ce  que  c'est 
que  d'être  privé  de  ma  présence.  ^'Moi, 
l'Eternel,  j'ai  parlé  !  et  c'est  ainsi  que 
je  traiterai  cette  méchante  assemblée 
qui  s'est  réunie  contre  moi  :  ils  seront 
consumés  dans  ce  désert,  ils  y  mour- 
ront. 

"'"Les  hommes  que  Moïse  avait  en- 
voyés pour  explorer  le  pays,  et  qui,  à 
leur  retour,  avaient  fait  murmurer  con- 
tre lui  toute  l'assemblée,  en  décriant 
le  pays;  "ces  hommes,  qui  avaient  dé- 
crié le  pays,  moururent  frappés  d'une 
plaie  devant  l'Éternel.  ^Mosué,  fils  de 
Nun,  et  Caleb,  fils  de  Jephunné,  res- 


1(57 


Chap.  14^,39-15,11. 


NOMBRES. 


tèrent  seuls  vivants  parmi  ces  hommes  bélier,  tu  présenteras  en  offrande  deux 

qui  étaient  allés  pour  explorer  le  pays,  dixièmes  de  fleur  de  farine  pétrie  dans 

^'Moïse  rapporta  ces  choses  à  tous  un  tiers  de  hin  d'huile,  'et  tu  feras  une 
les  enfants  d'Israël,  et  le  peuple  fut  libationd'untiersdehin devin,  comme 
dans  une  grande  désolation.  ^"Ils  se  offrande  d'une  agréable  odeur  à  l'Eter- 
levèrent  de  bon  matin,  et  montèrent  nel.  *Si  tu  offres  un  veau  soit  comme 
au  sommet  de  la  montagne,  en  disant  :  holocauste,  soit  comme  sacrifice  en 
Nous  voici  !  nous  monterons  au  lieu  accomplissement  d'un  vœu  ou  comme 
dont  a  parlé  l'Eternel,  car  nous  avons  sacrifice  d'actions  de  grâces  à  l'Eter- 
péché.  ""Moïse  dit  :  Pourquoi  trans-  nel,  ^on  présentera  en  offrande,  avec 
gressez-vous  l'ordre  de  l'Éternel  ?  Cela  le  veau,  trois  dixièmes  de  fleur  de  fa- 
ne réussira  point.  *-Ne  montez  pas  !  rine  pétrie  dans  un  demi-hin  d'huile, 
car  l'Eternel  n'est  pas  au  milieu  de  '"et  tu  feras  une  libation  d'un  demi-hin 
vous.  Ne  vous  faites  pas  battre  par  vos  devin  :  c'est  un  sacrifice  consumé  par 
ennemis.  ''^Car  les  Amalécites  et  les  le  feu,  d'une  agréable  odeur  à  l'Éter- 
Cananéens  sont  là  devant  vous,  et  vous  nel.  "  On  fera  ainsi  pour  chaque  bœuf, 
tomberiez  par  l'épée  ;  parce  que  vous  pour  chaque  bélier,  pour  chaque  petit 
vous  êtes  détournés  de  l'Eternel,  l'E-  des  brebis  ou  des  chèvres.  '^Suivant 
ternel  ne  sera  point  avec  vous.  ''^Ils  lenombredes  victimes, vous  ferez  ainsi 
s'obstinèrent  à  monter  au  sommet  de  pour  chacune,  d'après  leur  nombre, 
la  montagne;  mais  l'arche  de  l'alliance  '^Tout  indigène  fera  ces  choses  ainsi, 
et  Moïse  ne  sortirent  point  du  milieu  lorsqu'il  offrira  un  sacrifice  consumé 
du  camp.  ■'^Alors  descendirent  les  Ama-  par  le  feu,  d'une  agréable  odeur  à 
lécites  et  les  Cananéens  qui  habitaient  l'Eternel.  '*Si  un  étranger  séjournant 
cette  montagne;  ils  les  battirent,  et  chez  vous,  ou  se  trouvant  à  l'avenir  au 
les  taillèrent  en  pièces  jusqu'à  Horma.  milieu  de  vous,  offre  un  sacrifice  con- 
sumé par  le  feu,  d'une  agréable  odeur 
à  l'Eternel,  il  l'offrira  de  la  même  ma- 
nière que  vous.  '^11  y  aura  une  seule  loi 

Chap.  XV.     'L'Éternel  parla  à  Moi-  pour  toute  l'assemblée,  pour  vous  et 

se,  et  dit  :  *  Parle  aux  enfants  d'Israël,  pour  l'étranger  en  séjour  au  milieu  de 

et  dis-leur  :  vous  ;  ce  sera  une  loi  perpétuelle  parmi 

Quand  vous  serez  entrés  dans  le  pays  vos  descendants  :  il  en  sera  de  l'étran- 

que  je  vous  donne  pour  y  établir  vos  ger  comme  de  vous,  devant  l'Éternel, 

demeures,  ^et  que  vous  offrirez  à  l'É-  '*I1  y  aura  une  seule  loi  et  une  seule  or- 

ternel  un  sacrifice  consumé  par  le  feu,  donnancc  pour  vous  et  pour  l'étranger 

soit  un  holocauste,  soit  un  sacrifice  en  en  séjour  parmi  vous. 


Règles  sur  les  sacrifices.  —  Punition  d  un  liomme 
violant  le  sabbat. 


accomplissement  d'un  vœu  ou  en  of- 
frande volontaire,  ou  bien  dans  vos 
fêtes,  pour  produire  avec  votre  gros 
ou  votre    menu   bétail    une   agréable 


'^ L'Eternel  parla  à  Moïse,  et  dit  : 
'''Parle  aux  enfants  d'Israël,  et  dis- 
leur : 

Quand  vous   serez   arrivés  dans'  le 


odeur  à  l'Éternel,  —  *  celui  qui  fera  pays  où  je  vous  ferai  entrer,  "et  que 

son  offrande  à  l'Éternel  présentera  en  vous  mangerez  du   pain  de  ce  pays, 

offrande  un  dixième  de  fleur  de  farine  vous  prélèverez  une  offrande  pour  l'É- 

pétrie  dans  un  quart  de  hin  d'huile,  ternel.  ^'Vous  présenterez  par  éléva- 

^et  tu  feras  une  libation  d'un  quart  de  tion  un  gâteau,  les  prémices  de  votre 

hin  de  vin,  avec  l'holocauste  ou  le  sa-  pâte;  vous  le  présenterez  comme  l'of- 

crifice,  pour  chaque  agneau.  'Pour  un  frande  qu'on  prélève  de  l'aire.  ^'Vous 

168 


NOMBRES.  Chap.  {5, 22-16. 2. 

])rélèverez  pour  rÉterncl  une  offrande  sera  retranché,  il  portera  la  peine  de 

des  prémices  de  votre  pâte,  dans  les  son  iniquité. 

temps  à  venir.  '^Comnie  les  enfants  d'Israël  étaient 

--Si  vous  péchez  involontairement,  dans  le  désert,  on  trouva  un  homme 

en  n'observant  pas  tous  ces  comman-  qui  ramassait  du  bois  le  jour  du  sab- 

dements  que  l'Eternel  a  fait  connaître  bat.  ^^Ceux  qui  l'avaient  trouvé  ramas- 

à  Moïse,  *^ tout  ce  que  l'Eternel  vous  a  sant  du  bois  l'amenèrent  à  Moïse,  à 

ordonné  par  Moïse,  depuis  le  jour  où  Aaron,  et  à  toute  l'assemblée.  ^^On  le 

l'Éternel  a  donné  des  commandements  mit  en  prison,  car  ce  qu'on  devait  lui 

et  plus  tard  dans  les  temps  à  venir;  faire  n'avait  pas  été  déclaré.  ^^L'Éter- 

"si  l'on  a  péché  involontairement,  sans  nel  dit  à  Moïse  :  Cet  homme  sera  puni 

que  l'assemblée  s'en  soitaperçue,  toute  de  mort;  toute  l'assemblée  le  lapidera 

l'assemblée  offrira  un  jeune  taureau  en  hors  du  camp.  '^Toute  l'assemblée  le 

holocauste  d'une  agréable  odeur  à  l'E-  fit  sortir  du  camp  et  le  lapida,  et  il 

ternel,  avec  l'offrande  et  la  libation,  mourut,  comme  l'Eternel   l'avait  or- 

d'aprcs  les  règles  établies;  elle  olTrira  donné  à  Moïse. 

encore  un  bouc  en  sacrifice  d'expia-  ^'L'Eternel  dit  à  Moïse  :  ^* Parle  aux 

tion.  "Le  prêtre  fera  l'expiation  pour  enfants  d'Israël,  et  dis-leur  qu'ils  se 

toute  l'assemblée  des  enfants  d'Israël,  fassent,  de  génération  en  génération, 

et  il  leur  sera  pardonné;  car  ils  ont  une  frange  au  bord  de  leurs  vêtements, 

péché  involontairement,  et  ils  ont  ap-  et  qu'ils  mettent  un  cordon  bleu  sur 

porté  leur  offrande,  un  sacrifice  con-  cette  frange   du   bord  de   leurs  véte- 

sumé  parle  feu  en  l'honneur  de  l'Eter-  ments.^"Quandvousaurezcette  frange, 

nel  et  une  victime  expiatoire  devant  vous  la  regarderez,  et  vous  vous  sou- 

l'Eternel,  à  cause  du  péché  qu'ils  ont  viendrez  de  tous  les  commandements 

involontairementcommis.^'^IIserapar-  de  l'Eternel  pour  les  mettre  en  prati- 

donné  à  toute  l'assemblée  des  enfants  que,  et  vous  ne  suivrez  pas  les  désirs 

d'Israël  et  à  l'étranger  en   séjour  au  de  vos  cœurs  et  de  vos  yeux  pour  vous 

milieu  d'eux,  car  c'est  involontaire-  laisser  entraîner  à  l'infidélité.  ^'Vous 


ment  que  tout  le  peuple  a  péché. 

"Si  c'est  une  seule  personne  qui  a 
péché  involontairement ,  elle  offrira 
une  chèvre  d'un  an  en  sacrifice  pour  le 


vous  souviendrez  ainsi  de  mes  com- 
mandements, vous  les  mettrez  en  pra- 
tique, et  vous  serez  saints  pour  votre 
Dieu.  ""Je  suis  l'Eternel,  votre  Dieu, 


péché.  -*Le  prêtre  fera  l'expiation  pour  qui  vous  ai  fait  sortir  du  pays  d'Egypte, 

la  personne  qui  a  péché  involontaire-  pour  être  votre  Dieu.  Je  suis  l'Eternel, 

ment  devant  rÉternel;  quand  il  aura  votre  Dieu, 
fait  l'expiation  pour  elle,  il  lui  sera 

pardonné.  «Pour  l'indigène  parmi  les  '«"'""^  '^^  ^°'-''  ^'"^"'"  '"'  ^*'''-"'"- 
enfants  d'Israël  et  pour  l'étranger  en  Chap.  XVI.  'Koré,  fils  de  .litsehar, 
séjour  au  milieu  d'eux,  il  y  aura  pour  fils  de  Kehath,  fils  de  Lévi,  se  révolta 
vous  une  même  loi,  quand  on  péchera  avec  Dathan  et  Abiram,  fils  d'Eliab,  et 
involontairement.  ^"Mais  si  quelqu'un,  On,  fils  de  Péleth,  tous  trois  fils  de  Ru- 
indigène  ou  étranger,  agit  la  main  le-  ben.  -Ils  se  soulevèrent  contre  Moïse, 
vée",  il  outrage  l'Eternel  ;  celui-là  sera  avec  deux  cent  cinquante  hommes  des 
retranché  du  milieu  de  son  peuple.  ^'11  enfants  d'Israël,  des  principaux  de 
a  méprrsé  la  parole  de  l'Eternel,  et  il  l'assemblée,  de  ceux  que  l'on  convo- 
a  violé  son  commandement  :  celui-là  quait  à  l'assemblée,  et  qui  étaient  des 

a.  C'est-à-dire  ouvertement,  impudemment. 

1G9 


Chap.  IO,:s- 


■27. 


NOMBRES. 


gens  de  renom.  ^Ils  s'assemblèrent 
contre  Moïse  et  Aaron,  et  leur  dirent: 
C'en  est  assez  !  car  toute  l'assemblée, 
tous  sont  saints ,  et  l'Eternel  est  au 
milieu  d'eux.  Pourquoi  vous  élevez- 
vous  au-dessus  de  l'assemblée  de  l'E- 
ternel ? 

*  Quand  Moïse  eut  entendu  cela,  il 
tomba  sur  son  visage.  ^11  parla  à  Koré 
et  à  toute  sa  troupe,  en  disant  :  De- 
main, l'Eternel  fera  connaître  qui  est 
à  lui  et  qui  est  saint,  et  il  le  fera  ap- 
procher de  lui  ;  il  fera  approcher  de  lui 
celui  qu'il  choisira.  ^Faites  ceci.  Pre- 
nez des  brasiers ,  Koré  et  toute  sa 
troupe.  'Demain,  mettez-y  du  feu,  et 
posez-y  du  parfum  devant  l'Eternel  ; 
celui  que  l'Eternel  choisira,  c'est  ce- 
lui-là qui  sera  saint.  C'en  est  assez, 
enfants  de  Lévi  ! 

*  Moïse  dit  à  Koré  :  Ecoutez  donc, 
enfants  de  Lévi  !  ^Est-ce  trop  peu  pour 
vous  que  le  Dieu  d'Israël  vous  ait  choi- 
sis dans  l'assemblée  d'Israël,  en  vous 
faisant  approcher  de  lui,  afin  que  vous 
soyez  employés  au  service  du  taber- 
nacle de  l'Eternel,  et  que  vous  vous 
présentiez  devant  l'assemblée  pour  la 
servir?  '"Il  vous  a  fait  approcher  de 
lui,  toi,  et  tous  tes  frères,  les  enfants 
de  Lévi,  et  vous  voulez  encore  le  sa- 
cerdoce !  "  C'est  à  cause  de  cela  que 
toi  et  toute  ta  troupe,  vous  vous  assem- 
blez contre  l'Eternel  !  car  qui  est  Aa- 
ron, pour  que  vous  murmuriez  contre 
lui? 

'"Moïse  envoya  appeler  Dathan  et 
Abiram,  fils  d'Eliab.  Mais  ils  dirent  : 
Nous  ne  monterons  pas.  '^N'est-ce  pas 
assez  que  tu  nous  aies  fait  sortir  d'un 
pays  où  coulent  le  lait  et  le  miel  pour 
nous  faire  mourir  au  désert,  sans  que 
tu  continues  à  dominer  sur  nous  ?  '""Et 
ce  n'est  pas  dans  un  pays  où  coulent 
le  lait  et  le  miel  que  tu  nous  a  menés, 
ce  ne  sont  pas  des  champs  et  des  vi- 
gnes que  tu  nous  a  donnés  en  posses- 


sion. Penses-tu  crever  les  yeux  de  ces 
gens  "  ?  Nous  ne  monterons  pas. 

'^Moïse  fut  très  irrité,  et  il  dit  à 
l'Eternel  :  N'aie  point  égard  à  leur 
offrande.  Je  ne  leur  ai  pas  même  pris 
un  âne,  et  je  n'ai  fait  de  mal  à  aucun 
d'eux. 

"'Moïse  dit  à  Koré  :  Toi  et  toute  ta 
troupe,  trouA'ez-vous  demain  devant 
l'Eternel,  toi  et  eux,  avec  Aaron.  "Pre- 
nez chacun  A'otre  brasier,  mettez-y  du 
parfum,  et  présentez  devant  l'Eternel 
chacun  votre  brasier  :  il  y  aura  deux 
cent  cinquante  brasiers;  toi  et  Aaron, 
vous  prendrez  aussi  chacun  votre  bra- 
sier. "*Ils  prirent  chacun  leur  brasier, 
y  mirent  du  feu  et  y  posèrent  du  par- 
fum, et  ils  se  tinrent  à  l'entrée  de  la 
tente  d'assignation,  avec  Moïse  et  Aa- 
ron. '^Et  Koré  convoqua  toute  l'assem- 
blée contre  Moïse  et  Aaron,  à  l'entrée 
de  la  tente  d'assignation.  Alors  la  gloire 
de  l'Eternel  apparut  à  toute  l'assem- 
blée. '-"Et  l'Éternel  parla  à  Moïse  et  à 
Aaron,  et  dit  :  -'Séparez-vous  du  mi- 
lieu de  cette  assemblée,  et  je  les  con- 
sumerai en  un  seul  instant.  ^*Ils  tom- 
bèrent sur  leur  visage,  et  dirent  :  O 
Dieu,  Dieu  des  esprits  de  toute  chair  ! 
un  seul  homme  a  péché,  et  tu  t'irrite- 
rais contre  toute  l'assemblée  !  *'L'E- 
ternel  parla  à  Moïse,  et  dit  :  -* Parle  à 
l'assemblée,  et  dis  :  Retirez-vous  de 
toutes  parts  loin  de  la  demeure  de 
Koré,  de  Dathan  et  d'Abiram. 

^^  Moïse  se  leva,  et  alla  vers  Dathan 
et  Abiram  ;  et  les  anciens  d'Israël  le 
suivirent.  -'^11  parla  à  l'assemblée,  et 
dit  :  Eloignez-vous  des  tentes  de  ces 
méchants  hommes,  et  ne  touchez  à 
rien  de  ce  qui  leur  appartient,  de  peur 
que  vous  ne  périssiez  en  même  temps 
qu'ils  seront  punis  pour  tous  leurs 
péchés.  "Ils  se  retirèrent  de  toutes 
parts  loin  de  la  demeure  de  Koré,  de 
Dathan  et  d'Abiram.  Dathan  et  Abiram 
sortirent,  et  se  tinrent  à  l'entrée  de 


a.   Penses-tu  rendre  ces  g^ens  aveugles  sur  les  résultats  de  tes  promesses  ? 

170 


NOMBRES. 


Cil ap .  1 0,  l'b - 17 ,2. 


leurs  tentes,  avec  leurs  femmes,  leurs 
fils  et  leurs  petits-enfants. 

-''Moïse  dit  :  A  ceci  vous  connaîtrez 
que  l'Eternel  m'a  envoyé  pour  faire 
toutes  ces  choses,  et  que  je  n'agis  pas 


le  moi-même. 


'Si 


ces  gens  meurent 


étranger  à  la  race  d'Aaron  ne  s'appro- 
che pour  offrir  du  parfum  devant  l'E- 
ternel et  ne  soit  comme  Koré  et  comme 
sa  troupe,  selon  ce  que  l'Éternel  avait 
déclaré  par  Moïse. 

^'Dès  le  lendemain,  toute  l'assem- 
blée des  enfants  d'Israël  murmura 
contre  Moïse  et  Aaron,  en  disant:  Vous 
avez  fait  mourir  le  peuple  de  l'Éterne!. 
*-  Comme  l'assemblée  se  formait  contre 
Moïse  et  Aaron,  et  comme  ils  toui- 
naient  les  regards  vers  la  tente  d'assi- 
gnation, voici,  la  nuée  la  couvrit,  et  la 
gloire  de  l'Eternel  apparut.  "Moïse  et 
Aaron  arrivèrent  devant  la  tente  d'as- 
signation. ''■*Et  l'Eternel  parla  à  Moïse, 
et  dit:  ''^Retirez-vous  du  milieu  de 
cette  assemblée,  et  je  les  consumerai 
en  un  instant.  Ils  tombèrent  sur  leur 
visage;  ''^et  Moïse  dit  à  Aaron  :  Prends 
le  brasier,  mets-y  du  feu  de  dessus 
l'autel,  poses-y  du  parfum,  va  promp- 
le  séjour  des  morts,  eux  et  tout  ce  qui      tement  vers  l'assemblée,  et  fais  pour 


comme  tous  les  hommes  meurent,  s'ils 
subissent  le  sort  commun  à  tous  les 
hommes,  ce  n'est  pas  l'Eternel  qui 
m'a  envoj^é  ;  ^"mais  si  l'Eternel  fait  une 
chose  inouïe,  si  la  terre  ouvre  sa  bou- 
che pour  les  engloutir  avec  tout  ce  qui 
leur  appartient,  et  qu'ils  descendent 
vivants  dans  le  séjour  des  morts,  vous 
saurez  alors  que  ces  gens  ont  méprisé 
l'Eternel.  ^' Comme  il  achevait  de  pro- 
noncer toutes  ces  paroles,  la  terre  qui 
était  sous  eux  se  fendit. 

■'"La  terre  ouvrit  sa  bouche,  et  les 
engloutit,  eux  et  leurs  maisons,  avec 
tous  les  gens  de  Koré  et  tous  leurs 
biens.  ^^Ils  descendirent  vivants  dans 


leur  appartenait;  la  terre  les  recou- 
vrit, et  ils  disparurent  au  milieu  de 
l'assemblée.  '•'Tout  Israël,  qui  était 
autour  d'eux,  s'enfuit  à  leur  cri;  car 
ils  disaient  :  Fuyons,  de  peur  que  la 
terre  ne  nous  engloutisse!  '^Un  feu 
sortit  d'auprès  de  l'Eternel,  et  con- 
suma les  deux  cent  cinquante  hommes 
qui  offraient  le  parfum. 

■■'^L'Eternel  parla  h  Moïse,  et  dit: 
''Dis  à  Eléazar,  fils  du  prêtre  Aaron, 
de  retirer  de  l'incendie  les  brasiers  et 
d'en  répandre  au  loin  le  feu,  car  ils 
sont  sanctifiés.  '^Avec  les  brasiers  de 
ces  gens  qui  ont  péché  au  péril  de  leur 
vie,  que  l'on  fasse  des  lames  étendues 
dont  on  couvrira  l'autel.  Puisqu'ils  ont 
été  présentés  devant  l'Eternel  et  qu'ils 
sont  sanctifiés,  ils  serviront  de  souve- 
nir aux  enfants  d'Israël.  ''Le  prêtre 
Eléazar  prit  les  brasiers  d'airain  qu'a- 
vaient présentés  les  victimes  de  l'in- 
cendie, et  il  en  fit  des  lames  pour  cou- 
vrir l'autel.  ''"C'est  un  souvenir  pour 
les    enfants    d'Israël,    afin    qu'aucun 


eux  l'expiation;  car  la  colère  de  l'É- 
ternel a  éclaté,  la  plaie  a  commencé. 
''"Aaron  prit  le  brasier,  comme  Moïse 
avait  dit,  et  courut  au  milieu  de  l'as- 
semblée; et  voici,  la  plaie  avait  com- 
mencé parmi  le  peuple.  Il  offrit  le  pai- 
fum,  et  il  fit  l'expiation  pour  le  peuple. 
''^11  se  plaça  entre  les  morts  et  les 
vivants,  et  la  plaie  fut  arrêtée.  ''^1  y 
eut  quatorze  mille  sept  cents  per- 
sonnes qui  moururent  de  cette  plaie, 
outre  ceux  qui  étaient  morts  à  cause 
de  Koré.  '^''Aaron  retourna  auprès  de 
Moïse,  à  l'entrée  de  la  tente  d'assigna- 
tion. La  plaie  était  arrêtée. 

La  verge  d'Aaron. 

Chap.  XVII.  'L'Éternel  parla  à 
Moïse,  et  dit  :  ^ Parle  aux  enfants  d'Is- 
raël, et  prends  d'eux  une  verge  selon 
les  maisons  de  leurs  pères,  soit  douze 
verges  de  la  part  de  tous  leurs  princes 
selon  les  maisons  de  leurs  pères.  'Tu 
écriras  le  nom  de  chacun  sur  sa  verge, 
et  tu   écriras  le  nom  d'Aaron  sur  la 


171 


Chap.  17,^-18,11. 


NOMBRES. 


verge  de  Lévi  ;  car  il  y  aura  une  verge 
pour  chaque  chef  des  maisons  de  leurs 
pères.  *Tu  les  déposeras  dans  la  tente 
d'assignation,  devant  le  témoignage, 
où  je  me  rencontre  avec  vous.  ^L'hom- 
me que  je  choisirai  sera  celui  dont  la 
verge  fleurira,  et  je  ferai  cesser  devant 
moi  les  murmures  que  profèrent  con- 
tre vous  les  enfants  d'Israël. 

"Moïse  parla  aux  enfants  d'Israël;  et 
tous  leurs  princes  lui  donnèrent  une 
verge,  chaque  prince  une  verge,  selon 


doce.  -Fais  aussi  approcher  de  toi  tes 
frères,  la  tribu  de  Lévi,  la  tribu  de  ton 
père,  afin  qu'ils  te  soient  attachés  et 
qu'ils  te  servent,  lorsque  toi,  et  tes 
fils  avec  toi,  vous  serez  devant  la  tente 
du  témoignage.  'Ils  observeront  ce 
que  tu  leur  ordonneras  et  ce  qui  con- 
cerne toute  la  tente  ;  mais  ils  ne  s'ap- 
procheront ni  des  ustensiles  du  sanc- 
tuaire, ni  de  l'autel,  de  peur  que  vous 
ne  mouriez,  eux  et  vous.  ''Ils  te  seront 
attachés,  et  ils  observeront  ce  qui  con- 


les  maisons  de  leurs  pères,  soit  douze      cerne  la  tente  d'assignation  pour  tout 
verges  ;  la  verge  d'Aaron  était  au  mi 
lieu  des  leurs.  'Moïse  déposa  les  ver 


ges  devant  l'Éternel,  dans  la  tente  du 
témoignage.  ^Le  lendemain,  lorsque 
Moïse  entra  dans  la  tente  du  témoi- 
gnage, voici,  la  verge  d'Aaron,  pour     pris  vos  frères  les  Lévites  du  milieu 


le  service  de  la  tente.  Aucun  étranger 
n'approchera  de  vous.  ^Vous  observe- 
rez ce  qui  concerne  le  sanctuaire  et 
l'autel,  afin  qu'il  n'y  ait  plus  décolère 
contre  les  enfants  d'Israël.  ^Voici,  j'ai 


la  maison  de  Lévi,  avait  fleuri,  elle 
avait  poussé  des  boutons,  produit  des 
fleurs,  et  mûri  des  amandes.  'Moïse 
ôta  de  devant  l'Éternel  toutes  les  ver- 
ges, et  les  porta  à  tous  les  enfants 
d'Israël,  afin  qu'ils  les  vissent  et  qu'ils 
prissent  chacun  leur  verge. 

'"L'Éternel  dit  à  Moïse  :  Reporte  la 
verge  d'Aaron  devant  le  témoignage, 
pour  être  conservée  comme  un  signe 
pour  les  enfants  de  rébellion,  afin  que 
tu  fasses  cesser  devant  moi  leurs  mur- 
mures et  qu'ils  ne  meurent  point. 
"Moïse  fit  ainsi  ;  il  se  conforma  à  l'or- 
dre que  l'Éternel  lui  avait  donné. 

'*Les  enfants  d'Israël  dirent  à  Moïse  : 
Voici,  nous  expirons,  nous  périssons, 
nous  périssons  tous  !  '^Quiconque  s'ap- 
proche du  tabernacle  de  l'Éternel, 
meurt.  Nous  faudra-t-il  tous  expirer  ? 

Fonctions  et  revenus  des  prêtres  et  des  Lévites. 

Chap.  XVIII.  ' L'Éternel  dit  à  Aa- 
ron  :  Toi  et  tes  fils,  et  la  maison  de  ton 
père  avec  toi,  vous  porterez  la  peine 
des  iniquités  commises  dans  le  sanc- 
tuaire ;  toi  et  tes  fils  avec  toi,  vous 
porterez  la  peine  des  iniquités  com- 
mises dans  l'exercice  de  votre  sacer- 


des  enfants  d'Israël  :  donnés  à  l'Éter- 
nel, ils  vous  sont  remis  en  don  pour 
faire  le  service  cie  la  tente  d'assigna- 
tion. 'Toi,  et  tes  fils  avec  toi,  vous 
observerez  les  fonctions  de  votre  sa- 
cerdoce pour  tout  ce  qui  concerne 
l'autel  et  pour  ce  qui  est  en  dedans  du 
voile  :  c'est  le  service  que  vous  ferez. 
Je  vous  accorde  en  pur  don  l'exercice 
du  sacerdoce.  L'étranger  qui  appro- 
chera sera  mis  à  mort. 

^L'Éternel  dit  à  Aaron  :  Voici,  de 
toutes  les  choses  que  consacrent  les 
enfants  d'Israël  je  te  donne  celles  qui 
me  sont  offertes  par  élévation;  je  te 
les  donne,  à  toi  et  à  tes  fils,  comme 
droit  d'onction,  par  une  loi  perpé- 
tuelle. ''Voici  ce  cjui  t'appartiendra 
parmi  les  choses  très  saintes,  qui  ne 
sont  pas  consumées  par  le  feu  :  toutes 
leurs  offrandes,  tous  leurs  dons,  tous 
leurs  sacrifices  d'expiation,  et  tous  les 
sacrifices  de  culpabilité  qu'ils  m'offri- 
ront; ces  choses  très  saintes  seront 
pour  toi  et  pour  tes  fils.  '"Vous  les 
mangerez  dans  un  lieu  très  saint;  tout 
mâle  en  mangera  ;  vous  les  regarderez 
comme  saintes.  "Voici  encore  ce  qui 
t'appartiendra  :  tous  les  dons  que  les 


172 


NOMBRES. 


Chap.  18,12-31. 


enfants  d'Israël  présenteront  par  élé- 
vation et  en  les  agitant  de  côté  et  d'au- 
tre, je  te  les  donne  à  toi,  à  tes  fils  et  à 
tes  filles  avec  toi,  par  une  loi  perpé- 
tuelle. Quiconque  sera  pur  dans  ta 
maison  en  mangera.  '-Je  te  donne  les 
prémices  qu'ils  offriront  à  l'Eternel  : 
tout  ce  qu'il  y  aura  de  meilleur  en 
huile,  tout  ce  qu'il  y  aura  de  meilleur 
en  moût  et  en  blé.  '''Les  premiers  pro- 
duits de  leur  terre,  qu'ils  apporteront 
à  l'Eternel,  seront  pour  toi.  Quiconque 
sera  pur  dans  ta  maison  en  mangera. 
"Tout  ce  qui  sera  dévoué  par  interdit" 
en  Israël  sera  pour  toi.  '^Tout  premier- 
né  de  toute  chair,  qu'ils  ofi'riront  à 
l'Eternel,  tant  des  hommes  que  des 
animaux,  sera  pour  toi.  Seulement,  tu 
feras  racheter  le  premier-né  de  l'hom- 
me, et  tu  feras  racheter  le  premier-né 
d'un  animal  impur.  "'Tu  les  feras  ra- 
cheter dès  l'âge  d'un  mois,  d'après 
ton  estimation,  au  prix  de  cinq  sicles 
d'argent,  selon  le  sicle  du  sanctuaire, 
qui  est  de  vingt  guéras.  ''Mais  tu  ne 
feras  point  racheter  le  ])remier-né  du 
bœuf,  ni  le  premier-né  de  la  brebis,  ni 
le  premier-né  de  la  chèvre  :  ce  sont 
des  choses  saintes.  Tu  répandras  leur 
sang  sur  l'autel,  et  tu  brideras  leur 
graisse  :  ce  sera  un  sacrifice  consumé 
par  le  feu,  d'une  agréable  odeur  à  l'E- 
ternel. '*Leur  chair  sera  pour  toi, 
comme  la  poitrine  qu'on  agite  de  côté 
et  d'autre  et  comme  l'épaule  droite. 
'*Je  te  donne,  à  toi,  à  tes  fils  et  à  tes 


raël.  -'Je  donne  comme  possession  aux 
fils  de  Lévi  toute  dîme  en  Israël,  pour 
le  service  qu'ils  font,  le  service  de  la 
tente  d'assignation.  -Les  enfants  d'Is- 
raël n'approcheront  plus  de  la  tente 
d'assignation,  de  peur  qu'ils  ne  se 
chargent  d'un  péché  et  qu'ils  ne  meu- 
rent. -'Les  Lévites  feront  le  service  de 
la  tente  d'assignation,  et  ils  resteront 
chargés  de  leurs  iniquités.  Ils  n'auront 
point  de  possession  au  milieu  des  en- 
fants d'Israël  :  ce  sera  une  loi  perpé- 
tuelle parmi  vos  descendants.  ^^Je 
donne  comme  possession  aux  Lévites 
les  dîmes  que  les  enfants  d'Israël  pré- 
senteront à  l'Eternel  par  élévation  ; 
c'est  pourquoi  je  dis  à  leur  égard  :  Ils 
n'auront  point  de  possession  au  milieu 
des  enfants  d'Israël. 

"L'Éternel  parla  à  Moïse,  et  dit: 
^*Tu  parleras  aux  Lévites,  et  tu  leur 
diras  :  Lorsque  vous  recevrez  des  en- 
fants d'Israël  la  dîme  que  je  vous 
donne  de  leur  part  comme  votre  pos- 
session, vous  en  prélèverez  une  of- 
frande pour  l'Eternel,  une  dîme  de  la 
dîme;  "et  votre  offrande  vous  sera 
comptée  comme  le  blé  qu'on  prélève 
de  l'aire  et  comme  le  moût  qu'on  pré- 
lève de  la  cuve.  -*  C'est  ainsi  que  vous 
prélèverez  une  offrande  pour  l'Eter- 
nel sur  toutes  les  dîmes  que  vous  re- 
cevrez des  enfants  d'Israël,  et  vous 
donnerez  au  prêtre  Aaroti  l'offrande 
que  vous  en  aurez  prélevée  pour  l'É- 
ternel. -^Sur  tous  les  dons  qui   vous 


filles  avec  toi,  par  une  loi  perpétuelle,  seront  faits  vous  prélèverez  toutes  les 
toutes  les  offrandes  saintes  que  les  en- 
fants d'Israël  présenteront  à  l'Éternel 
par  élévation.  C'est  une  alliance  invio- 
lable et  à  perpétuité  devant  l'Eternel, 
pour  toi  et  pour  ta  postérité  avec  toi. 
-"L'Éternel  dit  à  Aaron  :  Tu  ne  pos- 
séderas rien  dans  leur  pays,  et  il  n'y 


offrandes  pour  l'Éternel  ;  sur  tout  ce 
qu'il  y  aura  de  meilleur,  vous  prélève- 
rez la  portion  consacrée.  ^''Tu  leur 
diras  :  Quand  vous  en  aurez  prélevé 
le  meilleur,  la  dîme  sera  comptée  aux 
Lévites  comme  le  revenu  de  l'aire  et 
comme  le  revenu  de  la  cuve.  ^' Vous  la 
aura  point  de  part  jjour  toi  au  milieu  mangerez  en  un  lieu  quelconque,  vous 
d'eux;  c'est  moi  qui  suis  ta  part  et  ta  et  votre  maison;  car  c'est  votre  sa- 
l)Ossession,  au  milieu  des  enfants  d'Is- 

o.  Voy.  Lév.  27,  28. 


laire  pour  le  service  que  vous  laites 


173 


Chap.  18, 32-10,  n. 


NOMBRES. 


dans  la  tente  d'assignation.  '^Vous  ne 
serez  chargés  pour  cela  d'aucun  pé- 
ché, quand  vous  en  aurez  prélevé  le 
meilleur,  vous  ne  profanerez  point  les 
offrandes  saintes  des  enfants  d'Israël, 
et  vous  ne  mourrez  point. 

La  vache  rousse;  l'eau  de  purification. 

Chap.  XIX.  'L'Éternel  parla  à 
Moïse  et  à  Aaron,  et  dit  : 

^Voici  ce  qui  est  ordonné  par  la  loi 
que  l'Éternel  a  prescrite,  en  disant  : 
Parle  aux  enfants  d'Israël,  et  qu'ils 
t'amènent  une  vache  rousse,  sans  ta- 
che, sans  défaut  corporel,  et  qui  n'ait 
point  poi'té  le  joug.  'Vous  la  remettrez 
au  prêtre  Éléazar,  qui  la  fera  sortir  du 
camp,  et  on  l'égorgera  devant  lui.  *Le 
prêtre  Éléazar  prendra  du  sang  de  la 
vache  avec  le  doigt,  et  il  en  fera  sept 
fois  l'aspersion  sur  le  devant  de  la 
tente  d'assignation.  ^On  brûlera  la  va- 
che sous  ses  yeux;  on  brûlera  sa  peau, 
sa  chair  et  son  sang,  avec  ses  excré- 
ments. ^Le  prêtre  prendra  du  bois  de 
cèdre,  de  l'hysope  et  du  cramoisi,  et 
il  les  jettera  au  milieu  des  flammes  qui 
consumeront  la  vache.  "Le  prêtre  la- 
vera ses  vêtements,  et  lavera  son  corps 
dans  l'eau;  puis  il  rentrera  dans  le 
camp,  et  sera  impur  jusqu'au  soir. 
*Celui  qui  aura  brûlé  la  vache  lavera 
ses  vêtements  dans  l'eau,  et  lavera  son 
corps  dans  l'eau;  et  il  sera  impur  jus- 
qu'au soir.  ^Un  homme  pur  recueil- 
lera la  cendre  de  la  vache,  et  la  dépo- 


pendant  sept  jours.  '-II  se  purifiera 
avec  cette  eau  le  troisième  jour  et  le 
septième  jour,  et  il  sera  pur;  mais, 
s'il  ne  se  purifie  pas  le  troisième  jour 
et  le  septième  jour,  il  ne  sera  pas  pur. 
''Celui  qui  touchera  un  mort,  le  corps 
d'un  homme  qui  sera  mort,  et  qui  ne 
se  purifiera  pas,  souille  le  tabernacle 
de  l'Eternel;  celui-là  sera  retranché 
d'Israël.  Comme  l'eau  de  purification 
n'a  pas  été  répandue  sur  lui,  il  est  im- 
pur, et  son  impureté  est  encore  sur  lui. 
'* Voici  la  loi.  Lorsqu'un  homme 
mourra  dans  une  tente,  quiconque  en- 
trera dans  la  tente,  et  quiconq"e  se 
trouvera  dans  la  tente,  sera  impur 
pendant  sept  jours.  '^Tout  vase  décou- 
vert, sur  lequel  il  n'y  aura  point  de 
couvercle  attaché,  sera  impur.  '^Qui- 
conque  touchera,  dans  les  champs,  un 
homme  tué  par  l'épée,  ou  un  mort,  ou 
des  ossements  humains,  ou  un  sépul- 
cre, sera  impur  j^endant  sept  jours. 
"On  prendra,  pour  celui  qui  est  im- 
pur, de  la  cendre  de  la  victime  expia- 
toire qui  a  été  brûlée,  et  on  mettra 
dessus  de  l'eau  vive  dans  un  vase.  '^Un 
homme  pur  prendra  de  l'hysope,  et  la 
trempera  dans  l'eau;  puis  il  en  fera 
l'aspersion  sur  la  tente,  sur  tous  les 
ustensiles,  sur  les  personnes  qui  sont 
là,  sur  celui  qui  a  touché  des  osse- 
ments, ou  un  homme  tué,  ou  un  mort, 
ou  un  sépulcre.  '"Celui  qui  est  pur  fera 
l'aspersion  sur  celui  qui  est  impur,  le 
troisième  jour  et  le  septième  jour,  et 


sera  hors  du  camp,  dans  un  lieu  pur;      il  le  purifiera  le  septième  jour.  Il  la- 


on  la  conservera  pour  l'assemblée  des 
enfants  d'Israël,  afin  d'en  faire  l'eau 
de  purification.  C'est  une  eau  expia- 
toire. '"Celui  qui  aura  recueilli  la  cen- 
dre de  la  vache  lavera  ses  vêtements, 
et  sera  impur  jusqu'au  soir.  Ce  sera 
une  loi  perpétuelle  pour  les  enfants 
d'Israël  et  pour  l'étranger  en  séjour 
au  milieu  d'eux. 

"Celui  qui   touchera   un   mort,   un 
corps  humain  quelconque,  sera  impur 


vera  ses  vêtements,  et  se  lavera  dans 
l'eau;  et  le  soir,  il  sera  pur.  ^"Un 
homme  qui  sera  impur,  et  qui  ne  se 
purifiera  pas,  sera  retranché  du  mi- 
lieu de  l'assemblée,  car  il  a  souillé  le 
sanctuaire  de  l'Eternel;  comme  l'eau 
de  purification  n'a  pas  été  répandue 
sur  lui,  il  est  impur.  -'  Ce  sera  pour  eux 
une  loi  perpétuelle.  Celui  qui  fera  l'as- 
persion de  l'eau  de  purification  lavera 
ses  vêtements,  et  celui  qui  touchera 


174 


NOMBRES. 


Chap.  19,  T2-^0. 


•J2. 


leau  de  purification  sera  impur  jus- 
([u'au  soir.  "Tout  ce  que  touchera  ce- 
lui qui  est  impur  sera  souillé,  et  la 
personne  qui  le  touchera  sera  impure 
jusqu'au  soir. 

Mon  de  Marie.  —  Les  eaux  de  Meriba. 
Punition  de  Moïse.  —  Mort  d'Anron. 

Chap.  XX.  'Toute  rassemblée  des 
enfants  d'Israël  arriva  dans  le  désert 
de  Tsin  le  premier  mois",  et  le  jieuple 
s'arrêta  à  Kadès.  C'est  là  que  mourut 
Marie,  et  qu'elle  fut  enterrée. 

-Il  n'y  avait  point  d'eau  pour  l'as- 
semblée ;  et  l'on  se  souleva  contre 
Moïse  et  Aaron.  'Le  peuple  chercha 
querelle  à  Moïse.  Ils  dirent  :  Que  n'a- 
Aons-nous  expiré,  quand  nos  frères  ex- 
pirèrent devant  l'Eternel  ?  ^Pourquoi 
avez-vous  fait  venir  l'assemblée  de  l'E- 
ternel dans  ce  désert,  pour  que  nous  y 
mourions,  nous  et  notre  bétail  ?  ^Pour- 
(|uoi  nous  avez-vous  fait  monter  hors 
d'Egypte,  pour  nous  amener  dans  ce 
méchant  lieu  ?  Ce  n'est  ])as  un  lieu  où 
ion  puisse  semer,  et  il  n'y  a  ni  figuier, 
ni  vigne,  ni  grenadier,  ni  de  l'eau  à 
boire. 

*  Moïse  et  Aaron  s'éloignèrent  de 
l'assemblée  pour  aller  à  l'entrée  de  la 
tente  d'assignation.  Ils  tombèrent  sur 
leur  visage;  et  la  gloire  de  TEternel 
leur  apparut. 

'L'Eternel  parla  à  Moïse,  et  dit  : 
*  Prends  la  verge,  et  convoque  l'assem- 
!)lée,  toi  et  ton  frère  Aaron.  Vous  par- 
lerez en  leur  présence  au  rocher,  et  il 
donnera  ses  eaux  ;  tu  feras  sortir  pour 
eux  de  l'eau  du  rocher,  et  tu  abreuve- 
ras l'assemblée  et  leur  bétail.  ^ Moïse 
])rit  la  verge  qui  était  devant  l'Etei'nel, 
comme  l'Eternel  le  lui  avait  ordonné. 
'"Moïse  et  Aaron  convoquèrent  l'as- 
semblée en  face  du  rocher.  Et  Moïse 
leur  dit  :  Écoutez  donc,  rebelles!  Est- 
ce  de  ce  rocher  que  nous  vous  ferons 
sortir  de  l'eau?  "Puis  Moïse  leva  la 


De  la  quarantième  année  après  la  sortie  d'Égyple. 

175 


main  et  frappa  deux  fois  le  rocher  avec 
sa  verge.  Il  sortit  de  l'eau  en  abon- 
dance. L'assemblée  but,  et  le  bétail 
aussi. 

•  '-Alors  l'Eternel  dit  à  Moïse  :  Parce 
que  vous  n'avez  pas  cru  en  moi,  ])our 
me  sanctifier  aux  yeux  des  enfants 
d'Israël ,  vous  ne  ferez  point  entrer 
cette  assemblée  dans  le  pays  que  je  lui 
donne. 

''Ce  sont  les  eaux  de  Meriba*,  où  les 
enfants  d'Israël  contestèrent  avec  l'E- 
ternel, qui  fut  sanctifié  en  eux. 

'■•De  Kadès,  Moïse  envoya  des  mes- 
sagers au  roi  d'Edom,  pour  lui  dire  : 
Ainsi  parle  ton  frère  Israël  :  Tu  sais 
toutes  les  souffrances  que  nous  avons 
éprouvées.  '^Nos  pères  descendirent 
en  Egypte,  et  nous  y  demeurâmes  long- 
temps. Mais  les  Egyptiens  nous  ont 
maltraités,  nous  et  nos  pères.  '^Nous 
avons  crié  à  l'Eternel,  et  il  a  entendu 
notre  voix.  Il  a  envoyé  un  ange,  et  nous 
a  fait  sortir  de  l'Egypte.  Et  voici,  nous 
sommes  à  Kadès,  ville  à  l'extrémité  de 
ton  territoire.  '"Laisse-nous  passer  par 
ton  pays  ;  nous  ne  traverserons  ni  les 
champs,  ni  les  vignes,  et  nous  ne  boi- 
rons pas  l'eau  des  puits  ;  nous  suivrons 
la  route  royale,  sans  nous  détourner  à 
droite  ou  à  gauche,  jusqu'à  ce  que  nous 
ayons  franchi  ton  territoire.  '"'Edom 
lui  dit  :  Tu  ne  passeras  point  chez  moi, 
sinon  je  sortirai  à  ta  rencontre  avec 
l'épée.  '^Les  enfants  d'Israël  lui  di- 
rent :  Nous  monterons  par  la  grande 
route;  et,  si  nous  buvons  de  ton  eau, 
moi  et  mes  troupeaux,  j'en  paierai  le 
prix;  je  ne  ferai  que  passer  avec  mes 
pieds,  pas  autre  chose.  -"Il  répondit  : 
Tu  ne  passeras  pas!  Et  Edom  sortit  à 
sa  rencontre  avec  un  peuple  nombreux 
et  à  main  forte.  -'Ainsi  Edom  refusa  de 
donner  passage  à  Israël  par  son  terri- 
toire. Et  Israël  se  détourna  de  lui. 

""Toute  l'assemblée  des  enfants  d'Is- 
raël partit  de  Kadès,  et  arriva  à  la  mon- 

b.   Meriba  signifie  querelle,   contestation. 


Chap.  20,23-21,11. 


NOMBRES. 


tagne  de  Ilor.  -'L'Éternel  dit  à  Moïse 
et  à  Aaron,  vers  la  montagne  de  Hor, 
sur  la  frontière  du  pays  d'Edom  :  ^*  Aa- 
ron va  être  recueilli  auprès  de  son  peu- 
ple; car  il  n'entrera  point  dans  le  pays 
que  je  donne  aux  enfants  d'Israël,  parce 
que  vous  avez  été  rebelles  à  mon  ordre, 
aux  eaux  de  Meriba.  -^Prends  Aaron  et 
son  fils  Eléazar,  et  fais-les  monter  sur 
la  montagne  de  Hor.  -"Dépouille  Aaron 
de  ses  vêtements,  et  fais-les  revêtir  à 
Eléazar,  son  fils.  C'est  là  qu'Aaron  sera 
recueilli  et  qu'il  mourra.  "Moïse  fit  ce 
que  l'Eternel  avait  ordonné.  Ils  mon- 
tèrent sur  la  montagne  de  Hor,  aux 
yeux  de  toute  l'assemblée.  ^^Moïse  dé- 
pouilla Aaron  de  ses  vêtements,  et  les 
fit  revêtir  à  Eléazar,  son  fils.  Aaron 
mourut  là,  au  sommet  de  la  montagne. 
Moïse  et  Eléazar  descendirent  de  la 
montagne.  ^^  Toute  l'assemblée  vit 
qu'Aaron  avait  expiré,  et  toute  la  mai- 
son d'Israël  pleura  Aaron  pendant 
trente  jours. 

Les  neipents  brûlants.  —  Les  Ainoréens  vaincus. 

Chap.  XXI.  'Le  roi  d'Arad,  Cana- 
néen, qui  habitait  le  midi,  apprit  qu'Is- 
raël venait  par  le  chemin  d'Atharim. 
Il  combattit  Israël,  et  emmena  des  pri- 
sonniers.-Alors  Israël  fit  un  vœu  à  l'É- 
ternel, et  dit  :  Si  tu  livres  ce  peuple 
entre  mes  mains,  je  dévouerai  ses  villes 
par  interdit".  'L'Éternel  entendit  la 
voix  d'Israël,  et  livra  les  Cananéens. 
On  les  dévoua  par  interdit,  eux  et 
leurs  villes  ;  et  l'on  nomma  ce  lieu 
Horma*. 

*Ils  partirent  de  la  montagne  de  Hor 
par  le  chemin  de  la  mer  Rouge,  pour 
tourner  le  pays  d'Édom.  ^Le  peuple 
s'impatienta  en  route,  et  parla  contre 
Dieu  et  contre  Moïse  :  Pourquoi  nous 
avez-vous  fait  monter  hors  d'Egypte, 

a.  Voy.  Lév.  27,  28.         b.  llorma  dérive  d'un  mot  qui  signifie  defouer  par  interdit,  détruire.         c.  La  manne. 

d.  Cette  citation  du  livre  des  Guerres  de  l'Eteruet  (ouvrage  perdu)  ne  renfermant  pas  une  phrase  complète, 
il  en  résulte  nécessairement  quelque  obscurité.  On  aurait  un  sens  satisfaisant,  si  l'on  suppléait  à  ce  qui  man- 
que, en  lisant  :  «  Les  Amoréens  possédaient  Vaheb  en  Supha,  etc.  »         e.  Béer  signifie  puits. 

176 


pour  que  nous  mourions  dans  le  dé- 
sert ?  car  il  n'y  a  point  de  pain,  et  il  n'y 
a  point  d'eau,  et  notre  àme  est  dégoû- 
tée de  cette  misérable  nourriture*^. 
"Alors  l'Eternel  envoya  contre  le  peu- 
ple des  serpents  brûlants  ;  ils  mordi- 
rent le  peuple,  et  il  mourut  beaucoup 
de  gens  en  Israël.  ^Le  peuple  vint  à 
Moïse,  et  dit  :  Nous  avons  péché,  car 
nous  avons  parlé  contre  l'Eternel  et 
contre  toi.  Prie  l'Eternel,  afin  qu'il 
éloigne  de  nous  ces  serpents.  Moïse 
pria  pour  le  peuple.  ^L'Éternel  dit  à 
Moïse  :  Fais-toi  un  serpent  brûlant,  et 
place-le  sur  une  perche  ;  quiconque 
aura  été  mordu,  et  le  regardera,  con- 
servera la  vie.  'Moïse  fit  un  serpent 
d'airain,  et  le  plaça  sur  une  perche;  et 
quiconque  avait  été  mordu  par  un  ser- 
pent, et  regardait  le  serpent  d'airain, 
conservait  la  vie. 

"Les  enfants  d'Israël  partirent,  et 
ils  campèrent  à  Oboth. 

"Ils  partirent  d'Oboth,  et  ils  cam- 
pèrent à  Ijjé  Abarim,  dans  le  désert 
cjui  est  vis-à-vis  de  Moab,  vers  le  soleil 
levant. 

'-De  là  ils  partirent,  et  ils  campèrent 
dans  la  vallée  de  Zéred. 

"De  là  ils  partirent,  et  ils  campèrent 
de  l'autre  côté  de  l'Arnon,  qui  coule 
dans  le  désert  en  sortant  du  territoire 
des  Amoréens  ;  car  l'Arnon  est  la  fron- 
tière de  Moab,  entre  Moab  et  les  Amo- 
réens. '''C'est  pourquoi  il  est  dit  dans 
le  livre  des  Guerres  de  l'Éternel  :... 
Vaheb  en  Supha,  et  les  torrents  de 
l'Arnon,  '^et  le  cours  des  torrents,  qui 
s'étend  du  côté  d'Ar  et  touche  à  la 
frontière  de  Moab*^. 

'"De  là  ils  allèrent  à  Béer''.  C'est  ce 
Béer,  où  l'Éternel  dit  à  Moïse  :  Ras- 
semble le  peuple,  et  je  leur  donnerai 
de  l'eau.  '^Alors  Israël  chanta  ce  can- 
tique : 


1 


NOMBRES.  Chap.  2L  is-3i. 

Monte,  puits!  Chantez  en  son  honneur! 
'*Puits,  que  des  princes  ont  creusé, 
Que  les  grands  du  peuple  ont  creusé. 
Avec  le  sceptre,  avec  leurs  bâtons! 

''Du  désert  ils  allèrent  à  Matthana;  raël,  dans  le  désert;  il  vint  à  Jahats, 

de  Matthana,  à  Nahaliel  ;  de  Nahaliel,  et  combattit  Israël.  -*Israël  le  frappa 

à  Bamoth  ;  -"de  Bamoth,  à  la  vallée  qui  du  tranchant  de  l'épée  et  s'empara  de 

est  dans  le  territoire  de  Moab,  au  som-  son  pays  depuis  l'Arnon  jusqu'au  Jab- 

met  du  Pisga,  en  regard  du  désert.  bok,  jusqu'à  la  frontière  des  enfants 

-'Israël  envoya  des  messagers  à  Si-  d'Ammon;  car  la  frontière  des  enfants 
hon,  roi  des  Amoréens,  pour  lui  dire  :  d'Ammon  était  fortifiée.  -'Israël  prit 
--Laisse-moi  passer  par  ton  pays  ;  nous  toutes  les  villes,  et  s'établit  dans  tou- 
n'entrerons  ni  dans  les  champs,  ni  tes  les  villes  des  Amoréens,  à  Hesbon 
dans  les  Alignes,  et  nous  ne  boirons  et  dans  toutes  les  villes  de  son  res- 
pas  l'eau  des  puits;  nous  suivrons  la  sort. -* Car  Hesbon  était  la  ville  de  Si- 
route  royale,  jusqu'à  ce  que  nous  hon,  roi  des  Amoréens  ;  il  avait  fait  la 
ayons  franchi  ton  territoire.  -^Sihon  guerre  au  précédent  roi  de  Moab,  et 
n'accorda  pointa  Israël  le  passage  sur  lui  avait  enlevé  tout  son  pays  jusqu'à 
son  territoire;  il  rassembla  tout  son  l'Arnon.  *' C'est  pourquoi  les  poètes 
peuple,  et  sortit  à  la  rencontre  d'is-  disent  : 

Venez  à  Hesbon  ! 

Que  la  ville  de  Sihon  soit  rebâtie  et  fortifiée! 
**Car  il  est  sorti  un  feu  de  Hesbon, 
Une  flamme  de  la  ville  de  Sihon; 

Elle  a  dévoré  Ar-Moab, 
Les  habitants  des  hauteurs  de  l'Arnon. 

"Malheur  à  toi,  Moab! 
Tu  es  perdu,  peuple  de  Kemosch"  ! 

Il  a  fait  de  ses  fils  des  fuyards, 
Et  il  a  livré  ses  filles  captives 
A  Sihon,  roi  des  Amoréens. 

^"Nous  avons  lancé  sur  eux  nos  traits  : 
De  Hesbon  à  Dibon  tout  est  détruit; 

Nous  avons  étendu  nos  ravages  jusqu'à  Nophach, 
Jusqu'à  Médeba. 

"Israël  s'établit  dans   le  pays  des  Og,  roi  de  Basan,  sortit  à  leur  rencon- 

Amoréens.  ^^  Moïse  envoya  reconnaître  tre,  avec  tout  son  peuple,  pour  les  com- 

Jaezer  ;  et  ils  prirent  les  villes  de  son  battre  à  Édréi.  ^^ L'Éternel  dit  à  Moïse  : 

ressort,  et  chassèrent  les   Amoréens  Ne  le  crains  point;  car  je  le  livre  entre 

qui  y  étaient.  tes  mains,  lui  et  tout  son  peuple,  et 

^^Ilschangèrentensuitededirection,  son  pays;  tu  le  traiteras  comme  tu  as 

et  montèrent  par  le  chemin  de  Basan.  traité  Sihon,  roi  des  Amoréens,  qui  ha- 

a.  Kemosch,  divinité  des  Muabites. 


177 


12  ■ 


Balaai. 


Chap.  21, 35-S2, 24.  NOMBRES. 

bitait  à  Hesbon.  ^^Et  ils  le  battirent,  de  la  terre;  viens   donc,   maudis-le; 

lui  et  ses  fds,  et  tout  son  peuple,  sans  peut-être  ainsi  pourrai-je  le  combat- 

enlaisseréchapper  un  seul,  et  ils  s'em-  tre,  et  le  chasserai-je.  '*Dieu  dit  à  Ba- 

parèrent  de  son  pays.  laam  :  Tu  n'iras  point  avec  eux  ;  tu  ne 

maudiras  point  ce  peuple,  car  il  est 
béni.  '^Balaam  se  leva  le  matin,  et  il 

Chap.  XXII.     'Les  enfants  d'Israël  dit  aux  chefs  de  Balak  :  Allez  dans  vo- 

partirent,  et   ils  campèrent  dans  les  tre  pays,  car  l'Eternel  refuse  de  me 

plaines  de  Moab,  au  delà  du  Jourdain,  laisser  aller  avec  vous.  "Et  les  princes 

vis-à-vis  de  Jéricho.  de  Moab  se  levèrent,  retournèrent  au- 

-  Balak,  fds  de  Tsippor,  vit  tout  ce  près  de  Balak,  et  dirent:  Balaam  a  re- 
qu'Israël  avait  fait  aux  Amoréens.  'Et  fusé  de  venir  avec  nous. 
Moab  fut  très  effrayé  en  face  d'un  peu-  '^Balak  envoya  de  nouveau  des  chefs 
])le  aussi  nombreux,  il  fut  saisi  de  ter-  en  plus  grand  nombre  et  plus  consi- 
reur  en  face  des  enfants  d'Israël.  *Moab  dérés  que  les  précédents.  ''Ils  arrivè- 
ditaux  anciens  de  Madian  :  Cette  mul-  rent  auprès  de  Balaam,  et  lui  dirent  : 
titude  va  dévorer  tout  ce  qui  nous  Ainsi  parle  Balak,  fds  de  Tsippor  : 
entoure,  comme  le  bœuf  broute  la  Que  l'on  ne  t'empêche  donc  pas  de 
verdure  des  champs.  Balak,  fds  de  venir  vers  moi;  "car  je  te  rendrai 
Tsippor,  était  alors  roi  de  Moab.  ^11  en-  beaucoup  d'honneurs,  et  je  ferai  tout 
voyades  messagers  auprès  de  Balaam,  ce  que  tu  me  diras;  viens,  je  te  prie, 
fds  de  Beor,  à  Pethor  sur  le  fleuve",  maudis-moi  ce  peuple.  "Balaam  ré- 
dans le  pays  des  fds  de  son  peuple,  pondit,  et  dit  aux  serviteurs  de  Balak  : 
afin  de  l'appeler  et  de  lui  dire  :  Voici,  Quand  Balak  me  donnerait  sa  maison 
un  peuple  est  sorti  d'Egypte,  il  couvre  pleine  d'argent  et  d'or,  je  ne  pourrais 
la  surface  de  la  terre,  et  il  habite  vis-  faire  aucune  chose,  ni  petite  ni  grande, 
à-vis  de  moi.  "Viens,  je  te  prie,  maudis-  contre  l'ordre  de  l'Eternel,  mon  Dieu, 
moi  ce  peuple,  car  il  est  plus  puissant  '^Maintenant,  je  vous  prie,  restez  ici 
que  moi;  peut-être  ainsi  pourrai-je  le  cette  nuit,  et  je  saurai  ce  que  l'Eternel 
battre  et  le  chasserai-je  du  pays,  car  me  dira  encore.  -"Dieu  vint  à  Balaam 
je  sais  que  celui  que  tu  bénis  est  béni,  pendant  la  nuit,  et  lui  dit  :  Puisque  ces 
et  que  celui  que  tu  maudis  est  maudit,  hommes   sont  venus  pour  t'appeler, 

'Les  anciens  de  Moab  et  les  anciens  lève-toi,  va  avec  eux;  mais  tu  feras  ce 

de  Madian  partirent,  ayant  avec  eux  que  je  te  dirai.  "Balaam  se  leva  le  ma- 

des  présents  pour  le  devin.  Ils  arrivé-  tin,  sella  son  ânesse,  et  partit  avec  les 

rent  auprès  de  Balaam,  et  lui  rappor-  chefs  de  Moab. 

tèrent  les  paroles  de  Balak.  ^Balaam  --LacolèredeDieu  s'enflamma, parce 

leur  dit  :  Passez  ici  la  nuit,  et  je  vous  qu'il  était  parti;  et  un  ange  de  l'Eter- 

donnerai  réponse,  d'après  ce  que  l'E-  nel  se  plaça  sur  le  chemin,  pour  lui  ré- 

ternel  me  dira.  Et  les  chefs  de  Moab  sister.    Balaam   était    monté   sur   son 

restèrent  chez  Balaam.  ânesse,  et  ses  deux  serviteurs  étaient 

^Dieu  vint  à  Balaam,  et  dit  :  Qui  sont  avec  lui.  ^' L'ànesse  vit  l'ange  de  l'E- 

ces  hommes  que  tu  as  chez  toi?  '"Ba-  tornel  qui  se  tenait  sur  le  chemin,  son 

laam  l'épondit  à  Dieu  :  Balak,  fds  de  épée  nue  dans  la  main  ;  elle  se  détourna 

Tsippor,  roi  de  Moab,  les  a  envoyés  du  chemin  et  alla  dans  les  champs.  Ba- 

pour  me  dire  :  "Voici,  un  peuple  est  laam  frappa  l'ànesse,  pour  la  ramener 

sorti  d'Egypte,  et  il  couvre  la  surface  dans  le  chemin.  ^''L'ange  de  l'Eternel 

a.  L'Euphrate. 

178 


NOMBRES. 


Chap.  3S.r.-2S,i. 


se  plaça  dans  un  sentier  entre  les  vi-  les  paroles  que  je  te  dirai.  Et  Balaam 

gnes  ;  il  y  avait  un  mur  de  chaque  côté,  alla  avec  les  chefs  de  Balak. 

"L'ànesse  vit  l'ange  de  l'Eternel;  elle  ^^Bahik  apprit  que  Balaam  arrivait, 

se  serra  contre  le  mur,  et  pressa  le  pied  et  il  sortit  à  sa  rencontre  jusqu'à  la  ville 

de  Balaam  contre  le  mur.  Balaam  la  de  Moab  qui  est  sur  la  limite  de  l'Ar- 

frappa  de  nouveau.  -*L'ange  de  l'Eter-  non,  à  l'extrême  frontière.  '"  Balak  dit  à 

nel  passa  plus  loin,  et  se  plaça  dans  un  Balaam  :  N'ai-je  pas  envoyé  auprès  de 

lieu  où  il  n'y  avait  point  d'espace  pour  toi  pour  t'appeler  ?  Pourquoi  n'es-tu 

se   détourner  à   droite   ou  à  gauche,  pas  venu  vers  moi  ?  Ne  puis-je  donc  pas 

-'L'ànesse  vit  l'ange  de  l'Eternel,  et  te  traiter  avec  honneur  ?  ^^Balaam  dit 

elle  s'abattit  sous  Balaam.  La  colère  à  Balak  :  Voici,  je  suis  venu  vers  toi; 

de  Balaam  s'enflamma,  et  il  frappa  l'a-  maintenant,  me  sera-t-il  permis  de  dire 

nesse  avec  un  bâton.  quoi  que  ce  soit  ?  Je  dirai  les  paroles 

-* L'Eternel  ouvrit  la  bouche  de  l'a-  que  Dieu  mettra  dans  ma  bouche, 

nesse,  et  elle  dit  à  Balaam  :  Que  t'ai-  '"'Balaam  alla  avec  Balak,  et  ils  ar- 

je  fait,  pour  que  tu  m'aies  frappée  déjà  rivèrent  à   Kirjath  -  Hutsoth.    ""  Balak 

trois   fois?  -''Balaam    répondit  à  l'a-  sacrifia  des  bœufs  et  des   brebis,  et 

nesse  :  C'est  parce  que  tu  t'es  moquée  il  en  envoya  à  Balaam  et  aux  chefs  qui 

de  moi  ;  si  j'avais   une  épée  dans  la  étaient  avec  lui. 

main,  je  te  tuerais  à  l'instant.  ^"L'à-  -"Le  matin,  Balak  prit  Balaam,  et  le 

nesse  dit  à  Balaam  :  Ne  suis-je  pas  ton  fit  monter  à  Bamoth  Baal,  d'où  Balaam 

ànesse,  que  tu  as  de  tout  temps  mon-  vit  une  partie  du  peuple", 

tée  jusqu'à  ce  jour  ?  Ai-je  l'habitude  de  Chap.  XXIII.     '  Balaam  dit  à  Balak  : 


te  faire  ainsi?  Et  il  répondit  :  Non. 

*' L'Eternel  ouvrit  les  yeux  de  Ba- 
laam, et  Balaam  vit  l'ange  de  l'Eternel 


Bàtis-moi  ici  sept  autels,  et  prépare- 
moi  ici  sept  taureaux  et  sept  béliers. 
'Balak  fit  ce  que  Balaam  avait  dit;  et 


qui  se  tenait  sur  le  chemin,  son  épée  Balak  et  Balaam  offrirent  un  taureau 

nue  dans  la  main;  et  il  s'inclina,  et  se  et  un  bélier  sur  chaque  autel.  ^Balaam 

prosterna  sur  son  visage.  ^-L'ange  de  dit  à  Balak  :  Tiens-toi  près  de  ton  ho- 

l'Eternel  lui  dit  :  Pourquoi  as-tu  frappé  locauste,  et  je  m'éloignerai  ;  peut-être 

ton  ànesse  déjà  trois  fois?  Voici,  je  que  l'Eternel  viendra  à  ma  rencontre, 

suis  sorti  pour  te  résister,  car  c'est  un  et  je  te  dirai  ce  qu'il  me  révélera.  Et  il 

chemin   de   perdition   qui  est  devant  alla  sur  un  lieu  élevé, 

moi. ''L'ànesse  m'a  vu,  etelle  s'estdé-  ''Dieu  vint  au-devant  de  Balaam,  et 

tournée  devant  moi  déjà  trois  fois;  si  Balaam  lui  dit  :  J'ai  dressé  sept  autels, 

elle  ne  se  fût  pas  détournée  de  moi,  je  et  j'ai  offert  un  taureau  et  un  bélier  sur 

t'aurais  même  tué,  et  je  lui  aurais  laissé  chaque  autel.  ^L'Eternel  mit  des  pa- 

la  vie. '^Balaam  dit  à  l'ange  de  l'Eternel:  rôles  dans  la  bouche  de  Balaam,  et  dit: 

J'ai  péché,  car  je  ne  savais  pas  que  tu  Retourne  vers  Balak,  et  tu   parleras 

fusses  placé  au-devant  de  moi  sur  le  ainsi. 

chemin  ;  et  maintenant,  si  tu  medésap-  Hl  retourna  vers  lui  ;  et  voici,  Balak 

])rouves,  je  m'en  retournerai.  '''L'ange  se  tenait  ]:)rès  de  son  holocauste,  lui  et 

de  l'Eternel  dit  à  Balaam  :  Va  avec  ces  tous  les  chefs  de  Moab. 

hommes  ;  mais  tu  ne  feras  que  répéter  'Balaam  prononça  son  oracle,  et  dit  : 

Balak  m'a  fait  descendre  d'Aram  *, 
Le  roi  de  Moab  m'a  fait  descendre  des  montagnes  de  l'Orient.  — 

o.  Du  peuple  d'Israël.       b.   Arain.  ici  la  Mésopotamie. 

179 


Chap.2S,8-Qi.  NOMBRES. 

Viens,  maudis-moi  Jacob  ! 
Viens,  sois  irrité  contre  Israël  !  — 

*  Comment  maudirais-je  celui  que  Dieu  n'a  point  maudit  ? 
Comment  serais-je  irrité  quand  l'Eternel  n'est  point  irrité  ? 
^Je  le  vois  du  sommet  des  rochers, 
Je  le  contemple  du  haut  des  collines  : 

C'est  un  peuple  qui  a  sa  demeure  à  part. 
Et  qui  ne  fait  point  partie  des  nations. 

'"Qui  peut  compter  la  poussière  de  Jacob, 
Et  dire  le  nombre  du  quart  d'Israël  ? 

Que  je  meure  de  la  mort  des  justes. 
Et  que  ma  fin  soit  semblable  à  la  leur  ! 

"Balak  dit  à  Balaam  :  Que  m'as-tu  et  un  bélier  sur  chaque  autel. '^Balaam 
fait  ?  Je  t'ai  pris  pour  maudire  mon  dit  à  Balak  :  Tiens-toi  ici,  près  de  ton 
ennemi,  et  voici,  tu  le  bénis  !  '^11  ré-  holocauste,  et  j'irai  à  la  rencontre  de 
pondit,  et  dit  :  N'aurai-je  pas  soin  de  Dieu.  '^L'Eternel  vint  au-devant  de 
dire  ce  que  l'Eternel  met  dans  ma  bou-  Balaam  ;  il  mit  des  paroles  dans  sa  bou- 
che ?  '^Balak  lui  dit  :  Viens  donc  avec  che,  et  dit  :  Retourne  vers  Balak,  et  tu 
moi  dans  un  autre  lieu,  d'où  tu  le  ver-  parleras  ainsi. 

ras;  tu  n'en  verras  qu'une  partie,  tu  '"Il  retourna  vers  lui  ;  et  voici,  Balak 

n'en  verras  pas   la  totalité.   Et  de  là  se  tenait  près  de  son  holocauste,  avec 

maudis-le  moi.  '''Il  le  mena  au  champ  les  chefs  de  Moab.  Balak  lui  dit:  Qu'est- 

de  Tsophim,  sur  le  sommet  du  Pisga  ;  ce  que  l'Eternel  a  dit  ? 
il  bâtit  sept  autels,  etoffrit  un  taureau         '*Balaamprononçasonoracle,etdit: 

Lève-toi,  Balak,  écoute  ! 
Prête-moi  l'oreille,  fils  de  Tsippor  ! 

'^Dieu  n'est  point  un  homme  pour  mentir  ! 
Ni  fils  d'un  homme  pour  se  repentir. 
Ce  qu'il  a  dit,  ne  le  fera-t-il  pas  ? 
Ce  qu'il  a  déclaré,  ne  l'exécutera-t-il  pas  ? 
^"Voici,  j'ai  reçu  l'ordre  de  bénir  : 
Il  a  béni,  je  ne  le  révoquerai  point. 

^'11  n'aperçoit  point  d'iniquité  en  Jacob, 
Il  ne  voit  point  d'injustice  en  Israël  ; 
L'Eternel,  son  Dieu,  est  avec  lui. 
Il  est  son  roi,  l'objet  de  son  allégresse. 
**Dieu  les  a  fait  sortir  d'Egypte, 
Il  est  pour  eux  comme  la  vigueur  du  buffle. 
-^L'enchantement  ne  peut  rien  contre  Jacob, 
Ni  la  divination  contre  Israël  ; 

Au  temps  marqué,  il  sera  dit  à  Jacob  et  à  Israël 
Quelle  est  l'œuvre  de  Dieu. 

^••C'est  un  peuple  qui  se  lève  comme  une  lionne, 
Et  qui  se  dresse  comme  un  lion  ; 

Il  ne  se  couche  point  jusqu'à  ce  qu'il  ait  dévoré  la  proie. 
Et  qu'il  ait  bu  le  sang  des  blessés. 

180 


NOMBRES.  Chap.2S,ro-U,ii. 

-4îalak  dit  à  Balaam  :  Ne  le  maudis  reauxet  sept  béliers.  '"'Balak  fit  ce  que 

pas,  mais  du  moins  ne  le  bénis  pas.  Balaam  avait  dit,  et  il  olIVit  un  taureau 

"Balaam  répondit,  et  dit  à  Balak  :  Ne  et  un  bélier  sur  chaque  autel, 
t'ai-je  pas  parlé  ainsi  :  Je  ferai  tout  ce  Cliap.  A"A'/T'.      'Balaam  vit  que  l'E- 

(pic  l'Eternel  dira?  -'Balak  dit  à  Ba-  ternel  trouvait  bon  de  bénir  Israël,  et 

laam  :  Viens  donc,  je  te  mènerai  dans  il  n'alla  point,  comme  les  autres  fois, 

un  autre  lieu  ;  peut-être  Dieu  trouvera-  à    la   rencontre    des    enchantements; 

t-il  bon  que  de  là  tu  me  maudisses  ce  mais  il  tourna  son  visage  du  côté  du 

peuple.  -^Balak  mena  Balaam  sur  le  désert.  ^Balaam  leva  les  yeux,  et  vit 

sommet  du  Peor,  en  regard  du  désert.  Israël  campé  selon   les  tribus.   Alors 

'"Balaam  dit  à  Balak  :   Bàtis-moi  ici  l'esprit  de  Dieu  fut  sur  lui. 
sept  autels,  et  prépare-moi  ici  sept  tau-  ^Balaam  prononça  son  oracle,  etdit  : 

Parole  de  Balaam,  fils  de  Beor, 
Parole  de  l'homme  qui  a  l'œil  ouvert, 

*Parole  de  celui  qui  entend  les  paroles  de  Dieu, 
De  celui  qui  voit  la  vision  du  Tout-Puissant, 
De  celui  qui  se  prosterne  et  dont  les  yeux  s'ouvrent. 

^Qu'elles  sont  belles  tes  tentes,  ô  Jacob  ! 
Tes  demeures,  ô  Israël  ! 

'Elles  s'étendent  comme  des  vallées. 
Comme  des  jardins  près  d'un  fleuve. 

Comme  des  aloès  que  l'Eternel  a  plantés. 
Comme  des  cèdres  le  long  des  eaux. 

'L'eau  coule  de  ses  seaux, 
Et  sa  demeure  est  fécondée  par  d'abondantes  eaux. 

Son  roi  s'élève  au-dessus  d'Affaer, 
Et  son  royaume  devient  puissant. 
*Dieu  l'a  fait  sortir  d'Egypte, 
Il  est  pour  lui  comme  la  vigueur  du  buffle. 

11  dévore  les  nations  qui  s'élèvent  contre  lui, 
Il  brise  leurs  os,  et  les  abat  de  ses  flèches. 

'Il  ploie  les  genoux,  il  se  couche  comme  un  lion,  comme  une  lionne  : 
Qui  le  fera  lever  ? 

Béni  soit  quiconque  te  bénira, 
Et  maudit  soit  quiconque  te  maudira  ! 

'"La  colère  de  Balak  s'enflamma  con-  voyés  :  ''Quand  Balak  me  donnerait  sa 

tre  Balaam;  il  frappa  des  mains,  et  dit  maison  pleine  d'argent  et  d'or,  je  ne 

à  Balaam  :  C'est  pour  maudire  mes  en-  pourrais  faire  de  moi-même  ni  bien  ni 

nemis  que  je  t'ai  appelé,  et  voici,  tu  mal  contre  l'ordre  de  l'Eternel;  je  ré- 

lesas  bénis  déjà  trois  fois.  "Fuis  main-  péterai cequedira l'Éternel ?'■* Etmain- 

tenant,  va-t'en  chez  toi  !  J'avais  dit  tenant  voici,  je  m'en  vais  vers  mon 

(|ue  je  te  rendrais  des  honneurs,  mais  peuple.  Viens,  je  t'annoncerai  ce  que 

l'Eternel  t'empêche  de   les   recevoir,  ce  peuple  fera  à  ton  peuple  dans  la 

'-Balaam  répondit  à  Balak  :  Eh  !  n'ai-jc  suite  des  temps. 
pas  dit  aux  messagers  que  tu  m'as  en-  '^Balaam prononçason oracle, etdit: 

181 


Chap.2i,i6-25.5.  NOMBRES. 

Parole  de  Balaam,  fils  de  Beor, 
Parole  de  l'homme  qui  a  l'œil  ouvert, 

'^Parole  de  celui  qui  entend  les  paroles  de  Dieu, 
De  celui  qui  connaît  les  desseins  du  Très-Haut, 
De  celui  qui  voit  la  vision  du  Tout-Puissant. 
De  celui  qui  se  prosterne  et  dont  les  yeux  s'ouvrent. 

'"Je  le  vois,  mais  non  maintenant. 
Je  le  contemple,  mais  non  de  près. 

Un  astre  sort  de  Jacob, 
Un  sceptre  s'élève  d'Israël. 
Il  perce  les  flancs  de  Moab, 
Et  il  abat  tous  les  enfants  de  Seth. 

**II  se  rend  maître  d'Edom, 
Il  se  rend  maître  de  Séir,  ses  ennemis. 
Israël  manifeste  sa  force. 

'^ Celui  qui  sort  de  Jacob  règne  en  souverain, 
Il  fait  périr  ceux  qui  s'échappent  des  villes. 

-"Balaam  vit  Amalek.  Il  prononça  son  oracle,  et  dit  : 

Amalek  est  la  première  des  nations. 
Mais  un  jour  il  sera  détruit. 

-'Balaam  vit  les  Kéniens.  Il  prononça  son  oracle,  et  dit  : 

Ta  demeure  est  solide. 
Et  ton  nid  posé  sur  le  roc. 

"Mais  le  Kénien  sera  chassé. 
Quand  l'Assyrien  t'emmènera  captif. 

-^Balaam  prononça  son  oracle,  et  dit  : 

Hélas  !  qui  vivra  après  que  Dieu  l'aura  établi °  ? 
-■'Mais  des  navires  viendront  de  Kittim, 
Ils  humilieront  l'Assyrien,  ils  humilieront  l'Hébreu; 
Et  lui  aussi  sera  détruit. 

"Balaam  se  leva,  partit,  et  retourna  fices  de  leurs  dieux;  et  le  peuple  man- 
chez  lui.  Balak  s'en  alla  aussi  de  son  gea,  et  se  prosterna  devant  leurs  dieux, 
côté.  'Israël  s'attacha  à  Baal-Peor,  et  la  co- 

lère de  l'Éternel  s'enflamma  contre  Is- 
Idolâtrie  dans  les  plaines  de  Moab.  ^.j^gj   ^L  Éternel  dit  à  Moïsc  :  Assemble 

Chap.XXV.    'Israël  demeurait  à  Sit-  tous  les  chefs  du  peuple,  et  fais  pendre 

tim  ;  et  le  peuple  commença  à  se  livrer  les  cou])ables  devant  1  Eternel  en  face 

à  la  débauche  avec  les  filles  de  Moab.  du  soleil,  afin  que  la  colère  ardente  de 

^Elles  invitèrent  le  peuple  aux  sacri-  l'Eternel  se  détourne  d'Israël.  ^Moïse 

a.   Qui  pourra  subsister  devant  l'Assyrien,  quand  Dieu  aura  fondé  sa  puissance  ? 

182 


NOMBRES. 


Chap.  25,0-26, 


13. 


Nouveau  dénombrement  à  la  sortie  du  désert. 


dit  aux  juges  d'Israël  :  Que  chacun  de 
vous  tue  ceux  de  ses  gens  qui  se  sont 

attachés  à  Baal-Peor.  Chap.  XXVI.       'A  la  suite  de  cette 

*Et  voici,  un   homme   des   enfants  plaie,  l'Eternel  dit  à  Moïse  et  à  Éléa- 

d'Israël  vint  et  amena  vers  ses  frères  zar,  fils  du  prêtre  Aaron  :  ^Faites  le 

une  Madianite,  sous  les  yeux  de  Moïse  dénombrement  de  toute   l'assemblée 

et  sous  les  yeux  de  toute  l'assemblée  des  enfants  d'Israël,  depuis  l'âge  de 

des  enfants  d'Israël,  tandis  qu'ils  pieu-  vingt  ans  et  au-dessus,  selon  les  mai- 

raient  à  l'entrée  de  la  tente  d'assigna-  sons  de  leurs  pères,  de  tous  ceux  d'Is- 

tion.  ^A  cette  vue,  Phinées,  fils  d'Eléa-  raël  en  état  de  porter  les  armes.  ^Moïse 

zar,  fils  du  prêtre  Aaron,  se  leva  du  et  le  prêtre  Eléazar  leur  parlèrent  dans 

milieu  de  l'assemblée,  et  prit  une  lance  les  plaines  de  Moab,  près  du  Jourdain, 

dans  sa  main.  *I1  suivit  l'homme  dis-  vis-à-vis  de  Jéricho.  Ils  dirent  :  *0n 

raël  dans  sa  tente,  et  il  les  perça  tous  fera  le  dénombrement,  depuis  l'âge  de 

les  deux,  l'homme   d'Israël,   puis   la  vingt  ans  et  au-dessus,  comme  l'Eter- 


femme  par  le  bas-ventre.  Et  la  plaie 
s'arrêta  parmi  les  enfants  d'Israël.  'Il 
y  en  eut  vingt-quatre  mille  qui  mou- 
rurent de  la  plaie. 

'"L'Eternel  parla  à  Moïse,  et  dit  : 
"Phinées,  fils  d'Eléazar,  fils  du  prêtre 
Aaron,  a  détourné  ma  fureur  de  des- 
sus les  enfants  d'Israël,  parce  cju'il  a 


nel  l'avait  ordonné  à  Moïse  et  aux  en- 
fants d'Israël,  cjuand  ils  furent  sortis 
du  pays  d'Egypte. 

^Ruben,  premier-né  d'Israël. 

Fils  de  Ruben  :  Ilénoc,  de  qui  des- 
cend la  famille  des  Hénokites;  Palhi, 
de  qui  descend  la  famille  des  Palluites; 
'Hetsron,  de  qui  descend  la  famille  des 


été  animé  de  mon  zèle  au  milieu  d'eux  ;  Hetsronites  ;  Garmi,  de  qui  descend  la 

et  je  n'ai  point,  dans  ma  colère,  con-  famille  des  Carmites.  'Ce  sont  là  les 

sumé  les  enfants  d'Israël.  '-C'est  pour-  familles  des  Rubénites  :  ceux  dont  on 

quoi  tu  diras  que  je  traite  avec  lui  une  fit  le  dénombrement  furent  quarante- 

alliance  de  paix.  ''^Ce  sera  pour  lui  et  trois  mille  sept  cent  trente.  — "^Filsde 

pour  sa  postérité  après  lui  l'alliance  Pallu  :  Eliab.  'Fils  d'Éliab  :  Nemuel, 

d'un  sacerdoce  perpétuel,  parce  qu'il  Dathan  et  Abiram.  C'est  ce  Dathan  et 

a  été  zélé  pour  son  Dieu,  et  qu'il  a  fait  cet  Abiram,  qui  étaient  de  ceux  que 

l'expiation  pour  les  enfants  d'Israël.  l'on  convoquait  à  l'assemblée,  et  qui 

'■"L'homme  d'Israël,  qui  fut  tué  avec  se  soulevèrent  contre  Moïse  et  Aaron, 

la  Madianite,  s'appelait  Zimri,  fils  de  dans  l'assemblée  de  Koré,  lors  de  leur 

Salu;  il  était  chef  d'une  maison  pater-  révolte  contre  l'Eternel.  '"La  terre  ou- 

nelle  des  Siméonites.  '^La  femme  qui  vrit  sa  bouche,  et  les  engloutit  avec 

fut  tuée,  la  Madianite,  s'appelait  Cozbi,  Koré,  quand  moururent  ceux  qui  s'é- 

fille  de  Tsur,  chef  des  peuplades  issues  taient  assemblés,  et  que  le  feu  consu- 

d'une  maison  paternelle  en  Madian.  ma  les  deux  cent  cinquante  hommes  : 

'^L'Eternel  parla  à  Moïse,  et  dit  :  ils  servirentau  peuple  d'avertissement. 
''Traite  les  Madianites  en  ennemis,  et  "Les  fils  de  Koré  ne  moururent  pas. 
tuez-les; '*car  ils  se  sont  montrés  vos  '-Fils  de  Siméon,  selon  leurs  fa- 
ennemis,  en  vous  séduisant  par  leurs  milles  :  de  Nemuel  descend  la  famille 
ruses,  dans  l'affaire  de  Peor**,  et  dans  des  Nemuélites;  de  Jamin,  la  famille 
l'affaire  de  Cozbi,  fille  d'un  chef  de  des  Jaminites;  de  Jakin,  lafamilledes 
Madian,  leur  sœur,  tuée  le  jour  de  la  Jakinites;  "de  Zérach,  la  famille  des 
plaie  qui  eut  lieu  à  l'occasion  de  Peor.  Zérachites  ;  de  Saul,  la  famille  des  Sau- 

a.  Peor,  BaaI-Peor,  voy,  v.  3. 

183 


Chap.  26,  li-ii. 


NOMBRES. 


lites.  '*Ge  sont  là  les  familles  des  Si- 
méonites  :  vingt-deux  mille  deux  cents. 
'^Fils  de  Gad,  selon  leurs  familles  : 
de  Tsephon  descend  la  famille  des  Tse- 
|)honites;de  Haggi,  la  famille  des  Hag- 
ffites;  de  Schuni,  la  famille  des  Schu- 
nites  ;  "d'Ozni,  la  famille  des  Oznites  ; 
d'Éii,  la  famille  des  Érites;  '"d'Arod, 
la  famille  des  Arodites;  d'Areéli,  la 
famille  des  Areélites.  '^Ce  sont  là  les 


famille  des  Jézerites  ;  Hélek,  la  famille 
des  Hélekites;  ^'Asriel,  la  famille  des 
Asriélites;  Sichem,  la  famille  des  Si- 
chémites  ;  ^-Schemida,  la  famille  des 
Schemidaïtes  ;  Hépher,  la  famille  des 
Héphrites.  '^Tselophchad,  fils  de  Hé- 
pher, n'eut  point  de  fils,  mais  il  eut  des 
filles.  Voici  les  noms  des  filles  de  Tse- 
lophchad  :  Machla,  Noa,  Hogla,  Milca 
et  Thirtsa.  ^^Ce  sont  là  les  familles  de 


familles  des  fils  de  Gad,  d'après  leur     Manassé,  d'après  leur  dénombrement  : 

dénombrement  :  quarante  mille  cinq 

cents. 

*'Fils  de  Juda  :  Er  et  Onan  ;  mais  Er 
et  Onan  moururent  au  pays  de  Canaan. 
^"Voici  les  fils  de  Juda,  selon  leurs  fa- 
milles :  de  Schéla  descend  la  famille 
des  Schélanites;  de  Pérets,  la  famille 
desPéretsites;deZérach,  la  famille  des 
Zérachites.  '-'  Les  fils  de  Pérets  furent  : 
Hetsron,  de  qui  descend  la  famille  des 
Hetsronites  ;  Hamul,  de  qui  descend  la 
famille  des  Hamulites.  ^*Ce  sont  là  les 
familles  de  Juda,  d'après  leur  dénom- 
brement :  soixante-seize  mille  cinq 
cents. 

^^Fils  d'issacar,  selon  leurs  familles: 
de  Thola  descend  la  famille  des  Tho- 
laïtes  ;  de  Puva,  la  famille  des  Puvites  ; 
"de  Jaschub,  la  famille  des  Jaschubi- 
tes;  de  Schimron,  la  famille  des  Schim- 
ronites.  '^Ce  sont  là  les  familles  d'is- 
sacar, d'après  leur  dénombrement  : 
soixante-quatre  mille  trois  cents. 

^^Fils  deZabulon,  selon  leurs  famil- 
les :  de  Séred  descend  la  famille  des 
Sardites;  d'Élon,  la  famille  des  Eloni- 
tes;  deJahleel,  la  famille  des  Jahleéli- 
tes.  "Ce  sont  là  les  familles  des  Zabu- 
lonites,  d'après  leur  dénombrement  : 
soixante  mille  cinq  cents. 

^^Fils  de  Joseph,  selon  leurs  famil- 
les :  Manassé  et  Ephraïm. 

^^Fils  de  Manassé  :  de  Makir  descend 
la  famille  des  Makirites.  —  Makir  en- 


gendra Galaad.  De  Galaad  descend  la 
famille  des  Galaadites.  ^"Voici  les  fils 
de  Galaad  :  Jézer,  de  qui  descend  la 


cinquante-deux  mille  sept  cents. 

^^  Voici  les  fils  d'Ephraïm,  selon  leurs 
familles  :  de  Schutélach  descend  la  fa- 
mille des  Schutalchites  ;  de  Béker,  la 
famille  des  Bakrites  ;  de  Thachan,  la  fa- 
mille des  Thachanites.  —  ^^Voici  les 
fils  de  Schutélach  :  d'Eran  est  descen- 
due la  famille  des  Eranites.  ^'Ce  sont 
là  les  familles  des  fils  d'Ephraïm,  d'a- 
près leur  dénombrement  :  trente-deux 
mille  cinq  cents. 

Ce  sont  là  les  fils  de  Joseph,  selon 
leurs  familles. 

^■^Fils  de  Benjamin,  selon  leurs  fa- 
milles :  de  Bêla  descend  la  famille  des 
Balites;  d'Aschbel,  la  famille  des  Asch- 
bélites;  d'Achiram,  la  famille  des  Achi- 
ramites;  ^"de  Schupham,  la  famille 
des  Schuphamites;  de  Hupham,  la  fa- 
mille des  Huphamites.  —  ''"Les  fils  de 
Bêla  furent  :  Ard  et  Naaman.  D'Ard 
descend  la  famille  des  Ardites  ;  de  Naa- 
man, la  famille  des  Naamanites.  '"Ce 
sont  là  les  fils  de  Benjamin,  selon  leurs 
familles  et  d'après  leur  dénombre- 
ment :  quarante-cinq  mille  six  cents. 

*^ Voici  les  fils  de  Dan,  selon  leurs 
familles  :  de  Schucham  descend  la  fa- 
mille des  Schuchamites.  Ce  sont  là  les 
familles  de  Dan,  selon  leurs  familles. 
''^Total  pour  les  familles  des  Schucha- 
mites, d'après  leur  dénombrement  : 
soixante-quatre  mill.e  quatre  cents. 

''*Fils  d'Aser,  selon  leurs  familles  : 
de  Jimna  descend  la  famille  des  Jim- 
nites;  de  Jischvi,  la  famille  des  Jisch- 
vites;  de  Beria,  la  famille  des  Beriites. 


184 


NOMBRES. 


Chap.  26.  ks-27, 7. 


—  '^Des  fils  tle  Beria  descendent  :  de 
I  léber,  la  famille  des  Hébrites  ;  de  Mal- 
kiel,  la  famille  des  Malkiélites.  *^Le 
nom  de  la  fdle  d'Aser était  Sérach.  '''Ce 
sont  là  les  familles  des  fils  d'Aser,  d'a- 
j)rès  leur  dénombrement  :  cinquante- 
trois  mille  quatre  cents. 

"Fils  de  Nephthali,  selon  leurs  fa- 
milles :  de  Jahtseel  descend  la  famille 
desJahtseélites  ;  deGuni,  la  familledes 
Gunites  ;  *Me  Jetser,  la  famille  des  Jits- 
rites  ;  de  Schillem,  la  famille  des  Schil- 
lémites.  ^"Ce  sont  là  les  familles  de 
Nephthali,  selon  leurs  familles  et  d'a- 
près leur  dénombrement  :  quarante- 
cinq  mille  quatre  cents. 

^'Tels  sont  ceux  des  enfants  d'Israël 
dont  on  fit  le  dénombrement  :  six  cent 
un  mille  sept  cent  trente. 

"L'Eternel  parla  à  Moïse,  et  dit  :  ^^Le 
pays  sera  partagé  entre  eux,  pour  être 
leur  propriété,  selon  le  nombre  des 
noms.  ^*A  ceux  qui  sont  en  plus  granil 
nombre  tu  donneras  une  portion  plus 
grande,  et  à  ceux  qui  sont  en  plus  pe- 
tit nombre  tu  donneras  une  portion 
plus  petite  ;  on  donnera  à  chacun  sa  por- 
tion d'après  le  dénombrement.  ^^Mais 


""Il  naquit  à  Aaron  :  Nadab  et  Abihu, 
Eléazar  et  Ithamar.  ''' Nadab  et  Abihu 
moururent,  lorsqu'ils  apportèrent  de- 
vant l'Eternel  du  feu  étranger.  *-Ccux 
dont  on  fit  le  dénombrement,  tous  les 
mâles  depuis  l'âge  d'un  mois  et  au- 
dessus,  furent  vingt-trois  mille.  Ils  ne 
furent  pas  compris  dans  le  dénombre- 
ment des  enfants  d'Israël,  parce  qu'il 
ne  leur  fut  point  donné  de  possession 
au  milieu  des  enfants  d'Israël. 

^'Tels  sont  ceux  des  enfants  d'Israël 
dont  Moïse  et  le  prêtre  Eléazar  firent 
le  dénombrement  dans  les  plaines  de 
Moab,  près  du  Jourdain,  vis-à-vis  de 
Jéricho.  "''Parmi  eux,  il  n'y  avait  aucun 
des  enfants  d'Israël  dont  Moïse  et  le 
prêtre  Aaron  avaient  fait  le  dénombre- 
ment dans  le  désert  de  Sinaï.  "^Car  l'E- 
ternel avait  dit  :  Ils  mourront  dans  le 
désert,  et  il  n'en  restera  pas  un,  excepté 
Caleb,  fils  de  Jephunné,  et  Josué,  fils 
de  Nun. 

Loi  sur  les  liéritages. 

Chap.  XXVII.  *Les  filles  de  Tse- 
lophchad,  fils  de  Hépher,  fils  de  Galaad , 
fils  de  Makir,  fils  de  Manassé,  des  famil- 


le partage  du  pays  aura  lieu  par  le  sort;      les  de  Manassé,  fils  de  Joseph,  et  dont 


ils  le  recevront  en  propriété  selon  les 
noms  des  tribus  de  leurs  pères.  ^" C'est 
par  le  sort  que  le  pays  sera  partagé  en- 
tre ceux  qui  sont  en  grand  nombre  et 
ceux  qui  sont  en  petit  nombre. 

"Voici  les  Lévites  dont  on  fit  le  dé- 
nombrement, selon  leurs  familles  :  de 
Guerschon  descend  la  famille  des  Guer- 
schonites;  de  Kehath,  la  famille  des 
Rehathites;  de  Merari,  la  famille  des 
Merarites.  —  '^^ Voici  les  familles  de 
Lévi  :  la  famille  des  Libnitcs,  la  famille 
des  Hébronites,  la  famille  des  Machli- 
tes,  la  famille  des  Muschites,  la  famille 
des  Korites.  Kehath  engendra  Amram. 
"''Le  nom  de  la  femme  d' Amram  était 
Jokébed,  fille  de  Lévi,  laquelle  naquit 
à  Lévi,  en  Egypte  ;  elle  enfanta  à  Am- 
ram :  Aaron,  Moïse,  etMarie,  leur  sœur. 


les  noms  étaient  Machla,  Noa,  Hogla, 
Milca  et  Thirtsa,  -s'approchèrent  et  se 
présentèrent  devant  Moïse,  devant  le 
prêtre  Eléazar,  et  devant  les  princes 
et  toute  l'assemblée,  à  l'entrée  de  la 
tente  d'assignation.  Elles  dirent  :  -'No- 
tre père  est  mort  dans  le  désert  ;  il  n'é- 
tait pas  au  milieu  de  l'assemblée  de 
ceux  qui  se  révoltèrent  contre  l'Eter- 
nel, de  l'assemblée  de  Koré,  mais  il 
est  mort  pour  son  péché,  et  il  n'avait 
point  de  fils.  ''Pourquoi  le  nom  de  no- 
tre père  serait-il  retranché  du  milieu 
de  sa  famille,  parce  qu'il  n'avait  point 
eu  de  fils?  Donne-nous  une  possession 
parmi  les  frères  de  notre  père. 

'^  Moïse  porta  la  cause  devant  l'Eter- 
nel. "  Et  l'Eternel  dit  à  Moïse  :  '  Les  filles 
de  Tselophchad  ont   raison.   Tu  leur 


18.-) 


Chap.  27,8-28,9. 


NOMBRES. 


donneras  en  héritage  une  possession  gnité,  afin  que  toute  l'assemblée  des 

parmi  les  frères  de  leur  père,  et  c'est  enfants  d'Israël  l'écoute.  ^'11  se  pré- 

à  elles  que  tu  feras  passer  l'héritage  de  sentera  devant  le  prêtre  Éléazar,  qui 

leur  père.   ^Xu   parleras   aux  enfants  consultera  pour  lui  le  jugement  de  l'u- 

d'israël,  et  tu  diras  :  Lorsqu'un  homme  rim"  devant  l'Éternel;  et  Josué,  tous 

mourra  sans  laisser  de  fils,  vous  ferez  les  enfants  d'Israël  avec  lui,  et  toute 

passer  son  héritage  à  sa  fille.  'S'il  n'a  l'assemblée,  sortiront  sur  l'ordre  d'E- 

point  de  fille,  vous  donnerez  son  héri-  léazar,  et  entreront  sur  son  ordre, 

tage  à  ses  frères.  '"S'il  n'a  point  de  ^^Moïse  fit  ce  que  l'Eternel  lui  avait 

frères,  vous  donnerez  son  héritage  aux  ordonné.  11  prit  Josué,  et  il  le  plaça 

frères  de  son  père.  "S'il  n'y  a  point  de  devant  le  prêtre  Eléazar  et  devant  toute 

frères  de  son  père,  vous  donnerez  son  l'assemblée. -^11  posa  ses  mains  sur  lui, 

héritage  au  plus  proche  parent  dans  sa  et  lui  donna  des  ordres,  comme  l'Eter- 

famille,  et  c'est  lui  qui  le  possédera,  nel  l'avait  dit  par  Moïse. 


Ce  sera  pour  les  enfants  d'Israël  une 
loi  et  un  droit,  comme  l'Eternel  l'a  or- 
donné à  Moïse. 

Josué  désigné  comme  successeur  de  Moïse. 

'^L'Eternel  dit  à  Moïse  :  Monte  sur 
cette  montagne  d'Abarim,  et  regarde 
le  pays  que  je  donne  aux  enfants  d'Is- 
raël. *'Tu  le  regarderas  ;  mais  toi  aussi, 
tu  seras  recueilli  auprès  de  ton  peuple. 


Temps  fijoês  pour  les  sacrifices. 

Chap.  XXVIII.  'L'Éternel  parla  à 
Moïse,  et  dit  :  -Donne  cet  ordre  aux 
enfants  d'Israël,  et  dis-leur:  Vous  au- 
rez soin  de  me  présenter,  au  temps 
fixé,  mon  offrande,  l'aliment  de  mes 
sacrifices  consumés  par  le  feu,  et  qui 
me  sont  d'une  agréable  odeur. 

^Tu  leur  diras  :  Voici  le  sacrifice  con- 


commeAaron,  ton  frère,  a  été  recueilli,      sumé  par  le  feu,  que  vous  offrirez  à 
'*parce  que  vous  avez  été  rebelles  à      l'Eternel  :  chaque  jour,  deux  agneaux 


mon  ordre,  dans  le  désert  de  Tsin,  lors 
de  la  contestation  de  l'assemblée,  et 
que  vous  ne  m'avez  point  sanctifié  à 
leurs  yeux  à  l'occasion  des  eaux.  Ce 
sont  les  eaux  de  contestation,  à  Kadès, 
dans  le  désert  de  Tsin. 


d'un  an  sans  défaut,  comme  holocauste 
perpétuel.  ■'Tu  offriras  l'un  des  agneaux 
le  matin,  et  l'autre  agneau  entre  les 
deux  soirs,  ^et,  pour  l'ofïrande,  un 
dixième  d'épha  de  fleur  de  farine  pé- 
trie dans  un  quart  de  hin  d'huile  d'oli- 
'^  Moïse  parla  à  l'Eternel,  et  dit  :'^  Que  ves  concassées.^  C'est  l'holocauste  per- 
l'Eternel,  le  Dieu  des  esprits  de  toute  pétuel,  qui  a  été  offert  à  la  montagne 
chair,  établisse  sur  l'assemblée  un  de  Sinaï;  c'est  un  sacrifice  consumé 
homme  ''qui  sorte  devant  eux  et  qui  par  le  feu,  d'une  agréable  odeur  à  l'E- 
entre  devant  eux,  qui  les  fasse  sortir  ternel.  ^La  libation  sera  d'un  quart  de 
et  qui  les  fasse  entrer,  afin  que  l'assem-  hin  pour  chaque  agneau  :  c'est  dans  le 
blée  de  l'Eternel  ne  soit  pas  comme  lieu  saint  que  tu  feras  la  libation  de 
des  brebis  qui  n'ont  point  de  berger,  vin  à  l'Eternel.  ^Tu  offriras  le  second 
'^L'Eternel  dit  à  Moïse  :  Prends  Jo-  agneau  entre  les  deux  soirs,  avec  une 
sué,  fils  de  Nun,  homme  en  qui  réside  offrande  et  une  libation,  semblables  à 
l'esprit  ;  et  tu  poseras  ta  main  sur  lui.  celles  du  matin  ;  c'est  un  sacrifice  con- 
'^Tu  le  placeras  devant  le  prêtre  Eléa-  sumé  par  le  feu,  d'une  agréable  odeur 
zar  et  devant  toute  l'assemblé,  et  tu      à  l'Éternel. 

luidonnerasdesordressousleursyeux.  'Le  jour  du   sabbat,   vous   offrirez 

-"Tu  le  rendras  participant  de  ta  di-      deux  agneaux  d'un  an  sans  défaut,  et. 


a.   i'rlni,  voy.  Ex.  28,  30. 


186 


NOMBRES. 


Chap.  iiS,  to-29,  fi. 


pour  l'ofTiande,  deux  dixièmes  de  fleur 
lie  f'nrine  pétrie  à  l'huile,  avec  la  liba- 
tion. '"C'est  l'holocauste  du  sabbat, 
pour  chaque  sabbat,  outre  l'holocauste 
perpétuel  et  la  libation. 

"Au  commencement  de  vos  mois, 
vous  offrirez  en  holocauste  à  l'Eternel 
deux  jeunes  taureaux,  un  bélier,  et  sept 
agneaux  d'un  an  sans  défaut;  '-et, 
comme  offrande  pour  chaque  taureau, 
trois  dixièmes  de  fleur  de  farine  pétrie 
à  l'huile  ;  comme  offrande  pour  le  bé- 
lier, deux  dixièmes  de  fleur  de  farine 
pétrie  à  l'huile  ;  "comme  offrande  pour 
chaque  agneau,  un  dixième  de  fleur  de 
farine  pétrie  à  l'huile.  C'est  un  holo- 
causte, un  sacrifice  consumé  parle  feu, 
d'une  agréable  odeur  à  l'Eternel.  '*Les 
libations  seront  d'un  demi-hin  de  vin 
pour  un  taureau,  d'un  tiers  de  hin  pour 
un  bélier,  et  d'im  quart  de  hin  pour  un 
agneau.  C'est  l'holocauste  du  commen- 
cement du  mois",  pour  chaque  mois, 
])our  tous  les  mois  de  l'année.  '^On  of- 
frira à  l'Eternel  un  bouc,  en  sacrifice 
d'expiation,  outre  l'holocauste  perpé- 
tuel et  la  libation. 

'^Le  premier  mois,  le  quatorzième 
jour  du  mois,  ce  sera  la  Pàque  de  l'E- 
ternel. ''Le  quinzième  jour  de  ce  mois 
sera  un  jour  de  fête.  On  mangera  jien- 
dant  sept  jours  des  pains  sans  levain. 
'*Le  premier  jour,  il  y  aura  une  sainte 
convocation  :  vous  ne  ferez  aucune 
œuvre  servile.  '^Vous  offrirez  en  holo- 
causte à  l'Eternel  un  sacrifice  consumé 
par  le  feu  :  deux  jeunes  taureaux,  un 
bélier,  et  sept  agneaux  d'un  an  sans 
défaut.  -"Vous  y  joindrez  l'offrande  de 
fleur  de  farine  pétrie  à  l'huile,  trois 
dixièmes  pour  un  taureau,  deux  dixiè- 
mes pour  un  bélier,  ^'et  un  dixième 
pour  chacun  des  sept  agneaux.  -^Vous 
offrirez  un  bouc  en  sacrifice  d'expia- 
tion, afin  de  faire  pour  vous  l'expiation. 
-'Vous  offrirez  ces  sacrifices,  outre  l'ho- 

a.   Ou  de  la  nouvelle  lune  :  chaque  mois  coinineneait, 
Penlecûte,  après  la  moisson. 


locauste  du  matin,  qui  est  un  holo- 
causte perpétuel.  **Vous  les  offrirez 
chaque  jour,  pendant  sept  jours,  com- 
me l'aliment  d'un  sacrifice  consumé 
par  le  feu,  d'une  agréable  odeur  à  l'E- 
ternel. On  lesoflrira,  outre  l'holocauste 
perpétuel  et  la  libation.  ^''Le  septième 
jour,  vous  aurez  une  sainte  convoca- 
tion :  Aous  ne  ferez  aucune  œuvre  ser- 


vile. 


-* Le  jour  des  prémices,  où  vous  pré- 
senterez à  l'Eternel  une  offrande,  à 
votre  fête  des  semaines*,  vous  aurez 
une  sainte  convocation  :  vous  ne  ferez 
aucune  œuvre  servile.  "Vous  offrirez 
en  holocauste,  d'une  agréable  odeur  à 
l'Eternel,  deux  jeunes  taureaux,  un  bé- 
lier, et  sept  agneaux  d'un  an.  -Wous 
y  joindrez  l'offrande  de  fleur  de  farine 
pétrie  à  l'huile,  trois  dixièmes  pour 
chaque  taureau,  deux  dixièmes  pour  le 
bélier,  -^et  un  dixième  pour  chacun  des 
sept  agneaux.  '"Vous  offrirez  un  bouc, 
afin  de  faire  pour  vous  l'expiation. 
"Vous  offrirez  ces  sacrifices,  outre  l'ho- 
locauste perpétuel  et  l'offrande.  Vous 
aurez  des  agneaux  sans  défaut,  et  vous 
joindrez  les  libations. 

Chap.  XXIX.  '  Le  septième  mois,  le 
premier  jour  du  mois,  vous  aurez  une 
sainte  convocation  :  vous  ne  ferez  au- 
cune œuvre  servile.  Ce  jour  sera  publié 
parmi  vous  au  son  des  trompettes. 
-Vous  offrirez  en  holocauste,  d'une 
agréable  odeur  à  l'Éternel,  un  jeune 
taureau,  un  bélier,  et  sept  agneaux 
d'un  an  sans  défaut.  'Vous  y  joindrez 
l'offrande  de  fleur  de  farine  pétrie  à 
l'huile,  trois  dixièmes  pour  le  taureau, 
deux  dixièmes  pour  le  bélier,  ''et  un 
dixième  pour  chacun  des  sept  agneaux. 
^Vous  offrirez  un  bouc  en  sacrifice  d'ex- 
piation, afin  de  faire  pour  vous  l'expia- 
tion. ^Vous  offrirez  ces  sacrifices,  ou- 
tre l'holocauste  et  l'offrande  de  chaque 
mois,   l'holocauste  perpétuel  et   l'of- 


chcz  les  Israélites,  avec  la  nouvelle  lune. 


b.  Ou  de 


187 


Chap.  2.9, 7-36. 


NOMBRES. 


frande,  et  les  libations  qui  s'y  joignent, 
d'après  les  règles  établies.  Ce  sont  des 
sacrifices  consumés  par  le  feu,  d'une 
agréable  odeur  à  l'Eternel. 

"Le  dixième  jour  de  ce  septième 
mois,  vous  aurez  une  sainte  convoca- 
tion,  et  vous   humilierez  vos  âmes   : 


vous  offrirez  onze  taureaux,  deux  bé- 
liers, et  quatorze  agneaux  d'un  an  sans 
défaut,  ^'avec  l'offrande  et  les  liba- 
tions pour  les  taureaux,  les  béliers  et 
les  agneaux,  selon  leur  nombre,  d'a- 
près les  règles  établies.  *^Vous  offri- 
rez un  bouc  en  sacrifice  d'expiation. 


vous  ne  ferez  aucun  ouvrage.  *Vous      outre  l'holocauste  perpétuel,  l'offrande 


offrirez  en  holocauste,  d'une  agréable 
odeur  à  l'Eternel,  un  jeune  taureau,  un 
bélier,  et  sept  agneaux  d'un  an  sans 
défaut.  'Vous  y  joindrez  l'offrande  do 
fleur  de  farine  pétrie  à  l'huile,  trois 
dixièmes  pour  le  taureau,  deux  dixiè- 
mes pour  le  bélier,  '"et  un  dixième 
pour  chacun  des  sept  agneaux.  "  Vous 
offrirez  un  bouc  en  sacrifice  d'expia- 
tion, outre  le  sacrifice  des  expiations, 
l'holocauste  perpétuel  et  l'offrande,  et 
les  libations  ordinaires. 

'^Le  quinzième  jour  du  septième 
mois,  vous  aurez  une  sainte  convoca- 
tion :  vous  ne  ferez  aucune  œuvre  ser- 
vile.  Vous  célébrerez  une  fête  en 
l'honneur  de  l'Eternel,  pendant  sept 
jours.  '^Vous  offrirez  en  holocauste  un 
sacrifice  consumé  par  le  feu,  d'une 
agréable  odeur  à  l'Eternel  :  treize  jeu- 
nes taureaux,  deux  béliers,  et  quatorze 
agneaux  d'un  an  sans  défaut.  "Vous  a* 
joindrez  l'offrande  de  fleur  de  farine 
pétrie  à  l'huile,  trois  dixièmes  pour 
chacun  des  treize  taureaux,  deux  di- 
xièmes pour  chacun  des  deux  béliers, 
'^et  un  dixième  pour  chacun  des  qua- 
torze agneaux.  **Vous  offrirez  un  bouc 
en  sacrifice  d'expiation,  outre  l'holo- 
causte perpétuel,  l'offrande  et  la  liba- 


et  la  libation.  —  -''Le  quatrième  jour, 
vous  offrirez  dix  taureaux,  deux  bé- 
liers, et  quatorze  agneaux  d'un  an  sans 
défaut,  ^■'avec  l'offrande  et  les  libations 
pour  les  taureaux,  les  béliers  et  les 
agneaux,  selon  leur  nombre,  d'après 
les  règles  établies.  -''Vous  offrirez  un 
bouc  en  sacrifice  d'expiation,  outre 
l'holocauste  perpétuel,  l'offrande  et  la 
libation.  —  -^Le  cinquième  jour,  vous 
offrirez  neuf  taureaux,  deux  béliers, 
et  quatorze  agneaux  d'un  an  sans  dé- 
faut, "avec  l'offrande  et  les  libations 
pour  les  taureaux,  les  béliers  et  les 
agneaux  selon  leur  nombre,  d'après 
les  règles  établies.  -*Vous  offrirez  un 
bouc  en  sacrifice  d'expiation,  outre 
l'holocauste  perpétuel,  l'offrande  et  la 
libation.  —  ^'Le  sixième  jour,  vous 
offrirez  huit  taureaux,  deux  béliers  et 
quatorze  agneaux  d'un  an  sans  défaut, 
^"avec  l'offrande  et  les  libations  j^our 
les  taureaux,  les  béliers  et  les  agneaux, 
selon  leur  nombre,  d'après  les  règles 
établies.  ^' Vous  offrirez  un  bouc  en  sa- 
crifice d'expiation,  outre  l'holocauste 
perpétuel,  l'offrande  et  les  libations. 
—  ■'-Le  septième  jour,  vous  offrirez 
sept  taureaux,  deux  béliers,  et  qua- 
torze  agneaux  d'un   an   sans   défaut. 


tion.  —  ''Le  second  jour,  vous  offrirez     ^'avec  l'offrande  et  les  libations  pour 


douze  jeunes  taureaux,  deux  béliers, 
et  quatorze  agneaux  d'un  an  sans  dé- 
faut, **avec  l'offrande  et  les  libations 
pour  les  taureaux,  les  béliers  et  les 
agneaux,  selon  leur  nombre,  d'après 
les  règles  établies.  ''Vous  offrirez  un 
bouc  en  sacrifice  d'expiation,  outre 
l'holocauste  perpétuel,  l'offrande  et 
les  libations.  —  -"Le  troisième  jour, 


les  taureaux,  les  béliers  et  les  agneaux, 
selon  leur  nombre,  d'après  les  règles 
établies.  ^*Vous  offrirez  un  bouc  en 
sacrifice  d'expiation,  outre  l'holocauste 
perpétuel,  l'offrande  et  la  libation.  — 
^^Le  huitième  jour,  vous  aurez  une 
assemblée  solennelle  :  vous  ne  ferez 
aucune  œuvre  servile.  '^Vous  offrirez 
en  holocauste  un    sacrifice  consumé 


188 


NOMBRES. 


Chap.29.^-3Li. 


par  le  feu,  d'une  agréable  odeur  à  l'É- 
ternel :  un  taureau,  un  bélier,  et  sept 
agneaux  d'un  an  sans  défaut,  '■'^avec 
l'offrande  et  les  libations  pour  le  tau- 
reau, le  bélier  et  les  agneaux,  selon 
leur  nombre,  d'après  les  règles  éta- 
blies, ^n^ous  oftrirez  un  bouc  en  sacri- 
fice d'expiation,  outre  l'holocauste 
perpétuel,  l'ofirande  et  la  libation. 

'^Tels  sont  les  sacrifices  que  vous 
olTrirez  à  ri<]ternel  dans  vos  fêtes,  ou- 
tre vos  holocaustes,  vos  offrandes  et 
vos  libations,  et  vos  sacrifices  de  pros- 
périté, en  accomplissement  d'un  vœu 
ou  en  offrandes  volontaires. 

Chap.  XXX.  *  Moïse  dit  aux  enfants 
d'Israël  tout  ce  que  l'Eternel  lui  avait 
ordonné. 

Loi  sur  les  i'œii.r. 

*  Moïse  parla  aux  chefs  des  tribus 
des  enfants  d'Israël,  et  dit  :  Voici  ce 
que  l'Eternel  ordonne. 

^Lorsqu'un  homme  fera  un  vœu  à 
l'Eternel,  ou  un  serment  pour  se  lier 
par  un  engagement,  il  ne  violera  point 
sa  parole,  il  agira  selon  tout  ce  qui 
est  sorti  de  sa  bouche. 

^Lorsqu'une  femme,  dans  sa  jeu- 
nesse et  à  la  maison  de  son  père,  fera 
un  vœu  à  l'Eternel  et  se  liera  par  un 
engagement,  ^et  que  son  père  aui'a 
connaissance  du  vœu  qu'elle  a  fait  et 
de  l'engagement  par  lequel  elle  s'est 
liée,  —  si  son  père  garde  le  silence 
envers  elle,  tout  vœu  qu'elle  aura  fait 
sera  valable,  et  tout  engagement  par 
lequel  elle  se  sera  liée  sera  valable  ; 
"mais  si  son  père  la  désapprouve  le 
jour  où  il  en  a  connaissance,  tous  ses 
vœux  et  tous  les  engagements  par  les- 
quels elle  se  sera  liée  n'auront  aucune 
valeur;  et  l'Eternel  lui  pardonnera, 
parce  qu'elle  a  été  désapprouvée  de 
son  père. 

'  Lorsqu'elle  seramariée,  après  avoir 
fait  des  vœux  ou  s'être  liée  par  une 
parole  échappée  de  ses  lèvres,  *etque 


son  mari  en  aura  connaissance,  —  s'il 
garde  le  silence  envers  elle  le  jour  où 
il  en  a  connaissance,  ses  vœux  seront 
valables,  et  les  engagements  par  les- 
quels elle  se  sera  liée  seront  valables  ; 
'mais  si  son  mari  la  désapprouve  le 
jour  où  il  en  a  connaissance,  il  annu- 
lera le  vœu  qu'elle  a  fait  et  la  parole 
échappée  de  ses  lèvres,  par  laquelle 
elle  s'est  liée;  et  l'Eternel  lui  pardon- 
nera. 

'"Le  vœu  d'une  femme  veuve  ou  ré- 
j)udiée,  l'engagement  quelconque  par 
lequel  elle  se  sera  liée,  sera  valable 
pour  elle. 

"  Lorsqu'une  femme,  dans  la  maison 
de  son  mari,  fera  des  vœux  ou  se  liera 
par  un  serment,  *^et  que  son  mari  en 
aura  connaissance,  —  s'il  garde  le  si- 
lence envers  elle  et  ne  la  désapprouve 
pas,  tous  ses  vœux  seront  valables,  et 
tous  les  engagementspar  lesquels  elle 
se  sera  liée  seront  valables;  "mais  si 
son  mari  les  annule  le  jour  où  il  en  a 
connaissance,  tout  vœu  et  tout  enga- 
gement sortis  de  ses  lèvres  n'auront 
aucune  valeur,  son  mari  les  a  annulés  ; 
et  l'Eternel  lui  pardonnera.  "Son  mari 
peut  ratifier  et  son  mari  peut  annuler 
tout  vœu,  tout  serment  par  lequel  elle 
s'engage  à  mortifier  sa  personne.  '^  S'il 
garde  de  jour  en  jour  le  silence  envers 
elle,  il  ratifie  ainsi  tous  les  va^ux  ou 
tous  les  engagements  par  lesquels  elle 
s'est  liée;  il  les  ratifie,  parce  qu'il  a 
gardé  le  silence  envers  elle  le  jour  où 
il  en  a  eu  connaissance.  '^Mais  s'il  les 
annule  après  le  jour  où  il  en  a  eu  con- 
naissance, il  sera  coupable  du  péché 
de  sa  femme. 

''Telles  sont  les  lois  que  l'Eternel 
prescrivit  à  Moïse,  entre  un  mari  et  sa 
femme,  entre  un  père  et  sa  fille,  lor.s- 
qu'elle  est  dans  sa  jeunesse  et  à  la 
maison  de  son  père. 

Victoire  sur  les  Madianites. 


Chap.  XXXI.        '  L'Éternel  parla  à 


189 


Chap.  c?/,?-? 


?9. 


NOMBRES. 


Moïse,  et  dit  :  ^Venge  les  enfants  d'Is- 
raël sur  les  Madianites  ;  tu  seras  en- 
suite recueilli  auprès  de  ton  peuple. 

^Moïse  parla  au  peuple,  et  dit:  Equi- 
pez  d'entre  vous   des    hommes   pour 


'*  Voici,  ce  sont  elles  qui,  sur  la  parole 
de  Balaam,  ont  entraîné  les  enfants 
d'Israël  à  l'infidélité  envers  l'Éternel, 
dans  l'affaire  de  Peor";  et  alors  éclata 
la  plaie  dans  l'assemblée  de  l'Éternel. 


l'armée,  et  qu'ils  marchent  contre  Ma-      ''Maintenant,  tuez  tout  mâle  parmi  les 

petits  enfants,  et  tuez  toute  femme  qui 
a  connu  un  homme  en  couchant  avec 
lui;  '*mais  laissez  en  vie  pour  vous 
toutes  les  filles  qui  n'ont  point  connu 
la  couche  d'un  homme.  '^Et  vous,  cam- 
pez pendant  sept  jours  hors  du  camp; 
tous  ceux  d'entre  vous  qui  ont  tué 
quelqu'un,  et  tous  ceux  qui  ont  tou- 

hommes  par  tribu,  et  avec  eux  le  fils      ché  un  mort,  se  purifieront  le  troisième 


dian,  afin  d'exécuter  la  vengeance  de 
l'Eternel  sur  Madian.  ''Vous  enverrez 
à  l'armée  mille  hommes  par  tribu,  de 
toutes  les  tribus  d'Israël. 

^On  leva  d'entre  les  milliers  d'Israël 
mille  hommes  par  tribu,  soit  douze 
mille  hommes  équipés  pour  l'armée. 
^ Moïse    envoya    à   l'armée    ces    mille 


du  prêtre  Eléazar,  Phinées,  qui  por- 
tait les  instruments  sacrés  et  les  trom- 
pettes retentissantes.  'Ils s'avancèrent 
contre  Madian,  selon  l'ordre  que  l'E- 
ternel avait  donné  à  Moïse  ;  et  ils 
tuèrent  tous  les  mâles.  41s  tuèrent  les 
rois  de  Madian  avec  tous  les  autres, 
Evi,  Rékem,  Tsur,  Hur  et  Réba,  cinq 
rois  de  Madian  ;  ils  tuèrent  aussi  par 
l'épée  Balaam,  fils  de  Beor.  *Les  en- 
fants d'Israël  firent  prisonnières  les 
femmes  des  Madianites  avec  leurs 
petits  enfants,  et  ils  pillèrent  tout  leur 
bétail,  tous  leurs  troupeaux  et  toutes 
leurs  richesses.  '"Ils  incendièrent  tou- 
tes les  villes  qu'ils  habitaient  et  tous 
leurs  enclos.  "Ils  prirent  toutes  les 
dépouilles  et  tout  le  butin,  personnes 
et  bestiaux  ;  '-et  ils  amenèrent  les  cap- 
tifs, le  butin  et  les  dépouilles,  à  Moïse, 
au  prêtre  Eléazar,  et  à  l'assemblée  des 
enfants  d'Israël,  campés  dans  les  plai- 
nes de  Moab,  près  du  Jourdain,  vis-à- 
vis  de  .léricho. 

''Moïse,  le  prêtre  Eléazar,  et  tous 
les  princes  de  l'assemblée,  sortirent 
au-devant  d'eux,  hors  du  camp.  '*Et 
Moïse  s'irrita  contre  les  commandants 
de  l'armée,  les  chefs  de  milliers  et  les 

chefs  de  centaines,  qui  revenaient  de  tant  des  personnes  que  des  bœufs,  des 
l'expédition.  '^11  leur  dit:  Avez-vous  ânes  et  des  brebis.  ^^  Vous  le  prendrez 
laissé  la  vie  à   toutes    les    femmes  ?     sur  leur  moitié,  et  tu  le  donneras  au 

a.  Baal-Peor. 

190 


et  le  septième  jour,  eux  et  vos  pri- 
sonniers. -''Vous  purifierez  aussi  tout 
vêtement,  tout  objet  de  peau,  tout 
ouvrage  de  poil  de  chèvre  et  tout  us- 
tensile de  bois. 

-'Le  prêtre  Eléazar  dit  aux  soldats 
qui  étaient  allés  à  la  guerre  :  Voici  ce 
qui  est  ordonné  par  la  loi  que  l'Eternel 
a  prescrite  à  Moïse.  ^^L'or,  l'argent, 
l'airain,  le  fer,  l'étain  et  le  plomb, 
-'tout  objet  qui  peut  aller  au  feu,  vous 
le  ferez  passer  par  le  feu  pour  le  ren- 
dre pur,  mais  c'est  par  l'eau  de  puri- 
fication qu'il  sera  purifié.  Tout  ce  qui 
ne  peut  aller  au  feu,  vous  le  ferez  pas- 
ser dans  l'eau.  -''Vous  laverez  vos  vê- 
tements le  septième  jour,  et  vous  serez 
purs;  ensuite,  vous  pourrez  entrer 
dans  le  camp. 

^^ L'Éternel  dit  à  Moïse  :  ^«Fais,  avec 
le  prêtre  Eléazar  et  les  chefs  de  mai- 
sons de  l'assemblée,  le  compte  du 
butin,  de  ce  qui  a  été  pris,  personnes 
et  bestiaux.  -'Partage  le  butin  entre 
les  combattants  qui  sont  allés  à  l'ar- 
mée et  toute  l'assemblée.  ^*Tu  prélè- 
veras sur  la  portion  des  soldats  qui 
sont  allés  à  l'armée  un  tribut  pour 
l'Éternel,  savoir  :  un  sur  cinq  cents, 


NOMBRES. 


Chop.   S1,30-S2,G. 


prêtre  I^léazar  comme  une  offrande  à 
l'Eternel.  ^"Et  sur  la  moitié  qui  revient 
aux  enfants  d'Israël  tu  prendras  un 
sur  cinquante,  tant  des  personnes  que 
des  bœufs,  des  ânes  et  des  brebis,  de 
tout  animal  ;  et  tu  le  donneras  aux  Lé- 
vites, qui  ont  la  garde  du  tabernacle 
de  l'Éternel. 

*' Moïse  et  le  prêtre  Éléazar  firent 
ce  que  l'Eternel  avait  ordonné  à  Moïse. 

'-Le  butin,  reste  du  ])illage  de  ceux 
qui  avaient  fait  partie  de  l'armée,  était 
de  six  cent  soixante-quinze  mille  bre- 
bis ,  ^'soixante- douze  mille  bœufs, 
^*soixante-un  mille  ânes,  ^^et  trente- 
deux  mille  personnes  ou  femmes  qui 
n'avaient  point  connu  la  couche  d'un 
homme.  —  '^La  moitié,  formant  la 
part  de  ceux  qui  étaient  allés  à  l'ar- 
mée, fut  de  trois  cent  trente-sept  mille 
cinq  cents  brebis,  ''dont  six  cent 
soixante-quinze  pour  le  tribut  à  l'E- 
ternel; 'Hrente-six  mille  bœufs,  dont 
soixante-douze  pour  le  tribut  à  l'Eter- 
nel ;  '^trente  mille  cinq  cents  ânes, 
dont  soixante-un  pour  le  tribut  à  l'E- 
ternel ;  *"et  seize  mille  jiersonnes,  dont 
trente-deux  pour  le  tribut  à  l'Éternel. 
■"Moïse  donna  au  prêtre  Eléazar  le 
tribut  réservé  comme  offrande  à  l'E- 
ternel, selon  ce  que  l'Éternel  lui  avait 
ordonné.  —  ''^La  moitié  qui  revenait 
aux  enfants  d'Israël,  séparée  par  Moïse 
de  celle  des  hommes  de  l'armée,  "et 
formant  la  part  de  l'assemblée,  fut  de 
trois  cent  trente-sept  mille  cinq  cents 
brebis  ,  "  trente  -  six  mille  bœufs  , 
"Hrente  mille  cinq  cents  ânes,  ■'^et 
seize  mille  personnes.  "Sur  cette  moi- 
tié qui  revenait  aux  enfants  d'Israël, 
Moïse  prit  un  sur  cinquante,  tant  des 
personnes  que  des  animaux;  et  il  le 
donna  aux  Lévites,  qui  ont  la  garde  du 
tabernacle  de  l'Éternel,  selon  ce  que 
l'Éternel  lui  avait  ordonné. 

**Les  commandants  des  milliers  de 
l'armée,  les  chefs  de  milliers  et  les 
chefs  de  centaines,  s'approchèrent  de 


Moïse,  ^'■'et  lui  dirent  :  Tes  serviteurs 
ont  fait  le  compte  des  soldats  qui 
étaient  sous  nos  ordres,  et  il  ne  man- 
(|uepas  un  hommed'entrenous.  '^''Nous 
apportons,  comme  offrande  à  l'Eter- 
nel, chacun  les  objets  d'or  que  nous 
avons  trouvés,  chaînettes,  bracelets, 
anneaux,  j)cndants  d'oreilles  et  col- 
liers, afin  de  faire  pour  nos  personnes 
l'expiation  devant  l'Eternel.  ^' Moïse 
et  le  prêtre  Éléazar  reçurent  d'eux 
tous  ces  objets  travaillés  en  or.  '^-Tout 
l'or,  que  les  chefs  de  milliers  et  les 
chefs  de  centaines  présentèrent  à  l'É- 
ternel en  offrande  par  élévation,  pesait 
seize  mille  sept  cent  cinquante  sicles. 
^'Les  hommes  de  l'armée  gardèrent 
chacun  le  butin  qu'ils  avaient  fait. 
"Moïse  et  le  prêtre  Éléazar  prirent  l'or 
des  chefs  de  milliers  et  des  chefs  de 
centaines,  et  l'apportèrent  à  la  tente 
d'assignation,  comme  souvenir  pour 
les  enfants  d'Israël  devant  l'Éternel. 

Le  pays  de  Galaad  accordé  aux  tribus  de  Gad 
et  de  Ruben. 

Chap.  XXXII.  '  Les  fils  de  Ruben 
et  les  fils  de  Gad  avaient  une  quantité 
considérable  de  troupeaux,  et  ils  vi- 
rent que  le  pays  de  'Jaezer  et  le  pays 
de  Galaad  étaient  un  lieu  propre  pour 
des  troupeaux.  -Alors  les  fils  de  Gad 
et  les  fils  de  Ruben  vinrent  auprès  de 
Moïse,  du  prêtre  Éléazar  et  des  prin- 
ces de  l'assemblée,  et  ils  leur  dirent  : 
'Atharoth,  Dibon,  Jaezer,  Nimra,  Hes- 
bon,  Élealé,  Sebam,  Nebo  et  Beon, 
^ce  pays  que  l'Éternel  a  frappé  devant 
l'assemblée  d'Israël  est  un  lieu  propre 
pour  des  troupeaux,  et  tes  serviteurs 
ont  des  troupeaux.  ^Ils  ajoutèrent  :  Si 
nous  avons  trouvé  grâce  à  tes  yeux, 
que  la  possession  de  ce  pays  soit  ac- 
cordée à  tes  serviteurs,  et  ne  nous 
fais  point  passer  le  Jourdain. 

^ Moïse  répondit  aux  fils  de  Gad  et 
aux  fils  de  Ruben  :  Vos  frères  iront-ils 
à  la  guerre,  et  vous,  resterez-vous  ici? 


191 


Chap.  32,1-32. 


NOMBRES. 


^Pourquoi  voulez-vous  décourager  les  Jourdain,  ni  plus  loin,  puisque  nous 
enfants  d'Israël  de  passer  dans  le  pays  aurons  notre  héritage  de  ce  côté-ci  du 
cjue  l'Eternel  leur  donne  ?  ^Ainsi  firent  Jourdain,  à  l'orient, 
vos  pères,  quand  je  les  envoyai  de  ■'"Moïse  leur  dit  :  Si  vous  faites  cela, 
Kadès-Barnéa  pour  examiner  le  pays,  si  vous  vous  armez  pour  combattre 
^Ils  montèrent  jusqu'à  la  vallée  d'Esch-  devant  l'Eternel,  -'  si  tous  ceux  de  vous 
col,  et,  après  avoir  examiné  le  pays,  qui  s'armeront  passent  le  Jourdain 
ils  découragèrent  les  enfants  d'Israël  devant  l'Eternel  jusqu'à  ce  qu'il  ait 
d'aller  dans  le  pays  que  l'Eternel  leur  chassé  ses  ennemis  loin  de  sa  face, 
donnait.  '"La  colère  de  l'Eternel  s'en-  ^"^et  si  vous  revenez  seulement  après 
flamma  ce  jour-là,  et  il  jura  en  disant:  que  le  pays  aura  été  soumis  devant 
''Ces  hommes  qui  sont  montés  d'E-  l'Eternel,  —  vous  serez  alors  sans  re- 
gypte,  depuis  l'âge  de  vingt  ans  et  au-  proche  vis-à-vis  de  l'Eternel  et  vis-à- 
dessus,  ne  verront  ])oint  le  pays  que  vis  d'Israël,  et  cette  contrée-ci  sera 
j'ai  juré  de  donner  à  Abraham,  à  Isaac  votre  propriété  devantl'Éternel.  -'Mais 
et  à  Jacob,  car  ils  n'ont  pas  suivi  plei-  si  vous  ne  faites  pas  ainsi,  vous  péchez 
nement  ma  voie,  '-excepté  Caleb,  fds  contre  l'Eternel;  sentez  votre  péché, 
de  Jephunné,  le  Kenizien,  et  Josué,  quand  il  vous  atteindra.  ^''Construisez 
fds  de  Nun,  cjui  ont  pleinement  suivi  des  villes  pour  vos  petits  enfants  et 
la  voie  de  l'Eternel.  ''La  colère  de  des  parcs  pour  vos  troupeaux,  et  faites 
l'Éternel  s'enflamma  contre  Israël,  et  ce  que  votre  bouche  a  déclaré, 
il  les  fit  errer  dans  le  désert  pendant  ^^Les  fils  de  Gad  et  les  fils  de  Ruben 
quarante  années,  jusqu'à  l'anéantisse-  dirent  à  Moïse  :  Tes  serviteurs  feront 
ment  de  toute  la  génération  qui  avait  ce  que  mon  seigneur  ordonne.  **Nos 
fait  le  mal  aux  yeux  de  l'Eternel.  '*Et  petits  enfants,  nos  femmes,  nos  trou- 
voici,  vous  prenez  la  jilace  de  vos  pè-  peaux  et  tout  notre  bétail,  resteront 
res  comme  des  rejetons  d'hommes  dans  les  villes  de  Galaad  ;  "et  tes  ser- 
pécheurs,  pour  rendre  la  colère  de  viteurs,  tous  armés  pour  la  guerre, 
l'Eternel  encore  plus  ardente  contre  iront  combattre  devant  l'Eternel,  com- 
Israël.  '^Car,  si  vous  vous  détournez  me  dit  mon  seigneur. 
de  lui,  il  continuera  de  laisser  Israël  ^"^ Moïse  donna  des  ordres  à  leur  su- 
au  désert,  et  vous  causerez  la  perte  de  jet  au  prêtre  Éléazar,  à  Josué,  fils  de 
tout  ce  peuple.  Nun,  et  aux  chefs  de  famille  dans  les 
'*Ils  s'approchèrent  de  Moïse,  et  ils  tribusdesenfantsd'Israël. -'Il  leurdit: 
dirent:  Nous  construirons  ici  des  parcs  Si  les  fils  de  Gad  et  les  fils  de  Ruben 
pour  nos  troupeaux  et  des  villes  pour  passent  avec  vous  le  Jourdain,  tous 
nos  petits  enfants;  '"puis  nous  nous  armés  pour  combattre  devant  l'Eter- 
équiperons  en  hâte  pour  marcher  de-  nel,  et  que  le  pays  soit  soumis  devant 
vaut  les  enfants  d'Israël,  jusqu'à  ce  vous,  vous  leur  donnerez  en  propriété 
que  nous  les  ayons  introduits  dans  le  la  contrée  de  Galaad.  '"Mais  s'ils  ne 
lieu  qui  leur  est  destiné;  et  nos  petits  marchent  point  en  armes  avec  vous, 
enfants  demeureront  dans  les  villes  qu'ils  s'établissent  au  milieu  de  vous 
fortes,  à  cause  des  habitants  du  pays,  dans  le  pays  de  Canaan. 
**Nous  ne  retournerons  point  dans  nos  "Les  fils  de  Gad  et  les  fils  de  Ruben 
maisons,  avant  que  les  enfants  d'Is-  répondirent  :  Nous  ferons  ce  que  l'E- 
raël  aient  pris  possession  chacun  de  ternel  a  dit  à  tes  serviteurs.  ''Nous 
son  héritage;  "et  nous  ne  possède-  passerons  en  armes  devant  l'Eternel 
rons  rien  avec  eux  de  l'autre  côté  du  au  pays  de  Canaan  ;  mais  que  nous  pos- 

192 


NOMBRES. 


Chap.  32,33— 3 3, 76. 


sédions  notre  héritage  de  ce  côté-ci  vée",  à  la  vue  de  tous  les  Egyptiens, 

du  Jourdain.  ''Et  les  Egyptiens  enterraient  ceux  que 

^'Moïse  donna  aux  fds  de  Gad  et  aux  l'Eternel  avait  frappés  parmi  eux,  tous 

fds  de  Ruben,  et  à  la  moitié  de  la  tribu  les   premiers-nés;    l'Eternel    exerçait 

de  Manassé,  fds  de  Joseph,  le  royaume  aussi  desjugementscontre  leurs  dieux, 

de   Sihon,    roi    des   Amoréens,   et   le  ^Les   enfants   d'Israël   partirent  de 

royaume  d'Og,  roi  de  Basan,  le  pays  Ramsès,  et  campèrent  à  Succoth.  *Ils 

avec  ses  villes,  avec  les  territoires  des  jiartirent  de  Succoth,  et  campèrent  à 

villes  du  pays  tout  alentour.  l^tham,  ([ui  est  à  l'extrémité  du  désert. 

^^Les   fils  de   Gad   bâtirent   Dibon,  "Ils  partirent  d'Etham,  se  détournè- 

Athai'oth,  Aroër,  ^^Athroth-Schophan,  rentvers  Pi-Hahiroth,  vis-à-vis  de  Baal- 

Jaezer,  Jogbeha,^'^Beth-NimraetBeth-  Tscphon,  et  campèrent  devant  Migdol. 

Haran,  villes  fortes,  et  ils  firent  des  ^IIs  partirent  de  devant  Pi-IIahiroth, 


parcs  pour  les  troupeaux. 

''Les  fds  de  Ruben  bâtirent  Ilesbon, 
Elealé  et  Rirjathaïm,  ^*Nebo  et  Baal- 


et  passèrent  au  milieu  de  la  mer  dans 
la  direction  du  désert;  ils  firent  trois 
journées  de    marche   dans    le   désert 


Meon,  dont  les  noms  furent  changés,  d'Etham,  et  campèrent  à  Mara.  'Ils 
et  Sibma,  et  ils  donnèrent  des  noms  ])artirentde  Mara,  etarrivèrentà  Elim  ; 
aux  villes  qu'ils  bâtirent.  il  y  avait  à  Elim  douze  sources  d'eau 

''Les  fils  de  Makir,  fils  de  Manassé,  et  soixante-dix  palmiers  :  ce  fut  là 
marchèrent  contre  Galaad,  et  s'en  em-  qu'ilscampèrent."'Ilspartircntd'Elim, 
parèrent;  ils  chassèrent  les  Amoréens,  et  campèrent  près  de  la  mer  Rouge, 
qui  y  étaient.  ^''Moïse  donna  Galaad  "Ils  partirent  de  la  mer  Rouge,  et  cam- 
à  Makir,  fils  de  Manassé,  qui  s'y  éta-  pèrent  dans  le  désert  de  Sin.  '-Ils  par- 
blit.  '"  Jaïr,  fils  de  Manassé,  se  mit  en  tirent  du  désert  de  Sin,  et  campèrent 
marche,  prit  les  bourgs,  et  les  appela  â  Dophka.  "Ils  partirent  de  Dophka, 
bourgs  de  Jaïr.  ''^Nobach  se  mit  en  et  campèrent  à  Alusch.  '•'Ils  partirent 
marche,  prit  Kenath  avec  les  villes  de  d'Alusch,  et  campèrent  à  Rephidim, 
sonressort,  etl'appelaNobach,  d'après  où  le  peuple  ne  trouva  point  d'eau  à 
son  nom.  boire.  "Ils  partirent  de  Rephidim,  et 

campèrent  dans  le  désert  de  Sinaï. 

'*Ils  partirent  du  désert  de  Sinaï,  et 
campèrent  à  Ribroth-Hattaava.   "Ils 
partirent  de  Ribroth-Hattaava,  et  cam- 
pèrent à  Ilatséroth.  '*Ils  partirent  de 
Chap.  XXXIII.     'Voici  les  stations      Ilatséroth,  etcampèrentàRilhma.  "Ils 
des  enfants  d'Israël,  qui  sortirent  du      partirent  de  Rithma,  et  campèrent  à 
pays  d'Egypte,  selon  leurs  corps  d'ar-      Rimmon-Pérets.  ^'Ilspartirentde  Rim- 


Marclies  et  stations  des  Israélites  depuis  leur 
sortie  d'Kgypte  jusqu'à  leur  arrivée  dans  les 
plaines  de  Moab. 


mée,  sous  la  conduite  de  Moïse  et 
d'Aaron.  -Moïse  écrivit  leurs  marches 
de  station  en  station,  d'après  l'ordre 
de  l'Eternel.  Et  voici  leurs  stations, 
selon  leurs  marches. 

3 


mon-Pérets,  et  campèrent  à  Libna. 
-'Ils  partirent  de  Libna,  et  campèrent 
à  Rissa.  -'Ils  partirent  de  Rissa,  et 
campèrent  à  Rehélatha.  *'Ils  partirent 
de  Rehélatha,  et  campèrent  à  la  mon- 


Ils  partirent  de  Ramsès  le  premier  tagne  de  Schapher.  -^Ils  partirent  de 

niois,   le  quinzième  jour  du  premier  la  montagne  de  Schapher,  et  campè- 

mois.  Le  lendemain  de  la  Pâque,  les  rent  à  Ilarada.  "Ils  partirent  de  Ilara- 

enfants  d'Israël  sortirent  la  main  le-  da,   et  campèrent  à  Makhéloth.  -'Ils 

a.  C'est-à-dire,  ouvertement. 


193 


13 


Chap.  f3 3, -27-34,: 


NOMBRES. 


partirent  de  Makhéloth,  et  campèrent 
à  Tahath.  ^"lls  partirent  de  Tahath,  et 
campèrent  à  Tarach.  ^*Ils  partirent  de 
Tarach,  et  campèrent  à  Mithka.  -^Ils 
partirent  de  Mithka,  et  campèrent  à 
Hasclimona.  ''"Ils  partirent  de  Hasch- 
mona,  et  campèrent  à  Moséroth.  ^'Ils 
partirent  de  Moséroth,  et  campèrent  à 
Bené-Jaakan.  ^-Ils  partirent  de  Bené- 
Jaakan,  et  campèrent  à  Hor-Guidgad. 
^^Ils  partirent  de  Hor-Guidgad,  et  cam- 
pèrent à  Jothbatha.  ^*Ils  partirent  de 
Jothbatha,  et  campèrent  à  Abrona.  '^Ils 
partirent  d'Abrona,  et  campèrent  à 
Etsjon-Guéber.^'' Ils  partirent d'Etsjon- 
Guéber,  et  campèrent  dans  le  désert 
de  Tsin  :  c'est  Kadès. 

^'Ils  partirent  de  Kadès,  et  campè- 
rent à  la  montagne  de  Hor,  à  l'extré- 
mité du  pays  d'Edom.  ''^Le  prêtre  Aa-     ceux  qui  sont  en  plus  grand  nombre 

vous  donnerez  une  portion  plus  grande. 


moth  jusqu'à  Abel-Sittim,  dans   les 
plaines  de  Moab. 

^"L'Eteinel  parla  à  Moïse  dans  les 
plaines  de  Moab,  près  du  Jourdain, 
vis-à-vis  de  Jéricho.  11  dit  :  ^' Parle  aux 
enfants  d'Israël,  et  dis-leur  :  Lorsque 
vous  aurez  passé  le  Jourdain  et  que 
vous  serez  entrés  dans  le  pays  de  Ca- 
naan, ^Wous  chasserez  devant  vous 
tous  les  habitants  du  pays,  vous  dé- 
truirez toutes  leurs  idoles  de  pierre, 
vous  détruirez  toutes  leurs  images  de 
fonte,  et  vous  détruirez  tous  leurs  hauts 
lieux.  ^^Vous  prendrez  possession  du 
pays,  et  vous  vous  y  établirez;  car  je 
vous  ai  donné  le  pays,  pour  qu'il  soit 
votre  propriété.  ^"^Vous  partagerez  le 
pays  par  le  sort,  selon  vos  familles   A 


ron  monta  sur  la  montagne  de  Hor 
suivant  l'ordre  de  l'Eternel  ;  et  il  y 
mourut,  la  cjuarantième  année  après 
la  sortie  des  enfants  d'Israël  du  pays 
d'Egypte,  le  cinquième  mois,  le  pre- 
mier jour  du  mois.  ^^Aaron  était  âgé  de 
cent  vingt-trois  ans,  lorsqu'il  mourut 
sur  la  montagne  de  Hor.  •'"Le  roi  d'A- 
rad,  Cananéen,  qui  habitait  le  midi  du 
pays  de  Canaan,  apprit  l'arrivée  des 
enfants  d'Israël. 

*'Ils  partirent  de  la  montagne  de 
Hor,  et  campèrent  à  Tsalmona.  ■'-Ils 
partirent  de  Tsalmona,  et  campèrent 
à  Punon.  ''^Ils  partirent  de  Punon,  et 
campèrent  à  Oboth.  "Ils  partirent  d'O- 
both,  et  campèrent  à  Ijjé-Abarim,  sur 
la  frontière  de  Moab.  "'^Ils  partirent 
d'Ijjé-Abarim,  et  campèrent  à  Dibon- 
Gad.  ''Mis  partirent  de  Dibon-Gad,  et 
campèrent  à  Almon-Diblathaïm.  "Ils 
partirentd'Almon-Diblathaïm,  et  cam- 
pèrent aux  montagnes  d'Abarim,  de- 
vant Nebo.  "^Ils  partirent  des  monta- 
gnes d'Abarim,  et  campèrent  dans  les 
plaines  de  Moab,  près  du  Jourdain, 
vis-à-vis  de  Jéricho.  ■'Mis  campèrent 
près  du  Jourdain,  depuis  Beth-Jeschi- 


et  à  ceux  qui  sont  en  plus  petit  nombre 
vous  donnerez  une  portion  plus  petite. 
Chacun  possédera  ce  qui  lui  sera  échu 
par  le  sort;  vous  le  recevrez  en  pro- 
|)riété,  selon  les  tribus  de  vos  pères. 
^^Mais  si  vous  ne  chassez  pas  devant 
vous  les  habitants  du  pays,  ceux  d'en- 
tre euxque  vous  laisserez  seront  comme 
des  épines  dans  vos  yeux  et  des  aiguil- 
lons dans  vos  côtés,  ils  seront  vos  en- 
nemis dans  le  pays  où  vous  allez  vous 
établir.  ^*Et  il  arrivera  que  je  vous 
traiterai  comme  j'avais  résolu  de  les 
traiter. 


Limites  du  pat/s  de  Canaan, 
pour  le  partage. 


Ordre 


Chap.  XYA7F.  'L'Eternel  parla  à 
Moïse,  et  dit  :  ^ Donne  cet  ordre  aux 
enfants  d'Israël,  et  dis-leur  :  Quand 
vous  serez  entrés  dans  le  pays  de  Ca- 
naan, ce  pays  deviendra  votre  héri- 
tage, le  pays  de  Canaan,,  dont  voici  les 
limites. 

^Le  côté  du  midi  commencera  au 
désert  de  Tsin,  près  d'Edom.  Ainsi, 
votre    limite    méridionale  partira  de 


194 


NOMBRES. 


Chap.  Si,;-S5,ô. 


rcxtrcmitc  de  la  mer  Salée",  vers  l'o-  '^ Voici  les  noms  de  ces  hommes. 

rient;  *elle  tournera  au  sud  de  la  mon-  Pour  la  tribu  de  .Juda  :  Caleb,  fils  de 

tée  d'Akrabbim,  passera  par  Tsin,  et  Jephunné; 

s'étendra  jusqu'au  midi  de  Kadès-Bar-  -"pour  la  tribu  des  fds  de  Siméon  : 

néa  ;  elle  continuera  par  Itatsar-Addar,  Samuel,  fds  d'Ammihud  ; 

et  passera  vers  Atsmon  ;  ^depuis  Ats-  -'pour  la  tribu  de  Benjamin  :  Klidad, 

mon,   elle  tournera  jusqu'au   torrent  fdsdeKislon; 

d'Egypte,  pour  aboutir  à  la  mer.  -pour  la  tribu  des  fils  de  Dan  :  le 

''Votre    limite   occidentale   sera    la  prince  Buki,  fils  de  Jogli; 
grande  mer*  :  ce  sera  votre  limite  à  ^^pour  les  fils  de  Joseph,  —  pour  la 

l'occident.  tribu  des  fils  de   Manassé  :   le  prince 

"Voici  quelle  sera  votre  limite  sep-  Ilannicl,  fils  d'Ephod;  —  -'et  pour  la 

tentrionale  :  à  partir  de  la  grande  mer,  tribu  des   fils  d'Ephraïm   :    le   prince 

vous  la  tracerez  jusqu'à  la  montagne  Kemuel,  fils  de  Schiphtan  ; 
de  llor;  ^depuis  la  montagne  de  Hor,  -^pour  la  tribu  des  fils  de  Zabulon  : 

vous  la  ferez  passer  par  Hamath,  et  le  prince  Elitsaphan,  fils  de  Parnac  ; 
arriver  à  Tsedad  ;  ''elle  continuera  par  -*pour  la  tribu  des  fils  d'Issacar  :  le 

Ziphron,  pour  aboutir  à  Hatsar-Enan  :  prince  Paltiel,  fils  d'Azzan  ; 
ce  sera  votre  limite  au  septentrion.  *"pour  la  tribu  des  fils  d'Aser  :  le 

'"Vous  tracerez  votre  limite  orien-  prince  Ahihud,  fils  de  Schelomi; 
taledeHatsar-Énanà  Schepham;  "elle  "pour  la  tribu  des  fils  de  Nephthali  : 

descendra  de  Schepham  vers  Ribla,  à  le  prince  Pedahel,  fils  d'Ammihud. 
l'orient  d'Aïn  ;  elle  descendra,  et  s'é-  -^Tels  sont  ceux  à  qui  l'Eternel  or- 

tendra  le  long  de  la  mer  de  Kinné-  donna  de  partager  le  pays  de  Canaan 

reth'',  à  l'orient;  '-elle  descendra  en-  entre  les  enfants  d'Israël, 
core  vers  le  Jourdain,  pour  aboutir  à 


la  mer  Salée. 

Tel  sera  votre  pays,  avec  ses  limites 
tout  autour. 

"Moïse  transmit  cet  ordre  aux  en- 
fants d'Israël,  et  dit  :  c'est  là  le  pays 
que  vous  partagerez  par  le  sort,  etcj^ue 


Villes  léi'iliijiies.  —  Villes  de  refuge, 
geiir  du  sari". 


Le  l'en- 


Chap.  XXXV.  'L'Eternel  parla  à 
Moïse,  dans  les  plaines  de  Moab,  près 
du  Jourdain,  vis-à-vis  de,  Jéricho.  Il 
dit  :  -Ordonne   aux    enfants   d'Israël 


l'Eternel  a  résolu  de  donner  aux  neuf  d'accorder  aux  Lévites,  sur  l'héritage 
tribus  et  à  la  demi-tribu. '■'Car  la  tribu  qu'ils  posséderont,  des  villes  où  ils 
des  fils  de  Ruben  et  la  tribu  des  fils  de  puissent  habiter.  Vous  donnerez  aussi 
Gad  ont  pris  leur  héritage,  selon  les  aux  Lévites  une  banlieue  autour  de  ces 
maisons  de  leurs  pères;  la  demi-tribu  villes,  ^lls  auront  les  villes  pour  y  ha- 
<le  Manassé  a  aussi  pris  son  héritage,  biter;  et  les  banlieues  seront  pour  leur 
'^Ces  deux  tribus  et  la  demi-tribu  ont  bétail,  pour  leurs  biens  et  pour  tous 
pris  leur  héritage  en  deçà  du  Jourdain,  leurs  animaux.  ""Les  banlieues  des  vil- 
vis-à-vis  de  Jéricho,  du  côté  de  l'orient,  les  que  vous  donnerez  aux  Lévites  au- 
'^L'Eternel  parla  à  Moïse,  et  dit  :  ront,  à  partir  du  mur  de  la  ville  et  au 
"Voici  les  noms  des  hommes  qui  par-  dehors,  mille  coudées  tout  autour, 
tageront  entre  vous  le  pays  :  le  prêtre  ^  Vous  mesurerez,  en  dehors  de  la  ville, 
Eléazar,  et  Josué,  fils  de  Nun.  "*Vous  deux  mille  coudées  pour  lecôtéorien- 
prendrez  encore  un  prince  de  chaque  tal,  deux  mille  coudées  pour  le  côté 
tribu,  pour  faire  le  partage  du  pays.  méridional,  deux  mille  coudées  pour 

a.  La  mer  Morte.         b.  La  mer  Méditerraiicc.         c.  Le  lac  de  Génésaroth. 


195 


Ch 


ap.  oO,  c-i8. 


NOMBRES. 


le  côté  occidental,  et  deux  mille  cou- 
dées pour  le  côté  septentrional.  La 
A'ille  sera  au  milieu.  Telles  seront  les 
banlieues  de  leurs  villes. 

•^  Parmi  les  villes  que  vous  donnerez 
aux  Lévites,  il  y  aura  six  villes  de  re- 
fuge où  pourra  s'enfuir  le  meurtrier, 
et  quarante-deux  autres  villes.  'Total 
des  villes  que  vous  donnerez  aux  Lé- 
vites :  quarante-huit  villes,  avec  leurs 
banlieues.  *Les  villes  que  vous  don- 
nerez sur  les  propriétés  des  enfants 
d'Israël  seront  livrées  en  plus  grand 
nombre  par  ceux  qui  en  ont  le  plus,  et 
en  plus  petit  nombre  par  ceux  qui  en 
ont  moins  ;  chacun  donnera  de  ses 
villes  aux  Lévites  à  proportion  de  l'hé- 
ritage qu'il  possédera. 

''L'Eternel  parla  à  Moïse,  et  dit  : 
'"Parle  aux  enfants  d'Israël,  et  dis-leur  : 
Lorsque  vous  aurez  passé  le  Jourdain 
et  que  vous  serez  entrés  dans  le  pays 
de  Canaan,  "vous  vous  établirez  des 
villes  qui  soient  pour  vous  des  Ailles 
de  refuge,  où  pourra  s'enfuir  le  meur- 
trier qui  aura  tué  quelqu'un  involon- 
tairement. *^Ces  A'illes  a^ous  serA'iront 
de  refuge  contre  le  vengeur  du  sang", 
afin  que  le  meurtrier  ne  soit  point  mis 
à  mort  aA'ant  d'avoir  comparu  devant 
l'assembléepour  être  jugé.  '^  Des  villes 
que  vous  donnerez,  six  seront  pour 
A^ous  des  villes  de  i-efuge.  "Vous  don- 
nerez trois  villes  au  delà  du  Jourdain, 
et  A'Ous  donnerez  trois  villes  dans  le 
pays  de  Canaan  :  ce  seront  des  villes 
de  refuge.  '^Ces  six  A'illes  serviront  de 
refuge  aux  enfants  d'Israël,  à  l'étran- 
ger et  à  celui  qui  demeure  au  milieu 
devons  :  là  pourra  s'enfuir  tout  homme 
qui  aura  tué  quelqu'un  involontaire- 
ment. 

'*Si  un  homme  frappe  son  prochain 
avec  un  instrument  de  fer,  et  que  la 
mort  en  soit  la  suite,  c'est  un  meur- 


trier :  le  meurtrier  sera  puni  de  mort. 
'^S'il  le  frappe,  tenant  à  la  main  une 
pierre  qui  puisse  causer  la  mort,  et  que 
la  mort  en  soit  la  suite,  c'est  un  meur- 
trier :  le  meurtrier  sera  puni  de  mort. 
'^S'il  le  frappe,  tenant  à  la  main  un 
instrument  de  bois  qui  puisse  causer 
la  mort,  et  que  la  mort  en  soit  la  suite, 
c'est  un  meurtrier  :  le  meurtrier  sera 
puni  de  mort.  "Le  A'engeur  du  sang 
fera  mourir  le  meurtrier;  quand  il  le 
rencontrera,  il  le  tuera.  ^^  Si  un  homme 
pousse  son  prochain  par  un  mouA'e- 
ment  de  haine,  ou  s'il  jette  quelque 
chose  sur  lui  aA^ec  préméditation,  et 
que  la  mort  en  soit  la  suite,  -'ou  s'il  le 
frappe  de  sa  main  par  inimitié,  et  que 
la  mort  en  soit  la  suite,  celui  qui  a 
frappé  sera  puni  de  mort,  c'est  un 
meurtrier  :  le  vengeur  du  sang  tuera 
le  meurtrier,  quand  il  le  rencontrera. 
-'Mais  si  un  homme  pousse  son  pro- 
chain subitement  et  non  par  inimitié, 
ou  s'il  jette  quelque  chose  sur  lui  sans 
préméditation,  -^ou  s'il  fait  tomber  sur 
lui  par  mégarde  une  pierre  qui  puisse 
causer  la  mort,  et  que  la  mort  en  soit 
la  suite,  sans  qu'il  ait  de  la  haine  con- 
tre lui  et  qu'il  lui  cherche  du  mal, 
-''voici  les  lois  d'après  lesquelles  l'as- 
semblée jugera  entre  celui  qui  a  frappé 
et  le  vensfeur  du  sans-.  -^L'assemblée 
délivrera  le  meurtrier  de  la  main  du 
A'engeur  du  sang,  et  le  fera  retourner 
dans  la  Aille  de  refuge  où  il  s'était  en- 
fui. Il  y  demeurera  jusqu'à  la  mort  du 
grand  prêtre  qu'on  a  oint  de  l'huile 
sainte.  ^^Si  le  meurtrier  sort  du  terri- 
toire de  la  A'ille  de  refuge  où  il  s'est 
enfui,  -'et  si  le  vengeur  du  sang  le  ren- 
contre hors  du  territoire  de  la  ville  de 
refuge  et  qu'il  tue  le  meurtrier,  il  ne 
sera  point  coupable  de  meurtre.  -"Car 
le  meurtrier  doit  demeurer  dans  sa 
ville  de  refuge  jusqu'à  la  mort  du  grand 


a.  La  t^engeance  dri  sarii^  était  une  coutume  générale  dans  l'antir(uiti'.  Quand  un  homme  avait  été  tué,  son 
plus  proche  parent  était  tenu  de  poursuivre  le  meurtrier  et  de  le  luire  périr  ;  ou  lui  donnait,  chez  les  Hé- 
breux, le  nom  de  ^"c/  ou  ^'en^etir  (ht  sajig. 

196 


NOMBRES. 


C  h  ap .  S  5,  :"j-  S  0, 13 . 


prêtre  ;  et,  après  la  mort  dvi  grand  prê- 
tre, il  pourra  retourner  dans  sa  pro- 
priété. 

*^Voici  des  ordonnances  de  droit 
pour  vous  et  pour  vos  descendants , 
dans  tous  les  lieux  où  a'Ous  habiterez. 

^"Si  un  homme  tue  quelqu'un,  on 
ôtera  la  vie  au  meurtrier,  sur  la  dépo- 
sition de  témoins.  Un  seul  témoin  ne 
suffira  pas  pour  faire  condamner  une 
personne  à  mort. 


sera  retranché  de  l'héritage  de  nos  pè- 
res et  ajouté  à  celui  de  la  tribu  à  la- 
quelle elles  appartiendront;  ainsi  sera 
diminué  l'héritage  qui  nous  est  échu 
par  le  sort.  ''Et  quand  viendra  le  ju- 
bilé pour  les  enfants  d'Israël,  leur  hé- 
ritage sera  ajouté  à  celui  de  la  tribu  à 
laquelle  elles  appartiendront,  et  il  sera 
retranché  de  celui  de  la  tribu  de  nos 
pères. 

^Moïse  transmit  aux  enfants  d'Israël 


'Vous  n'accepterez  point  de  rançon  les  ordres  de  l'Eternel.  Il  dit  :  La  tribu 

pour  la  vie  d'un  meurtrier  qui  mérite  des  fils  de  Joseph  a  raison.  "^ Voici  ce 

la  mort,  car  il  sera  puni  de  mort.  ^-Vous  que  l'Eternel  ordonne  au  sujet  des  filles 

n'accepterez  point  de  rançon,  c[ui  lui  de  Tselophchad  :  elles  se  marieront  à 

permette  de  s'enfuir  dans  sa  ville  de  qui  elles  voudront,  pourvu  qu'elles  se 

refuge,  et  de  retourner  habiter  dans  le  marient  dans  une  famille  de  la  tribu  de 

pays  après  la  mort  du  prêtre.  '''Vous  leurs  pères.  "Aucun  héritage  parmi  les 

ne  souillerez  point  le  pays  où  vous  se-  enfants  d'Israël  ne  passera  d'une  tribu 

rez,  car  le  sang  souille  le  pays  ;  et  il  ne  à  une  autre  tribu,  mais  les  enfants  d'Is- 

sera  fait  pour  le  pays  aucune  expiation  raël  s'attacheront  chacun  à  l'héritage 

du  sang  qui  y  sera  répandu  que  par  le  de  la  tribu  de  ses  pères.  '^Et  toute  fille, 

sangdeceluiquiraurarépandu.''Wous  possédant  un  héritage  dans  les  tribus 

ne  souillerez  point  le  pays  où  vous  al-  des  enfants  d'Israël,  se  mariera  à  quel- 

lez  demeurer,  et  au  milieu  duquel  j'ha-  qu'un  d'une  famille  de  la  tribu  de  son 

biterai  ;  car  je  suis  l'Éternel,  qui  habite  père,  afin  ([ue  les  enfants  d'Israël  pos- 


au  milieu  des  enfants  d'Israël. 

Défense  aux  filles  qui  héritent  de  se  marier 
hors  de  leurs  tribus. 

Chap.  XXXYI.  '  Les  chefs  de  la  fa- 
mille de  Galaad,  fils  de  Makir,  fils  de 
Manassé,  d'entre  les  familles  des  fils 


sèdentchacun  l'héritage  de  leurs  pères. 
'Aucun  héritage  ne  passera  d'une  tribu 
à  une  autre  tribu,  mais  les  tribus  des 
enfants  d'Israël  s'attacheront  chacune 
à  son  héritage. 

'"Les  filles  de  Tselophchad  se  con- 
formèrent à  l'ordre  que  l'Eternel  avait 
donné  à  Moïse.  "Machla,  Thirtsa,  Ilo- 


de  Joseph,  s'approchèrent  et  parlèrent  gla,  Milca  et  Noa,  filles  de  Tseloph- 

devant   Moïse  et  devant  les  princes,  chad ,  se  marièrent  aux  fils  c!e  leurs 

chefs  de  famille  des  enfants  d'Israël,  oncles;  '-elles  se  marièrent  dans  les 

-Ils  dirent  :  L'Éternel  a  ordonné  à  mon  familles  des  fils  de  Manassé,  fils  de  Jo- 

seigneurdedonner  le  pays  en  héritage  seph,  et  leur  héritage  resta  dans  la 

par  le  sort  aux  enfants  d'Israël.  Mon  tribu  de  la  famille  de  leur  père, 
seigneur  a  aussi  reçu  de  l'Éternel  l'or-  '•''Tels  sont  les  commandements  et 

drc  de  donner  l'héritage  de  Tseloph-  les  lois  que  l'Eternel  donna  par  Moïse 

chad,  notre  frère,  à  ses  filles. 'Si  elles  aux  enfants  d'Israël,  dans  les  plaines 

se  marient  à  l'un  des  fils  d'une  autre  de  Moab,  près  du  Jourdain,  vis-à-vis 

tribu  des  enfants  d'Israël,  leurhéritage  de  Jéricho. 


197 


LE  DEUTERONOME 


SOUVENIRS    ET    EXHORTATIONS 


{Chap.  1-li.) 


D  Uvreb  à  Kadès-Barnéa.  —  Rentrée  dans  le  désert.  —  Retour  à  la  frontière.  ■ —  Conquête  du 
pays  de  Silion.  roi  de  Hesbon.  —  Conquête  du  pays  d'Og,  roi  de  Basan.  —  Le  territoire  con- 
quis distribué  aux  Rubénitcs,  auj-  Gadites,  et  à  la  moitié  de  la  tribu  de  Manassé. 

Chap.I.    *  Voici  les  paroles  que  Moi-  ^Dans  ce  temps-là,  je  vous  dis  :  Je 

se  adressa  à  tout  Israël,  de  l'autre  côté  ne  puis  pas,  à  moi  seul,  vous  porter, 

du  Jourdain,  dans  le  désert,  dans  la  '"L'Eternel,  votre  Dieu,  vous  a  multi- 

plaine,  vis-à-vis  de  Suplî,  entre  Paran,  plies,  et  vous  êtes  aujourd'hui  aussi 

Tophel,  Laban,  Hatséroth  et  Di-Zahab.  nombreux  que  les  étoiles  du  ciel.  '*  Que 

-Il  y  a  onze  journées  depuis  Horeb,  par  l'Eternel,  le  Dieu  de  vos  pères,  vous 

le  chemin  de  la  montagne  de  Séir,  jus-  augmente  mille  fois   autant,  et   qu'il 

qu'à  Kadès-Barnéa.  ^Dans  la  quaran-  vous  bénisse  comme  il  vous  l'a  pro- 

tième  année,  au  onzième  mois,  le  pre-  mis!  '-Gomment   jiorterais-je,  à   moi 

mier  du  mois.  Moïse  parla  aux  enfants  seul,  votre  charge,  votre  fardeau  et  vos 

d'Israël  selon  tout  ce  que  l'Eternel  lui  contestations? ''^Prenez  dans  vos  tribus 

avait  ordonné   de   leur   dire.  ■'C'était  des  hommes  sages,  intelligents  et con- 

après  qu'il   eut  battu   Sihon  ,  roi  des  nus,  et  je  les  mettrai  à  votre  tête. '*  Vous 

Amoréens,  qui  habitait  à  Hesbon,  et  me  répondîtes,  en  disant  :  Ce  que  tu 

Og,  roi  de  Basan,  qui  habitait  à  Ascii-  proposes  tie  faire  est  une  bonne  chose, 

taroth  et  à  Édréi.  ^De  l'autre  côté  du  '^Je  pris  alors  les  chefs  de  vos  tribus, 

Jourdain,  dans  le  pays  de  Moab,  Moïse  des  hommes  sages  et  connus,  et  je  les 

commença  à  cxplicjuer  cette  loi,  et  dit  :  mis  à  votre  tête  comme  chefs  de  mille, 

''L'Éternel,  notre  Dieu,  nous  a  parlé  chefs  de  cent,  chefs  de  cinquante,  et 
à  Horeb,  en  disant  :  Vous  avez  assez  chefs  de  dix,  et  comme  ayant  autorité 
demeuré  dans  cette  montagne. 'Tour-  dans  vos  tribus.  '^Je  donnai,  dans  le 
nez-vous,  et  partez;  allez  à  la  monta-  même  temps,  cet  ordre  à  vos  juges  : 
gne  des  Amoréens  et  dans  tout  le  voi-  Écoutez  vos  frères,  et  jugez  selon  la 
sinage,danslaplaine,surlamontagne,  justice  les  différends  de  chacun  avec 
dans  la  vallée,  dans  le  midi,  sur  la  côte  son  frère  ou  avec  l'étranger.  '"Vous 
de  la  mer,  au  pays  des  Cananéens  et  au  n'aurez  point  égard  à  l'apparence  des 
Liban,  jusqu'au  grand  fleuA'e,  au  fleuve  personnes  dans  vos  jugements;  vous 
d'Euphrate.  ^Voyez,  j'ai  mis  le  pays  écouterez  le  petit  comme  le  grand  ; 
devant  vous;  allez,  et  prenez  posses-  vous  ne  craindrez  aucun  homme,  car 
sion  du  pays  que  l'Éternel  a  juré  à  vos  c'est  Dieu  qui  rend  la  justice.  Et  lors- 
pères,  Abraham,  Isaac  et  Jacob,  de  que  vous  trouverez  une  cause  trop  dif- 
donner  à  eux  et  à  leur  postérité  après  ficile  ,  vous  la  porterez  devant  moi , 
eux.  pour  que  je  l'entende.  '^C'est  ainsi  que 

198 


DEUTERONOME. 


Chap.  l. 


19- 


je  vous  prescrivis,  dans  ce  temps-là, 
tout  ce  que  vous  aviez  à  faire. 

'^Nous  partîmes  d'Horeb, et  nous  par- 
courûmes en  entier  ce  grand  et  affreux 
désert  que  vous  avez  vu;  nous  prîmes 
le  chemin  de  la  monta<îne  des  Amo- 
réens,  comme  l'Eternel,  notre  Dieu, 
nous  l'avait  ordonné,  et  nous  arrivâ- 
mes à  Radès-Barnéa. 

-"Je  vous  dis  :  Vous  êtes  arrivés  à  la 
montagne  des  Amoréens,  que  l'Eter- 
nel, notre  Dieu,  nous  donne.  ^'Vois, 
l'Éternel,  ton  Dieu,  met  le  pays  devant 
toi;  monte,  prends-en  possession, 
comme  te  l'a  dit  l'Eternel,  le  Dieu  de 
tes  pères;  ne  crains  point,  et  ne  t'et- 
fraie  point.  ^'Vous  vous  approchâtes 
tous  de  moi,  et  aous  dîtes  :  Envoyons 
des  hommes  devant  nous,  pour  explo- 
rer le  pays,  et  pour  nous  faire  un  rap- 
port sur  le  chemin  par  lequel  nous  y 
monterons  et  sur  les  villes  où  nous  ar- 
riverons. -'Cet  avis  me  parut  bon;  et      parce  qu'il  a  pleinement  suivi  la  voie 


qui  marche  devant  vous,  combattra  lui- 
même  pour  vous,  selon  tout  ce  qu'il  a 
fait  pour  vous  sous  vos  yeux  en  Egypte, 
^'puis  au  désert,  où  tu  as  vu  que  l'É- 
ternel, ton  Dieu,  t'a  porté  comme  un 
homme  porte  son  fds,  pendant  toute  la 
route  que  vous  avez  faite  jusqu'à  votre 
arrivée  en  ce  lieu.  '-Malgré  cela,  vous 
n'eûtes  point  confiance  en  l'Éternel, 
votre  Dieu,  ''qui  allait  devant  vous  sur 
la  route  pour  vous  chercher  un  lieu  de 
campement,  la  nuit  dans  un  feu  afin  de 
vous  montrer  le  chemin  où  vous  deviez 
marcher,  et  le  jour  dans  une  nuée. 

'* L'Éternel  entendit  le  bruit  de  vos 
paroles.  Il  s'irrita,  et  jura,  en  disant  : 
'^Aucun  des  hommes  de  cette  généra- 
tion méchante  ne  verra  le  bon  pays 
que  j'ai  juré  de  donner  à  vos  pères, 
"^excepté  Galeb,  fils  de  Jephunné;  il  le 
verra,  lui,  et  je  donnerai  à  lui  et  à  ses 
enfants  le  pays  sur  lequel  il  a  marché. 


je  piis  douze  hommes  parmi  vous,  un 
homme  par  tribu.  -'Ils  partirent,  tra- 
versèrent la  montaone,  et  arrivèrent 
jusqu'à  la  vallée  d'Eschcol,  qu'ils  ex- 
plorèrent. ^^  Ils  prirent  dans  leurs  mains 
des  fruits  du  pays,  et  nous  les  présen- 
tèrent; ils  nous  firent  un  rapport,  et  di- 
rent :  C'est  un  bon  pays,  que  l'Éternel, 
notre  Dieu,  nous  donne.  '-^Mais  vous  ne 
voulûtes  point  y  monter,  et  vous  fûtes 
rebelles  à  l'ordre  de  l'Éternel,  votre 
Dieu.  -'Vous  murmurâtes  dans  vos 
tentes,  et  vous  dîtes  :  C'est  parce  que 
l'Eternel  nous  hait,  qu'il  nous  a  fait 
sortir  du  pays  d'Egypte,  afin  de  nous 
livrer  entre  les  mains  des  Amoréens  et 
de  nous  détruire.  -*0ù  monterions- 
nous?  Nos  frères  nous  ont  fait  perdre 
courage,  en  disant  :  C'est  un  peuple 
plus  grand  et  de  plus  haute  taille  que 
nous;  ce  sont  des  villes  grandes  et 
fortifiées  jusqu'au  ciel;  nous  y  avons 
même  vu  des  enfants  d'Anale.  ^*Je  vous 
dis  :  Ne  vous  épouvantez  pas,  et  n'ayez 
])as  peur  d'eux. '"L'Éternel,  votre  Dieu, 


de  l'Eternel.  '"L'Eternel  s'irrita  aussi 
contre  moi,  à  cause  de  vous,  et  il  dit  : 
Toi  non  plus,  tu  n'y  entreras  point. 
'Mosué,  fils  de  Nun,  ton  serviteur,  \ 
entrera;  fortifie-le,  car  c'est  lui  qui 
mettra  Israël  en  possession  de  ce  pays. 
"Et  vos  petits  enfants,  dont  vous  avez 
dit  :  Ils  deviendront  une  proie!  et  vos 
fils,  qui  ne  connaissent  aujourd'hui  ni 
le  bien  ni  le  mal,  ce  sont  eux  qui  y  en- 
treront, c'est  à  eux  que  je  le  donnerai, 
et  ce  sont  eux  qui  le  posséderont. 
^"Mais  vous,  tournez-vous,  et  partez 
pour  le  désert,  dans  la  direction  de  la 
mer  Rouge. 

*'Vous  répondîtes,  en  me  disant  : 
Nous  avons  péché  contre  l'Éternel  ; 
nous  monterons  et  nous  combattrons, 
comme  l'Éternel,  notre  Dieu,  nous  l'a 
ordonné.  Et  aous  ceignîtes  chacun  vos 
armes,  et  vous  fîtes  le  projet  téméraire 
de  monter  à  la  montagne.  **  L'Éternel 
me  dit  :  Dis-leur  :  Ne  montez  pas  et  ne 
combattez  pas,  car  je  ne  suis  pas  au 
milieu  de  vous  ;  ne  vous  faites  pas  bat- 


199 


Chap.  1,  'i3-2, 21. 


DEUTERONOME. 


tre  par  vos  ennemis.  ^^Je  vous  parlai, 
mais  vous  n'écoutâtes  point  ;  vous  fûtes 
rebelles  à  l'ordre  de  l'Eternel,  et  vous 
montâtes  audacieusement  à  la  monta- 
gne. ''*Alors  les  Amoréens,  qui  habi- 
tent cette  montagne,  sortirent  à  votre 
rencontre,  et  vous  poursuivirent  com- 
me font  les  abeilles  ;  ils  vous  battirent 
en  Séir,  jusqu'à  Horma.  ''^A  votre  re- 
tour, vous  pleurâtes  devant  l'Eternel  ; 
mais  l'Eternel  n'écouta  point  votre 
voix,  et  ne  vous  prêta  point  l'oreille. 

*^Vous  restâtes  â  Kadès,  où  le  temps 
que  vous  y  avez  passé  fut  de  longue 
durée. 

Chap.  II.      'Nous  nous  tournâmes, 


prîmes  la  direction  du  désert  de  Moab. 
^L'Eternel  me  dit  :  N'attaque  pas 
Moab,  et  ne  t'engage  pas  dans  un  com- 
bat avec  lui  ;  car  je  ne  te  donnerai 
rien  à  posséder  dans  son  pays  :  c'est 
aux  enfants  de  Lot  que  j'ai  donné  Ar° 
en  propriété.  '"(Les  Emim  y  habitaient 
auparavant  :  c'était  un  peuple  grand, 
nombreux  et  de  haute  taille,  comme 
les  Anakim.  "Ils  passaient  aussi  pour 
être  des  Rephaïm*,  de  même  que  les 
Anakim  ;  mais  les  Moabites  les  appe- 
laient Emim.  '-Séir  était  habité  autre- 
fois par  les  Horiens  ;  les  enfants  d'Esai'i 
les  chassèrent,  les  détruisirent  devant 
eux,  et  s'établirent  à  leurplace,  comme 


et  nous  partîmes  pour  le  désert,  par  le      l'a  fait  Israël  dans  le  pays  qu'il  possède 


chemin  de  la  mer  Rouge,  comme  l'É- 
ternel me  l'avait  ordonné;  nous  suivî- 
mes longtemps  les  contours  de  la  mon- 
tagne de  Séir. 

*  L'Eternel  me  dit  :  ^  Vous  avez  assez 
suivi  les  contours  de  cette  montagne. 
Tournez-vous  vers  le  nord.  •'Donne  cet 


et  que  l'Éternel  lui  a  donné.) '^Mainte- 
nant levez-vous,  et  passez  le  torrent 
de  Zéred. 

Nous  passâmes  le  torrent  de  Zéred. 

'*Le  temps  que  durèrent  nos  mar- 
ches de  Kadès-Barnéa  au  passage  du 
torrent  de   Zéred  fut  de  trente -huit 


ordre  au  peuple  :  Vous  allez  passer  à  ans,  jusqu'à  ce  que  toute  la  génération 

la  frontière  de  vos  frères,  les  enfants  des  hommes  de  guerre  eût  disparu  du 

d'Esaû,  qui  habitent  en  Séir.  Ils  vous  milieu  du  camp,  comme  l'Eternel  le 

craindront;  mais  soyez  bien  sur  vos  leur  avait  juré.  '^ La  main  de  l'Éternel 

gardes.  ^Ne  les  attaquez  pas  ;  car  je  ne  fut  aussi  sur  eux  pour  les  détruire  du 

vous  donnerai  dans  leur  pays  pas  même  milieu  du  camp,  jusqu'à  ce  qu'ils  eus- 

de  quoi  poser  la  plante  du  pied  :  j'ai  sent  disparu. 


donné  la  montagne  de  Séir  en  pro- 
priété â  Ésaii.  "Vous  achèterez  d'eux 
à  prix  d'argent  la  nourriture  que  vous 
mangerez,  et  vous  achèterez  d'eux  à 
prix  d'argent  même  l'eau  que  vous  boi- 
rez. "Car  l'Éternel,  ton  Dieu,  t'a  béni 
dans  tout  le  travail  de  tes  mains,  il  a 
connu  ta  marche  dans  ce  grand  désert. 


'"Lorsque  tous  les  hommes  de  guerre 
eurent  disparu  par  la  mort  du  milieu 
du  peuple,  '"l'Éternel  me  parla,  et 
dit  :  '*Tu  passeras  aujourd'hui  la  fron- 
tière de  Moab,  à  Ar,  '^et  tu  approche- 
ras des  enfants  d'Ammon.  Ne  les  atta- 
c{ue  pas,  et  ne  t'engage  pas  dans  un 
combat  avec  eux;  car  je  ne  te  donne- 


Voilâ  quarante  années  que  l'Éternel,  rai  rien  â  posséder  dans  le  pays  des 

ton  Dieu,  est  avec  toi  :  tu  n'as  manqué  enfants  d'Ammon  :  c'est  aux  enfants 

de  rien.  de  Lot  que  je  l'ai  donné  en  propriété. 

*Nous  passâmes  à  distance  de  nos  ^"(Ce  pays  passait  aussi  pour  un  pays 

frères,  les  enfants  d'Ésaii,  qui  habitent  de    Rephaïm;   des    Rephaïm   y   habi- 

en  Séir,  et  à  distance  du  chemin  de  la  taient  auparavant,  et  les  Ammonites 

plaine,   d'Élath   et  d'Etsjon-Guéber,  les  appelaient  Zamzummim  :  -'c'était 

puis   nous   nous  tournâmes,  et  nous  un peuplegrand,  nombreux etde haute 

a.  Ar,  principale  ville  des  Moabites,  descendants  de  Lot.         b.  Rephaïm,  race  de  géants. 

200 


DEUTERONOME. 


Ch 


ap. 


:^,^-3,,. 


taille,  comme  les  Anakim.   L'Éternel  et  nous  le  battîmes,  lui  et  ses  fils,  et 

lesdétruisitdevantles Ammonites, qui  tout  son  peuple.  ^^Nous  prîmes  alors 

les  chassèrent   et   s'établirent   à  leur  toutesses  villes,  et  nous  les  dévouâmes 

place.  "C'est  ainsi  que  fit  l'Eternel  pour  par  interdit,  hommes,  femmes  et  petits 


les  enfants  d'Ésaû  qui  habitent  en  Séii 
quand  il  détruisit  les  Horiens  devant 
eux;  ils  les  chassèrent  et  s'établirent 
à  leur  place,  jusqu'à  ce  jour.  -^Les 
Avviens,  qui  habitaient  dans  des  villa- 


enfants,  sans  en  laisser  échapper  un 
seul.  -^^ Seulement,  nous  pillâmes  pour 
nous  le  bétail  et  le  butin  des  villes  que 
nous  avions  prises.  ^"Depuis  Aroër  sur 
les  bords  du  torrent  de  l'Arnon,  et  la 


ges  jusqu'à  Gaza,  turent  détruits  par  ville  qui  est  dans  la  vallée,  jusqu'à  Ga- 
les Gaphtorim,  sortis  de  Gaphtor,  qui  laad,  il  n'y  eut  pas  de  ville  trop  forte 
s'établirentàleurplace.)-'' Levez-vous,  pour  nous  :  l'Éternel,  notre  Dieu,  nous 
partez,  et  passez  le  torrent  de  l'Arnon.  livra  tout.  '"Mais  tu  n'approchas  point 
Vois,  je  livre  entre  tes  mains  Sihon,  du  pays  des  enfants  d'Ammon,  de  tou5 
roide  Hesbon,  l'Amoréen,  et  son  pays,  les  bords  du  torrent  de  Jabbok,  des 
Commence  la  conquête,  fais-lui  la 
guerre!  *^Je  vais  répandre  dès  aujour- 
d'hui la  frayeur  et  la  crainte  de  toi  sur 
tous  les  peuples  qui  sont  sous  le  ciel  ; 
et,  au  bruit  de  ta  renommée,  ils  trem- 
bleront et  seront  saisis  d'angoisse  à 
cause  de  toi. 

-^J'envoyai,  du  désert  de  Redémoth, 
des  messagers  à  Sihon,  roi  de  Hesbon, 
avec  des  paroles  de  paix.  Je  lui  fis  dire  : 
"Laisse-moi  passer  par  ton  pays;  je 
suivrai  la  grande  route,  sans  m'écarter 
ni  à  droite  ni  à  gauche.  "-*Tu  me  ven- 
dras à  prix  d'argent  la  nourriture  que 
je  mangerai,  et  tu  me  donneras  à  prix 
d'argent  l'eau  que  je  boirai  ;  je  ne  ferai 
que  passer  avec  mes  pieds.  -^C'est  ce 
que  m'ont  accordé  les  enfants  d'Ésaii 
qui  habitent  en  Séir,  et  les  Moabites 
qui  demeurent  à  Ar.  Accorde-le  aussi, 
jusqu'à  ce  que  je  passe  le  .Jourdain  pour 
entrer  au  pays  que  l'Eternel,  notre 
Dieu,  nous  donne.  ^"Mais  Sihon,  roi  de 
Hesbon,  ne  voulut  point  nous  laisser 
passer  chez  lui;  car  l'Éternel,  ton  Dieu, 
rendit  son  esprit  inflexible  et  endurcit 
son  cœur,  afin  de  le  livrer  entre  tes 
mains,  comme  tu  le  vois  aujourd'hui. 
"L'Eternel  me  dit  :  Vois,  je  te  livre  dès 
maintenant  Sihon  et  son  pays.  '-Sihon 
sortit  à  notre  rencontre,  avec  tout  son 
peuple,  pour  nous  combattre  à  Jahats. 
''L'Éternel,  notre  Dieu,  nous  le  livra. 


villes  de  la  montagne,  de  tous  les  lieux 
que  l'Éternel,  notre  Dieu,  t'avait  dé- 
fendu d'attaquer. 

Chap.  III.  'Nous  nous  tournâmes, 
et  nous  montâmes  par  le  chemin  de 
Basan.  Og,  roi  de  Basan,  sortit  à  notre 
rencontre,  avec  tout  son  peuple,  pour 
nous  combattre  à  Édréi.  -L'Éternel 
me  dit:  Ne  le  crains  point;  car  je  le 
livre  entre  tes  mains,  lui  et  tout  son 
peuple,  et  son  pays;  tu  le  traiteras 
comme  tu  as  traité  Sihon,  roi  des  Amo- 
réens,  qui  habitait  à  Hesbon.  'Et  l'É- 
ternel, notre  Dieu,  livra  encore  entre 
nos  mains  Og,  roi  de  Basan,  avec  tout 
son  peuple;  nous  le  battîmes,  sans 
laisser  échapper  aucun  de  ses  gens. 
"•Nous  prîmes  alors  toutes  ses  villes, 
et  il  n'y  en  eut  pas  une  qui  ne  tombât 
en  notre  pouvoir  :  soixante  villes,  toute 
la  contrée  d'Argob,  le  royaume  d'Og 
en  Basan.  ^Toutes  ces  villes  étaient 
fortifiées,  avec  de  hautes  murailles, 
des  portes  et  des  barres;  il  y  avait 
aussi  des  villes  sans  murailles,  en 
très  grand  nombre.  "Nous  les  dévouâ- 
mes par  interdit,  comme  nous  l'avions 
fait  à  Sihon,  roi  de  Hesbon;  nous  dé- 
vouâmes toutes  les  villes  par  interdit, 
hommes,  femmes  et  petits  enfants. 
'Mais  nous  pillâmes  pour  nous  tout  le 
bétail  et  le  butin  des  villes. 

**C'est  ainsi  que,  dans  ce  temps-là, 


201 


Chnp.  3, 


0-20. 


DEUTERONOME. 


nous  conquîmes  sur  les  deux  rois  des  marcherez  en  armes  devant  les  enfants 

Amoréens  le  pays  de  l'autre  côté  du  d'Israël.  '^Vos  femmes  seulement,  vos 

Jourdain,  depuis  le  torrent  de  l'Arnon  petits  enfants  et  vos  troupeaux  —  je 

jusqu'à  la  montagne  de  l'Hermon  ^(les  sais  que  vous  avez  de  nombreux  trou- 

Sidoniens  donnent  à  l'Hermon  le  nom  peaux  — ■  resteront  dans  les  villes  que 

de  Sirion,  et  les  Amoréens  celui  de  je  vous  ai  données,  ^"jusqu'à  ce  que 

Senir),  '"toutes  les  villes  de  la  plaine,  l'Eternel  ait  accordé  du  repos  à  vos 

tout  Galaad  et  tout  Basan  jusqu'à  Salca  frères  comme  à  vous,  et  qu'ils  possè- 

et  Édréi,  villes  du  royaume  d'Og  en  dent,  eux  aussi,  le  pays  que  l'Eternel, 

Basan.  "(Og,  roi  de  Basan,  était  resté  votre  Dieu,  leur  donne  de  l'autre  côté 

seul  de  la  race  des  Rephaïm.  Voici,  du  Jourdain.  Et  vous  retournerez  cha- 
son  lit,  un  lit  de  fer,  n'est-il  pas  à 
Rabbath,  ville  des  enfants  d'Ammon  ? 
Sa  longueur  est  de  neuf  coudées,  et 
sa  largeur  de  quatre  coudées,  en  cou- 
dées d'homme.) 


cun   dans   l'héritage   que   je  vous   ai 
donné. 

-'En  ce  temps-là,  je  donnai  des  or- 
dres à  Josué,  et  je  dis  :  Tes  yeux  ont 
vu  tout  ce  que  l'Eternel,  votre  Dieu,  a 


'^Nous  prîmes  alors  possession  de  fait  à  ces  deux  rois  :  ainsi  fera  l'Éter- 
ce  pays.  Je  donnai  aux  Rubénites  et  nel  à  tous  les  royaumes  contre  lesquels 
aux  Gadites  le  territoire  à  partir  d'A-  tu  vas  marcher.  ^^Ne  les  craignez 
roër  sur  le  torrent  de  l'Arnon  et  la  point;  car  l'Eternel,  votre  Dieu,  com- 
moitié  de  la  montagne  de  Galaad  avec  battra  lui-même  pour  vous. 
ses  villes.  '^Je  donnai  à  la  moitié  de  la  -'En  ce  temps-là,  j'implorai  la  mi- 
tribu  de  Manassé  le  reste  de  Galaad  et  séricorde  de  l'Eternel,  en  disant  : -''Sei- 
tout  le  royaume  d'Og  en  Basan  :  toute  gneur  Eternel,  tu  as  commencé  à  mon- 
la  contrée  d'Argob,  avec  tout  Basan,  trer  à  ton  serviteur  ta  grandeur  et  ta 
c'est  ce  qu'on  appelait  le  pays  des  main  puissante;  car  quel  dieu  y  a-t-il, 
Rephaïm.  '*Jaïr,  fils  de  Manassé,  prit  au  ciel  et  sur  la  terre,  qui  puisse  imi- 
toute  la  contrée  d'Argob  jusqu'à  la  ter  tes  œuvres  et  tes  hauts  faits  ? 
frontière  des  Gueschuriens  et  des  Maa-  ^^ Laisse-moi  passer,  je  te  prie,  laisse- 
cathiens ,  et  il  donna  son  nom  aux  moi  voir  ce  bon  pays  de  l'autre  côté 
bourgs  de  Basan,  appelés  encore  au-  du  Jourdain,  ces  belles  montagnes  et 
jourd'hui  bourgs  de  Jaïr.  '^Je  donnai  le  Liban.  -'^Mais  l'Eternel  s'irrita  con- 
Galaad  à  Makir.  '*Aux  Rubénites  et  tre  moi,  à  cause  de  vous,  et  il  ne  m'é- 
aux  Gadites  je  donnai  une  partie  de  conta  point.  L'Eternel  me  dit  :  C'est 
Galaad  jusqu'au  torrent  de  l'Arnon,  assez,  ne  me  parle  plus  de  cette  affaire, 
dont  le  milieu  sert  de  limite,  et  jus-  -'Monte  au  sommet  du  Pisga,  porte 
qu'au  torrent  de  Jabbok,  frontière  des  tes  regards  à  l'occident,  au  nord,  au 
enfants  d'Ammon;  '''je  leur  donnai  midi  et  à  l'orient,  et  contemple  de  tes 
encore  la  plaine,  limitée  par  le  Jour-  yeux;  car  tu  ne  passeras  pas  ce  Jour- 
dain, depuis  Kinnéreth  jusqu'à  la  mer  dain.  -*Donne  des  ordres  à  Josué,  for- 
de  la  plaine,  la  mer  Salée,  au  pied  du  tifie-le  et  affermis-le;  car  c'est  lui  qui 
Pisga  vers  l'orient.  marchera  devant  ce  peuple,  et  qui  le 

'*En   ce   temps-là,  je  vous   donnai  mettra  en  possession  du  pays  que  tu 

cet  ordre"  :    L'Eternel ,   votre   Dieu  ,  verras. 

vous  livre  ce  pays,  pour  que  vous  le  "Nous  demeurâmes  dans  la  vallée^ 

possédiez.   Vous   tous,   soldats,  vous  vis-à-vis  de  Beth-Peor. 


a.  Cet  ordre  s'adresse  aux  Rubénites  et  aux  Gadites. 


202 


DEUTERONOME. 


Chap.  A, 


1-19. 


Exiiorlation. 

Chap.  IV.       'Maintenant,    Israël,  ton  Dieu,  à  Horeb,  lorsque  l'Eternel 

écoute   les   lois   et   les   ordonnances,  me  dit  :  Assemble  auprès  de  moi  le 

que  je  vous   enseigne.   Mettez-les  en  peuple  !  Je  veux  leur  faire  entendre 

pratique,  afin  que  vous  viviez,  et  que  mes  paroles,  afin  qu'ils  apprennent  à 

vous   entriez   en   possession   du  pays  me  craindre  tout  le  temps  qu'ils  vi- 

que  vous  donne  l'Éternel,  le  Dieu  de  vront  sur  la  terre,  et  afin  qu'ils  les  en- 

vos  pères.  -Vous  n'ajouterez  rien  à  ce  seignent  à  leurs  enfants.  "Vous  vous 

que  je  vous  prescris,  et  vous  n'en  re-  approchâtes  et  vous  vous  tîntes  au  pied 

trancherez  rien  ;  mais  vous  observerez  de   la   montagne.  La   montagne   était 

les  commandements  de  l'Éternel,  vo-  embrasée,  et  les  flammes  s'élevaient 

tre  Dieu,  tels  que  je  vous  les  prescris,  jusqu'au  milieu  du  ciel.  Il  y  avait  des 

^Vos  yeux  ont  vu  ce  que  l'Éternel  a  ténèbres,  des  nuées,  de  l'obscurité, 

fait  à  l'occasion  de  Baal-Peor  :  l'Éter-  '-Et  l'Éternel  vous  parla  du  milieu  du 

nel,  ton  Dieu,  a  détruit  du  milieu  de  feu;  vous  entendîtes  le  son  des  paro- 

toi  tous  ceux  qui  étaient  allés  après  les,  mais  vous  ne  vîtes  point  de  figure. 


Baal-Peor.  *Et  vous,  qui  vous  êtes 
attachés  à  l'Éternel,  votre  Dieu,  vous 
êtes  aujourd'hui  tous  vivants. 

^Voici,  je  vous  ai  enseigné  des  lois 
et  des  ordonnances,  comme  l'Eternel, 
mon  Dieu,  me  l'a  commandé,  afin  que 


vous  n'entendîtes  qu'une  voix.  ''Il  pu- 
blia son  alliance,  qu'il  vous  ordonna 
d'observer,  les  dix  commandements; 
et  il  les  écrivit  sur  deux  tables  de 
pierre. 

'*En  ce  temps-là,  l'Éternel  me  com- 


vous  les  mettiez  en  pratique  dans  le      manda  de  vous  enseigner  des  lois  et 
pays  dont  vous  allez  prendre  posses-     des   ordonnances,    afin   que  vous   les 


sion.  'Vous  les  observerez  et  vous  les 
mettrez  en  pratique  ;  car  ce  sera  là 
votre  sagesse  et  votre  intelligence  aux 
yeux  des  peuples,  qui  entendront  par- 
ler de  toutes  ces  lois  et  qui  diront  : 
Cette  grande  nation  est  un  peuple  ab- 
solument saae  et  intellig'ent  ! 


mettiez  en  pratique  dans  le  pays  dont 
vous  allez  prendre  possession. 

'^Puisque  vous  n'avez  vu  aucune  fi- 
gure le  jour  où  l'Éternel  vous  parla  du 
milieu  du  feu,  à  Horeb,  veillez  attenti- 
vement sur  vos  âmes,  ?'de  peur  que 
vous  ne  vous  corrompiez  et  que  vous 


"Quelle  est,  en  effet,  la  grande  na-  ne  vous  fassiez  une  image  taillée,  une 

lion  qui  ait  des  dieux  aussi  proches  que  représentation  de  quelque  idole,  la  fi- 

l'Éternel,  notre  Dieu,  l'est  de  vous,  gure  d'un  homme  ou  d'une  femme, ''la 

toutes  les  fois  que  nous  l'invoquons?  figure  d'un  animal  qui  soit  sur  la  terre, 

*Et  quelle  est  la  grande  nation  qui  ait  la  figure  d'un  oiseau  qui  vole  dans  les 

des   lois   et  des   ordonnances  justes,  cieux, '*la  figure  d'une  bête  qui  rampe 

comme  toute  cette  loi  que  je  vous  pré-  sur  le  sol,  la  figure  d'un  poisson  qui 

sente  aujourd'hui  ?  vive  dans  les  eaux  au-dessous  de  la 

'■•Seulement,  prends  garde  à  toi  et  terre.  '"Veille  sur  ton  àme,  de  peur 

veille  attentivement  sur  ton  àme,  tous  que,  levant  tes  yeux  vers  le  ciel,  et 

les  jours  de  ta  vie,  de  peur  que  tu  n'ou-  voyant  le  soleil,  la  lune  et  les  étoiles, 

blies  les  choses  que  tes  yeux  ont  vues,  toute  l'armée  des  cicux,  tu  ne  sois  en- 

et  qu'elles  ne  sortentde  ton  cœur;  en-  traîné  à  te  prosterner  en  leur  présence 

seigne-les  à  tes  enfants  et  aux  enfants  et  à  leur  rendre  un  culte  :  ce  sont  des 

de  tes  enfants.  '"Souviens-toi  du  jour  choses  que  l'Éternel,  ton  Dieu,  a  don- 

où  tu  le  présentas  devant  l'Éternel,  nées  en   partage  à  tous  les  peuples, 

203 


Cliap.  i, 


■iO-'iO. 


DEUTERONOME. 


sous  le  ciel  tout  entier.  -"Mais  vous, 
l'Eternel  vous  a  pris,  et  vous  a  fait  sor- 
tir de  la  fournaise  de  fer",  de  l'Egypte, 
afin  que  vous  fussiez  un  peuple  qui  lui 
appartînt  en  propre,  comme  aous  l'êtes 
aujourd'hui.  -'Et  l'Eternel  s'irrita  con- 
tre moi,  à  cause  de  vous  ;  et  il  jura  que 
je  ne  passerais  point  le  Jourdain,  et 
que  je  n'entrerais  point  dans  le  bon 
pays  que  l'Eternel,  ton  Dieu,  te  donne 
en  héritage.  -^Je  mourrai  donc  en  ce 
pays-ci,  je  ne  passerai  point  le  Jour- 
dain; mais  vous  le  passerez,  et  vous 
posséderez  ce  bon  pays.  -^Veillez  sur 
vous,  afin  de  ne  point  mettre  en  oubli 
l'alliance  que  l'Eternel,  votre  Dieu,  a 
traitée  avec  vous,  et  de  ne  point  vous 
faire  d'image  taillée,  de  représentation 
quelconque,  que  l'Eternel,  ton  Dieu, 
t'aitdéfendue.  -^Gar  l'Eternel,  tonDieu, 
est  un  feu  dévorant,  un  Dieu  jaloux. 

-^Lorsque  tu  auras  des  enfants,  et 
des  enfants  de  tes  enfants,  et  que  vous 
serez  depuis  longtemps  dans  le  pays, 
si  vous  vous  corrompez,  si  vous  faites 
des  images  taillées,  des  représenta- 
tions de  quoi  que  ce  soit,  si  vous  faites 
ce  qui  est  mal  aux  yeux  de  l'Eternel, 
votre  Dieu,  pour  l'irriter,  — -^j'en 
prends  aujourd'hui  à  témoin  contre 
vous  le  ciel  et  la  terre,  —  vous  dispa- 
raîtrez par  une  mort  rapide  du  pays 
dont  vous  allez  prendre  possession  au 
delà  du  Jourdain,  vous  n'y  prolongerez 
pas  vos  jours,  car  vous  serez  entière- 
ment détruits.  -'L'Eternel  vous  disper- 
sera parmi  les  peuples,  et  vous  ne  res- 
terez qu'un  petit  nombre  au  milieu  des 
nations  où  l'Eternel  vous  emmènera. 
-^Et  là,  vous  servirez  des  dieux,  ou- 
vrage de  mains  d'homme,  du  bois  et 
de  la  pierre,  qui  ne  peuvent  ni  voir,  ni 
entendre,  ni  manger,  ni  sentir.  *"  C'est 
de  là  aussi  que  tu  chercheras  l'Eternel, 
ton  Dieu,  et  que  tu  le  trouveras,  si  tu 
le  cherches  de  tout  ton  cœur  et  de 
toute  ton  àme.^°Au  sein  de  ta  détresse, 

a.  Figure  exprimant  les  souffrances  et  les  mauvais 


toutes  ces  choses  t'arriveront.  Alors, 
dans  la  suite  des  temps,  tu  retourne- 
ras à  l'Eternel,  ton  Dieu,  et  tu  écou- 
teras sa  voix;  ''car  l'Eternel,  ton  Dieu, 
est  un  Dieu  de  miséricorde,  qui  ne  t'a- 
bandonnera point  et  ne  te  détruira 
point  :  il  n'oubliera  pas  l'alliance  de 
tes  pères,  qu'il  leur  a  jurée. 

•'-Interroge  les  temps  anciens  qui 
t'ont  précédé,  depuis  le  jour  où  Dieu 
créa  l'homme  sur  la  terre,  et  d'une 
extrémité  du  ciel  à  l'autre  :  y  eut-il  ja- 
mais si  grand  événement,  et  a-t-on 
jamais  ouï  chose  semblable  ?  '^Fut-il 
jamais  un  peuple  qui  entendît  la  voix 
de  Dieu  parlant  du  milieu  du  feu, 
comme  tu  l'as  entendue,  et  qui  soit 
demeuré  vivant  ?  ^■'Fut-il  jamais  un 
dieu  qui  essayât  de  venir  prendre  à  lui 
une  nation  du  milieu  d'une  nation,  par 
des  épreuves,  des  signes,  des  miracles 
et  des  combats,  à  main  forte  et  à  bras 
étendu,  et  avec  des  prodiges  de  ter- 
reur, comme  l'a  fait  pour  vous  l'Eter- 
nel, votre  Dieu,  en  Egypte  et  sous  vos 
yeux  ?  ^^Tu  as  été  rendu  témoin  de  ces 
choses,  afin  que  tu  reconnusses  que 
l'Eternel  est  Dieu,  qu'il  n'y  en  a  point 
d'autre.  '^Du  ciel,  il  t'a  fait  entendre 
sa  voix  pour  t'instruire;  et,  sur  la  terre, 
il  t'a  fait  voir  son  grand  feu,  et  tu  as 
entendu  ses  paroles  du  milieu  du  feu. 
^'11  a  aimé  tes  pères,  et  il  a  choisi  leur 
postérité  après  eux  ;  il  t'a  fait  lui-même 
sortir  d'Egypte  par  sa  grande  puis- 
sance; '*il  a  chassé  devant  toi  des  na- 
tions supérieures  en  nombre  et  en 
force,  pour  te  faire  entrer  dans  leur 
pays,  pour  t'en  donner  la  possession, 
comme  tu  le  vois  aujourd'hui.  ''Sache 
donc  en  ce  jour,  et  retiens  dans  ton 
cœur  que  l'Eternel  est  Dieu,  en  haut 
dans  le  ciel  et  en  bas  sur  la  terre,  et 
qu'il  n'y  en  a  point  d'autre.  ''"Et  ob- 
serve ses  lois  et  ses  commandements 
que  je  te  prescris  aujourd'hui,  afin  que 
tu  sois  heureux,  toi  et  tes  enfants  après 

traitements  subis  par  les  Israélites  en  Egypte. 


204 


DEUTERONOME. 


Cita  p.  i,  n-5, 15. 


loi,  et  que  tu  prolonges  désormais  tes 
jours  dans  le  pays  que  l'Eternel,  ton 
Dieu,  te  donne. 

*' Alors  Moïse  choisit  trois  villes  de 
l'autre  côté  du  Jourdain,  à  l'orient, 
■•^afin  qu'elles  servissent  de  refuge  au 
meurtrier  qui  aurait  involontairement 
tué  son  prochain,  sans  avoir  été  aupa- 
ravant son  ennemi,  et  afin  qu'il  ])ùt 
sauver  sa  vie  en  s'enfuyant  dans  l'une 
de  ces  villes.  ''^C'étaient  :  Betser,  dans 
le  désert,  dans  la  plaine,  chez  les  Hu- 
hénites;  Ranioth,  en  Galaad,  chez  les 
Gadites,  et  Golan,  en  Basan,  chez  les 
Manassites. 

Le  Décalogue  ". 

"C'est  ici  la  loi  que  présenta  Moïse 
aux  entants  d'Israël,  ■'^'^'oici  les  pré- 
ceptes, les  lois  et  les  ordonnances,  que 
Moïse  prescrivit  aux  enfants  d'Israël, 
après  leur  sortie  d'Egypte.  ■'^C'étaitde 
l'autre  côté  du  Jourdain,  dans  la  vallée, 
vis-à-vis  de  Beth-Peor,  au  pays  de  Si- 
llon, roi  des  Amoréens,  qui  habitait  à 
Hesbon,  et  qui  fut  battu  par  Moïse  et 
les  enfants  d'Israël,  après  leur  sortie 
d'Egypte.  ■'"Ils  s'emparèrent  de  son 
pays  et  de  celui  d'Og,  roi  de  Basan. 
Ces  deux  i-ois  des  Amoréens  étaient  de 
l'autre  côté  du  Jourdain,  à  l'orient. 
*^Leur  territoire  s'étendait  depuis  A- 
roër  sur  les  bords  du  torrent  de  l'Ar- 
non  jusqu'à  la  montagne  de  Sion  qui 
est  rHermon,  '''et  il  embrassait  toute 
la  plaine  de  l'autre  côté  du  Jourdain, 
à  l'orient,  jusqu'à  la  mer  de  la  plaine, 
au  pied  du  Pisga. 

Chap.  y.  'Moïse  convoqua  tout 
Israël,  et  leur  dit  : 

Écoute,  Israël,  les  lois  et  les  ordon- 
nances, que  je  vous  fais  entendre  au- 
jourd'hui. Apprenez-les,  et  mettez-les 
soigneusement  en  pratique. 

^L'Eternel,  notre  Dieu,  a  traité  avec 
nous  une  alliance  à  Iloreb.  ^Ge  n'est 


point  avec  nos  pères  que  l'Eternel  a 
traité  cette  alliance;  c'est  avec  nous, 
(pii  sommes  ici  aujourd'hui,  tous  vi- 
vants. ■'L'Éternel  vous  parla  face  à  face 
sur  la  montagne,  du  milieu  du  feu.  ^Je 
me  tins  alors  entre  l'Éternel  et  a^ous, 
pour  vous  annoncer  la  parole  de  l'P^ter- 
nel  ;  car  vous  aviez  peur  du  feu,  et  vous 
ne  montâtes  point  sur  la  montagne.  Il 
dit  : 

*Je  suis  l'Éternel,  ton  Dieu,  qui  t'ai 
fait  sortir  du  pays  d'Egypte,  de  la  mai- 
son de  servitude. 

'Tu  n'auras  jioint  d'autres  dieux  de- 
vant ma  face. 

*Tu  ne  feras  point  d'image  taillée, 
de  représentation  quelconque  des  cho- 
ses qui  sont  en  haut  dans  les  cieux, 
qui  sont  en  bas  sur  la  terre,  et  qui  sont 
dans  les  eaux  plus  bas  que  la  terre. 

n\i  ne  te  prosterneras  point  devant 
elles,  et  tu  ne  les  serviras  point;  car 
moi,  l'Éternel,  ton  Dieu,  je  suis  un 
Dieu  jaloux,  qui  punis  l'iniquité  des 
pères  sur  les  enfants  jusqu'à  la  troi- 
sième et  à  la  quatrième  génération  de 
ceux  qui  me  haïssent,  '"et  qui  fais  mi- 
séricorde jusqu'à  la  millième  généra- 
tion à  ceux  qui  m'aiment  et  qui  gardent 
mes  commandements. 

"Tu  ne  prendras  point  le  nom  de 
l'Éternel,  ton  Dieu,  en  vain;  car  l'E- 
ternel ne  laissera  point  impuni  celui 
qui  prendra  son  nom  en  vain. 

'-Observe  le  jour  du  repos,  pour  le 
sanctifier,  comme  l'Éternel,  ton  Dieu, 
te  l'a  ordonné.  '^Tii  travailleras  six 
jours,  et  tu  feras  tout  ton  ouvrage. 
'■•  Mais  le  septième  jour  est  le  jour  du 
repos  de  l'Éternel,  ton  Dieu  :  lu  ne  fe- 
ras aucun  ouvrage,  ni  toi,  ni  ton  fils, 
ni  ta  fille,  ni  ton  serviteur,  ni  ta  ser- 
vante, ni  ton  bœuf,  ni  ton  âne,  ni  au- 
cune de  tes  bêtes,  ni  l'étranger  qui  est 
dans  tes  portes,  afin  que  ton  serviteur 
et  ta  servante  se  reposent  comme  toi. 
'^Tu  te  souviendras  que  tu  as  été  es- 


a.   Voy.  Exode  20. 


205 


Chap.  5, 16-6,3. 


DEUTERONOME. 


clave  au  pays  d'Egypte,  et  que  l'Éter- 
nel, ton  Dieu,  t'en  a  fait  sortir  à  main 
forte  et  à  bras  étendu  :  c'est  pourquoi 
l'Éternel,  ton  Dieu,  t'a  ordonné  d'ob- 
server le  jour  du  repos. 

'*  Honore  ton  père  et  ta  mère,  comme 
l'Éternel,  ton  Dieu,  te  l'a  ordonné,  afin 
que  tes  jours  se  prolongent  et  que  tu 
sois  heureux  dans  le  pays  que  l'Eter- 
nel, ton  Dieu,  te  donne. 

"Tu  ne  tueras  point. 

'*Tu  ne  commettras  pointd'adultère. 

''Tu  ne  déroberas  point. 

^"Tu  ne  porteras  point  de  faux  té- 
moignage contre  ton  prochain. 

-'Tu  ne  convoiteras  point  la  femme 
de  ton  prochain  ;  tu  ne  désireras  point 
la  maison  de  ton  prochain ,  ni  son 
champ,  ni  son  serviteur,  ni  sa  servante, 
ni  son  bœuf,  ni  son  àne ,  ni  aucune 
chose  qui  appartienne  à  ton  prochain. 

^"Telles  sont  les  paroles  que  pro- 
nonça l'Eternel  à  haute  voix  sur  la 
montagne,  du  milieu  du  feu,  des  nuées 
et  de  l'obscurité ,  et  qu'il  adressa  à 
toute  votre  assemblée,  sans  rien  ajou- 
ter. Il  les  écrivit  sur  deux  tables  de 
pierre,  qu'il  me  donna. 

^^ Lorsque  vous  eûtes  entendu  la  voix 
du  milieu  des  ténèbres,  et  tandis  que 
la  montagne  était  toute  en  feu ,  vos 
chefs  de  tribus  et  vos  anciens  s'appro- 
chèrent tous  de  moi,  ^■*et  vous  dîtes  : 
Voici,  l'Éternel,  notre  Dieu,  nous  a 
montré  sa  gloire  et  sa  grandeur,  et 
nous  avons  entendu  sa  voix  du  milieu 
du  feu;  aujourd'hui,  nous  avons  vu  que 
Dieu  a  parlé  à  des  hommes,  et  qu'ils 
sont  demeurés  vivants.  -'^Et  mainte- 
nant pourquoi  mourrions-nous  ?  car  ce 
grand  feu  nous  dévorera  ;  si  nous  con- 
tinuons à  entendre  la  voix  de  l'Éter- 
nel, notre  Dieu,  nous  mourrons. '-"Quel 
est  l'homme,  en  effet,  qui  ait  jamais 
entendu,  comme  nous,  la  voix  du  Dieu 


notre  Dieu  ;  tu  nous  rapporteras  toi- 
même  tout  ce  que  te  dira  l'Éternel, 
notre  Dieu  ;  nous  l'écouterons,  et  nous 
le  ferons. 

-^L'Éternel  entendit  les  paroles  que 
vous  m'adressâtes.  Et  l'Éternel  me 
dit  :  .J'ai  entendu  les  paroles  que  ce 
peuple  t'a  adressées  :  tout  ce  qu'ils  ont 
dit  est  bien.  -'Oh  !  s'ils  avaient  tou- 
jours ce  même  coeur  pour  me  craindre 
et  pour  observer  tous  mes  commande- 
ments, afin  qu'ils  fussent  heureux  à 
jamais,  eux  et  leurs  enfants  !  ^"Va,  dis- 
leur :  Retournez  dans  vos  tentes.  ^'  Mais 
toi,  reste  ici  avec  moi,  et  je  te  dirai 
tous  les  commandements,  les  lois  et 
les  ordonnances,  que  tu  leur  enseigne- 
ras, afin  qu'ils  les  mettent  en  pratique 
dans  le  pays  dont  je  leur  donne  la  pos- 
session. ^^Vous  ferez  avec  soin  ce  que 
l'Eternel,  votre  Dieu,  vous  a  ordonné; 
vous  ne  vous  en  détournerez  ni  adroite, 
ni  à  gauche.  ''^Vous  suivrez  entière- 
ment la  voie  que  l'Éternel,  votre  Dieu, 
vous  a  prescrite,  afin  que  vous  viviez 
et  que  vous  soyez  heureux ,  afin  que 
vous  prolongiez  vos  jours  dans  le  pays 
dont  vous  aurez  la  possession. 

L'observation  des  coinmandeincnts  de  l  Eternel. 

Chap.  VI.  'Voici  les  commande- 
ments, les  lois  et  les  ordonnances,  que 
l'Éternel,  votre  Dieu,  a  commandé  de 
vous  enseigner,  afin  que  vous  les  met- 
tiez en  pratique  dans  le  pays  dont  vous 
allez  prendre  possession;  -afin  que  tu 
craignes  l'Éternel,  ton  Dieu,  en  obser- 
vant, tous  les  jours  de  ta  vie,  toi,  ton 
fils,  et  le  fils  de  ton  fils,  toutes  ses  lois 
et  tous  ses  commandements  que  je  te 
prescris,  et  afin  que  tes  jours  soient 
prolongés.  ^Tu  les  écouteras  donc, 
Israël ,  et  tu  auras  soin  de  les  mettre 
en  pratique,  afin  que  tu  sois  heureux  et 
que  vous  multipliiez  beaucoup,  comme 


vivant  parlant  du  milieu  du  feu,  et  qui  te  l'a  dit  l'Éternel,  le  Dieu  de  tes  pères, 
soit  demeuré  vivant  .■*  "Approche,  toi,  en  te  promettant  un  pays  où  coulent 
et  écoute  tout  ce  que  dira  l'Éternel,      le  lait  et  le  miel. 

206 


DEUTERONOME. 


C/uip.  0,  k-7 ,  i. 


^Écoute,  Israël!  L'Éternel,  notre 
Dieu,  est  le  seul  Eternel. 

^Tu  aimeras  l'Eternel,  ton  Dieu,  de 
tout  ton  cœur,  de  toute  ton  àme  et  de 
toute  ta  force.  *Et  ces  commande- 
ments, que  je  te  donne  aujourd'hui, 
seront  dans  ton  cœur.  'Tu  les  incul- 


chassé  tous  tes  ennemis  devant  toi, 
comme  l'Éternel  l'a  dit. 

-"Lorsque  ton  fds  te  demandera  un 
jour  :  Que  signifient  ces  préceptes,  ces 
lois  et  ces  ordonnances,  que  l'Éternel, 
notre  Dieu,  vous  a  prescrits?  -'tu  di- 
ras à  ton  fds  :  Nous  étions  esclaves  de 


queras  à  tes  enfants,  et  tu  en  parleras      Pharaon  en  Egypte,  et  l'Éternel  nous 
quand  tu  seras  dans  ta  maison,  quand      a  fait  sortir  de  l'Egypte  par  sa  main 
tu  iras  en  voyage,  quand  tu  te  couche- 
ras et  quand  tu  te  lèveras.  *Tu  les  liei'as 


comme  un  signe  sur  tes  mains,  et  us 
seront  comme  des  fronteaux  entre  tes 
yeux.  'Tu  les  écriras  sur  les  poteaux 
de  ta  maison  et  sur  tes  portes. 

'"L'Éternel,  ton  Dieu,  te  fera  entrer 
dans  le  pays  qu'il  a  juré  à  tes  pères,  à 
Abraham,  à  Isaac  et  à  Jacob,  de  te  don- 
ner. Tu  posséderas  de  grandes  et  bon- 


puissante.  "L'Eternel  a  opéré,  sous 
nos  yeux,  des  miracles  et  des  prodiges, 
grands  et  désastreux,  contre  l'Egypte, 
contre  Pharaon  et  contre  toute  sa  mai- 
son ;  -'et  il  nous  a  fait  sortir  de  là,  pour 
nous  amener  dans  le  pays  qu'il  avait 
juré  à  nos  pères  de  nous  donner.  ^''L'É- 
ternel nous  a  commandé  de  mettre  en 
pratique  toutes  ces  lois  et  de  craindre 
1  Eternel,  notre  Dieu,   afin  que  nous 


nés  villes  que  tu  n'as  point  bâties,  "  des      fussions  toujours  heureux,  et  qu'il  nous 


maisons  qui  sont  pleines  de  toutes 
sortes  de  biens  et  que  tu  n'as  point 
remplies,  des  citernes  creusées  que  tu 
n'as  point  creusées,  des  vignes  et  des 
oliviers  que  tu  n'as  point  plantés.  Lors- 
que tu  mangeras  et  te  rassasieras, 
'-garde-toi  d'oublier  l'Éternel,  qui  t'a 
fait  sortir  du  pays  d'Egypte,  de  la  mai- 
son de  servitude.  ''Tu  craindras  l'É- 
ternel, ton  Dieu,  tu  le  serviras,  et  tu 
jureras  par  son  nom.  '*  Vous  n'irez  point 
après  d'autres  dieux,  d'entre  les  dieux 
des  peuples  qui  sont  autour  de  vous; 
'^car  l'Éternel,  ton  Dieu,  est  un  Dieu 
jaloux  au  milieu  de  toi.  La  colère  de 
l'Eternel,  ton  Dieu,  s'enflammerait 
contre  toi,  et  il  t'exterminerait  de  des- 
sus la  terre.  "Vous  ne  tenterez  point 
l'Eternel,  votre  Dieu,  comme  vous  l'a- 
vez tenté  à  Massa.  '"Mais  vous  obser- 
verez les  commandements  de  l'Éter- 
nel, votre  Dieu,  ses  ordonnances  et  ses 
lois  qu'il  vous  a  prescrites.  '^Tu  feras 
ce  qui  est  droit  et  ce  qui  est  bien  aux 


conservât  la  vie  comme  il  le  fait  au- 
jourd'hui. -^Nous  aurons  la  justice  en 
partage,  si  nous  mettons  soigneuse- 
ment en  pratique  tous  ces  commande- 
ments devant  l'Éternel,  notre  Dieu, 
comme  il  nous  l'a  ordonné. 

Ordre  de  détruire  les  Cnnnt}éens  et  leurs  idoles. 

Chap.  VII.  'Lorsque  l'Éternel,  ton 
Dieu,  t'aura  fait  entrer  dans  le  pays 
donttu  vas  prendre  possession,  etqu'il 
chassera  devant  toi  beaucoup  de  na- 
tions, les  lléthiens,  les  Guirgasiens,  les 
Amoréens,  les  Cananéens,  les  Phéré- 
ziens,  les  Iléviens  et  les  Jébusiens, 
sept  nations  plus  nombreuses  et  plus 
puissantes  que  toi;  -lorsque  l'Éternel, 
ton  Dieu,  te  les  aura  livrées  et  que  tu 
les  auras  battues,  tu  les  dévoueras  par 
interdit,  tu  ne  traiteras  point  d'alliance 
avec  elles,  et  tu  ne  leur  feras  point 
grâce.  ''Tu  ne  contracteras  point  de 
mariage  avec  ces  peuples,  tu  ne  don- 
neras point  tes  filles  à  leurs  fils,  et  tu 


yeux  de  l'Eternel,  afin  que  tu  sois  heu-  ne  prendras  point  leurs  filles  pour  tes 

reux,  et  que  tu  entres  en  possession  fils;  ■'car  ils  détourneraient  de  moi  tes 

du  bon  pays  que  l'Éternel  a  juré  à  tes  fils,  qui  serviraient  d'autres  dieux,  et 

pères  de  te  donner,  "après  (ju'il  aura  la  colère  de  l'Éternel  s'enflammerait 

207 


Chap.  7 ,  .3-26. 


DEUTERONOME. 


contre  vous  :  il  te  détruirait  prompte- 
ment.  ^Voici,  au  contraire,  comment 
vous  agirez  à  leur  égard  :  vous  renver- 
serez leurs  autels,  vous  briserez  leurs 
statues,  vous  abattrez  leurs  idoles,  et 
vous  brûlerez  au  feu  leurs  images  tail- 
lées. ^Gar  tu  es  un  peuple  saint  pour 
l'Éternel,  ton  Dieu;  l'Eternel,  tonDieu, 
t'a  choisi,  pour  que  tu  fusses  un  peu- 
ple qui  lui  appartînt  entre  tous  les 
peuples  qui  sont  sur  la  face  de  la  terre. 
"Ce  n'est  point  parce  que  vous  surpas- 


ni  bête  stérile  parmi  tes  troupeaux. 
'^L'Eternel  éloignera  de  toi  toute  ma- 
ladie ;  il  ne  t'enverra  aucune  de  ces 
mauvaises  maladies  d'Egypte  qui  te 
sont  connues,  mais  il  en  frappera  tous 
ceux  qui  te  haïssent. 

'^Tu  dévoreras  tous  les  peuples  que 
l'Eternel,  ton  Dieu,  va  te  livrer,  tu  ne 
jetteras  pas  sur  eux  un  regard  de  pitié, 
et  tu  ne  serviras  point  leurs  dieux,  car 
ce  serait  un  piège  pour  toi.  ''Peut-être 
diras-tu  dans  ton  cœur  :  Ces  nations 


sez  en  nombre  tous  les  peuples,  que      sont  plus  nombreuses  que  moi  ;  com- 


l'Éternel  s'est  attaché  à  vous  et  qu'il 
vous  a  choisis,  car  vous  êtes  le  moin- 
dre de  tous  les  peuples.  *Mais,  parce 
que  l'Eternel  vous  aime,  parce  qu'il  a 
voulu  tenir  le  serment  qu'il  avait  fait 
à  vos  pères,  l'Eternel  vous  a  fait  sortir 
par  sa  main  puissante,  vous  a  délivrés 
de  la  maison  de  servitude,  de  la  main 


ment  pourrai-je  les  chasser  ?'*Ne  les 
crains  point.  Rappelle  à  ton  souvenir 
ce  que  l'Eternel,  ton  Dieu,  a  fait  à 
Pharaon  et  à  toute  l'Egypte,  "les  gran- 
des éjireuves  que  tes  yeux  ont  vues, 
les  miracles  et  les  prodiges,  la  main 
forte  et  le  bras  étendu,  quand  l'Eter- 
nel, ton  Dieu,  t'a  fait  sortir  :  ainsi  fera 


de  Pharaon,  roi  d'Egypte.  "Sache  donc      l'Eternel,  ton  Dieu,  à  tous  les  peuples 


que  c'est  l'Eternel,  ton  Dieu,  qui  est 
Dieu.  Ce  Dieu  fidèle  garde  son  alliance 
et  sa  miséricorde  jusqu'à  la  millième 
génération  envers  ceux  qui  l'aiment  et 
qui  observent  ses  commandements. 
'"Mais  il  use  directement  de  repré- 
sailles envers  ceux  qui  le  haïssent,  et 
il  les  fait  périr  ;  il  ne  diffère  point  en- 
vers celui  qui  le  hait,  il  use  directe- 
ment de  représailles.  "Ainsi,  observe 
les  commandements,  les  lois  et  les  or- 
donnances, que  je  te  prescris  aujour- 
d'hui, et  mets-les  en  pratique. 

'"Si  vous  écoutez  ces  ordonnances, 
si  vous  les  observez  et  les  mettez  en 
pratique,  l'Eternel,  ton  Dieu,  gardera 
envers  toi  l'alliance  et  la  miséricorde 
qu'il  a  jurées  à  tes  pères.  ''Il  t'aimera, 
il  te  bénira  et  te  multipliera;  il  bénira  tre  toi,  jusqu'à  ce  que  tu  les  aies  dé- 
le  fruit  de  tes  entrailles  et  le  fruit  de  truits.-^Vousbrûlerezau  feu  les  images 
ton  sol,  ton  blé,  ton  moût  et  ton  huile,  taillées  de  leurs  dieux.  Tu  ne  convoi- 
tes portées  de  ton  gros  et  de  ton  menu  teras  point  et  tu  ne  prendras  point 
bétail,  dans  le  pays  qu'il  a  juré  à  tes  pour  toi  l'argent  et  l'or  qui  sont  sur 
pères  de  te  donner.  '■'Tu  seras  béni  elles,  de  peur  que  ces  choses  ne  te  de- 
plus  que  tous  les  peuples;  il  n'y  aura  viennent  un  piège;  car  elles  sont  en 
chez  toi  ni  homme  ni  femme  stérile,      abomination  à  l'Eternel,  ton  Dieu. -^Tu 

208 


que  tu  redoutes.  ^"L'Eternel,  ton  Dieu, 
enverra  même  les  frelons  contre  eux, 
jusqu'à  la  destruction  de  ceux  qui 
échapperont  et  qui  se  cacheront  de- 
vant toi.  -'  Ne  sois  point  effrayé  à  cause 
d'eux;  car  l'Eternel,  ton  Dieu,  est  au 
milieu  de  toi,  le  Dieu  grand  et  terrible. 
"L'Eternel,  ton  Dieu,  chassera  peu  à 
peu  ces  nations  loin  de  ta  face  ;  tu  ne 
pourras  pas  les  exterminer  prompte- 
ment,  de  peur  que  les  bêtes  des  champs 
ne  se  multiplient  contre  toi.  ^'L'Eter- 
nel, ton  Dieu,  te  les  livrera;  et  il  les 
metti'a  complètement  en  déroute,  jus- 
qu'à ce  qu'elles  soient  détruites.  -'11 
livrera  leurs  rois  entre  tes  mains,  et 
tu  feras  disparaître  leurs  noms  de  des- 
sous les  cieux  ;  aucun  ne  tiendra  con- 


DEUTERONOME. 


Chap.  8, 1-0, 1. 


n'introcUiiras  point  une  chose  ahomi-  quel  tu  tailleras  l'airain.  '"Lorsque  tu 
nal)le  clans  ta  maison,  afin  que  tu  ne  mangeras  et  te  rassasieras,  tu  béniras 
sois  pas,  comme  cette  chose,  dévoué      l'Eternel,  ton  Dieu,  pour  le  bon  pays 


])ar  interdit;  tu  l'auras  en  horreur,  tu 
l'auras  en  abomination,  car  c'est  une 
chose  dévouée  par  interdit. 

La  terre  promise  et  la  reconnaissance 
cni'crs  Dieu. 

Chap.  MU.  'Vous  observerez  et 
vous  mettrez  en  pratique  tous  les  com- 
mandements que  je  vous  prescris  au- 
jourd'hui, afin  que  vous  viviez,  que 
vous  multipliiez,  et  que  vous  entriez 


qu'il  t'a  donné.  "Garde-toi  d'oublier 
l'Eternel,  ton  Dieu,  au  point  de  ne  pas 
observer  ses  commandements,  ses  or- 
donnances et  ses  lois,  que  je  te  pres- 
cris aujourd'hui.  '-Lorsque  tu  mange- 
ras et  te  rassasieras,  lorsque  tu  bâtiras 
et  habiteras  de  belles  maisons,  '^lors- 
que tu  verras  multiplier  ton  gros  et  ton 
menu  bétail,  s'augmenter  ton  argent 
et  ton  or,  et  s'accroître  tout  ce  qui  est 
à  toi,  "prends  garde  que  ton  cœur  ne 


en  possession  du  pays  que  l'Eternel  a      s'enfle,  et  que  tu  n'oublies  l'Eternel, 


juré  de  donner  à  vos  pères. 

-Souviens-toi  de  tout  le  chemin  que 
l'Eternel,  ton  Dieu,  t'a  fait  faire  pen- 
dant ces  quarante  années  dans  le  dé- 
sert, afin  de  t'humilier  et  de  t'éprou- 
ver,  pour  savoir  quelles  étaient  les 
dispositions  de  ton  cœur  et  si  tu  gar- 
derais ou  non  ses  commandements. 
^11  t'a  humilié,  il  t'a  fait  souffrir  de  la 
faim,  et  il  t'a  nourri  de  la  manne,  que 
tu  ne  connaissais  pas  et  que  n'avaient 
pas  connue  tes  pères,  afin  de  t'ap- 
prendre  que  l'homme  peut  vivre  non- 
seulement  de  pain,  mais  de  tout  ce 
qui  sort  de  la  bouche  de  l'Eternel.  'Ton 
vêtement  ne  s'est  point  usé  sur  toi,  et 


ton  Dieu,  qui  t'a  fait  sortir  du  pays 
d'Egypte,  de  la  maison  de  servitude, 
'^(jui  t'a  fait  marcher  dans  ce  grand  et 
affreux  désert,  où  il  y  a  des  serpents 
brûlants  et  des  scorpions,  dans  des 
lieux  arides  et  sans  eau,  et  qui  a  fait 
jaillir  pour  toi  de  l'eau  du  rocher  le 
])lus  dur,  "^qui  t'a  fait  manger  dans  le 
désert  la  manne  inconnue  à  tes  pères» 
afin  de  t'humilier  et  de  t'éprouver, 
pour  te  faire  ensuite  du  bien.  '^ Garde- 
toi  de  dire  en  ton  cœur  :  Ma  force  et 
la  puissance  de  ma  main  m'ont  acquis 
ces  richesses.  '^Souviens-toi  de  ri']ter- 
nel,  ton  Dieu,  car  c'est  lui  qui  te  don- 
nera de  la  force  pour  les  acquérir,  afin 


ton  jiied  ne  s'est  point  enflé,  pendant      de  confirmer,  comme  il  le  fait  aujour- 
ces  quarante  années.^  Reconnais  en  ton      d'hui,  son  alliance  qu'il  a  jurée  à  tes 


cœur  que  l'Eternel,  ton  Dieu,  te  châtie 
comme  un  homme  châtie  son  enfant. 
*Tu  observeras  les  commandements 
de  l'Eternel,  ton  Dieu,  pour  marcher 
dans  ses  voies  et  pour  le  craindre.  'Car 
l'Eternel,  ton  Dieu,  va  te  faire  entrer 
dans  un  bon  pays,  pays  de  cours  d'eaux, 
de  sources  et  de  lacs,  qui  jaillissent 
dans  les  vallées  et  dans  les  montagnes  ; 
*pays  de  froment,  d'orge,  de  vignes, 
de  figuiers  et  de  grenadiers  ;  pays  d'o- 
liviers et  de  miel  ;  'pays  où  tu  mange- 
ras du  pain  avec  abondance,  où  tu  ne 


pères. 

"Si  tu  oublies  l'Eternel,  ton  Dieu, 
et  que  tu  ailles  après  d'autres  dieux, 
si  tu  les  sers  et  te  prosternes  devant 
eux,  je  vous  déclare  formellement  au- 
jourd'hui que  vous  périrez.  -"Vous  pé- 
rirez comme  les  nations  que  l'Eternel 
fait  périr  devant  vous,  parce  que  vous 
n'aurez  point  écouté  la  voix  de  l'Eter- 
nel, votre  Dieu. 

Soinenir  des  rébellions  d'Israël. 

Chap.  IX.     'Écoute,  Israël  !  Tu  vas 


manqueras  de  rien  ;  pays  dont  les  pier-      aujourd'hui  passer  le  Jourdain,  pour 

te  rendre  maître  de  nations  plus  gran- 


res  sont  du  fer,  et  des  montagnes  du 


209 


14 


CJiap.  9,2-21. 


DEUTERONOME. 


des  et  plus  puissantes  que  toi,  de  villes 
grandes  et  f'ortifiéesjusqu'au  ciel, -d'un 
peuple  grand  et  de  haute  taille,  les 
enfants  d'Anak,  que  tu  connais,  et  dont 
tu  as  entendu  dire  :  Qui  pourra  tenir 
contre  les  enfants  d'Anak  ?  ^  Sache  au- 
jourd'hui que  l'Eternel,  ton  Dieu,  mar- 
chera lui-même  devant  toi  comme  un 
feu  dévorant  ;  c'est  lui  qui  les  détruira, 
qui  les  humiliera  devant  toi  ;  et  tu  les 
chasseras,  tu  les  feras  périr  prompte- 
ment,  comme  l'Eternel  te  la  dit.  ■'Lors- 
que l'Éternel,  ton  Dieu,  les  chassera 
devant  toi,  ne  dis  pas  en  ton  cœur  : 
C'est  à  cause  de  ma  justice  que  l'Eter- 
nel me  fait  entrer  en  possession  de 
ce  pays.  Car  c'est  à  cause  de  la  mé- 
chanceté de  ces  nations  que  l'Eternel 
les  chasse  devant  toi.  ^Non,  ce  n'est 


les  deux  tables  de  pierre  écrites  du 
doigt  de  Dieu,  et  contenant  toutes  les 
paroles  que  l'Eternel  vous  avait  dites 
sur  la  montagne,  du  milieu  du  feu,  le 
jour  de  l'assemblée.  "Ce  fut  au  bout 
des  quarante  jours  et  des  quarante 
nuits  que  l'Eternel  me  donna  les  deux 
tables  de  pierre,  les  tables  de  l'al- 
liance. '-L'Eternel  médit  alors  :  Lève- 
toi  ,  descends  en  hâte  d'ici  ;  car  ton 
peuple,  que  tu  as  fait  sortir  d'Egypte, 
s'est  corrompu.  Ils  se  sont  prompte- 
ment  écartés  de  la  voie  que  je  leur 
avais  prescrite  ;  ils  se  sont  fait  une 
image  de  fonte.  '^L'Eternel  me  dit  :  Je 
vois  que  ce  peuple  est  un  peuple  au 
cou  roide.  '''Laisse-moi  les  détruire  et 
effacer  leur  nom  de  dessous  les  cieux  ; 
et  je  ferai  de  toi  une  nation  plus  puis- 


point  à  cause  de  ta  justice  et  de  la  santé  et  plus  nombreuse  que  ce  peu- 
ple. 'Me  retournai  et  je  descendis  de 
la  montagne  toute  en  feu,  les  deux  ta- 
bles de  l'alliance  dans  mes  deux  mains. 
'Me  regardai,  et  voici,  vous  aviez  pé- 
ché contre  l'Eternel,  votre  Dieu,  vous 
vous  étiez  fait  un  veau  de  fonte,  vous 
vous  étiez  promptement  écartés  de  la 
voie  cjue  vous  avait  prescrite  l'Eternel. 
'"Je  saisis  les  deux  tables,  je  les  jetai 
de  mes  mains,  et  je  les  brisai  sous  vos 
yeux.  '*Je  me  prosternai  devant  l'Eter- 
nel, comme  auparavant,  quarante  jours 
et  quarante  nuits,  sans  manger  de  pain 
et  sans  boire  d'eau,  à  cause  de  tous  les 


droiture  de  ton  cœur  que  tu  entres  en 
possession  de  leur  pays  ;  mais  c'est  à 
cause  de  la  méchanceté  de  ces  nations 
que  l'Eternel,  ton  Dieu,  les  chasse  de- 
vant toi,  et  c'est  pour  confirmer  la  pa- 
role cjue  l'Eternel  a  jurée  à  tes  pères, 
à  Abraham,  à  Isaac  et  à  Jacob.  *  Sache 
donc  que  ce  n'est  point  à  cause  de  ta 
justice  que  l'Eternel,  ton  Dieu,  te 
donne  ce  bon  pays  pour  que  tu  le  pos- 
sèdes ;  car  tu  es  un  peuple  au  cou 
roide. 

'Souviens-toi,  n'oublie  pas  de  cjuelle 
manière  tu  as  excité  la  colère  de  l'Eter- 


nel, ton  Dieu,  dans  le  désert.  Depuis      péchés  que  vous  aviez  commis  en  fai- 


le  jour  où  tu  es  sorti  du  paj's  d'Egypte 
jusqu'à  votre  arrivée  dans  ce  lieu,  vous 
avez  été  rebelles  contre  l'Eternel. 

*A  Horeb,  vous  excitâtes  la  colère 
de  l'Eternel  ;  et  l'Eternel  s'irrita  contre 
vous,  et  eut  la  pensée  de  vous  détruire. 
'^ Lorsque  je  fus  monté  sur  la  montagne, 
])our  prendre  les  tables  de  pierre,  les 
tables  de  l'alliance  que  l'Eternel  a 
traitée  avec  vous,  je  demeurai  sur  la 
montagne  quarante  jours  et  quarante 
nuits,  sans  manger  de  pain  et  sans 
boire  d'eau;  '"et  l'Éternel  me  donna 


sant  ce  qui  est  mal  aux  yeux  de  l'Eter- 
nel, pour  l'irriter.  ''•* Car  j'étais  effrayé 
à  la  vue  de  la  colère  et  de  la  fureur 
dont  l'Éternel  était  animé  contre  vous 
jusqu'à  vouloir  vous  détruire.  Mais 
l'Éternel  m'exauça  encore  cette  fois. 
-"L'Éternel  était  aussi  très  irrité  contre 
Aaron,  qu'il  voulait  faire  périr,  et  pour 
qui  j'intercédai  encore  dans  ce  temps- 
là.  '-'Je  pris  le  veau  que  vous  aviez  fait, 
ce  produit  de  votre  |)éché,  je  le  brûlai 
au  feu,  je  le  broyai  jusqu'à  cecpiil  fût 
réduit  en  poudre,  et  je  jetai  cette  pou- 


210 


DEUTERONOME. 


Chap.  0,^^-10.13. 


monta<^ne. 


cire  dans  le  torrent  qui  descend  de  la      tables  de  pierre  comme  les  premières, 

et  je  montai  sur  la  montagne,  les  deux 
tables  dans  ma  main.  ■'L'Eternel  écri- 
vit sur  les  tables  ce  qui  avait  été  écrit 
sur  les  premières,  les  dix  paroles  qu'il 
vous  avait  dites  sur  la  montagne,  du 
milieu  du  feu,  le  jour  de  l'assemblée; 
et  l'Eternel  me  les  donna.  ^  Je  retournai 
et  je  descendis  de  la  montagne  ,  je  mis 
les  tables  dans  l'arche  que  j'avais  faite, 
et  elles  restèrent  là,  comme  l'Éternel 
me  l'avait  ordonné. 

*Les  enfants  d'Israël  partirent  de 
Beéroth-Bené-.Jaakan  |)our  Moséra. 
C'est  laque  mourut  Aaron,  et  qu'il  fut 
enterré  ;  Eléazar,  son  fds,  lui  succéda 
dans  le  sacerdoce.  'Ils  partirent  de  là 
])our  Gudgoda,  et  de  Gudgoda  pour 
Jothbatha,  pays  où  il  y  a  des  cours 
d'eaux.  '*En  ce  temps-là,  l'Éternel  sé- 
para la  tribu  de  Lévi,  et  lui  ordonna 
de  porter  l'arche  de  l'alliance  (le  l'E- 
ternel, de  se  tenir  devant  l'Eternel 
jiour  le  servir,  et  de  bénir  le  peuple  en 
son  nom  :  ce  qu'elle  a  fait  jusqu'à  ce 
jour.  ^ C'est  pourquoi  Lévi  n'a  ni  part 
ni  héritage  avec  ses  frères  :  l'Eternel 
est  son  héritage,  comme  l'Eternel,  ton 
Dieu,  le  lui  a  dit. 

'"Je  restai  sur  la  montagne,  comme 
])récédemment,  quarante  jours  et  qua- 
rante nuits.  L'Éternel  m'exauça  encore 
cette  fois  ;  l'Éternel  ne  voulut  pas  te 
détruire.  "L'Éternel  médit:  Lève-toi, 
va,  marche  à  la  tête  du  peuple.  Qu'ils 
aillent  prendre  possession  du  pays  que 
j'ai  juré  à  leurs  pères  de  leur  donner 

'-Maintenant,  Israël,  (pie  demande 
de  toi  l'Éternel,  ton  Dieu,  si  ce  n'est 
que  tu  craignes  l'Éternel ,  ton  Dieu ,  afi  n 
tle  marcher  dans  toutes  ses  voies,  d'ai- 
mer et  de  servir  l'Eternel,  ton  Dieu, 
de  tout  ton  cœur  et  de  toute  ton  àme; 
'■'si  ce  n'est  que  tu  observes  les  com- 
mandements de  l'Eternel  et  ses  lois 
([ueje  te  prescris  aiijourd'Iuii,  afin  f[ue 


"A  Tabeéra,  à  Massa,  et  à  Ribroth- 
Hattaava,  vous  excitâtes  la  colère  de 
l'Eternel. 

"Et  lorscpie  l'Éternel  vous  envoya 
à  Kadès-Barnéa,  en  disant  :  Montez, 
et  prenez  possession  du  pays  que  je 
vous  donne  !  vous  fûtes  rebelles  à 
l'ordre  de  l'Éternel,  votre  Dieu,  vous 
n'eûtes  point  foi  en  lui,  et  vous  n'o- 
béîtes point  à  sa  voix. 

-■'Vous  avez  été  rebelles  contre  l'E- 
ternel, depuis  que  je  vous  connais. 

-^Je  me  prosternai  devant  l'Éternel, 
je  me  prosternai  quarante  jours  et 
(piarante  nuits,  parce  que  l'Eternel 
avait  dit  qu'il  voulait  vous  détruire. 
-Me  priai  l'Éternel,  et  je  dis  :  Seigneur 
l'éternel,  ne  détruis  pas  ton  peuple,  ton 
héritage,  que  tu  as  racheté  dans  ta 
grandeur,  f[ue  tu  as  fait  sortir  d'Egypte 
par  ta  main  puissante.  -'Souviens-toi 
de  tes  serviteurs ,  Abraham ,  Isaac  et 
Jacob.  Ne  regarde  point  à  l'opiniâtreté 
de  ce  peuple,  à  sa  méchanceté  et  à  son 
péché,  -"de  peur  que  le  pays  d'où  tu 
nous  as  fait  sortir  ne  dise  :  C'est  parce 
([ue  l'Éternel  n'avait  pas  le  pouvoir  de 
les  mener  dans  le  pays  qu'il  leur  avait 
promis,  et  c'est  parce  qu'il  les  haïssait, 
qu'il  les  a  fait  sortir  pour  les  faire  mou- 
rir dans  le  désert.  '^^Ils  sont  pourtant 
ton  peuple  et  ton  héritage,  que  tu  as 
fait  sortir  d'Egypte  par  ta  grande  puis- 
sance et  par  ton  bras  étendu. 

La  protection  et  l'amour  de  Dieu  pour  Israël, 
source  de  crainte  et  d'obéissance. 

Chap.  X.  'En  ce  temps-là,  l'Eter- 
nel médit  :  Taille  deux  tables  de  pierre 
comme  les  premières ,  et  monte  vers 
moi  sur  la  montagne  ;  tu  feras  aussi 
une  arche  de  bois.  ^J'écrirai  sur  ces 
tables  les  paroles  qui  étaient  sur  les 
premières  tables  (pie  tu  as  brisées,  et 
tu  les  mettras  dans  l'arche.  ^Je  fis  une 
arche  de  bois  d'acacia,  je  taillai  deux 


211 


Chap.  10,1.-11, 


la. 


DEUTERONOME. 


tu  sois  heureux?  '*Voici,  à  l'Eternel,  gypte,  à  ses  chevaux  et  à  ses  chars, 

ton  Dieu,  appartiennent  les  cieux  et  comment  il  a  fait  couler  sur  eux  les 

les  cieux  des  cieux,  la  terre  et  tout  ce  eaux  de  la  mer  Rouge,  lorsqu'ils  vous 

qu'elle  renferme. '^  Et  c'est  à  tes  pères  poursuivaient,  et  les  a  détruits  pour 

seulement  que  l'Eternel  s'est  attaché  toujours;  ^ce  qu'il  a^ous  a  fait  dans  le 

pour  les  aimer;  et,   après  eux,  c'est  désert,  jusqu'à  votre  arrivée  en  ce  lieu  ; 

leur  postérité,  c'estvous  qu'il  achoisis  *ce  qu'il  a  fait  à  Dathan  et  à  Abiram, 

d'entre  tous  les  peuples,  comme  vous  fds  d'Eliab,  fds  de  Ruben,  comment  la 

le  voyez  aujourd'hui.  '^Vous  circonci-  terre  ouvrit  sa  bouche  et  les  engloutit, 

rez  donc  votre  cœur,  et  vous  ne  roi-  avec  leurs  maisons  et  leurs  tentes  et 

direz  plus  A'Otre  cou.  *'Car  l'Eternel,  tout  ce  qui  était  à  leur  suite,  au  milieu 

AOtre  Dieu,  est  le  Dieu  des  dieux,  le  de  tout  Israël.  "Car  vos  yeux  ont  vu 

Seigneur  des  seigneurs,  le  Dieu  grand,  toutes  les  grandes  choses  que  l'Eter- 

fort  et  terrible,  qui  ne  fait  point  ac-  nel  a  faites.   *Ainsi,  vous  observerez 

ception  des  personnes  et  qui  ne  reçoit  tous  les  commandements  que  je  vous 

jioint  de  pi'ésent, '*qui  fait  droit  à  l'or-  presci'is    aujourd'hui,    ahn   que   vous 

phelin  et  à  la  veuve,  qui  aime  Fétran-  ayez  la  force  de  vous  emparer  du  pays 

geret  lui  donne  de  la  nourriture  et  des  où  vous  allez  passer  pour  en  prendre 

vêtements.  ''Vous  aimerez  l'étranger,  possession,  ^et  afin  que  vous  prolon- 

carvous  avez  été  étrangers  dans  le  pays  giez  vos  jours  dans  le  pays  que  l'Eter- 

d'Egvpte.  -"Tu  craindras  l'Eternel,  ton  nel  a  juré  à  vos  pères  de  leur  donner. 

Dieu,  tu  le  serviras,  tu  t'attacheras  à  à  eux  et  à  leur  jiostérité,  pays  où  cou- 

lui,  et  tu  jureras  par  son  nom.  "'  Il  est  lent  le  lait  et  le  miel.  '"Car  le  pays  dont 

ta  gloire,  il  est  ton  Dieu  :  c'est  lui  qui  tu  vas  entrer  en  possession  n'est  pas 

a  fait  au  milieu  de  toi  ces  choses  gran-  comme  lepaysd'Egypte,  d'où  vous  êtes 

des  et  terribles  que  tes  A'eux  ont  vues,  sortis,  où  tu  jetais  dans  les  champs  ta 

^^Tes  pères  descendirent  en  Egypte  au  semence  et  les  arrosais  avec  ton  pied" 

nombre  de  soixante-dix  personnes;  et  comme  un  jardin  potager.   "Le  pays 

maintenant  l'Eternel,  ton  Dieu,  a  fait  que  vous  allez  ])osséder  est  un  pays  de 


de  toi  une  multitude  pareille  aux  étoi- 
les des  cieux. 

La  bénédiction  et  la  malédiction. 

Chap.  XI.  'Tu  aimeras  l'Eternel, 
ton  Dieu,  et  tu  observeras  toujours  ses 
préceptes,  ses  lois,  ses  ordonnances 
et  ses  commandements.  ^  Reconnaissez 
aujourd'hui  —  ce  que  n'ont  pu  connaî- 
tre et  voir  vos  enfants  —  les  châtiments 
de  l'Eternel,  votre  Dieu,  sa  grandeur, 


montagnes  et  de  vallées,  et  qui  boit 
les  eaux  de  la  pluie  du  ciel;  '^ c'est  un 
pays  dont  l'Eternel,  ton  Dieu,  prend 
soin,  et  sur  lequel  l'Eternel,  ton  Dieu, 
a  continuellement  les  yeux,  du  com- 
mencement à  la  fin  de  l'année. 

'■'Si  vous  obéissez  à  mes  commande- 
ments que  je  vous  prescris  aujourd'hui, 
si  vous  aimez  l'Eternel,  votre  Dieu,  et 
si  vous  le  servez  de  tout  votre  cœur  et 
de  toute  votre  âme,  '*je  donnerai  à  vo- 
tre pays  la  pluie  en  son  temps,  la  pluie 
sa  main  forte  et  son  bras  étendu,  ''ses  de  la  première  et  de  l'arrière-saison, 
signes  et  ses  actes  qu'il  a  accomplis  au  et  tu  recueilleras  ton  blé,  ton  moût  et 
milieu  de  l'Egypte  contre  Pharaon,  roi  ton  huile;  '^je  mettrai  aussi  dans  tes 
d'Egypte,  et  contre  tout  son  pays.*  Re-  champs  de  l'herbe  pour  ton  bétail,  et 
connaissez  ce  qu'il  a  fait  à  l'armée  d'E-      tu  mangeras  et  te  rassasieras.  "'Gar- 

a.  L'eau   du  Nil,  conduite   dans  des   canaux  et   des   réservoirs,  servait  à   l'irrigation  au  moyen  de  roues  que 
l'on  mettait  en  mouvement  avec  les  pieds. 

212 


DEUTERONOME. 


Chap.  11,11-12,1. 


(lez-vousdclaisserséduirc  votre  cœur,  votre  frontière  s'étendra  du  désert  au 
de  vous  détourner,  de  servir  d'autres  Liban,  et  du  fleuve  de  TEuphrate  jus- 
dieux  etde  vous  prosternerdevanteux.  ([u'à  la  mer  occidentale".  -^Nul  ne  tien- 
'■Ija  colère  de  l'Eternel  s'enflammerait  dra  contre  vous.  L'Eternel,  votre  Dieu, 
alorscontrevous  ;il  fermeraitlcscieux,  répandra,  comme  il  vous  l'a  dit,  la 
et  il  n'y  aurait  point  de  pluie;  la  terre  frayeur  et  la  crainte  de  toi  sur  tout  le 
ne  donnerait  plus  ses  produits,  et  vous  pay^^  où  vous  marcherez, 
péririez  promptementdansle  bon  pays  "-"Vois,  je  mets  aujourd'hui  devant 


vous  la  bénédiction  et  la  malédiction  : 
-'la  bénédiction,  si  vous  obéissez  aux 
commandements  de  l'Eternel,  votre 
Dieu,  que  je  vous  prescris  en  ce  jour  ; 
-4a  malédiction,  si  vous  n'obéissez  pas 
aux  commandements  de  l'Eternel,  vo- 
tre Dieu,  et  si  vous  vous  détournez  de 


([ue  l'Éternel  vous  donne. 

"* Mettez  dans  votre  cœur  et  dans  vo- 
tre âme  ces  paroles  que  je  vous  dis. 
N'ous  les  lierez  comme  un  signe  sur  vos 
mains,  et  elles  seront  comme  des  fron- 
teaux  entre  vos  yeux.  "'Vous  les  ensei- 
gnerez à  vos  enfants,  et  vous  leur  en 
parlerez  quand  tu  seras  dans  ta  maison,  la  voie  que  je  vous  prescris  en  ce  jour, 
quand  tu  iras  en  voyage,  quand  tu  te  i)Our  aller  après  d'autres  dieux  que 
coucheras  et  quand  tu  te  lèveras.  -"Tu  vous  ne  connaissez  point.  -''Et  lorsque 
les  écriras  sur  les  poteaux  de  ta  mai-  l'Eternel,  ton  Dieu,  t'aura  fait  entrer 
son  et  sur  tes  portes.  -'Et  alors  vos  dans  le  pays  dont  tu  vas  prendre  pos- 
jours  et  les  jours  de  vos  enfants,  dans      session,  tu  prononceras  la  bénédiction 

|)avs  que  l'Éternel  a  juré  à  vos  pères      sur  la  montagne  de  Garizim,  et  la  ma- 


ie 

(\v  leur  donner,  seront  aussi  nombreux 
(pie  les  jours  des  cieux  le  seront  au- 
dessus  de  la  terre.  --Car  si  vous  obser- 
vez tous  ces  commandements  que  je 
vous  prescris,  et  si  vous  les  mettez  en 


lédiction  sur  la  montagne  d'Ébal.  '"Ces 
montagnes  ne  sont-elles  pas  de  l'autre 
côté  du  Jourdain,  derrière  le  chemin 
de  l'occident,  au  pays  des  Cananéens 
f[ui  habitent  dans  la  plaine  vis-à-vis  de 


pratique,  pour  aimer  l'Éternel,  votre      Guilgal,  prèsdeschénesde More?'' Car 
Dieu,  pour  marcher  dans  toutes  ses      vous  allez  passer  le  .Jourdain  pour  en- 


voies et  pour  vous  attacher  à  lui,  -'l'E- 
ternel chassera  devant  vous  toutes  ces 
nations,  et  vous  vous  rendrez  maîtres 
de  nations  plus  grandes  et  plus  puis- 
santes que  vous.  **Tout  lieu  que  fou- 


trer  en  possession  du  pays  que  l'Eter- 
nel, votre  Dieu,  vous  donne;  vous  le 
posséderez,  et  vous  y  habiterez.  '-Vous 
observerez  et  vous  mettrez  en  pratique 
toutes  les  lois  et  les  ordonnances  que 


lera  la  plante  de  votre  pied  sera  à  vous  ;      je  vous  prescris  aujourd'hui. 


REPETITION    DES    LOIS    ET    OHDOXXANCES. 

{Chap.  12-26.)  , 

Ordre  lie  sc/'i'/V  t'/ùernel  diins  le  lien  qu'il  elioisira. 

Chap.  XII.  '  Voici  les  lois  et  les  or-  temps  que  vous  y  vivrez,  dans  le  pays 
donnances  que  vous  observerez  et  que  dont  l'Eternel,  le  Dieu  de  vos  pères, 
vous  mettrez  en  prati([ue,  aussi  long-     vous  donne  la  possession. 

a.  La  mer  Méditerranée. 


213 


Chap.  12,i-2i. 


DEUTERONOME. 


-Vous  détruirez  tous  les  lieux  où  les  là  que  vous  vous  réjouirez  devant  l'Ê- 

nations  que  vous  allez  chasser  servent  ternel,  votre  Dieu,  vous,  vos  fils  et  vos 

leurs  dieux,  sur  les  hautes  montagnes,  filles,  vos  serviteurs  et  vos  servantes, 

sur  les  collines,  et  sous  tout  arbre  vert,  et  le  Lévite  qui  sera  dans  vos  portes", 

^Vous  renverserez  leurs  autels,  vous  car  il  n'a  ni  part  ni  héritage  avec  vous, 

briserez  leurs  statues,  vous  brûlerez  '^Garde-toi    d'offrir    tes    holocaustes 

au  feu  leurs  idoles,  vous  abattrez  les  dans   tous   les   lieux    que    tu   verras; 

images  taillées  de  leurs  dieux,  et  vous  '"'mais  tu  offriras  tes  holocaustes  au 

ferez  disparaître   leurs   noms   de   ces  lieu  que  l'Eternel  choisira  dans  l'une 

lieux-là.  de  tes  tribus,  et  c'est  là  que  tu  feras 

■•Vous  n'agirez  pas  ainsi  à  l'égard  de  tout  ce  que  je  t'ordonne. 


l'Éternel,  votre  Dieu.  ^Mais  vous   le 


15  M 


Néanmoins,  quand  tu  en  auras  le 


chercherez  à  sa  demeure,  et  vous  irez  désir,  tu  pourras  tuer  du  bétail  et  man- 

au  lieu  que  l'Éternel,  votre  Dieu,  choi-  ger  de  la  viande  dans  toutes  tes  portes, 

sira  parmi  toutes  vos  tribus  pour  y  pla-  selon  les  bénédictions  que  t'accordera 

cersonnom.  '^  C'est  là  que  vous  présen-  l'Éternel,  ton  Dieu;  celui  qui  sera  im- 

terez  vos  holocaustes,  vos  sacrifices,  pur  et  celui  qui  sera  pur  pourront  en 

vosdîmes,  vos  prémices,  vos  offrandes  manger,  comme  on  mange  de  la  ga- 

en  accomplissement  d'un  vœu,  vos  of-  zelle  et  du  cerf*.  '^Seulement,  vous  ne 

fraudes  volontaires,  et  les  premiers-  mangerez  pas  le  sang  :  tu  le  répandras 

nés  de  votre  gros  et  de  votre  menu  sur  la  terre  comme  de  l'eau, 

bétail.  "C'est  là  que  vous  mangerez  de-  *'Tu  ne  pourras  pas  manger  dans 

vaut  l'Éternel,  votre  Dieu,  et  que,  vous  tes  portes  la  dîme  de  ton  blé,  de  ton 

et  vos  familles,  vous  ferez  servir  à  vo-  moût  et  de  ton  huile,  ni  les  premiers- 

tre  joie  tous  les  biens  par  lesquels  l'É-  nés  de  ton  gros  et  de  ton  menu  bétail, 

ternel,  votre  Dieu,  vous  aura  bénis,  ni  aucune  de  tes  offrandes  en  accom- 

*Vous  n'agirez  donc  pas  comme  nous  plissement  d'un  vœu,  ni  tes  offrandes 

le  faisons  maintenant  ici,  où  chacun  volontaires,   ni   tes   prémices.    '^Mais 

fait  ce  qui  lui  semble  bon,  ^parce  que  c'est  devant  l'Eternel,  ton  Dieu,  que  tu 

vous  n'êtes  point  encore  arrivés  dans  le  les  mangeras,  dans  le  lieu  que  l'Éter- 

lieu  de  repos  et  dans  l'héritage  que  l'E-  nel,  ton  Dieu,  choisira,  toi,  ton  fils  et 

ternel,  votre  Dieu,  vous  donne.  '"Mais  ta  fille,  ton  serviteur  et  ta  servante, 

vous  passerez  le  Jourdain,  et  vous  ha-  et  le  Lévite  qui  sera  dans  tes  portes  ;  et 

biterez  dans  le  pays  dont  l'Éternel,  vo-  c'est  devant  l'Éternel,  ton  Dieu,  que 

tre  Dieu,  vous  mettra  en  possession;  tu  feras  servir  à  ta  joie  tous  les  biens 

il  vous  donnera  du  repos,  après  vous  que  tu  posséderas.  '"Aussi  longtemps 

avoir  délivrés  de  tous  vos  ennemis  qui  que  tu  vivras  dans  ton  pays,  garde-toi 

vous  entourent,  et  vous  vous  établirez  de  délaisser  le  Lévite, 

en  sécurité.  "Alors  il  y  aura  un  lieu  -"Lorsque  l'Eternel,  ton  Dieu,  aura 

quel'Éternel,  votre  Dieu,  choisira  pour  élargi  tes  frontières,  comme  il  te  l'a 

y  faire  résider  son  nom.  C'est  là  que  promis,  et  que  le  désir  de  manger  delà 

vous  présenterez  tout  ce  que  je  vous  viande  te  fera  dire  :  Je  voudrais  manger 

ordonne,  vos  holocaustes,  vos  sacrifi-  de  la  viande!  tu  pourras  en  manger, 

ces,  vos  dîmes,  vos  prémices,  et  les  selon  ton  désir.  -'Si  le  lieu  que  l'Éter- 

offrandes  choisies  que  vous  ferez  à  l'É-  nel,  ton  Dieu,  aura  choisi  pour  y  placer 

ternel pouraccomplirvosvœux. '-C'est  son  nom  est  éloigné  de  toi,  tu  pour- 

a.  Dans  tes  portes,  employé  fréquemment  pour  dans  tes  l'îlles.  Les  villes  étaient  enlourées  de  murs  et  fermées 
par  des  portes.       b.  Animaux  dont  il  était  permis  de  manger,  quoiqu'ils  ne  servissent  pas  aux  sacrifices.  Voy .  \k,  &. 

214 


DEUTERONOME. 


Chap.  12,^2-13, 


10. 


ras  tuer  du  gros  et  du  menu  bétail, 
comme  je  te  l'ai  prescrit,  et  tu  j)ourras 
en  manger  dans  tes  portes,  selon  ton 
désir.  ^^Tu  en  mangeras  comme  on 
mange  de  la  gazelle  et  du  cerf;  celui 
qui  sera  impur  et  celui  qui  sera  pur  en 
mangeront  l'un  et  l'autre.  ^'Seulement, 
garde-toi  de  manger  le  sang,  car  le 
sang,  c'est  l'àme;  et  tu  ne  mangeras 
pas  l'àme  avec  la  chair.  -^Tu  ne  le  man- 
geras pas  :  tu  le  répandras  sur  la  terre 
comme  de  l'eau.  *^Tu  ne  le  mangeras 
pas,  afin  que  tu  sois  heureux,  toi  et  tes 


en  pratique  toutes  les  choses  que  je 
vous  ordonne  ;  vous  n'y  ajouterez  rien, 
et  vous  n'en  retrancherez  rien. 

Punition  de  l'idolâtrie  au  milieu  d'Israël. 

Chap.  XIII.  'S'il  s'élève  au  milieu 
de  toi  un  prophète  ou  un  songeur,  qui 
t'annonce  un  signe  ou  un  prodige,  -et 
qu'il  y  ait  accomplissement  du  signe 
ou  du  prodige  dont  il  t'a  parlé  en  di- 
sant :  Allons  après  d'autres  dieux,  — 
des  dieux  que  tu  ne  connais  point  —  et 
servons-les  !  ^tu  n'écouteras  pas  les  pa- 


enfants  après  toi,  en  faisant  ce  qui  est  rôles  de  ce  prophète  ou  de  ce  songeur, 

droit  aux  yeux  de  l'Éternel.  carc'est  l'Eternel,  votre  Dieu,  qui  vous 

^''Mais  les  choses  que  tu  voudras  con-  met  à  l'épreuve  pour  savoir  si  vous  ai- 

sacrer  et  les  offrandes  que  tu  feras  en  mez  l'Eternel,  votre  Dieu,  de  tout  votre 

accomplissement  d'un  vœu,  tu  iras  les  cœur  et  de  toute  votre  âme.  ■'Vous  irez 

présenter  au  lieu  qu'aura  choisi  l'Éter-  après  l'Éternel,  votre  Dieu,  et  vous  le 

nel.  "Tu  offriras  tes  holocaustes,  la  craindrez;  vous  observerez  ses  com- 


chair  et  le  sang,  sur  l'autel  de  l'Éternel, 
ton  Dieu;  dans  tes  autres  sacrifices,  le 
sang  sera  répandu  sur  l'autel  de  l'Éter- 
nel, ton  Dieu,  et  tu  mangeras  la  chair. 
^*  Garde  et  écoute  toutes  ces  choses  que 
je  t'ordonne,  afin  que  tu  sois  heureux, 
toi  et  tes  enfants  a])rès  toi,  à  perpé- 
tuité, en  faisant  ce  qui  est  bien  et  ce 
qui  est  droit  aux  yeux  de  l'Éternel,  ton 
Dieu. 

^'Lorsque  l'Éternel,  ton  Dieu,  aura 
exterminé  les  nations  que  tu  vas  chas- 
ser devant  toi,  lorsque  tu  les  auras 
chassées  et  que  tu  te  seras  établi  dans 
leur  pays,  ^"garde-toi de  te  laisser  pren- 
dre au  piège  en  les  imitant,  après 
qu'elles  auront  été  détruites  devant 
toi.  Garde-toi  de  t'informer  de  leurs 
dieux  et  de  dire  :  Comment  ces  nations 
servaient-elles  leurs  dieux?  Moi  aussi, 
je  veux  faire  de  même.  ^'Tu  n'agiras 
pas  ainsi  à  l'égard  de  l'Éternel,  ton 
Dieu;  car  elles  servaient  leurs  dieux 


mandements,  vous  obéirez  à  sa  voix, 
vous  le  servirez,  et  vous  vous  attache- 
rez à  lui.  ^Ce  prophète  ou  ce  songeur 
sera  puni  de  mort,  car  il  a  parlé  de  ré- 
volte contre  l'Éternel,  votre  Dieu,  qui 
vous  a  fait  sortir  du  pays  d'Egypte  et 
vous  a  délivrés  de  la  maison  de  servi- 
tude, et  il  a  voulu  te  détourner  de  la 
voie  dans  laquelle  l'Éternel,  ton  Dieu, 
t'a  ordonné  de  marcher.  Tu  ôteras  ainsi 
le  mal  du  milieu  de  toi. 

^Si  ton  frère,  fils  de  ta  mère,  ou  ton 
fils,  ou  ta  fille,  ou  la  femme  qui  repose 
sur  ton  sein,  ou  ton  ami  que  tu  aimes 
comme  toi-même,  t'incite  secrètement 
en  disant  :  Allons,  et  servons  d'autres 
dieux  !  —  des  dieux  que  ni  toi  ni  tes  pè- 
res n'avez  connus,  'd'entre  les  dieux 
des  peuples  qui  vous  entourent,  près 
de  toi  ou  loin  de  toi,  d'une  extrémité 
de  la  terre  à  l'autre  —  Hu  n'y  consen- 
tiras pas,  et  tu  ne  l'écouteras  pas  ;  tu 
ne  jetteras  pas  sur  lui  un  regard  de  pi- 


en  faisant  toutes  les  abominations  qui  tié,  tu  ne  l'épargneras  pas,  et  tu  ne  le 

sontodieusesàl'Éternel,  etmèmeelles  couvriras  pas.  ^Mais  tu  le  feras  mou- 

brûlaientau  feu  leurs  fils  et  leurs  filles  rir;  ta  main  se  lèvera  la  première  sur 

en  l'honneur  de  leurs  dieux.  lui  pour  le  mettre  à  mort,  et  la  main 

'-Vous  observerez  et  vous  mettrez  de  tout  le  peuple  ensuite;  '"tu  le  lapi- 

215 


Chap.  13,  n-H,  18. 


DEUTERONOME. 


deras,  et  il  mourra,  parce  qu'il  a  cher- 
ché à  te  détourner  de  rÉternel,  ton 
Dieu,  qui  t'a  fait  sortir  du  pays  d'E- 
gypte, de  la  maison  de  servitude.  "11 
en  sera  ainsi  afin  que  tout  Israël  en- 
tende et  craigne,  et  que  l'on  ne  com- 
mette plus  un  acte  aussi  criminel  au 
milieu  de  toi. 

'-Si  tu  entends  dire  au  sujet  de  l'une 
des  villes  que  t'a  données  pour  de- 
meure l'Eternel,  ton  Dieu  :  ''Des  gens 
pervers  sont  sortis  du  milieu  de  toi,  et 
ont  séduit  les  habitants  de  leur  ville 
en  disant  :  Allons,  et  servons  d'autres 
dieux  !  —  des  dieux  que  tu  ne  connais 
point  —  '^tu  feras  des  recherches,  tu 
examineras,  tu  interrogeras  avec  soin. 
La  chose  est-elle  vraie,  le  fait  est-il 
établi,  cette  abomination  a-t-elle  été 
commise  au  milieu  de  toi,  '^alors  tu 
frapperas  du  tranchant  de  l'épée  les 
habitants  de  cette  ville,  tu  la  dévoueras 
par  interdit  avec  tout  ce  qui  s'y  trou- 
vera, et  tu  en  passeras  le  bétail  au  fil  de 
l'épée.  '^Tu  amasseras  tout  le  butin  au 
milieu  de  la  place,  et  tu  brûleras  en- 
tièrement au  feu  la  ville  avec  tout  son 
butin,  devant  l'Eternel,  ton  Dieu  :  elle 
sera  pour  toujours  un  monceau  de  rui- 
nes, elle  ne  sera  jamais  rebâtie. '''Rien 
de  ce  qui  sera  dévoué  par  interdit  ne 
s'attachera  à  ta  main,  afin  que  l'Eter- 
nel revienne  de  l'ardeur  de  sa  colère, 
qu'il  te  fasse  miséricorde  et  grâce,  et 
qu'il  te  multiplie,  comme  il  l'a  juré  à 
tes  pères,  "*si  tu  obéis  à  la  voix  de  l'É- 
ternel, ton  Dieu,  en  observant  tous  ses 
commandements  que  je  te  prescris  au- 
jourd'hui, et  en  faisant  ce  qui  est  droit 
aux  yeux  de  l'Eternel,  ton  Dieu. 

Les  incisions.  —  Les  animaux  purs  et  impurs. 
Les  dîmes. 

Chap.  XIV.  'Vous  êtes  les  enfants 
de  l'Eternel,  votre  Dieu.  Vous  ne  vous 
ferez  point  d'incision  et  vous  ne  vous 
ferez  point  de  place  chauve  entre  les 

a.  Aucun  aliment  impur. 


yeux  pour  un  mort.  ^Car  tu  es  un  peu- 
ple saint  pour  l'Eternel,  ton  Dieu;  et 
l'Eternel,  ton  Dieu,  t'a  choisi,  pour  que 
tu  fusses  un  peuple  qui  lui  appartînt 
entre  tous  les  peuples  qui  sont  sur  la 
face  de  la  terre. 

^Tu  ne  mangeras  aucune  chose  abo- 
minable". 

^  Voici  les  animaux  que  vous  mange- 
rez :  le  bœuf,  la  brebis  et  la  chèvre; 
Me  cerf,  la  gazelle  et  le  daim  ;  le  bou- 
quetin, le  chevreuil,  la  chèvre  sauvage 
et  la  girafe.  ^Vous  mangerez  de  tout 
animal  qui  a  la  corne  fendue,  le  pied 
fourché,  et  qui  rumine.  'Mais  vous  ne 
mangerez  pas  de  ceux  qui  ruminent 
seulement,  ou  qui  ont  la  corne  fendue 
et  le  pied  fourché  seulement.  Ainsi, 
vous  ne  mangerez  pas  le  chameau,  le 
lièvre  et  le  lapin,  qui  ruminent,  mais 
qui  n'ont  pas  la  corne  fendue  :  vous 
les  regarderez  comme  impurs.  *Vous 
ne  mangerez  pas  le  porc,  qui  a  la  corne 
fendue,  mais  qui  ne  rumine  pas  :  vous 
le  regarderez  comme  impur.  Vous  ne 
mangerez  pas  de  leur  chair,  et  vous  ne 
toucherez  pas  leurs  corps  morts. 

^Voici  les  animaux  dont  vous  man- 
gerez parmi  tous  ceux  qui  sont  dans 
les  eaux  :  vous  mangerez  de  tous  ceux 
qui  ont  des  nageoires  et  des  écailles. 
'"Mais  vous  ne  mangerez  d'aucun  de 
ceux  qui  n'ont  pas  des  nageoires  et  des 
écailles  :  vous  les  regarderez  comme 
impurs. 

"Vous  mangerez  tout  oiseau  pur. 
'^Mais  voici  ceux  dont  vous  ne  man- 
gerez pas  :  l'aigle,  l'orfraie  et  l'aigle 
de  mer  ;  '•''le  milan,  l'autour,  le  vautour 
et  ce  qui  est  de  son  espèce;  '*le  cor- 
beau et  toutes  ses  espèces;  '^l'autru- 
che, le  hibou,  la  mouette,  l'épervier 
et  ce  qui  est  de  son  espèce  ;  '*le  chat- 
huant,  la  chouette  et  le  cygne;  "le 
pélican,  le  cormoran  et  le  plongeon; 
'Ma  cigogne,  le  héron  et  ce  qui  est  de 
son  espèce ,  la  huppe   et   la   chauve- 


216 


DEUTERONOME. 


Chap.  li,  i'j-15,  ; 


souris,  ''^'ous  regarderez  comme  im- 
pur tout  reptile  qui  vole  :  on  n'en 
mangera  point.  -"Vous  mangerez  tout 
oiseau  pur. 

-'Vous  ne  mangerez  d'aucune  bête 
morte  ;  tu  la  donneras  à  l'étranger  qui 
sera  dans  tes  portes,  afinqu'il  la  mange, 
ou  tu  la  vendras  à  un  étranger  ;  car  tu 
es  un  peuple  saint  pour  l'Eternel,  ton 
Dieu. 

Tu  ne  feras  point  cuire  un  chevreau 
dans  le  lait  de  sa  mère. 

^-Tu  lèveras  la  dime  de  tout  ce  que 
produira  ta  semence,  de  ce  que  rap- 
portera ton  champ  chaque  année.  -'Et 
tu  mangeras  devant  l'Eternel,  ton 
Dieu,  dans  le  lieu  qu'il  choisira  pour 
y  faire  résider  son  nom,  la  dime  de  ton 
blé,  de  ton  moût  et  de  ton  huile,  et  les 
premiers-nés  de  ton  gros  et  de  ton 
menu  bétail,  afin  que  tu  apprennes  à 
craindre  toujours  l'Eternel,  ton  Dieu. 
**  Peut-être,  lorsque  l'Eternel,  ton  Dieu, 
t'aura  béni,  le  chemin  sera-t-il  trop 
long  pour  que  tu  puisses  transporter 
ta  dîme,  à  cause  de  ton  éloignement 
du  lieu  qu'aura  choisi  l'Eternel,  ton 
Dieu,  pour  y  faire  résider  son  nom. 
-^ Alors,  tu  échangeras  ta  dîme  contre 
de  l'argent,  tu  serreras  cet  argent  dans 
ta  main,  et  tu  iras  au  lieu  que  l'Eter- 
nel,  ton  Dieu,  aura  choisi.  -'Là,  tu 
achèteras  avec  l'ai'gent  tout  ce  que  tu 
désireras,  des  bœufs,  des  bi'ebis,  du 
vin  et  des  licjueurs  fortes,  tout  ce  qui 
te  fera  plaisir,  tu  mangeras  devant 
l'Eternel,  ton  Dieu,  et  tu  te  réjouiras, 
toi  et  ta  famille.  -"Tu  ne  délaisseras 
point  le  Lévite  qui  sera  dans  tes  por- 
tes, car  il  n'a  ni  part  ni  héritage  avec 
toi. 

■-*Au  bout  de  trois  ans ,  tu  sortiras 
toute  la  dîme  de  tes  produits  pendant 
la  troisième  année,  et  tu  la  déposeras 
dans  tes  portes".  -^\lors  viendront  le 
Lévite,  qui  n'a  ni  part  ni  héritage  avec 
toi,  l'étranger,  l'orphelin  et  la  veuve, 

rt.  Dans  la  ville  (juc  tu  habiteras. 


qui  seront  dans  tes  portes,  et  ils  man- 
geront et  se  rassasieront,  afin  que  l'E- 
ternel, ton  Dieu,  te  bénisse  dans  tous 
les  travaux  que  tu  entreprendras  de 
tes  mains. 

L'année  de  relâche,  les  indigents,  les  esclaves. 
Les  premiers-nés  des  animaux. 

Chap.  XV.  'Tous  les  sept  ans,  tu 
feras  relâche.  *  Et  voici  comment  s'ob- 
servera le  relâche.  Quand  on  aura  pu- 
blié le  relâche  en  l'honneur  de  l'Eter- 
nel, tout  créancier  qui  aura  fait  un  prêt 
à  son  prochain  se  relâchera  de  son 
droit,  il  ne  pressera  pas  son  prochain 
et  son  frère  pour  le  paiement  de  sa 
dette.  'Tu  pourras  presser  l'étranger; 
mais  tu  te  relâcheras  de  ton  droit  pour 
ce  qui  t'appartiendra  chez  ton  frère. 
''Toutefois,  il  n'y  aura  point  d'indigent 
chez  toi,  car  l'Eternel  te  bénira  dans  le 
paysquel'Eternel,  ton  Dieu,  te  fera  pos- 
séder en  héritage,  ^pourvu  seulement 
que  tu  obéisses  à  la  voix  de  l'Eternel, 
ton  Dieu,  en  mettant  soigneusement 
en  pratique  tous  ces  commandements 
que  je  te  prescris  aujourd'hui.  'L'Eter- 
nel, ton  Dieu,  te  bénira  comme  il  te  l'a 
dit  ;  tu  prêteras  à  beaucoup  de  nations, 
et  tu  n'emprunteras  point  ;  tu  domine- 
ras sur  beaucoup  de  nations,  et  elles 
ne  domineront  point  sur  toi. 

"S'il  y  a  chez  toi  quelque  indigent 
d'entre  tes  frères,  dans  l'une  de  tes 
portes,  au  pays  que  l'Eternel,  ton  Dieu, 
te  donne,  tu  n'endurciras  point  ton 
cœur  et  tu  ne  fermeras  point  ta  main 
devant  ton  frère  indigent.  ^iMais  tu  lui 
ouvriras  ta  main,  et  tu  lui  prêteras  de 
quoi  pou